Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

Les textes fondamentaux de l'après-guerre

Rescrit impérial sur la construction d’un nouveau Japon

Texte intégral

Introduction

1Le Rescrit impérial sur la construction d’un nouveau Japon (Shin-Nihon kensetsu ni kan suru shōsho), plus connu sous l’appellation Déclaration d’humanité de l’empereur (Tennō ningen sengen), fut rédigé par le gouvernement japonais fin décembre 1945. Approuvé le 30 décembre par le cabinet et le général MacArthur, il fut transmis à la presse le 31 pour publication le lendemain dans les journaux. Le 1er janvier 1946 marqua donc un tournant, reléguant au passé l’annus horribilis que fut 1945.

2L’initiative de ce texte demeure en partie obscure. On sait néanmoins qu’il fut rédigé primitivement en anglais en concertation avec le Haut Commandement américain. Le paragraphe crucial par lequel l’empereur affirme ne pas être une « divinité révélée » (akitsumikami) est la traduction fidèle d’un projet ayant transité par les services du SCAP. La question du statut de l’empereur était en effet un point fondamental aux yeux des Américains qui y voyaient l’un des facteurs déterminants du militarisme. Avec ce texte, l’État japonais abolissait la clause de sacralisation de l’empereur contenue dans la Constitution de 1889 et permettait aux forces d’occupation d’espérer une réforme rapide de l’Archipel.

3De son côté, l’empereur et une partie de son entourage semblent avoir rapidement compris l’opportunité d’une telle concession, dont on attendait qu’elle permette le maintien de l’institution impériale, menacée par l’ouverture prochaine du procès de Tōkyō. On en profita pour remettre à l’honneur le Serment en cinq articles (1868), un texte qui renvoie aux origines du système impérial dans sa version moderne.

4Ce rescrit est promulgué alors que la Constitution du Grand Empire japonais est encore en vigueur. Pourtant les mots shinmin « sujets », ou nanji shinmin « vous, mes sujets » ont disparu pour céder la place à kokumin « le peuple », ou waga kokumin « mon (notre) peuple ». En outre, le texte comporte pour la première fois des signes de ponctuation et de vocalisation. Bien que rédigé en langue classique, un effort sur le style et la forme a donc été fait. Cette évolution se fera encore plus sensible dans les mois suivants : dans le discours à la radio que fait l’empereur le 21 mai 1946 pour encourager la population touchée par la famine, il choisit de s’exprimer en langue contemporaine ; le texte de son allocution, présenté dans les journaux, est rédigé à l’aide de hiragana. Quatre jours plus tard, la convocation de la Diète sera elle aussi rédigée en langue contemporaine.

5ML et PG

Rescrit impérial sur la construction d’un nouveau Japon

6Nous accueillons aujourd’hui une nouvelle année. Je songe ici aux orientations prises pour notre pays qu’au début de son règne l’empereur Meiji nous indiqua sous la forme du Serment en cinq articles :

7– Nous créerons à tout niveau des assemblées représentatives, et nous prendrons toutes les décisions après débat.

8– Humbles et puissants formeront un seul cœur et nous conduirons une politique de prospérité.

9– Depuis les fonctionnaires et les militaires jusqu’au peuple, nous ferons en sorte que chacun accomplisse ses propres aspirations sans décourager personne.

10– Nous abolirons les coutumes désuètes, et nous nous comporterons conformément à la Grande Voie du Ciel et de la Terre.

11– Nous poursuivrons le savoir dans le monde entier, et renforcerons ainsi les fondements de notre Empire.

12Quelle sagesse et quelle magnanimité ! Que dire de plus ? Votre Empereur renouvelle ici cet engagement de frayer la voie à l’avenir de notre pays. Animé de cette volonté, nous délaisserons les coutumes désuètes et donnerons tout leur élan aux aspirations populaires et nous nous engagerons, avec le concours du gouvernement et du peuple, dans la voie du pacifisme et construirons une civilisation riche sur le plan des Arts et des Lettres, élevant ainsi le niveau de vie de tous pour construire un nouveau Japon.

13Les dommages qu’ont subis les villes, grandes et petites, du fait de la guerre, les souffrances endurées par les victimes, le marasme économique, la pénurie alimentaire, l’accroissement du chômage… cette situation déchire véritablement le cœur. Toutefois, il faut faire face aux épreuves auxquelles est confronté aujourd’hui notre pays et décider de rechercher avec une inébranlable résolution la civilisation au sein de la paix ; si l’on maintient cette orientation, il ne fait aucun doute que s’ouvrira non seulement pour notre pays, mais pour l’humanité tout entière, la perspective d’un chemin radieux.

14Je constate que les Japonais nourrissent un amour particulièrement sincère pour leur famille comme pour leur pays, mais le temps est venu désormais d’ouvrir plus largement notre cœur et de développer un amour pour l’ensemble de l’humanité en nous engageant de toutes nos forces dans ce sens.

15Il me semble qu’en raison de la défaite qui a mis un terme à un long conflit, la population tend à se laisser emporter par l’irritation et à plonger dans les affres du désespoir. La violence a tant duré que le sens de la vertu s’en est trouvé affaibli et je m’inquiète profondément des signes de la confusion des esprits que j’observe.

16Toutefois, je suis avec vous, mon peuple, et je souhaite partager toujours avec vous profits et pertes, joies et peines. Les liens qui m’unissent à vous, mon peuple, reposent sur une relation de confiance et de respect mutuel, ils ne se réduisent pas à de simples mythes ou légendes. Ils ne reposent pas non plus sur les conceptions fantasques qui font de l’Empereur une divinité révélée et des Japonais un peuple supérieur à tous les autres ou destiné à dominer le monde.

17Mon gouvernement doit s’efforcer par tous les moyens dont il dispose de trouver les meilleures solutions pour adoucir les peines et les souffrances du peuple. Je nourris en même temps l’espoir que, pour se redresser face aux difficultés de l’heure et surmonter les peines actuelles, notre peuple luttera pour redresser l’économie ainsi que les Arts et les Lettres. Notre peuple sait maintenir une grande cohésion dans la vie sociale, il pratique l’entraide et le secours mutuel, et il nourrit un sens de la tolérance qui le porte à la générosité. Je souhaite que l’on développe ces traditions sublimes dont nous n’avons pas à rougir. Je suis certain que ces qualités permettront à notre peuple de contribuer considérablement au bien-être de l’humanité.

18Les résolutions pour l’année entière se prennent le jour de l’An. Je prie pour que nous n’ayons qu’un seul cœur, Vous, mon peuple en qui j’ai confiance, et votre Empereur, et que chacun d’entre nous donne le meilleur de lui-même et ne ménage pas sa peine afin de réaliser cette grande entreprise.

  • 1  Traduit par Pascal Griolet.

19Hirohito
1er janvier de l’an 21 de l’ère Shōwa1

Notes

1  Traduit par Pascal Griolet.