Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

E

École haïtienne d’histoire du xixe siècle (L’) : Genres et sources

Nineteenth Century Haitian School of History (The): Genres and Sources

Escuela haitiana de la historia del siglo xix: Géneros y fuentes

Carlo A. Celius

Résumé

Si le discours historien s’impose comme une nécessité dès l’indépendance en 1804, l’école haïtienne d’histoire s’affirme véritablement à partir des années 1830. Les publications sont de trois types : mémoires, compilations et études. Elles tendent à construire une histoire générale d’Haïti avec une focalisation sur le politique et le juridique. À ce projet concourent de vastes fresques historiennes mais également des études circonscrites ou sectorielles comme des biographies, des monographies consacrées à des périodes, groupes, gouvernements et événements particuliers, ou encore des travaux d’histoire juridique. Ce nouveau discours historien s’élabore en se confrontant à une bibliothèque coloniale dense à critiquer, à dépasser tout en y puisant d’éventuelles connaissances nécessaires. Il s’alimente aux archives de toutes sortes, surtout pour la période révolutionnaire, son centre d’intérêt primordial, ainsi que pour la période contemporaine tout en accordant une place importante aux sources orales.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La liberté générale des esclaves est acquise en 1793. Nombre de propriétaires émigrent, (...)

1Le recours à l’histoire s’est imposé comme un impératif aux élites haïtiennes du xixe siècle. Ce groupe social, qui se constitue au cours du processus révolutionnaire, surtout entre 1796 et 18031, se retrouve, à partir de la proclamation de l’indépendance le 1er janvier 1804, aux commandes d’une nouvelle communauté à construire. Bénéficiant d’une conjoncture marquée par un sentiment largement partagé par la population d’avoir réussi un exploit (le renversement de l’ordre colonial esclavagiste dans un monde encore colonialiste et esclavagiste), il a vite ressenti la nécessité de le signifier selon ses propres points de vue, aussi bien pour s’autolégitimer que pour énoncer sa vision du projet collectif. Le discours historien qui s’élabore dans un tel contexte tend à se circonscrire au champ politique avec une visée civique et morale. Mais d’autres paramètres entrent en ligne de compte, l’un des plus déterminants étant les tensions internes au nouveau groupe qui parachève sa structuration tout en cherchant à édifier son hégémonie. Cela ne manque pas d’affecter l’écriture de l’histoire alors objet de manipulations claniques.

2Ces quelques facteurs structurants du cadre d’émergence de l’école haïtienne d’histoire éclairent, au moins en partie, le choix de bien des thèmes et sujets traités ainsi que des modes d’approche privilégiés. Les sources aussi sont ici essentielles. Certes, elles le sont toujours, mais les contraintes caractéristiques d’un régime historiographique peuvent porter à en prioriser tels types au détriment de tels autres. Ainsi des sources potentielles risquent de passer inaperçues, d’être négligées, ou sous‑exploitées. Se pose également le problème de la disponibilité des sources visées, de leurs états, de leur accessibilité. Questions particulièrement cruciales pour une ancienne colonie dont une bonne partie des archives de la période coloniale est conservée dans l’ex‑métropole. Sans oublier l’énorme bibliothèque coloniale riche de possibles sources tout en étant un réservoir du discours colonialiste et esclavagiste auquel devra se confronter le discours historien à produire.

Vers une histoire générale d’Haïti

  • 2 Les dates de naissance et de décès d’Edmond Bonnet ne sont fournies dans les o (...)

3Dès l’accès à l’indépendance, proclamations, déclarations officielles, propos de célébrations patriotiques, écrits littéraires ou polémiques, sermons religieux, libelles, iconographie, etc. convoquent, à un niveau ou à un autre, des éléments du passé récent et/ou lointain de l’île. Une chose est d’en appeler au passé de manière circonstanciée, notamment pour susciter et alimenter une ferveur patriotique, une autre en est l’élaboration d’un discours proprement historien, c’est‑à‑dire fondé sur des protocoles de recherche et exigeant des modes d’exposition spécifiques. Une telle préoccupation, manifeste dès les premières années du xixe siècle, s’affirme véritablement à partir des années 1830, sous l’impulsion d’un groupe de jeunes qui, formant cénacle, avec un organe de diffusion (Le Républicain créé en 1835, remplacé par L’Union 1837‑1839), sous le leadership d’Ignace Nau (1808/1812/1813 ? ‑ 1848) et de ses frères, produit des œuvres littéraires, discutent de littérature et d’histoire, s’engagent dans la recherche et l’écriture historiennes. Presque tous les premiers historiens ont commencé par publier des articles dans leurs périodiques. Trois d’entre eux dominent cette historiographie naissante par l’ampleur de leurs travaux : Thomas Madiou (1814‑1884), Beaubrun Ardouin (1796‑1865), Joseph Saint‑Rémy (1815‑1858). Linstant Pradine (1812‑1883) est à rapprocher d’eux par le caractère et la portée de son entreprise. D’autres figures se sont signalées avec des contributions quantitativement plus modestes, néanmoins d’un intérêt non négligeable. Parmi eux, se distinguent : Beauvais Lespinasse (1811‑1863), Edmond Bonnet (?‑1873)2, Émile Nau (1812‑1860). D’autres encore, de la génération suivante, prendront le relais, comme Justin Bouzon (1850‑1928) ou encore Louis‑Joseph Janvier (1855‑1911).

  • 3 Jean‑Jacques Dessalines, le premier chef d’État, est assassiné le 6 octobre 18 (...)

4Les dates de naissance des fondateurs de l’école haïtienne d’histoire indiquent d’emblée qu’ils n’ont pas participé à la guerre d’indépendance. Appartenant au groupe restreint des lettrés, ils sont parvenus à l’âge adulte à une période de relative stabilité3, sous le long règne (1818‑1843) de Jean‑Pierre Boyer (1776‑1850). Les uns et les autres soulignent l’urgence de la connaissance, de la compréhension, de la mise en récit des événements du passé, d’autant plus qu’ils assistent à la disparition progressive des derniers témoins et acteurs de la révolution et de la guerre d’indépendance. Si nos historiens n’ont pas été eux‑mêmes acteurs de ces événements, ils sont impliqués dans la vie sociopolitique en tant que fonctionnaires de l’État occupant parfois d’éminents postes politiques et/ou diplomatiques. De telles positions leur offrent quelques facilités. Elles leur permettent de voyager à travers le pays et à l’étranger. Elles les placent au cœur de réseaux, internes et externes, susceptibles d’être mobilisés pour accéder à des sources conservées au sein de l’administration, obtenir des informations rares ou encore atteindre témoins et acteurs à interroger et accéder à des archives privées. Et enfin, c’est souvent en témoins et/ou acteurs qu’ils traitent les périodes récentes. Autant de possibilités qui peuvent être autant de contraintes limitant considérablement l’autonomie de l’historien, maintenant à vif ses réflexes claniques, imprégnant ses jugements, réduisant la portée de ses considérations critiques.

  • 4 Directeur des domaines de l’État au département de l'Ouest en 1803, il conserve son post (...)
  • 5 Les tomes 7 et 8 ont été mis en ordre et publiés, en vertu d'une décision du conseil des (...)
  • 6 Janvier, 1886, p. II.

5Thomas Madiou, à son retour en 1835 dans le pays après des études de droit en France, envisage la rédaction d’une histoire d’Haïti dont il a constaté l’inexistence. Les trois premiers des huit tomes de son Histoire d’Haïti, allant de 1492 à 1807, paraissent en 1847-1848, mais l’auteur annonce déjà que l’ensemble de l’ouvrage, qui s’étend jusqu’en 1848, est achevé. Pourtant un autre tome, celui consacré aux années 1843‑1846, ne sortira qu’en 1904 et les quatre autres attendront la fin des années 1980, parus dans le cadre d’une édition de l’œuvre complète par l’éditeur Henri Deschamps, à Port‑au‑Prince. Beaubrun Ardouin, pour sa part, envisage d’abord la rédaction d’une biographie avant de réaliser combien le parcours de son personnage est lié aux principaux événements qui ont marqué le passage de Saint‑Domingue à Haïti, qui méritent dès lors d’être relatés d’autant plus que sa lecture du panorama dressé par Madiou le laisse insatisfait. Ainsi il livre en onze tomes : Études sur l’histoire d’Haïti ; suivies de la vie du général J.‑M. Borgella (1853‑1860). Joseph Saint‑Rémy, lui aussi, part d’un projet de biographie pour aboutir à une (re)lecture générale, d’où son œuvre principale : Pétion et Haïti, étude monographique et historique, parue de 1854 à 1857 en cinq tomes. Il avait auparavant, en 1839, publié un bref Essai sur Henri‑Christophe, général haïtien, avant de rédiger une étude plus développée sur la Vie de Toussaint‑L’Ouverture, parue en 1850. Il édite en 1853 les Mémoires de Toussaint, après avoir réédité deux ans auparavant ceux, imprimés en 1804 et déjà introuvables, de Louis Boisrond‑Tonnerre (1776‑1806), secrétaire et principal conseiller de Jean‑Jacques Dessalines (le premier chef d’État haïtien), rédacteur de l’acte de l’indépendance. Joseph Balthazar Inginac (1773‑1847), général de division, ex‑secrétaire général du cabinet de Jean‑Pierre Boyer4, a également livré au public, en 1843, ses Mémoires : depuis 1797 jusqu’à 1843. En 1864, Edmond Bonnet édite les Souvenirs historiques de Guy Joseph Bonnet [1773‑1843], son père, que lui‑même a mis en ordre et rédigés. Linstant Pradine aussi a recueilli et publié des documents, mais d’une toute autre nature et à une tout autre échelle. Juriste de formation, il a compilé, ordonné et publié, avec des notes historiques de jurisprudence et de concordance, un Recueil général des lois et actes du Gouvernement d’Haïti, depuis la proclamation de son indépendance. L’ouvrage, paru en huit tomes de 1851 à 18885, couvre la période de 1804 à 1845. Avec Les Constitutions d’Haïti (1801‑1885), Louis‑Joseph Janvier adopte une démarche comparable, mais focalisée uniquement sur la loi mère constamment réécrite tout au long du xixe siècle. L’auteur, docteur en médecine, mais également diplômé de sciences politiques et licencié en droit, considère toute constitution comme « un document d’une valeur réellement, absolue, incontestable. Là, le fait se révèle, parle ; l’idée, qui a animé telle époque, tels hommes, apparaît clairement »6. Janvier analyse les circonstances de rédaction de chaque constitution, le mouvement sociopolitique dont elle résulte, les intentions des constituants et la durée de vie des chartes. C’est toute l’histoire politique du pays qui est alors analysée par le prisme du rapport à la loi et des formes de gouvernement expérimentées, en vue de formuler des propositions de réforme.

  • 7 Ouvrage conçu en trois tomes selon les indications fournies par l’auteur dans sa préface (...)
  • 8 Si Beaubrun Ardouin avait conçu son ouvrage pour l’éducation de la jeunesse, une institu (...)

6En somme, le premier moment de l’historiographie d’Haïti est marqué par trois types principaux de publication : des mémoires, des études et des compilations. Études et compilations s’inscrivent dans la perspective d’une histoire générale, d’une plus ou moins longue durée, avec une focalisation sur le politique et le juridique. La biographie, grand objet de préoccupation, est conçue comme partie intégrante de cette histoire générale. Lorsqu’elle est prise comme point de départ, elle commande la délimitation chronologique des études ainsi que le choix des moments ou événements à mettre en relief. Il existe des études que l’on peut qualifier de particulières, en ce qu’elles se focalisent sur un groupe spécifique, sur un moment, un épisode, comme l’Histoire des Affranchis de Saint‑Domingue (1882)7 de Beauvais Lespinasse, l’Histoire des caciques d’Haïti (1854) d’Émile Nau, ou encore Études historiques sur la présidence de Faustin Soulouque (1847‑1849) (1894) de Justin Bouzon. Ces travaux sont conçus, en général, comme des compléments à l’histoire générale. Il en est de même pour les compilations de Pradine et de Janvier ainsi que les analyses qui les accompagnent, bien que ces publications ouvrent les perspectives spécifiques d’une histoire sectorielle, celle du droit en l’occurrence. La composante spatiale est importante dans cette perspective d’histoire générale. C’est par une Géographie de l’île d’Haïti qu’Ardouin a démarré ses publications en 1832. L’ouvrage, qui sera par la suite adapté pour l’enseignement des jeunes8, est précédé d’un précis et de la date des événements les plus remarquables de l’histoire d’Haïti. Quant à Madiou, il reconnaît tout l’intérêt qu’a eu pour lui Voyage dans le nord d’Haïti (1824) de Hérard Dumesle (1784‑1858), dans lequel le parlementaire et homme de loi du Sud relate sa pérégrination à travers le pays visitant les lieux où se sont déroulés les principaux événements de la révolution.

Des sources

7La principale préoccupation des premiers historiens haïtiens est d’établir une histoire générale d’Haïti, dans laquelle ils cherchent à déterminer la place respective à octroyer à quelques grandes figures en raison de l’importance de leurs contributions dans le renversement du système colonial esclavagiste. Trois grandes périodes sont à traiter : la longue période coloniale (colonisation espagnole, puis française), la période révolutionnaire et le moment national. Si pour la dernière période, la nature des sources principales diffère, pour celles qui précèdent la bibliothèque coloniale constitue un point de repère incontournable, riche qu’elle est d’écrits remontant au xve siècle, depuis le journal de bord de Christophe Colomb, jusqu’aux publications contemporaines d’anciens administrateurs coloniaux, d’anciens colons ou autres voyageurs, dont la plupart continuent de publier au cours du xixe siècle. Le nouveau discours historien à produire se doit de prendre ses distances avec celui de la bibliothèque coloniale, sans toutefois procéder à un rejet systématique des écrits antérieurs, compte tenu de leur volume, de leur diversité et surtout de leur importance pour la connaissance et la compréhension de la période coloniale. La bibliothèque coloniale comporte des sources a priori secondaires, dont certaines demeurent les seules existantes, comme c’est le cas pour des écrits des xve et xvie siècles. La plupart de ces publications indiquent des sources primaires à chercher, à localiser et à consulter. Les récits existants donnent les versions des colonisateurs du processus de colonisation. Ils offrent des descriptions des mœurs des populations allant des Tainos aux Africains mis en esclavage, en passant par celles des colons eux‑mêmes et des « libres de couleur ». Les descriptions portent également sur l’espace, la topographie, les composantes géographiques, la faune, la flore, les transformations des paysages par les aménagements et constructions de toutes sortes. De multiples plans et cartes ont été dressés, des vues de lieux et de monuments gravées. Des recherches ont porté sur la pharmacopée, la médecine, les techniques agricoles. L’introduction de l’imprimerie avait rendu possible la diffusion de toutes sortes de textes sur place, y compris des documents officiels. Les périodiques se sont également multipliés à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, constituant une source imprimée particulière riche. Une véritable science coloniale, qui n’a pas manqué de nourrir les recherches métropolitaines, se développait qu’un groupe de savants, se regroupant dans une entité dénommée le Cercle des Philadelphes (1784‑1793), avait entrepris d’organiser, de systématiser sur place.

  • 9 Entre autres : Petit Émilien, 1911 [1771].

8La bibliothèque coloniale s’imposait comme une ressource, offrant des sources, mais également des références et même des modèles possibles. Reste à savoir quoi y puiser, comment et pourquoi. Tout dépend de la nature de la recherche envisagée. Dans bien des cas, comme on l’a déjà souligné, les seules sources disponibles sont des écrits d’auteurs européens. Émile Nau le reconnaît sans détour : son histoire des caciques est redevable aux récits européens d’époque. Il s’agit pour lui de proposer une nouvelle synthèse, mais en vue d’une histoire d’Haïti du point de vue des Haïtiens, estimant que Madiou ne s’est pas assez attardé sur cette période. Madiou, lui aussi en remontant à 1492, utilise les publications connues pour la période et ne prétend pas, pour la période espagnole, apporter des éléments nouveaux ; il en est d’ailleurs de même pour sa présentation de la mise en place et du fonctionnement de la colonisation française. Il précise avoir consulté des auteurs espagnols, français, anglais et américains qui ont écrit de 1492 à 1789. Quant à Ardouin, sa Géographie de l’île d’Haïti (1832) est un abrégé de données tirées de l’ouvrage encyclopédique, paru en deux volumes en 1797‑1798, de Louis‑Élie Moreau de Saint‑Méry (1750‑1819) : Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint‑Domingue. Il y ajoute toutefois tout ce qu’il a pu recueillir lors de ses déplacements dans le pays, pour la période contemporaine, comme Moreau de Saint‑Méry lui‑même l’avait fait avant lui pour écrire sa Description. De même, son précis d’histoire d’Haïti, qui précède la géographie, tire sa substance des publications existantes. Par ailleurs, le Recueil de Pradine et la compilation des constitutions par Janvier rappellent, prolongent en quelque sorte, les travaux de même type effectués par Émilien Petit (1713‑1780 ?)9 et Moreau de Saint‑Méry (1784‑1790) pour la colonie.

9Les fondateurs de l’école haïtienne d’histoire accordent un intérêt particulier à la période révolutionnaire. Le discours colonial entre alors en crise : l’espace public s’anime, des deux côtés de l’Atlantique, avec une démultiplication des prises de position écrites, les événements provoquant polémiques, accusations, réclamations et revendications de toutes sortes. Mémoires, pamphlets, rapports circonstanciés pullulent. On écrit et réécrit l’histoire aussi bien de la colonie que des événements qui s’y déroulent. À côté des responsables coloniaux et des « colons blancs », des « libres de couleur » font entendre leurs voix. Des leaders émergent parmi ces derniers qui deviennent acteurs de premier plan des mouvances révolutionnaires. Ils laissent des traces écrites appelées à être analysées pour évaluer et interpréter leurs comportements, leurs apports, l’importance de leurs actions. La comparaison des prises de position des uns et des autres est cruciale, car ils appartiennent au groupe qui a recueilli le pouvoir après l’indépendance dont font partie les historiens eux‑mêmes. On comprend l’enjeu du contrôle de l’accès aux archives surtout familiales et de l’interprétation des données. D’autant plus qu’on cherche à construire un panthéon des grands hommes de la révolution, ce qui explique l’intérêt pour les biographies ; ce par quoi avait d’ailleurs commencé entre autres Céligny Ardouin (1806‑1849) en publiant une série d’articles biographiques réunis en volume en 1865 par son frère Beaubrun Ardouin sous le titre Biographie de quelques hommes des guerres de l’Indépendance. On est dans un contexte où des controverses nées au cours de la période révolutionnaire ne sont pas encore éteintes. Elles continuent de nourrir des rivalités internes au groupe dominant. Elles concernent également le regard des colons et administrateurs coloniaux qui débattaient et continuent de débattre de la perte de Saint‑Domingue prolongeant, perpétuant les lectures colonialistes et esclavagistes projetées sur la révolution et le fonctionnement du nouvel État. Ces discussions, intenses jusqu’à la reconnaissance officielle de l’indépendance par la France en 1825, se sont poursuivies un peu après.

10Tout en gardant un œil sur les publications d’époque, notamment celles d’administrateurs et d’anciens officiers de l’expédition envoyée par Bonaparte pour rétablir l’esclavage en 1802, c’est sur cette période révolutionnaire que les historiens focalisent leurs recherches en archives. Une première difficulté surgit, posée d’emblée par Madiou et sans détour : l’inexistence d’archives publiques organisées dans le pays et la dispersion des archives entre les mains de particuliers. Les principales sources, les plus abondantes, les documents officiels particulièrement (correspondances administratives, rapports de toutes sortes, dossiers d’officiers et soldats, décisions judiciaires, ordonnances, résolutions d’assemblées…) sont à consulter dans l’ancienne métropole. Nos historiens mèneront une bonne partie de leurs recherches en France. Ardouin, d’ailleurs, s’enorgueillira d’avoir davantage travaillé dans ces archives que son émule Madiou. Saint‑Rémy, qui a travaillé dans les archives impériales de France, jugera nécessaire de publier les autorisations qu’il a obtenues pour consulter les archives de différents ministères français.

  • 10 Madiou, 1989 [1847], t. I, p. xii.

11Tous nos historiens indiquent la provenance et la nature de leurs sources. Madiou explique avoir consulté de nombreux mémoires, des correspondances, rapports confidentiels, bulletins, feuilles publiques. Il souligne avoir « interrogé surtout les acteurs, les témoins des événements, enfin la plupart des vieux débris de notre gloire nationale »10.

  • 11 Dont il fut le secrétaire de 1837 à 1841. Sur Inginac, voir la note 4.
  • 12 Lui‑même a recueilli des témoignages d’acteurs et témoins de la révolution en plus d’avo (...)
  • 13 Madiou, 1989 [1847], t. I, p. xiii.

Je dois un tribut de reconnaissance à plusieurs de nos vétérans qui se sont fait un véritable plaisir de me raconter les événements qui s’étaient passés sous leurs yeux et de me découvrir les causes de nos drames révolutionnaires. J’ai souvent été attendri par les larmes que le souvenir de nos jours de gloire leur arrachait. Je citerai parmi eux les généraux, Bonnet, Borgella, Dalzon, Alain, Inginac11 ; le colonel Bigail, le citoyen Romillon St. Rome, les généraux Souffrant et Frémont. Je ne puis oublier les citoyens Beaubrun Ardouin, ex-ministre et sénateur, Céligny Ardouin12, secrétaire d’État au département de l’Intérieur, E. Ségui Villevaleix, ancien secrétaire particulier du Président Boyer, et mon père, ancien sénateur, qui m’ont donné toutes les explications que j’ai pu désirer, quant à l’administration de la république de 1818 à 182713.

12Beaubrun Ardouin, qui figure parmi les personnes consultées par Madiou, s’opposera à lui sur bien des points. Peut-être que sa position critique transperce déjà dans ses considérations sur les sources orales :

  • 14 Ardouin, 1853, t. I, p. 5.

Je n’ai pas négligé les traditions orales, populaires, toutes les fois qu’elles m’ont paru offrir quelque certitude ; mais en citant celles qui n’étaient pas dans ce cas, je me suis cru obligé de les réfuter, puisqu’elles ne présentaient aucune probabilité, aucune garantie de la vérité historique. Il faut souvent se défier de cette manière de faire de l’histoire ; car les bruits du moment égarent les acteurs ou les témoins des événements, qui les racontent ensuite comme faits positifs. Si les documents eux‑mêmes sont quelquefois mensongers, combien à plus forte raison, ne doit‑on pas se prémunir contre les traditions orales14

13Notons que les sources orales ne se limitent pas uniquement aux entretiens réalisés avec des personnes ciblées. En effet, les historiens rapportent souvent des « on‑dit », des « rumeurs », des versions de tels faits qui circulent de bouche à oreille. S’ils ne se sont pas penchés de manière systématique sur ces discours en circulation, ils les présentent, les commentent, les critiquent, les avalisent ou les rejettent en se fondant sur d’autres données dont ils disposent. Saint‑Rémy s’est montré particulièrement scrupuleux dans son usage des témoignages. Il identifie témoins et acteurs le plus précisément possible en fournissant des éléments biographiques le plus souvent en note de bas de page. Il les cite nommément à chaque fois, précise si les informations ont été obtenues directement ou par l’intermédiaire d’un tiers, lui‑même identifié. Dans le cas d’informations obtenues directement, il signale si les notes ont été prises sur le moment ou après ou encore si les intéressés lui ont fourni des informations à l’écrit.

14La relative proximité des événements, l’existence de témoins et d’acteurs ont porté les premiers historiens de l’école haïtienne d’histoire à recourir de manière significative aux sources orales. Ils reconnaissaient, comme l’a noté Ardouin, que ces sources pouvaient être mensongères, mais aussi bien que les sources écrites. Ce sens aigu de la fragilité des sources trouve une compensation dans la situation d’émulation créée entre les protagonistes. Si au fur et à mesure des publications, les uns utilisent des sources publiées ou citées par les autres, les uns entendant aussi corriger les autres, cela a conduit à des contre‑vérifications, à la recherche de nouvelles sources. Il leur arrive, comme on en trouve des exemples chez Saint‑Rémy, de rectifier des erreurs antérieurement commises dans leurs nouvelles publications. La nouvelle historiographie démarre donc sur une conception ouverte de la pratique historienne en ce qui concerne les sources sur lesquelles elle repose, leur disponibilité, leurs découvertes et les limites des interprétations qu’elles rendent possibles. Les historiens ont donc manifesté une claire conscience du caractère provisoire d’un état donné des connaissances historiennes.

Bibliographie

Ouvrages

Ardouin Beaubrun, 1853‑1860, Études sur l’histoire d’Haïti ; suivies de la vie du général J.‑M. Borgella, 11 t., Dezobry et Magdeleine et chez l’auteur, Paris.

BoirondTonnerre Louis, 1851 [1804], Mémoires pour servir à l’histoire d’Haïti, Paris.

Bonnet Edmond (recueillis et mis en ordre par), 1864, Souvenirs historiques de Guy‑Joseph Bonnet, A. Durand, Paris.

Bouzon Justin, 1894, Études historiques sur la présidence de Faustin Soulouque (1847‑1849), Gustave Guérison et Cie, Paris.

Inginac Joseph Balthazar, 1843, Mémoires : depuis 1797 jusqu’à 1843, Imprimerie J. R. de Cordova, Kingston (Jamaïque). 

Janvier Louis‑Joseph, 1886, Les Constitutions d’Haïti (1801‑1885), C. Marpon et E. Flammarion, Paris.

Lespinasse Beauvais, 1882, Histoire des Affranchis de Saint‑Domingue, tome premier, Imprimerie Joseph Kugelmann, Paris.

Madiou Thomas, 1987‑1991 [1847‑1848], Histoire d’Haïti, Henri Deschamps, 8 t., Port‑au‑Prince.

Moreau de Saint‑Méry Louis‑Élie, 1984 [1797-1798], Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue, nouvelle édition par Blanche Maurel et Étienne Taillemite, 3 t., Société française d’histoire d’outre-mer, Paris, 878 p.

Moreau de Saint-Méry Louis‑Élie, 1784‑1790, Loix et constitutions des colonies françoises de l’Amérique sous le Vent, 6 t., A Paris chez l’Auteur, Quillau, Mequignon jeune ; Et au Cap François, chez M. Baudry des Lozieres ; À Paris, chez l’auteur, Moutard, Barrois l’aîné, Mequignon jeune ; Les Frères Labotieres, à Bordeaux ; Despilly, à Nantes.

Nau Émile, 1894 [1854], Histoire des caciques d’Haïti, 2e édition publiée par Ducis Viard, G. Guérin, Paris.

Petit Émilien, 1911 [1771], Droit public, ou Gouvernement des colonies françoises d’après les loix faites pour ces pays, publié avec introduction et table analytique par Arthur Girault, P. Gauthier, Paris.

Pradine Linstant, 1851‑1888, Recueil général des lois et actes du Gouvernement d’Haïti, depuis la proclamation de son indépendance, 8 t., Auguste Durand, Paris.

Saint‑Rémy Joseph, 1853, Mémoires du général Toussaint‑Louverture, Pagnere, Paris.

Saint‑Rémy Joseph, 1854‑1857, Pétion et Haïti, étude monographique et historique, 5 t., chez l’auteur et Auguste Durand éditeur, Paris.

Notes

1 La liberté générale des esclaves est acquise en 1793. Nombre de propriétaires émigrent, laissant leurs domaines inexploités. Les responsables coloniaux procèdent à l’affermage des biens séquestrés pour tenter de relever l’économie. Parvenu au sommet du pouvoir en 1798, Toussaint Louverture poursuit cette politique. Les propriétaires restés sur place, dont les « libres de couleur », en profitent, dans un premier temps. Puis des nouveaux libres accèdent à la propriété par le même mécanisme. Les principaux bénéficiaires en sont les officiers de l’armée. La nouvelle classe dirigeante composée d’anciens et de nouveaux libres prend forme grâce à l’exercice pouvoir, à l’accès aux grades les plus élevés dans l’armée et à l’accession à la propriété. Tout ceci se consolidera à partir de l’indépendance qui verra la disparition complète de la classe des « colons blancs propriétaires ».

2 Les dates de naissance et de décès d’Edmond Bonnet ne sont fournies dans les ouvrages de référence existants. Seul un site de généalogie indique la date du décès 6 février 1873. Selon les indications du même site, Edmond est le quatrième enfant de Guy‑Joseph, né de son second mariage, survenu le 5 mai 1810, avec Victoire Adélaïde Émilie Péan. Voir le site Familles d’Haïti et de Saint‑Domingue : http://www.rootsweb.ancestry.com (dernière consultation le 3 juillet 2017)

3 Jean‑Jacques Dessalines, le premier chef d’État, est assassiné le 6 octobre 1806. S’ensuit une scission, avec un gouvernement au Nord et un autre à l’Ouest. Un État est institué également au Sud tandis qu’une insurrection perdure dans la Grand’Anse. La réunification advient en 1820 sous Jean‑Pierre Boyer, s’étendant même sur la partie orientale de l’île. Le président se maintient au pouvoir pendant près d’un quart de siècle. En 1825, la France reconnaît l’indépendance d’Haïti, moyennant indemnité. L’éventualité d’une reconquête par l’ancienne métropole devient de plus en plus improbable.

4 Directeur des domaines de l’État au département de l'Ouest en 1803, il conserve son poste sous Dessalines, après l’indépendance. Il laisse l'administration publique en 1807 pour y retourner en novembre 1808, sous Pétion, comme chef du bureau de la secrétairerie d’État des finances alors dirigée par Guy‑Joseph Bonnet. En 1810, il devient secrétaire général au cabinet du président Pétion, poste qu'il garde sous Boyer de 1818 à 1842.

5 Les tomes 7 et 8 ont été mis en ordre et publiés, en vertu d'une décision du conseil des secrétaires d'État, par Emmanuel Édouard.

6 Janvier, 1886, p. II.

7 Ouvrage conçu en trois tomes selon les indications fournies par l’auteur dans sa préface. Seul le premier a été publié par son fils en 1882. On lui doit également plusieurs articles historiques parus dans des journaux et revues (en Haïti : Le Républicain, L'Union, La Feuille du Commerce ; à Paris : La Revue des Colonies ; à Londres : Le Courrier de l'Europe).

8 Si Beaubrun Ardouin avait conçu son ouvrage pour l’éducation de la jeunesse, une institutrice, directrice d’école de jeunes filles, l’a véritablement adapté à l’enseignement. Le droit de reproduction de l’ouvrage, demandé en 1857, a été accordé en 1859. Cf. Abrégé de la Géographie d’Haïti de M. A. B. Ardouin à l'usage de la jeunesse haïtienne par Diana Ramsay, en vente chez Madame Samuel à Jacmel, seule dépositaire, 1881. En 1888, Dantès Fortunat publie Nouvelle géographie de l'île d'Haïti, contenant des notions historiques et topographiques sur les autres Antilles, chez H. Noiroit à Paris. De ce volumineux ouvrage de plus de 500 pages, il tire un Abrégé… (1888) dont une édition, revue, corrigée et augmentée est parue en 1894.

9 Entre autres : Petit Émilien, 1911 [1771].

10 Madiou, 1989 [1847], t. I, p. xii.

11 Dont il fut le secrétaire de 1837 à 1841. Sur Inginac, voir la note 4.

12 Lui‑même a recueilli des témoignages d’acteurs et témoins de la révolution en plus d’avoir été grand commis de l’État, ce le désignait comme témoin et acteur d’événements politiques pour la période contemporaine.

13 Madiou, 1989 [1847], t. I, p. xiii.

14 Ardouin, 1853, t. I, p. 5.

Auteur

CNRS, IMAF, Paris

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search