Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

H

« Histoire comme arme (L’) ». Se réapproprier les archives à Cuba dans les années 1960

“History as a Weapon”. Reclaiming the Archives in Cuba in the 1960s

«La historia como arma». Reapropiarse los archivos en Cuba en la década de los 1960s

Kali Argyriadis

Résumé

Dans les années 1960, des historiens et géographes cubains ont entrepris une exploration des archives dans le but d’écrire « l’histoire des gens sans histoire ». Cet intérêt puisait ses racines dans un courant déjà ancien à Cuba, mais qui était resté relativement marginal. Celui‑ci s’inspirait également en partie de l’école des Annales, et croisait les préoccupations premières des sciences sociales cubaines, en particulier celles de l’anthropologie. En suivant José Luciano Franco, Manuel Moreno Fraginals, Juan Pérez de la Riva, Pedro Deschamps Chapeaux, leurs collaborateurs et leurs étudiants dans leur quête de sources inédites, cet article s’attache à poser quelques jalons pour la compréhension de ce courant historiographique cubain d’une grande richesse. Il s’interroge également sur les conditions de la production de ces données et sur les débats nationaux et internationaux qui ont contribué à générer ces initiatives.

In the 1960s, Cuban historians and geographers began an exploration of archives with the goal of writing "the story of people without history". This interest was rooted in an already old trend in Cuba, but which had remained relatively marginal. It was also partly inspired by the Annales School, and intersected with the primary concerns of the Cuban social sciences, especially those of anthropology. Following Jose Luciano Franco, Manuel Moreno Fraginals, Juan Perez de la Riva, Pedro Deschamps Chapeaux, their collaborators and their students in their quest for unpublished sources, this article aims to establish a framework in order to understand this Cuban historiographical trend. It is also interested in exploring the conditions behind the production of these data and the national and international debates that contributed to generating these initiatives.

En la década de 1960, historiadores y geógrafos cubanos emprendieron una exploración de los archivos con el objetivo de escribir "la historia de la gente sin historia". Este interés se enraizaba en una corriente ya vigente en Cuba, pero que permanecía relativamente al margen de los discursos oficiales. Dicha corriente se inspiraba en parte de los trabajos de la escuela de los Annales, y convergía con las primas preocupaciones de las Ciencias Sociales en Cuba, especialmente aquellas que tenían que ver con la antropología social y cultural. Siguiendo los pasos de José Franco Luciano, Manuel Moreno Fraginals, Juan Pérez de la Riva, Pedro Deschamps Chapeaux, sus colaboradores así como sus alumnos en su búsqueda de fuentes inéditas, este artículo trata de sentar las bases para la comprensión de esta corriente historiográfica cubana de una gran riqueza. Interroga también las condiciones de producción de estos datos, así como los debates nacionales e internacionales que contribuyeron a generar estas iniciativas.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir à ce propos l’article à venir de Castillo & Plascencia.

1Dans les années 1960, un groupe d’historiens et de géographes cubains ont entrepris, dans la chaleur de la révolution sociale naissante, une exploration inédite des archives dans le but d’écrire « l’histoire des gens sans histoire » : celle de ceux qui avaient été amenés de force dans l’île, ou par l’intermédiaire de contrats qui les enchaînaient contre leur volonté à leurs employeurs, les Africains, les Chinois, les Haïtiens, les Jamaïcains, les Canariens, les Galiciens, et leurs descendants. Cet intérêt pour des couches de la population considérées jusque‑là comme peu dignes d’intérêt puisait ses racines dans un courant déjà ancien à Cuba, mais qui était resté relativement marginal1. Celui‑ci s’inspirait également en partie de l’école des Annales, et croisait les préoccupations premières des sciences sociales cubaines, qui s’emparèrent elles aussi de l’opportunité offerte par le soutien initial du gouvernement révolutionnaire et de l’UNESCO pour créer des institutions comme l’Institut d’Ethnologie et de Folklore ou l’Ensemble Folklorique National.

2Pour les anthropologues en particulier, ces travaux se révélèrent cruciaux, car ils inaugurèrent une forme inédite de micro‑histoire et mirent au jour des sources qu’ils purent croiser avec les sources orales qu’ils avaient eux‑mêmes collectées. Mal connus à Cuba même, et a fortiori hors de l’île, ils constituent un corpus à la fois peu estimé par l’histoire officielle cubaine, dont les objets nobles par excellence (la lutte pour l’indépendance et la révolution de 1959) remplissent les manuels scolaires de héros et de martyrs, et peu glorifié par certaines approches historiographiques critiques cubaines contemporaines, qui leur reprochent leur trop grand marxisme. Ce sont par conséquent plutôt les anthropologues et les ethno‑historiens qui soulignent aujourd’hui leur rôle de pionniers ayant ouvert le champ de la connaissance de l’histoire de l’esclavage, du travail forcé et des pratiques culturelles et religieuses des populations qui les ont subis à Cuba.

  • 2 Voir par exemple les travaux développés ici : http://www.ram-wan.net.
  • 3 Programme de la JEAI Antropocuba, IRD, CNRS, Instituto Cubano de Antropología, Instituto (...)

3Depuis plusieurs années, se sont développées des recherches portant sur l’histoire et l’épistémologie comparées des anthropologies nationales dans les pays dits « du sud »2 ou s’interrogeant sur les relations entre histoire et anthropologie en Amérique latine. C’est dans ce cadre, et plus particulièrement dans celui d’une recherche collective sur l’histoire de l’anthropologie cubaine3, qu’il a été possible de poser quelques jalons pour la compréhension de ce courant historiographique cubain d’une grande richesse, mais aussi de s’interroger sur le repérage de sources inédites, la production de données et les débats nationaux et internationaux qui ont contribué à générer ces initiatives.

Réécrire l’histoire cubaine du point de vue de ses marges

4Dans l’effervescence et les espoirs suscités par l’arrivée des guérilleros au pouvoir en 1959, de nombreux chercheurs cubains en sciences humaines choisirent de se mobiliser pour redonner voix et dignité au « Peuple ». Ce terme recouvrait alors une signification à la fois englobante, un « nous tous » paradigme de la masse résistante des exploités d’hier (les ouvriers, les paysans, les prostituées, les travailleuses domestiques, les personnes de couleur) et de tous ceux qui déclaraient les défendre, et clivante, excluant ceux qui étaient considérés comme les exploiteurs du système néocolonial mis en échec, et qui avaient fui l’île. Pour les historiens en particulier, il s’agissait de réviser en profondeur l’histoire cubaine et de la réécrire du point de vue de ses marges, des petites gens – et donc, notamment, de la population servile.

  • 4 Métis, né dans une famille pauvre de La Havane, José Luciano Franco Ferrán (1891‑1989) a (...)

5Ce courant avait été initié dès les années 1920 par l’anthropologue Fernando Ortiz, qui, reprenant et approfondissant les travaux développés à la fin du xixe siècle par l’historien Antonio Bachiller et Morales, avait ouvert la voie à l’étude des origines ethniques des esclaves africains et à celle de leurs formes d’organisation et de transmission de pratiques religieuses, linguistiques et culturelles. Ami et collaborateur de celui‑ci, José Luciano Franco4, entre autres, s’était attelé dès la fin des années 1930 à la recherche de sources permettant de compléter ces connaissances et de montrer le rôle important qu’avaient joué ces populations dans l’histoire des luttes abolitionnistes et indépendantistes. Il fut en particulier le premier, à partir des années 1960, à étudier l’histoire des noirs marrons, de leurs villages (palenques) et des rébellions et conspirations d’esclaves et de « libres de couleur ». D’autres historiens comme Raúl Cepero Bonilla ou Walterio Carbonell avaient par ailleurs vivement critiqué une vision de l’histoire « écrite par les Blancs », ignorant ou niant le rôle majeur joué par les populations d’origine africaine dans la construction de l’identité nationale, sans toutefois explorer la question des sources.

À la recherche de nouvelles sources pour la Bibliothèque nationale José Marti

  • 5 Né à La Havane (1920‑2001), fils d’un gérant de centrale sucrière, il fait d’abord des é (...)
  • 6 Cubain d’origine canarienne, il est né à Biarritz (1913‑1976) lors d’un voyage de ses (...)
  • 7 Cubain d’origine haïtienne et modeste né à La Havane (1913‑1994), chimiste de formation (...)

6Toute une génération de jeunes historiens cubains marxistes, formés par ailleurs à d’autres sciences sociales et issus de milieux très divers, pour certains de retour d’exil, convergèrent en 1959 vers les Archives nationales et la Bibliothèque nationale José Marti, alors en pleine restructuration. Parmi eux, Manuel Moreno Fraginals5, Juan Pérez de la Riva6, Pedro Deschamps Chapeaux7, Zoila Lapique, Raúl Cepero Bonilla, Virgilio Perera, Ramón de Armas et d’autres encore sur les parcours desquels l’espace de cette notice ne permet pas de s’attarder.

7La bibliothèque nationale disposait alors d’un rutilant palais entièrement neuf, construit par le régime précédent. Hélas, affirmait Juan Pérez de la Riva, elle était très pauvre en documents :

  • 8 Pérez de la Riva, 1989 [1975], p. 211.

La direction révolutionnaire de la bibliothèque a devant elle une tâche énorme, il faut tout faire, créer les services essentiels pour un public qui ne tardera pas à arriver, remplir ces kilomètres infinis d’étagères qui s’étendent à travers treize étages vides comme une hallucinante jungle grise. Tout manque, sauf les pierres, les marbres et les vitraux colorés. Dix‑neuf départements, qui n’étaient pas prévus au départ, sont créés, et parmi eux la Collection Cubaine qui héritera de la responsabilité de maintenir et de réorganiser la Revista8.

8Pour réécrire l’histoire de Cuba, il faut donc aussi commencer par partir à la recherche des documents qui serviront de sources et rempliront ces étagères. Les historiens engagés dans cette entreprise mettent donc à contribution leurs élèves et leur font quitter les bancs de l’Université pour les emmener avec eux fouiller les stocks disponibles dans tous les recoins de l’île, puis à l’étranger. En guise d’exercices pratiques, ils leur demandent, par exemple, de réécrire l’histoire des États‑Unis en se basant sur les documents qu’ils ont trouvés au Département des États‑Unis du ministère des Affaires étrangères. Profitant du semi‑chaos qui règne encore en 1959, Manuel Moreno Fraginals organise des expéditions semi‑officielles en province pour récupérer les archives comptables de dizaines de centrales sucrières (ingenios).

9L’un des jeunes étudiants de l’école d’histoire de l’Université de La Havane d’alors, Rodolfo Sarracino, explique comment s’est effectuée cette formation originale, véritable plongée en apnée dans les archives :

  • 9 Entretien avec Rodolfo Sarracino Magriñat, 25 février 2016.

Il ne s’agissait plus de passer des heures à nous transmettre la pensée de nos historiens connus, mais de faire de la recherche. Parce que l’idée c’était que notre histoire devait être réévaluée et réanalysée, et que l’on devait lui ajouter les nouveaux éléments qui surgissaient à chaque minute des documents9.

  • 10 Hortensia Pichardo Viñals (1904‑2001), institutrice, historienne, pédagogue, p (...)

10Il y fait la connaissance des historiens évoqués plus haut, rédige des fiches pour Manuel Moreno Fraginals, et se familiarise, sous la houlette d’Hortensia Pichardo10, avec le fonctionnement des Archives nationales et la recherche de documentation.

  • 11 Qualifiée par Sidney W. Mintz de contribution intellectuelle majeure pour l’étude de Cub (...)
  • 12 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 10‑12. De fait, comme on le verra plus loin, idéalement (...)
  • 13 La publication de ces deux documents par l’Association des Techniciens du sucre de Cuba (...)
  • 14 Dont le titre est un clin d’œil évident au fameux Contrapunteo cubano del taba (...)

11Dans les remerciements qui précèdent cette œuvre monumentale11, qui entendait « suivre les traces » de la production sucrière à Cuba pour explorer non seulement l’histoire de l’économie de plantation cubaine durant trois siècles mais également ses répercussions sociales, politiques, technologiques et écologiques, Manuel Moreno Fraginals indique clairement qu’il s’agit d’un travail collectif, cataloguant en particulier Zoila Lapique, Virgilio Perera et Juan Pérez de la Riva comme co‑auteurs : « Il y a des pages de ce travail dont je ne sais plus si elles sont de lui ou de moi »12. Il signale que lui et son équipe ont voulu « utiliser des méthodes distinctes des conventionnelles » et partir de sources différentes de celles utilisées usuellement, une « terre vierge » qui les a conduit logiquement à des résultats inédits, incluant l’étude elle‑même, ainsi qu’un dictionnaire des termes employés dans l’industrie sucrière entre le xvie et le xixe siècle et de leurs différents sens selon les régions et les époques, un catalogue des milliers de centrales sucrières ayant existé sur cette même période sous différents noms, un volume statistique des chiffres de la production à différentes échelles13 et enfin une étude en finalisation intitulée Sucre, tabac et lutte de classes14.

Enquêtes sur l’Industrie sucrière et la population servile

  • 15 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 168‑169 et t. III.
  • 16 Avoir vécu parmi la bourgeoisie ultra‑conservatrice de Caracas l’a, dit‑il, aidé à compr (...)
  • 17 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 167.
  • 18 MorenoFraginals, 1978, t. I, p. 259‑260.

12Pour cette recherche de plus d’une décennie, outre les Archives nationales, la Bibliothèque nationale ou les Archives Générales des Indes de Séville (section Cuba), ils partent à la recherche d’autres sources. Pour résoudre le problème de la falsification des chiffres de la production des centrales au début du xixe siècle, ils croisent les livres de comptabilité de milliers de celles‑ci, les rapports journaliers d’état de la récolte et d’état du contingent d’esclave, les schémas techniques des machines dont l’ouvrage offre de nombreuses reproductions15 et l’expérience pratique de Manuel Moreno Fraginals en tant que publiciste dans une centrale sucrière vénézuélienne16, pour « pénétrer dans le monde fondamental des rendements et des techniques (…) arriver au cœur même du complexe producteur »17. Pour comprendre les différents statuts serviles en vigueur à différentes époques, ils parcourent les jugements de tribunaux relatifs aux plaintes des esclaves loués ou ayant entrepris de se racheter, ou concernant les demandes de blanchiment de l’acte de naissance de la part de mulâtres libres. Ils comparent minutieusement les règlements officiels successifs du travail esclave et les régulières protestations qu’ils suscitent parmi les propriétaires terriens, en montrant que ces derniers sont esclavagistes parce que malgré de nombreuses tentatives, ils ne parviennent pas à constituer autrement une classe de travailleurs agricoles à bas coût18.

  • 19 En 1817, l’Espagne signa un traité avec l’Angleterre, dans lequel elle s’engag (...)
  • 20 L’exemple de la frégate Amistad, connu du grand public grâce au film de Steven (...)
  • 21 Moreno Fraginals, 1978, tome I, p. 270.
  • 22 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 273.
  • 23 C’est‑à‑dire opposée au courant défendant l’annexion de Cuba aux États‑Unis.
  • 24 Cabrera & Ibarra, 1998, p. 10.
  • 25 Il fait de même pour approfondir sa compréhension des livres de comptabilité : (...)
  • 26 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 278.

13Le problème de la falsification des chiffres se pose bien évidemment au sujet du nombre d’esclaves introduit illégalement à Cuba après 181719: ils exhument alors les rapports des fonctionnaires du port de La Havane auprès du Consulat royal, décrivant avec une précision horrifiante le traitement réservé aux esclaves pendant la traversée20; mais aussi les rapports confidentiels chiffrés des consuls anglais anti‑esclavagistes Richard Madden et David Turnbull (obtenus grâce à un réseau d’espionnage commercial) auprès du gouvernement britannique, cherchés et trouvés aux archives du Public Record Office21, et les pondèrent avec les recensements officiels de l’état des dotations d’esclaves dans les centrales sucrières. Dans ces rapports jusque‑là inédits, sont retrouvés des documents permettant de mieux comprendre, de l’intérieur le quotidien des esclaves, comme la seconde partie « perdue » de l’autobiographie de l’esclave poète Juan Francisco Manzano22. Se basant sur une correspondance secrète interceptée par la police espagnole et conservée aux Archives historiques de Madrid (section Ultramar), ils découvrent un revirement complet du gouvernement anglais dans les années 1850, qui couvre une recrudescence de la traite dans le cadre de son alliance avec la saccharocratie négrière anti‑annexionniste23. Manuel Moreno Fraginals utilise également les sources orales dont il dispose : les récits d’un vieil homme de 90 ans appelé Wenceslao, ancien esclave qui lui raconte, de son point de vue, la vie quotidienne de La Havane avant l’indépendance24, ou encore le témoignage de son propre père, administrateur de la centrale Juraguá à Jatibonico25, qui arborait en 1915 les ruines de l’un des plus grands baraquements à esclaves de l’île, contrastant avec celles d’un tout petit moulin à sucre à traction animale : « Mon père, homme de grande culture et folkloriste‑né (…) interrogea les personnes âgées de la zone et en particulier les Africains survivants. La réponse quasi unanime fut que la petite centrale était un écran pour servir de couverture à un centre de réception de contrebande négrière »26.

  • 27 Deschamps Chapeaux, 1971, p. 11.
  • 28 Pérez de la Riva, 1964, p. 27.
  • 29 Ce dernier avait été aiguillé sur la piste de ces quelques milliers de « retou (...)
  • 30 Pérez de la Riva, 1964, p. 33.

14Rendre ainsi la parole à ceux qui n’avaient jamais été entendus, écouter leur propre version du récit national, comprendre de l’intérieur la façon dont ils se représentaient et agissaient sur le monde, dans une démarche profondément anthropologique, fut une préoccupation constante de ce groupe d’historiens : « Des gens qui faisaient partie de l’histoire étaient ignorés par ceux qui écrivaient l’histoire »27. À partir de 1963, Juan Pérez de La Riva entreprit quant à lui de publier dans la revue de la Bibliothèque nationale José Martí une partie de ces documents jamais ouverts auparavant, afin de « présenter, à travers des cas particuliers, une vision globale de la vie et des luttes du peuple cubain »28. Le second article de cette série intitulée « Documents pour l’histoire des gens sans histoire » reproduit intégralement le témoignage de vingt‑trois candidats au « retour  » en Afrique, hommes, femmes et enfants, passagers du navire Avon, en route pour Lagos via Southampton en 1854, et recueillis dans un état déplorable par les autorités portuaires, car, trompés par un capitaine peu scrupuleux les menaçant de les vendre à nouveau, ils n’avaient été nourris que par la charité des autres passagers, et contraints de dormir sur le pont pendant toute la traversée. Issu de l’Anti‑Slavery Reporter (1854), annoté et commenté par Juan Pérez de la Riva29 et traduit par Renée Méndez Capote, ce document n’avait, nous dit l’historien, « jamais été, à notre connaissance, ni reproduit ni cité par personne. Il s’agit d’une publication rarissime et l’exemplaire qui est arrivé entre nos mains avait encore ses pages non coupées »30. On y découvre, aujourd’hui encore avec étonnement que ces anciens esclaves originaires de la région avaient réussi à prendre et à envoyer des nouvelles à leur famille, parfois retrouvé un frère à La Havane, une mère au Nigeria, ou encore adopté un orphelin ; qu’ils avaient été, pour certains, esclaves de leurs propres compatriotes libres établis à La Havane, ces derniers les traitant plus durement encore que les créoles, et surtout que tous étaient parvenus à réunir la somme nécessaire à leur voyage et à leur projet d’établissement à Lagos.

15Pour cette série, Juan Pérez de la Riva se refuse à produire des textes de loi ou des récits « sentimentaux », leur préférant, explique‑t‑il,

  • 31 Cette démarche sera également celle d’anthropologues comme Miguel Barnet, qui (...)
  • 32 Pérez de la Riva, 1964, p. 27.

des documents in extenso ou sous forme d’extraits, inédits ou peu connus, se référant à un cas spécifique, à un être humain réel31, avec un nom et un prénom, dont l’aventure soit le fidèle reflet de celle de milliers d’autres. (…) le propos était de présenter, à travers des cas particuliers, une vision globale de la vie et des luttes du peuple cubain 32.

  • 33 Pour une liste complète des textes parus dans la section « Documentos para la (...)

16Avec Pedro Deschamps Chapeaux et d’autres, il poursuivra l’entreprise en publiant des documents sur les coolies chinois (leurs conditions de voyage, les contrats qui les liaient, le trafic engendré par ce système de contrats dès 1844, la façon dont certains réussirent à obtenir leur liberté), les rapports tirés des Parliamentary Papers du diplomate anglais Jos Tucker Crawford sur la traite clandestine en 1860, les testaments de noirs et mulâtres libres, les esclaves fugitifs urbains, les derniers arrivages clandestins d’esclaves africains, ou encore plusieurs parcours personnels de ces « libres de couleur » dockers, tailleurs, sages‑femmes, dentistes, musiciens ou militaires, et de ces coolies en différentes périodes du xixe siècle à La Havane. En partie réunis en 1974 dans un ouvrage quasi‑homonyme par Pedro Deschamps Chapeaux et Juan Pérez de la Riva, ces documents bruts33, précédés d’une rapide présentation contextuelle, ont pu être considérés comme pauvres en réflexion théorique. On ne peut cependant les comprendre sans les replacer au sein de l’ensemble des textes mentionnés ici, lesquels, mis bout à bout, forment littéralement système.

Une démarche en rupture avec « l’histoire officielle »

17Si cette œuvre collective originale est peu ou mal connue des non‑cubanistes, et à Cuba même où leurs apports ne sont que peu mis à profit hors des cercles intellectuels ou militants pour la reconnaissance de l’apport africain à la culture cubaine, c’est parce que leur démarche est entrée, dès la fin des années soixante, en rupture avec le courant rigide de ce que Manuel Moreno Fraginals n’a eu de cesse de nommer « les historiens officiels ». Dans un texte célèbre qu’il dédia au Che et qui fit de grands remous34 intitulé « L’histoire comme arme », ce dernier invita en 1966 les historiens révolutionnaires à refaire des recherches (reinvestigar), en mettant en œuvre pour cela une méthodologie novatrice et en formant les jeunes générations à cette nouvelle historiographie. Attaquant de front l’approche classique de l’histoire en cours à cette époque, il appelait dans ce texte à se distancier du corpus de sources « sélectionné par les classes dominantes » : non pas à le rejeter mais à le considérer comme une partie seulement de la documentation, et à fouiller les sources jusque‑là dédaignées, « le monde si riche des choses jamais touchées et jamais commentées »35. Le problème, précisait‑il, est que les sources documentaires ont presque toutes été compilées, voire expurgées, par les classes au pouvoir, créant ainsi des « mythes historiques » : « La lampe magique de nos historiens professionnels, Aladins de l’histoire, efface du panorama de l’île les tragiques figures silencieuses d’un demi‑million d’esclaves »36. Comment alors reconstruire l’histoire des classes dominées, ou une histoire depuis une autre perspective, mais en restant vigilant à ne pas remplacer les mythes dominants par d’autres, tout aussi factices ou peu nuancés ?37 Manuel Moreno Fraginals, qui s’était attaqué à la figure de José Antonio Saco, présenté comme le père du projet national cubain, en montrant que ce dernier, antiabolitionniste, n’était en aucun cas mu par une perspective altruiste, mais réclamait tout au plus une plus grande autonomie pour l’oligarchie blanche sucrière38 s’était déjà attiré les foudres des censeurs et réglait indirectement ses comptes avec eux à travers ce texte39.

  • 40 Cabrera & Ibarra, 1998, p. 9.
  • 41 Moreno Fraginals, 1966, p. 22.

18Refusant tout compromis avec l’idéologie quelle qu’elle soit – « Je déteste la posture de l’historien juge », confie‑t‑il à la fin de sa vie40 – Manuel Moreno Fraginals faisait tenir son programme méthodologique en quatre points fondamentaux. D’abord donc, ne rejeter aucune source, croiser au contraire les sources officielles avec d’autres qu’il était nécessaire d’aller chercher : les « sources vivantes », le « témoignage vivant des acteurs des faits »41, en ne s’interdisant pas de faire de l’histoire contemporaine, ou encore les chiffres, utilisés de manière critique en les comparant les uns aux autres, ce qui supposait un bon niveau en mathématiques. Ensuite, faire du terrain, comprendre par l’expérience, par la pratique concrète, de l’intérieur, les systèmes de production et les réseaux commerciaux :

  • 42 Moreno Fraginals, 1966, p. 27.

l’élève [d’histoire aujourd’hui] n’est pas mis au fait des grands problèmes de la production ; il n’apprend pas comment on trace un flux technologique et par conséquent il ne comprendra jamais, dans son essence, quelle profonde transformation a provoqué en Europe le complexe lié aux nouveaux tissus, ou à Cuba l’application de l’évaporation à vide dans les centrales sucrières. Il n’a pas la moindre idée de la manière de procéder à l’analyse d’un marché, d’une consommation, d’une vente, d’une distribution ; il ne sait pas comment on étudie les modules de vie d’une communauté rurale42.

  • 43 Ibid., p. 28.
  • 44 Ibid., p. 28.
  • 45 Ibid., p. 23.

19D’autre part, assumer que les résultats de la recherche sont toujours le fruit d’un travail collectif et en finir les rivalités personnelles et leur pendant, la cooptation : « tu fais une recension de mon livre – je fais une recension de ton livre »43. Enfin, ne pas hésiter à insuffler de la passion dans l’écriture : « Qui n’est pas capable de comprendre la beauté extraordinaire et le fabuleux monde intellectuel qu’il y a derrière un hybride de maïs, une machine ou un nouvel aliment pour le bétail, celui-là ne sera jamais historien »44, ne pas craindre par conséquent d’être subjectif, et ne jamais se déconnecter de la vie réelle, car « dehors, hors des archives et de la bibliothèque, la vie, qui a été à l’origine ces documents que [l’historien] consulte, suit son cours »45.

  • 46 Fontana, 1995.
  • 47 Voir entre autres à ce propos Franco Ferrán José Luciano, 1961 et Moreno Fraginals Manue (...)

20Pour l’historien espagnol Josep Fontana, des textes comme «La historia como arma» ou El ingenio ont marqué toute une génération. Il qualifie Manuel Moreno Fraginals d’« hérétique », dans le bon sens du terme : de ceux qui « finissent par être les seuls à rester fidèles à la vieille orthodoxie »46. Durant la période de durcissement idéologique, désignée à Cuba par le terme de « quinquennat gris » qui a marqué les années 1970, Manuel Moreno Fraginals, comme beaucoup d’autres, a payé relativement cher cette posture d’électron libre. Nommé à des postes à l’Université Central de Las Villas, puis au ministère du Commerce extérieur, au ministère de la Culture, ou encore à l’Instituto Nacional de Arte, il n’a jamais enseigné en tant que professeur à l’Université de La Havane (il finira par s’exiler à Miami en 1994). Toutefois, alors qu’au même moment les anthropologues cubains sont sommés d’abandonner le thème afro‑cubain pour se consacrer entièrement à l’élaboration d’un Atlas ethnographique (terminé et publié en 2000) dans la droite ligne de l’ethnologie soviétique, les travaux de ces historiens parviennent à être publiés. Et Manuel Moreno Fraginals, aux côtés de José Luciano Franco, déployant leurs activités dans le cadre de l’UNESCO, sont en première ligne pour mener à bien un projet mûri de longue date, cher à Fernando Ortiz : mettre à l’ordre du jour de cette institution l’appui aux recherches sur l’influence des cultures africaines dans les sociétés américaines et ajouter un tome « Amériques » à l’Histoire générale de l’Afrique47.

  • 48 Réédité en 2014 à Cuba et traduit en anglais, en portugais et en japonais.
  • 49 Un programme de numérisation des archives est en cours au Archives nationales de (...)
  • 50 Voir par exemple les journées d’étude La historia como arma. En el 50 aniversario (...)

21Conséquence de cette longue mise à l’écart, et à l’exception notable de El Ingenio48, il est cependant aujourd’hui difficile, à Cuba, de se procurer les ouvrages cités ici, dont l’édition est épuisée depuis longtemps, et ce alors qu'en 2019, « L’histoire comme arme » est étudié en première année d’histoire dans le cours de Méthodologie de la recherche historique, à l’Université de La Havane. Il en va de même pour d’autres livres et compilations d’articles, parfois réédités pourtant, mais immédiatement épuisés du fait de leur succès, comme El Barracón y otros ensayos, 1975, Cuba y la migración antillana, 1979, ou Los culies chinos en Cuba, 2000 de Juan Pérez de la Riva, La conspiración de Aponte, 1963 ou La diáspora africana en el nuevo mundo, 1975, de José Luciano Franco, El negro en el periodismo cubano en el siglo xix, 1963 ou El negro en la economía habanera del siglo xix, 1970, de Pedro Deschamps Chapeaux. Reste, à ceux qui n’ont pas les moyens de payer à prix d’or les bouquinistes de la capitale, la solution de revenir aux sources, au cœur des vastes salles de lecture de la Bibliothèque nationale, et, plus récemment, de s’échanger les pages photographiées de ces livres qui tombent vite en miettes. En attendant la numérisation et la mise à disposition de ces œuvres sur internet49, ou la systématisation des archives de ces auteurs, on peut aussi s’intéresser aux nombreux débats suscités par une nouvelle génération d’historiens cubains à leur propos50. Car il reste évidemment beaucoup à dire sur ces travaux, leurs auteurs, leurs parcours, et sur d’autres qui n’ont été que très brièvement mentionnés ici. Le but de cette notice n’était pas, loin s’en faut, de brosser un tableau exhaustif des productions historiques cubaines dans les années 1960. Tout au plus espère‑t‑il avoir suscité l’intérêt et donné envie de (re)lire ces textes d’une grande richesse, tant pour l’étude des historiographies cubaines que pour celle de l’histoire des anthropologies latino‑américaines au xxe siècle.

Figure 1. Éditions originales de quelques‑uns des ouvrages cités.

Figure 1. Éditions originales de             quelques‑uns des ouvrages cités.

Photo de l’auteur

Bibliographie

Ouvrages

Deschamps Chapeaux Pedro, 1971, El negro en la economía habanera del siglo xix, UNEAC, La Habana, 202 p.

Deschamps Chapeaux Pedro & Pérez de La Riva Juan, 1974, Contribución a la historia de la gente sin historia, Editorial de Ciencias Sociales, La Habana, 282 p.

Franco Ferrán José Luciano, 1961, Afroamérica, Junta Nacional de Arqueología y Etnología, La Habana, 206 p.

Moreno Fraginals Manuel, 1960, José Antonio Saco. Estudio y bibliografía, Universidad Central de Las Villas, Santa Clara, 200 p.

Moreno Fraginals Manuel, 1978 [1964], El Ingenio. Complejo económico-social cubano del azúcar, 3 t., Editorial de Ciencias Sociales, La Habana, 270 p.

Moreno Fraginals Manuel (ed.), 1977, África en América Latina, UNESCO/Siglo XXI ed., México, 436 p. [9789232014368]

Sarracino Magriñat Rodolfo, 1988, Los que volvieron a África, Editorial de Ciencias Sociales, La Habana, 269 p.

Articles et contributions à des ouvrages

Cabrera Olga, & Ibarra Isabel, 1998, “Fragmentos de una conversacion interrumpida”, Encuentro de la Cultura Cubana, no 10 (Homenaje a Manuel Moreno Fraginals), Madrid, p. 3‑10.

De Armas Ramón, 1975, “Prólogo”, in Pérez de la Riva Juan, El Barracón y otros ensayos, Editorial de ciencias sociales, La Habana, p. 9‑14.

Fontana Josep, 1995, “Presentación”, in Moreno Fraginals Manuel, Cuba / España, España / Cuba : historia común, Ed. Grijalbo‑Mondadori, Barcelona, p. 5‑9.

Morejón Seijas Blanca, 2008, “Un elogio para Juan Pérez de la Riva Pons (1913‑1976)”, Revista Cubana de Salud Pública, vol. 34, no 1.

Moreno Fraginals Manuel, 1966, “La historia como arma”, Revista Casa de las Américas, no 40, p. 20‑28.

Pérez de la Riva Juan, 1964, “Documentos para la historia de las gentes sin historia”, Revista de la Biblioteca Nacional José Martí, año vi, no 1, p. 27‑52.

Pérez de la Riva Juan, 1989 [1975], “Para una nueva lectura del passado”, Revista de la Biblioteca Nacional José Marti no 1, p. 207-213.

Quinn Kate, 2007, “Cuban Historiography in the 1960s: Revisionists, Revolutionaries and the Nationalist Past”, Bulletin of Latin American Research, vol. 26, no 3, p. 378‑398.

Notes

1 Voir à ce propos l’article à venir de Castillo & Plascencia.

2 Voir par exemple les travaux développés ici : http://www.ram-wan.net.

3 Programme de la JEAI Antropocuba, IRD, CNRS, Instituto Cubano de Antropología, Instituto Cubano de Investigacion Cultural « Juan Marinello » et de l’axe 4 du LMI MESO (http://urmis.unice.fr/?Histoire-et-epistemologie).

4 Métis, né dans une famille pauvre de La Havane, José Luciano Franco Ferrán (1891‑1989) a exercé les métiers de balayeur et d’ouvrier du tabac tout en parvenant à étudier le journalisme, l’urbanisme et l’histoire, devenant fonctionnaire municipal. En 1937, il rejoint la Sociedad de Estudios Afrocubanos nouvellement créée par Fernando Ortiz, et y prononce une conférence intitulée « Pouchkine, le grand poète mulâtre ». Les mouvements de révolte des Africains et de leurs descendants en Amérique sont ses thèmes de prédilection. Avant la révolution, il avait réalisé notamment les biographies du poète esclave Juan Francisco Manzano et du général de l’armée indépendante cubaine, le mulâtre Antonio Maceo.

5 Né à La Havane (1920‑2001), fils d’un gérant de centrale sucrière, il fait d’abord des études de droit, puis obtient en 1944 une « demi‑bourse » pour aller étudier au Colegio de México tout nouvellement créé, sur l’invitation de l’historien mexicain Silvio Zavala, qui lui apprend à décloisonner l’histoire. Il poursuit ensuite ses études en Espagne à l’Instituto de cultura hispanica, où il fréquente le groupe littéraire du Café Gijon, puis rentre à Cuba où il travaille d’abord à l’Universidad de Oriente puis à la Bibliothèque nationale José Martí. Il publie à cette époque des travaux sur la figure d’Agustín de Iturbide et sur une description des archives existantes sur les missions cubaines dans les archives européennes. À la suite du coup d’État de Fulgencio Batista, il part au Venezuela en 1952 et y travaille comme agent commercial, fondant son propre bureau d’études de marché. Lecteur compulsif, il utilise son temps libre pour faire des fiches d’ouvrages de littérature, sciences sociales, mathématiques et économie. Évoquant cette période de sa vie, il se dit aussi bien marqué par Le Capital de Karl Marx que par Casa‑grande e senzala de Gilberto Freyre (1933), Contrapunteo cubano del tabaco y el azucar de Fernando Ortiz (1940), Le déclin de l’Occident de Oswald Spengler (1922) ou les numéros des Annales qu’il réussit à se procurer.

6 Cubain d’origine canarienne, il est né à Biarritz (1913‑1976) lors d’un voyage de ses parents, propriétaires terriens. Jeune étudiant communiste, ingénieur électrique, il est emprisonné puis expulsé en France en tant « qu’étranger indésirable » en 1934. Il entreprend alors des études d’histoire, de géographie et de démographie à Grenoble auprès de Raoul Blanchard, Edmond Esmonin, Marc Bloch et Alfred Sauvy (De Armas, 1975, p. 11). Il y passe 10 ans et y obtient son doctorat. De retour à Cuba, il renonce pendant quinze ans à la recherche pour se consacrer à l’administration de la propriété familiale, dans la Sierra del Rosario. En 1959, il rejoint les rangs de la révolution et donne ses terres à l’État, assorties d’une étude intitulée "Hacienda San José del Sumidero: Informe al INRA, Zona PR2, julio de 1959. Estudio económico y social" (Morejón, 2008).

7 Cubain d’origine haïtienne et modeste né à La Havane (1913‑1994), chimiste de formation et historien autodidacte. En 1962, il rejoint l’équipe de chercheurs du tout jeune Instituto de Etnología y Folklore. Auteur de nombreux travaux sur la petite bourgeoisie « de couleur » libre et esclave à Cuba sous le régime colonial, il obtint son doctorat d’histoire en 1984 à l’Université de La Havane, qu’il rejoint alors en tant que chercheur titulaire, pour prendre sa retraite en 1988.

8 Pérez de la Riva, 1989 [1975], p. 211.

9 Entretien avec Rodolfo Sarracino Magriñat, 25 février 2016.

10 Hortensia Pichardo Viñals (1904‑2001), institutrice, historienne, pédagogue, professeure à l’Université de La Havane à partir de 1962 (technique en recherche historique et historiographique cubaine), est entre autres connue pour sa compilation des écrits de Carlos Manuel de Céspedes et ses Documentos para la historia de Cuba en 4 tomes, publiés en 1976 (mais, comme on le comprend avec ce témoignage, préparés et utilisés dès le début des années 1960), destinés à enseigner aux étudiants à travailler à partir de sources primaires. Sur sa biographie, son œuvre et ses méthodes pédagogiques, on peut consulter http://www.cubaliteraria.cu/autor/hortensia_pichardo/biografia.html.

11 Qualifiée par Sidney W. Mintz de contribution intellectuelle majeure pour l’étude de Cuba, de la Caraïbe et de l’histoire du sucre (“What he has explained to us no one else had ever explained so well. I suspect that no one else will ever explain it better”, http://morenofraginals.com/in-memoriam). Le premier des trois tomes fut publié en 1964 par la Commission nationale cubaine de l’UNESCO, contre l’avis des historiens responsables éditoriaux d’alors, qui le taxèrent de « contre‑révolutionnaire ». Mais Manuel Moreno Fraginals avait réussi à faire parvenir son manuscrit au Che, qui balaya les réticences et ordonna que 300 exemplaires soient immédiatement imprimés et envoyés dans toutes les centrales de l’île (Cabrera & Ibarra, 1998, p. 6‑7). En prologue de l’édition définitive (1978), on trouve la reproduction de la lettre d’Ernesto Guevara : « Je ne me souviens pas d’avoir lu un livre latino-américain où se conjuguent ainsi la méthode d’analyse marxiste la plus rigoureuse, la méticulosité historique et le souffle de passion, qui le rend si passionnant ».

12 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 10‑12. De fait, comme on le verra plus loin, idéalement il faudrait lire El Ingenio parallèlement à El Barracón (1975) de Juan Pérez de la Riva, à El negro en la economía habanera del siglo xix (1971) de Pedro Deschamps Chapeaux, à Contribución a la historia de la gente sin historia (1974) de Juan Pérez de la Riva et Pedro Deschamps Chapeaux, voire à La diáspora africana en el nuevo mundo de José Luciano Franco (1975). Tous ces travaux ont été publiés avec de grandes difficultés dans les années 1970, mais ont été conçus dans les années 1960.

13 La publication de ces deux documents par l’Association des Techniciens du sucre de Cuba (ATAC) est annoncée, mais il semble qu’elle n’ait pas réalisée. Personne ne semble savoir où sont passés les originaux (voir à ce propos http://www.revistacaliban.cu/articulo.php?numero=20&article_id=196).

14 Dont le titre est un clin d’œil évident au fameux Contrapunteo cubano del tabaco y del azucar (1940) de l’anthropologue Fernando Ortiz, qui a été traduit récemment en français par Jacques‑François Bonaldi sous le titre Controverse cubaine entre le tabac et le sucre.

15 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 168‑169 et t. III.

16 Avoir vécu parmi la bourgeoisie ultra‑conservatrice de Caracas l’a, dit‑il, aidé à comprendre la mentalité de la saccharocratie cubaine du xixe siècle.

17 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 167.

18 MorenoFraginals, 1978, t. I, p. 259‑260.

19 En 1817, l’Espagne signa un traité avec l’Angleterre, dans lequel elle s’engageait à supprimer le trafic d’esclaves au nord de l’équateur. Ce traité pris légalement effet en 1820.

20 L’exemple de la frégate Amistad, connu du grand public grâce au film de Steven Spielberg (1997), évoqué p. 264 du tome I de El Ingenio, sera examiné par la suite plus en détails par de nombreux autres historiens. Signalons que les pages 117 et 118 du même tome ont inspiré le synopsis et certains dialogues d’un autre film célèbre : La Ultima Cena, du réalisateur cubain Tomas Gutiérrez Alea (1976). Manuel Moreno Fraginals, en explorant les relations conflictuelles entre l’Église catholique et la saccharocratie, y évoque le cas exceptionnel d’un propriétaire terrien qui avait voulu faire pénitence en lavant les pieds de ses esclaves, tel le Christ, provoquant par cette démonstration de faiblesse la rébellion (réprimée dans le sang) de ces derniers. Il y cite également les pages du prêtre Antonio Nicolás Duque de Estrada, Explicación de la doctrina cristiana acomodada a la capacidad de los negros bozales (1797), qui comparent Jésus au contremaître, et les âmes des esclaves au sucre qu’il faut purifier et blanchir par le travail.

21 Moreno Fraginals, 1978, tome I, p. 270.

22 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 273.

23 C’est‑à‑dire opposée au courant défendant l’annexion de Cuba aux États‑Unis.

24 Cabrera & Ibarra, 1998, p. 10.

25 Il fait de même pour approfondir sa compréhension des livres de comptabilité : « J’ai assis mon père en face de moi et je lui ai dit : “Parlons de l’ingenio, Papa ”. (…) Il a pris un formulaire de comptabilité et il s’est mis à expliquer : “Ça, c’était les dépenses ; c’est dans cette partie qu’on falsifiait les comptes”. (…) J’ai commencé à chercher les vieux techniciens des centrales et avec eux j’ai obtenu chaque fois plus d’informations » (Cabrera & Ibarra, 1998, p. 7).

26 Moreno Fraginals, 1978, t. I, p. 278.

27 Deschamps Chapeaux, 1971, p. 11.

28 Pérez de la Riva, 1964, p. 27.

29 Ce dernier avait été aiguillé sur la piste de ces quelques milliers de « retournés » cubains par Pierre Verger, auteur d’ouvrages de référence sur le même phénomène à partir du Brésil, qui lui avait dit avoir rencontré dans plusieurs villes de ce qui était alors le Dahomey des personnes se disant « descendantes de Cubains » et en tirant une grande fierté. Pedro Deschamps Chapeaux avait, quant à lui, recueilli le témoignage oral de personnes âgées nées en pays yoruba, narrant les fêtes organisées en 1897 dans un quartier populaire de La Havane pour souhaiter un heureux retour à d’autres candidats à la (re)traversée (Pérez de la Riva, 1964, p. 29, 31). C’est Rodolfo Sarracino, cité antérieurement, qui profita de son affectation auprès de l’Ambassade de Cuba au Nigeria en 1976 pour retrouver certains de ces descendants de Cubains, puis explorer les archives anglaises (Public Record Office), lire les historiens nigérians et documenter avec précision l’existence d’allers‑retours et d’échanges épistolaires entre familles de l’une et l’autre rive de l’Atlantique. Rodolfo Sarracino tint ainsi la promesse faite à Pedro Deschamps Chapeaux qui pensait que Fernando Ortiz s’était trompé en attribuant la mention d’un retour en Afrique de certains anciens esclaves cubains à « une erreur de ses pauvres informateurs » (Sarracino, 1988, p. 6). Cette recherche, publiée en 1988, reçut à l’époque un succès mitigé dans le milieu académique cubain car il condamnait une habitude historiographique cubaine particulièrement nocive : « écrire sur la présence africaine aux différentes étapes de notre histoire nationale, sans prendre en compte l’histoire africaine, et en ne la circonscrivant qu’à l’histoire européenne » (Sarracino, 1988, p. vii).

30 Pérez de la Riva, 1964, p. 33.

31 Cette démarche sera également celle d’anthropologues comme Miguel Barnet, qui a travaillé sur des témoignages oraux érigés en parcours‑type, dont le plus célèbre est sans doute la Biografia de un cimarrón, publiée en 1966.

32 Pérez de la Riva, 1964, p. 27.

33 Pour une liste complète des textes parus dans la section « Documentos para la historia de las gentes sin historia » entre 1963 et 1974, consulter le site de la revue de la Bibliothèque nationale José Marti (http://revistas.bnjm.cu/index.php/).

34 Quinn, 2007, p. 384.

35 Moreno Fraginals, 1966, p. 26.

36 Ibid., p. 25.

37 Ibid., p. 26)

38 Ibid

39 À ce sujet, voir notamment http://www.epoca2.lajiribilla.cu/articulo/9021/manuel-moreno-fraginals-y-su-desafio-historiografico-a-jose-antonio-saco.

40 Cabrera & Ibarra, 1998, p. 9.

41 Moreno Fraginals, 1966, p. 22.

42 Moreno Fraginals, 1966, p. 27.

43 Ibid., p. 28.

44 Ibid., p. 28.

45 Ibid., p. 23.

46 Fontana, 1995.

47 Voir entre autres à ce propos Franco Ferrán José Luciano, 1961 et Moreno Fraginals Manuel, 1977.

48 Réédité en 2014 à Cuba et traduit en anglais, en portugais et en japonais.

49 Un programme de numérisation des archives est en cours au Archives nationales de Cuba depuis 2015, et un autre à la BNJM, en partenariat avec la Bibliothèque nationale François Mitterrand.

50 Voir par exemple les journées d’étude La historia como arma. En el 50 aniversario de El Ingenio, organisées par Fernando Martínez Heredia à l’Instituto cubano de Investigación Cultural Juan Marinello du 14 au 16 octobre 2014.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Éditions originales de quelques‑uns des ouvrages cités.
Crédits Photo de l’auteur
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/25198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.frMollat