Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

Les textes fondamentaux de l'après-guerre

Déclaration de Potsdam

Michael Lucken

Texte intégral

Introduction

  • 1  Texte traduit et annoté par Michael Lucken.

1La déclaration dite « de Potsdam » fut signée dans la capitale brandebourgeoise le 26 juillet 1945, à l’issue de la conférence du même nom qui scella les destins de l’Allemagne et de l’Autriche1. Rédigée par Harry Trumann et Clement Atlee, elle fut approuvée à distance par Jiang Jieshi (Tchang Kaï-Chek). À cette date, l’URSS n’était pas encore en conflit ouvert avec le Japon et ne la contresigna pas, mais elle en accepta de facto les termes lorsqu’elle lui déclara la guerre le 8 août. Dans un premier temps, le 29 juillet, le gouvernement japonais rejeta les termes de cette déclaration, avant de les accepter deux semaines plus tard à la suite des bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki (les 6 et 9 août), et de l’entrée en guerre de l’URSS.

  • 2  Rappelons ces mots écrits par Truman au sénateur Richard B. Russell le 9 août 1945, jour du bombar (...)

2Texte prodigieusement contrasté et controversé, cette déclaration sert de fondement ou de prétexte juridique à l’utilisation de la bombe atomique. Il surprend par une grande violence qui ne peut se comprendre que par le profond ressentiment qu’avaient, pour des raisons différentes, les États‑Unis, la Grande‑Bretagne et la Chine à l’égard du Japon, un ressentiment qui, dans le cas des pays anglo-saxons, n’était pas exempt de préjugés racistes2. Toutefois, ce texte pose aussi de façon remarquablement claire les enjeux et les idéaux qui guideront l’action des forces d’occupation alliées conduisant le Japon sur le chemin de la démocratie, de la prospérité et de la paix.

La Déclaration

31) Nous, Président des États‑Unis, Président du gouvernement national de la République de Chine et Premier ministre de Grande‑Bretagne, représentant les centaines de millions de nos concitoyens, nous sommes concertés et, d’un commun accord, pensons que le Japon doit se voir offrir une occasion de mettre un terme à cette guerre.

42) Les prodigieuses forces terrestres, navales et aériennes des États‑Unis, de l’Empire britannique et de la Chine, renforcées à maintes reprises par leurs armées et leurs flottes aériennes du front ouest, s’apprêtent à porter le dernier coup au Japon. Cette puissance militaire est soutenue et encouragée par la détermination de toutes les nations alliées à poursuivre la guerre contre le Japon jusqu’à ce qu’il cesse de résister.

53) Le résultat de la résistance vaine et insensée de l’Allemagne aux forces dressées des peuples libres du monde se pose désormais dans sa terrible clarté au peuple japonais. Les forces qui convergent à présent sur le Japon sont incommensurablement plus grandes que celles qui apportèrent, face à la résistance des nazis, la dévastation du sol, des industries et des modes de vie de tout le peuple allemand. La mise en œuvre de toute notre puissance militaire, soutenue par notre détermination, impliquera la destruction complète des armées japonaises et tout aussi inévitablement la dévastation totale du sol japonais.

64) Le temps est venu pour le Japon de décider s’il veut continuer à être dirigé par ces conseillers militaristes entêtés dont les calculs peu avisés ont conduit l’Empire du Japon au seuil de l’annihilation, ou s’il suivra le chemin de la raison.

75) Ci-dessous, les termes de nos conditions. Nous n’en dévierons pas. Il n’y aura pas d’alternative. Nous ne souffrirons aucun délai.

86) Doivent être éliminées pour toujours l’autorité et l’influence de ceux qui ont trompé et mal gouverné le peuple du Japon en l’embarquant à la conquête du monde, car nous insistons sur le fait qu’un nouvel ordre de paix, de sécurité et de justice, est impossible tant que le militarisme irresponsable n’est pas chassé hors du monde.

97) Dans l’attente de ce nouvel ordre et tant qu’il n’y aura pas la preuve que la puissance belliqueuse japonaise est détruite, les sites du territoire japonais que désigneront les Alliés seront occupés afin de permettre la réalisation des objectifs fondamentaux que nous établissons ici par la présente.

  • 3  La déclaration du Caire fut signée le 27 novembre 1943 par Franklin D. Roosevelt, Jiang Jieshi et (...)

108) Les termes de la déclaration du Caire seront mis en œuvre et la souveraineté japonaise sera limitée aux îles de Honshū, Hokkaidō, Kyūshū, Shikoku et à certaines petites îles que nous déterminerons3.

119) Les forces militaires japonaises, après avoir été complètement désarmées, seront autorisées à retourner dans leur foyer et pourront y mener des vies pacifiques et productives.

1210) Nous n’envisageons pas que la race japonaise soit mise en esclavage ni que sa nation soit détruite, mais une justice rigoureuse doit être appliquée à tous les criminels de guerre, y compris ceux ayant infligé des sévices à nos prisonniers. Le gouvernement japonais doit lever tous les obstacles au renouveau et au renforcement des courants démocratiques au sein du peuple japonais. La liberté de parole, de religion, et de pensée, ainsi que le respect des droits humains fondamentaux seront institués.

1311) Le Japon sera autorisé à maintenir en activité les industries lui permettant d’alimenter son économie et d’extraire de justes réparations en nature, à l’exclusion de celles qui lui donneraient la capacité de se réarmer pour la guerre. À cette fin, l’accès aux matières premières – à distinguer de leur contrôle – sera autorisé. Une participation à terme du Japon aux relations commerciales internationales sera autorisée.

1412) Les forces d’occupation des Alliés se retireront du Japon dès que ces objectifs auront été atteints et qu’un gouvernement tourné vers la paix et responsable aura été établi en accord avec la volonté librement exprimée du peuple.

1513) Nous appelons le gouvernement nippon à proclamer immédiatement la reddition sans condition de toutes les forces armées japonaises, et à fournir toutes les garanties de sa bonne foi en la matière. L’alternative pour le Japon est une destruction prochaine et complète.

Notes

1  Texte traduit et annoté par Michael Lucken.

2  Rappelons ces mots écrits par Truman au sénateur Richard B. Russell le 9 août 1945, jour du bombardement de Nagasaki : « Je sais que le Japon est une nation terriblement cruelle et peu civilisée dans la guerre, mais je ne peux me résoudre à croire que, parce qu’ils sont des bêtes, nous devrions nous comporter de la même manière. » Voir de façon générale au sujet de la dimension raciale du conflit nippo-américain, John W. Dower, 1986, War Without Mercy: Race and Power in the Pacific War, New York : Pantheon Books, 398 p.

3  La déclaration du Caire fut signée le 27 novembre 1943 par Franklin D. Roosevelt, Jiang Jieshi et Winston Churchill. Elle précise les objectifs stratégiques de la guerre contre le Japon. Le texte dit : « Le but [des trois grands Alliés] est que le Japon soit dépossédé de toutes les îles du Pacifique qu’il a conquises ou occupées depuis le début de la Première Guerre mondiale en 1914, et que tous les territoires qu’il a volés aux Chinois, comme la Mandchourie, Formose [Taïwan] et les Pescadores soient restitués à la République de Chine. De même, le Japon sera chassé de tous les autres territoires qu’il a pris de force et par cupidité. Les trois grandes puissances susmentionnées, préoccupées par l’état d’esclavage du peuple coréen, sont déterminées à ce que, à terme, la Corée devienne libre et indépendante. »