Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Archives familiales (Japon)

Familial Records (Japan)

p. 88-94

Résumés

Français
English

Depuis la période d’Edo (1600‑1868), le Japon a produit une masse documentaire considérable dont une très grande part est encore en possession de particuliers. Alors que ces documents sont indispensables pour la compréhension de la période et des suivantes, les efforts de collecte et d’archivage sont inégaux selon les régions. Au travers d’un cas concret, nous verrons l’importance de ce type de documentation, au niveau local, régional et national.

From the Edo period, Japan produced a great quantity of documentation, most of which were possessed by individuals and families. These documents are of importance in the study of Japanese history and yet, there is no unified method in place to collect and stock them. Some communities ignore them while others make a concerted effort to collect and study them. Using a sample case, we will demonstrate the importance of this type of archive at the local, regional and national levels.

Entrées d’index

Mots-clés : archives familiales, Asie orientale, document du for privé, Edo, histoire locale, Japon

Keywords : East Asia, Edo, familial records, Japan, local history, private documentation


Texte intégral

L’indispensable effort de collecte et d’archivage

1Bien qu’ayant eu un accès à l’écriture relativement tardif, le Japon est devenu un pays de l’écrit dès l’époque d’Edo (Edo jidai 江戸時代, 1600‑1868). En effet, dès le milieu de cette période, la part de la population masculine sachant écrire est estimée à près de 40 % de la population, pour 15‑20 % de la population féminine. En particulier, la fin du xviie siècle voit le fleurissement d’une véritable culture bourgeoise et urbaine, et les feuillets imprimés, livres illustrés, romans ou ouvrages touristiques commencent à circuler. Mais surtout, au niveau légal et coutumier, cette période est propice à l’adoption de la pratique de la preuve par l’écrit.

2Or, la fin du xviie‑ début du xviiie siècle est un moment où l’organisation socio‑économique des campagnes connaît un nouveau bouleversement. En effet, au début du xvie siècle, les dépendants avaient acquis les terres qu’ils cultivaient alors même qu’ils n’en étaient que des fermiers, et avec elles leur indépendance vis‑à‑vis des grands propriétaires. Seulement, la situation économique de nombre de ces familles reste fragile et, avec le temps, beaucoup doivent emprunter ou vendre des terres, ou encore placer certains de leurs enfants au service de paysans aisés. Et plus on avance dans la période, plus chacune de ces transactions fait l’objet de contrats écrits, conservés chez le prêteur ou l’employeur. Ainsi, progressivement, les familles paysannes aisées tendent à accumuler toutes sortes de documents, relatifs à leur propre famille (cadastres de leurs terres, généalogie, correspondance, etc.) et à leurs activités économiques annexes à leur activité principale : contrats d’embauche, contrats d’achat ou de vente de terrains, mise en gage de terres, etc.

3Particulièrement intéressantes pour les historiens, nombre de ces archives du for privé se sont transmises dans les familles, enrichies peu à peu de pièces plus récentes, et conservées dans les greniers ou les entrepôts familiaux. Malheureusement, même transmises avec attention, il est fréquent que certaines d’entre elles soient en partie dévorées par les insectes, tandis que d’autres n’ont pas pu échapper aux incendies ou aux dégâts des eaux ‑ les bombes incendiaires des années 1942‑1945 ou le tsunami de 2011 n’ont pas seulement détruit des vies, mais aussi une partie de leur histoire. Enfin, ces documents étant des manuscrits rédigés dans une langue archaïque, la plupart des propriétaires ont perdu l’accès à leur contenu et parfois, faute de place ou d’intérêt, certains n’hésitent pas à s’en débarrasser, soit partiellement ‑ par exemple en les vendant un à un, ce qui entraîne leur dispersion et donc, ces documents étant rarement intéressants seuls, la perte de tout intérêt scientifique ‑ soit totalement.

4Le Japon n’ayant pas de loi sur la conservation et l’archivage des documents du for privé, ce travail est assuré au niveau local par les communes, départements et régions, ou par les universités, bibliothèques et musées, selon leurs moyens et l’intérêt du moment. Par exemple, dans les années 1960‑1970, de nombreuses communes, départements et régions se sont penchés sur leur passé et sur sa rédaction. Bon nombre d’Histoire de telle ville ou telle région ont alors été rédigées, généralement associées à des collectes de documents. Seulement, la crise économique qui frappe le Japon depuis les années 1990 et les politiques conservatrices qui se succèdent n’incitent pas les administrations locales à poursuivre leurs efforts dans ce domaine, puisqu’ils impliquent non seulement des équipes d’employés compétents et formés, mais aussi la construction de locaux pour conserver ces archives ou leurs copies.

5Pourtant ce type de documentation est indispensable pour comprendre le Japon et son histoire, mais aussi celle des communes dont certaines ont bien saisi l’intérêt d’un tel travail, comme Izumi 和泉市 ou Iida 飯田市. À Izumi, le projet de réécriture d’une Histoire de la municipalité en dix volumes lancés en 1997 sert de moteur à des séries d’enquêtes de terrain, dont les principales sont les enquêtes communes menées chaque année avec l’université municipale d’Ōsaka et mobilisent professeurs, étudiants et fonctionnaires de la ville. Ces enquêtes prennent pour objet des quartiers ‑ des anciens villages ‑ et mêlent étude du terrain (géographie, hydrologie et toponymie), début d’archivage des documents mis au jour lors des préparations de l’enquête, et enquêtes orales auprès des habitants. Ce travail est également l’occasion de sensibiliser les habitants et ainsi de les amener à proposer les archives en leur possession pour archivage.

Un exemple d’archivage et de ses apports : les archives de la famille Kadobayashi Keizō

6C’est le cas par exemple des archives appartenant à Kadobayashi Keizō 門林敬三 qui ont émergé lors de l’enquête de terrain menée en commun par la municipalité d’Izumi et l’université municipale d’Ōsaka 大阪市立大学 en l’été 2007 à Sensai 泉財, qui était autrefois l’un des cinq bourgs composant le village - devenu quartier - d’Ikedashimo 池田下村. Elles avaient auparavant été portées à l’attention des chercheurs par l’un des habitants du bourg voisin de Ganshō 願成 qui avait un rapport de cousinage avec M. Kadobayashi. Au cours des entretiens préliminaires à l’enquête de terrain, M. Kadobayashi montra à l’équipe l’entrepôt familial dans lequel elles étaient stockées : trois caisses en carton, sept en bois et surtout une armoire à neuf profonds tiroirs remplis de carnets de comptes et autres lettres héritées de ses ancêtres. Il expliqua que lors de la réhabilitation de la maison en 1954, il procéda avec ses deux sœurs à un tri au cours duquel nombre des documents conservés dans les tiroirs de l’armoire furent placés dans les cartons. Il décrivit également les pratiques familiales ayant permis leur conservation en l’état : les sortir pour exposer les insectes au soleil au moins une fois tous les deux ans, mais aussi, depuis l’époque de sa mère, l’interdiction de les faire sortir de la maison, car un précédent chercheur avait emprunté des documents et ne les avait jamais rendus.

7Cette dernière clause, en particulier, ralentira considérablement le processus d’archivage qui ne peut se faire que chez le propriétaire et dépend donc de ses disponibilités comme de celles des chercheurs, raison pour laquelle en mai 2017 ce processus n’était pas encore achevé. Il fut toutefois possible de les sortir jusqu’à la salle de l’association de quartier le temps de l’enquête de terrain, ce qui permit un premier décompte et un aperçu du contenu : à eux seuls, les neufs tiroirs contenaient près de 735 documents et groupes de documents, la plus grande part concernant l’époque d’Edo (1600‑1868), et le reste la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle.

8Ces archives sont intéressantes à plusieurs titres. Tout d’abord, elles nous renseignent sur l’histoire de la famille Kadobayashi elle‑même, ensuite, elles permettent de mieux comprendre son métier de paysan, mais aussi celui de fabricant et marchand d’huile. Enfin, elles nous informent sur un sanctuaire shintō d’Ōsaka et pallient ainsi les pertes dues aux incendies qu’a subis la ville.

9Concernant la famille, ces archives nous permettent de savoir qu’il s’agit d’une branche collatérale de la famille Kadobayashi qui occupait de manière héréditaire le poste d’adjoint au chef du village Ikedashimo, toshiyori 年寄, représentant le bourg de Ganshō, et dont la richesse atteignait les 100 koku 石 de riz1 à la fin de la période d’Edo. Quant à la branche collatérale, ses membres adultes se transmettaient le nom de Sagobei 佐五兵衛 et sa richesse était évaluée à près de 50 koku de riz en 1824. Cette fortune était basée sur les travaux agricoles, mais également, dès la première moitié du xviiie siècle, sur la production d’huile de colza à l’aide de presses hydrauliques, ou encore sur l’achat de tissus en coton à des petits producteurs et leur revente à des marchands en gros de Sakai 堺 ou Ōsaka au début du xixe siècle.

10Concernant les métiers liés à l’huile, cette documentation permet de suivre l’évolution des politiques menées par le gouvernement shogounal pour essayer de maintenir un prix relativement bas de ce produit. En effet, cette huile était avant tout utilisée pour l’éclairage et était donc un produit de base indispensable pour la vie quotidienne, en particulier en hiver. Ces archives permettent d’étudier ces métiers dans les zones d’action de Sagobei, essentiellement les provinces d’Izumi et de Settsu 摂津国 où se trouve la grande ville marchande d’Ōsaka. Mais Ōsaka étant sous contrôle direct de l’administration shogounale, les politiques qui y sont menées le sont en écho des politiques shogounales. Ainsi, cette documentation donne un point de vue local, focalisé sur la base du système, en regard du seul point de vue officiel porté par les archives des administrations shogounales. Elle nous présente aussi les effets des mesures de régulations - par création de corps de métiers, nakama 仲間 , ayant monopole de l’achat de graines et de vente d’huile - et de dérégulations qui s’enchaînent, selon les tâtonnements inefficaces de l’administration. Elle nous permet enfin d’entrer dans la mécanique même du système de régulation : les permis d’exercer, la sous‑traitance, les réseaux de pairs, d’acheteurs et de revendeurs, etc.

11Mais les plus intéressants documents sont peut‑être ceux qui concernent à la vie de Sagobei‑Narufumi 佐五兵衛成文 (1803 - ?), né Kosaburō 小三郎, fils ainé de Sagobei. Il intègre l’assemblée du sanctuaire local à 10 ans et se marie à 24 ans. Cette même année, la famille se compose de son père (54 ans), d’une sœur (18 ans), d’un petit frère, Takenosuke 竹之丞 (9 ans), et de la jeune mariée. Elle inclut également 6 hommes et 2 femmes à leur service. Cinq ans plus tard, un mois après la naissance de sa première petite‑fille, le père prend sa retraite, transmet son nom et la plus grande part de son activité à son aîné, et part vivre avec son fils cadet qui reçoit tout de même une part de 22 koku sur la fortune familiale. Rapidement, Sagobei‑Narufumi s’efforce de régler les dettes et de se faire rembourser l’argent qui leur avait été emprunté. Cependant, cette période est celle de la quatrième des grandes famines de la période d’Edo, suivie d’une crise économique importante, et il doit placer ses biens en gage pour essayer de rembourser ses propres dettes. Finalement, en 1838, il doit quitter le village.

12Les éléments liés au métier de l’huile, principalement les roues à aube, les permis d’exercer, d’acheter les grains et de vendre l’huile, sont remis à la branche principale, tandis que les biens familiaux sont confiés à la gestion du village. Ainsi, en quelques années seulement, Sagobei‑Narufumi va perdre son métier, son statut social et devoir quitter les groupes auxquels il appartenait : famille, village et corps de métier. Il se réfugie à Ōsaka avec sa famille et quelques biens qu’il a fait transporter par bateau. Ce déménagement n’est pas anodin, car il nous renseigne sur le réseau de proches sur lequel une telle personne pouvait compter, ainsi que sur le niveau de l’aide qu’il pouvait recevoir : près de 6 000 monme 匁 d’argent (soit près de 22,5 kg de monnaies d’argent), rassemblées par dix personnes habitant dans son ancien village pour les plus proches, et des villages de vallées voisines pour d’autres. Aucune archive ne permet de déterminer quel est son métier dans ses premiers temps à Ōsaka, mais ce qui est sûr, c’est que le prix de la location de son logement était élevé et que la documentation conservée contient de nombreux livrets expliquant les « secrets » des métiers relatifs à la vente de riz, produit à la base de toutes les autres valeurs et dont Ōsaka était la plaque tournante.

13L’année suivante, Sagobei‑Narufumi est approché par des marchands faisant l’intermédiaire avec la confrérie des prêtres du sanctuaire Ikutama 生玉神社 d’Ōsaka. Ce sanctuaire était desservi par un prêtre principal, kannushi 神主, et 7 familles dont les chefs occupent le poste de prêtres secondaires, negi 禰宜, et ces sept familles forment la confrérie en question. Cependant, l’un d’entre eux, Fujie Ōmi 藤江近江, en a été expulsé en 1834 du fait de sa mauvaise conduite, et depuis la confrérie cherche des personnes capables d’endosser ses dettes en échange d’une place dans le sanctuaire. Après quelques essais sans lendemain, cette proposition est faite à Sagobei‑Narufumi qui débourse la somme, paye toutes sortes de passe‑droits auprès des diverses personnes chargées du sanctuaire. Il intègre finalement le registre familial des Fujie en 1840, sous le nom de Fujie Shuzei 藤江主税, avec sa femme, sa fille, deux serviteurs et deux servantes, probablement embauchés pour l’occasion. Il recevra un « permis d’exercer » (kabu 株) l’activité de prêtre secondaire, mais dans la mesure où il semble qu’il n’exerça jamais réellement, il s’agit en fait d’un droit sur les revenus du sanctuaire. Durant tout son séjour dans ce sanctuaire, il conserva le statut d’apprenti, probablement destiné à faire la transition entre son prédécesseur et le fils mineur de celui‑ci, le temps que les dettes soient réglées.

14Sans rentrer plus avant dans les détails de cette affaire, les documents qui s’y rapportent permettent tout d’abord d’éclairer des aspects d’un grand sanctuaire d’Ōsaka qui sont difficilement étudiables par ailleurs. On notera ici l’importance des archives relatives aux grandes villes japonaises, mais entreposées dans des villages, à l’abri des incendies de l’époque d’Edo comme des bombes incendiaires de la Seconde Guerre mondiale. Concrètement, ces archives nous éclairent avec précision sur le fonctionnement interne du sanctuaire et de ses desservants. Sur cet aspect, leur étude a également fait ressortir la financiarisation du droit d’exercer la prêtrise de ce sanctuaire à la fin de la période d’Edo, droit qui se distingue alors de l’exercice réel. Elle nous permet également d’étudier les rapports entre ce sanctuaire et la petite société qu’il constitue, et les quartiers et villages environnants. Leurs habitants des alentours se considèrent comme liés au sanctuaire par sa divinité qu’ils reconnaissent comme divinité ancestrale ou protectrice, et organisent par exemple des fêtes communautaires qui englobent plus du tiers d’Ōsaka. Mais ces rapports peuvent aussi être ceux de propriétaire à locataire, le sanctuaire possédant des terrains, des habitations ou des boutiques qu’il place en location. Cela permet de dessiner une société extrêmement complexe qui ne serait pas visible autrement.

15Sagobei‑Narufumi rentra finalement dans son village en 1842, coupant définitivement les liens avec le sanctuaire Ikutama l’année suivante. Le processus qui permit son retour n’est pas encore bien connu, mais mériterait sans doute d’être exploré, car il permettrait peut‑être d’éclairer les liens de solidarité et les rapports de forces au sein des villages. En effet, le chef du village dut insister plusieurs fois pour qu’il y rentre, sous prétexte qu’il descend d’une ancienne famille du village, tout en lui demandant de régler ses dettes. Finalement, Sagobei‑Narufumi lui dira de prendre sur les biens qu’il a confiés au village pour ce faire, et à son retour, la fortune familiale était tombée à 4 koku.

16Comme le montre cet exemple, les archives familiales peuvent être très riches en renseignements, non seulement sur ces familles et leur environnement proche, mais aussi sur des questions de portée régionale, voire nationale. Comme dans le cas du sanctuaire Ikutama, ils peuvent parfois même compenser la perte de documents dans des catastrophes. Leur collecte et leur archivage sont donc très désirables en ce qu’ils sont la condition première à leur indispensable exploitation par les chercheurs.

Bibliographie

Ouvrage

Izumi‑shi shi hensan iinkai (éd.) 和泉市史編さん委員会編, 2011, Izumi‑shi no rekishi 3, Ikeda‑dani no rekishi to kaihatsu 和泉市の歴史3池田谷の歴史と開発 [Histoire de la ville d’Izumi, vol. 3. Histoire de la vallée Ikeda : défrichements et mise en valeur], Izumi.

Articles et contributions à des ouvrages

Hisazumi Kenji 久住健二 et les étudiants du cours Nihonshi kōdoku III du Pr Tsukada Takashi 日本史購読III (担当 塚田孝)受講生, 2008, « Izumi‑shi gōdōchōsa hōkoku – Kadobayashi Keizō‑shi shozō monjo no abura kasegi kankei shiryō ni tsuite » 和泉市合同調査報告-門林啓三氏所蔵文書の油稼ぎ関係資料について [Rapport sur l’enquête commune à Izumi. À propos des documents sur les métiers de l’huile du fonds de Kadobayashi Keizō], Shidai Nihonshi 11 市大日本史11 [Revue d’histoire du Japon de l’université municipale d’Ōsaka, no 11], p. 140‑168.

Shimazaki Mio 島崎未央, 2014, « Ikedashimomura ni okeru suisha shibori‑abura‑kabu no shoyū to keiei » 池田下村における水車絞油株の所有と経営 [Possession et gestion de permis de presser l’huile par procéder hydraulique dans le village d’Ikedashimo], in Tsukada Takashi 塚田孝, Saga Akira 佐賀朝 & Yagi Shigeru 八木滋 (dir.), 2014, Kinsei mibu‑shakai no hikakushi ‑ Hō to shakai no shiten kara 近世身分社会の比較史―法と社会の視点から [Histoire comparée de la société de statut de l’époque d’Edo. Du point de vue de la loi et de la société], Seibundō shuppan, Ōsaka.

Shimazaki Mio 島崎未央, 2015, « Tenpō‑ki ni okeru Kadobayashi‑ke ittō to Sagobei – Sumiyoshi‑kō no katsudō wo megutte – » 天保期における門林家一統と佐五兵衛―住吉講の活動をめぐって― [Sagobei et l’ensemble de la famille Kadobayashi durant l’ère Tenpō. Les activités de la confrérie Sumiyoshi], Shidai Nihon-shi, dai 18 gō 市大日本史 第18号 [Revue d’histoire du Japon de l’université municipale d’Ōsaka, no 18], p. 50‑71.

Shimazaki Mio 島崎未央, 2015, « Kinsei Izumi ni okeru suisha shibori‑abura‑ya no keiei to chiiki-shakai – Ikedashimo‑mura wo chūshin ni ‑ » 近世和泉における水車絞油屋の経営と地域社会―池田下村を中心に― [Société locale et gestion d’un commerce d’huile pressée dans l’Izumi de l’époque d’Edo. Autour du village d’Ikedashimo], Rekishi kagaku, 220‑221 gō 歴史科学 220‑221号 [Science historique, no 220-221], p. 68‑85.

Yamashita Sōichi 山下聡一, 2008, « Kinsei Ōsaka Ikutama-jinja ni okeru shake‑nakama » 近世大坂生玉神社における社家仲間 [L’organisation de prêtres shintō du sanctuaire Ikutama d’Ōsaka durant l’époque d’Edo], Shidai Nihon-shi, dai 11 gō 市大日本史 第11号 [Revue d’histoire du Japon de l’université municipale d’Ōsaka, no 11], p. 57‑77.

Yamashita Sōichi 山下聡一, 2013, « Kinsei Ikutama‑jinja no keidai to monzen‑machi » 近世生玉神社の境内と門前町 [L’enceinte du sanctuaire Ikutama et les quartiers devant ses portes durant l’époque d’Edo], in Tsukada Takashi 塚田孝 & Yoshida Nobuyuki 吉田伸之 (dir.), 2013, Mibunteki‑shūen to chiiki‑shakai 身分的周縁と地域社会 [Marges statutaires et sociétés locales], Yamakawa shuppansha 山川出版社, Tōkyō, p. 43‑83.

Yamashita Sōichi 山下聡一, 2016, « Ikutama‑jinja shake‑kabu to Senshū Izumi‑gun Ikedashimo-mura hyakushō Sagobei » 生玉神社社家株と泉州泉郡池田下村百姓佐五兵衛 [Droit de prêtrise du sanctuaire Ikutama et le paysan Sagobei d’Ikedashimo, village du district d’Izumi de la province d’Izumi], Rekishi kagaku, 224 gō 歴史科学 224号 [Science historique, no 224], p. 33‑37.

Notes de bas de page

1 Unité de mesure valant environ 180 litres. Le koku était la mesure de la puissance des domaines seigneuriaux et donc de la richesse des individus et en particulier des paysans. On estime qu’un koku permet à un homme adulte de vivre pendant un an.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.