Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Annexes

Annexe III : Notices biographiques

Texte intégral

1Anghelopoulos Konstantinos (1864?-1949)
Juriste et homme politique, fils du directeur du journal Paliggenesia un des plus vieux journaux athéniens. Élu député pour la première fois en 1895. Dans l’entre-deux-guerres, il se rangea avec le camp royaliste et participa au parti de Metaxás. Il fut ministre de la Justice dans le cabinet transitoire après la chute de la dictature de Pángalos en 1926. Après l’Occupation, à la fin de sa vie, il intervint publiquement pour la défense des accusésde collaboration économique.

2Georges II Glücksburg (roi) (1890-1947)
Monté au trône en 1921, il fut destitué et déchu de la nationalité grecque en 1923 après la catastrophe militaire dans la guerre gréco-turque de 1919-1922. Après un coup d’État et un référendum contesté, la monarchie est restaurée en 1935 et Georges revient en Grèce. Il soutint la dictature imposée par Metaxás en août 1936. Il quitte la Grèce avec les troupes britanniques et le gouvernement pour la Crète, puis l’Égypte et rejoint Londres où il demeure le plus souvent jusqu’en septembre 1946, lors de la seconde restauration. Il meurt quelques mois plus tard.

3Gonatas Stylianos (1876-1966)
Officier de l’armée de Terre, il participa aux guerres balkaniques, à l’expédition grecque contre la révolution bolchevique en Ukraine (1919) et à la guerre de l’Asie Mineure. À la tête du gouvernement révolutionnaire qui destitua le roi en 1922-1923, il prit sa retraite avec le grade de vice-général. Dans l’entre-deux-guerres, il fut élu député, sénateur et fut nommé ministre par le dictateur Metaxás. Sous l’Occupation, il coordonna avec Pagkalos la création des BdS. Chef d’un parti « libéral-national » en 1946, il s’allie avec les royalistes, devient ministre et, provisoirement, président du Conseil jusqu’en 1950.

4Kanellopoulos Panagiotis (1902-1986)
Politicien et philosophe, il obtint la chaire de sociologie de l’université d’Athènes en 1929. Il créa un parti antiroyaliste en 1935, et fut déporté par Metaxás entre 1937 et 1940. Engagé volontaire lors de la guerre italo-grecque en 1940, il dirigea – au début de l’Occupation de la Grèce par les puissances de l’Axe – une organisation clandestine de jeunes nationalistes. Il passa ensuite, avec l’aide des Britanniques, au Moyen-Orient, où sa carrière politique commença sa phase ascendante. Après la guerre civile, il dissout son parti centriste et adhère à la droite. Il fut, en 1967, le dernier Premier ministre du gouvernement avant la junte militaire des colonels.

5Kollias Konstantinos (1901-1998)
Jeune procureur à la Cour de première instance sous l’Occupation, il fut accusé de collaboration, mais il bénéficia d’un non-lieu. Ensuite il fut le premier à organiser le travail des TSC et monta très rapidement dans la hiérarchie de la magistrature. Procureur adjoint auprès de la Cour de cassation (Areios Pagos) en 1946 et procureur à partir de 1961, il fut impliqué dans l’affaire de l’assassinat du député de gauche Grigóris Lambrákis où il protégea les membres des autorités impliqués. Après le coup d’État des colonels en 1967, il fut nommé Premier ministre jusqu’en décembre de cette même année.

6Ladas Christos (1890-1948)
Juriste et homme politique, il fut à plusieurs reprises député du Parti libéral d’Elefthérios Venizelos et, en 1925, était avocat de la défense pour la direction du KKE sur la question de la Macédoine, avant de devenir un de leurs principaux persécuteurs, en tant que ministre de la Justice du gouvernement Sofoulis, en 1947. Il a signé la loi permettant « la privation de la nationalité grecque aux ennemis de la patrie », ainsi que la loi « antiterroriste » de l’époque, tout en ordonnant l’exécution des milliers des communistes. Suite à cela, il fut exécuté, le 1er mai 1948, par l’OPLA, branche armée et police politique de KKE.

7Logothétopoulos Konstantinos (1878-1961)
Professeur de médecine et homme politique. Connu pour ses positions pronazies, il fut nommé ministre de la Santé et de l’Éducation du premier gouvernement de l’Occupation, puis Premier ministre (décembre 1942 à avril 1943). Pour sa collaboration avec l’occupant, et la déportation des Juifs grecs, il fut condamné à la prison à vie. Il a pourtant été amnistié en 1951.

8Metaxás Ioánnis (1871-1941)
Officier, originaire d’Ithaque. Membre de l’état-major royaliste pendant la « Division nationale » de 1916-1917 et ami personnel du roi. Après la destitution du roi, en juin 1917, il s’évada et passa deux ans en Corse et à Sienne. Il suivit par la suite les heurs et malheurs du camp royaliste, dont il s’est distingué seulement en refusant de participer à l’expédition grecque en Asie Mineure. Député comme leader du « Parti des penseurs libres », il demeura une figure majeure du camp royaliste.
Le 4 août 1936, Metaxás, déjà Premier ministre depuis le mois d’avril précédent, supprime plusieurs articles de la constitution et renvoie les députés, au nom d’un supposé danger communiste imminent. Il devient donc dictateur, avec le soutien total du roi. Il s’inspira alors des formes autoritaires du régime fasciste italien et interdit les partis politiques. Il fit arrêter les opposants : près de 15 000 Grecs furent arrêtés et torturés durant les cinq ans de sa dictature. Il déclara les grèves illégales et instaura la censure.
L’Italie envahit la Grèce depuis l’Albanie le 28 octobre après un ultimatum auquel Metaxás s’honora en répondant NON (l’Italie attaqua avant même la fin du délai accordé pour la réponse !). La défense grecque, d’abord vaincue, repoussa les Italiens en Albanie. Metaxás mourut à Athènes, le 29 janvier 1941 d’un abcès au pharynx.

9Pagkalos Théodoros (1878-1952)
Général, il participa à toutes les guerres entre 1912-1922. Après la « catastrophe de l’Asie Mineure », il s’allia avec le camp antiroyaliste et commença une carrière politique. Figure emblématique des « sociétés secrètes » dans l’armée et des interventions dans la vie politique du pays, il organisa un putsch militaire réussi en 1925 et donna son congé au Parlement, instaurant une dictature qui ne dura pourtant pas plus d’un an. Après sa destitution, il essaya sans succès de revenir à la vie politique du pays. Sous l’Occupation il encouragea puis organisa la création des BdS. En détention provisoire depuis octobre 1944, il fut libéré en septembre 1945, sans jamais être jugé.

10Papandréou Georges (1888-1968)
Homme politique grec. Ministre des gouvernements libéraux avant la guerre, il quitta la Grèce au début de 1944, et fut nommé Premier ministre du gouvernement d’Union nationale au Caire ; il installa son gouvernement (avec la participation de l’EAM) à Athènes le 18 octobre 1944, et resta à son poste jusqu’au 3 janvier 1945. Il redevint Premier ministre entre le 8 novembre 1963 et le 30 décembre 1963 et du 18 février 1964 au 15 juillet 1965. À cause de son conflit avec le roi Constantin Ier il fut destitué par un « coup d’État parlementaire » en juillet 1965, qui inaugura une période d’irrégularités qui aboutirent au coup d’État des colonels, le 21 avril 1967.

11Paul I Glücksburg (roi) (1901-1964)
Frère cadet de Georges II, il lui succéda après sa mort (1947) ; avec son épouse, Frédérique de Hanovre, ils développèrent une activité charitable pendant la guerre civile et tissèrent des liens avec les États-Unis. Il occupa le trône jusqu’à sa mort en 1964.

12Plastiras Nikolaos (1883-1953)
Officier et trois fois Premier ministre. Connu sous le surnom de « Cavalier noir » pour son action en Asie Mineure, il fit partie du triumvirat militaire qui prit le pouvoir après la défaite de 1922. Figure éminente du camp libéral pendant l’entre-deux-guerres et impliqué dans deux tentatives de coup d’État, il fut persécuté et s’enfuit en France. Après la bataille de décembre, il fut sollicité afin de former un gouvernement en tant que figure emblématique nationale, mais après des révélations sur ses contacts avec les forces allemandes, il fut obligé de démissionner, le 4 avril 1945. Entre avril 1950 et octobre 1952, il forma deux gouvernements successifs de coalition des partis du centre. Pendant cette période, connue aussi comme « la récréation centriste », eurent lieu les dernières exécutions de prisonniers politiques.

13Porfyrogennis Miltiadis (1903-1958)
Fils d’une famille aisée, juriste, il embrassa les idées socialistes et, à partir de 1926, devint membre du KKE et organisateur de la défense juridique contre la « loi spéciale ». Élu député en 1932 et 1936, il fut arrêté et emprisonné en Crète sous la dictature de Metaxás. S’évadant lors de l’invasion allemande, il passa dans la clandestinité. Rentré en Grèce continentale en 1943, il fut réintégré à la direction du parti et participa à la mise en place du PEEA et aux négociations du Liban. Ministre du Travail dans le gouvernement d’Union nationale. Il assura le contact avec les « partis frères » pendant la guerre civile de 1946-1949 et, après la défaite de l’armée démocratique, passa en Union soviétique. Désavoué par la nouvelle direction du parti lors de la « déstalinisation », il mourut subitement en 1958.

14Poulitsas Panagiotis (1881-1968)
Juriste, juge et conseiller d’État depuis 1932, il fut nommé président du Conseil d’État sous l’Occupation (1943), poste qu’il occupa jusqu’à 1951. Après les élections de 1946, il présida un gouvernement provisoire pour deux semaines (4–18 avril 1946). Membre de l’Académie depuis 1947, il fut élu député avec la droite royaliste en 1951.

15Pratsikas Christos (1888-1969)
Juriste, directeur de la plus ancienne revue juridique grecque dès 1916. Professeur de droit civil « parachuté » dans l’université d’Athènes en 1935 lors de l’épuration des libéraux, et nommé définitivement sous la dictature de Metaxás en 1939. Il fit partie du comité des juristes chargé de mettre en place le premier Code civil grec. Royaliste et farouchement anticommuniste, il ne s’engagea pourtant jamais activement dans la vie politique du pays.

16Pyromaglou Komninos (1899-1980)
Historien, auteur et homme politique. Il fut président du Front commun antidictatorial contre Metaxás et exilé pour cela. Il fit ses études en Égypte et à Paris où il fut mis en contact avec N. Plastiras. En 1941, il rentre en Grèce et fait partie des fondateurs de l’EDES (Ligue démocratique nationale grecque). Il fut aussi le sous-commandant des groupes nationaux de résistants grecs, branche armée de l’EDES, sous le commandant de N. Zervas. Pourtant, ses convictions socialistes et antimonarchiques le conduisirent à rompre avec ce dernier, probritannique et royaliste. En 1958, il fut élu député de l’EDA (Gauche démocratique unifiée).

17Rállis Ioánnis (1878-1946)
Juriste et homme politique, fils d’un ancien homme politique et Premier ministre du pays. Impliqué dans le mouvement nationaliste grec en Macédoine au début du siècle, il avait été élu député sans cesse à partir de 1906. Nommé ministre pour la première fois en 1906, il fut une des figures éminentes du camp royaliste pendant l’entre-deux-guerres et occupa plusieurs postes ministériels. Sous l’Occupation nazie, il fut le troisième Premier ministre de la Grèce à partir de 1943, et organisa l’aile armée de la Collaboration, les BdS. Il fut condamné à la prison à vie par le Tribunal spécial et mourut en prison en octobre 1946. Il était le père de Georges Rállis, Premier ministre de 1980 à 1981.

18Séféris George (1900-1971)
Poète et homme de lettres. Né en 1900 à Smyrne, Séféris suivit sa famille à Athènes après la chute de Smyrne devant l’invasion ottomane. Il termina sa scolarité secondaire à Athènes, puis entama des études de droit et de littérature à Paris. Malgré son intérêt pour la philologie et pour l’art, il s’engagea dans la carrière diplomatique, et s’exila avec le gouvernement grec pour échapper à l’Occupation en 1941. Il fut envoyé dans divers pays pendant la Seconde Guerre mondiale, au Caire, en Afrique du Sud, en Turquie et au Moyen-Orient. Après avoir, six années durant, été ambassadeur à Londres, il prit sa retraite en 1962. Un an plus tard, en 1963, il reçut le Prix Nobel de littérature.

19Sofoúlis Themistoclís (1860-1949)
Homme politique. Il fut Premier ministre à trois reprises : de juillet à novembre 1924, de novembre à avril 1946 et de novembre 1947 à juin 1949. En 1944, arrêté par les Allemands, il passa six mois dans un camp de concentration près d’Athènes. C’est au cours de son troisième mandat que commença à prendre fin la guerre civile grecque ; Sofoúlis joua un rôle important dans la victoire de l’armée nationale. Toutefois, il ne vit pas la fin du conflit. Il meurt le 24 juin 1949.

20Svólos Aléxandros (1892-1956)
Juriste et homme politique. Après une carrière dans l’administration, il fut nommé professeur de droit constitutionnel à l’université d’Athènes, en 1929. Socialiste et partisan de la gauche non-communiste, il fut limogé par les royalistes en 1935. Il accepta, en avril 1944, le poste de président du PEEA, « le gouvernement de la montagne ». Dans le gouvernement d’Union nationale, il fut chargé du ministère des Finances, avant de démissionner en refusant la dissolution de l’ELAS. Il fut une des premières victimes de l’épuration des services publics après le traité de Varkiza. Entre 1945 et 1953, il fut président d’un petit Parti socialiste (SK-ELD).

21Tourkovassílis Theódoros (1891-1975)
Avocat et homme politique. Il fut plusieurs fois député dans le Parti populaire (royaliste) de D. Gounaris, Premier ministre qui fut condamné et exécuté lors du « procès des Six ». Fondateur du « Parti des penseurs libres » de Metaxàs, il fut nommé deux fois ministre de l’Éducation dans les gouvernements royalistes de 1933 et de 1935. Nommé directeur de la Banque nationale de Grèce par I. Rállis en 1943, il refonda son parti en 1946. Élu député aux élections de 1946, il devint le porte-parole des collaborateurs emprisonnés entre 1946-1950. En 1950, il s’allia avec l’ancien chef de la police de Metaxás, K. Maniadakis.

22Tsaldaris Konstantinos (1884-1970)
Homme politique. Il étudia le droit à Athènes, Berlin, Londres et Florence. Député du petit parti de Metaxás, en 1926, deux ans plus tard, il rejoignit le Parti populaire (droite royaliste) dirigé par son oncle. Chef de file de la droite royaliste en 1945-1946, il fut Premier ministre deux fois entre avril 1946 et janvier 1947 puis entre août et novembre de la même année. De 1947 à 1949, il fut le chef de la délégation grecque à l’assemblée générale de l’ONU.

23Tsátsos Themistoclès (1906-1971)
Fils d’une famille bourgeoise traditionnelle active lors de la révolution de 1821, il fut juriste, enseignant en droit à l’université d’Athènes, et élu député avec le Parti libéral en 1936. Il fut persécuté par le régime de Metaxás. Membre du cabinet du gouvernement d’exil au Caire, il fut ministre de la Justice du gouvernement d’Union nationale et prépara l’Acte constitutionnel no 1 sur la sanction des collaborateurs. Il organisa avec Zevgos l’installation du cabinet gouvernemental dans la capitale en octobre 1944. De 1945 à 1947, il occupa différents postes ministériels. Il suivit une carrière diplomatique et académique jusqu’à sa mort, en 1971.

24Tsátsos Konstantínos (1899-1987)
Frère aîné de Themistoclès, il fut un enfant prodige de la bourgeoisie athénienne. Diplômé de la faculté de droit à 19 ans, il poursuivit ses études à Heidelberg et entama une carrière académique à l’université d’Athènes en 1933. Persécuté par Metaxás, il fut libéré en 1941. Pendant l’Occupation il travailla comme agent de liaison du gouvernement exilé, jusqu’en 1944 où il passa au Moyen-Orient. Nommé ministre de l’Intérieur en 1945, il réorganisa l’appareil d’État dans ce tournant critique jusqu’en octobre de la même année. Farouchement anticommuniste, il s’engagea, dans les années 1950, à droite, et occupa des postes ministériels en 1956-1961. Membre de l’Académie à partir de 1961, il fut le premier président de la République après la chute de la dictature des colonels.

25Tsironíkos Hector (1882-1966)
Grec de Russie, entrepreneur, il quitta le pays lors de la révolution bolchevique en 1917. Pendant l’entre-deux-guerres il développa des activités économiques en tant que représentant commercial en Grèce et aux Pays-Bas, où il représenta la mission diplomatique grecque en tant qu’attaché commercial. Probablement agent des services allemands, il intégra le gouvernement Logothetopoulos à la fin de 1942 comme ministre du Ravitaillement. Membre permanent des gouvernements de collaboration, il devint graduellement « super-ministre », en accumulant les portefeuilles des Finances, de l’Économie, de l’Agriculture et de la Sécurité sociale. Il suivit les troupes allemandes à leur retrait et créa un « gouvernement » fantoche de fuyards, siégeant à Kitzbühel et à Vienne. Condamné par le TSC par contumace, il fut arrêté par la VIIe armée des États-Unis, et livré aux autorités grecques au début de 1946. Libéré quelques années plus tard, il mourut oublié dans une maison de retraite.

26Tsolakoglou Georgios (1886-1948)
Officier de l’armée grecque. Après sa sortie de l’École militaire, il participe à la guerre des Balkans, à la Première Guerre mondiale, et à la guerre gréco-turque. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le général Tsolakoglou dirige le 3e corps d’armée sur le front de l’Épire. Le 20 avril 1941, il signe la reddition des troupes grecques sans avoir pu communiquer avec son gouvernement. Les Allemands le nomment, le 30 avril 1941, à la tête d’un gouvernement de collaboration. Après la guerre, jugé pour trahison et condamné à mort, il vit sa peine commuée en emprisonnement à perpétuité. Il décède en prison en 1948.

27Varvaréssos Kyriakós (1884-1957)
Juriste, après un début de carrière dans les services publics, il devient en 1916 directeur général du ministère de l’Alimentation jusqu’en 1918 et poursuit une carrière comme enseignant d’économie politique à la Faculté de droit d’Athènes. Il travaille également à la Banque de Grèce dont il devient directeur en 1939. En 1932 il a été ministre de l’Économie du gouvernement Venizélos. Pendant la guerre il représente le gouvernement grec en exil aux États-Unis et en Grande-Bretagne, y compris aux accords de Bretton Woods. Dans les deux gouvernements Voulgaris d’avril et d’août 1945, il est ministre du Ravitaillement, son échec le fit se retirer de ce domaine politique et il fut conseiller économique à la Banque mondiale aux États-Unis où il resta jusqu’à sa mort.

28Velouchiótis Áris (1905-1946)
De son vrai nom « Thanassis Klaras », il fut un des dirigeants de la composante communiste du mouvement des partisans grecs durant la Seconde Guerre mondiale. Il choisit comme nom de guerre Aris Velouchiotis, du nom du sommet le plus élevé de la vallée de Sperchios. En mai 1942, il créa le premier groupe de partisans armés grecs qui fut le noyau de l’ELAS. En février 1945, il refusa les accords de Varkiza qui devaient mettre fin à la première phase de la guerre civile grecque. Il fut exclu du KKE en juin 1945. Quelques jours plus tard, il fut tué par les troupes gouvernementales qui avaient encerclé son petit groupe de partisans. Sa tête fut plantée sur une pique et promenée dans les rues de Trikala.

29Zachariádis Níkos (1903-1973)
Secrétaire général du KKE et membre du Secrétariat exécutif de l’Internationale communiste, formé à l’École supérieure du Parti, à Moscou, il fut emprisonné entre 1936 et 1941 par Metaxás et déporté à Dachau jusqu’à 1945. Rentré triomphalement à Athènes en juin, il reprit son poste et dirigea le Parti, en Grèce pendant la guerre civile et après 1949, en Roumanie et en URSS, siège clandestin du KKE. Destitué de son poste en 1956, suite à la déstalinisation, radié du Parti et déporté en Sibérie, il mourut dans des conditions obscures, le 1er août 1973.

30Zavitsiános Konstantínos (1879-1951)
Juriste, économiste et homme politique. Élu député pour la première fois en 1910, président du Parlement en 1915, il fut ministre de l’Intérieur dans le gouvernement libéral de Venizélos en 1928-1929. Pendant ce mandat, il promulgua la « Loi spéciale » 4229/1929 « sur les mesures de sécurité du régime » pénalisant l’action syndicale dans une série de lois anticommunistes. Sénateur depuis 1933, il fut nommé codirecteur de la Banque nationale en 1941, poste qu’il occupa jusqu’à 1943, quand il lui succéda G. Merkouris, chef d’un petit parti « national-socialiste ». Partisan d’un libéralisme économique, il consacra les dernières années de sa vie à la rédaction d’essais d’économie politique.

31Zérvas Napoléon (1891-1957)
Officier de l’armée et homme politique. Décoré de la médaille de la Croix et parmi les alliés les plus fidèles d’E. Venizelos. Cofondateur de l’EDES (Ligue démocratique nationale grecque) et commandant de sa branche armée, EOEA (Groupes nationaux des résistants grecs) qui a été reconnue par le QG du Moyen-Orient et financée par les Britanniques. Pendant l’Occupation, il opérait dans la région de l’Épire. En 1946, il a fondé le Parti national et a été élu député. En 1947, il a été nommé ministre de l’Intérieur et, en 1950, ministre de l’Aménagement urbain et rural. Il ne fut jamais réélu délégué dans l’après-guerre.

32Zévgos Giánnis (1897-1947)
Talaganis de son vrai nom, fils de paysans pauvres de la région d’Arcadie. À partir de 1918, il travailla comme instituteur. Un an plus tard, il adhérait aux idées socialistes et devint membre du KKE. Membre de la direction du Parti à partir de la fin des années 1920, il fut emprisonné à plusieurs reprises. Pendant la guerre, il fut emprisonné à Corfou. De santé fragile, on le transféra à Athènes en 1943, où ses camarades organisèrent son évasion. Membre du Comité central de l’EAM, il fut nommé ministre de l’Agriculture dans le gouvernement d’Union nationale et, à la Libération, il prépara l’installation de ce gouvernement dans la capitale avec Themistoclès Tsátsos. Il fut assassiné à Thessalonique le 10 mars 1947.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search