Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

M

Mémoires, correspondances, photographies, entretiens : à propos de Gabriel d’Arboussier

Memoirs, Correspondence, Photographs, Interviews : on Gabriel d’Arboussier

Françoise Blum et Ophélie Rillon

Résumé

Cet article présente les matériaux utilisés pour construire la biographie de Gabriel d’Arboussier, métis, fils d’un administrateur colonial et d’une « princesse » peulhe. Il fut le cofondateur du parti anticolonialiste Rassemblement démocratique africain (RDA), et joua un rôle de premier plan dans le processus de décolonisation et dans les premières années de l’Afrique indépendante. Ces matériaux peuvent être regroupés en quelques grandes catégories : les Mémoires écrites par d’Arboussier lui‑même, et inédites jusqu’à ce jour ; les correspondances, familiales, amicales et/ou politiques ; les photographies ; et enfin les entretiens menés avec des membres de sa famille, d’anciens amis ou collaborateurs.

Texte intégral

Introduction

1Toute biographie est une entrée dans l’Histoire, au‑delà de celle, singulière, de l’individu dont il est question. C’est une histoire située, du point de vue d’un de ses acteurs ou actrices. Mais écrire une biographie nécessite un matériau intime, des sources personnelles et privées qui, outre les événements d’une vie, permettent d’en saisir les bonheurs et les malheurs, les hésitations, les doutes et les certitudes, en un mot les affects qui ont imprégné une existence. C’est de ce type de sources dont il est ici question, produites ou réunies autour et par une personnalité phare des indépendances en Afrique : Gabriel d’Arboussier. Celui‑ci joua un rôle politique de premier plan dans les années qui suivirent la Deuxième Guerre mondiale, qui aboutirent aux indépendances de 1960, date à laquelle 14 pays d’Afrique devinrent indépendants. Gabriel d’Arboussier participa à la création d’un parti fédéral anticolonialiste, le Rassemblement démocratique africain (RDA) en 1946. Il fut élu dans différentes assemblées de l’Union française, en France et en Afrique : de la première assemblée constituante en 1946 au Grand Conseil de l’Afrique Occidentale Française (AOF) en 1958, en passant par l’Assemblée de l’Union française de 1947 à 1952. Après les indépendances, il fut successivement député à l’assemblée de la fédération du Mali puis, quand celle‑ci éclata, à celle du Sénégal. Il fut également ministre de la Justice du Sénégal de 1960 à 1962 puis ambassadeur du Sénégal en France. Il dirigea un Institut de l’ONU, l’UNITAR (United Nations Institute for Training and Research) avant que d’être de nouveau nommé ambassadeur du Sénégal, à Bonn et à Berne. Il mourut à Genève, où il avait fondé un Institut d’aide au développement. Il y est enterré.

2Les sources qui permettent de reconstituer cette vie sont constituées d’archives privées concernant la décolonisation et les jeunes indépendances en Afrique subsaharienne, produites ou rassemblées par Gabriel d’Arboussier ou ses proches, et offrant une plongée dans l’univers d’un homme à la trajectoire, à bien des égards, exceptionnelle. Ces matériaux sont autant de pièces à conviction susceptibles d’étayer une biographie, de construire un roman familial comme d’apporter un éclairage original sur les rapports entre la France et l’Afrique des débuts du xxe siècle au début des années 1960, sur la colonisation et la décolonisation.

3On peut y distinguer trois ensembles : les mémoires, les correspondances, et les photographies. Un dernier ensemble est de nature un peu différente puisqu’il s’agit d’archives sonores. Ce sont les entretiens réalisés avec des membres de la famille ou des proches de Gabriel d’Arboussier.

4Ces documents, de nature essentiellement privée, offrent un éclairage différent des sources officielles, qu’elles complètent pour reconstituer un itinéraire personnel.

Mémoires : Le Niger et le Tarn‑ Intime réflexion

  • 1 Le Niger et le Tarn, np. dactyl. [1964] ; Intime réflexion, 174p. dactyl., [1967].

5Ces titres sont ceux des deux volumes de Mémoires écrits par Gabriel d’Arboussier dans les années 1960. Ils sont conservés dans le fonds d’Arboussier de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC) 1. Il les destinait à publication et les avait envoyés à Françoise Verny, alors chez Grasset. Sa mort précoce à Genève le 21 décembre 1976 fit échouer le projet.

  • 2 Intime réflexion, p. 1.

6Ces deux volumes ne sont pour leur auteur : « … ni des mémoires ni un journal, mais une longue réflexion sur moi‑même »2.

  • 3 Il existe une littérature très abondante sur l’autobiographie, dont Philippe Lejeune est une des f (...)
  • 4 Pour une définition savante de ce que sont des Mémoires, voir : Jean‑Louis Jeannelle, 2008, Écrire (...)
  • 5 Intime réflexion, p. 17.
  • 6 Ibid., p. 25.
  • 7 Ibid., p. 21.

7En fait ces textes, écrits dans un beau français classique, tiennent à la fois des mémoires, quoiqu’en dise leur auteur, et de l’autobiographie3. Ils tiennent des mémoires,4 car ils rendent compte de tout un pan de l’histoire franco‑africaine, de la fin des années 1930 aux Indépendances, en un récit détaillé et réflexif à la fois. Peu d’évènements de ces années échappent à la plume de Gabriel d’Arboussier : que ce soient les élections à la première Constituante (1945), la naissance du RDA (1946), l’Assemblée de l’Union française (1947‑1958), la grande grève des cheminots de 1947‑1948 en Afrique occidentale française, la répression en Côte d’Ivoire en 1949‑1950, le désapparentement du RDA d’avec le Parti communiste en 1950… Cette histoire est bien entendu narrée du point de vue de Gabriel d’Arboussier qui livre a posteriori son regard sur les événements ainsi que son jugement sur les hommes qu’il a pu rencontrer au cours de sa longue carrière politique. Quant aux femmes, en dehors du cercle familial et affectif, elles n’ont pas de place dans son histoire. Il dresse ainsi une série de portraits généralement brefs et incisifs  : « ... Successivement instituteur, professeur à l’école normale William Ponty, il [Lamine Gueye] représentait le type de ce Saint‑Louisien cultivé et disert dont le charme personnel dissipait toutes les préventions à l’égard de sa couleur épidermique ou politique… »5 ou : « … le R.P. Aupiais, dont le patronage fit élire par le Collège des non‑citoyens un jeune expert‑comptable qui avait fait des études en France et revenait, comme Léopold Sédar Senghor au Sénégal, se présenter dans son pays. … Mis avec une certaine recherche, il [Sourou Migan Apithy] semblait vouloir se faire pardonner sa belle prestance en parlant d’une voix à peine perceptible. Il avait cette couleur éclatante propre à certains hommes du Sud… »,6 « Douala Manga Bell avait fait ses études en Allemagne où il fut élevé au Collège des cadets de Postdam. Remarquablement cultivé, fier de son origine princière autant que de sa formation européenne, il se conduisait avec une fantaisie désarmante et troublante... »7

  • 8 d’Arboussier, Le RDA est toujours anti‑colonialiste (Lettres ouvertes à Félix Houphouë‑Boigny), Da (...)
  • 9 Afrique noire, 24 juillet 1952.

8Des portraits, des impressions sont ainsi consignées. C’est aussi une atmosphère qui est restituée, violente parfois ou plus apaisée. Gabriel d’Arboussier revient par exemple longuement sur sa brouille avec Félix Houphouët‑Boigny, président du RDA, lorsque ce dernier œuvra à la rupture des liens avec le parti communiste français en 1950. D’Arboussier contribue ainsi à faire mieux comprendre une polémique dont on connaissait déjà certains éléments, telles les lettres ouvertes adressées au Président du RDA8, et la réponse de celui‑ci9. Au‑delà du conflit qui opposa deux personnalités politiques africaines, cette histoire révèle la pluralité des conceptions politiques des militant.e.s africain.e.s qui se solda par des profondes divisons (exclusion de la section sénégalaise et camerounaise du RDA). C’est aussi la profession de foi d’un homme qui fut profondément fédéraliste et dont le rêve se brisa avec la balkanisation de l’Afrique et l’échec de la Communauté franco‑africaine conçue par De Gaulle.

9Ces écrits tiennent aussi de l’autobiographie dans la mesure où l’auteur nous offre un récit linéaire de sa propre trajectoire, de la naissance à Djenné (actuel Mali) le 14 janvier 1908 à la fin des années cinquante. La première partie est écrite alors que d’Arboussier vient de quitter son poste d’ambassadeur du Sénégal à Paris (1964) et couvre « 38 années   de son existence, de sa naissance à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. La seconde partie est écrite à New York en 1967, après son départ de l’UNITAR de l’ONU qu’il dirige en 1965‑1966, poste auquel il n’a pas été renouvelé, et va jusqu’à la fin des années cinquante.

10Ses « mémoires » - nous employons le terme, malgré l’auteur, et faute de trouver un qualificatif plus adapté - sont une source précieuse en diverses matières. L’histoire d’un individu, qui plus est un « métis » pour employer la terminologie coloniale, dont la trajectoire est exceptionnelle. Gabriel d’Arboussier est né à Djenné en 1908 d’un père administrateur colonial, issu d’une famille de hobereaux tarnais à forte tradition militaire, Henri d’Arboussier, et d’une mère peulhe, Anta Ali Koïta dont la famille aurait été l’alliée d’El Hadj Omar. Le grand‑père serait mort en défendant Djenné contre les envahisseurs français. Gabriel a d’abord été élevé dans la culture musulmane au sein de la résidence occupée par son père, commandant de cercle à Ouagadougou, mais du côté des « appartements » de sa mère. Il a été circoncis, initié, il parle moré. À 10 ans, son père le ramène en métropole où il va recevoir une solide éducation dans les écoles françaises : collège des dominicains de Sorèze, lycée de Toulouse, puis lycée à Nouméa ‑ son père a été nommé gouverneur des Nouvelles‑Hébrides. Après l’obtention de son baccalauréat, Gabriel va y exercer un temps le métier de planteur. Quand il rentre en France à la mort de son père, il est un moment hésitant. Il entreprend des études de droit, retourne pour la première fois sur le continent africain comme commis des services civils au Sénégal puis se décide à passer, en 1938, le concours de l’École Nationale de la France d’Outre‑Mer (ENFOM). Il y est reçu premier et en sort cinquième. Il entame alors une vie d’administrateur colonial, à Dakar, en Côte d’Ivoire, en Afrique Équatoriale Française. Dans ces fonctions, il acquiert le sentiment lucide de l’injustice du système colonial et va bientôt prendre fait et cause pour ses administrés. Il est élu du 1er collège, qui regroupe les Européens et quelques « évolués » pour le Gabon‑Moyen‑Congo à la première assemblée constituante, où il est rapporteur de la commission des Territoires d’Outre‑mer. Et c’est alors qu’il va participer à la création du RDA en 1946 après, nous dit‑il, en avoir rédigé le Manifeste fondateur. Il en est élu vice‑président à l’organisation, puis après le deuxième congrès, secrétaire général du comité de coordination. Trop proche des communistes (il représente l’Afrique au Mouvement mondial des partisans de la paix dont il est vice‑président), il démissionne du comité du RDA pour ne pas gêner la stratégie de désapparentement du parti anticolonial à l’égard du PCF. Pour Gabriel d’Arboussier, cette démission est le fruit d’un accord avec Félix Houphouët‑Boigny, mais elle se solde par une trahison de ce dernier qui l’exclut du groupe parlementaire RDA (il était alors élu de Côte d’Ivoire à l’Assemblée de l’Union Française) en 1952. La brouille avec Houphouët est consommée. Ils se réconcilieront néanmoins et Gabriel d’Arboussier, réintégré en 1955 au Comité de coordination du RDA, se présente pour le Niger au Grand Conseil de l’AOF (1958). Élu, il en devient vice‑président puis président.

  • 10 White Owen, 1999, Children of the French Empire : miscegenation and Colonial Society in French Wes (...)
  • 11 Violaine Tisseau et Rachel Jean‑Baptiste en donnent néanmoins quelques exemples.
  • 12 Gueye Doudou, 1975, Sur le sentier du temple, Les Rouyat, Ventabren.
  • 13 Lisette Gabriel, 1983, Le combat du Rassemblement démocratique africain, Présence africaine, Paris

11Les mémoires s’arrêtent en 1956 au moment du vote de la Loi‑cadre dite Defferre qui balkanise l’Afrique. Gabriel d’Arboussier prétend d’ailleurs avoir inventé ce concept de « balkanisation » de l’Afrique, avant Senghor à qui on l’attribue généralement. Nous avons ainsi résumé les éléments factuels qui sont détaillés dans ces textes. Mais ils offrent bien plus que ces seuls éléments : une véritable introspection, comme l’écrit lui‑même Gabriel d’Arboussier. Et l’introspection de quelqu’un qui se veut, se pense « Français et Africain » et qui a, toute sa vie, essayé de concilier les deux identités. Les Mémoires étaient destinées à publication, donc il y a aussi là un exercice littéraire et de présentation de soi. Mais, quoi qu’il en soit, le fait que Gabriel d’Arboussier se définit comme Français et Africain, donc comme un être à la double identité, a incontestablement un sens fort dans les années 1960 où les mémoires sont écrites, c’est‑à‑dire un temps où la dissociation entre la métropole et ses colonies africaines est institutionnellement achevée, avec les indépendances et où, peut‑être, il ne parvient pas à trouver sa place. Ces mémoires sont aussi un document rare, car si l’on a écrit sur le traitement de la « question métisse » par les coloniaux dans l’empire français10, plus rares sont les échos venus des métis eux/elles‑mêmes11, sur la perception qu’ils ont pu avoir de leur condition, sur aussi leur souffrance – et il y a chez d’Arboussier une évidente souffrance. Peut‑être cette souffrance est‑elle d’abord et surtout de la séparation d’avec une mère qu’il ne reverra que quand elle sera à l’article de la mort. Mais comme pour toute source de ce type, qui est aussi reconstruction a posteriori du fil d’une existence, à qui l’on donne une cohérence qui, parfois, fait défaut dans la réalité, il faut garder une distance critique, et croiser avec d’autres récits les mêmes événements. Au sujet du désapparrentement, Doudou‑Gueye, par exemple, adopte sans nuance le point de vue de Félix Houphouët‑Boigny dans Sur le Sentier du temple12. Gabriel Lisette13, dans un texte certes beaucoup moins personnel, partage néanmoins avec d’Arboussier une approche similaire des événements. Ces mémoires sont donc une source remarquable à condition que l’on n’ignore pas les inévitables effets de reconstruction, de lissage, de défaillance possible du souvenir. Elles expriment en tout cas le point de vue d’un acteur privilégié du processus de décolonisation de même qu’elles racontent une vie romanesque par bien des aspects.

12D’autres sources permettent de les compléter et de les mettre en perspective : les archives familiales. Ces archives comportent des matériaux officiels et d’autres personnels. Ainsi, au‑delà des textes de conférences et autres discours prononcés, elles contiennent des dizaines de lettres diverses, de et à Gabriel d’Arboussier, qui mettent en lumière les réseaux au cœur desquels il évoluait.

Les correspondances

13On peut regrouper ces correspondances en grandes catégories.

14La correspondance familiale d’abord avec de remarquables lettres de l’administrateur Henri d’Arboussier à ses parents. La plus ancienne est de 1902, à son arrivée au Sénégal. Il raconte son quotidien d’administrateur se laissant parfois aller à l’expression d’une émotion indignée, peu commune chez un colonial, devant les recrutements forcés de la Première Guerre mondiale :

  • 14 Lettre d’Henri à Adolphe d’Arboussier (son père), 1916. Archives d’Arboussier.

La population se résigne à cette charge à laquelle elle ne comprend rien (…) Dans l’Ouest du Mossi la levée des jeunes soldats rencontra une opposition assez forte (…) nous ne pourrons, je le crains, la faire sans une intervention de la troupe (…) Voilà le résultat des bluffs éhontés sur le loyalisme des populations de nos colonies. La vérité qu’il faut dire c’est que les indigènes détestent notre domination, en outre le recrutement enlève toute la jeunesse, sans que les parents voient jamais revenir leurs enfants. De plus, les noirs se moquent de nos guerres avec les Allemands et ils ne peuvent avoir aucun enthousiasme pour aller se battre pour nous. C’est se ficher du public que de dire le contraire et de parler de la levée de dizaines de milliers de volontaires. Ces volontaires viennent, à la vérité, la corde au cou. Pour nous qui jouons notre peau à faire un métier de sergent recruteur ou de marchands d’esclaves, nous serions bien désireux qu’en France on ne croie pas que nous [nous] amusons pendant que d’autres se battent14.

15Ce témoignage épistolaire est précieux, car rares sont les correspondances d’administrateurs conservées. On trouve également, dans ces correspondances familiales, des lettres de Gabriel d’Arboussier à sa sœur Paule, qui est entrée en religion, à son demi‑frère François Sidibé – fils de sa mère avec un autre administrateur dont on ignore le nom, à son demi‑frère Youba – premier fils de sa mère avec un Africain – à sa cousine Gogo Koïta, épouse du marabout descendant d’El Hadj Omar et intermédiaire respecté des Français, Seydou Nourou Tall, etc.

16Les correspondances politiques, qui sont parfois aussi amicales, donnant ainsi à voir les proximités affectives émanent - ou sont adressées à - de diverses personnalités.

17D’Arboussier écrit ainsi à Djibo Bakary, alors membre de la section nigérienne du RDA :

  • 15 Lettre de Djibo Bakary à Gabriel d’Arboussier, Niamey, 22 juin 1950.

En réponse à ta lettre du 7 juin, je t’informe qu’il existe au Niger un Comité des partisans de la paix. J’ai demandé au secrétaire de ce comité de t’envoyer copie des documents. La composition du bureau est la suivante15.

18Il conseille le Guinéen Fodeba Keita, créateur des ballets du même nom :

  • 16 Lettre de Fodeba Keita à Gabriel d’Arboussier, Paris, le 28 juillet 1951.

Pour aller en URSS, la solution est facile ; je viens de la trouver. Écrivez en votre nom une lettre à Ehrenbourg (qui nous connait) en lui demandant de voir la possibilité d’une tournée de ma troupe avec les organismes culturels de là‑bas. Je sais qu’il le fera avec plaisir16.

19Il écrit aussi à Guy Etcheverry – propriétaire du journal Réveil, qui ouvrit largement ses colonnes au RDA. Il écrit aux dirigeants de l’Union des populations du Cameroun, Ruben Um Nyobe ou Félix Moumié :

  • 17 Lettre de Félix Moumié à Gabriel d’Arboussier, Mora le 23 décembre 1950.

À l’aurore de cette année qui s’ouvre grande devant nous, obscure et lumineuse, je renouvelle en mon nom personnel et au nom de ceux‑là qui souffrent (….) pour notre grand parti RDA la continuation de cette œuvre grandiose qu’il entreprit voilà bientôt 5 ans et qui seule sauvera la paix mondiale aux côtés de la glorieuse Russie17.

  • 18 261 J7/Afrique noire 97 –Dossier Feix – Sous‑‑dossier Afrique noire, hommes – Ss‑dossier Gabriel d (...)

20Ces lettres permettent d’esquisser une sorte de configuration centrée autour du RDA. Et si on veut en savoir un peu plus on peut aussi consulter les lettres d’Houphouët‑Boigny à d’Arboussier conservées dans les Archives du PCF, aux archives départementales de Seine‑Saint‑Denis : une série de lettres témoignent d’une sollicitude quasi‑fraternelle à l’égard de d’Arboussier comme d’ailleurs d’une sensibilité politique alors assez proche du PCF, et très attirée par le communisme18. Figurent aussi dans ce dossier les autobiographies demandées par ceux et celles qui s’inscrivaient à l’école coloniale.

21Il y a les lettres purement amicales, comme celles de 1967 avec l’écrivain Jorge Amado, que Gabriel d’Arboussier a rencontré au Mouvement des partisans de la paix… et à qui il explique à propos de ses mémoires, qu’il lui a donné à lire :

  • 19 Lettre de Gabriel d’Arboussier à Jorge et Zelia Amado, 9 janvier 1967, Archives d’Arboussier.

À l’origine, j’avais pensé à faire trois parties que j’avais envisagé d’intituler « La Recherche d’une Voie », « L’Appel de la Révolution » et « Essai et Synthèse ». Et puis, j’avais trouvé cela trop dogmatique, et je me décide donc à ne faire que deux parties du livre. La première telle qu’elle est, et la seconde que je suis tenté d’intituler « Le Choix Impossible », c’est‑à‑dire la France et l’Afrique, mais ce titre n’est que tout à fait provisoire. En revanche, je vous demande conseil à ce sujet d’ailleurs, j’avais pensé intituler l’ensemble du livre « À chacun sa longue marche », montrant comment chacun de nous entreprend, en effet, une très longue marche […] J’espère, à ce train, pouvoir achever cette deuxième partie vers la fin mars. Elle occupera les années 1946‑1966 : 20 ans (…) Je vois maintenant, de façon très claire, cette deuxième partie, évitant l’écueil de l’ouvrage dogmatique, du journal et des mémoires. Je continue – comme je l’indique dans mon avant-propos – des réflexions sur moi‑même19.

22Des électeurs demandent aussi par lettre quelques services au député, à l’élu de la constituante, de l’Assemblée de l’Union Française. Il y a la correspondance avec les étudiants africains en France, et en particulier avec celui qui les représente. Futur ministre de Senghor et secrétaire général de l’UNESCO, Ahmadou Moktar M’Bow envoie à Gabriel d’Arboussier quelques réclamations concernant la situation des étudiants, de même que des documents divers pour étayer ses demandes (budget type, etc.). Il y a, enfin, les lettres adressées et reçues de personnes appartenant à la mouvance communiste, que ce soit au PCF ou au Mouvement des partisans de la paix…

Les photographies

23Et à côté de ces correspondances ou, pour mieux dire, illustrant ces correspondances, on trouve des centaines de photographies. La première est ancienne : elle représente Gabriel d’Arboussier enfant à Ouagadougou, entouré de ses domestiques, vêtu d’une djellabah blanche et coiffé d’une toque.

24La plus tardive est celle de sa tombe, à Genève. Et, entre les deux, on a les photographies de la famille d’Henri d’Arboussier, Henri lui‑même, les d’Arboussier, les Marliave à qui ils sont alliés, des photos de Paule, la sœur, de Lory, la femme européenne d’Henri d’Arboussier; des photos d’Antoinette Nevès, épouse de d’Arboussier et de leurs enfants, de Seydou Nourou Tall…

25On trouve aussi des photographies plus officielles, de Senghor, de Mamadou Dia, d’Houphouët‑Boigny, de d’Arboussier, en tant que ministre de la Justice de Senghor, ou directeur de l’UNITAR.

26Rares sont les archives familiales aussi riches et continues. À côté des mémoires, texte abouti et très intellectuel, elles permettent de se faire une excellente idée des réseaux, familiaux, professionnels et politiques de Gabriel d’Arboussier, tout en livrant des fragments de sa personnalité, des éléments qui permettent de mieux comprendre sensibilité et croyance. Les photographies complètent, illustrent le récit, construisant à la/de manière iconique le roman de Gabriel d’Arboussier.

Entretiens

27Et pour affiner le tout, il y a les entretiens : ceux menés avec la famille, en l’occurrence Paule, sœur de Gabriel qui, en 2017, au moment de l’entretien venait de fêter ses 100 ans, et Mireille, la fille aînée ; ceux avec Anta, l’autre fille de Gabriel qui vit en Côte d’Ivoire, avec Bernard Conein, le fils de Monique Veber, ancienne résistante et secrétaire du RDA, avec qui d’Arboussier partageait sa vie parisienne tout en restant marié avec Antoinette Neves ; avec Christiane Johannot Gradis, la fille de Anne‑Marie Johannot avec qui il a fondé l’INNIT (Institut pour l’étude, la recherche et les progrès de l’immunologie, de la transfusion sanguine et des secteurs connexes de la santé dans les pays en développement). Ces entretiens offrent autant de portraits, de perception de Gabriel d’Arboussier qu’il y a d’interlocuteurs ‑trices ; d’Arboussier dans son rôle de père, pas toujours simple, d’Arboussier en frère aimant et aimé, d’Arboussier en père spirituel ; d’Arboussier enthousiaste ou dépressif, d’Arboussier homme public et privé.

28Toutes ces sources, mises ensemble permettent une biographie, une biographie qui est une entrée parmi d’autres sur l’histoire encore largement à faire des derniers moments de l’Empire français d’Afrique, de la décolonisation et de ses acteurs et, last but not least, du tout début des indépendances. Elles se complètent, voire parfois se contredisent, chacun ayant (pour paraphraser Pirandello) sa vérité. Mais elles sont à la fois témoignages et productrices de récits historiques, objectives et subjectives, factuelles et réflexives, bref un matériau idéal pour toutes celles et ceux qui prétendent écrire l’histoire.

Bibliographie

Articles et contributions à des ouvrages

Blum Françoise & Rillon Ophélie, 2018, « Mémoires sensibles, mémoires métisses de la colonisation. Les réflexions intimes de Gabriel d’Arboussier », Socio‑anthropologie, no 37.

Thioub Ibrahima, 1997, « Gabriel d’Arboussier et la question de l’unité africaine (1945‑1965) » in Becker Ch., Ndiaye S. & Thioub I., (dir.), AOF : réalités et héritages. Sociétés ouest‑africaines et ordre colonial, 1895‑1960, Direction des Archives du Sénégal, Dakar, p. 346‑357.

Notice à paraître dans Dictionnaire des mobilisations et contestations africaines (‘Maitron Afrique’)

Site web

Notice dans base de données des députés français : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/179

Notes

1 Le Niger et le Tarn, np. dactyl. [1964] ; Intime réflexion, 174p. dactyl., [1967].

2 Intime réflexion, p. 1.

3 Il existe une littérature très abondante sur l’autobiographie, dont Philippe Lejeune est une des figures majeures. Pour des ouvrages qui vont au‑delà de l’espace européen, on peut citer : Genres autobiographiques en Afrique/Autobiographical genres in Africa, 1996 : Actes du 6e Symposium international Janheinz Jahn, Berlin : Dietrich Reimer Verlag,; Autobiographies et récits de vie en Afrique, Itinéraires et contacts de culture, 1991, vol. 13, Paris : L’Harmattan, (coordonné par Bernard Mouralis) ; Ruggiu François‑Joseph, 2013, The uses of first person writings: Africa, America, Asia, Europe, Bern : Peter Lang ; Warner Tobias, 2016, “Para‑Literary Ethnography and Colonial Self‑Writing: The Student Notebooks of the William Ponty School”, Research in African Literatures, vol. 47, no 1, p. 1‑19 ; Wright Marcia , 1988, « Autobiographies, histoires de vie et biographies de femmes africaines en tant que textes militants », Cahiers d’études africaines, p. 45‑58.

4 Pour une définition savante de ce que sont des Mémoires, voir : Jean‑Louis Jeannelle, 2008, Écrire ses mémoires au xxe siècle : déclin et renouveau d’une tradition, Paris, Gallimard.

5 Intime réflexion, p. 17.

6 Ibid., p. 25.

7 Ibid., p. 21.

8 d’Arboussier, Le RDA est toujours anti‑colonialiste (Lettres ouvertes à Félix Houphouë‑Boigny), Dakar‑Paris, impr. Pour le commerce et l’industrie, s.d.

9 Afrique noire, 24 juillet 1952.

10 White Owen, 1999, Children of the French Empire : miscegenation and Colonial Society in French West Africa 1895‑1960, Oxford : Clarendon Press ; Saada Emmanuelle, 2007, Les enfants de la colonie : les métis de l’empire français, La Découverte, Paris ; Jean‑Baptiste Rachel, 2014, Conjugal Rights: Marriage, Sexuality and Urban life in Colonial Libreville, Gabon, Ohio University Press, Athens ; Ray Carina E., 2015, Crossing the Color Line: Race, Sex, and the Contested Politics of Colonialism in Ghana, Ohio Univ. Press, Athens ; Tisseau Violaine , 2017, Être métis en Imerina au xixe et xxe siècle, Karthala, Paris.

11 Violaine Tisseau et Rachel Jean‑Baptiste en donnent néanmoins quelques exemples.

12 Gueye Doudou, 1975, Sur le sentier du temple, Les Rouyat, Ventabren.

13 Lisette Gabriel, 1983, Le combat du Rassemblement démocratique africain, Présence africaine, Paris.

14 Lettre d’Henri à Adolphe d’Arboussier (son père), 1916. Archives d’Arboussier.

15 Lettre de Djibo Bakary à Gabriel d’Arboussier, Niamey, 22 juin 1950.

16 Lettre de Fodeba Keita à Gabriel d’Arboussier, Paris, le 28 juillet 1951.

17 Lettre de Félix Moumié à Gabriel d’Arboussier, Mora le 23 décembre 1950.

18 261 J7/Afrique noire 97 –Dossier Feix – Sous‑‑dossier Afrique noire, hommes – Ss‑dossier Gabriel d’Arboussier

19 Lettre de Gabriel d’Arboussier à Jorge et Zelia Amado, 9 janvier 1967, Archives d’Arboussier.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/27204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/27204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/27204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search