Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Encyclopédie des historiographies : Afriques, Amériques, Asies

 | 
Nathalie Kouamé
, 
Éric P. Meyer
, 
Anne Viguier

A

Autobiographies impériales mogholes

Moghol Imperial Autobiographies

Corinne Lefèvre

Résumé

La tradition moghole des autobiographies impériales fut inaugurée par Babur (r. 1526‑1530), le fondateur de la dynastie éponyme, et reprise par son arrière‑petit‑fils Jahangir (r. 1605‑1627). Les deux Moghols furent parmi les rares souverains du monde islamique de la première modernité à composer leur autobiographie - une forme d’expression qui était par ailleurs encore loin de s’être constituée en genre au sein de la littérature turco‑iranienne comme en témoigne l’absence d’une dénomination commune pour ce type d’ouvrages. Bien que cette tradition autobiographique ait été abandonnée par les monarques qui succédèrent à Jahangir, on en trouve néanmoins un dernier écho remarquable au début du xixe siècle avec les mémoires de Mirza ʿAli Bakht Afzari (1759‑1818), prince moghol malheureux dans la course pour le trône.

The Mughal tradition of imperial autobiographies was inaugurated by Babur (r. 1526‑1530), the founder of the eponymous dynasty, and continued by his great grandson Jahangir (r. 1605‑1627). The two Mughals were among the few monarchs of the early modern Islamic world to write down their autobiography - a form of expression that had not yet become a genre in its own right in Turco‑Iranian literature as shown by the absence of a common name used to refer to this type of text. Although this autobiographical tradition was abandoned by the successors of Jahangir, a remarkable echo of it is found in the early 19th century with the memoirs composed by Mirza ʿAli Bakht Afzari (1759‑1818), a Mughal prince who failed to become emperor.

Texte intégral

Introduction

1La tradition moghole des autobiographies impériales fut inaugurée par Babur (r. 1526‑1530), le fondateur de la dynastie éponyme, et reprise par son arrière‑petit‑fils Jahangir (r. 1605‑1627). Les deux Moghols furent parmi les rares souverains du monde islamique de la première modernité à composer leur autobiographie - une forme d’expression qui était par ailleurs encore loin de s’être constituée en genre au sein de la littérature turco-iranienne comme en témoigne l’absence d’une dénomination commune pour ce type d’ouvrages. Ainsi les mémoires de Babur ont‑ils pu être alternativement désignés par les termes de waqiʿat (événements), tuzuk (règle), nama (livre) ou tarikh (histoire). Par souci de commodité, on utilisera ici les titres sous lesquels les deux autobiographies impériales mogholes sont le mieux connues à ce jour : Babur Nama (Livre de Babur) et Jahangir Nama (Livre de Jahangir).

Le Babur Nama

2Rédigé en turc chaghatay (ou oriental) - langue dynastique qui venait de connaître une brève efflorescence littéraire dans la Hérat timouride de Sultan Husain Bayqara (r. 1470‑1506), le texte du Babur Nama dont on dispose aujourd’hui est malheureusement une version tout à la fois inachevée et incomplète de l’œuvre projetée par le monarque. Construits selon une trame annalistique, les mémoires se composent de trois parties qui relatent respectivement la vie et la carrière de Babur au Ferghana et en Transoxiane (1494‑1503), à Kaboul (1504‑25) et en Inde (1526‑29). Tandis que les deux premières furent visiblement remaniées et polies par l’auteur, la dernière resta à l’état d’ébauche, laissant le lecteur avec un sentiment d’inachevé encore renforcé par le fait que Babur ne se soucia visiblement pas de donner un titre à son texte. Enfin, le récit de la période kabouli apparaît sous une forme largement amputée à la suite de la perte des feuillets du manuscrit original. Malgré ces lacunes, l’autobiographie du premier Timouride de l’Inde constitue une œuvre d’une importance exceptionnelle. Elle permet en effet de reconstituer pour bonne part l’histoire contemporaine de l’Asie centrale et de l’Inde du Nord tout en faisant entendre la voix unique d’un prince en quête de royaume. Outre la consignation des événements politiques, les nombreuses remarques introspectives auxquelles Babur se livre, de même que ses descriptions de la flore, de la faune et des populations soumises confèrent à son récit un caractère vivant qu’il est rare de rencontrer à cette époque. Plus fondamentalement, l’attention portée par le premier Moghol à la topographie tant physique qu’humaine et sacrée des territoires conquis renvoie à une volonté d’appropriation d’ordre épistémique qui se retrouve chez nombre de ses successeurs, notamment Jahangir. Enfin, au niveau plus abstrait de la culture et de l’idéologie royales, les mémoires de Babur permettent de se faire une idée assez précise de la façon dont il entendait projeter son autorité : dans cette perspective, l’ouvrage peut être considéré comme une œuvre de légitimation politique destinée aussi bien à ses proches partisans qu’au cercle plus large des factions timourides et gengiskhanides qui rivalisaient alors en Asie centrale, ainsi qu’aux élites musulmanes de l’Hindoustan.

3La mort de Babur en 1530 et les troubles qui marquèrent le règne discontinu de son fils Humayun (r. 1530‑1540 ; 1555‑1556) expliquent par ailleurs que la diffusion des mémoires ait été, tout au moins dans un premier temps, beaucoup plus limitée que son auteur ne l’aurait souhaité. Aucune copie de l’original chaghatay ne semble ainsi avoir été commanditée par Humayun, et c’est à partir du manuscrit autographe que le dignitaire moghol ʿAbd al‑Rahim Khan‑i Khanan (m. 1627) en réalisa la première traduction persane complète qu’il intitula Waqiʿat‑i Baburi et présenta à l’empereur Akbar (r. 1556‑1605) en 1589. À l’inverse de l’original chaghatay, la version persane fut copiée et illustrée à maintes reprises : ce « succès » éditorial s’explique bien évidemment par l’affermissement du pouvoir moghol dans la seconde moitié du xvie siècle, mais aussi par l’hégémonie que le persan acquit à la même époque en tant que langue d’administration et de culture de l’Empire. Le fait que Jahangir ait choisi, au contraire de son arrière‑grand‑père, de composer son autobiographie en persan est en soi un bon indicateur de cette évolution. La popularité de la traduction persane ne rogna cependant en rien le prestige accordé à l’autographe chaghatay considéré comme une véritable relique dynastique et familiale, il fut conservé dans la bibliothèque impériale jusqu’au règne de Shah Jahan (r. 1628‑58), époque à laquelle on perd sa trace. Enfin, la figure littéraire de Babur et le précédent créé par la composition du Babur Nama constituèrent une référence essentielle pour Jahangir lorsqu’il décida lui aussi de mettre par écrit les événements de sa vie et de son règne. En témoigne le passage suivant, inséré au cours d’un voyage de l’empereur à Kaboul en 1607 :

  • 1 Nur al‑din Muhammad Jahangir, 1999, p. 77.

On me montra les mémoires (waqiʿat) de Sa Majesté Firdaus Makani [Babur]. Ils étaient entièrement écrits de sa main bénie, à l’exception de quatre sections que je copiai moi‑même. À la fin de ces sections, j’ajoutai une phrase en turc pour montrer qu’elles étaient de mon écriture. Même si j’ai grandi en Hindoustan, je sais parler et écrire le turc1.

Le Jahangir Nama

4Simplement sous‑entendue ici, l’affiliation du Jahangir Nama au Babur Nama se manifeste clairement à travers un certain nombre de caractéristiques communes aux deux ouvrages. Outre un « je » auctorial tranchant avec le mode de narration dominant dans l’historiographie islamique, ils partagent une même structure d’ensemble : tout comme les mémoires de son ancêtre, l’autobiographie de Jahangir suit un ordre chronologique et relate les événements du règne année par année, depuis le lancement d’une campagne militaire d’envergure jusqu’aux actes les plus routiniers de l’exercice de la souveraineté comme la promotion et la rétrogradation des dignitaires de l’Empire. À l’instar du Babur Nama, le Jahangir Nama intègre également de nombreuses digressions au sein de la trame événementielle. Certains passages sont consacrés à l’histoire ou à la géographie des provinces impériales inlassablement parcourues par le monarque, tandis que d’autres donnent à lire de véritables enquêtes ethnologiques, zoologiques ou botaniques et dessinent en creux, plus clairement encore que dans le Babur Nama, l’image d’un souverain pour lequel l’exercice du pouvoir était intimement lié à l’exercice du savoir. Enfin, les mémoires permettent de pénétrer certains pans de l’intimité de l’empereur, mais dans une moindre mesure que le Babur Nama : si Jahangir n’hésite pas, par exemple, à faire part de son accoutumance à l’alcool et aux drogues, il reste par contre extrêmement discret sur ses relations avec son épouse favorite Nur Jahan (m. 1645). Incontestablement donc, les mémoires de Babur constituèrent un canevas pour la rédaction du Jahangir Nama tant en termes d’instance narrative que d’organisation interne. Plusieurs points de divergence entre les deux textes méritent néanmoins d’être soulignés.

5En premier lieu, Jahangir emprunta une voie linguistique différente de celle de son prédécesseur en choisissant le persan plutôt que le chaghatay. Il n’adopta pas pour autant le style rhétorique et prolixe des grandes chroniques impériales telles que l’Akbar Nama d’Abuʾl Fazl (m. 1602) : s’exprimant à la première personne du singulier (man), le persan qu’il écrit est familier et fluide. Faisant écho au plurilinguisme qui prévalait alors parmi les élites mogholes, la variété des langues utilisées par le souverain constitue par ailleurs une spécificité de son œuvre : au sein du texte persan, il n’hésite pas en effet à insérer des termes turcs, cachemiris ou hindis. L’emploi délibéré de ces derniers colore le persan de Jahangir d’une certaine « indianité » et constitue un bon témoignage du processus d’indigénisation que connut le pouvoir moghol à partir des années 1560.

  • 2 Price, 1829.

6En second lieu, le Jahangir Nama apparaît, tout au moins en l’état actuel de la recherche sur le Babur Nama, comme un projet historiographique bien plus achevé, mais aussi bien plus collégial que l’autobiographie du premier Moghol. De ce point de vue, force est d’abord de rappeler que Jahangir donna, contrairement à son prédécesseur, un titre à son ouvrage - le Jahangir Nama - auquel il fait d’ailleurs régulièrement référence au fil du texte. Commencée avec l’accession au trône, sa rédaction apparaît en outre comme une entreprise non exclusivement individuelle, mais de dimension collective. Les mémoires mêmes en portent la marque : en 1622, affaibli par la maladie, l’empereur passa explicitement la plume à son secrétaire Muʿtamad Khan qui poursuivit le récit à la première personne jusqu’en 1624, qui marque la fin de l’ouvrage. En attestent également les Majalis‑i Jahangiri de ʿAbd al‑Sattar b. Qasim Lahauri, une chronique nocturne des années 1608‑1611 au cours de laquelle on peut voir le monarque convier à plusieurs reprises les dignitaires les plus éminents à collaborer à l’écriture de son autobiographie. Au‑delà, l’existence d’un nombre non négligeable de correspondances entre les deux textes donne à penser qu’ils furent composés simultanément en puisant aux annales de l’Empire que rédigeaient quotidiennement les waqiʿa‑nawis, ou « rédacteurs de nouvelles ». Ainsi peut‑on voir se profiler derrière le « je » du Jahangir Nama toute une équipe rédactionnelle dont l’existence même témoigne du chemin parcouru, en termes de consolidation impériale, depuis l’époque de Babur. La capacité de l’empereur à assurer de son vivant une large diffusion à son œuvre pointe dans une direction similaire : en 1618, il fit distribuer les premières copies officielles des mémoires dont on sait qu’ils circulèrent par la suite assez largement parmi les lettrés de l’Empire et, au‑delà, du monde persanophone. La « collectivisation » par Jahangir de l’écriture autobiographique et sa volonté de publiciser ses mémoires le plus largement possible eurent cependant des effets inattendus. Dès le début des années 1610 apparut en effet une version apocryphe du Jahangir Nama dont il existe plusieurs variantes et qui fut très probablement composée par un proche de l’empereur associé à la rédaction de la version officielle : tandis que la plus courte ne couvre que les trois premières années du règne, la plus longue - et la mieux connue grâce à une traduction anglaise de l’époque coloniale2 - porte le récit jusqu’en 1620‑1621.

7La production d’illustrations pour le Jahangir Nama constitue, enfin, un point de divergence avec le Babur Nama d’autant plus important qu’il est le seul que Jahangir jugea bon de souligner :

  • 3 Jahangir, 1999, p. 133.

Bien que Sa Majesté Firdaus‑Makani [Babur] eût noté dans ses mémoires la forme et l’apparence de certains animaux, il n’ordonna apparemment pas aux artistes de les dépeindre. Comme ces animaux me semblaient extrêmement étranges, j’écrivis tout à la fois à leur sujet et ordonnai aux artistes d’en faire le portrait dans le Jahangir Nama afin que l’étonnement qu’on ressent en en entendant parler s’accrût à leur vue3.

8Ce passage indique non seulement que le monarque avait mûri une sérieuse réflexion sur le rôle des images, mais montre également dans quelle optique il avait choisi de les utiliser dans ses mémoires : suivant la conception aristotélicienne des sens qui affirme la supériorité de la vue sur l’ouïe, l’image est ici conçue pour renforcer l’effet du discours. En commentant ce qu’il considérait comme un « défaut » dans l’approche de son ancêtre, Jahangir mettait habilement en valeur sa propre réalisation, et ce non sans raison. Si la composition d’autobiographies souveraines ne fut pas une pratique fréquente dans le monde de la première modernité, leur illustration sur ordre du monarque‑auteur fut encore plus rare.

Conclusion

9Après Babur et Jahangir, aucun empereur moghol ne choisit de chroniquer son règne à la première personne même si la plupart, à l’exception notable d’Akbar qui était probablement dyslexique, s’illustrèrent par leurs écrits : on conserve par exemple les vers de Humayun ainsi que de ses successeurs tardifs Shah ʿAlam ii (r. 1759‑1806) et Bahadur Shah (r. 1808‑1858), tandis que les qualités littéraires de Shah Jahan et d’Aurangzeb (r. 1658‑1707) sont illustrées par les abondants écrits administratifs du premier et la riche correspondance que le second entretint avec ses fils et les dignitaires de l’Empire. On trouve néanmoins un dernier écho de la tradition autobiographique inaugurée par Babur au début du xixe siècle avec les mémoires que composa le prince moghol Mirza ʿAli Bakht Afzari (m. 1818) et dont le titre ‑ Waqiʿat‑Azfari ‑ renvoie significativement à celui de la version persane de l’autobiographie du fondateur de la dynastie. Achevé vers 1806‑1807, le texte relate les (més)aventures de ce candidat malheureux dans la course pour le trône et qui, après avoir vécu plusieurs années en résidence surveillée dans le fort de Shahjahanabad (Delhi), réussit à s’enfuir de sa prison princière et finit par se réfugier à la cour du nawab d’Arcot (Tamil Nadu), un des nombreux États successeurs de l’Empire qui avaient vu le jour au xviiie siècle.

Bibliographie

Ouvrages

Anooshahr Ali, 2009, The Ghazi Sultans and the Frontiers of Islam: A comparative study of the late medieval and early modern periods: Routledge, London and New York, 196 p.

Dale Stephen Frederic, 2004, The garden of the eight paradises: Babur and the culture of Empire in Central Asia, Afghanistan and India (1483‑1530), E. J. Brill, Leiden, 538 p. [9789004137073]

Lefèvre Corinne, 2017, Pouvoir impérial et élites dans l’Inde moghole de Jahāngīr (1605‑1627), Les Indes savantes, Paris, 466 p. [9782846544740]

Articles

Alam Muzaffar & Subrahmanyam Sanjay, 2006, “Envisioning power: The political thought of a late eighteenth-century Mughal prince”, Indian Economic and Social History Review, vol. 43, Issue 2, p. 131‑61.

Kügelgen Anke von, 2006, „Zur Authentizität des “Ich” in Timuridischen Herrscherautobiographien“, Asiatische Studien/Études Asiatiques, vol. 60, no 2, p. 383‑436.

Sources

Babur Zahir al‑din Muhammad, 1921, Babur Nama, tr. angl. Annette S. Beveridge, Luzac, London, 882 p. [9788175364257]

Babur Zahir al‑din Muhammad, 1985, Babur Nama, tr. fr. Jean‑Louis Bacqué‑Grammont, Publications Orientalistes de France, Paris.

Babur Zahir al‑din Muhammad, 1996, Babur Nama, ed. Eiji Mano, Shokado, Kyoto.

Babur Zahir al‑din Muhammad, 1996, Babur Nama, tr. angl. Wheeler M. Thackston, Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution & Oxford University Press, Washington D. C. and New York.

Jahangir Nur al‑din Muhammad, 1980, Jahangir Nama, ed. Muhammad Hashim, Intisharat‑i Bunyad‑i Farhang‑i Iran, Teheran.

Jahangir Nur al‑din Muhammad, 1909‑1914, Jahangir Nama, ed. Henry Beveridge, tr. angl. Alexander Rogers, Royal Asiatic Society, London.

Jahangir Nur al‑din Muhammad, 1999, Jahangir Nama, tr. angl. Wheeler M. Thackston, Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution & Oxford University Press, Washington D. C. and New York.

Mirza ʿAli Bakht Muhammad Zahir al‑din Azfari, 1957, Waqiʿat‑i Azfari, ed. T. Chandrasekharan et Syed Hamza Hussain Omari, Madras.

Mirza ʿAli Bakht Muhammad Zahir al‑din Azfari, 1937, Waqiʿat‑i Azfari, tr. ourdou Muhammad Husain Mahvi Siddiqi, University of Madras, Madras.

Price David (tr.), 1829, Memoirs of the emperor Jahangueir, written by himself; and translated from a Persian manuscript, The Oriental Translation Committee, London.

Notes

1 Nur al‑din Muhammad Jahangir, 1999, p. 77.

2 Price, 1829.

3 Jahangir, 1999, p. 133.

© Presses de l’Inalco, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

leslibraires.frMollat