Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

Les textes fondamentaux de l'après-guerre

Rescrit impérial sur la fin de la guerre de la Grande Asie orientale

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le terme gyoku, « précieux » comme une pierre ou le cristal, sert de préfixe honorifique (...)
  • 2  Robert Guillain, 1947, le Peuple japonais et la Guerre, Paris : René Julliard, p. 284. C (...)
  • 3  Ibid.

1Le texte du Rescrit impérial sur la fin de la guerre de la Grande Asie orientale (Daitōa sensō shūsen no shōsho), couramment abrégé en Rescrit de fin de guerre (Shūsen no shōsho) ou improprement appelé Haisen chokugo (Édit de la défaite), fut contresigné le 14 août par l’ensemble des membres présents (16 sur 18) du cabinet Suzuki Kantarō. Il constitue la base de la proclamation impériale radiodiffusée le 15 août, connue depuis sous le nom de Gyokuon hōsō (la radiodiffusion de la Précieuse Voix)1. Un tel texte mérite naturellement une analyse serrée que nous ne pouvons mener ici, c’est pourquoi nous ne présentons que quelques éléments essentiels à sa bonne compréhension. Compréhension d’ailleurs, qui constitue sa première difficulté – et nous en appelons cette fois à celle du lecteur : lorsqu’il fut transmis par la radio à 12 heures le 15 août 1945, la population, réunie par les responsables de quartier, tête baissée devant le poste crachotant la Précieuse Voix, hormis, au mieux, que la guerre était finie, ne comprit presque rien à ce discours impérial martelé d’une voix aiguë et rédigé (et corrigé) par plusieurs intervenants dans un style empreint de chinois (wakan konkō‑bun), volontairement abscons soutiendront certains, comme si l’intention dissimulée était de se faire comprendre par le moins de gens possible. Comme le raconte Robert Guillain, ce n’est que « le lendemain [que] tous les Japonais se jet[èr]ent sur le journal à feuille unique pour y déchiffrer avec effort la proclamation impériale et en comprendre enfin le texte dans les détails »2. Et en effet, comme sa lecture invite à le faire sentir, « comme il est curieux, ce texte ! Avec quel soin il ménage l’avenir, avec quelle prudence il se garde de ternir le livre de l’histoire nipponne par le mot interdit de “capitulation”3 ! ». Et si l’immense majorité des Japonais n’en connaît plus que la formule « souffrir l’insouffrable, supporter l’insupportable », réitérée sur les ondes à chaque anniversaire de la défaite, un tel texte mérite de voir rappeler son intention profonde si nous ne voulons pas nous méprendre sur le sens à reconnaître à ce moment de l’histoire japonaise.

  • 4  John W. Dower, 1999, Embracing Defeat. Japan in the Wake of World War II, New York : Nor (...)
  • 5 Komori Yōichi, 2003, Tennō no Gyokuon hōsō [La radiodiffusion de la Précieuse voix de (...)

2L’intention de ce texte est très bien décrite par John Dower : « non seulement appeler à l’arrêt d’une guerre perdue, mais le faire sans désavouer les objectifs de guerre japonais ni reconnaître les atrocités commises, et cela d’une manière telle qu’elle l’exempte de toute responsabilité personnelle pour ces nombreuses années d’agression. Malgré sa genèse chaotique, ce rescrit apparaît comme un joyau de raffinement politique4 ». D’abord, dans la façon qu’a la phraséologie utilisée de rechercher une certaine consistance avec la déclaration de guerre de 1941 : plusieurs phrases remplissent ce rôle, celle, bien sûr, affirmant que l’empereur n’a eu de cesse de s’appliquer au seul dessein d’assurer la quiétude de ses sujets, ainsi que la phrase qui lui succède. Mais aussi de manière plus inquiétante, lorsque la Chine, une fois mentionnée comme récipiendaire du rescrit, se trouve absente de la liste des nations belligérantes : comme s’il n’y avait jamais eu de guerre contre elle, ce qui était d’ailleurs officiellement le point de vue du Japon. Ou encore, comme le fait remarquer Komori Yōichi5, lorsqu’il est établi une distinction entre les morts à l’idée de qui « le cœur – les Cinq Viscères – se brise » et les survivants qui n’ont droit qu’à la « profonde sollicitude » impériale. Mais c’est surtout une stratégie de dérobade à toute forme de responsabilité dans la guerre qui est ici mise en œuvre. L’usage par les Américains de la bombe atomique permet d’abord à Hirohito (et maintenant encore à certains Japonais) de s’exempter de la responsabilité des sévices infligés aux autres nations en retournant l’accusation de cruauté contre les vainqueurs, jugés capables de ne pas reculer devant un éventuel « anéantissement de la civilisation humaine » que les Japonais, par égard pour cette dernière, sans doute, décident ainsi d’épargner en cessant magnanimement les combats. Nulle allusion au fait que les criminels atermoiements du gouvernement japonais après la déclaration de Postdam furent encouragés par le souci de l’empereur de prendre le temps d’organiser le transport des regalia dans la région de Nagano afin de protéger son autorité (et sa personne) une fois les forces d’occupation débarquées. Dérobade aussi face au gouvernement et donc aux militaires auxquels il « ordonne », il « fait accepter » : formule inhabituelle. Frappant d’une pierre, deux coups, pourrait-on dire, en mettant en avant son indépendance par rapport au gouvernement, Hirohito fait apparaître comme naturelle l’idée d’une précédente non-ingérence de sa part dans le processus de guerre antérieur, et donc sa non-responsabilité, mais, de ce fait, consolide aussi son autorité : c’est tout le sens d’une proclamation à son peuple. Son autorité étant de fait très entamée parmi les membres de son gouvernement (l’épisode de la tentative de vol de l’enregistrement du texte en est un exemple), c’est en s’adressant à son peuple qu’il réaffirme celle-ci. Il faut donc comprendre l’intervention impériale avant tout comme une affirmation nouvelle de son autorité pour la période qui suivra la guerre : « Ayant réussi par ce fait à préserver l’intégrité de l’État-impérial [kokutai], Nous plaçons Notre confiance en votre parfaite sincérité, vous Nos bons et loyaux sujets. » Hirohito « lâche » donc son gouvernement afin de conserver le trône.

  • 6  Ajoutons, à ceux mentionnés en notes, les deux ouvrages suivants, de grande qualité et q (...)

3Bref, ce discours de Hirohito ne se contente donc pas de clore la guerre, ni même d’inaugurer l’après-guerre : il imprime à ce dernier les grandes orientations qui seront celles de la seconde moitié du xxe siècle et qui seront encouragées par l’administration américaine dès son arrivée au Japon, notamment par l’invention de la part de celle-ci du mythe de l’empereur jouet du gouvernement militaire6.

4JJ

Rescrit impérial sur la fin de la guerre de la Grande Asie orientale (Daitōa sensō shūsen no shōsho)

5Nous portons ici connaissance à Nos loyaux et bons sujets qu’après avoir mûrement considéré les grandes tendances de ce monde comme la situation présente de Notre Empire, Nous souhaitons procéder au règlement de la crise actuelle en ressortissant à une mesure d’ordre exceptionnel.

6Nous avons ordonné au gouvernement de l’Empire de signifier à l’Amérique, l’Angleterre, la Chine et l’Union soviétique Notre consentement à leur déclaration commune.

7En effet, n’avoir pour seul dessein que d’assurer la quiétude des sujets de l’Empire et partager avec les pays de la Terre les joies d’une commune prospérité, tel est le modèle à suivre légué à Nous par Nos ancêtres depuis la fondation de l’Empire, modèle auquel Nous n’avons eu de cesse de Nous appliquer fidèlement. La déclaration de guerre envers l’Amérique et l’Angleterre trouvait en fait sa source dans notre désir le plus cher d’assurer la propre survie de Notre Empire et la stabilité de l’Asie orientale et il n’était pas à l’origine de Notre intention de violer la souveraineté d’aucun pays étranger ni d’envahir aucun territoire. Cependant, quatre années de guerre se sont déjà écoulées et bien que chacun ait agi de son mieux, malgré la vaillante lutte de Nos soldats, de Nos marins et de leurs chefs, l’activité assidue de Nos fonctionnaires de toutes catégories, ou le service dévoué de Nos cent millions de sujets, la situation militaire n’a pu prendre une tournure favorable et l’orientation générale de ce monde n’est pas non plus à notre avantage. De surcroît, l’ennemi, faisant nouvellement usage d’une bombe particulièrement cruelle, n’a de cesse de massacrer des innocents et les dévastations s’avèrent à la vérité incalculables. Poursuivre les combats pourrait non seulement aboutir à l’extinction de notre race mais encore à l’anéantissement de la civilisation humaine. Comment pourrions-Nous alors protéger Nos innombrables enfants et Nous racheter devant les âmes divines de Nos ancêtres impériaux ? C’est la raison pour laquelle Nous en sommes venu à faire accepter au gouvernement impérial la déclaration conjointe [de Potsdam]. Nous ne pouvons qu’exprimer Nos regrets envers les diverses nations alliées qui ont coopéré avec l’Empire à l’émancipation de l’Asie orientale. Nous avons le cœur brisé lorsque Nos pensées se tournent vers les sujets de cet Empire qui tombèrent au champ d’honneur, ceux qui sont morts en accomplissant leur devoir, ceux qui connurent une fin prématurée, ainsi que les familles qu’ils laissent. D’autre part, les conditions de vie des blessés de guerre, de ceux que le malheur a frappés, de ceux qui perdirent maison et emploi, font l’objet de Notre profonde sollicitude. À y penser, les épreuves que l’Empire devra endurer ne seront pas de celles qu’il connaît habituellement et Nous sommes tout à fait conscient de la tristesse que vous, Nos sujets, pouvez ressentir. Néanmoins, c’est en accord avec la marche du temps et du destin que Nous exprimons le désir d’ouvrir une ère de Grande Paix pour toutes les générations à venir en souffrant l’insouffrable, en supportant l’insupportable. Ayant ainsi réussi à préserver l’intégrité de l’État-impérial [kokutai], Nous plaçons Notre confiance en votre parfaite sincérité, vous Nos bons et loyaux sujets aux côtés de qui Nous Nous tiendrons constamment. S’il arrivait que l’émotion fût source d’emportements menant à de fâcheuses extrémités ou encore que des luttes fratricides rendissent les temps troublés au point que vous vous mépreniez sur la Grande Voie à suivre et perdiez la confiance du monde, Nous vous avertissons que cela ne serait pour Nous nullement tolérable. Que toutes les générations à venir qui forment une unique famille dans toute cette nation se transmettent la foi solide dans le caractère indestructible du Pays des dieux, que le poids des responsabilités vous rappelle le long chemin à parcourir, que toute votre énergie se dirige vers la construction de l’avenir, soyez d’une moralité irréprochable, d’une constance inébranlable dans vos choix, faites le serment d’entretenir haut et fort l’essence du kokutai et engagez-vous à ne point prendre de retard sur l’évolution du monde. Puissiez-vous, Nos sujets, être l’incarnation de Notre volonté.

  • 7  Sakomizu Hisatsune, directeur de cabinet de Suzuki Kantarō, Kawada Mizuho et Y (...)

8Hirohito7
Le 14 août de l’an 20 de l’ère Shōwa

  • 8  Texte traduit par Jacques Joly.

9Les membres du cabinet :
Comte Suzuki Kantarō, Premier ministre,
Yonai Mitsumasa, ministre de la Marine,
Matsuzaka Hiromasa, ministre de la Justice,
Anami Korechika, ministre de l’Armée de terre,
Toyoda Teijirō, ministre de l’Armement,
Okada Tadahiko, ministre de la Santé,
Sakurai Heigorō, ministre d’État,
Sakonji Seizō, ministre d’État,
Shimomura Hiroshi, ministre d’État,
Hirose Toyosaku, ministre des Finances,
Ōta Kōzō, ministre de l’Éducation,
Ishiguro Tadaatsu, ministre de l’Agriculture et du Commerce,
Abe Genki, ministre de l’Intérieur,
Tōgō Shigenori, ministre des Affaires étrangères et de la Grande Asie orientale,
Kohiyama Naoto, ministre des Transports8.

Notes

1  Le terme gyoku, « précieux » comme une pierre ou le cristal, sert de préfixe honorifique aux actes de l’empereur.

2  Robert Guillain, 1947, le Peuple japonais et la Guerre, Paris : René Julliard, p. 284. Cet ouvrage, épuisé et malheureusement interdit de réédition par la volonté même de son auteur, constitue encore actuellement la meilleure source en langue française concernant cette période de l’immédiat après-guerre.

3  Ibid.

4  John W. Dower, 1999, Embracing Defeat. Japan in the Wake of World War II, New York : Norton/The New Press, p. 35.

5 Komori Yōichi, 2003, Tennō no Gyokuon hōsō [La radiodiffusion de la Précieuse voix de l’Empereur], Tōkyō : Gogatsu shobō, p. 73‑74.

6  Ajoutons, à ceux mentionnés en notes, les deux ouvrages suivants, de grande qualité et qui font le point sur le personnage de Hirohito : Peter Wetzler, 1998, Hirohito and War: imperial tradition and military decision making in prewar Japan, Honolulu : University of Hawaii Press. Herbert P. BBix, 2000, Hirohito and the Making of Modern Japan, New York : HarperCollins.

7  Sakomizu Hisatsune, directeur de cabinet de Suzuki Kantarō, Kawada Mizuho et Yasuoka Masahiro, entre autres, ont collaboré à la rédaction du rescrit, mais il va de soi que la responsabilité pleine et entière de ce texte revient à l’empereur.

8  Texte traduit par Jacques Joly.