Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

J

Journaux du Secrétariat royal

Sŭngjŏngwŏn ilgi 承政院日記

Diaries of the Royal Secretariat

Kim Daeyeol

Résumé

Les Journaux du Secrétariat royal de la dernière dynastie coréenne des Yi (1392‑1910) sont des documents manuscrits de la cour, émanant du Secrétariat royal, le Sŭngjŏngwŏn. Ils nous renseignent sur les ordres royaux, les rapports adressés aux rois ainsi que sur des notes administratives et rituelles. Enregistrements journaliers de l’ensemble des affaires de l’État classés par date sur la période 1623‑1910 (en 3243 volumes), ils constituent une source historiographie primordiale et riche sur les affaires politiques, économiques, culturelles, juridiques, sociales, mais aussi sur les phénomènes naturels observés, la gestion du personnel administratif et les faits divers liés aux souverains et aux hauts fonctionnaires.

Texte intégral

1Les Journaux du Secrétariat royal, Sŭngjŏngwŏn ilgi (承政院日記) sont les documents de la cour de la dernière dynastie coréenne : celle des Yi (全州李氏, 1392‑1910) du Chosŏn (朝鮮, 1392‑1897). Le Secrétariat royal ou Sŭngjŏngwŏn (承政院) avait pour mission d’assurer la transmission des ordres du roi, et la liaison entre le roi et la haute administration. Ces Journaux nous renseignent sur les ordres royaux, les rapports adressés aux rois ainsi que sur des notes administratives et rituelles.

2Les journaux du Sŭngjŏngwŏn nous sont parvenus sous forme de manuscrits. Ils couvrent une période allant du 3e mois de l’année d’avènement du roi Injo (仁祖, r. 1623‑1649) au 8e de la 4e année du roi Sunjong (純宗, r. 1907‑1910) : 1623‑1910. Ils comportent 3243 volumes contenant environ 243 millions de sinogrammes. Les manuscrits originaux sont aujourd’hui conservés à l’Institut du Kyujanggak de l’Université Nationale de Séoul. Le Sŭngjŏngwŏn ilgi a été inscrit en 2011 dans le Registre Mémoire du Monde par l’UNESCO (http://www.unesco.org).

3Suivant le grand code administratif promulgué en 1392, première année de la dynastie, la cour établit un bureau, le bureau du Secrétariat royal, Sŭngjibang (承旨房), au sein de la Cour centrale du gouvernement, le Chungch’uwŏn (中樞院), succédant à l’institution gouvernementale de la dynastie précédente des Wang du Koryŏ (高麗, 918‑1392). Le Sŭngjibang était principalement chargé de la transmission des ordres royaux.

4Le bureau du Secrétariat fut appelé Sŭngjŏngwŏn à partir de 1405 et jusqu’à 1894. Il était constitué d’un premier président, tosŭngji (都承旨), de deux présidents, sŭngji (承旨), de deux vice-présidents, pusŭngji (副承旨), d’un vice‑président auxiliaire, tongbusŭngji (同副承旨), de deux secrétaires, chusŏ (注書) et d’un secrétaire extraordinaire auxiliaire, sabyŏn kajusŏ (事變假注書) ; le bureau disposait en outre de vingt‑cinq clercs civils, sŏri (書吏). Présidents, vice‑présidents et vice‑président auxiliaire avaient le grade de 1e rang de la troisième 3e classe, et chacun d’eux cumulait généralement un autre poste dans le gouvernement. L’influence qu’ils exercèrent sur le plan politique dépendait de l’autorité du roi qu’ils servaient.

5Les Journaux étaient rédigés par les secrétaires : dans un premier temps, l’un d’entre eux, à côté des historiographes fonctionnaires, assistait à des discussions entre le roi et ses sujets à propos des affaires de l’État, dont il prenait note de manière très rapide ; dans un second temps, il faisait recopier au propre ses notes par l’autre secrétaire. Les documents déjà rédigés, tels que placets et rapports, étaient, quant à eux, recopiés par les clercs. Au début de la dynastie, toutes les affaires publiques devaient être en principe rapportées au roi par les hauts fonctionnaires eux-mêmes. Cependant, à partir du xviie siècle, un premier « rapport » dit kyesa (啓辭) était confié à un président qui le faisait mettre au propre sous la forme d’une « première note », ch’ogi (草記 ; ou d’un ch’och’aek 草冊) par un secrétaire avant de le transmettre au roi. Ces deux sortes de documents (notes prises sur le vif et rapports mis au propre) constituent ensemble le journal du jour. Un volume réunissant les journaux d’une quinzaine de jours ou d’un mois était présenté aux présidents, et conservé au Secrétariat.

6On trouve ainsi dans les Journaux :

  • tous les ordres du roi ;
  • tous les rapports faits au roi par le Conseil des Censeurs, sahŏnbu (司憲府) et la Cour des Remontrances, Saganwŏn (司諫院) ;
  • les rapports ch’ogi des bureaux d’administration considérés comme méritant d’être enregistrés ;
  • les documents présentés au roi par la Haute cour de justice, Kŭmbu (禁府) considérés comme méritant d’être enregistrés ;
  • les grandes lignes des placets adressés au roi ;
  • les demandes au roi d’emploi, de renvoi, de nomination, de démission, de congé des fonctionnaires ;
  • les salutations au roi de la part des médecins, yakpang (藥房) de chaque bureau, du Secrétariat royal, du Cabinet des compositeurs, Hongmun’gwan (弘文館) et de la cour ;
  • les Gazettes de la Cour, Chobo (朝報) ;
  • l’essentiel des rapports de chaque province ;
  • les réponses au roi par les commis royaux à des questions du roi, ŏsa hoegye (御使回啓) ;
  • les rapports au roi sur les fonctionnaires inculpés, et personnes à récompenser par le ministère des Fonctionnaires civils et le ministère de la Défense, sech’o (歲抄) ;
  • les rapports sur les fonctionnaires réemployés après avoir été inculpés et destitués, sŏyong (敍用) ;
  • les phénomènes naturels extraordinaires rapportés par le Bureau d’observation des phénomènes météorologiques, Kwansanggam (觀象監).

7Enregistrements journaliers de l’ensemble des affaires de l’État classés par date, les Journaux constituent une source historiographique primordiale et riche. Au cours de la dynastie, ils étaient consultés pour l’étude de précédents lorsque la cour du Chosŏn discutait sur la politique. Ils nous renseignent sur les affaires politiques, économiques, culturelles, juridiques, sociales, mais aussi sur les phénomènes naturels observés, la gestion du personnel administratif et les faits divers liés aux souverains et aux hauts fonctionnaires. En particulier, les enregistrements quotidiens des phénomènes météorologiques constituent des sources primaires pour des études sur les phénomènes naturels à l’époque du Chosŏn. De même, les enregistrements relatifs aux soins médicaux des rois fournissent des matériaux rares pour des recherches en histoire de la médecine.

8Si les Annales de règne du Chosŏn (Chosŏn wangjo sillok 朝鮮王朝實錄) ont été éditées de manière critique après validation, sélection et révision, et actuellement disponibles en ligne dans une version sud‑coréenne de référence (http://sillok.history.go.kr) ; les Journaux, eux, n’ont pas subi le même sort. Ils nous sont parvenus tels qu’ils ont été élaborés par manuscrit et sans examen critique ni validation scientifique.

9Des documents similaires auraient existé à l’époque du Koryŏ ; en effet, au cours de la précédente dynastie exista un bureau chargé de la transmission des ordres royaux, mais dont le titre et le statut subirent de nombreux changements. Cependant, les « journaux » de ce bureau ne nous sont pas parvenus. Les Journaux du Secrétariat royal auraient été tenus au cours de la première moitié du Chosŏn, cependant, ceux‑ci ont été perdus. Ceux qui précèdent le règne de Sŏnjo (宣祖, r. 1567‑1608) ont été brûlés au cours de la guerre de résistance contre le Japon envahisseur (1592‑1598). La plupart des journaux produits entre les invasions japonaises de la fin du xvie siècle et la montée sur le trône d’Injo (r. 1623‑1649) ont été détruits pendant la révolte de Yi Kwal (李适, 1587‑1624) de 1624. Injo fit restaurer les journaux postérieurs aux invasions. Mais ces derniers disparurent dans l’incendie qui se produisit dans les locaux du Secrétariat en 1744 (20e année de Yŏngjo). Yŏngjo (英祖, r. 1724‑1776) fit reconstituer les journaux perdus à partir de documents connexes mais la reconstitution ne représente qu’un tiers de la dimension originelle. Par la suite, les Journaux subirent encore dégâts et pertes partiels, mais furent à chaque fois restaurés.

Bibliographie

Ouvrages

Courant Maurice, 1986, Répertoire historique de l’administration coréenne, Centre d’Études coréennes du Collège de France, coll. Cahier d’études coréennes, Paris (fac‑simile du manuscrit de 1891).

Sŭngjŏngwŏn ilgi sogae (승정원일기 소개) dans le site de Kuksa p’yŏnch’an wiwŏnhoe (국사편찬위원회) (http://sjw.history.go.kr/intro/intro.do#), consulté le 16 juillet 2018.

Article

Chun Hae‑jong (全海宗), 1964, «Sŭngjŏngwŏn ko : Ŭndae chorye wa Yukchŏn chorye rŭl t’onghayŏ pon kŭ immu wa chikche » (承政院攷 政院銀臺條例와 六典條例를 통하여 본 그 任務와 職制), The Chin‑Tan Hakpo (震檀學報) 25, Séoul, p. 182‑221.

Auteur

Département d’Études coréennes, Inalco, Paris

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search