Desktop versionMobile version

Autorité et Pouvoir en perspective comparative

 | 
David Gibeault
, 
Stéphane Vibert

Troisième partie : les limites de l'autorité

Groupes rock contemporains et idéologies chinoises : pouvoir impérial, autorité confucianiste, non-pouvoir taoïste

Contemporary Rock Groups and Chinese Ideology: Imperial Power, Confucian Authoritarianism, Taoist Non-Power

当代摇滚乐队与中国意识形态:帝国权力 ,儒家权威与道家无为

Catherine Capdeville-Zeng

Abstract

Based on observations made during fieldwork undertaken in the early 1990s in China and devoted to the study of the phenomenon of the rise and structuring of new rock music in China, and more specifically to the community of rock musicians known as the “Circle of Rock”, in this chapter the author describes the social relationships at the heart of groups of rock musicians so as to reveal the decision making methodology as it concerns musical creativity and interpretation. The two main forms of rock groups discussed, the “Holistic Group” and the “Imperial Group”, allow us to study the way in which leadership and management is developed within the group. Social relationships within contemporary rock groups place themselves within their Chinese tradition by means of their reference to ancient Chinese ideologies related to power and authority. The analysis suggests a portrait of contemporary Chinese society conflicted between individualism and holism.

Full text

  • 1  La thèse d’anthropologie sociale intitulée Rites et musique en Chine – Le rock de Pékin (1991/1992 (...)

1Au milieu des années 1980, peu après l’ouverture de la Chine entreprise par Deng Xiaoping, la musique rock auparavant inconnue dans ce pays commence à s’y installer, puis devient rapidement très populaire. Ce succès est principalement dû au chanteur Cui Jian, le premier rocker chinois célèbre qui s’impose au premier rang des chanteurs dits « de variété ». Lors du mouvement social de 1989, et notamment pendant l’occupation de la place Tian’an-men, les étudiants chantent régulièrement ses chansons. Ma recherche de doctorat, réalisée à partir d’une enquête de terrain effectuée en 1991 et 1992, a été consacrée à l’étude du phénomène de l’apparition et de la structuration de la nouvelle musique rock en Chine. L’étude a été centrée sur les rapports sociaux des musiciens rockers de Pékin et de leur communauté dénommée par eux-mêmes le « Cercle du rock1 ».

2Ce chapitre présente les relations sociales à l’intérieur des groupes rock pour dégager les modes d’opération des prises de décisions concernant la création et l’interprétation musicale. L’analyse est axée sur les répétitions, moments pendant lesquels la musique est créée en commun. Les différentes structures de groupes rock observées pendant les répétitions restent cependant pertinentes pendant d’autres manifestations rock, notamment les spectacles, et permettent ainsi d’établir une typologie générale des groupes. Celle-ci, en opposant deux formes principales de groupes rock, met en jeu deux formes de rapports sociaux structurés autour de la façon dont s’élaborent le commandement et la direction à l’intérieur d’un groupe. Cette typologie permet de voir comment les groupes rock fonctionnent sans tomber dans des conflits permanents et comment ils traitent des rapports de pouvoir.

  • 2  Comme le montrent notamment Yves Goudineau (2004) et François Héran (2009).

3Les groupes rock chinois se créent dans les années 1980 à partir d’une imitation consciente et recherchée des groupes rock occidentaux. Cependant, à leur insu, et parce que cela va tellement de soi pour eux, ils puisent aussi « naturellement » dans leur fonds idéel chinois qui les a formés et éduqués, pour organiser et activer leurs relations sociales internes. Il nous a donc semblé logique d’étudier certains faits concrets et certaines valeurs sociales inspirés des pensées chinoises anciennes pour mieux comprendre les comportements des groupes rock contemporains. Le point de vue adopté ici est d’abord structuraliste et la tentative est « d’étudier la Chine par la Chine », en se référant à son propre cadre idéologique, plutôt que de projeter des références occidentales sur l’objet étudié. Dans la lignée de la pensée préstructuraliste2 du grand sinologue et anthropologue Marcel Granet, qui indique dans Fêtes et chansons anciennes de la Chine (1982 [1919] : 5) qu’il y a une « ressemblance » entre un poème vieux de vingt-cinq siècles du Classique de la poésie et une chanson hakka contemporaine, non parce que l’une a été directement copiée sur l’autre, mais au contraire parce que « les coutumes se maintiennent par une création perpétuellement renouvelée », mon postulat est qu’il existe un système idéologique chinois formé de faits et de valeurs, mobilisé par les acteurs, qui est encore présent aujourd’hui, au moins de façon latente, mais évidemment aussi transformé dans une certaine mesure par les aléas historiques. Partir de ce cadre conceptuel donne des outils pour comprendre comment fonctionne la société par elle-même et dans sa singularité.

  • 3  Certains sinologues s’attachent cependant à étudier les aspects autoritaires des gouvernements chi (...)

4Parmi les grandes idéologies chinoises, celle qui s’est penchée précisément sur le thème du « pouvoir » est le « légisme » ou « l’école des lois » fajia. Cette idéologie autocratique du gouvernement impérial fut adoptée par le royaume Qin qui unifia la Chine en 221 av. J.-C. dans le premier empire. La dynastie Qin a duré moins de deux dizaines d’années (221‑206 av. J.-C.), mais elle a modelé les institutions de toute la Chine impériale (221 av. J.-C. – 1911). Le premier empereur Qin a laissé un souvenir cuisant et vivace pour sa cruauté envers le peuple et envers les lettrés confucianistes. L’idéologie légiste, selon laquelle le gouvernement du prince repose avant tout sur des « règles » ou « lois » fa, par opposition au confucianisme pour lequel le gouvernement est essentiellement une affaire humaine, a inspiré les empereurs de toutes les dynasties ultérieures pour leur mode de gouvernement. Cependant aucune d’entre elles ne s’est ensuite revendiquée entièrement de cette idéologie, et toutes ont organisé leur gouvernement à partir d’une combinaison d’éléments venant du légisme et du confucianisme. À l’exception notable de la Formation du légisme (1965) de l’historien sinologue Léon Vandermeersch, cette idéologie légiste n’a pas été considérée comme étant d’un grand intérêt par les analystes occidentaux de la Chine, en raison de ses aspects coercitifs, moins attrayants que l’humanisme confucianiste ou les mystères taoïstes3. Les tendances autoritaires du légisme n’ont cependant cessé de se manifester dans la politique des dynasties chinoises et, sous une forme modernisée, cette forme de pensée se retrouve aussi dans le communisme chinois. Il est donc important de tenir compte de cette théorie et de ses implications lorsque l’on étudie la société chinoise.

  • 4  Il existe une troisième forme secondaire de groupe appelée le « groupe ouvert » se reconnaissant u (...)

5Je vais montrer que la forme de groupe rock appelée (par moi-même) « impériale » intègre certains éléments proches de cette tradition légiste et qu’elle s’oppose en cela aux groupes rock dits (par les musiciens) « holistes », qui se reconnaissent plutôt dans la tradition confucéenne. Les « groupes holistes » (à travers le cas des FEMMES) seront présentés les premiers car ils se prêtent mieux à la description à cause de la richesse de leurs relations sociales internes, puis les groupes impériaux seront abordés par l’exemple de CUI JIAN. Ces deux groupes étaient fort célèbres au début des années 1990. D’après les dénominations des groupes par les rockers, les groupes « holistes » se reconnaissent au premier abord par leurs noms de groupe, tandis que les groupes « impériaux » se reconnaissent essentiellement par le nom de leur chef (bien que certains d’entre eux possèdent également parfois un nom de groupe4). Parce que le nom personnel du chef désigne aussi son groupe (impérial), la convention a été adoptée d’écrire les noms des groupes en majuscules, afin de différencier clairement les deux niveaux. Ainsi, Cui Jian désigne la personne Cui Jian et CUI JIAN désigne le groupe, tous les musiciens inclus.

6La notion de « non-pouvoir », étudiée par Jean-François Billeter (1996, 2004), à partir du penseur taoïste Zhuangzi, sera ensuite visitée, et permettra de montrer que le contraire du « pouvoir » de type légiste n’est pas tant le « non-pouvoir » taoïste que « l’autorité » de tradition confucéenne. Les cadres d’analyse apportés par les grandes idéologies chinoises anciennes – légisme, confucianisme et taoïsme – permettent de resituer les groupes rock contemporains dans leur tradition chinoise, et de montrer comment, dans le concret de la vie quotidienne, ces idéologies organisent les rapports sociaux en se complétant les unes les autres. Bien évidemment, la musique rock moderne a aussi pour toile de fond le communisme chinois et les différents mouvements politiques organisés depuis la libération en 1949, culminant dans la Révolution culturelle, qui se termina vraiment avec la réforme de Deng Xiaoping entamée au début des années 1980.

7Pour les musiciens rockers étudiés à la fin des années 1980, former des groupes rock est une façon de se démarquer de cette période communiste « dure » et d’accéder à une voie nouvelle dans la musique. Un groupe rock est défini d’emblée comme un ensemble de musiciens, qui sont au début toujours liés par une relation d’amitié, et qui jouent ensemble de la musique rock. Cet ensemble est composé d’un minimum de quatre musiciens, dont une guitare, une guitare basse, une batterie ; le quatrième musicien diffère selon les groupes (saxo, synthétiseur, seconde guitare, chanteur, etc.). D’autres musiciens peuvent s’ajouter à cette base. Dès la création des premiers groupes chinois vers 1984‑1985, ils se conçoivent comme réalisant une copie des groupes rock occidentaux. Au fur et à mesure que les années passent, ils cherchent cependant, et de plus en plus, à intégrer des éléments chinois dans leur musique, dans les instruments qu’ils utilisent, et dans les textes de leurs chansons.

Les « groupes holistes »

8L’expression « groupe holiste » est la traduction littérale des mots chinois zhengti yuedui. Les rockers emploient cette expression pour désigner certains groupes qu’ils considèrent comme représentant la forme idéale du groupe rock chinois.

  • 5  Lackner, 1993 : 143.

9Le terme zhengti, « holiste », est expliqué ainsi par le Dictionnaire du chinois moderne : « Totalité d’un ensemble entier ou d’une chose entière (qui s’oppose à la simple addition de tous les membres ou de toutes les parties d’un ensemble). » Le premier caractère zheng, polysémique, a les sens de « entier, complet ; arranger, mettre en ordre, ordonner ; régulier, net ». Les exemples suivants sont donnés par le dictionnaire : « faire [zheng] que le désordre devienne de l’ordre », « que le malsain devienne sain », « ordonner [zheng] de telle façon qu’il y ait un ordre raisonnable ». Le deuxième caractère ti a les sens de : « corps, ou partie du corps ; corps physique (substance, objet) ; forme (d’un caractère chinois), figure (stylistique) ; expérience, expérimenter ». Le sinologue Michael Lackner interprète ce terme ti par le mot « structure »5.

10L’idée de zhengti est donc celle d’un ensemble composé d’éléments, qui, en tant que tout, est supérieur à leur simple addition. Ce tout est ordonné et il peut aussi donner la prééminence à l’une de ses parties. Zhengti a un sens, une direction : l’expression « faire que le malsain devienne sain » implique l’existence d’une santé extérieure au corps dont il est question. Cette direction lui permet de s’insérer ou de se conjuguer à un ensemble complémentaire et englobant. Par exemple, un caractère chinois n’a de sens que par sa participation à l’ensemble de l’écriture chinoise. Il n’est pas un simple logo indépendant des autres logos. De même, le « tout » zhengti renvoie à la notion d’un tout partiel, et non à celle d’une totalité ultime.

11Un autre terme chinois utilisant également le mot ti – jiti – peut aussi être traduit par le mot « ensemble » (ji est « collection, partie »). Dans la tradition communiste chinoise, jiti désigne différentes formes de « collectivités » et ce terme est souvent traduit par l’adjectif « collectif ». La différence entre jiti et zhengti est que le premier terme fait référence à un ensemble composé d’une collection d’éléments relativement autonomes tandis que le second fait référence à un tout, complet et ordonné en son intérieur. Lorsque les rockers emploient le terme zhengti, ils l’opposent implicitement au terme communiste jiti qui désigne un ensemble de parties accolées les unes à côté des autres, représentant une « simple addition » et ne formant pas ou ne s’insérant pas dans un tout supérieur à lui-même. Pour les rockers chinois, le groupe « holiste » zhengti signifie un départ, sinon un rejet, de l’organisation collectiviste communiste qu’ils connaissent bien (unités de travail, associations chapeautées par le Parti communiste, etc.). En conceptualisant les « groupes holistes », les rockers chinois entendent créer une forme d’organisation « nouvelle », structurée en son intérieur autour d’une autorité communautaire fondée sur la notion d’unanimité (et qui serait donc plutôt un « retour » à une forme ancienne de coopération).

12Le bassiste du groupe VISAGE a expliqué ainsi la notion de zhengti : « Chaque musicien du groupe DYNASTIE TANG exprime son niveau personnel dans leur musique. En plus, nous, non seulement nous faisons tout “collectivement” [jiti], mais il faut encore et surtout que tout le monde soit d’accord, c’est la seule manière de faire un “tout” [zhengti]. » Cette définition souligne que le groupe « holiste » s’oppose bien à une autre forme de groupe – non directement conceptualisée par un adjectif comparable ou opposable à « holiste » – se caractérisant par le niveau personnel ou individuel de ses musiciens. Le « groupe holiste », essentiellement communautaire, est organisé autour d’une relation d’accord unanime, et s’oppose en cela au groupe « impérial » que l’on étudiera ci-après, défini d’emblée comme plus « individualiste ».

13Sur la quinzaine de groupes rock composant alors le Cercle du rock, un tiers est formé de « groupes holistes ». Le seul groupe féminin du Cercle du rock appelé les FEMMES a été choisi comme exemple type de cette morphologie, car j’ai eu l’occasion de passer de nombreuses heures avec elles, lors de leurs répétitions. Ce groupe est parfaitement intégré dans le Cercle du rock et plusieurs de ses musiciennes sont aussi des amies de rockers jouant dans d’autres groupes. C’est l’un des grands groupes de la scène rock de Pékin de cette époque. L’objection selon laquelle les FEMMES, en tant que seul groupe féminin dans le Cercle du rock, n’est pas représentatif des groupes masculins m’est souvent présentée. Je réponds à cela que l’analyse proposée ici ne concerne pas les rapports entre les sexes. Une telle analyse serait sans doute fort intéressante, mais n’a pas été menée en raison du faible nombre de femmes musiciennes qui rend toute comparaison impossible. Surtout, l’idée est que les rockers chinois, hommes et femmes, forment ensemble une totalité, celle des musiciens chinois de rock, et que c’est cette totalité-là, en elle-même, qui est l’objet de la recherche. Cette démarche qui s’attache à mettre en évidence les rouages des systèmes sociaux dans leur cohérence, afin de comprendre comment ceux-ci fonctionnent par-delà leurs conflits internes, est directement inspirée des travaux de Louis Dumont (1983) et de Daniel de Coppet (1998). Enfin, j’ai pu vérifier que les traits principaux du « groupe holiste » se retrouvent chez les « groupes holistes » masculins.

14Pour ces « groupes holistes », la création musicale est d’abord individuelle : l’un des musiciens apporte une idée de mélodie, puis le groupe orchestre et recompose sa musique en commun. Ce musicien est considéré par le groupe comme l’auteur de sa chanson, il en écrit lui-même les paroles et, s’il en est capable, il la chante également. Mais sur la couverture des cassettes, aucune propriété individuelle des chansons n’est mentionnée, la musique est présentée publiquement comme entièrement commune.

  • 6  Cela signifie que si l’âge réel est un marqueur de statut, il est en fait secondaire par rapport à (...)

15Le groupe des FEMMES est composé de cinq musiciennes jouant des instruments suivants : batterie, guitare, piano ou synthétiseur, guitare basse et saxo. Dans l’adresse, deux des cinq musiciennes sont appelées par le dénominatif xiao (« petit », sous-entendu « cadet ») qui précède le nom pour la bassiste et le prénom pour la saxophoniste. En chinois, les adjectifs xiao et lao (« vieux, vénérable », sous-entendu « aîné ») indiquent les statuts respectifs de deux personnes qui sont en relation : l’une a un statut supérieur (l’aîné), l’autre a un statut subordonné (le cadet). Au sens littéral, ils sont en rapport par l’âge des protagonistes, mais il peut arriver que des aînés soient désignés comme des cadets, et vice versa6. Chez les FEMMES, aucune musicienne n’est appelée « vieille/aînée » et les trois autres musiciennes sont simplement appelées par leur nom. Deux niveaux se dégagent ainsi des formes d’adresse : celui des « cadettes » et celui des « autres », situées au-dessus. De cette manière, ces formes d’adresse expriment les rangs sociaux internes au groupe : en effet, le niveau supérieur correspond au statut de « créateur musical », car ces trois musiciennes sont celles qui proposent des idées de chansons et écrivent les paroles, ce que ne font jamais les deux cadettes. Ces deux niveaux correspondent aussi à l’organisation interne du fonctionnement de la création musicale. Les trois membres du niveau supérieur font avancer la musique, la détaillent et la dissèquent sans cesse oralement alors que les deux cadettes se contentent souvent de suivre. Ces dernières font aussi plus de fautes, suscitant ainsi des discussions. Elles sont moins investies dans la musique et participent plus rarement aux discussions communes.

16Mis à part ces deux niveaux, le groupe agence aussi cinq statuts différents en hiérarchisant les musiciennes depuis la moins importante jusqu’à la « conductrice » qui dirige le groupe.

17Des deux cadettes, la saxophoniste est située au niveau le plus bas, et la bassiste occupe le rang juste au-dessus. La saxophoniste est affectueusement appelée par le qualificatif xiao (« petite ») placé devant son prénom, une forme d’expression un peu infériorisante par rapport à la dénomination un peu plus respectueuse utilisée pour appeler la bassiste (« petite » placé devant son nom de famille).

18La musicienne qui occupe le rang médian est la pianiste, une personne effacée. Elle est l’une des rockers des tout débuts qui a brièvement participé au premier groupe de Cui Jian en 1986. De plus, elle n’écrit pas de paroles, à l’inverse des deux autres membres supérieurs du groupe. Sa participation est cependant indispensable, et son avis, qu’on lui demande souvent, a du poids lorsqu’il s’agit de prendre des décisions collectives.

19La quatrième musicienne est la guitariste. Elle est en fait l’interlocutrice principale de la batteuse-conductrice. En tant que guitariste, elle apporte la part musicale harmonique la plus importante en musique rock occidentale. Malgré cela, elle n’est pas l’élément directeur du groupe.

20Enfin, à la tête du groupe, la batteuse est sans conteste celle qui mène le jeu. Elle parle plus que toutes les autres et propose plus d’innovations. Je l’ai nommée la « conductrice ». Elle ne peut cependant pas prendre une décision seule. Car toutes les propositions musicales doivent nécessairement être acceptées à l’unanimité par le groupe complet, qui les travaille en détail, sans jamais en rejeter une d’emblée.

21Spatialement, les cinq musiciennes se placent pendant les répétitions de la même manière que pendant les spectacles : elles se disposent sur deux rangées avec la batteuse toujours derrière (à cause de la place prise par son instrument). Mais surtout, elles jouent presque sans se voir et elles regardent toutes du même côté. Cette position révèle la manière dont elles se représentent leur système hiérarchique interne : celui-ci agence des statuts de même genre et aucun membre du groupe n’est extérieur.

22En cas de désaccord, les musiciennes font toutes des propositions, qu’elles travaillent jusqu’à ce qu’un accord unanime soit atteint. J’ai étudié plusieurs chansons du groupe pendant les répétitions. Après les avoir enregistrées, puis transcrites en chinois et traduites en français (voir Rites et rock à Pékin), j’ai pu comprendre le mécanisme qui est chaque fois mis en pratique par les musiciennes. Le travail de la répétition m’est devenu clair : à une chanson déjà connue, certaines musiciennes apportent des commentaires et des propositions d’innovation ou d’amélioration. À partir de ces idées, le groupe travaille – jusqu’à plusieurs heures d’affilée parfois – pour les adopter, les rejeter ou les modifier. Par exemple, l’étude d’une chanson originellement créée par la guitariste montre qu’au début celle-ci n’était pas d’accord pour modifier sa chanson en y introduisant une innovation proposée par la batteuse-conductrice. Puis, à travers la discussion commune du groupe, la guitariste est peu à peu amenée à réviser sa position. Finalement, la batteuse la rend responsable du choix définitif de la modification en lui disant « c’est à toi de dire ce que tu préfères ». La guitariste accepte alors la modification. Elle l’entérine, non pas du bout des lèvres parce qu’elle ne peut pas faire autrement, mais parce qu’elles ont décidé en commun que cette modification améliorerait la chanson. L’auteur est ainsi peu à peu dépouillé de sa création et la chanson devient celle du groupe tout entier, mais il endosse la responsabilité de la modification : si la guitariste ne l’avait pas acceptée, le groupe aurait continué la discussion jusqu’à une résolution finale unanime, peut-être différente.

23Le rôle de la conductrice est d’ordonner et de faire avancer le débat, mais en aucun cas elle n’impose sa volonté aux autres musiciennes. On peut dire, en français, qu’elle est une « meneuse » et non pas un « chef ». Au terme du travail, le groupe tombe toujours d’accord. La direction de la conductrice est donc toujours subordonnée à l’accord unanime des autres membres du groupe, à moins d’un désengagement des deux cadettes notamment, qui n’est cependant pas la preuve d’une opposition, mais plutôt d’un manque d’intérêt temporaire pour la discussion en cours.

24Le « groupe holiste » est un tout gradué, en ce sens que chaque musicienne possède un statut qui est le sien en propre. Non seulement le système est vectorisé et gradué depuis le bas jusqu’en haut ou inversement, mais les différents statuts n’ont pas la même valeur : ainsi l’accord de la pianiste est plus important que l’accord de la saxophoniste, car celle-ci est située plus bas. Néanmoins, l’accord de toutes les musiciennes, y compris de celles situées dans les rangs subordonnés, est nécessaire à la bonne marche du groupe. Enfin, les statuts sont immuables à l’intérieur du groupe. Le statut de chacune d’entre elles est en effet fixé par la voix. Ainsi la conductrice chante la voix principale, la saxophoniste la voix d’accompagnement. Les musiciennes sont conscientes de cet état de fait qu’elles ont reconnu lors d’une répétition : « Je [la batteuse-conductrice] ne peux pas contrôler la douceur. De quelque façon que je chante, c’est toujours le timbre de la voix principale, je n’ai pas un sentiment de chœur. » De même, la saxophoniste dit, dans la même conversation : « Dès que j’ouvre la bouche, c’est cette tonalité-là. Je ne peux pas chanter dans une autre. » Les statuts issus des voix de chacune correspondent ainsi à la structure interne du groupe.

  • 7  Dans son célèbre ouvrage From the Soil – The Foundations of Chinese Society (1992 [1948 en chinois (...)

25Le « groupe holiste » organise l’expression première du « moi » au niveau de la création (mélodie originelle et paroles) et de celui de l’interprétation (innovations). Il transforme ensuite cette expression personnelle en voix communautaire et émet les jugements de vérité concernant les productions individuelles. Ce type de groupe garantit donc un certain degré de créativité en son intérieur, mais il a une identité spécifique à laquelle doivent se conformer tous ses membres. Le « groupe holiste » est parfois vu comme une entrave à l’autonomie personnelle à cause de la relation de socialité qui s’établit dans la construction musicale. L’identité personnelle des musiciens est subordonnée en valeur au groupe. La complétude du groupe est fondée sur l’unanimité de sens, de tous les sens, les sens de la relation humaine (par opposition à la dureté inhumaine des « lois » fa). En termes confucianistes, c’est le ren qui crée des liens d’amitié entre les membres. Notion centrale du confucianisme amplement commentée par Confucius dans ses Entretiens, le ren est la relation sociale primordiale faite d’humanisme et respectueuse des différences. Selon le célèbre anthropologue chinois Fei Xiaotong, les relations sociales de base sont d’essence hiérarchique7. Ainsi les « cinq relations » wulun, énoncées par le penseur Mencius, et ensuite amplement commentées au cours de l’histoire chinoise, sont toutes hiérarchisées autour de deux termes : père et fils, gouvernant et gouverné, mari et femme, aîné et cadet, ami et compagnon. La relation de socialité chinoise s’établit ainsi à partir de la reconnaissance des statuts fondamentaux qui organisent la société. Cette reconnaissance de la hiérarchie est au premier plan dans les groupes holistes, où la complémentarité entre les statuts interdit la domination unilatérale. La batteuse-conductrice ne détient pas seule l’autorité au détriment des autres musiciennes. Elle possède seulement un statut qui la situe à la tête du groupe et, à ce titre, elle est un peu plus importante que les autres membres. Le groupe, en tant qu’il forme un tout, a une autorité qui s’incarne dans la conductrice en tant que celle-ci est le « faîte » de ce tout.

26Certains auteurs sinologues ont parlé de « démocratie » pour désigner ce mode de fonctionnement social. Ainsi, le spécialiste du taoïsme John Lagerwey indique que : « Le messianisme taoïste a apporté dans la société chinoise, à travers toute l’histoire chinoise, les graines d’une société profondément démocratique » (1987 : XII). Cependant, cette forme de consensus présente dans de nombreuses sociétés villageoises, tant en Chine que dans d’autres sociétés, ne relève pas d’un fonctionnement démocratique « moderne » fondé sur des décisions votées à la majorité, qui a pour corollaire l’exclusion des points de vue de la minorité. En effet, le groupe holiste ne connaît pas l’exclusion. En cas de désaccord, la machine du groupe fonctionne de telle manière que tout désaccord finit par se muer en accord. Ce qui est exclu, ce n’est pas telle ou telle personne, c’est le conflit lui-même. Ou plutôt, le conflit potentiel est travaillé de telle manière qu’il est toujours apaisé.

  • 8  Arendt, 1965.
  • 9  Thireau, 1996 : 146.
  • 10  Ibid., p. 161.

27Pour désigner un tel fonctionnement, c’est le mot « autorité » qui vient à Isabelle Thireau, d’après la définition d’Hannah Arendt8. Elle décrit comment certains hommes d’un village chinois appelés des fuxiong, littéralement « les pères (et) frères aînés », sont choisis par la société locale pour la diriger : « La notion d’autorité […] permet de mettre en évidence ce qui est souvent passé sous silence ou présenté comme un acte de domination : la nécessité, dans certaines régions de Chine, d’une forme de suffrage collectif pour que l’autorité de certains individus soit reconnue9. » « Les fuxiong sont simplement ceux qui interviennent souvent dans les affaires locales et dont les paroles sont écoutées. Ils sont produits (ou engendrés) naturellement10. » Pour Thireau, le système villageois des fuxiong ne représente pas le pouvoir d’un seul individu, mais participe d’un principe communautaire.

28À l’échelle d’un groupe rock composé de cinq personnes, l’étude de la pratique concrète et quotidienne des répétitions montre comment ce rapport fondé sur l’unanimité s’actualise et prend tout son sens en s’opposant à des rapports de domination. Cette socialité, fondée sur une hiérarchisation des statuts et non pas sur une égalité consensuelle, n’empêche pas l’unanimité d’être totalement parfaite ou presque : car si l’une des musiciennes n’est pas d’accord, elle a toutes les possibilités d’énoncer son désaccord et de faire travailler sa proposition par le groupe. C’est la raison pour laquelle le travail du « groupe holiste » est extrêmement lent et peu efficace : il œuvre par une conciliation de tous les détails et, prenant appui sur toutes les propositions, il se perd en différentes ramifications. Ainsi les FEMMES, après trois ans d’existence, n’ont finalisé que trois chansons, qui en plus « partent dans tous les sens », comme elles le disent elles-mêmes… Alors que dans le même laps de temps CUI JIAN a publié deux cassettes solo et organisé de multiples concerts et parties.

29Il arrive cependant parfois que l’unanimité devienne impossible, généralement du fait d’un excès d’individualisme de l’un de ses membres. Celui-ci quitte alors le groupe de son propre chef ou est éjecté par les autres. Et le « groupe holiste » survit, malgré le départ d’un de ses membres, même s’il s’agit de son conducteur. La relation sociale qui lie ses membres perdure ainsi au-delà d’un conflit temporaire et le membre perturbateur n’a d’autre solution que de s’exiler et de fonder un « groupe impérial ».

Le « groupe impérial »

30Dans le Cercle du rock, le « groupe holiste » est opposé à une autre forme de groupe, qui n’est pas caractérisée verbalement par un adjectif particulier. J’ai moi-même interprété ce non-dit par l’expression « groupe impérial », à partir de certaines paroles des musiciens. Le meilleur exemple de ce second type de groupe est celui de CUI JIAN. En effet, dans ses comportements sur scène, et aussi dans ses rapports professionnels avec ses musiciens, Cui Jian exprime certains traits de l’attitude impériale qui transparaissent également dans les textes de ses chansons (voir Rites et rock à Pékin, chapitre VII).

31En outre, dans les années 1980 et 1990, sur un plan social large, le « fait impérial », sous son « avatar communiste », représenté d’abord par le président Mao, est amplement discuté dans la société chinoise. Au début des années 1990 surgit ce qui a été appelé la « fièvre Mao », Mao zhuxi re, qui est l’apparition soudaine sur le marché de toutes sortes de bibelots communistes à l’effigie du président, des posters, des badges, des « petits livres rouges », etc. Ces objets qui avaient été mis au rancart depuis la fin de la Révolution culturelle réapparaissent ainsi, comme si les gens ressentaient soudain le besoin de s’en défaire, tandis que d’autres, peut-être des plus jeunes, se sentent attirés par eux et les achètent… Un poster du président orne ainsi le mur de la chambre d’un rocker. L’image du président, considérée comme positive ou négative, revêt ainsi à ce moment une grande importance sociale. L’on discute beaucoup aussi ces années-là du personnage du « dernier empereur », une expression qui a désigné Puyi, le dernier empereur de la dynastie Qing destitué par la révolution, puis utilisée pour se référer au personnage de Deng Xiaoping, le présumé dernier empereur communiste. Par ailleurs, la société chinoise moderne donne naissance à des « petits empereurs », à savoir les enfants uniques dont l’existence résulte de la politique du planning familial. L’expression « petits empereurs » constitue une dénonciation indirecte de leur égoïsme et individualisme. Une image ambivalente de l’empereur se dessine alors, dont les attributs négatifs sont l’autoritarisme et un certain individualisme mais qu’on admire aussi pour sa puissance et sa supériorité. Il peut sembler osé d’assimiler si rapidement les dirigeants chinois modernes, le président Mao et Deng Xiaoping, aux images traditionnelles de l’empereur. C’est pourtant un « lieu commun » que les Chinois ne se privent pas d’émettre. S’ils sont bien conscients des différences et des ruptures apportées par le communisme dans la société chinoise, ils considèrent qu’il existe néanmoins des continuités, et que l’autoritarisme constitue un fil conducteur pour comprendre l’attitude impériale.

32Ce « fait impérial » qui se manifeste puissamment en cette fin des années 1980 sous une forme modernisée évoque la pensée légiste, celle-ci attribuant au prince, incarné ensuite par l’empereur, une place spéciale, essentiellement supérieure, hors d’atteinte de la loi. L’hypothèse émise au début de ce chapitre supposant des liens entre cette pensée ancienne et ses manifestations contemporaines s’appuie sur des faits sociaux dont le discours moderne traduit les réalités et les représentations. Nous allons voir comment ces structures anciennes liées à l’image de l’empereur s’expriment aussi dans la vie quotidienne de certains groupes rock.

33Le premier fait d’importance est que les « groupes impériaux » sont centrés autour d’un « chef » (un titre en français attribué par moi-même, les rockers se contentant d’énoncer le nom de ces personnes) auquel l’ensemble musical est subordonné. Le « groupe impérial » met en avant son chef tandis que le « groupe holiste » valorise la communauté. La question est donc de savoir comment les musiciens acceptent d’être dirigés par un seul d’entre eux. Comment comprendre les valeurs « impériales » de ces groupes rock ? Sont-elles d’ordre despotique, ou engagent-elles d’autres aspects ? Et comment un tel mode d’organisation se retrouve-t-il dans un groupe rock où les musiciens devraient – selon leurs propres termes – être liés par une relation d’amitié ?

34L’organisation de CUI JIAN est plus complexe que celle de la plupart des autres groupes rock. L’ensemble musical est composé en 1992 de neuf personnes : un guitariste solo, un pianiste, un bassiste, un saxophoniste, trois percussionnistes, une joueuse de cithare traditionnelle et Cui Jian, chanteur et guitariste d’accompagnement. La taille de l’ensemble de Cui Jian équivaut ainsi à celle de deux groupes rock ordinaires, elle est aussi un signe de la maturité musicale du groupe. En outre, l’ensemble musical n’est que l’une des parties de l’organisation, car trois personnes qui s’ajoutent aux musiciens s’occupent des tâches commerciales et administratives. Tous parlent de l’ensemble musical comme d’une simple branche de l’arbre, qui n’a de réalité que par opposition à Cui Jian d’une part, et à la section commerciale d’autre part. L’ensemble musical a donc moins de valeur que chez le groupe des FEMMES. Car ici, il se situe en dessous de Cui Jian et à une certaine place de l’organisation, alors que pour les FEMMES, il n’y a pas de distinction entre groupe et ensemble musical. De plus, celles-ci n’ont pas d’organisation commerciale distincte, tandis que Cui Jian est en charge des deux sections, celles-ci ayant peu de liens entre elles. Cui Jian n’est donc pas seulement un chef dans le domaine musical, il est aussi le chef de toute l’organisation dans ses différentes ramifications.

35Cette position de chef transparaît dans le discours. Pour s’adresser à Cui Jian, ou lorsqu’on parle de lui, on utilise en effet le terme lao (« vieux, aîné ») placé devant son nom de famille, alors qu’aucune des FEMMES n’est appelée ainsi. Cui Jian est également souvent désigné comme le « Patron Cui », ce qui traduit le fait qu’il dirige, à lui seul, les affaires financières et commerciales de son groupe. Ces termes sont utilisés non seulement par les musiciens de l’ensemble mais aussi par les autres membres du Cercle du rock. Par contraste, les autres musiciens de l’ensemble sont appelés par leur nom ou leur surnom et, pour certains, par leur nom précédé du qualificatif xiao (« petit/cadet »). Certes le recours aux termes xiao et lao est traditionnel en Chine. Il n’en reste pas moins qu’on ne les emploie jamais à la légère, car qualifier la personne à laquelle on s’adresse d’« aîné » revient clairement à lui attribuer un statut supérieur. Seuls deux autres musiciens du Cercle du rock sont distingués par le terme lao au même titre que Cui Jian : l’ingénieur du son du studio d’enregistrement – qui joue en quelque sorte le rôle de directeur artistique du Cercle – et le guitariste d’un groupe de rock heavy metal – ainsi honoré pour la qualité de son jeu musical. Par rapport à ces deux personnes, Cui Jian a en plus la position de « chef » ou d’« empereur » du Cercle du rock, parce qu’il est le premier inspirateur de la musique rock et parce qu’il est le rocker le plus populaire en Chine.

Les relations à l’intérieur du « groupe impérial »

36Contrairement aux FEMMES qui regardent toutes dans la même direction sans se voir pendant les répétitions, Cui Jian se place au centre de l’ensemble et face à ses musiciens qui ont les yeux fixés sur lui pour guetter ses directives (il fait cependant face au public pendant les concerts, tout en gardant sa position centrale). Cet emplacement des musiciens pendant la répétition signifie que le chef dirige seul l’ensemble musical, à l’image d’un chef d’orchestre.

37Cui Jian est aussi le seul à écrire les textes des chansons, le compositeur unique de la musique et le seul chanteur. La musique est ensuite travaillée en commun, les musiciens étant tenus de broder sur le canevas élaboré par Cui Jian et d’apporter chacun une contribution personnelle. Mais il arrive parfois que Cui Jian rejette l’apport d’un musicien, signifiant ainsi que sa personne est la seule détentrice de l’autorité, puisque aucun autre musicien du groupe n’a une telle possibilité. Chez les FEMMES au contraire, toutes les suggestions sont d’abord étudiées. Elles sont ensuite travaillées pour être finalement conservées ou rejetées sur la base d’une décision unanime du groupe, alors qu’inversement, les paroles de Cui Jian sont des ordres pour ses musiciens, qui réagissent sur-le-champ pour appliquer ses consignes.

38Chez les FEMMES, le statut supérieur de la batteuse est le résultat du travail, et la structure du « groupe holiste » est fondée sur un mouvement d’aller-retour sans cesse reconduit. Elles privilégient un processus relationnel en ce sens que la batteuse recherche toujours l’accord de ses partenaires. Dans le « groupe impérial », les musiciens sont là pour jouer la musique de Cui Jian et non pas la leur, de sorte que les décisions du chef ne sont jamais discutées, chacun faisant de son mieux pour appliquer les directives.

39Comment l’ensemble CUI JIAN est-il structuré ? La seule différence visible de statut c’est l’absolue supériorité du chef sur les musiciens. Ces derniers possèdent tous, sous le chef, le même statut, contrairement à ce que l’on voit chez les FEMMES. Pour mettre en évidence les différences de statut entre musiciens, il est nécessaire de distinguer deux plans qui ne sont pas dissociés chez les FEMMES : le plan musical qui concerne l’exécution musicale, répétition et spectacles, et le plan social qui concerne les rapports extra-musicaux. Alors que, sur le plan musical, il est possible de distinguer des statuts différents, sur le plan social, tous les musiciens sont mis sur un plan d’égalité par Cui Jian qui leur fait signer à tous un contrat identique. Cette distinction s’est révélée fondamentale pour comprendre l’organisation générale de la structure du « groupe impérial », parce qu’elle renvoie à deux types de relations.

Le plan musical

40Sur le plan musical, les statuts ne sont pas fondés sur le niveau technique (à la différence des FEMMES où les deux cadettes sont nettement moins expérimentées). En effet, les musiciens de Cui Jian sont considérés comme les meilleurs du Cercle du rock et ils ont tous un bon niveau musical. Quelques détails suggèrent cependant que certains musiciens sont situés sur un plan légèrement supérieur. Cui Jian les estime davantage, pour différentes raisons liées à l’histoire du groupe. Les anciens membres d’ADO, le groupe qui accompagnait Cui Jian à ses débuts, sont ainsi prééminents par rapport aux derniers arrivés. Parmi les membres d’ADO, le percussionniste joue un rôle important, celui de « conducteur », car il entretient avec Cui Jian une relation particulièrement forte. Il en va sans doute ainsi parce que son instrument, la batterie, qui soutient toute la musique, en fait un musicien indispensable. Il est aussi possible que la position du percussionniste principal qui est toujours le conducteur dans les ensembles chinois de musique traditionnelle et d’opéra se soit transmise au rock (ce qui fait une différence notable avec le rock occidental où la batterie est considérée comme un instrument secondaire par rapport au chant et à la guitare). Le saxophoniste est aussi important, moins en raison de sa place dans l’ensemble que pour le rapport privilégié qu’il a avec Cui Jian dont il est un ami de longue date, ce qui lui permet de donner ouvertement son avis pendant les répétitions. En fait, les statuts des musiciens sont fondés avant tout sur leur relation personnelle avec le chef, sur leur bonne entente avec lui et sur l’harmonie qui règne entre eux et lui.

41La réponse que m’a faite l’un des musiciens du groupe lorsque je lui ai demandé ce qu’il pensait d’un tel mode de direction illustre bien ce point :

La musique de Cui Jian est principalement la sienne… Mais moi je suis de cette sorte d’homme qui n’aime pas du tout me disputer, j’aime suivre les opinions des autres. Peut-être est-ce une qualité, peut-être est-ce un défaut, peut-être certains n’aiment pas que j’agisse ainsi, peut-être certains trouvent qu’il est normal de se disputer, mais moi je pense que se disputer restera toujours une chose mauvaise. Je vais donc faire sortir [cette chose mauvaise] de mon cœur, pour pouvoir réellement… « exprimer le meilleur de moi-même ». Si Cui Jian n’est toujours pas d’accord, cela devient un problème formel. Parce que nous avons une relation « d’employé-employeur »… cela veut dire que nous ne pouvons pas le représenter mais nous pouvons coopérer avec lui pour produire la musique…

42Ce musicien dit ainsi clairement qu’il recherche avant tout l’accord avec Cui Jian et qu’il évite l’affrontement. Cet accord, il l’a accepté dès les débuts de sa relation avec Cui Jian. Pour obtenir cet accord, le musicien renonce à exprimer ses désaccords, il sacrifie son individualité, et décide qu’il ne se disputera pas. Il agit ainsi pour participer à la musique CUI JIAN, pour en être partie prenante, pour y avoir une place reconnue. Pour ce faire, il s’efforce d’exprimer « le meilleur de lui-même », utilisant en chinois l’expression biaoxian ziji qui signifie littéralement « s’exprimer soi-même », et qui donne la clé du rock chinois de cette époque. Lorsque je demandais à des musiciens pourquoi ils jouaient du rock – et non pas une autre musique – une réponse courante était : « pour m’exprimer moi-même ». Cela peut sembler contradictoire : comment renoncer à exprimer son désaccord ou ses arguments personnels tout en « s’exprimant soi-même » ? La phrase : « si Cui Jian n’est toujours pas d’accord, cela devient un problème formel », indique que, si le chef n’est toujours pas d’accord avec l’interprétation personnelle du musicien malgré tous les efforts qu’a faits ce dernier, alors celui-ci doit renoncer à « s’exprimer lui-même », pour appliquer directement la consigne du chef. C’est la solution ultime quand un accord unanime est inaccessible. Le musicien se souvient alors qu’il a signé un contrat de travail qui stipule qu’il doit « coopérer » avec Cui Jian, et qu’en définitive il lui est impossible de « représenter » celui-ci.

43Les relations entre le chef et les musiciens du « groupe impérial » conjuguent ainsi deux aspects : un niveau englobant où l’accord est le point de départ de l’exécution musicale et le moteur de la musique. Et un niveau secondaire où un désaccord est parfois ressenti. Mais comme la musique prime par rapport à l’expression du désaccord, celui-ci est évacué.

44Le travail musical est avant tout de « s’exprimer soi-même » : le musicien, même situé à un statut subordonné, doit exprimer musicalement sa personnalité. En interprétant la musique de CUI JIAN, le musicien ne cherche pas simplement à gagner un peu plus d’argent qu’ailleurs, mais à y participer pleinement. Tout musicien, même le moins important, est indispensable et tenu de « s’exprimer soi-même » au lieu d’obtempérer simplement à des ordres venus d’en haut. Car c’est ce qui donne à Cui Jian la possibilité de faire un choix parmi le foisonnement des interprétations personnelles. Les musiciens ont donc toute leur importance. C’est pourquoi il existe une nuance entre la personne Cui Jian et l’ensemble CUI JIAN. En effet, sans une certaine valeur reconnue aux musiciens, la personne Cui Jian serait finalement équivalente à CUI JIAN. Ce n’est pas le cas, et CUI JIAN, l’autorité supérieure, est un tout qui englobe aussi Cui Jian sur le plan musical. À ce niveau-là, le tout-CUI JIAN repose sur une autorité hiérarchique formée autour d’une relation unanime, comme chez les FEMMES.

45La différence principale entre le fonctionnement du « groupe holiste » et celui du « groupe impérial » est que dans le second, il n’y a pas de balancement directionnel comme chez les FEMMES qui alternent ouvertement les prééminences. Chez Cui Jian, le chef est maître de la décision. Les choix musicaux de Cui Jian sont cependant souvent fondés sur la proposition d’un musicien, mais cela ne fait qu’affirmer davantage sa supériorité car il est le seul à avoir cette possibilité.

46À cause de cela, il existe des sujets de friction potentiels dans l’ensemble CUI JIAN qui pourraient porter atteinte au travail si les musiciens n’avaient accepté, en y entrant, de faire l’effort de se fondre dans le courant musical général. Finalement l’unanimité est toujours atteinte sur le plan musical. Cependant, elle est un peu moins parfaite ou moins complète que chez les FEMMES puisque les musiciens doivent se mettre en retrait, en cas de désaccord. Dans ce type de groupe aussi l’accord de l’autre est indispensable au premier degré du fonctionnement social. Chez les FEMMES, le désintéressement, chez CUI JIAN, le désaccord potentiel mué en l’acceptation du choix du chef, sont les seules alternatives à l’accord total. Comme chez les FEMMES, la seule solution en cas de désaccord profond est pour un musicien de quitter le groupe et de créer un nouveau groupe dans lequel il devient lui-même un chef.

Le plan social

47Sur le plan social, les relations sont beaucoup plus ouvertement conflictuelles, non seulement entre musiciens mais aussi entre les musiciens et le chef. Alors que la relation première sur laquelle se fondent les groupes rock est une relation d’amitié, elle se trouve exclue dans le « groupe impérial ». Certains membres du groupe peuvent naturellement être amis, mais l’amitié ne régit pas la globalité des rapports.

48La plupart du temps, les rapports conflictuels les plus graves opposent le chef à des musiciens, mais il arrive aussi que des désaccords surviennent entre musiciens. Les problèmes se révèlent le plus souvent à travers les questions d’argent, certains musiciens ne pouvant supporter l’extrême différence de revenus entre le chef et les autres musiciens, celle-ci renvoyant elle-même à la différence de statut qu’il y a entre eux.

49Les anciens statuts communistes qui étaient source de prestige – par exemple être un travailleur modèle ou encore appartenir à telle ou telle unité de travail plus ou moins prestigieuse – sont tombés en désuétude en cette époque de réforme économique, car la richesse est maintenant le fondement du statut social. Dorénavant, c’est l’argent qui apporte le plus haut statut, et les Chinois, en quête d’ascension sociale, se lancent avec ferveur dans la course économique. Cui Jian est admiré non seulement en raison de la qualité de sa musique, mais aussi parce qu’il a accédé à la richesse grâce aux droits d’auteur que lui rapporte la vente de ses cassettes. Des rumeurs circulent sur le montant probable de sa fortune, et les rockers sont les premiers à les faire circuler. Dans cette course à la richesse, les musiciens de CUI JIAN qui ont pourtant des salaires honorables ne sont jamais satisfaits. L’un des musiciens de Cui Jian, qui m’avait dit une fois « se fiche de l’argent », se demandait en même temps s’il ne pourrait pas gagner davantage, révélant ainsi l’existence en lui-même d’un malaise latent.

50Sur le plan musical, un désaccord peut se muer en accord, mais, sur le plan social, ce type de résolution du conflit n’est pas possible. Cui Jian met ses musiciens sur un pied d’égalité en leur faisant signer un contrat identique dans ses termes généraux, mais les salaires sont différents. Cette différence entretient entre eux un climat conflictuel. En termes financiers, cette concurrence est considérée comme synonyme de vitalité économique. Du point de vue de Cui Jian, la concurrence entre ses musiciens les empêche de se structurer pour former une force capable de s’opposer à lui. Sur le plan social, le « groupe impérial » n’est qu’une collection d’individus réunis sous l’autorité d’un chef. L’argent est considéré comme la mesure du respect que le chef donne aux musiciens. Le « groupe impérial » engendre une situation conflictuelle tandis que le « groupe holiste » résout les conflits potentiels par la discussion permanente et la distribution égalitaire des bénéfices.

51Les deux plans – musical et social – ont été distingués pour l’analyse, mais ils se recoupent et s’entremêlent souvent dans la pratique quotidienne. Un imprésario de Cui Jian a exprimé ainsi la distinction et l’opposition entre les deux plans : « Les musiciens se détestent cordialement, mais, sur la scène, ils se rassemblent comme un seul homme. » Une telle situation peut sembler contradictoire, mais elle reflète pourtant fidèlement ce qui se passe car, grâce à l’ordonnance hiérarchisée des deux plans, les rapports conflictuels sont transmués en accord musical. Ainsi le musicien cité plus haut a aussi énoncé clairement ce qui est pour lui fondamental : « Pour moi, ce qui est le plus important, c’est la musique de Cui Jian. » Il sous-entend par là que la musique est plus importante que l’argent qu’elle rapporte. Le plan prééminent est pour lui le plan musical (harmonieux) tandis que le plan social (conflictuel) est secondaire.

52Le plan musical est ainsi plus important que le plan social, non seulement pour ce musicien, mais aussi pour tous les autres, et également pour Cui Jian. Pourtant, si l’on examine le discours de certains rockers, il semblerait que le conflit englobe la musique. Il s’agit alors de ne pas se fier au discours direct des informateurs : ceux-ci ont leur vérité, mais il importe de dépasser les positions personnelles de chacun pour comprendre comment le groupe fonctionne. Car sans le primat de la musique, le groupe s’écroulerait sous le poids des tensions. Or il perdure et s’agrandit. Et surtout, il n’arrête pas de produire, son succès musical est patent. En ce sens, le plan musical, malgré certains discours contradictoires des musiciens, englobe le plan social. Peut-être aussi est-il plus facile de parler de conflit – on « râle » incessamment contre Cui Jian – que d’harmonie, car celle-ci se produit dans l’instant éphémère et fugitif de l’exécution musicale. Dès que la musique cesse, nombreux sont ceux qui oublient cette harmonie, et seul le conflit transparaît comme moteur des relations sociales. Par l’observation et l’écoute des voix différentes, et en ne se focalisant pas seulement sur celles qui ne parlent que de conflit, on peut comprendre comment les options opposées du conflit et de l’harmonie sont effectivement conjointes dans la réalité de la vie quotidienne du groupe.

53La contradiction apparente entre les deux plans disparaît dans leur agencement à des niveaux différents, le plan musical se situant en position de prééminence. Cependant, certains musiciens ont parfois une opinion différente à ce sujet. Par exemple, un conflit important produit pendant mon séjour de 1992 s’est terminé par le départ d’un musicien. À ce moment-là, celui-ci a structuré inversement les deux plans : le plan social était devenu primordial pour lui et le plan musical secondaire. Ainsi, selon les moments et les situations, la situation se renverse, l’un des deux plans prenant la prééminence sur l’autre. Mais le plan musical reste toujours premier dans la finalité du groupe CUI JIAN.

Contrat et économie dans le « groupe impérial »

54Avant l’instauration du groupe CUI JIAN, Cui Jian coopérait avec les musiciens du groupe holiste ADO. À partir du moment où le groupe impérial CUI JIAN est formé, et que son chef instaure la signature d’un contrat entre le chef et les musiciens, les rapports sociaux changent. La socialité qui primait chez ADO disparaît en laissant place à une égalité sociale. C’est ce qu’exprime un musicien de Cui Jian dans les termes suivants : « Je suis content d’avoir signé un contrat avec Cui Jian. C’est une association individuelle et je m’en fiche s’il y en a d’autres qui arrivent en retard, ce n’est pas mon problème puisque moi je suis à l’heure. Ils voient cela avec Cui Jian. » Avant le contrat, chaque membre du groupe se sentait concerné par l’absence ou le retard éventuel d’un autre musicien, et prenait donc part à la discussion commune concernant ce problème. Avec le contrat, le caractère communautaire du groupe a disparu. Celui-ci repose désormais sur l’association individuelle de chaque musicien avec Cui Jian. Les relations intermédiaires entre musiciens ont été évacuées ou, plus exactement, la part de responsabilité de chacun vis-à-vis des autres a disparu pour laisser place à une structure pyramidale dans laquelle chacun n’est responsable qu’envers le chef lui-même.

55Un autre musicien exprime ainsi sa difficulté à concevoir et à accepter le contrat avec Cui Jian : « Signer un contrat avec toi revient à dire que je suis ton serviteur » (sous-entendu : « au lieu d’être ton ami »). Avec le contrat, les statuts des musiciens baissent en effet puisque d’« amis » ils deviennent des « serviteurs ». Le contrat est ainsi vu comme un vecteur d’appauvrissement des relations sociales entre les membres d’un groupe qui sont dénudés de la part sociale de responsabilité qu’ils entretiennent les uns avec les autres dans les rapports d’amitié. L’amitié n’étant plus partie prenante, la porte est ouverte à l’autoritarisme d’un seul et à l’application, à travers les clauses du contrat, de relations d’ordre despotique entre le chef et les musiciens, sur le plan social. Égalité des musiciens entre eux, signature du contrat, et despotisme du chef sont inséparables.

56Le contrat est pourtant aussi un moyen de régler certains problèmes sociaux du groupe, notamment les problèmes d’argent, car c’est la richesse de CUI JIAN qui l’a rendu possible. Le « groupe impérial » a ainsi une dimension économique qui est absente du groupe des FEMMES. Pourtant, comme on l’a vu, CUI JIAN n’est pas seulement une entreprise économique régie par des rapports commerciaux. Son succès commercial s’inscrit dans la nouvelle logique économique chinoise, mais il est évidemment fondé sur la popularité de Cui Jian, qui est considéré comme « le » porte-parole de la jeunesse chinoise. Son rôle social entraîne son succès économique. L’accès à une telle richesse choque certains car Cui Jian est l’un des premiers artistes à atteindre un tel niveau dans la nouvelle société chinoise créée par les réformes.

Pouvoir, non‑pouvoir et autorité

  • 11  Pour montrer toutes les implications du terme « impérial » dans le contexte rock, il faudrait auss (...)

57Des liens existent entre la tradition dynastique chinoise de gouvernement impérial et la façon dont la direction s’applique dans le groupe CUI JIAN11.

58Depuis l’empire (221 av. J.-C.), et surtout depuis la dynastie Han (206 av. J.-C.), le pays et ses habitants sont désignés par le nom de la dynastie régnante, l’expression « Chine » faisant référence à la nation n’existant pas encore. Et aujourd’hui encore, les Chinois se nomment d’un point de vue ethnique « gens des Han » Hanren (par opposition aux minorités nationales chinoises) ou encore « gens des Tang » Tangren (expression plus courante dans le Sud où les migrations de populations Han venant du Nord se sont développées à partir de la dynastie Tang [618‑907]). L’État ou le pays est donc celui des Han ou des Tang. Les expressions des rockers « groupe de CUI JIAN » ou tout simplement « CUI JIAN » pour désigner le groupe entier sont similaires, ce que déplorent certains musiciens, soulevant ainsi le problème que procure cette absence d’existence séparée entre la « société civile » et son chef ou empereur.

  • 12  Vandermeersch, 1965 : 183.

59À propos du légisme, Vandermeersch écrit ceci : « Le prince légiste est absolu, c’est un despote, car ses décisions sont sans appel et aussi parce qu’il est au-dessus de toute atteinte car il représente l’État12. » Dans le groupe CUI JIAN, les décisions de Cui Jian sont aussi sans appel. Sur le plan social, le chef contrôle ses musiciens au moyen d’un contrat dont le principe n’est pas d’apporter une émancipation des subordonnés, mais plutôt d’œuvrer comme un moyen pour les discipliner.

  • 13  Jullien, 1992 : 64.
  • 14  Folsom, 1968 : 11.
  • 15  Jullien, 1992 : 64.

60La Chine impériale s’est construite sur un « compromis idéologique13» entre les idéologies légistes et confucianistes. Comme l’explique clairement le sinologue Kenneth Folsom : « La structure de base du gouvernement était légiste, mais la société était plutôt confucéenne et guidée par des principes de conduite morale plutôt que par la loi14. » Pareillement, l’autoritarisme chez CUI JIAN se combine avec des rapports harmonisés sur le plan musical. Sur le plan social, les retards continuels des musiciens sont résolus par la patience, et ceux-ci ne sont jamais renvoyés pour ce type de motif. Tout le monde attend, ce qui n’empêche pas des altercations de se produire. François Jullien explique ainsi cette convergence en Chine : « En politique […] c’est l’option autoritaire et despotique qui fournit le cadre […] mais en même temps que la contrainte exercée par l’inégalité du rapport de force est maintenue, la relation qui unit souverain et ministres n’est plus perçue de façon antagoniste, fait appel à la coopération, est “humanisée”15. » De la même façon, dans le « groupe impérial », les musiciens « coopèrent » dans la musique avec Cui Jian.

  • 16  AgliettaOrléan, 1998 : 23. Sous la signature « introduction collective », il me semble que s’ex (...)
  • 17  Ibid.

61La Monnaie souveraine, dans son introduction collective, définit le « pouvoir » comme « un rapport de domination fondé sur la possession de moyens permettant à certains individus de dicter leur conduite à d’autres individus16 ». Le mode de fonctionnement du « groupe impérial » de CUI JIAN est ainsi de l’ordre du « pouvoir », mais seulement sur le plan social. Ce « pouvoir » est cependant limité par une « autorité », définie dans le même ouvrage comme « un ensemble de valeurs collectives au nom desquelles est affirmée la cohésion d’une société17 », qui organise le plan musical. Comme ce second plan est prééminent en valeur par rapport au plan social, le pouvoir est en position de subordination par rapport à l’autorité. Tant que le pouvoir de Cui Jian est limité par l’autorité qui s’exerce sur le plan musical, le groupe fonctionne. Certains musiciens le quittent, mais cela n’a aucune influence sur son organisation et son succès. Se combinant avec l’autorité sur le plan musical, le pouvoir de Cui Jian ne régit pas la totalité des rapports, il n’est donc pas un réel despote au sens légiste, mais plutôt un « empereur » qui détient l’autorité, elle-même englobant le pouvoir.

62En ce qui concerne l’autorité, l’analyse comparative des deux formes de groupes rock chinois montre que cet « ensemble de valeurs collectives » connaît son expression la plus ultime à un niveau pluriel, dans un groupe ou un ensemble où la personne individuelle est subordonnée. Dans les « groupes holistes », chacun doit s’investir dans le dialogue commun, pour construire ainsi une communauté. La conductrice des FEMMES possède une certaine autorité, mais pas l’autorité ou « l’Autorité » globale du groupe : elle représente le groupe, elle en est la tête, mais en aucun cas elle n’est le groupe. Ainsi, la notion d’autorité, en ce cas, concerne d’abord un ensemble en tant que « tout » et secondairement la personne qui est située à la tête du groupe. En revanche, le « pouvoir » de type impérial s’incarne d’abord dans une personne individuelle en tant que manifestation de sa suprématie sur le groupe auquel il appartient et qu’il dirige. Les personnes participant au « groupe impérial » sont autonomes et ne sont pas tenues de s’investir dans le dialogue social quotidien, dirigé uniquement par le chef. C’est ainsi que le pouvoir est plutôt d’ordre individualiste, tandis que l’autorité est plutôt d’ordre holiste. Cependant la notion de pouvoir reste distincte de celle d’individualisme de même que celle d’autorité est distincte de celle d’holisme, car holisme et individualisme sont, selon Dumont, des « idées-valeurs » fondamentales qui caractérisent les sociétés, alors qu’autorité et pouvoir sont des modes d’opération qui se retrouvent à différents niveaux dans les sociétés ou les groupes.

  • 18  Billeter, 1996 : 875‑876. Jean‑François Billeter a par ailleurs publié un travail extensif et pass (...)

63Pour aller plus loin dans l’analyse, il est intéressant de se tourner vers certains points de l’argumentation de Billeter qui a analysé les idées de Zhuangzi, généralement considéré comme le plus original et le plus profond des penseurs taoïstes, dans un article intitulé « Non-pouvoir et non-vouloir chez Zhuangzi – un paradigme (1996)18 ». En effet, la notion de non-pouvoir taoïste reflète une autre conception chinoise qui s’oppose au légisme, et elle offre une alternative au confucianisme.

  • 19  Ibid., p. 859‑860. 
  • 20  Ibid., p. 858. 
  • 21  Ibid., p. 866. 
  • 22  Ibid., p. 866. 
  • 23  Ibid., p. 875‑876.

64L’auteur affirme dans cette réflexion que pour Zhuangzi « les relations de pouvoir sont partout dans ce monde-ci, la domination des uns sur les autres y est une loi générale à laquelle nul ne peut se soustraire19 ». Que faire contre ? La réponse est la suivante : « Zhuangzi recommande de se tenir éloigné du pouvoir, mais il recommande plus encore de le subvertir de la seule façon qui soit efficace, en démontant ses rouages les plus secrets20. » En outre, « le salut consiste à refuser également de “posséder les autres” et “d’être possédé” ou, dirions-nous, de dominer et d’être dominé21 ». Par ce travail : « Une tension, un souci, une souffrance subitement disparaissent. Il en résulte un apaisement profond22. » C’est ainsi que finalement, pour Zhuangzi : « La domination n’est pas (plus ?) une fatalité, d’autres relations que celles de pouvoir des uns sur les autres sont possibles et elles sont conformes à l’essence même de la subjectivité humaine23. »

65Billeter commence par utiliser le verbe « posséder » pour traduire le terme chinois you, puis il effectue un glissement et l’interprète ensuite par « dominer ». Or you signifie avant tout « avoir ». Dans un article célèbre, Angus C. Graham (1969) a montré que la notion d’existence qui s’exprime par le verbe « être » dans les langues occidentales ressortit au verbe « avoir » en chinois, un verbe qui implique une relation de possession et non pas une autonomie. Dans sa chanson la plus célèbre qui a pour titre « Je n’ai rien », Cui Jian crie sa nudité, sa non-existence et sa non-reconnaissance par la femme aimée. Il ne dit pas comme nous le dirions en français « je ne suis rien », mais « je n’ai rien », yiwusuoyou. Ce cri chanté – qui est également un dicton populaire – est devenu alors le tube le plus célèbre des années 1990 en Chine. Plus qu’une nudité matérielle, il faut entendre dans ce cri l’expression de l’inexistence de l’individu dans la société chinoise actuelle.

  • 24  Ibid., p. 865.
  • 25  Idem.

66Comment les rapports de possession et de domination s’articulent-ils dans les groupes rock et ces derniers ont-ils des rapports sociaux de « non-pouvoir » dans leur vie quotidienne ? L’interprétation de Billeter de la parole de Zhuangzi – ne pas dominer et ne pas être dominé – correspond assez bien à ce qui se passe dans le « groupe holiste » pour lequel la domination n’existe pas. Ce type de groupe est construit autour de la socialité et de la discussion permanente des musiciennes qui ne cessent de faire des allers-retours autour du foisonnement des idées apportées par chacune. Aucune musicienne n’a de pouvoir personnel, y compris la conductrice. Le paradoxe est que la pensée du « taoïste » Zhuangzi est invoquée ici en relation à un mode de fonctionnement social dont nous avons précédemment relevé la similitude avec ce que préconise le « confucianisme », par exemple à travers la relation sociale ren ou à travers son système hiérarchique. Or le taoïsme et le confucianisme sont généralement considérés comme des pensées divergentes. Cependant, ces deux options partagent une base commune, qui est le dédain envers le despotisme caractéristique du légisme. Zhuangzi est un critique radical du pouvoir, c’est-à-dire du pouvoir des princes, et ses discours sont souvent adressés à des hommes de pouvoir afin de leur faire entendre combien celui-ci corrompt, et de leur proposer une voie pour s’en dégager. Le pouvoir est négatif, car il « fatigue » le prince et « menace » les subordonnés24. Ce ne sont pourtant pas des arguments moraux que Zhuangzi emploie pour dénigrer le pouvoir, mais l’argument de la nécessité de la recherche d’une « liberté » absolue : « Défaites-vous de l’embarras du pouvoir, de l’inquiétude d’être prince, et laissez aller selon la Voie, seul au royaume des vastes espaces25 ! » L’idéal constamment répété de Zhuangzi est de défaire les liens humains pour voguer solitaire dans les « vastes espaces ». Les liens d’appartenance et de possession liant les hommes sont mauvais, non parce qu’ils oppriment, mais parce qu’ils entravent. La nuance peut paraître mince, mais elle est essentielle, car elle implique la demande d’une libération totale de la part du prince et non pas la possibilité d’une révolte ou d’une révolution de la part des opprimés. D’où cet idéal de « solitude » et de départ « hors du monde » humain.

67Dans les groupes rock, les rapports de pouvoir sont traités de deux façons : le « groupe holiste » les évacue tout en actualisant une « autorité » qui se dégage du tout social constitué par l’ensemble du groupe ; le « groupe impérial » les englobe sous l’autorité de la musique, seule manière de faire fonctionner le groupe sans qu’il tombe dans la désunion complète. Dans ce second cas, il ne s’agit pas alors d’un « non-pouvoir », mais d’un pouvoir limité par une autorité supérieure, ici celle de la musique. Et ce deuxième cas, en donnant une certaine place au pouvoir, lui offre une certaine légitimation, rendant ainsi possible l’avènement d’un despotisme. L’existence de ce despotisme représente une base sur laquelle l’avatar moderne totalitaire du communisme peut s’inscrire.

68L’autorité possède ce caractère structural de subordonner et de hiérarchiser le pouvoir. Même dans le « groupe holiste » où l’autorité évacue le pouvoir dans les rapports quotidiens, il arrive que ce même pouvoir soit utilisé lorsque cela se révèle nécessaire pour la survie du groupe : en effet, lorsqu’un « groupe holiste » expulse l’un de ses membres jugé perturbateur, il a recours à une modalité de ce même pouvoir qu’il rejette. Quels que soient les types de groupes, ces deux modes opératoires sont combinés, même à un degré minimal. L’originalité formidable de Zhuangzi est peut-être, en pensant un « non-pouvoir » absolu, d’annihiler le pouvoir. Mais celui-ci ne peut se déployer que dans la solitude d’un être humain qui vogue dans les vastes espaces, dégagé des obligations sociales : il s’agit de l’ermite taoïste qui a quitté ce monde, et qui joue sur le plan des idéaux, mais sans avoir la capacité de régir les rapports interhumains.

69Par opposition au non-pouvoir de Zhuangzi, les groupes rock, holistes comme impériaux, se rejoignent autour de la notion d’appartenance ou de possession qu’ils considèrent comme essentielle tout en l’organisant chacun à sa façon. Les membres des groupes holistes se « possèdent » ou « s’appartiennent » mutuellement dans une relation forte et une socialité complexe qui concerne tous les éléments du groupe, tandis que les groupes impériaux privilégient une relation de « possession » par le chef de son ensemble et donc de ses subordonnés. Les groupes holistes et impériaux restent « dans le monde » et essaient de gérer au mieux leurs rapports d’appartenance, Zhuangzi vogue « hors du monde ».

  • 26  Graziani, 2003 : 26‑27.
  • 27  Thireau, 1996 : 145.

70Les rockers dénoncent ou acceptent ce que nous avons appelé le « pouvoir » comme la « puissance d’un seul sur tous ». L’expression « puissance personnelle » vient aussi sous la plume du sinologue Romain Graziani pour décrire le pouvoir selon une autre ancienne pensée chinoise, « l’art (ou la culture) de l’esprit26 ». Dans son livre précité, Thireau emploie également le terme « puissance » qui est pour elle une propriété individuelle possédée par certains hommes du village qu’elle a étudié ; elle l’oppose à l’autorité communautaire des « pères (et) aînés27 ». Le « pouvoir » est ainsi partout en Chine celui d’un système qui autorise une seule personne à gouverner et à diriger en son nom personnel, manifestant ainsi une « possession » à sens unique négligeant ou occultant la contrepartie qu’impliquent normalement les relations sociales. Les rockers reconnaissent ce type de pouvoir comme relevant de l’image conférée à l’empereur chinois, tête unique du système, image traditionnelle ou moderne sous sa forme communiste. En créant des « groupes holistes », ils ont cherché à se démarquer des pires formes du communisme de la Révolution culturelle qu’ils ont connue pendant leur enfance, et à retrouver une relation sociale communautaire organisée autour des rapports humains (le ren confucianiste).

Conclusion

71Le fonctionnement de groupes rock modernes – quelques personnes qui travaillent ensemble pour créer de la musique – a été mis ici en rapport avec les grandes pensées chinoises. Celles-ci ont été façonnées par la société, et, si elles n’avaient aucun fondement social, elles ne représenteraient que l’imagination de quelques anciens érudits. Or ces grandes pensées ne représentent pas que des idéologies passées et donc dépassées. Elles ne sont pas seulement des vestiges d’un temps révolu, car elles œuvrent encore, sous des formes modernisées. L’analyse anthropologique permet de montrer que ces pensées sont produites par le social et comment elles fonctionnent encore selon certaines modalités dans la Chine des années 1990, pour structurer la vie des hommes au quotidien. Elles concourent aux valeurs chinoises présentes naturellement dans la musique rock chinoise.

72Certains traits organisationnels des groupes rock chinois se retrouvent sous d’autres latitudes, par exemple au sein des groupes rock occidentaux. De la même manière, CUI JIAN a souvent été comparé à un orchestre de type occidental, un ensemble musical dirigé par un seul chef d’orchestre et qui diffère de l’ensemble musical traditionnel chinois, plus proche du « groupe holiste ». Il en va ainsi parce que, d’une part, les caractères sociaux n’existent pas en nombre infini et se retrouvent ici et là ; d’autre part, parce que les sociétés sont des systèmes sociaux globaux qui organisent ou structurent un ensemble de traits en les ordonnant ou les hiérarchisant chacune à sa façon. Le système social chinois organise ainsi la coexistence des idéologies et des pratiques issues du confucianisme, du légisme et du taoïsme. Cependant, certains éléments du légisme ont des caractères relevant de l’individualisme, tel qu’il est pensé par la civilisation occidentale. Des aspects taoïstes, comme l’ultra-individualisme de Zhuangzi, sont aussi proches de notre idéologie. De son côté, le confucianisme est plus souvent considéré comme typiquement chinois, parce qu’il semble être une idéologie prestigieuse. L’Occident ignore cependant de manière générale tant les valeurs hiérarchiques du confucianisme que l’autoritarisme véhiculé par le légisme (que l’on voit pourtant renaître aujourd’hui en Chine).

73Que dire finalement du « groupe impérial » ? Est-il plutôt de tradition légiste ou plutôt occidentalisée ? D’une part, il est clair qu’il n’est pas uniquement d’obédience légiste, notamment du point de vue de l’existence de rapports harmonieux sur le plan musical. Il représente donc une manifestation réussie et positive de la combinaison chinoise entre la conception de l’empereur et le confucianisme. D’autre part, il a été conçu comme une copie du groupe rock occidental : Cui Jian s’est ouvertement inspiré du droit occidental pour mettre en place son contrat avec ses musiciens. Nul doute que certains traits à l’œuvre chez CUI JIAN soient modernes et proviennent d’une influence occidentale. Cela n’empêche nullement que, si ces traits préexistaient en Chine d’une manière ou d’une autre, ils aient pu offrir ou proposer une base sur laquelle les influences extérieures ont pu prendre racine. Devant un développement économique aussi rapide, face aux contractions sociales et aux soubresauts violents de ce pays, les analystes sont souvent pris de vertige pour appréhender l’alchimie sociale opérant entre valeurs chinoises et apports étrangers. Ce chapitre rappelle le rôle fondateur des théories chinoises anciennes28. Il suggère qu’elles sont toujours présentes dans la société, même si elles se sont évidemment transformées au cours de l’histoire. Pour parler du communisme chinois, il semble plus utile de se référer à Karl Marx qu’au légisme. Les Chinois aiment pourtant rapporter que, le 8 mai 1958, au cours de la deuxième session du VIIIe congrès du Parti communiste chinois, le président Mao lui-même se serait comparé au premier empereur, se vantant d’avoir largement dépassé celui-ci29.

74La question du pouvoir, cette « puissance personnelle » autorisant une « possession à sens unique », face sombre de la Chine, beaucoup plus que ses alternatives, « l’autorité confucianiste » ou le « non-pouvoir taoïste », a poursuivi et hanté les Chinois, déjà avant l’avènement de l’empire, et cela jusqu’à aujourd’hui. Les groupes rock chinois modernes, confrontés à cette question, apportent leur propre réponse, mêlant éléments traditionnels et extérieurs.

  • 30  Trebinjac, 2008 : 193.
  • 31  Vandermeersch, 2013 : 194.

75Je terminerai en évoquant deux travaux sinologiques qui se penchent sur la question du pouvoir en Chine. Dans son ouvrage précité, Sabine Trebinjac indique que : « Tout le système politique impérial était réglé, organisé et surtout dominé par une hiérarchie totalitaire30. » Quant à lui, l’historien Vandermeersch, dans la conclusion de son ouvrage les Deux Raisons de la pensée chinoise (2013), se demande quel est le facteur à l’origine du recul du contrôle par l’État dans la société d’aujourd’hui et répond : « [Le facteur principal est bien moins] la pénétration de l’idéologie occidentale du “droit-de-l’hommisme” que la revitalisation de ce qui a toujours été au cœur de la conscience politique chinoise : l’antitotalitarisme31 ». Comment se fait-il alors que deux sinologues soutiennent des visions si opposées de la société chinoise ? Sans doute négligent-ils, chacun de leur côté, la « hiérarchie de valeurs » qui organise cette société, une forme de pensée et d’action non exclusive structurant la complémentarité d’aspects opposés. La dimension « holiste » et antitotalitaire de la Chine était sans doute plus répandue dans la société que le « pouvoir », ce dernier étant autrefois réservé à la cour et à la bureaucratie impériale, car dans les sociétés villageoises qui composaient la majeure partie de la société, des relations sociales lignagères de type holiste organisaient la vie sociale. De nos jours, les rapports de pouvoir semblent plus importants, accompagnant la montée de l’individualisme, entraînée d’abord par la révolution puis ensuite par la modernisation. Le groupe CUI JIAN, qui est encore actif aujourd’hui, a néanmoins perdu une grande part de son aura et de sa popularité, et ne joue plus son rôle de modèle social. La jeunesse chinoise qui avait largement reconnu et soutenu le génie musical et poétique de Cui Jian/CUI JIAN dans les années 1980 et 1990 se détourne maintenant du rock, préférant s’immerger massivement dans la douceur suave et apolitique des chansons de variétés.

Glossaire des termes chinois

      

biaoxian ziji 表现自己 s’exprimer soi-même
fa règles, lois
fajia 法家 légisme (école des lois)
fuxiong 父兄 « pères – aînés »
Hanren 汉人 les Chinois (gens des Han)
jiti 集体 collectif
lao vieux, aîné, vénérable
Mao zhuxi re 毛主席热 fièvre Mao
ren vertu confucéenne d’humanité
Tangren 唐人 les Chinois (gens des Tang)
ti corps, structure
wulun 五伦 les cinq relations confucianistes
xiao petit, cadet
yiwusuoyou 一无所有 je n’ai rien, ne rien avoir
you avoir
zheng complet, tout
zhengti 整体 tout, ensemble, holiste
zhengti yuedui 整体乐队 groupe holiste

Bibliography

Aglietta Michel et Orléan André (dir.), 1998, la Monnaie souveraine, Paris : Odile Jacob.

Arendt Hannah, 1965, On Violence, New York : Harcourt.

Billeter Jean‑François, 1996, « Non-pouvoir et non-vouloir dans le Zhuangzi – un paradigme », Études asiatiques, L. 4, p. 853‑880.

Billeter Jean‑François, 2004, Études sur Tchouang-Tseu, Paris : Allia.

Capdeville-Zeng Catherine, 1999, Rites et musique en Chine – Le rock de Pékin (1991/1992), thèse en anthropologie sociale, Paris : EHESS, 560 pages.

Capdeville-Zeng Catherine, 2001, Rites et rock à Pékin – Traditions et modernité de la musique rock dans la société chinoise, Paris : Les Indes savantes.

Confucius, 1994, Entretien avec ses disciples, Paris : GF‑Flammarion, trad. A. Lévy.

Coppet Daniel de, 1998, « Une monnaie pour une communauté mélanésienne comparée à la nôtre pour l’individu des sociétés européennes » in Michel Aglietta et André Orléan (dir.), la Monnaie souveraine, Paris : Odile Jacob, p. 159‑211.

Dictionnaire du chinois moderne Xiandai Hanyu Cidian, 1989, Beijing : The Commercial Press.

Dumont Louis, 1977, Homo aequalis I – Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris : NRF/Gallimard.

Dumont Louis, 1983, Essais sur l’individualisme, une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris : Le Seuil.

Fei Xiaotong [费孝通], 1992, From the Soil (乡土中国) – The Foundations of Chinese Society, Berkeley : University of California Press.

Folsom Kenneth, 1968, Friends, Guests and Colleagues, The Mufu System in Late Ch’ing Period, Berkeley : University of California Press.

Goudineau Yves, 2004, « Lévi-Strauss, la Chine de Granet, l’ombre de Durkheim : retour aux sources de l’analyse structurale de la parenté » in Michel Izard (dir.), Claude Lévi‑Strauss, Paris : L’Herne, « Cahier » 82, p. 165‑187.

Graham Angus C., 1969, “Being in Western Philosophy Compared With Shih/fei and You/wu in Chinese Philosophy”, Asia Major, VII, p.79‑112.

Granet Marcel, 1982 (1919), Fêtes et chansons anciennes de la Chine, Paris : Albin Michel.

Graziani Romain, 2003, « Énergie vitale, puissance spirituelle et pouvoir politique, Genèse de la souveraineté dans le discours philosophique de la Chine ancienne », Du pouvoir, Cahiers du Centre Marcel Granet, no 1, Paris : PUF, p. 25‑48.

Héran François, 2009, Figures de la parenté, Paris : PUF, coll. « Sociologies ».

Jullien François, 1992, la Propension des choses, pour une histoire de l’efficacité en Chine, Paris : Le Seuil.

Lackner Michaël, 1993, « Les avatars de quelques termes philosophiques occidentaux dans la langue chinoise », Études chinoises, XII, no 2, p. 135‑160.

Lagerwey John, 1987, Taoist Rituals in Chinese Society and History, New York : Macmillan Publishing Company.

Thireau Isabelle, 1996, Enquête sociologique sur la Chine, 1911‑1949, Paris : PUF.

Trebinjac Sabine, 2008, le Pouvoir en chantant, Tome II – Une affaire d’État impériale, Nanterre : Société d’ethnologie.

Vandermeersch Léon, 1965, la Formation du légisme – Recherche sur la constitution d’une philosophie politique caractéristique de la Chine ancienne, Paris : École française d’Extrême‑Orient.

Vandermeersch Léon, 2003, « Introduction », Du pouvoir, Cahiers du Centre Marcel Granet, no 1, Paris : PUF, p. IX‑XI.

Vandermeersch Léon, 2013, les Deux Raisons de la pensée chinoise – Divination et idéographie, Paris : NRF/Gallimard.

Notes

1  La thèse d’anthropologie sociale intitulée Rites et musique en Chine – Le rock de Pékin (1991/1992), EHESS, 1999, 560 pages, a été remaniée puis publiée sous le titre Rites et rock à Pékin – Traditions et modernité de la musique rock dans la société chinoise, 2001, Paris : Les Indes savantes, 350 pages.

2  Comme le montrent notamment Yves Goudineau (2004) et François Héran (2009).

3  Certains sinologues s’attachent cependant à étudier les aspects autoritaires des gouvernements chinois provenant de la pensée légiste, voir par exemple l’étude des bureaux dynastiques de la musique par l’anthropologue Sabine Trebinjac (2008).

4  Il existe une troisième forme secondaire de groupe appelée le « groupe ouvert » se reconnaissant uniquement par les noms de leur compositeur et apparaissant à travers l’enregistrement ; il s’agit d’une forme intermédiaire entre les « groupes holistes » et les « groupes impériaux » qui n’est pas analysée ici (voir Rites et rock à Pékin, chapitre IV).

5  Lackner, 1993 : 143.

6  Cela signifie que si l’âge réel est un marqueur de statut, il est en fait secondaire par rapport à la valeur elle-même du statut.

7  Dans son célèbre ouvrage From the Soil – The Foundations of Chinese Society (1992 [1948 en chinois]), Fei Xiaotong contraste la société chinoise, fondée autour de relations communautaires hiérarchisées, avec la société occidentale individualiste.

8  Arendt, 1965.

9  Thireau, 1996 : 146.

10  Ibid., p. 161.

11  Pour montrer toutes les implications du terme « impérial » dans le contexte rock, il faudrait aussi analyser le concert rock, les paroles des textes, la position de Cui Jian parmi les autres groupes rock, etc., des aspects abordés dans Rites et rock à Pékin.

12  Vandermeersch, 1965 : 183.

13  Jullien, 1992 : 64.

14  Folsom, 1968 : 11.

15  Jullien, 1992 : 64.

16  AgliettaOrléan, 1998 : 23. Sous la signature « introduction collective », il me semble que s’exprime la pensée de Daniel de Coppet, qui parlait beaucoup avec ses étudiants des notions d’autorité et de pouvoir, ce qui a suscité le travail de réflexion mené dans cet ouvrage.

17  Ibid.

18  Billeter, 1996 : 875‑876. Jean‑François Billeter a par ailleurs publié un travail extensif et passionnant intitulé Études sur Tchouang-Tseu (2004).

19  Ibid., p. 859‑860. 

20  Ibid., p. 858. 

21  Ibid., p. 866. 

22  Ibid., p. 866. 

23  Ibid., p. 875‑876.

24  Ibid., p. 865.

25  Idem.

26  Graziani, 2003 : 26‑27.

27  Thireau, 1996 : 145.

28  D’ailleurs le confucianisme revient actuellement en vogue et l’on parle de « renouveau du confucianisme ». S’il ne paraît pas illogique de rappeler aujourd’hui la tradition confucianiste, cela ne devrait pas l’être non plus pour le légisme…

29  http://bbs.crt.com.cn/bbs/read.php?tid=24529, Forum rouge (hongse luntan), site web en chinois [consulté le 4 septembre 2013, lien devenu inaccessible aujourd'hui].

30  Trebinjac, 2008 : 193.

31  Vandermeersch, 2013 : 194.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search