Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sengo, le Japon après la guerre

 | 
Michael Lucken
, 
Anne Bayard-Sakai
, 
Emmanuel Lozerand

5. Des expériences complexes : la société sur le chemin de la démocratie

Les relations du travail pendant les années de la Haute Croissance

Labour Relations during the Years of High Growth

Bernard Thomann

Résumé

L’histoire des relations du travail du Japon de l’après-guerre a souvent été analysée dans un cadre chronologique trop restreint, ne remontant pas au-delà de l’année 1945.
Pourtant, la politique du travail du gouvernement, les relations entre syndicats et employeurs et le compromis social des années de Haute Croissance furent le produit d’un mode de développement du système socio-économique qui ne peut être appréhendé que par une analyse historique de long terme. Et ce n’est qu’au prix d’une telle approche que l’on peut véritablement saisir le tournant historique que représentent les profondes évolutions économiques et sociales qui ont touché le Japon depuis le début des années 1990.

The history of Japan's post-war labor relations was often understood in a too narrow time frame, not going back beyond 1945. Yet government labor policy, relations between unions and employers and the social compromise of the high-growth years were the product of a development of the socio-economic system that can only be apprehended by a long term historical analysis. And it is at the cost of such an approach that one can truly capture the historical turning point that represent the deep economic and social evolutions which hit Japan since the early 1990s.

日本の戦後の労使関係の歴史は、多くの場合、1945年以前には遡らない、あまりにも狭い時間枠のなかで理解されてきた。しかし、政府の労働政策、労働組合と雇用者の関係や高度成長期の社会的妥協は、社会経済システムの長期的な発展の産物だった。1990年代初頭からの日本における経済的・社会的変化が表している歴史的な転換点は、長期的なアプローチによってのみ精確に把握することができる。

Texte intégral

  • 1  Les années de croissance couvrent la période allant du milieu des années 1950 au premier c (...)
  • 2  T. J. Pempel et Keiichi Tsunekawa, 1979, “Corporatism Without Labor? The Japanese Anomaly” (...)
  • 3  La durée du temps de travail en est l’aspect le plus spectaculaire.

1L’histoire des relations du travail du Japon de l’après-guerre a souvent été appréhendée dans un cadre chronologique trop restreint, c’est-à-dire sans le souci d’une remise en perspective dans un temps plus long remontant au-delà de 1945. Cela a eu des conséquences importantes quant à la manière dont cette histoire a été interprétée. L’interprétation des relations du travail pendant les années de Haute Croissance est peut-être le cas le plus frappant1. Ainsi, les années 1960, s’ouvrant sur l’échec de la grève de Miike, représentent pour de nombreux historiens du travail un tournant important dans le sens où elles sonnent le glas du syndicalisme militant qui s’était affirmé au lendemain de la défaite de 1945. La faiblesse de la représentation horizontale des intérêts du travail et surtout une attitude complaisante des syndicats d’entreprise, vis-à-vis notamment d’un certain nombre de pratiques arbitraires de la part des employeurs, auraient alors permis une course effrénée à la croissance sans considération pour les conditions de travail et plus généralement les conditions de vie de la population. Plus largement, selon cette lecture des événements, à cause de l’échec du mouvement social rendu dans un premier temps possible par les réformes démocratiques de l’immédiat après-guerre, la célèbre politique industrielle du MITI n’aurait pas été accompagnée d’une politique sociale digne de ce nom. Pour les tenants d’une lecture « néocorporatiste » de la politique de l’État japonais après la guerre, les années de Haute Croissance marqueraient ainsi l’avènement d’un « corporatisme sans le travail2 ». En effet, il ne fait pas de doute, notamment aux yeux de la crise de légitimité et de crédibilité qu’il rencontre ces dernières années, que le syndicalisme d’entreprise coopératif devenu hégémonique pendant ces années-là a souvent échoué à défendre de façon indépendante et équitable les intérêts du travail. Si les travailleurs ont vu leur niveau de vie considérablement s’améliorer, en revanche les conditions de travail3 et les mécanismes de protection des salariés mis en place par l’État sont souvent restés très largement en dessous des normes européennes.

2Cependant, si on raisonne moins en termes de coupure au sein du cadre strict de l’après-guerre qu’en termes d’histoire de la question sociale tout au long du développement industriel du Japon, les années de Haute Croissance peuvent prendre un relief un peu différent. On peut ainsi les interpréter comme un moment clé où s’est noué un compromis social répondant à deux aspirations essentielles des acteurs des relations du travail et remontant à bien avant 1945. Pour les entreprises, l’adoption d’une stratégie d’intégration des intérêts des salariés fut une façon de renouer avec des formes de rationalisation et de modernisation de leur système de gestion du travail qui avaient vu le jour à partir des années 1920 et qui étaient différentes des modes de management scientifique qui s’étaient développés notamment aux États‑Unis. Pour les travailleurs, une fois le syndicalisme de lutte des classes affaibli, le paternalisme visible dans un certain nombre de pratiques du système de gestion « à la japonaise » se serait révélé acceptable, non pas uniquement parce qu’il se proposait d’améliorer leur rémunération et leurs conditions de travail, mais aussi parce qu’il reprit un thème de la critique sociale du capitalisme qui avait vu le jour avant et pendant la guerre et qui défendait l’idée d’une entreprise, lieu pas uniquement marchand, mais aussi de solidarité et d’intégration sociale. Enfin, ce compromis fut favorisé par l’État car il fut au service d’une politique industrielle qui prenait sa source dans la politique de mobilisation générale du temps de guerre et parce qu’il était cohérent avec une politique sociale privilégiant l’intégration et la solidarité sociale par l’intermédiaire des groupements privés que sont les entreprises et la famille qui s’était dessinée surtout à partir des années 1920.

3Cette réinterprétation du compromis social des années de Haute Croissance à la lumière d’un temps plus long passe par la réévaluation d’un certain nombre d’éléments clés qui ont contribué à sa mise en place et qui sont souvent considérés à tort comme des purs produits de l’après-guerre. On examinera ainsi tour à tour le Plan de doublement des revenus (Shotoku baizō keikaku), le Mouvement productiviste (seisansei undō), le Compromis social « micro-corporatiste », et enfin le Mouvement pour la nouvelle vie (shinseikatsu undō).

Le Plan de doublement des revenus : une politique industrielle « productiviste »

  • 4  En réalité cet objectif fut réalisé dès les années 1967‑1968.
  • 5  Andrew Gordon, 1998, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar Japan, Camb (...)
  • 6  Voir par exemple Laura E. Hein, 1994, “Growth versus Success”, in Andrew Gordon, Postwar Japan as (...)

4Les années 1960 s’ouvrent sur la mise en place du Plan de doublement des revenus (Shotoku baizō keikaku) par l’Agence de planification économique (Keizai kikaku chō). Ce plan était conçu pour doubler le revenu national (kokumin shotoku) dans les dix ans allant de 1961 à 19704. Ce plan est souvent interprété comme le symbole de l’avènement d’une société de consommation dominée par des valeurs individualistes et matérialistes. L’historien américain Andrew Gordon (né en 1952), se plaçant dans la tradition de la critique marxiste, dominante au cours de l’après-guerre chez les historiens japonais du travail, explique ainsi la défaite du syndicalisme militant à la fin des années 1950 et au début des années 1960 comme l’avènement de la version japonaise d’une « hégémonie » globale du capitalisme, reprenant ainsi le concept d’Antonio Gramsci. Celle-ci en vint à désamorcer la lutte des classes en offrant un idéal de classe moyenne, l’abondance de la société de consommation et ses valeurs de compétition5. Davantage encore que l’emploi à vie, le salaire à l’ancienneté et le syndicat d’entreprise, les « trois trésors » (sanshu no jingi) de l’économie japonaise auraient été alors le poste de télévision, la machine à laver et le réfrigérateur. De plus, le Plan de doublement des revenus incarnerait une rupture avec, non seulement l’idéal démocratique et de solidarité du syndicalisme militant de l’immédiat après-guerre, mais aussi avec un discours appelant à la frugalité pour le service de la nation qui avait caractérisé l’État depuis Meiji6. L’avènement du consumérisme aurait ainsi soldé les comptes d’un nationalisme économique ayant atteint son apogée pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • 7  Voir notamment l’ouvrage collectif qu’il a codirigé : Okazaki Tetsuji et Okuno Masahiro, (...)
  • 8 Kobayashi Hideo, Okazaki Tetsuji, Yonekura Seiichirō, 1995,<Nihon kabushiki kaisha> no shōwashi : Kanryō </Nihon> (...)
  • 9  Ibid., p. 171.

5Cependant, si on veut bien prendre en compte un certain nombre de travaux historiques publiés dans les années 1990, en particulier ceux d’Okazaki Tetsuji7 (né en 1958) de l’université de Tōkyō, qui ont entrepris de réévaluer la période de la guerre dans la formation du système socio-économique de l’après-guerre, une autre interprétation, presque inverse à la précédente, est possible. Le Plan de doublement des revenus serait avant tout un plan de mobilisation des ressources de la nation d’un esprit finalement pas si éloigné, mais dans un contexte bien sûr différent, de la stratégie de mobilisation générale pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est en général attribué à Ikeda Hayato (1899‑1965) parce qu’il fut lancé alors que ce dernier était Premier ministre. En réalité, le véritable auteur en serait son prédécesseur, Kishi Nobusuke (1896‑1987). Ce dernier aurait pris pour modèle la planification économique de la Mandchourie dont il avait été un des principaux responsables entre 1936 et 19398. L’Agence de planification économique qui mit en œuvre le plan trouve d’ailleurs son origine dans l’Agence du plan (Kikakuin) de la période de la guerre et dont Kishi fut aussi l’un des principaux responsables. Au responsable de l’Agence des petites et moyennes entreprises (Chūshō kigyō chō), Kishi aurait ainsi tenu des propos sur le Plan de doublement des revenus qui illustrent bien le malentendu qui règne souvent sur ce dernier : « En tant que politicien, si on parle de PNB [produit national brut], la population ne comprend pas, il faut plutôt leur dire que leurs revenus vont doubler […]9. »

  • 10  Nous reprenons ici l’expression de Noguchi Yukio, 1995, 1940 nen taisei [Le système de 1940], Tōky (...)

6Une telle interprétation du Plan de doublement des revenus n’est évidemment pas sans conséquences sur la manière dont on peut analyser la politique du travail du gouvernement dans ces années-là, et plus largement le sens du compromis social qui se mit alors en place. Les objectifs ultimes du gouvernement n’auraient pas tant été de promouvoir un ordre capitaliste dominé par les grandes entreprises et d’assurer sa victoire sur l’idéologie de lutte des classes des syndicats militants, que de réunir les conditions d’une mobilisation du travail pour réaliser les objectifs d’une « politique productiviste » (Seisan yūsei shugi)10 qui s’inscrit dans une logique nationaliste. Voici ainsi ce qu’affirmait Sahashi Shigeru, directeur du Bureau des entreprises au MITI (Tsūsanshō Kigyōkyuku), alors que le Plan de doublement des revenus était en préparation :

  • 11  Cité par Bai Gao, 1997, Economic Ideology and Japanese Industrial Policy: Deve (...)

À l’époque de la Loi de mobilisation générale nationale (Kokka sōdōin hō), l’État bénéficiait d’un grand pouvoir pour mobiliser toutes les ressources pour la guerre par la coercition et par le haut. Pour faire du Japon un pays de premier rang parmi les pays de premier rang, une mobilisation générale nationale est encore nécessaire aujourd’hui bien que sa forme puisse différer de celle de la guerre. Sans une mobilisation générale nationale pour consolider l’intelligence et le pouvoir de la nation dans son ensemble, les gens affirmeront et feront ce qu’ils veulent et en conséquence le Japon ne pourra rien réaliser11.

  • 12  En effet, en 1959, à l’occasion de l’assemblée générale du GATT qui se tenait (...)

7Cependant, on pourrait objecter que les réformes démocratiques de l’immédiat après-guerre avaient imposé les syndicats comme des acteurs incontournables, protégés par la loi. Contrairement aux périodes d’avant-guerre et de la guerre, une des conditions de la mobilisation du travail était ainsi l’obtention d’une forme d’accord avec les représentants du travail pour mener des restructurations douloureuses, moderniser l’industrie et la rendre plus compétitive face à la concurrence internationale12.

8Mais ici aussi, on ne peut raisonner dans le cadre strict d’un nouveau paradigme qui se serait imposé sous l’influence américaine après la guerre : la démocratie industrielle. En effet, si le gouvernement réussit à susciter une attitude de collaboration de la part du mouvement syndical au niveau national, c’est, d’une part, grâce à une politique de répression des syndicats communistes qui s’exprima dans les fameuses « purges rouges » du début des années 1950, mais aussi, d’autre part, grâce à la réactualisation d’une idéologie de coopération travail/capital développée avant la guerre pour limiter une immixtion trop contraignante du droit dans les relations du travail et faire face à la menace communiste et, pendant la guerre, renforcée dans le cadre de la mobilisation générale. Ainsi, davantage que sur une conception nouvelle de la démocratie industrielle fonctionnant dans un nouvel ordre économique libéral, la politique productiviste de l’État japonais des années de Haute Croissance put se reposer sur une mobilisation du travail dans le cadre d’un ordre que l’on peut qualifier de corporatiste et dont les grandes lignes étaient déjà bien en place avant 1945. L’instrument de cette mobilisation fut le Centre japonais de productivité (Nihon seisansei honbu).

Le Centre japonais de productivité comme vecteur de la mobilisation du travail

  • 13  Charles Maier, 1978, “The Politics of Productivity: Fondations of American International (...)
  • 14 Bai Gao, 1997, Economic Ideology and Japanese Industrial Policy: Developmentalism from 19 (...)

9En mars 1955, le MITI établit le Centre japonais de productivité. Le Mouvement productiviste Mouvement productiviste japonais est souvent vu comme un phénomène avant tout caractéristique du Japon d’après-guerre et de son développement économique dans le cadre d’un ordre politique et économique largement influencé par les Américains. Le productivisme était en effet un thème qui dominait la politique sociale et l’idéologie gestionnaire américaines depuis le début du siècle. L’idée était que le progrès technologique et l’augmentation de la productivité, en se substituant à la question de la distribution, pouvaient permettre aux acteurs des relations du travail de transcender une lutte des classes qui provient en partie du caractère limité des richesses13. Il est vrai que l’ambassade des États‑Unis joua un rôle actif dans la promotion de ces idées auprès des organisations patronales japonaises et que c’est après avoir consulté le gouvernement américain que le MITI approuva la mise en place du Centre japonais de productivité14. Pourtant, comme dans le cas du Plan de doublement des revenus, il y a une autre lecture possible qui nécessite de sortir du cadre étroit de l’après-guerre.

10Premièrement, l’idée de l’importance de l’innovation technologique dans le développement économique et social était aussi très largement due à une influence considérable des idées de Joseph Schumpeter (1883‑1950), bien antérieure à 1945. Le premier vice-président du Centre japonais de productivité, Nakayama Ichirō, avait directement bénéficié de son enseignement à l’université de Bonn avant la guerre et avait été, en 1937, le coauteur de la traduction en japonais de son ouvrage Théorie de l’évolution économique (1911).

  • 15  En plus des ouvrages qu’il publia sur la question de la réglementation de l’économie par (...)

11Deuxièmement, Arisawa Hiromi (1896‑1988), membre influent de son conseil d’administration et unanimement considéré comme un des architectes principaux de la renaissance économique du Japon à partir des années 1950, était avant tout un économiste marxiste. Ses idées sur la façon de donner la priorité à l’augmentation de la production et sa défense de la planification économique avaient déjà rencontré un écho important pendant la guerre15.

  • 16  Le Sōhyō avait en effet bien conscience que cette stratégie de développement économique (...)
  • 17  Lonny E. Carlile, 1994, “Sōhyō Versus Dōmei: Competing Labour Movement Strategies in the (...)

12Troisièmement, il n’est pas certain que l’accord des syndicats dits « coopérationnistes » qui participèrent au Mouvement productiviste n’ait signifié qu’un alignement sur la ligne réformiste du syndicalisme américain. Bien sûr, le Dōmei qui avait rejoint le Centre japonais de productivité, contrairement au Sōhyō qui n’y voyait qu’une manœuvre pour mettre le mouvement syndical sous tutelle16, justifiait sa participation en invoquant un concept qui avait été fortement encouragé par les Américains après la guerre pour contrer l’influence du Parti communiste sur les syndicats : celui de « démocratie industrielle ». Dans le cadre du Mouvement productiviste, le rôle du syndicat devait être de permettre aux travailleurs d’avoir un mot à dire dans les décisions de production qui devaient au bout du compte déterminer leur bien-être économique et physique17.

13Gordon écrit d’ailleurs à ce propos :

Tant le Centre japonais de productivité que le Nikkeiren prônaient un syndicalisme à l’américaine (American style of business unionism). Ils présentèrent l’AFL-CIO (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations) comme le modèle de fédération coopérative dont les membres négociaient les salaires tout en respectant l’autorité des employeurs en s’entendant sur le fait que le capitalisme, au bout du compte, apporterait ses bienfaits. En plus de ces initiatives inspirées par les États‑Unis et conduites par des organisations japonaises, de nombreux Américains continuèrent à promouvoir leur notion de syndicalisme coopératif du « monde libre » directement au Japon ou à travers le monde. Cette politique étrangère appliquée au travail opéra par des voies officielles et non officielles, à la fois ouvertes et cachées.

  • 18  Andrew Gordon, 1998, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar J (...)

Les organisations et acteurs principaux prenant part à cet effort comprenaient les attachés pour le travail à l’ambassade des États‑Unis de Tōkyō, le personnel de la CIA à l’ambassade ou dans des organisations de façade comme l’Asia Fondation, et des fédérations syndicales américaines, aussi bien que des fédérations alignées sur les États‑Unis. Dans une offensive diplomatique majeure qui débuta au milieu des années 1950, ces groupes sponsorisèrent des publications, des séminaires, des voyages d’études aux États‑Unis… on estime que des années 1950 au début des années 1970, plus de 5 000 leaders syndicaux japonais ont ainsi séjourné en Amérique18.

14Mais le principe de participation que développa le Mouvement productiviste japonais allait bien au-delà d’une simple attitude coopérationniste sur la base d’une confiance dans la capacité du système capitaliste et libéral à agrandir la taille du gâteau à partager. Les syndicats se devaient de collaborer à un processus d’identification totale des intérêts des travailleurs aux intérêts d’une entreprise qui, d’une part, incarnait à son tour les intérêts de la nation et qui, d’autre part, devait être le lieu d’une solidarité communautaire qui prolongeait la solidarité familiale. Les pratiques telles que l’emploi à vie et le salaire à l’ancienneté en étaient les incarnations.

  • 19  Ce syndicat d’employeurs avait été créé par de jeunes patrons qui avaient émergé à la su (...)

15C’était là dans la droite ligne d’une conception de la coopération capital/travail, développée à partir des années 1920, et qui insistait non seulement sur l’intégration sociale de la classe ouvrière dans le cadre de l’ordre politique existant, c’est-à-dire le système impérial, mais qui faisait aussi de l’entreprise le lieu de cette intégration – au détriment du rôle représentatif du syndicat jugé potentiellement trop subversif. Cette conception des relations dans le travail à laquelle avait justement dû s’associer le mouvement syndical d’avant-guerre pour échapper à la Loi sur le maintien de l’ordre de 1925 (Chian iji hō) avait été portée par les bureaucrates du bureau des Affaires sociales du ministère de l’Intérieur (Naimushō shakaikyoku) à partir des années 1920, en association avec la Société pour la coopération (Kyōchōkai) créée en 1919. L’idée d’une entreprise placée au centre des mécanismes de régulation sociale avait en particulier progressé avec les bureaucrates rénovateurs (kakushin kanryō) qui, à l’occasion de la politique de mobilisation générale pendant la Seconde Guerre mondiale, avaient réussi à imposer, aux grandes entreprises liées à la demande militaire, un certain nombre de dispositions visant à améliorer le bien-être des salariés. Un document de 1955 du Nihon keizai dōyūkai19, qui joua un rôle important dans la mise en place du Centre japonais de productivité, illustre bien qu’une partie des élites n’avait pas abandonné ce projet :

  • 20 Nihon seisansei honbu, 1985, Seisansei undō 30 nen shi [Trente ans de Mouvement (...)

Les entreprises japonaises considèrent souvent la maximisation de leur profit pour le capital comme vitale, et insistent sur des intérêts à court terme. Beaucoup d’entre elles n’ont pas une haute idée de leur mission et oublient de contribuer au bien-être de la société… L’entreprise n’est pas seulement constituée de capital, et ne devrait pas être seule responsable des intérêts du capital. Comme à la fois le capital et l’entreprise ont besoin de continuer leurs opérations, ils doivent satisfaire le bien-être des salariés et bénéficier à la population en général. L’entreprise est un lieu de production, c’est aussi un lieu d’emploi et de promotion du bien-être20.

  • 21  Appareil législatif répressif incarné par la Loi de police sur l’ordre public [Chian kei (...)
  • 22  En l’occurrence, la Loi sur les syndicats [Rōdō kumiai‑hō] de 1945.

16Cependant, contrairement à la période d’avant-guerre et de la guerre, les élites dirigeantes ne pouvaient plus se reposer sur l’autorité de l’idéologie impériale et un appareil législatif répressif21 pour promouvoir l’intégration sociale des travailleurs par le biais des entreprises au détriment des syndicats. Pour réussir sa politique de mobilisation du travail, le gouvernement était maintenant tributaire du jeu politique démocratique. Tout compromis social devait prendre en compte les travailleurs en tant qu’électeurs et les syndicats en tant qu’acteurs incontournables puisque, contrairement à la période précédant 1945, protégés par la loi22. Mais en faisant de l’entreprise le lieu principal de ce compromis, les élites dirigeantes favorisaient une logique de compromis social de type « corporatiste » qui ne faisait que poursuivre un style de politique du travail inauguré avant la guerre et qui tendait justement à limiter le rôle des syndicats.

D’une politique de confrontation à une politique de soutien au compromis « micro-corporatiste »

  • 23  L’année 1955 fut celle de la formation du Parti libéral-démocrate et du début de son hég (...)

17La naissance d’une stratégie de cooptation de la part du gouvernement à l’égard des syndicats coopérationnistes pendant les années de Haute Croissance fut largement favorisée par le processus de marginalisation du Sōhyō qui avait débuté avec son refus de participer au Centre japonais de productivité. En effet, cette évolution du centre de gravité au sein du mouvement syndical coïncida avec la prise de conscience par le gouvernement de deux conditions pour que le modèle de développement économique qu’il avait choisi soit socialement et politiquement viable à long terme. Premièrement, que le maintien au pouvoir du Parti libéral-démocrate (PLD), garant de la pérennité du « système de 195523 » et du « triangle d’acier » – c’est-à-dire de la collaboration des milieux politiques conservateurs avec les milieux économiques et la haute administration pour accroître la puissance économique du pays et assurer la reproduction d’un ordre dont ils avaient le contrôle – ne passerait que par une conquête du vote des salariés. Deuxièmement, que la paix sociale et la mobilisation de la main-d’œuvre ne pourraient être assurées que par une politique de plein-emploi volontariste.

  • 24 Ishida Hirohide, 1963, « Hoshu seitō no bijon » [La vision politique d’un parti conservat (...)
  • 25  Cité par Sheldon Garon et Mike Mochizuki, 1994, “ Negociating Social Contracts”, in Andr (...)
  • 26 Ishida Hirohide, 1963, « Hoshu seitō no bijon » [La vision politique d’un parti conservat (...)
  • 27 Kume Ikuo, 1998, Nihongata rōshi kankei no seikō [Les réussites des relations du travail (...)

18En premier lieu, Ishida Hirohide, ministre du Travail du gouvernement Ikeda, avertit en 1963 le PLD qu’il risquait de perdre sa majorité parlementaire en raison du processus rapide d’urbanisation et d’industrialisation s’il échouait à faire un pas en direction des salariés24. Miki Takeo (1907‑1988) déclara même en 1963 qu’« un parti qui prend les travailleurs pour ennemis n’a aucun futur25 ». En 1966, le PLD adopta la « charte sur le travail » qu’Ishida avait proposée. Le parti au pouvoir s’engageait ainsi à promouvoir le plein-emploi, de meilleures conditions de travail et une meilleure sécurité sociale26. Le gouvernement adopta aussi l’idée d’associer davantage les syndicats coopératifs à sa politique. C’était bien sûr aussi un moyen d’enfoncer le clou de la marginalisation du Sōhyō. En mars 1967, le président du Dōmei fut reçu par les ministres du MITI et du Travail et eut une réponse positive à sa demande de représentation au sein de divers conseils de délibération (shingikai) qui n’acceptaient jusque-là que les représentants du patronat. Il obtint de pouvoir participer immédiatement au Conseil de délibération économique (Keizai shingikai) de l’Agence de planification27. En 1970, le ministère du Travail mit sur pied le Conseil de consultation sur l’industrie et le travail (Sangyō rōdō kondankai) qui devint l’organe clé de la consultation tripartite nationale.

19En second lieu, la politique productiviste et l’augmentation du revenu national ne pouvaient suffire, de façon mécanique, à assurer la paix sociale. D’une part, l’accroissement de la productivité au moyen d’une rationalisation risquait d’aboutir à une légère augmentation du chômage. D’autre part, la grève de Miike montrait que les restructurations industrielles étaient toujours susceptibles de provoquer des conflits de grande ampleur. Enfin, le gouvernement pouvait de moins en moins s’en remettre au secteur primaire et aux petites entreprises familiales pour absorber la main-d’œuvre en surplus et maintenir le taux de chômage à des niveaux particulièrement bas. En effet, le secteur primaire avait commencé à reculer de manière importante dans les années 1950 en raison d’un exode rural massif, et le secteur des petites et moyennes entreprises (PME), peu modernisé, était potentiellement menacé par l’ouverture du marché intérieur. Dans cet esprit, le gouvernement lança une politique énergique de plein-emploi. En 1963 fut révisée la Loi sur l’assurance-chômage (Koyō hoken‑hō). Il s’agissait essentiellement de financer la reconversion des travailleurs victimes des restructurations et de subventionner la construction de logements pour encourager la main-d’œuvre à déménager pour trouver un nouvel emploi. La pièce essentielle de la nouvelle politique de plein-emploi fut néanmoins la Loi sur les mesures pour l’emploi (Koyō taisaku‑hō) de 1966. Cette loi permettait à l’État de subventionner les entreprises pour qu’elles recrutent et forment des travailleurs victimes des restructurations.

  • 28 Inagami Takeshi (dir.), 1995, Seijuku shakai no naka no kigyōbetsu kumiai [Les syndicats (...)

20Si le gouvernement décida de coopter les centrales syndicales coopérationnistes et d’assurer le plein-emploi, c’était non seulement pour des raisons électorales, mais aussi parce qu’il avait compris que, étant donné l’amorce d’un recul de la solidarité communautaire traditionnelle, c’était plus que jamais aux entreprises de jouer le rôle de corps intermédiaire garant d’une certaine solidarité sociale. Corps intermédiaire qui devait jouer un rôle central dans l’intégration du monde salarial à l’ordre social dominé par le système de 1955. L’essence du compromis social que l’État favorisait, et qui devait fonder la politique de mobilisation du travail, se trouvait au niveau des entreprises, dans ce qu’on peut appeler, avec Inagami Takeshi, un compromis « micro-corporatiste28 ».

  • 29  Bernard Thomann, 2005, « Les conditions historiques de la naissance et de la r (...)

21Celui-ci put être réalisé grâce à l’élimination des syndicats d’entreprise militants, mais aussi par la confirmation d’une stratégie de rationalisation du travail fondée sur une intégration à long terme des intérêts des salariés aux intérêts de l’entreprise qui puisait là encore ses racines dans un processus engagé dès les années 1920. Autrement dit, le compromis « micro-corporatiste » des années de Haute Croissance fut rendu possible par une victoire des employeurs sur les syndicats militants, mais il se réalisa aussi sur la base d’une concession importante : le maintien, dans une certaine mesure, du salaire à l’ancienneté et de l’emploi à vie, considérés par les syndicats d’après-guerre comme des acquis majeurs, mais dont la naissance était indissociable d’une politique de fidélisation de la main-d’œuvre qualifiée et d’une idéologie coopérationniste et familialiste qui avaient touché les entreprises avant 194529.

22Ce compromis « micro-corporatiste » fut également mis au service des objectifs du « productivisme » grâce à deux institutions qui devinrent ainsi des symboles du système de gestion à la japonaise : les activités de petit groupe (koshūdan katsudō) et le Système de consultations conjointes (rōshikyōgisei). Là aussi, il est tentant d’y voir essentiellement l’influence de l’idéologie productiviste américaine.

  • 30  Les premiers cercles de qualité (QC sākuru) furent mis en place en 1962 et se (...)
  • 31  Organisation patriotique qui devait rassembler l’ensemble des salariés et des employeurs (...)
  • 32 Saguchi Kazurō, 1998, “The Historical Significance of the Industrial Patriotic (...)

23En effet, les activités de petit groupe trouvèrent leur origine dans l’introduction, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, de pratiques en provenance des États‑Unis. On peut citer TWI (Training Within Industry) qui encourageait les travailleurs à faire preuve d’initiative et à utiliser leurs connaissances pratiques pour améliorer le système de production. Cependant, leur application au Japon eut une ampleur et un caractère quasi systématique uniques30. Ces pratiques de gestion entraient en effet en résonance avec la pratique des petits groupes de travail regroupant cinq personnes (gonin kumi) et mis en place pendant la Seconde Guerre mondiale dans le cadre des Comités patriotiques pour le service industriel (Sangyō hōkokukai)31 pour améliorer la productivité32, mais aussi bien sûr, au-delà, avec l’idéologie coopérationniste. Cette continuité dans les modes de rationalisation du travail est également bien illustrée par le Système de consultations conjointes.

  • 33 Nihon rōdō kenkyū kikan, 1994, « Rōshikyōgisei no kenkyū » [Recherches sur le s (...)
  • 34  Nihon seisansei honbu no rōshi kyōgi jōnin iinkai [Comité de consultation travailleurs-e (...)
  • 35 Sasaki Satoshi, 1995, « Kōjō kanri shisutemu no kindaika to sōshiki nōryoku » [Capacités (...)
  • 36  Un des fondateurs de la Kyōchōkai, Shibusawa Eiichi, était en particulier critique de la (...)

24C’est le Centre japonais de productivité qui, pour la première fois, utilisa le terme de rōshikyōgisei, en 195733. Ce Système de consultations conjointes remplaça souvent les conseils de gestion, produits de l’offensive syndicale de l’immédiat après-guerre et qui avaient donné de véritables pouvoirs aux syndicats dans la gestion de l’entreprise. Il s’agissait maintenant seulement d’assurer la coopération entre salariés et employeurs pour atteindre les objectifs de l’entreprise. En effet, dans le cadre d’une enquête réalisée en 1960 par le Centre japonais de productivité sur les motifs qui avaient poussé les entreprises à créer un tel système, une très large majorité d’entre elles répondirent que c’était avant tout pour « assurer l’entente entre travail et employeur » et « rationaliser la production »34. Ce système était en fait l’émanation des comités de travail (rōdō iinkai) qu’avait tenté d’établir Tokonami Takejirō, le ministre de l’Intérieur entre 1918 et 1921, pour contrer la montée en puissance des syndicats après la Première Guerre mondiale. Il s’agissait à l’époque de proposer une alternative au mouvement syndical naissant. N’ayant pu les imposer par une loi, il les institua dans les chemins de fer nationaux ; un certain nombre de zaibatsu et d’entreprises publiques suivirent cet exemple en instaurant des comités d’usine (kōjō iinkai). Dans les faits, il s’avéra que leur but était d’impliquer les travailleurs dans l’amélioration de la productivité et la mise en place de mesures pour leur bien-être, beaucoup plus que de devenir un forum où les travailleurs pourraient formuler leurs revendications concernant les conditions d’emploi35. Cependant, dans l’esprit de la Kyōchōkai, créée en 1919 par le même Tokonami et qui tenta de coordonner de telles initiatives, il s’agissait là beaucoup plus qu’un simple paternalisme au service des intérêts des employeurs. Cette association, et les élites bureaucratiques, politiques et économiques qui la soutenaient, avaient l’ambition de développer une véritable stratégie d’intégration sociale de la classe ouvrière à l’ordre impérial en faisant l’économie d’une légitimation des syndicats jugée justement trop dangereuse pour l’ordre politique36.

25Ainsi, la politique du travail du gouvernement japonais, pensée dans le cadre de la politique de doublement des revenus, faisait partie d’une politique sociale plus large qui, loin d’avoir cédé à la logique individualiste du capitalisme, continuait de s’en remettre à une stratégie d’intégration sociale proche du coopérationnisme, mais aussi d’un « familialisme » d’avant 1945. En effet, dans l’idéologie coopérationniste, l’entreprise se devait d’être un relais entre l’État et l’autre institution garante de la solidarité sociale au sein de la nation : la famille. La mobilisation du travail au service de la croissance put ainsi s’appuyer sur un ordre social qui n’avait pas été aussi totalement transformé que les réformes de l’immédiat après-guerre peuvent le laisser penser.

Le Mouvement de la nouvelle vie : une mobilisation du travail fondée sur une politique sociale « familialiste »

  • 37 Modèle familial, fondé sur l’autorité du chef de famille, adopté par le code civil de 18 (...)

26L’institution de l’« ie37 » disparut avec la rédaction de la nouvelle Constitution (article 24) de 1946 et le slogan « ryōsai kenbo » (bonne épouse, mère avisée), né à la fin de l’ère Meiji et qui confinait la femme au rôle de garante de la solidarité familiale, ne fut plus ouvertement utilisé. Cependant, le Mouvement de la nouvelle vie (Shin‑seikatsu undō) symbolisa le maintien de la fonction essentielle de la famille, mais aussi de la maîtresse de maison, dans la politique sociale de l’État japonais.

  • 38  Cette continuité était évidente dans le fait que, parmi les responsables de l’associatio (...)
  • 39  Ibid., p. 168‑170.
  • 40  Ibid., p. 172.

27Le Mouvement pour la nouvelle vie prit une dimension quasi officielle quand le gouvernement de Hatoyama Ichirō (1883‑1959) sponsorisa la création de l’Association pour le Mouvement de la nouvelle vie (Shin‑seikatsu undō kyōkai) en septembre 1955. Son premier budget fut ainsi financé entièrement par le ministère de l’Éducation. Ce mouvement symbolise souvent la naissance d’un ordre social à reconstruire après les bouleversements engendrés par la défaite, et fondé sur un idéal de classe moyenne qui allait caractériser la société japonaise de l’après-guerre. Cependant, tout comme les Campagnes pour l’amélioration de la vie quotidienne (Seikatsu kaizen undō) des années 1920‑193038, il liait intimement hygiénisme et familialisme. Il promouvait ainsi le modèle de la femme au foyer et incitait ces dernières à gérer leur ménage de manière rationnelle et à épargner39. Il s’agissait non seulement d’encourager le développement d’un modèle familial capable d’être le lieu de solidarité qu’on attendait de lui, mais également de l’intégrer à la politique productiviste que l’État avait inaugurée bien avant 1945. Premièrement, il s’agissait de fournir un solide soutien au mari dans son foyer pour qu’il puisse se consacrer totalement à son travail. Deuxièmement, en encourageant l’épargne, il fallait s’assurer que les revenus de la famille puissent être réinvestis, par l’intermédiaire des banques, dans l’industrie. Au cours des années 1960 et 1970, l’Association pour le mouvement de la nouvelle vie ne cessa de prendre de l’ampleur. En 1978, 65 % des municipalités du pays subventionnaient des activités du mouvement40.

  • 41 Taira Koji, 1994, “Dialectics of Economic Growth, National Power, and Distributive Strugg (...)

28L’importance de la division sexuelle du travail dans la politique sociale de l’État japonais fut bien révélée par le procès Asahi (Asahi soshō) qui fut sur le devant de l’actualité à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Asahi Shigeru, hospitalisé et sans ressources, attaqua l’État en justice car celui-ci avait demandé à son frère qu’il paye une partie de ses frais d’hospitalisation. Asahi se reposait sur l’article 25 de la Constitution qui posait le principe de l’État providence et obligeait celui-ci à assurer un niveau de vie minimal à ses citoyens. En revanche, l’État se reposait lui sur un principe légal inspiré de l’institution de l’« ie » d’avant 1945 selon laquelle l’aide aux indigents devait être d’abord le rôle de la famille41.

  • 42 Satō Susumu, 1983, Kōreika fuyō to shakai hoshō [La prise en charge du vieillissement et (...)

29Bien sûr, cette institution de l’« ie » fut officiellement abolie dans le cadre des réformes démocratiques de l’occupation américaine. Les articles 752, 760, 818 et 820 de la nouvelle Loi sur la famille (Kazoku-hō) de 1947 identifiaient une famille composée d’un couple marié et d’enfants mineurs, famille dans laquelle les parents se devaient assistance pour élever les enfants, et subvenir aux besoins familiaux. En revanche, l’article 887 prévoyait aussi un devoir d’assistance, non seulement entre frères et sœurs, mais aussi entre personnes ayant un lien de parenté jusqu’au troisième degré, que ce soit de sang ou par alliance. L’article 730 stipulait aussi que des parents même collatéraux vivant sous le même toit se devaient assistance. Ce principe inspira la Loi d’assistance (Seikatsu hogo-hō) de 1950 sur laquelle le gouvernement japonais se reposa pour traiter du cas Asahi Shigeru. Celle-ci spécifiait en effet que les conditions pour bénéficier de l’assistance publique devaient être jugées sur la base de l’ensemble des revenus des personnes vivant sous le même toit et que les parents devaient en priorité assumer l’assistance de l’indigent. Ce principe justifia très largement la sévérité avec laquelle les aides sociales furent distribuées. Il inspira aussi la Loi sur la sécurité sociale des personnes âgées (Rōjin fukushi-hō) de 1963 qui prévoyait qu’une partie des frais médicaux des personnes âgées devaient être prise en charge par les personnes qui avaient le devoir d’assistance prévu par la loi sur la famille42.

30Que cet accent mis sur la solidarité familiale se fasse au détriment de la mise en place d’un véritable État providence alla dans le sens de la politique de mobilisation du travail pour deux raisons principales. D’une part, en permettant de garder des taux de prélèvement obligatoire et un niveau de charges sociales peu élevé, elle favorisa le plein-emploi. D’autre part, en rendant le travailleur dépendant des bienfaits de son entreprise, elle alla dans le sens de la rationalisation du travail fondée sur l’intégration à long terme des intérêts du salarié aux intérêts de son entreprise que nous avons évoquée plus haut.

Conclusion

31Il est tentant de voir dans le rôle que jouèrent les États‑Unis dans la formation du Centre japonais de productivité, dans la victoire du mouvement syndical coopérationniste, et dans le développement de certaines pratiques de gestion, le signe que la défaite du syndicalisme de lutte des classes et la Haute Croissance furent le début d’une hégémonie d’un capitalisme finalement pas si éloignée du modèle américain. Néanmoins, nous avons vu que la politique du travail du gouvernement, les relations dans le travail et le compromis social des années de Haute Croissance furent le produit d’un mode de développement du système socio-économique qui ne peut être appréhendé que par une analyse historique de long terme. Le mouvement syndical n’aurait ainsi pas seulement été défait pour des raisons propres à l’ordre socio-économique capitaliste du monde libre de l’après-guerre, l’hégémonie qu’évoque Gordon. Il devrait aussi sa défaite à une politique qui puisait ses racines bien avant 1945. Face au nationalisme, mais aussi aux conceptions corporatistes et familialistes de l’ordre social qu’entretenaient les élites dirigeantes, le principe d’une représentation autonome des intérêts des travailleurs ne s’imposa jamais comme véritablement légitime malgré les réformes démocratiques imposées par l’occupant américain.

32C’est justement ce qu’ont souvent échoué à mettre en évidence la critique marxiste et, plus récemment, la critique néolibérale du système socio-économique de l’après-guerre. Alors que les marxistes avaient tendance à voir la défaite du mouvement ouvrier dans les années de Haute Croissance comme le résultat de la domination d’un capitalisme monopolistique d’État puisant sa force dans l’alliance stratégique avec les États‑Unis, les critiques néolibérales s’attaquent aujourd’hui à ce qu’elles voient comme les vestiges d’un système mis en place par les architectes marxistes et planistes, tel Arisawa, qui pensèrent la reconstruction de l’économie du Japon après la défaite.

33En réalité, ce qu’une analyse historique plus profonde du système socio-économique japonais permet de réaliser, c’est que ces deux positions antagonistes ont un adversaire commun et l’ignorent souvent : une politique sociale de type corporatiste et familialiste qui s’était justement pensée, dès les années 1920, mais en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale, comme une alternative à la fois au socialisme et au libéralisme économique. Et c’est justement en s’attaquant au même adversaire que la gauche marxiste, que les néolibéraux du gouvernement Koizumi brouillent les cartes du paysage politique.

  • 43 Saeki Keishi, 2005, « <Shin no hoshushugi> no saisei shika nai » [Il faut régénérer le vrai conserv</Shin> (...)

34Dénonçant le néolibéralisme du gouvernement actuel qui serait le produit de l’histoire américaine, mais inadapté aux réalités sociales du Japon, l’intellectuel de droite Saeki Keishi (né en 1949) préconise, dans un numéro récent de Ronza, un retour à un « vrai conservatisme » (shin no hoshushugi). Celui-ci serait fondé non pas sur la promotion des mécanismes de marché, mais sur la réanimation des liens communautaires minés par ce qui auraient été les valeurs centrales de l’après-guerre et auxquelles les néoconservateurs auraient le tort de s’être ralliés : la liberté, la démocratie, l’égalité et les droits de l’individu43.

35Si la confusion du débat que dénonce Saeki est sans doute le symptôme de la fin d’un ordre politique d’après-guerre où chacun était bien à sa place, le point de départ, à partir duquel semble vouloir reconstruire Saeki, n’est pas 1945, mais bien la question sociale telle qu’elle se posait à la fin de l’ère Meiji.

Notes

1  Les années de croissance couvrent la période allant du milieu des années 1950 au premier choc pétrolier en 1973.

2  T. J. Pempel et Keiichi Tsunekawa, 1979, “Corporatism Without Labor? The Japanese Anomaly”, in Philippe Schmitter and Gerhard Lehmbruch (eds), Trends Toward Corporatist Intermediation, Londres : Sage Publications, p. 231‑270.

3  La durée du temps de travail en est l’aspect le plus spectaculaire.

4  En réalité cet objectif fut réalisé dès les années 1967‑1968.

5  Andrew Gordon, 1998, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar Japan, Cambridge, MA : Harvard University Press.

6  Voir par exemple Laura E. Hein, 1994, “Growth versus Success”, in Andrew Gordon, Postwar Japan as History, Berkeley and Los Angeles : University of California Press, p. 114.

7  Voir notamment l’ouvrage collectif qu’il a codirigé : Okazaki Tetsuji et Okuno Masahiro, 1993, Gendai Nihon keizai shisutemu no genryū [Les origines du système économique contemporain du Japon], Tōkyō : Nihon keizai shinbun sha. Ces nouveaux travaux peuvent être replacés dans un mouvement historiographique plus large qui dénonce, depuis les années 1970, la réduction de l’idéologie politique japonaise de la période de la guerre à un fascisme comme une impasse méthodologique. Les meilleurs représentants de cette rupture avec le « débat sur le fascisme japonais » [Nihon fashisumu ron] qui a été au centre de l’historiographie de l’après-guerre sont sans doute Furukawa Takahisa et Itō Takashi. Voir Itō Takashi, 1993, « <Fashisumu no ronsō> sono ato » [Après le débat sur le fascisme], in Itō Takashi, Shōwaki no seiji <zoku> [Les continuités politiques pendant l’ère Shōwa], Tōkyō : Yamakawa shuppansha. Furukawa Takahisa, 1992, Shōwa senchūki no sōgō kokusaku kikan [Les organes de politique nationale de la période de guerre pendant l’ère Shōwa], Tōkyō : Yoshikawa kōbunkan.

8 Kobayashi Hideo, Okazaki Tetsuji, Yonekura Seiichirō, 1995,<Nihon kabushiki kaisha> no shōwashi : Kanryō shihai no kōzō [L’histoire du Japon « société anonyme » pendant l’ère Shōwa : les structures de la domination bureaucratique], Tōkyō : Sōgensha, p. 172.

9  Ibid., p. 171.

10  Nous reprenons ici l’expression de Noguchi Yukio, 1995, 1940 nen taisei [Le système de 1940], Tōkyō : Tōyō keizai shinbunsha, p. 133.

11  Cité par Bai Gao, 1997, Economic Ideology and Japanese Industrial Policy: Developmentalism from 1931 to 1965, Cambridge / New York : Cambridge University Press, p. 43.

12  En effet, en 1959, à l’occasion de l’assemblée générale du GATT qui se tenait à Tōkyō, le Japon dut faire face à une demande de démantèlement de ses restrictions sur les importations.

13  Charles Maier, 1978, “The Politics of Productivity: Fondations of American International Economic Policy after World War II”, in Peter Katzenstein, Between Power and Plenty: Foreign Economic Policies of the Advanced Industrial, Madison : University of Wisconsin Press.

14 Bai Gao, 1997, Economic Ideology and Japanese Industrial Policy: Developmentalism from 1931 to 1965, op. cit., p. 216.

15  En plus des ouvrages qu’il publia sur la question de la réglementation de l’économie par l’État, il fit partie de la section des enquêtes économiques du ministère de l’Armée de terre pendant la guerre. Il faut aussi mentionner qu’il fut accusé de violer la Loi sur le maintien de l’ordre (Chian iji hō) à cause de son appartenance au Rōnō‑ha. Il fut finalement relaxé en 1944. Arisawa Hiromi, 1977, Gendai jinbutsu jiten [Dictionnaire des personnes célèbres d’aujourd’hui], Tōkyō : Asahi shinbun sha, p. 62.

16  Le Sōhyō avait en effet bien conscience que cette stratégie de développement économique impliquait une logique de mobilisation du travail qui rappelait la politique de mobilisation générale de la période de la guerre. Il accusa d’ailleurs le Centre japonais de productivité d’avoir pour arrière-pensée la réduction des syndicats au même statut que les Associations patriotiques pour le service industriel du temps de guerre (Sangyō hōkoku‑kai). Cette centrale avait une conception du mouvement syndical qui était incompatible avec le « contrat productiviste ». Pour son leader jusqu’en 1955, Takano Minoru, le système d’exploitation utilisé par le « capital monopoliste d’État » japonais était tel que tout gain significatif par la classe laborieuse ne pouvait être obtenu que par des changements politiques. Ses successeurs, Ōta Kaoru et Iwai Akira, mirent plus l’accent sur une stratégie d’action syndicale horizontale pour compenser la faiblesse structurelle des syndicats d’entreprises. La réalisation la plus durable de ces deux leaders fut ainsi l’offensive de printemps (shuntō). L’action simultanée et solidaire des syndicats au niveau de chaque branche devait réduire la tendance qu’avait chacun d’entre eux à ne revendiquer que des hausses modérées de salaire et à éviter de déclencher des grèves, de peur que cela ne nuise à la compétitivité de l’entreprise et ne menace ainsi l’emploi de leurs membres.

17  Lonny E. Carlile, 1994, “Sōhyō Versus Dōmei: Competing Labour Movement Strategies in the Era of High growth in Japan”, Japan Forum, vol. 6, no 2, p. 145‑159.

18  Andrew Gordon, 1998, The Wages of Affluence. Labor and Management in Postwar Japan op. cit., p. 49‑50.

19  Ce syndicat d’employeurs avait été créé par de jeunes patrons qui avaient émergé à la suite du démantèlement des zaibatsu. N’étant souvent pas eux-mêmes des capitalistes, ils étaient plus proches de l’esprit des bureaucrates, dont ils avaient en général partagé les mêmes études, que de l’esprit du capitalisme familial des patrons d’avant-guerre.

20 Nihon seisansei honbu, 1985, Seisansei undō 30 nen shi [Trente ans de Mouvement productiviste], Tōkyō : Nihon seisansei honbu, p. 137.

21  Appareil législatif répressif incarné par la Loi de police sur l’ordre public [Chian keisatsu hō] de 1900 et surtout la Loi de préservation de l’ordre public [Chian iji hō] de 1925 dont l’article 1er spécifiait : « Toute personne ayant formé une association avec l’objectif d’altérer le kokutai ou le système de propriété privée, et toute personne ayant rejoint une telle association en pleine conscience de ses objectifs, est passible d’une peine de prison, avec ou sans travaux forcés, n’excédant pas dix ans. » Cette loi fut largement utilisée pour combattre les syndicats de lutte des classes liés au Parti communiste, et servit ainsi indirectement à favoriser les syndicats coopératifs tel le Sōdōmei.

22  En l’occurrence, la Loi sur les syndicats [Rōdō kumiai‑hō] de 1945.

23  L’année 1955 fut celle de la formation du Parti libéral-démocrate et du début de son hégémonie politique.

24 Ishida Hirohide, 1963, « Hoshu seitō no bijon » [La vision politique d’un parti conservateur], Chūō kōron, no 78, p. 88‑97.

25  Cité par Sheldon Garon et Mike Mochizuki, 1994, “ Negociating Social Contracts”, in Andrew Gordon, Postwar Japan as History, op. cit., p. 160.

26 Ishida Hirohide, 1963, « Hoshu seitō no bijon » [La vision politique d’un parti conservateur], op. cit., p. 88‑97.

27 Kume Ikuo, 1998, Nihongata rōshi kankei no seikō [Les réussites des relations du travail à la japonaise], Tōkyō : Yūhikaku, p. 217.

28 Inagami Takeshi (dir.), 1995, Seijuku shakai no naka no kigyōbetsu kumiai [Les syndicats d’entreprise dans une société arrivée à maturité], Tōkyō : Nihon rōdō kenkyū kikan.

29  Bernard Thomann, 2005, « Les conditions historiques de la naissance et de la reproduction de l’“emploi à vie” comme archétype de l’emploi masculin au Japon », Le Mouvement social, no 210.

30  Les premiers cercles de qualité (QC sākuru) furent mis en place en 1962 et se multiplièrent rapidement pour atteindre le nombre de 400 000 regroupant presque 4 millions de membres en 1994.

31  Organisation patriotique qui devait rassembler l’ensemble des salariés et des employeurs et dans laquelle les syndicats existants furent obligés de se fondre en 1940.

32 Saguchi Kazurō, 1998, “The Historical Significance of the Industrial Patriotic Association: Labor Relations in the Total-War State”, in Yamanouchi Yasushi (ed.), Total War and Modernization, Ithaca : Cornell University.

33 Nihon rōdō kenkyū kikan, 1994, « Rōshikyōgisei no kenkyū » [Recherches sur le système de consultations conjointes], Chōsa kenkyū hōkokusho, no 51, p. 99.

34  Nihon seisansei honbu no rōshi kyōgi jōnin iinkai [Comité de consultation travailleurs-employeurs du Centre japonais de productivité], Rōshi kankei no antei yōin wa nani ka, 1962, Tōkyō, p. 105.

35 Sasaki Satoshi, 1995, « Kōjō kanri shisutemu no kindaika to sōshiki nōryoku » [Capacités organisationnelles et modernisation du système gestion des usines], in Yui Tsunehiko et Daitō Eisuke, Nihon keiei shi 3: Daikigyō jidai no tōrai [Histoire de la gestion au Japon 3 : l’avènement de l’ère des grandes entreprises], Tōkyō : Iwanami shoten, p. 155.

36  Un des fondateurs de la Kyōchōkai, Shibusawa Eiichi, était en particulier critique de la rhétorique paternaliste, qui en appelait aux « belles coutumes » (bifu) traditionnelles japonaises et telle qu’elle était utilisée par le Nihon kōgyō kurabu (principale association d’employeurs japonaise), car elle n’était souvent qu’une simple tactique pour s’opposer à la politique sociale du gouvernement. La Kyōchōkai devait au contraire promouvoir le paternalisme comme une partie intégrante d’une politique sociale à long terme. Ōkōchi Kazuo, Matsuo Hiroshi, 1965, Nihon rōdō kumiai monogatari [Histoire des syndicats de travailleurs japonais], Tōkyō : Chikuma shobō, p. 159.

37 Modèle familial, fondé sur l’autorité du chef de famille, adopté par le code civil de 1898.

38  Cette continuité était évidente dans le fait que, parmi les responsables de l’association, on trouvait, par exemple, Katayama Tetsu qui, en tant qu’un des leaders du parti de travailleurs soutenu par l’État dans les années 1930, le Parti socialiste des masses (Shakai taishū‑tō), avait été un acteur actif des Campagnes pour l’amélioration de la vie quotidienne. On trouvait aussi Gotō Fumio qui avait été un des principaux bureaucrates rénovateurs (Kakushin kanryō), architecte de la mobilisation générale de l’économie pendant la guerre. Voir Sheldon Garon, 1998, Molding Japanese Minds: the State in Everyday Life, Princeton : Princeton University Press, p. 168.

39  Ibid., p. 168‑170.

40  Ibid., p. 172.

41 Taira Koji, 1994, “Dialectics of Economic Growth, National Power, and Distributive Struggles”, in Andrew Gordon, Postwar Japan as History, op. cit., p. 176‑177.

42 Satō Susumu, 1983, Kōreika fuyō to shakai hoshō [La prise en charge du vieillissement et la protection sociale], Tōkyō : Ichiryūsha.

43 Saeki Keishi, 2005, « <Shin no hoshushugi> no saisei shika nai » [Il faut régénérer le vrai conservatisme], Ronza.

Auteur

CEJ/Inalco