Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

Les textes fondamentaux de l'après-guerre

Rapport récapitulatif de la Commission d’étude des États‑Unis sur les bombardements stratégiques (guerre du Pacifique)

Traduction de Michael Lucken

Texte intégral

Présentation

1La Commission d’étude des États‑Unis sur les bombardements stratégiques (US Strategic Bombing Survey ou USSBS) a été constituée le 3 novembre 1944 par ordre du président Roosevelt pour faire le bilan des bombardements sur l’Allemagne. Elle remit ses conclusions le 30 novembre 1945 à son successeur, le président Truman, qui lui avait par ailleurs confié le 15 août de la même année une enquête similaire portant sur le théâtre d’opérations du Pacifique.

  • 1  United States Strategic Bombing Survey, Summary Report (Pacific War). Une partie des documents de (...)

2La commission qui travailla sur le dossier nippon était, pour l’essentiel, composée des mêmes personnalités que celle qui œuvra sur l’Allemagne. Elle était formée de douze membres, dont onze civils. À sa tête se trouvait Franklin D’Olier, président de la compagnie d’assurances Prudential. La cheville ouvrière de l’organisation était Paul H. Nitze, un proche de la Maison‑Blanche qui occupa divers postes importants dans les cabinets gouvernementaux entre 1941 et 1953. Environ 300 civils, 350 officiers et 500 soldats travaillèrent sous les ordres de cette commission dont les bureaux furent installés à Tōkyō en septembre 1945, et les témoignages de 700 personnes de nationalité japonaise furent recueillis en l’espace de quelques mois. Le rapport final fut remis au président Truman le 1er juillet 1946. Le document original comprend trente-deux pages pour dix-neuf chapitres, hors introduction et conclusion1. Nous proposons ci-dessous une traduction de trois des quatre derniers chapitres.

  • 2  L’équivalent japonais du document américain fut publié dans sa version finale en 1949 : Keizai ant (...)

3Ce document fournit de très nombreuses données chiffrées. Néanmoins, hormis celles concernant le matériel américain investi dans les opérations, qui sont fiables, d’autres sont largement controversées, notamment celles relatives au nombre des victimes. Nous donnons en note des ouvrages plus récents proposant d’autres conclusions2. L’intérêt de ce document est surtout d’avoir constitué une base de départ, un premier bilan auquel les Japonais ont été confrontés avec d’autant plus de violence qu’il est celui du vainqueur, avec tout ce que cela implique de justification a posteriori et de rejet des responsabilités. Dans la sécheresse des chiffres, dans l’enchaînement des données factuelles, les Japonais se sont trouvés écrasés, anéantis, « défaits sur le papier ». Pourtant ils y trouvèrent aussi matière à réagir et à se reconstruire : tous les bilans qui ont pu être rédigés ultérieurement par les autorités ou les historiens japonais sont autant des études historiques que des réponses à la vision américaine de la fin du conflit.

4Ces données ont non seulement irrigué en profondeur l’historiographie contemporaine, mais elles ont aussi alimenté de nombreuses œuvres de fiction ou de création. Débordant du cadre administratif ou économique, elles ont influencé la perception que le Japon possède de lui-même et, partant, son mode de relation aux autres.

L’offensive aérienne sur les îles mères du Japon

5La stratégie de base des États‑Unis partait du principe que la décision finale dans la guerre japonaise serait obtenue par l’invasion des îles mères du Japon. L’offensive de bombardements à longue portée depuis les Mariannes a été initiée en novembre 1944, avec à l’esprit cet objectif premier. Tout comme en Europe avant le jour J, le succès de cette action aérienne stratégique devait principalement se mesurer à son efficacité à réduire les capacités et la détermination de l’ennemi à résister à nos forces amphibies au moment des débarquements. Cela conduisit, dans un premier temps, à choisir de façon prioritaire les cibles telles que les usines aéronautiques, les arsenaux, les centrales électriques, les raffineries de pétrole, ainsi que les équipements militaires, dont on pouvait espérer que la destruction affaiblirait les capacités des forces armées japonaises à résister sur les plages de Kyushu en novembre 1945, plutôt que de procéder au démembrement des infrastructures sociales, économiques et politiques de base du Japon. Certains hauts responsables militaires et rédacteurs de la présente étude, alors en mission en Allemagne pour investigation au moment où ils furent rappelés pour consultation, dirent croire que le Japon, sous l’impact coordonné du blocus et d’attaques aériennes directes, pourrait être contraint, sans invasion, de se rendre. L’avis des autorités fut cependant de considérer que l’évaluation de l’effet des bombardements sur le tissu social et sur les décisions politiques des personnes en charge du Japon était si aléatoire que la sélection des cibles ne pouvait se faire efficacement que sur la base de l’hypothèse d’une invasion terrestre nécessaire pour obtenir de force la capitulation.

6Avec le bénéfice du recul, il apparaît que les deux objectifs parallèles d’une reddition sans invasion et d’une réduction des capacités et de la détermination du Japon à résister à une invasion nécessitaient pour l’essentiel, en l’absence de reddition [spontanée], le même type d’offensive. Le Japon avait été sévèrement touché par une série de défaites militaires, la destruction du gros de sa flotte marchande et un blocus presque complet. Après une première offensive sur les usines de motorisation aéronautique, les cibles adaptées au double objectif de pousser le pays à se rendre et de réduire ses capacités à résister à une invasion étaient les infrastructures sociales et économiques. Le démantèlement grâce à des attaques en plein jour des systèmes ferroviaires et de transport, couplé à la destruction des villes au cours d’attaques nocturnes ou par mauvais temps, devait exercer une pression maximale valable pour la réalisation des deux objectifs. Ce point de vue fut finalement adopté. Bien que les offensives sur les zones urbaines commencèrent en mars 1945, celle contre le réseau ferroviaire venait de démarrer lorsque la guerre prit fin.

7Le tonnage total des bombes larguées par les avions alliés au cours de la guerre du Pacifique est de 656 400 tonnes ; dont 160 800 tonnes, soit 24 %, furent larguées sur les îles mères du Japon, avec 6 800 tonnes pour les appareils de la Marine, 7 000 tonnes pour les appareils de l’Armée et 147 000 tonnes pour les B29. Par comparaison, le tonnage total des bombes utilisées sur le théâtre d’opérations européen fut de 2 700 000 tonnes, dont 1 360 000 tonnes à l’intérieur des frontières de l’Allemagne.

8De juin 1944 à janvier 1945, environ 800 tonnes de bombes furent larguées sur les îles mères du Japon à partir de B29 stationnés en Chine. Ces raids furent d’une intensité et d’une précision insuffisantes pour produire des résultats significatifs.

9Vers la fin novembre 1944, les premières bases de bombardiers longue portée devinrent opérationnelles dans les Mariannes, quatre mois après que ces îles furent conquises. Dans les premiers temps, le nombre d’avions disponibles était faible et la résistance non négligeable. Les pertes en missions de combat étaient en moyenne de 3,6 %. Bien qu’il ait progressé mois après mois, le tonnage des bombes larguées avant le 9 mars 1945 n’atteignait, tout cumulé, que 7 180 tonnes. Les avions bombardaient à 30 000 pieds environ et le pourcentage des bombes qui touchaient leur zone cible fut en moyenne inférieur à 10 %. Néanmoins, et bien que cela corresponde à un tonnage relativement faible, les effets de celles qui touchèrent les cibles visées furent non négligeables. Durant cette période, les attaques étaient dirigées quasi exclusivement contre des cibles aéronautiques et particulièrement contre celles relevant de la production. Les principales usines de construction aéronautiques furent touchées de façon suffisamment intense et régulière pour convaincre les Japonais que ces installations ne pouvaient échapper à une totale destruction. Les Japonais furent par conséquent obligés de procéder en hâte et à grande échelle à un plan de dispersion. La pression continue exercée par les besoins militaires immédiats dans les campagnes du Pacifique, au cours desquelles de plus en plus d’appareils étaient nécessaires, avait empêché tout mouvement de dispersion antérieur. Quand la dispersion fut rendue incontournable, les tunnels souterrains, les nouveaux bâtiments ainsi que toutes les connexions primaires, comme les routes, les voies de chemin de fer et le réseau d’alimentation électrique, n’étaient pas prêts. Cela eut pour conséquence de rendre vertigineuse la chute de la production d’appareils aéronautiques qui avait déjà commencé à baisser à la mi-1944 en raison de la pénurie en alliages spéciaux nécessitant du cobalt, du nickel ou du chrome.

  • 3  Cette date correspond à l’heure américaine. Car lorsque les bombes touchent Tōkyō, on est déjà le  (...)

10Le 9 mars 1945 fut instituée une révision de fond des méthodes d’attaques des B293. Il fut décidé de bombarder de nuit les quatre principales villes japonaises depuis une altitude moyenne de 7 000 pieds. Le manque chez les Japonais de chasseurs capables de voler la nuit et d’installations anti-aériennes rendait ce plan réalisable. Les bombes incendiaires remplacèrent les bombes à forte puissance et la moindre altitude permit d’augmenter la charge explosive par avion. Mille six cent soixante-sept tonnes furent lancées sur Tokyo lors de la première attaque. Les zones visées étaient saturées. Cinquante kilomètres carrés des zones les plus densément peuplées de Tokyo furent brûlées jusqu’au sol. Le tonnage et l’intensité de cette offensive prirent les Japonais par surprise. Aucune attaque ultérieure en zone urbaine ne fut aussi destructrice. Deux jours plus tard, une offensive d’une ampleur similaire contre Nagoya détruisit 6,5 km2. Au cours d’une période de 10 jours, à compter du 9 mars, furent lâchées 9 373 tonnes de bombes sur Tokyo, Nagoya, Osaka et Kobe, détruisant 90 km2 de ces villes, pour une perte de 22 appareils sur un total de 1 595 sorties. L’effet fortement destructeur des attaques incendiaires contre les villes japonaises avait été démontré.

11Par la suite, les attaques en zone urbaine alternèrent avec des offensives à vue ou au radar sur des cibles industrielles ou militaires choisies. Elles furent complétées en avril par un plan extensif de dispersion nocturne de champs de mines dans les détroits et les ports. Cumulées, 104 000 tonnes de bombes furent dirigées sur 66 zones urbaines ; 14 150 tonnes sur des usines de fabrication d’avions ; 10 600 sur des raffineries de pétrole ; 4 708 sur des arsenaux ; 3 500 sur des cibles industrielles variées ; 8 115 sur des terrains d’aviation et bases aéronavales impliqués dans les opérations d’Okinawa ; 12 034 mines furent dispersées.

12L’altitude des bombardements diminua après le 9 mars, que ce soit pour les attaques diurnes ou nocturnes. L’opposition japonaise n’était plus effective même à faible altitude, et le pourcentage des pertes dues à l’action ennemie déclina au fur et à mesure qu’augmentait le nombre d’appareils engagés. La charge d’explosifs embarqués augmenta et les pertes en opération diminuèrent en partie grâce à une moindre sollicitation des machines à faible altitude. La précision des tirs augmenta considérablement pour atteindre une moyenne de 35 % à 40 % à l’intérieur d’un périmètre situé à 300 mètres autour du point cible lors des attaques de jour à 20 000 pieds ou moins.

13Les masses larguées passèrent de 13 800 tonnes de bombes en mars à 42 700 en juillet ; avec l’activation de la 8e Air Force sur Okinawa, ces chiffres auraient continué de croître jusqu’à une estimation de 115 000 tonnes par mois si la guerre n’avait pas pris fin.

14Les trois quarts des 6 740 tonnes de bombes larguées par les bombardiers légers sur les îles mères du Japon furent dirigées contre des terrains d’aviation, navires de guerre et d’autres cibles militaires, et un quart contre des navires marchands et d’autres cibles économiques. La plupart des navires de guerre coulés dans les ports du Japon étaient déjà immobilisés faute de carburant. La précision des attaques des bombardiers légers de faible altitude était grande, puisque, dans au moins 50 % des cas, ils frappèrent à moins de 90 mètres du point cible. Au cours de l’attaque contre la flotte de la ligne Hakodate-Aomori, les 12 ferries furent touchés ou coulés, ainsi que 17 bateaux à coque d’acier et 149 bateaux plus petits.

La santé et le moral de la population civile japonaise au cours des attaques

15Le nombre de victimes civiles au Japon, après neuf mois d’offensives aériennes, fut de 806 000 environ, y compris celles des bombardements atomiques. Parmi elles il faut compter environ 330 000 morts. Ces pertes dépassent probablement le nombre des pertes nipponnes au combat que les Japonais estiment devoir se monter à 780 000 pour toute la guerre. La cause principale des décès ou des blessures parmi les civils fut le feu. Sur le total des victimes, 185 000 environ ont été touchées à Tokyo lors de la première attaque du 9 mars 1945. Lors de nombreuses autres attaques très destructrices, le nombre de victimes fut en comparaison relativement faible. Yokohama, ville de 900 000 habitants, fut détruite à 47 % au cours d’une seule attaque qui dura moins d’une heure. Il y eut moins de 5 000 morts.

16Les Japonais avaient construit de très nombreux pare-feu, en abattant toutes les maisons situées le long de certaines rues ou barrières naturelles. Le nombre total de maisons abattues dans ce cadre s’élève, selon les Japonais, à 615 000, contre 2 510 000 en raison des attaques aériennes. Ces pare-feu ne bloquèrent pas la diffusion des flammes car les bombes incendiaires furent larguées de part et d’autre de ces défenses. Elles constituèrent néanmoins des voies de secours pour la population civile.

17Les Japonais avaient institué une organisation de défense civile avant la guerre. Ce ne fut toutefois pas avant l’été 1944 que des mesures concrètes furent prises pour réduire la vulnérabilité des populations civiles face aux attaques aériennes. Mais, à cette date, la pénurie en acier, béton et autres matériaux de construction était telle qu’on ne put construire de vrais abris anti-aériens. Chaque famille fut mise dans l’obligation de se doter d’une sorte de petite fosse couverte de bambous et de quelques débris. Des tunnels furent par ailleurs creusés à flanc de colline partout où le terrain le permettait.

18La planification japonaise et les moyens pour la mettre en œuvre furent en conséquence déficients pour espérer une organisation de défense civile de qualité. En dépit de ces réserves, les mesures de défense civile qu’ils furent capables de mettre sur pied contribuèrent de façon non négligeable à réduire les pertes. Les enfants des écoles et autres résidants des villes dont la présence n’était pas essentielle furent évacués à la campagne. Ceux qui restèrent sur place furent entraînés à combattre le feu et à se porter mutuellement secours. Le système d’alerte aérienne fut dans l’ensemble efficace. Le poids de chaque offensive fut cependant bien supérieur à ce que les Japonais avaient prévu ou étaient capables de supporter. Au cours des grandes attaques incendiaires, les organisations de défense civile furent purement et simplement débordées.

19La pénurie alimentaire croissante fut le principal facteur affectant la santé et la vigueur du peuple japonais. Avant Pearl Harbor, la consommation moyenne de calories par habitant était de 2 000 calories environ chez les Japonais pour 3 400 aux États‑Unis. La superficie de terres arables au Japon n’est que de 3 % de celle des États‑Unis pour une population supérieure à la moitié. Pour permettre un niveau alimentaire comparable à celui de l’avant-guerre, la superficie arable fut cultivée encore plus intensément, en utilisant davantage de main-d’œuvre et de fertilisants que dans n’importe quel pays au monde ; la pêche fut développée en une industrie majeure ; le riz, le soja et d’autres aliments entrant pour 19 % des calories absorbées furent importés. Malgré le rationnement mis en place dès avril 1941, la situation alimentaire se dégrada. Avec l’intensification de la guerre, les importations devinrent de plus en plus difficiles, et l’eau ainsi que le carburant pour la flotte de pêche et autres bateaux furent limités de façon croissante. La production alimentaire domestique fut elle aussi affectée par l’enrôlement des jeunes hommes et une pénurie croissante en engrais.

20En 1944, la consommation moyenne de calories par habitant avait baissé à 1 900 calories environ. Au printemps 1945, elle était autour de 1 680 calories par habitant. Les mineurs de charbon et les ouvriers de l’industrie lourde recevaient des rations supérieures à la moyenne, pour le reste du peuple, elles étaient inférieures. Le régime moyen était particulièrement sévère à cause de la diminution des graisses, vitamines et minéraux nécessaires à un bon équilibre, ce qui pesa sur les taux de guérison et de mortalité des victimes de maladies et de blessures par bombe.

21La malnutrition produisit un accroissement considérable des cas de béribéri et de tuberculose. Elle eut aussi un effet important sur l’efficacité et le moral de la population, et contribua à l’absentéisme des ouvriers.

22Une enquête de la commission sur un échantillon représentatif de la population japonaise, choisi scientifiquement, révéla un fort niveau d’uniformité entre les zones urbaines et rurales, de même qu’entre les différentes couches économiques et sociales, quant aux réactions à la guerre. Un pourcentage uniformément élevé considérait que les plus grandes faiblesses du Japon avaient été dans le domaine matériel, que ce soit le manque de ressources, de sites de production ou d’armes modernes, tandis que sa plus grande force avait été l’esprit Yamato du peuple japonais, leur résolution à faire tous les sacrifices personnels, y compris en donnant leur vie, pour l’empereur ou le Japon.

23Le peuple japonais réagit à l’annonce de l’attaque contre les États‑Unis avec un mélange de crainte, de sentiment d’insécurité et d’espoir. Pour un peuple échaudé par dix ans de guerre en Chine, il était clair qu’il s’agissait d’un conflit majeur et non d’un « incident ». Les premiers succès militaires japonais, et particulièrement la prise de Singapour et des régions méridionales, furent suivis par une vague d’optimisme et de confiance. Les défaites subséquentes furent soigneusement cachées du peuple ou déguisées en retraites stratégiques. Jusqu’à la perte de Saipan, la confiance en une prochaine victoire était grande, en dépit de charges de travail harassantes, d’une mauvaise alimentation et de l’augmentation des prix au marché noir. En juin 1944, 2 % de la population environ tenaient pour probable la défaite du Japon. Même si les effets psychologiques de ce désastre furent bien plus grands chez les responsables opérationnels et chez les intellectuels que dans la masse de la population, tous les indices montrent que le moral des Japonais commença ensuite à décliner. En décembre 1944, les offensives sur les îles mères du Japon depuis les Mariannes venaient de commencer, les défaites aux Philippines se succédaient, et la situation alimentaire s’était détériorée ; 10 % de la population pensaient que le Japon ne pouvait pas obtenir la victoire. En mars 1945, lorsque débutèrent les attaques incendiaires nocturnes et que les rations de nourriture furent réduites, ce pourcentage monta à 19 %. En juin, il était de 46 %, et, juste avant la reddition, de 68 %. Parmi ceux qui en étaient venus à cette idée, plus de la moitié en attribuait la cause principale aux attaques aériennes, hors bombardements atomiques, et un tiers aux défaites militaires.

24Soixante-quatre pour cent des gens [interrogés] affirmèrent qu’ils en étaient arrivés avant la reddition à un point où ils sentaient personnellement n’en plus pouvoir de la guerre. Parmi ceux-ci, moins de un dixième en attribuait la cause aux défaites militaires, un quart à la pénurie de nourriture et de fournitures civiles, et la plus grande partie aux attaques aériennes.

25Un aspect décisif des attaques aériennes fut la profondeur de leur impact sur le moral des gens, ce qui étouffa le Japon. En gros, un quart de tous les habitants des villes fuit ou fut évacué, et ces évacués, dont le moral était particulièrement bas, contribuèrent à répandre à travers l’Archipel le découragement et l’animosité face à la guerre. On estime que cette émigration de masse en dehors des villes concerna 8 500 000 personnes. À travers l’ensemble des îles japonaises, dont les habitants s’étaient toujours crus éloignés de toute menace, les avions américains sillonnèrent le ciel sans aucune opposition aérienne ou anti-aérienne véritable. Signe de l’imminence de la défaite, celle-ci fut dès lors manifeste aussi bien pour les gens de la campagne que pour ceux des villes.

26La baisse progressive du moral des gens se caractérisa par une baisse de l’admiration à l’égard des responsables militaires et civils, une perte de confiance dans la puissance militaire du Japon et une mise en doute croissante de l’information et de la propagande du gouvernement. Les gens perdirent patience et devinrent plus explicites dans leur critique du gouvernement, de la guerre et des événements en général. Jusqu’au bout néanmoins, les traditions nationales d’obéissance et de conformisme, renforcées par l’organisation policière, permirent un contrôle effectif du comportement de la population. L’empereur fut largement épargné par les critiques adressées aux autres autorités, ce qui maintint la fidélité des gens à son égard. Il est probable que la majorité des Japonais aurait passivement affronté la mort en poursuivant un conflit sans issue, si l’empereur en avait donné l’ordre. Quand l’empereur annonça la reddition sans condition, la première réaction des gens fut le regret et la surprise, suivis peu après par le soulagement.

  • 4  Takashima Tatsuhiko, général de division. Il est depuis mars 1945 chef d’état-major de l’armée de (...)

27La corrélation de facteurs militaires, économiques et psychologiques fut complexe. Jusqu’à un certain stade, chacun eut des conséquences sur l’autre. Comme analyse finale, la machine militaire japonaise avait laissé échapper sa raison d’être lorsqu’elle ne fut plus en mesure de protéger le peuple japonais des attaques aériennes. Lorsque la commission demanda au général Takashima sa réaction au Rescrit impérial4, celui-ci déclara que la reddition était devenue inévitable ; l’armée, même si elle avait pu repousser l’invasion, ne pouvait plus protéger le peuple japonais de l’extermination.

L’effet des bombes atomiques5

  • 5  La Commission d’étude remit parallèlement (le 30 juin 1946) un autre rapport plus détaillé de 45 p (...)
  • 6  Il est intéressant de voir qu’à la différence de ce qu’on a observé pour le grand bombardement de (...)

28Les 6 août et 9 août 1945, les deux premières bombes atomiques à usage militaire furent respectivement larguées sur Hiroshima et Nagasaki6. Cent mille personnes furent tuées, 20 km et plus de 50 % des zones construites de ces deux villes furent détruites. La première et cruciale question concernant la bombe atomique avait trouvé une réponse dans les faits, et elle était positive : l’énergie atomique était domestiquée à des fins militaires et le niveau extraordinairement puissant de ses capacités était démontré. L’examen détaillé de ses effets physiques, économiques et psychologiques occupa l’attention de la plupart des agents de la commission au Japon, afin d’arriver à une définition plus précise des capacités et limites actuelles de cette arme de destruction radicalement nouvelle.

  • 7  Il est frappant de constater que d’emblée l’effet de la bombe est décrit en utilisant une référenc (...)

29Les récits des témoins visuels de l’explosion décrivent tous des scènes similaires. Les bombes explosèrent dans un terrible flash bleu-vert, comme un immense éclair de magnésium7. Le flash fut de courte durée et accompagné d’un éclat et d’une chaleur intenses. Il fut suivi par une gigantesque onde de choc et le grondement de l’explosion. Ce bruit n’est pas conservé nettement en mémoire par les survivants près du centre de l’explosion, bien qu’il fut distinctement entendu par d’autres qui se trouvaient à 25 km. Un immense nuage blanc comme neige s’éleva rapidement dans le ciel, tandis qu’au sol, les alentours étaient plongés dans l’ombre, d’abord par une brume bleuâtre, puis par un nuage brun-violet de poussière et de fumée.

30Ces récits de témoins révèlent la séquence des événements. Au moment de l’explosion, l’énergie se libéra sous forme de lumière, de chaleur, de radiation et de pression. La gamme complète des radiations, des rayons X et gamma, à la chaleur irradiante des rayons infrarouges, en passant par les ultraviolets et les rayons lumineux, voyagèrent à la vitesse de la lumière. L’onde de choc créée par d’énormes pressions se forma quasi instantanément au cœur de l’explosion, mais se déplaça plus doucement, soit à peu près à la vitesse du son. Les gaz incandescents constituant la boule de feu originelle se propagèrent horizontalement et verticalement à une plus faible allure.

  • 8  On note avec intérêt que le terme « ground zero » (épicentre) nécessite alors d’être explicité ent (...)

31La lumière et les radiations de chaleur accompagnant le flash avancèrent en ligne droite et tout objet opaque, même une simple feuille de vigne, protégea les objets situés derrière lui. La durée du flash fut seulement d’une fraction de seconde, mais elle fut suffisamment intense pour causer des brûlures au troisième degré sur la peau à près de 2 km de distance. Les vêtements devinrent ignescents – on pouvait néanmoins les éteindre rapidement en tapant dessus –, les poteaux téléphoniques se consumèrent, les chaumières prirent feu. Les surfaces de nature combustible et de couleur noire ou foncée absorbèrent la chaleur et furent calcinées immédiatement ou partirent en flammes ; les surfaces blanches ou de couleur claire réfléchirent une grande part des rayons et ne furent pas consumées. Les lourdes tuiles d’argile noire qui sont la caractéristique presque universelle des toits des maisons japonaises fondirent à 2 km de distance. Des tests menés au Bureau national des mesures [NBS] à Washington sur des échantillons de ce genre de tuiles indiquent que pour produire de tels effets à la surface de la tuile, il a fallu que soient générées des températures dépassant les 1 800 °C. La surface de blocs de granit exposés au flash fut marquée et se fissura à des distances supérieures à 1,5 km. Dans la zone à proximité immédiate de l’épicentre (le point au sol placé juste sous l’explosion)8, la chaleur calcina les corps si bien qu’il devint impossible de les reconnaître.

32Les rayons pénétrant, tels les rayons gamma, affectèrent les films à rayons X entreposés dans le sous-sol d’un hôpital en béton à plus de 1,5 km de l’épicentre. Les symptômes qu’ils provoquèrent sur les hommes proches du centre de l’explosion, qui avaient survécu à d’autres effets, apparurent deux ou trois jours plus tard. La moelle épinière et conséquemment la production sanguine en furent affectées. Le taux de globules blancs chuta et les barrières immunitaires contre les infections furent détruites. La mort suivit généralement peu après.

33La majorité des personnes irradiées qui se trouvaient à une plus grande distance ne manifestèrent aucun symptôme avant une à quatre semaines après l’explosion. Les premiers symptômes étaient la perte d’appétit, la fatigue et un malaise général. La plupart du temps, au bout de 12 à 48 heures, la fièvre apparaissait, montant à 40‑40,5 °C, entraînant la mort dans les pires cas. Si elle cessait, le patient voyait généralement disparaître les autres symptômes et retrouvait rapidement une sensation de bonne santé. Les autres symptômes étaient la diminution des globules blancs dans le sang, la perte des cheveux et la chute du nombre de spermatozoïdes.

34Même si les rayons de cette nature ont une grande force de pénétration, les substances qu’elles traversent en retiennent une partie. Plus la masse des matières interposées est grande, plus le pourcentage des rayons qui filtrent diminue. Il en ressort que quelques dizaines de centimètres de béton, ou un peu plus s’il s’agit de terre, fournit une protection suffisante, même à proximité du point d’impact, pour éviter aux hommes les graves effets secondaires des radiations.

35L’onde de choc qui suivit le flash fut suffisamment puissante pour enfoncer les toits des structures en béton armé et pour raser complètement tout édifice moins robuste. À cause de la hauteur de l’explosion, le pic de pression de l’onde de choc à l’épicentre ne fut pas plus élevé qu’à courte distance d’une bombe ordinaire de forte puissance, et déclina au fur et à mesure qu’on s’éloignait du centre. La réverbération et la protection opposées par le relief ou par d’autres édifices rendent le schéma inégal. Toutefois, l’onde de choc fut d’une ampleur et d’une durée bien plus grandes que pour les bombes à forte puissance et la plupart des édifices en béton armé souffrirent de dommages structuraux ou s’écroulèrent dans un périmètre de 250 mètres à Hiroshima et de 700 mètres à Nagasaki. Les bâtiments en brique furent rasés jusqu’à 2 500 mètres à Hiroshima et à près de 3 000 mètres à Nagasaki. Les maisons typiques japonaises en bois furent complètement détruites jusqu’à 2 500 mètres à Hiroshima et 2 800 mètres à Nagasaki. Au-delà, les édifices subirent de plus faibles dommages, seuls les toits, les cloisons, et autres éléments de ce type furent touchés. Les vitres explosèrent jusqu’à une distance de 8 km. L’onde de choc, durant plus longtemps que celle causée par une bombe de forte puissance, fut accompagnée de davantage de débris volants. Les cadres de fenêtre, les portes et les cloisons qui seraient tombés par terre avec une bombe de forte puissance furent soufflés à grande vitesse à travers les quelques bâtiments qui restèrent debout. Les outils mécaniques ainsi que la plupart des équipements techniques dans les sites industriels ne furent pas directement endommagés par l’onde de choc, mais plutôt par la chute des bâtiments et par l’embrasement général qui s’ensuivit.

36Les descriptions ci-dessus récapitulent tous les différents facteurs de destruction des explosions atomiques à Hiroshima et Nagasaki. Il n’y eut pas d’autre facteur. Rien ne fut vaporisé ou désintégré ; la végétation a repoussé immédiatement, même juste en dessous des explosions ; il n’y aucun signe que la radioactivité se soit maintenue après l’explosion à un niveau suffisant pour être dangereuse pour l’homme.

37Voyons néanmoins les effets de ces différents facteurs de destruction sur les villes de Hiroshima, Nagasaki, ainsi que sur leurs habitants.

38Hiroshima est construite sur un large delta fluvial ; le terrain est plat et peu surélevé par rapport au niveau de la mer. La superficie totale de la ville est de 85 km2, mais seuls 23 km2 au centre sont densément peuplés. Les principales industries, qui avaient été grandement développées pendant la guerre, étaient situées à la périphérie de la ville. La population de la ville était passée de 340 000 habitants environ à 245 000 en raison du programme d’évacuation mis en place par la défense civile. L’explosion prit la ville par surprise. Une alerte a retenti, mais vu le petit nombre d’appareils, elle fut levée. En conséquence, la population n’était pas sous abri. La bombe explosa légèrement au nord-ouest du centre de la zone construite. Tous ceux qui se trouvaient dehors et exposés au premier flash subirent de graves brûlures là où ils n’étaient pas protégés par leurs vêtements. Environ 13 km2 du centre-ville furent rasés, à l’exception d’une cinquantaine de bâtiments en béton armé, dont la plupart furent dévastés à l’intérieur et un grand nombre connurent des dommages structuraux. La plupart des gens situés dans la zone rasée furent écrasés par la chute des bâtiments ou mortellement touchés par les débris volants. Peu après, de nombreux feux se déclarèrent, un petit nombre directement à cause de la chaleur de la déflagration, mais la plupart à cause de la chute des fours de cuisine à charbon ou autres causes secondaires. Ces feux gagnèrent en intensité et se rejoignirent, attisés par le vent que la chaleur montante aspirait vers le centre-ville. L’organisation de la défense civile fut complètement dépassée par le caractère global des destructions, et la propagation du feu fut davantage stoppée par les masses d’air se précipitant vers le centre de l’explosion que par les efforts des groupes de pompiers.

39Entre 60 000 et 70 000 personnes environ furent tuées, et 50 000 blessées. Sur les quelque 90 000 bâtiments de la ville, 65 000 furent rendus inutilisables et quasiment tous les autres reçurent au moins des dommages superficiels. Les installations souterraines de la ville furent épargnées, sauf à l’intersection des ponts enjambant les rivières. Toutes les petites fabriques au centre de la ville furent détruites. Toutefois, les grosses usines en périphérie furent presque toutes épargnées et 94 % des ouvriers furent indemnes. Ces usines comptaient pour 74 % de la production industrielle de la ville. On estime qu’elle aurait pu reprendre une production presque normale dans les trente jours qui ont suivi le bombardement si la guerre avait continué. Les voies ferrées traversant la ville furent réparées de telle sorte à permettre une reprise du trafic dès le 8 août, deux jours après l’attaque.

40Nagasaki était une ville fort congestionnée construite autour d’un port et le long des vallées et ravines descendant des monts environnants. Les arêtes montagneuses tombant à proximité du fond de la baie divisent en gros la ville en deux bassins. La zone construite faisait 11 km2 dont 2 km2 étaient occupés par l’industrie. Le pic de population de 285 000 habitants pendant la guerre avait baissé à 230 000 environ en août 1945, essentiellement à cause des évacuations préventives anti-aériennes. Avant le 9 août, Nagasaki avait été attaquée sporadiquement par un total de 136 avions qui avaient largué 270 tonnes d’explosifs de forte puissance et 50 tonnes de bombes incendiaires. Quelque 2 % des bâtiments résidentiels avaient été détruits ou sérieusement endommagés ; trois des grandes installations industrielles avaient subi des dommages épars. La ville était donc relativement intacte au moment du bombardement atomique.

41L’alerte fut mal donnée et par conséquent peu de personnes étaient dans les abris. La bombe explosa au-dessus du secteur nord-ouest de la ville ; l’interposition des monts protégea la plus grande partie de la ville située dans la vallée adjacente. Les radiations thermiques et les actions du souffle de la bombe de Nagasaki furent plus intenses que pour la bombe larguée sur Hiroshima. Les édifices en béton armé furent structurellement endommagés jusqu’à une plus grande distance ; les structures métalliques des bâtiments industriels des aciéries Mitsubishi et des usines d’armement furent inclinées à un degré incroyable, dans la direction contraire de l’épicentre de l’explosion. Contrairement à la situation à Hiroshima, la majorité des feux qui s’allumèrent juste après l’explosion furent la conséquence directe du flash.

42Environ 40 000 personnes furent tuées ou disparurent, et un nombre similaire blessées. Sur les 52 000 bâtiments résidentiels de Nagasaki, 14 000 furent entièrement détruits et 5 400 autres sévèrement endommagés. Quatre-vingt-seize pour cent de la production industrielle de Nagasaki était concentrée dans les grandes usines de la société Mitsubishi qui dominaient complètement la ville. Les usines d’armement et les aciéries étaient situées dans la zone où les dégâts furent les plus importants. On estime que 58 % de la valeur en yens de l’usine d’armement et 78 % de la valeur des aciéries furent détruites. La principale usine de Mitsubishi Matériel électrique était à la périphérie de la zone la plus touchée. Vingt-cinq pour cent environ de sa valeur fut détruite. Les docks – la plus grosse installation industrielle de Nagasaki et l’un des trois sites endommagés par les bombardements [classiques] à forte puissance – étaient situés de l’autre côté de la baie par rapport à l’explosion. Ils n’ont pour ainsi dire subi aucun nouveau dégât. Les usines Mitsubishi étaient toutes en activité au moment de l’attaque, mais ne tournaient pas à pleine capacité en raison de la pénurie de matières premières. Si la guerre avait continué et si l’approvisionnement en matières premières avait permis leur remise en route, on estime que les docks auraient été susceptibles de recouvrer 80 % de leur pleine capacité dans les trois à quatre mois ; qu’il aurait fallu un an pour retrouver une production régulière dans les aciéries ; que Mitsubishi Matériel électrique aurait pu relancer sa production dans les deux mois et être à pleine capacité dans les six mois ; et que la réparation de l’usine d’armement aurait nécessité quinze mois pour un rendement de 60 à 70 %.

43À peu près 400 personnes à Nagasaki se trouvaient dans les abris sous tunnel au moment de l’explosion. Les abris consistaient en de simples tunnels creusés horizontalement à flanc de colline avec des murs de protection faits de sacs de terre bruts pour en protéger l’accès. Les murs de protection furent soufflés, mais tous les occupants en retrait de l’entrée survécurent, même dans les tunnels situés presque directement sous l’explosion. Ceux qui ne se trouvaient pas dans l’alignement de l’entrée furent indemnes. Les tunnels avaient en gros une capacité de 100 000 personnes. Si l’alerte avait été donnée correctement, et si ces abris sous tunnel avaient été occupés à pleine capacité, le nombre de morts à Nagasaki aurait été nettement plus faible.

44La commission a estimé que les dommages et les pertes causés à Hiroshima par une seule bombe atomique larguée d’un seul avion aurait requis 220 B29 transportant 1 200 tonnes de bombes incendiaires, 400 tonnes de bombes de forte puissance, et 500 tonnes de bombes antipersonnel à fragmentation, si des armes conventionnelles avaient été utilisées plutôt qu’une bombe atomique. Cent vingt-cinq B29 transportant 1 200 tonnes de bombes auraient été nécessaires pour provoquer les dommages et les pertes subis par Nagasaki. Ces estimations partent de l’hypothèse de bombardements effectués dans des conditions similaires à celles existant lorsque les bombes atomiques furent larguées, et une précision de tir correspondant à la moyenne obtenue par la 20e Air Force durant les trois derniers mois de la guerre.

45Comme on peut l’imaginer, la première réaction des gens à la bombe fut la peur, une panique incontrôlée, renforcée par l’horreur absolue des destructions et des souffrances dont furent témoins et qu’ont vécues les survivants. Avant que soient lancées les bombes atomiques, la population des deux villes possédait moins de ressentiment à l’égard de la guerre que celle d’autres villes et elle retrouva le moral mieux qu’on n’aurait pu le penser. Vingt-neuf pour cent des survivants interrogés indiquèrent qu’après le lancement de la bombe atomique, ils comprirent que la victoire était impossible pour le Japon. Vingt-quatre pour cent affirmèrent se sentir, à cause de la bombe, incapables de poursuivre la guerre. Quelque 40 % manifestèrent divers degrés de défaitisme. Davantage de personnes (24 %) se dirent plus impressionnées par la puissance et les compétences scientifiques qu’impliquent la découverte et la fabrication de la bombe atomique, qu’en colère du fait de son utilisation (20 %). Dans de nombreux cas, la réaction était la résignation.

  • 9  Texte traduit et annoté par Michael Lucken. La transcription des noms propres est laissée conformé (...)

46L’effet des bombes atomiques sur le degré de confiance de la population japonaise civile fut plus limité en dehors de ces deux villes. Cela est en partie imputable à l’éloignement, à un manque de compréhension de la nature de l’énergie atomique, et à l’impact d’autres expériences traumatisantes. Le rôle de la bombe atomique dans la reddition du Japon doit être considéré en lien avec tous les autres moyens mis en œuvre pour amener le Japon à ce point9.

Notes

1  United States Strategic Bombing Survey, Summary Report (Pacific War). Une partie des documents de travail préalables à la rédaction du rapport est conservée dans les Archives nationales américaines (NARA), dans la bibliothèque de College Park (Maryland) ; on pourra consulter sur le site Internet du Truman Presidential Museum and Library un exemplaire du rapport original ; voir www.trumanlibrary.org [consulté le 04/02/2016].

2  L’équivalent japonais du document américain fut publié dans sa version finale en 1949 : Keizai antei honbu sōsai kanbō kikaku bu chōsa ka, 1949, Taiheiyō sensō ni yoru waga kuni no higai sōgō hōkokusho, Tōkyō : Keizai antei honbu. Plus complet et réactualisé est l’ouvrage de Miyazaki Masayasu et Nakamura Takafusa, 1995, Shiryō : Taiheiyō sensō higai chōsa hōkoku (Rapport d’enquête sur les dommages de la guerre du Pacifique : documents) : Tōkyō daigaku shuppankai. Sur Hiroshima et Nagasaki spécifiquement, voir : The Committee for the Compilation of Material Damage caused by the Atomic Bombs in Hiroshima and Nagasaki,1981, Hiroshima and Nagasaki, The Physical, Medical and Social Effects of the Atomic Bombings, New York : Basic Book Publishers, traduit du japonais par Eisei Ishikawa et David L. Swain.

3  Cette date correspond à l’heure américaine. Car lorsque les bombes touchent Tōkyō, on est déjà le 10 au Japon. C’est évidemment cette dernière date que retient l’historiographie nipponne pour le « grand bombardement de Tōkyō » (Tōkyū daikūshū).

4  Takashima Tatsuhiko, général de division. Il est depuis mars 1945 chef d’état-major de l’armée de l’Est et, à ce titre, responsable militaire territorial de la région du Kantō.

5  La Commission d’étude remit parallèlement (le 30 juin 1946) un autre rapport plus détaillé de 45 pages spécialement consacré aux cas de Hiroshima et Nagasaki. Les conclusions présentées dans le présent chapitre en sont le résumé. On trouvera une version du document original, intitulé The Effects of the Atomic Bombings of Hiroshima and Nagasaki, à la Truman Presidential Museum and Library, Independance (Kansas).

6  Il est intéressant de voir qu’à la différence de ce qu’on a observé pour le grand bombardement de Tōkyō (voir note supra), les dates retenues ici correspondent à l’heure japonaise et non à celle de Washington. Comme si, pour les rédacteurs du rapport, s’était très vite imposée l’idée que les bombardements atomiques n’avaient pas d’autres ancrages historiques possibles que ceux de leur déflagration. On rappellera pour mémoire qu’en 1946 dans la presse américaine, ou même dans la première édition du célèbre Hiroshima de John Hersey, on parle encore du 5 août pour Hiroshima.

7  Il est frappant de constater que d’emblée l’effet de la bombe est décrit en utilisant une référence photographique, l’éclair de magnésium ou éclair magnésique étant à la base du système des flashes. Cette description sera massivement reprise, notamment dans le rapport japonais de 1949 (Taiheiyō sensō ni yoru waga kuni no higai sōgō hōkokusho, op. cit.).

8  On note avec intérêt que le terme « ground zero » (épicentre) nécessite alors d’être explicité entre parenthèses.

9  Texte traduit et annoté par Michael Lucken. La transcription des noms propres est laissée conformément à l’original.