Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Désorientés

 | 
Francine Saint-Ramond

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons tenté de montrer au cours de cette étude que l’expérience des combattants de l’armée d’Orient présentait des singularités ; les conditions de la guerre ont mis en évidence dans les témoignages les traumatismes indirectement liés au conflit, l’isolement en milieu inconnu et ingrat, la dureté de l’exil et la maladie, auxquelles s’ajoutent les descriptions réalistes des combats et des techniques de guerre. De plus, le simple mot d’Orient les a entourés d’un mythe fait de farniente, de femmes voluptueuses et de fumées d’opium qui, d’une part, ne les a pas préparés aux réalités rencontrées, et d’autre part, a résisté aux quelques efforts faits pour éclairer la métropole sur ces réalités. Ils sont donc restés prisonniers du mythe.

2Les combattants se sont perçus comme les otages d’une politique interalliée sans cohérence. L’expédition des Dardanelles est née de l’échec de la guerre éclair, mais elle s’est inscrite dans la même logique ; conçue pour être courte avec des effectifs réduits, en majorité des marins, elle se révéla dévoreuse de matériel, d’argent et d’hommes. Ses chances de réussite furent compromises par l’absence de cohésion et d’unité de vues entre les Français et les Anglais, et par la retenue du commandement français face une victoire hors du front de France. La nomination de Sarrail montre que l’on voulait considérer ce front comme secondaire : il est en effet alors en disgrâce, à la suite d’un différend militaire et politique avec Joffre. De surcroît, il avait refusé, en juillet 1915, une nomination comme simple commandant d’un corps d’armée aux Dardanelles, car il était hostile à l’expédition dont ses amis lui disaient que c’était un guet‑apens. Pendant huit mois et demi, les troupes alliées ont dû tenir sans espoir d’arriver à Constantinople, alors que la surface occupée par les Français ne fut que l’équivalent des terres d’une importante propriété foncière. L’expédition entraîna les soldats à faire la guerre dans un bout du monde… au bout du monde et à vivre un cauchemar aussi intense que les espoirs nés lors de sa conception. En Macédoine ensuite, ces hommes furent victimes de la vision différente qu’eurent les alliés du « problème grec », à tel point qu’ils ne savaient plus quel était leur rôle sur un territoire où l’ennemi, parfois, n’était pas seulement en face d’eux. Les combattants souffrirent également de l’insuffisance de moyens face à un adversaire sous‑estimé, qu’il soit Turc ou Bulgare. Il n’y eut pour eux, ni aux Dardanelles, ni même en Macédoine, de confort, de refuge « à l’arrière » ; au mieux, près de Salonique, on n’y jouit :

  • 1 Ancel, 1921, p. 9.

D’autre repos que celui des pionniers, asséchant les marais, forant des puits, perçant des routes, tels furent ceux que les journalistes osèrent nommer par dérision les « jardiniers de Sarrail »1.

3Les hommes qui reprochent à Pierre Loti de les avoir abusés ignorent que cet hagiographe de l’Orient, au début de 1915, se présenta au président de la République, Raymond Poincaré, dès qu’il apprit la teneur du projet visant à forcer le passage des Dardanelles pour en souligner l’absurdité. Pierre‑Barthélémy Gheusi qui se trouvait présent lors de l’entretien rapporta les paroles de Loti :

  • 2 Gheusi, 1939.

C’est une folie d’attaquer l’Empire turc par les Dardanelles […] En lâchant des mines dans le courant, les officiers du Kaiser qui commandent les troupes turques feront sauter nos cuirassés et naufrageront nos transports, écrasés par les canons Krupp des deux côtes si proches, l’Asiatique et l’Européenne. Ce sera le défilé de Roncevaux des flottes alliées […] Il y avait d’autres moyens de nous emparer du Bosphore sans jeter nos soldats dans cette effroyable arête de Gallipoli, où il n’y a que du roc, des cimetières et des nids de vautours prussiens2.

4Les hommes furent les victimes des divergences de la politique alliée ; victimes davantage des tensions internes des alliés et des maladies que des Turcs ou des Bulgares.

5Maintenues dans une guerre de position sans gloire, les unités éclatées n’eurent guère l’occasion de s’illustrer. La perception négative que l’opinion publique eut de ces combattants, dont les efforts et les peines ne furent jamais reconnus, est significative. L’Européen, trop sûr de lui, après avoir conquis le monde avec aisance pendant près d’un siècle, subit en Orient l’humiliation de devoir s’incliner devant des peuples dont il ne soupçonnait pas la résistance, ce qui explique une tendance de l’opinion à juger les hommes responsables des échecs, et non les conditions dans lesquels ils furent placés.

6Les hommes ont donc fort logiquement été humiliés par l’indifférence qui entoura leurs efforts y compris l’offensive finale qui les conduisit jusqu’au Danube. L’armée d’Orient est disloquée dans le mois qui suit la victoire ; le 28 octobre 1918, le général Berthelot prend le commandement de l’armée du Danube et conduit trois divisions en Roumanie et en Russie méridionale, une division est envoyée vers Constantinople sous la direction du général anglais Milne, trois autres sont chargées d’occuper la Hongrie, la 57e DI est dissoute. De plus, les honneurs se sont portés davantage sur la marine et la cavalerie que sur les divisions d’infanterie qui portaient tout le poids des combats depuis 1915, et les soldats français ont été souvent présentés comme des unités de soutien des Serbes.

  • 3 Christian‑Frogé, 1922.

7Ces circonstances font que la campagne d’Orient fut sous‑représentée dans les ouvrages sur la Grande Guerre, aussi bien au niveau du nombre des ouvrages publiés qu’au niveau de la part qui lui est consacrée dans les ouvrages généraux sur cette guerre, 62 pages sur 838 dans l’anthologie La Grande Guerre Vécue, Illustrée, Racontée par les Combattants, 11 pages sur 512 dans Vie et mort des Français3.

8Au sein de cette politique de l’oubli, on discerne des tentatives de réhabilitation, Roger David écrit que ces soldats ont été appelés

  • 4 Collectif, 1932, p. 61.

à renouveler au vingtième siècle, l’extraordinaire manœuvre d’Annibal partant de Carthage et par les colonnes d’Hercule, les Pyrénées et les Alpes, venant porter la guerre aux portes de Rome4.

9Le général Cordonnier insiste sur l’importance de la demande d’armistice bulgare pour l’isolement de l’Allemagne.

10On trouve également des productions à caractère polémique, incriminant essentiellement Clemenceau (qui mit fin aux fonctions de Sarrail) en particulier l’ouvrage d’Ennemond‑Claude Bourrin, Georges Clemenceau – Restitution aux vainqueurs de l’armée d’Orient de la gloire légitime dont ils ont été frustrés malgré l’armistice du 29 septembre 1918. On y trouve une série d’articles en ce sens, on cite Aristide Briand, qui parle « d’une injustice intolérable », on rappelle que Franchet d’Espèrey apprit l’armistice du 11 novembre alors qu’il se trouvait à 900 km au nord de Salonique, qu’il occupait la Hongrie et la Bulgarie et que les troupes alliées étaient à Constantinople. Dans ces conditions, le titre du dernier chapitre « le sabotage d’une victoire », donné par Louis Cordier à son ouvrage Victoire‑éclair en Orient, n’est pas excessif.

  • 5 Ibid., p. 72.

11Les soldats ont réagi à cette marginalisation par une cohésion renforcée. En 1921, est créée la Fédération nationale des Associations d’Anciens Combattants des Fronts d’Orient qui, en 1932, regroupe 315 associations et sections ; en 1928, elle a 10 000 adhérents, 41 000 en 1932. Louis Cordier, secrétaire général de la Fédération des Poilus d’Orient explique ce succès par l’intensité des souvenirs communs, et par l’injustice tenace d’une partie de l’opinion et des pouvoirs publics envers eux5. La Fédération obtient le retour en France de nombreux corps de soldats et de marins inhumés aux Dardanelles et en Macédoine, l’érection, en 1927, sur la corniche marseillaise, d’un monument à la mémoire de tous les morts d’Orient et des Terres lointaines, la révision du barème des maladies exotiques, paludisme et amibiase, et elle lutte pour que ces soldats reçoivent la carte d’ancien combattant.

12Mais il n’y a pas eu dans l’opinion française de familiarité avec ce conflit, si l’on met à part la sympathie en faveur des Serbes, encouragée par l’information ; vues de France, Gallipoli, Macédoine, Gumendje, Monastir, Dobropolje sont des noms lointains, exotiques, difficiles à situer et à retenir ; Grecs, royalistes ou vénizélistes, Bulgares, Deunmehs, Ladinos, Albanais, des communautés inaccessibles totalement abstraites.

13Il n’y eut donc pas les conditions pour créer une émotion médiatique avec tant d’inconnus, comme ce fut le cas pour les Belges, les Britanniques, et pour des lieux comme Verdun ou le Chemin des Dames. Le soldat d’Orient restera un incompris.

Notes

1 Ancel, 1921, p. 9.

2 Gheusi, 1939.

3 Christian‑Frogé, 1922.

4 Collectif, 1932, p. 61.

5 Ibid., p. 72.

© Presses de l’Inalco, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540