Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

H

Histoire des Han postérieurs (Hou Hanshu)

History of the Later Han (Hou Hanshu)

Béatrice L’Haridon

Résumé

L’Histoire des Han postérieurs de Fan Ye, écrite environ trois siècles après les événements qu’elle rapporte, présente la particularité de s’appuyer sur de nombreux ouvrages historiques préexistants, mais, les dépassant par sa qualité, elle s’est rapidement imposée comme la seule histoire des Han postérieurs sous la forme « annale‑biographie ».

Texte intégral

1Comme les Mémoires historiques (Shiji 史記) de Sima Qian 司馬遷 et l’Histoire des Han (Hanshu 漢書) de Ban Gu 班固 avec lesquels elle forme une sorte de trinité de l’historiographie chinoise classique (san shi 三史), l’Histoire des Han postérieurs, composée à une époque de division (communément appelée Dynasties du Nord et du Sud, 420‑589), fut d’abord une œuvre entreprise à titre privé. En revanche, à la différence des deux autres œuvres, elle n’apparaît pas comme le fruit d’une vocation familiale, mais plutôt comme celui de circonstances politiques tragiques : c’est en effet suite à une disgrâce (en 432) que son auteur, Fan Ye 范曄 (398‑446), lettré issu d’une famille puissante, et lui‑même appartenant au premier cercle de l’empereur Wen 文 (r. 424‑453) de la dynastie méridionale des Song (42‑479), est libéré, à son corps défendant, du travail et des intrigues de la cour et se met à composer cette histoire. Il trouve très insatisfaisantes les histoires précédentes, notamment celle de Ban Gu, et affirme avec fierté la supériorité de son œuvre, même s’il reconnaît aussi avoir compris les enjeux de l’historiographie sur le tard, alors qu’il avait déjà entrepris son travail. Un retour en grâce quelques années plus tard suspend probablement cette œuvre monumentale, qui restera inachevée, car Fan Ye ne survivra pas à une seconde purge politique.

2L’Histoire des Han postérieurs présente la particularité de reposer principalement, non sur les archives impériales ou sur des documents d’époque, depuis longtemps disparus, mais sur d’autres œuvres historiques, dont la transmission a ensuite été interrompue, l’œuvre de Fan Ye ayant rapidement supplanté ses devancières. En effet, huit « Histoire des Han postérieurs » (ba jia Hou Han shu 八家後漢書) avaient déjà été écrites au cours des siècles suivant la chute de la dynastie, témoignant de la richesse de l’historiographie à l’époque médiévale. Cependant, seul les Annales des Han postérieurs (Hou Han ji 後漢紀) de Yuan Hong 袁宏 (328‑376), écrit sous la forme d’annales, a subsisté.

  • 1 Voir notice correspondante dans la présente encyclopédie.

3Le projet initial de Fan Ye consistait en cent chapitres, sur le modèle de l’Histoire des Han1, comprenant dix chapitres d’annales (ji 紀), quatre‑vingt de biographies (zhuan 傳) et dix traités monographiques (zhi 志). Les neuf premiers chapitres annalistiques font le récit chronologique des règnes des différents empereurs de cette dynastie, et le dernier est consacré, de manière exceptionnelle, aux impératrices, manière de reconnaître leur importance politique. Les quatre‑vingt chapitres biographiques comportent également d’importantes innovations détaillées ci‑dessous. Cependant, la mort prématurée de Fan Ye l’empêcha de rédiger les traités, et les éditeurs ultérieurs complétèrent l’ouvrage en y intégrant trente traités écrits par un autre auteur, Sima Biao 司馬彪 (v. 246‑ v.306), portant ainsi à cent vingt le nombre de chapitres. Ces traités abordent les mesures et le calendrier, les cérémonies, les sacrifices, l’astronomie, la cosmologie, les commanderies et les principautés, les fonctionnaires, et enfin les chars et les vêtements (c’est‑à‑dire les règles somptuaires).

4Si une part importante de la trame du récit historique lui fut fournie par les nombreuses histoires antérieures, en particulier les Mémoires sur les Han du Pavillon oriental (Dongguan Han IJ 東觀漢記), vaste histoire officielle des Han postérieurs composée en plusieurs étapes par des équipes d’historiens, Fan Ye trouve matière à déployer son talent propre d’historiographe dans la sélection des textes et dans ce que nous pourrions appeler un « paratexte » historiographique, qui trouve dans son œuvre un développement sans précédent : il s’agit des introductions aux divers chapitres (xu 序), des discussions (lun 論) qui apparaissent au cours des chapitres ou à la fin en guise de conclusion, et des jugements (zan 贊), pièces rimées qui visent à saisir la quintessence de tel ou tel personnage. Clairement distingués du récit historique lui‑même, ces divers textes proposent des synthèses et des réflexions dont la vigueur, la clarté et la qualité littéraire leur vaudront d’être édités de manière autonome ou d’être intégrés dans des anthologies. Ils manifestent également, comme chez Ban Gu, l’importance de la pensée confucéenne dans l’interprétation de l’histoire.

5Parmi les quatre‑vingt chapitres biographiques, plusieurs présentent des innovations importantes, témoignant d’une transformation significative de l’écriture historique à l’époque médiévale. Certains chapitres « collectifs » permettent de mettre au jour des problèmes historiques spécifiques, ainsi le chapitre sur la « Proscription du parti des lettrés » (chap. 67) ou le chapitre sur les eunuques (chap. 78). Aux côtés des chapitres désormais classiques sur la « Forêt des lettrés » (rulin 儒林), les « Fonctionnaires civilisateurs » (xunli 循吏) et les « Fonctionnaires cruels » (kuli 酷吏), l’Histoire des Han postérieurs ajoute un chapitre sur la littérature (wenyuan 文苑), les « Hommes singuliers » (duxing 獨行), les « Techniciens » (fangshu 方術), les « Ermites » (yimin 逸民) et les « Femmes exemplaires » (lienü 列女).

Bibliographie

Ouvrage

Mansvelt Beck B. J., 1990, The Treatises of Later Han: Their Author, Sources, Contents, and Place in Chinese Historiography, Brill, Leiden & New York, 296 p. [9004088954]

Articles et contributions à des ouvrages

Bielenstein Hans, 1954, “The Restoration of the Han Dynasty: With Prolegomena on the Historiography of the Hou Han Shu”, Bulletin of the Museum of Far Eastern Antiquities, no 26, p. 1‑210.

Egan Ronald C., 1979, “The Prose Style of Fan Ye”, Harvard Journal of Asiatic Studies, no 39.2, p. 339‑401.

Eicher Sebastian, 2016, “Fan Ye’s Biography in the Song shu: Form, Content, and Impact”, Early Medieval China, no 22, p. 45‑64.

Zufferey Nicolas, 2016, « Les “Hommes singuliers” du Hou Han shu », Asiatische Studien, no 70.3, p. 815‑861.

Notes

1 Voir notice correspondante dans la présente encyclopédie.

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search