Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Désorientés

 | 
Francine Saint-Ramond

Une crise morale profonde

A deep moral crisis

Μια βαθιά ηθική κρίση

Résumé

L’expérience vécue par les combattants du front d’Orient présente des caractères originaux par rapport à celles de leurs camarades du front métropolitain : un brassage d’hommes important et une diversité de situations vécues dans des conditions exceptionnellement difficiles, un isolement par rapport à la France et à leurs familles qui les conduit à se sentir marginalisés et abandonnés d’une part, incompris de l’autre. Même ceux qui ont la chance relative d’un repos au camp de Zeitenlik, loin des combats, se sentent mis au rebut, abandonnés aux maladies et à l’oubli méprisant. Les mémoires rédigées par les combattants et les témoignages oraux trahissent tous une grande souffrance et une crise morale profonde. Pourquoi ces inégalités de traitement entre eux, et entre eux et les combattants du front de France ? Pourquoi ces injustices ? Pourquoi ce manque de communication entre eux et leur famille, entre eux et l’opinion française ? Pourquoi se sentent‑ils marginalisés et incompris ? C’est l’ensemble de ces questions qui crée la grave crise morale que l’on peut remarquer à travers les témoignages.

The experience of the Eastern Front fighters presents original characters compared to those of their comrades from the metropolitan front: an important mix of men and a variety of situations experienced in exceptionally difficult conditions, an isolation from France and their families that leads them to feel marginalized and abandoned on the one hand, misunderstood on the other. Even those who have the relative good fortune of a rest in the Zeitenlik camp, far from the fighting, feel discarded, abandoned to diseases and contemptuous forgetfulness. The memoirs written by the combatants and the oral testimonies betray all a great suffering and a deep moral crisis. Why these inequalities of treatment between them, and between them and the fighters of the front of France? Why these injustices? Why this lack of communication between them and their family, between them and the French public? Why do they feel marginalized and misunderstood? All these questions create the serious moral crisis that can be noticed through the testimonies.

h εμπειρία των μαχητών του Ανατολικού Μετώπου παρουσιάζει πρωτότυπους χαρακτήρες σε σύγκριση με εκείνους των συντρόφων τους από το μητροπολιτικό μέτωπο: ένα σημαντικό μείγμα ανδρών σε μια ποικιλία καταστάσεων, που αντιμετωπίζουν εξαιρετικά δύσκολες συνθήκες, μια απομόνωση από τη Γαλλία και τις οικογένειές τους που τους οδηγεί να αισθάνονται περιθωριοποιημένοι και εγκαταλελειμμένοι αφενός, παρεξηγημένοι από την άλλη. Ακόμη και εκείνοι που έχουν τη σχετική καλή τύχη να ξεκουραστούν στο στρατόπεδο Zeitenlik, μακριά από τις μάχες, αισθάνονται απορριπτόμενοι, εγκαταλελειμμένοι σε ασθένειες και περιφρονητική ξεχασμό. Τα απομνημονεύματα που έγραψαν οι μαχητές και οι προφορικές μαρτυρίες προδίδουν όλα τα μεγάλα δεινά και μια βαθιά ηθική κρίση. Γιατί αυτές οι ανισότητες μεταχείρισης μεταξύ τους, και μεταξύ αυτών και των μαχητών του μπροστά της Γαλλίας; Γιατί αυτές οι αδικίες; Γιατί αυτή η έλλειψη επικοινωνίας μεταξύ αυτών και της οικογένειάς τους, μεταξύ αυτών και του γαλλικού κοινού; Γιατί αισθάνονται περιθωριοποιημένοι και παρεξηγημένοι; Όλες αυτές οι ερωτήσεις δημιουργούν τη σοβαρή ηθική κρίση που μπορεί να παρατηρηθεί μέσα από τις μαρτυρίες.

Texte intégral

Le sentiment d’injustice

1Certains auteurs ont insisté sur la cohésion de cette armée, sur la solidarité régnant entre ces hommes isolés, à l’intérieur des petites unités. Mais ce thème a été peu développé dans les mémoires un peu comme si les gestes de solidarité étant l’évidence même faisaient partie de la vie banale. C’est à travers les archives de l’armée, sous forme de citations que se découvrent ces gestes de solidarité : les anciens protègent les nouveaux arrivants. Mais il reste certain qu’en se comparant les uns aux autres, les groupes de combattants ont parfois l’impression de ne pas vivre la même guerre.

2Deux thèmes émergent : les disparités entre hommes de troupe et officiers, et l’inégalité de traitement selon les unités face aux efforts demandés et aux permissions.

Des embusqués et des autres…

3Un sentiment d’injustice se manifeste largement dans la presse du front exprimant le malaise issu des différences de statuts entre les combattants. Ces journaux ont pour particularité d’avoir pour thème, sous forme d’un humour basé sur la misère des hommes, des répliques à l’incompréhension que l’arrière et l’opinion publique en général ont de leur sort, et d’une catégorie de soldats qui ne quittent pas Salonique ; ces remarques ne concernent pas seulement Salonique, mais aussi de petites villes de l’arrière qui, en deux ans, ont changé d’aspect et où se sont installés des services. Dans le numéro 2 du journal D’un Piton à l’autre, de janvier 1917, un article décrit le retour du front d’une unité passée dans un village en avril 1916 et qui ne l’a donc pas revu pendant neuf mois, Mayadag est écrit M… g, pour la censure :

Nous l’avons trouvée bien changée […] Cela s’organise, on y trouve de tout, même de superbes guerriers de l’arrière qui répondent nonchalamment aux questions de « ceux des tranchées », de l’air de la dame qui dit ; « ah oui ! vous êtes de première ligne ». Des consommateurs, en képi s’il vous plaît, ont l’air de la clientèle d’un Duval parisien. Il faut aller voir ça ! [...] Sans parler d’autres maisons hospitalières…

4De toute évidence, de telles attaques n’ont pas été bien reçues dans les sphères saloniciennes et Albert Cerisier, dans son éditorial d’août 1917, annonce que ce numéro est le dernier à paraître, car « les encouragements de l’arrière ne vont pas à ceux qui ont fait pacte de sincérité avec la guerre : nous n’avons pas voulu flatter le goût du jour ».

5Certains soldats se considèrent comme défavorisés par rapport à d’autres qui passent de longues périodes moins exposés, voire toute la guerre, dans des installations à l’arrière, en particulier à Lemnos ou à Salonique. Aux Dardanelles, on l’a vu, les différences apparaissaient essentiellement au niveau du ravitaillement, car les officiers pouvaient avoir des relations avec les marins, et une chaîne de marché parallèle favorisait ceux qui pouvaient quelque chose à échanger :

  • 1 Cerisier, 1930, p. 173.

Le combattant est volé par les Anglais, par les brocanteurs grecs, volé par les multiples « camarades » pires que tous les autres qui, nantis d’incroyables passeports razzient les bateaux à l’ancre et revendent leurs denrées avec double bénéfice à des malheureux sortis de l’enfer et pour qui l’argent ne compte pas1.

6Mais tout le monde risquait la mort, pas d’embusqués possibles.

  • 2 Lamoureux, 1969, p. 222.

7En Macédoine, la différence essentielle se fait entre ceux qui sont au front et ceux qui restent à Salonique où s’est effectivement constituée une aristocratie d’officiers alliés rattachés aux services de l’arrière qui mènent une vie mondaine parallèlement à la guerre. Lamoureux note que s’installe parmi eux un esprit colonial qui se traduit par une convivialité, « une hospitalité large et cordiale », tandis que des concours hippiques associent Français et Anglais2. Pol Roussel évoque avec dépit

  • 3 Roussel, 1925, p. 111, écrit en 1917.

[…] ceux que leurs aptitudes particulières ou bien une certaine forme de mérite retiennent bien « malgré eux » à Salonique […] Il ne faut pas être méchant… Cependant, je ne puis me défendre en pensant à certain GBC, Groupe de Brancardiers de Corps, qui, à l’heure où j’écris ces lignes, est depuis plus de vingt mois stationné aux portes de Salonique. Pour une unité sanitaire de première ligne, cela ne serait guère reluisant ; mais le bivouac de cette formation est établi sur les hauteurs qui dominent la ville, ce qui permet officiellement en tenant compte de l’altitude… de la situer à la cote 69. Cela a un petit air belliqueux fort séduisant3 !

  • 4 Deygas, 1932, p. 175 et Brochard, 1953, p. 115.

8Le capitaine Deygas abonde en ce sens et dénonce « les embusqués de tout acabit » qui occupent les multiples emplois créés sans raison à Salonique pendant qu’au front « il n’y a qu’un officier par compagnie quand ce n’est pas pour deux ». Quand Marcel Brochard apprend, depuis le village de Snegovo près de Monastir, l’incendie de Salonique, il se contente de « tant pis pour les embusqués de Sarrail4 ».

  • 5 La presse de langue française à Salonique pendant la guerre : La liberté, organe du gouvernement he (...)

9La presse du front dénonce la presse de Salonique, le journal Paris‑Balkans ou L’Indépendant par exemple, qui s’adresse au monde des officiers5. Dans le no 5 d’Un Piton à l’autre, un article s’indigne :

Est‑ce qu’on va longtemps se payer notre tête avec les lettres de Poilus qui se plaignent du cinéma de Salonique, du tramway ou de la poussière qui tache leur kaki bleu horizon ? Nous rappelons aux rédacteurs des quotidiens qui se multiplient depuis quelque temps comme des petits pains que leurs feuilles sont lues sur le front, et que le tact est une qualité française.

10Dans son numéro 6, le même D’un Piton à l’autre s’adresse à L’Indépendant par le biais d’une fausse annonce :

Directeur de L’Indépendant serait heureux entrer en rapport avec poilus du front – voudrait savoir si Gevgueli se trouve en Serbie ou en Bulgarie – quelles sortes de fêtes sportives, réunions de famille, etc., nos héros organisent dans la tranchée – il donne à tous le conseil de tenir.

11On note aussi des disparités dans les moyens financiers des combattants. Certains, comme Henri Rohard que nous avons rencontré à l’aube de ses cent ans, n’ont aucun supplément à leur maigre solde. Ce soldat raconte que pour avoir des ressources supplémentaires, il se proposait pour effectuer des corvées à la place des autres, effectuer des patrouilles de reconnaissance, laver la lessive dans l’eau glacée, il récupérait fil, aiguilles, allumettes, morceaux d’étoffes qu’il échangeait dans les villages contre de la nourriture qu’il revendait aux camarades.

Les permissions

  • 6 Deygas, 1932, p. 195.
  • 7 Rinieri, 1922.

12Une autre injustice durement ressentie au point de provoquer des refus d’obéissance est la question des permissions. D’après Patrick Facon, la première mutinerie qui éclate en juin 1917 au camp de Zeitenlik vient de permissionnaires du 242e RI, las d’attendre leur départ ; la majorité de ces hommes étaient en Orient depuis le mois d’octobre 1915 ; ces divisions anciennes avaient vécu l’échec militaire, la maladie, l’absence de permissions ; ils sont ébranlés quand ils apprennent que sur le front de France, on a une permission tous les 4 mois. Le capitaine Deygas explique que les permissions qui devaient être accordées au bout de 18 mois en Orient d’après un décret d’avril 1917 furent reportées, puis la durée du séjour allongée à 24 mois, puis à 30 mois. Il ajoute que « si on avait accordé toutes les permissions légalement dues, il ne serait resté personne dans les unités6 ». Le 15 juillet 1917, le général Sarrail se plaint à Paris de l’absence de relève, plus de 20 000 hommes ont déjà effectué les 18 mois indiqués dans le décret, deux divisions n’ont eu aucun repos depuis 21 mois. Louis Cadoux, malgré de graves crises de paludisme, fait partie de ces hommes qui ont attendu 25 mois. Le capitaine Rinieri7 constate qu’en septembre 1918, beaucoup d’hommes n’ont pas eu de permissions depuis deux ans. La souffrance face à cette injustice se traduit dans une littérature populaire ; Roger Pernot rapporte une poésie fort émouvante composée au sein du 227e RI, en 1918, et dont le titre est :

Réflexions 
Quand nous étions partis joyeux aux Dardanelles
Et qu’on nous avait dit : « les palmes immortelles
De la gloire française ont dû pousser là-bas,
Les Turcs, en vous voyant, vont tous lever les bras,
Constantinople, à nous, vous verra triomphants »,
Nous avions tous rêvé, songes naïfs d’enfants,
D’immenses cavalcades à dos de dromadaires,
et nous ne songions pas à être permissionnaires..

Quand nous sommes partis, après, pour la Serbie,
Et la retraite faite, revenions à la vie,
À la vie qu’avait fait oublier le Vardar
(À ceux qui sont restés, nous songerons plus tard)
Nous sûrs que là-bas, en France, quatre mois
Passés au front faisaient rentrer poilu chez soi,
Pour dix jours. Mais le corps expéditionnaire
Ne comptait toujours pas un seul permissionnaire.

Six mois. Un an, puis deux, puis trois.
En permission, dites combien de fois ?
Une seule. Longtemps ? Trois petites semaines.
Oui, mais le front est calme, et puis à vos marraines
Écrivant, vous pourrez trouver les heures brèves.
Je les trouve pourtant longues avec mes rêves.
Et je pense qu’ils sont tous des tortionnaires,
Ceux qui se moquent un peu qu’on soit permissionnaires.

  • 8 Pernot, 1936, p. 111‑112.

Et pourtant, il en est, qui, bien plus malheureux
Durant nos insomnies passent devant nos yeux.
C’est l’ombre de nos morts qui clame leur détresse
Et vient glacer nos nuits d’une infinie tristesse.
Celui-là est tombé tout au fond d’un grand bois,
Où le loup affamé s’en vient rôder parfois.
Celui-ci est couché sur les rocs solitaires.
Ils ne seront jamais, jamais permissionnaires8.

13Ce problème des permissions a même donné lieu à une injustice dans l’injustice : le caporal Bastide, en arrivant dans sa famille à Castelnaudary, reçoit un contrordre annulant la permission et lui enjoignant de rejoindre son régiment à Lyon, puis à Marseille. Ainsi que 74 autres soldats, il rejoint son régiment en retard. Cette faute est sanctionnée à Salonique par une dégradation de l’ensemble des soldats concernés que l’on disperse parmi différentes compagnies, ce qui fut une épreuve particulièrement humiliante pour des gens simplement victimes d’une erreur de l’armée et de la lenteur des communications.

Révolte et suicides

14L’importance bien compréhensible accordée aux permissions est d’autant plus forte que le soldat connaît les risques encourus. La mort par la guerre, par l’accident, les fièvres, la maladie liée à la sous‑alimentation chronique, même la disparition dans la boue telle des sables mouvants… Pol Roussel sur le départ, au mois d’avril 1917, écrit « l’affecté à l’armée d’Orient est vu comme un sacrifié ». Quand il arrive à Salonique, en mai, il est effrayé de voir le nombre considérable de soldats inhumés dans le cimetière de Zeitenlik, à tel point que l’un de ses chapitres « Méditation sur les tombes » y est entièrement consacré. Il analyse le décalage entre le silence qui est fait en France sur cette armée, le décor flatteur que représente Salonique, et les sacrifices réellement consentis, mais dont la nature n’est pas source de gloire :

  • 9 Roussel, 1925, p. 116‑118.

Salonique, c’est […] ce ciel à la fois si doux et si cruel, au persistant mirage, par lesquels sont morts tant de camarades […] certains sont morts au hasard de la lutte, d’autres ont été terrassés en secteur ou bien au bivouac par la fièvre mauvaise, à forme pernicieuse ou par la dysenterie sournoise et implacable […] les plus nombreux se sont éteints lentement et pitoyablement sur le lit d’hôpital après avoir connu la misère des transports, les mutations d’ambulance en ambulance […] la hantise du foyer lointain, la forte espérance de la guérison encore plus insensée du retour, enfin le désespoir des dernières heures […] et la détresse de mourir seul9.

15Ce sentiment d’être victime de graves injustices, et en même temps abandonné, a donné lieu à deux types de réactions, la révolte et la désertion. Dès janvier 1917, des incidents montrent que les soldats envoyés en Orient refusent le caractère improvisé de leur départ. Henri George appartenant au 58e RI‑30e DI se trouve en janvier 1917 dans un camp près de Toulouse ; il entend des rumeurs de départ pour l’Orient, les hommes ont la promesse des officiers de passer quelques jours dans leur famille avant l’embarquement. Ce sont des hommes qui avaient déjà combattu dans les secteurs de Verdun et de Soissons. Le 18 janvier, ils arrivent à Toulon et là, on les jette immédiatement sur le bateau, tels des prisonniers :

  • 10 George, 1968, p. 121‑139 (Front d’Orient). Ce soldat, après Verdun, a passé cinq mois en Orient, au (...)

On nous achemine vers le port comme un troupeau de moutons […] Aucun mot d’explications, d’encouragement, d’exhortation […] Nous approchons du quai d’embarquement, des gendarmes sont à la porte. On entre et on ne sort plus […] Le 1er et le 2e bataillon du 58e RI montent ainsi à bord d’un paquebot russe […] Une fois sur le bateau, l’on n’en sort plus. Exemple de M. l’abbé Marchand qui ne peut retourner chercher son sac. C’est très vexant, il y a un moment pathétique : des femmes de soldats en fureur passent outre les gendarmes et viennent se jeter dans leurs bras, certaines ont leur enfant […] Le bâtiment allant démarrer, on les expulse de vive force. D’autres femmes accourent encore, en barque, comme le vaisseau s’enfuit […] Une petite émeute se produit alors à bord. Un officier faisant la police est hué, bousculé sur la passerelle. Il en vient à menacer de son revolver, le calme se fait10.

16En avril 1917, au front, le 176e RI de la 156e DI refuse d’attaquer. À la fin du même mois, six hommes du 210e RI de la 76e DI refusent une mission au ravin du Serpent. La crise éclate vraiment au cours des mois de juin et juillet, en différents lieux : en France dans des troupes qui se trouvent sur le départ, au cours du voyage à travers l’Italie et en Macédoine même.

  • 11 SHD, 20 N 979.
  • 12 Ducasse, 1964, p. 171.

17Le 26 juin 1917, un mouvement de mécontentement s’exprime à Tarente11 : un refus d’obéissance à cause du problème des permissions touche 600 hommes du 1er RMA qui attendent leur transit vers Itéa, ils ont appris qu’une permission de quatre jours a été accordée à un groupe du 175e RI alors qu’elle leur a été refusée. Le 6 juillet 1917, une révolte se produit au camp de Zeitenlik : le 242e RI de la 57e DI doit remonter au front, or on avait fait descendre des permissionnaires que, faute de bateaux, on voulait renvoyer au front ! les hommes, au nombre de 500, pratiquent alors le chantage, mission contre promesse de permissions. Arrivés en novembre 1915, la plupart sont là depuis 35 mois12. Le 15 juillet, encerclés, les révoltés se rendent et sont désarmés. Les rapports des officiers laissent apparaître une certaine compréhension :

  • 13 SHD, 20 N 551, 20 N 477, mémoires du général Sarrail p. 264, 20 N 551, lieutenant‑colonel Lauth, le (...)

Les gens du 372e sont de braves gens et des gens braves. Mais ces hommes ne sont ni des mercenaires ni des volontaires : ce sont des soldats français […] Il serait à mon avis regrettable de les pousser au désespoir en ne tenant pas compte de cet état d’esprit. Contre l’énergie du désespoir, les chefs les plus aimés et les plus estimés demeurent désarmés, le désespoir rend […] les meilleurs soldats capables des actes les plus irraisonnés et les plus graves13.

  • 14 SHD, 20 N 816.

18Le 13 juin 1918, éclatent des incidents à Puget‑sur‑Argens, gare d’embarquement, une bagarre oppose des gendarmes et des hommes de renfort pour l’armée d’Orient à la suite de l’interdiction d’un concert ; des officiers sont hués, on entend l’Internationale, des soldats crient « vive l’Allemagne et vive le kaiser14 ». Le 8 août 1918, un incident éclate au camp de la Delorme près de Marseille dont la cause est le refus d’une permission avant le départ pour l’Orient, la manifestation concerne plus de 800 hommes. Certains hommes vivent de tels cauchemars qu’ils en viennent à désirer la mort, fragilisés par la maladie et la mort qui les entoure, ayant conscience que leur situation est trop grave pour qu’ils aient une chance d’en réchapper. L’impression d’être oubliés et inutiles en conduit certains à l’idée et au geste du suicide.

  • 15 Giguel, s. d.

19Parmi les régiments coloniaux, certains font courir des récits effrayants, il vaut mieux mourir que de subir les tortures qui attendent le prisonnier ; un homme changé subitement d’unité pour des raisons disciplinaires se tire une balle dans la tête, des marsouins se suicident… Louis‑Gaston Giguel écrit le 26 juin 1916 : « Il est honteux d’abuser ainsi de la santé et de la force de l’homme sans aucune utilité » et, le lendemain, apprenant deux nouveaux suicides, il commente « cela devient une véritable épidémie15 ».

La communication difficile avec l’extérieur

20Autre élément qui décourage les soldats : la difficile communication avec l’extérieur, à la fois sur le plan matériel – l’acheminement du courrier – et sur le plan du contenu – que dire ou non ? Comment faire comprendre les réalités ? –, qu’ils s’adressent à la famille ou à l’opinion publique française.

Les lettres

  • 16 Ravelo de Tovar, 1972.

21Il faut rester prudent quant à l’importance des échanges, Ravelo de Tovar16 fait remarquer qu’en deux mois, les 10 000 soldats de la 17e DIC n’ont envoyé que 9 000 lettres, mais il explique ce faible chiffre par « la forte proportion de déracinés plus ou moins analphabètes » au sein de cette division coloniale ; il est vrai que la faible alphabétisation a rendu l’isolement de ces troupes coloniales encore plus sévère et que nous en avons peu de témoignages. En revanche, certains soldats écrivent beaucoup parfois plusieurs fois par jour. René Estinguoy envoie cinq courriers par jour à sa famille les jours calmes, il écrit parallèlement à plusieurs membres de la famille habitant sous le même toit, père, mère, sœur, cousine, amis pour multiplier les chances de réponse ; Jean Lovichi a aussi cette habitude en expliquant que la multiplicité des courriers augmente les chances de faire parvenir ses nouvelles. Dans le carnet de guerre d’Émile Chollet, du 23 janvier au 14 juillet 1916, on remarque que le courrier, attendu, pas arrivé, arrivé, écrit ou non figure quasiment quotidiennement et chaque arrivée provoque « des pleurs de joie » ou « le bonheur », et pourtant ce soldat a plusieurs correspondants, mais les lettres arrivent souvent par paquets.

22Les lettres mettent beaucoup de temps à parvenir à destination, surtout pour ceux qui sont sur le font : il faut compter avec le transport jusqu’à Salonique, l’acheminement maritime et l’acheminement en France, lent quand il s’agit de familles habitant en zone occupée par les Allemands. Dès leur arrivée, les soldats multiplient les courriers, mais il semble que les familles attendent de recevoir la lettre pour répondre, ainsi pendant le premier mois, le plus difficile, la plupart des soldats ne reçoivent rien. De surcroît, une partie des courriers disparaît dans les torpillages des navires et une autre, dans le transport entre Salonique et le front, ce qui aggrave les inquiétudes : la famille a‑t‑elle ou non reçu le courrier, a‑t‑elle répondu ?

  • 17 Pernot, 1936, p. 97‑98.

23La correspondance avec les marraines de guerre a été encouragée et les hommes en sont heureux. Certains cherchent ainsi à multiplier les chances d’avoir du courrier, René Estinguoy, par ailleurs nanti de plusieurs correspondants, écrit « qu’il va en faire une collection » et qu’il est sur le point d’en avoir trois. Pour d’autres, c’est un moyen de recevoir des colis comme un compagnon de Roger Pernot qui abandonne l’une de ses protectrices car elle ne lui adressait que des « babilles » d’un niveau trop élevé « pour son instruction » et qu’il avouait ne pas bien comprendre : « Ça me barbait de répondre à des lettres que je comprenais pas toujours17. » En revanche, il avait une correspondance suivie avec une charcutière qui lui envoyait ses spécialités culinaires !

24Un article du Bavons dans l’paprika présente une chanson inventée pour ces hommes qui se sentent isolés. C’est la Chanson de Milo qui, sur l’air de la Valse des Saltimbanques, traduit le désir de lettres :

Nous qui loin de France
Pauvres poilus d’Orient
Passons notre existence
Dans un sombre isol’ment
Nous avons à nos peines
Un seul adoucissement
Pour alléger nos peines
De l’exil à vingt ans


Refrain


C’est l’courrier qui ramène en nous l’espérance
C’est l’courrier qui calme notre impatience
C’est l’courrier qui chasse notre anxiété
C’est l’courrier qui nous redonne la gaieté !


Douces lettres de mères
Humbles lettres d’enfants
Que leurs menottes légères
Écrivir’nt en tremblant
Lettres de folle tendresse
Ponctuées de baisers
Vous êt’s une caresse
Qui vient nous réchauffer !

25Malheureusement, le courrier est long à parvenir dans les deux sens et fort irrégulier. Pierre Chanlaine attend deux mois la réponse à une de ses lettres alors que sa famille a répondu par retour du courrier.

26L’étude du courrier de René Estinguoy, paysan du Gers et soldat de la 156e DI, qui écrit régulièrement au dos de cartes postales, fournit un exemple humain de l’importance pour un soldat de cette correspondance. On conserve de lui un ensemble de courriers concernant les mois de mai à septembre 1917, au cours desquels sa division a occupé le front de montagne entre Monastir et le lac Prespa. C’est quelqu’un pour qui la correspondance et sa fréquence sont importantes.

27Il supporte avec peine le décalage chronologique inévitable dans les échanges ; débarqué le 4 mai 1917, il reçoit sa première lettre partie de France le jour de son départ, le 19 mai, car il a pu, dès Marseille, donner une adresse sur place, chance que n’ont pas eue les partants de 1915 et 1917. Mais il veut davantage, le 13 juin, il écrit :

Tous les jours je reçois de vos lettres ; dans toutes jusqu’à présent, vous me croyez encore sur mer, et cependant voilà un mois que je me promène de Macédoine en Chalcidique, après être resté quelque temps au camp de Zeitenlik.

28Le 24 juin 1917, il se plaint encore : « Je viens de recevoir enfin de vos nouvelles, et mon Dieu, ce qu’elles sont vieilles ! Ces deux lettres datent des premiers jours de mai et nous sommes en juin ! » Il lance continuellement des appels à écrire davantage. Le 28 mai, il proteste « Est-ce que tu n’as plus d’encre chez toi ? Que fais‑tu donc ? Ici, rien de nouveau, la vie est bonne ». Le 13 juin, il écrit à une femme « Tous les jours, on m’annonce une de tes lettres, mais jamais rien ne vient. Cependant, entre tes crises de toux, tu dois pouvoir tenir une plume ! » et le 29 juillet, il s’adresse à sa tante « tu dois être bien occupée, mais une fois, pense à moi, je suis heureux, je suis heureux quand je reçois un mot de toi ». Le 19 juillet, il sollicite à travers un vocabulaire familier, où apparaît une phrase en langue d’oc, un homme qui est peut‑être son frère : « Bougre de cochon, qu’est‑ce que tu as dans le bide pour ne pas bafouiller, tu attises un peu trop, y en‑a‑marre, tu entends ? Tu coutchitlo en la barrica. » Le 24 août, il écrit à sa cousine : « Je compte sur ta réponse, car je sais que tu n’écris pas facilement. »

29Les discrets rappels se muent parfois en reproches déguisés :

Je ne sais vraiment ce qui se passe, mais voilà pas mal de temps que le vaguemestre me refuse ses faveurs. Je passe sur ce chapitre, car dans des pays perdus comme ceux‑ci, on ne peut toujours avoir ce que l’on désire. (18 juin)

30ou

Les nouvelles sont si rares avec cette guerre sous‑marine que souvent je suis à me demander si j’ai encore une famille en France. On s’habitue à cet éloignement, on vit bien peinardement. (24 juin) Je me demande si la France est fâchée avec moi, car depuis fort longtemps, je ne reçois rien. C’est à peine si j’ai le temps d’écrire sur le bord du chemin. (1er juillet)

31Dans un courrier non daté à ses parents, il trahit son angoisse : « À chaque courrier j’attends un mot de vous, mais rien. Comment cela se fait‑il ? Ici, rien à signaler, tout va bien, même très bien. Je t’assure que je ne me fais pas de mauvais sang, je me porte comme un roc. » Au mois de juillet, il écrit séparément à ses deux parents et reçoit des lettres de chacun, il semble dire que son père correspond plus régulièrement : « Mon cher papa, toutes vos lettres sont les bienvenues, elles m’aident à passer de bons moments. Actuellement, je reçois assez régulièrement des nouvelles de tous. » Dans un courrier à sa mère, il confirme : « Ma chère maman, c’est encore papa qui tient le record pour les lettres. Je vous sais avec Suza bien occupées, aussi je ne me plains point. Dans l’ensemble je ne me fais pas de bile. » Il sait aussi remercier :

Ma chère petite mimi, je ne saurais te dire combien ta longue lettre m’a fait plaisir. Il y avait longtemps que j’attendais un mot de toi. Je croyais que tu m’avais oublié. Quand ma carte te parviendra ; peut‑être seras‑tu en vacances, amuse‑toi bien. L’année prochaine, nous les passerons ensemble. Tendres baisers. (19 juillet)

  • 18 Estingoy, s. d.

32Il faut remarquer que, désir de ne pas inquiéter inutilement ou effet d’une autocensure, notre homme termine toujours ses messages en signalant que tout va bien. Seuls quelques mots peuvent parfois se montrer un peu moins optimistes, mais ils sont le plus souvent corrigés dans la conclusion : « Il ne faut pas compter notre retour avant de longs mois » (1er juillet), « ce serait trop long de conter ma vie dans ce pays si hostile. Ne vous faites pas de mauvais sang, il ne faut pas compter de nouvelles avant un mois », « On crève de chaleur… C’est triste… beaucoup tombent comme des mouches, terrassés par les fièvres. Bibi se porte à merveille18. »

33On peut comprendre que, dans ces conditions, des soldats se plaignent de ne pas être compris de leurs proches. Au début de 1915, certains civils conçoivent le départ aux Dardanelles comme un simple voyage d’agrément. Dans le carnet intime de René Gruvel, on en trouve un exemple. Le 21 mars 1915, en attente dans la rade de Lemnos, il reçoit une lettre d’une jeune fille :

  • 19 Gruvel, s. d. Il a été sergent à la 2e D des Dardanelles, 176e RI, caporal, transmission‑radio, a p (...)

Elle ne comprend pas que j’aille en Turquie. Que vais‑je y faire ? Aider les Turcs qui en ont grand besoin. Elle aurait compris que j’aille en Serbie. [...] A‑t‑elle lu les journaux ? Ou bien, suis‑je devenu complètement fou […] Je pense que la perte de nos trois cuirassés lui montrera que nous ne faisons pas seulement une balade sentimentale […] On peut servir aussi bien son pays loin de lui que sur ses frontières et on peut savoir y mourir avec autant d’abnégation19.

  • 20 Ducasse, 1964, p. 170.

34Faute d’informations exactes, certaines familles interprètent de façon erronée l’absence de nouvelles ou de permissions. Elles y voient de l’indifférence ou une mauvaise volonté du soldat à retourner en France. André Ducasse rapporte un extrait de ces lettres des familles : « Si tu ne viens pas, après plus d’un an de front, c’est que tu dois prendre du bon temps à Salonique20. »

35Pierre Chanlaine bâtit la trame de son ouvrage Les Armes reposées paru en 1931 sur l’évolution des relations épistolaires entre son personnage principal et son épouse ; il la sent peu à peu prendre ses distances, espacer ses lettres et se montrer plus indifférente :

Cette lettre se bornait à quelques lignes […] les phrases étaient courtes, sèches. Pas d’élan. Pas de protestation comme il y en avait dans les lettres précédentes contre l’injustice des événements et l’impitoyable cruauté des hommes. Elle avait coutume auparavant de me raconter […] les sujets qui m’intéressaient. Elle m’entretenait des semailles ou des récoltes selon la saison […] des événements dont les gens du village avaient été les bénéficiaires ou les victimes. De nos affaires d’argent […] Dans cette lettre, rien de tout cela.

  • 21 Chanlaine 1931, p. 124‑126.

36Le soldat pris de doutes avoue avoir passé toute la nuit à sangloter21. Mais, dans l’ouvrage, il avait bien ressenti la situation : à son retour, il trouve un jeune enfant à la maison…

L’information déformée par la presse

  • 22 Bavons dans l’paprika, janvier 1918.
  • 23 Bavons dans l’paprika, août 1917.
  • 24 D’un Piton à l’autre, 30 novembre 1916
  • 25 Lemonidou, 2013.

37On a vu que la presse des tranchées critiquait vertement la presse de Salonique, trop uniquement préoccupée de la vie mondaine des officiers et des embusqués résidant en permanence dans la ville ; cette presse citadine contribuait à donner aux journalistes français une vision erronée de la situation. En réaction, les journaux de front multiplient les jeux de mots, l’humour noir, sur leur vécu, la visite médicale devient « le permis de chasse », le camp de la Delorme avant l’embarquement à Marseille, « le dernier jour d’un condamné », la piste du kilomètre 67 au retour « le chemin de Croix », ils se moquent des personnalités du spectacle qui hésitent ou renoncent à venir à Salonique comme Théodore Botrel qui, « malgré la séduisante promesse d’une nouvelle palme à sa croix de guerre, a estimé que le voyage était trop dangereux22 », lui qu’on dit « trouillard et intéressé23 » ou Gustave Hervé. En effet, cet antimilitariste militant de la première décennie du xxe siècle, passe en 1914 à l’ultra‑patriotisme (avant de passer au fascisme après‑guerre), « un professeur de patriotisme à domicile24 », il avait violemment réclamé une intervention militaire de la France contre le roi Constantin en octobre 1915 dans la Guerre Sociale25.

Si nous n’étions pas des poules mouillées, et si nous aimions vraiment le peuple grec, violenté par son roi, vingt‑quatre heures après le coup d’État du roi Constantin contre le Parlement de la nation grecque, les flottes alliées seraient arrivées au Pirée, et les ambassadeurs de la Quadruple‑Entente auraient tenu au beau‑frère de l’empereur Guillaume ce discours dépouillé d’artifices : « Monsieur, si dans les vingt‑quatre heures vous n’avez pas rendu la liberté à votre peuple, si dans vingt‑quatre heures Venizélos n’a pas repris le pouvoir avec mission de tenir la parole donnée aux Serbes, nous vous renvoyons à Berlin, vous et votre gracieuse épouse ! »

  • 26 Bavons dans l’paprika, août 1917.

38Mais… il « se dérobe à son engagement dans l’Armée d’Orient en prétextant que les opérations étaient trop limitées pour son ardeur belliqueuse26 ».

  • 27 Bavons dans l’paprika, janvier 1918

Un mathématicien de mes amis a calculé que si l’on plaçait bout à bout les boîtes de singe consommées par un seul poilu de l’Armée d’Orient depuis six mois, on pourrait couvrir la moitié de la distance qui sépare les opinions actuelles de M. Gustave Hervé de celles qu’il professait avant la guerre27.

39Mais les journaux de front restent à usage interne. Ce qui frappe le plus les soldats, c’est l’image donnée par la presse métropolitaine. Les journaux français entretiennent une confusion volontaire autour des mots « Dardanelles », « espace maritime », et surtout « Gallipoli » à la fois presqu’île et ville, laissant planer le doute que la surface occupée par les troupes alliées. La ville de Gallipoli, qui n’a jamais été prise, se trouve à environ soixante kilomètres du champ de bataille qui n’occupe pas plus de six kilomètres de profondeur. Le 20 mai 1915, René Gruvel a l’occasion de parler avec un maréchal des logis qui vient d’arriver de France, et constate que des informations erronées circulent en métropole : « Il nous a dit combien on faisait des allusions là‑bas au sujet de la campagne d’Orient, on nous croit déjà à Gallipoli. » Non seulement à Gallipoli, mais à Constantinople où de belles femmes attendent les soldats :

Figure 1

Figure 1

L’heureux soldat français attendu à Constantinople…

© Fantasio, 1915, p. 189, APA

  • 28 La Guerre Documentée, no 26, éditions Schwartz, p. 411‑412.

40La même confusion règne à propos de l’activité des troupes en Macédoine, que l’on imagine passer la majeure partie de leur temps à Salonique alors que certaines unités arrivées à partir de 1917 ne s’y sont jamais rendues. Cette confusion apparaît également dans la vision déformée sur les circonstances de l’arrivée des Français à Salonique, et en ce qui concerne l’attitude des Grecs. L’indifférence et l’hostilité des populations face au premier débarquement des troupes ne sont pas abordées dans la presse qui gomme le problème et interprète le malaise comme le reflet de la position du souverain. Les publications, dès la fin du conflit, occultent le contexte du débarquement des alliés. La Guerre Documentée28 présente des photographies qui évoquent l’arrivée de nos troupes à Salonique ; les légendes parlent d’une Grèce bienveillante et accueillante. Une première photographie est prise depuis un navire et montre de petites embarcations locales, sur lesquelles s’affairent des autochtones, anormalement indifférents au photographe si l’on se réfère à la légende qui précise : la population dans la rade acclame les alliés. Les commentaires mettent l’accent sur l’accueil sympathique. Une autre photographie montre un orchestre local avec pour légende l’aubade aux Français, une autre présente une ronde associant soldats grecs et français avec la légende : Soldats grecs dansant avec nos poilus. Après avoir tout de même exposé quelques‑unes des difficultés que posait la présence alliée en Grèce, la presse montre que l’intervention de Jonnart semble avoir miraculeusement effacé toute ombre dans les relations franco‑grecques. À partir de juin 1917, le peuple grec retrouve sa popularité.

41Un autre aspect de cette désinformation est le gonflement officiel des effectifs envoyés sur place. Jean‑José Frappa, officier, bénéficie d’une permission en France ; il est amené à se rendre compte de :

  • 29 Frappa, 1921, p. 165.

[…] La parfaite ignorance, non seulement du public, mais encore des journalistes et même des députés […] ignorants des affaires balkaniques et peu désireux de s’instruire sur les affaires de Macédoine et sur l’Armée d’Orient29.

  • 30 Ibid.

42Ce même auteur s’aperçoit que des chiffres gonflés circulent sur les effectifs envoyés, ce qui lui paraît préoccupant. Au cours d’une conversation avec un député, il apprend que le GQG fait courir le bruit que les effectifs français s’élèvent à 500 000 hommes en Orient, alors que Jean‑José Frappa sait qu’ils ne sont que 80 00030.

43L’opinion publique, déçue peut‑être ou envieuse de ces soldats voyageurs véhicule aussi des informations erronées. Pol Roussel se plaint du fait que la notion de front dans l’armée d’Orient n’apparaisse pas clairement, et que l’on parle bien plus souvent de la base de Salonique située en moyenne à 200 kilomètres des lignes et où ne se trouvent que les services de commandement et des troupes de passage :

Là‑bas, en France, où l’on est si prompt à simplifier et à généraliser, les Armées d’Orient sont devenues à peu près pour tout le monde les « Armées de Salonique » […] On confond ainsi trop facilement […] l’avant avec l’arrière, la préparation avec l’action, et je sais beaucoup de camarades, tout particulièrement dans l’infanterie, qui n’acceptent pas sans agacement, cette confusion.

44Il semble que dans la seconde moitié de 1916, le départ vers l’Orient soit vécu beaucoup plus sereinement que précédemment précisément en raison de la presse qui a décrit une armée en majorité inactive ; même le paludisme paraît bénin. Les soldats repèrent également de fausses informations. En 1916, un groupe de combattants en Macédoine s’indigne devant cette annonce mensongère du Journal de Paris :

Le long du Vardar limoneux, nos soldats regardent les grasses prairies où paissent de beaux troupeaux de bœufs, les champs où sont récoltés des blés magnifiques, les espaces plantés de ce tabac […] dont la fumée est déjà un parfum…

  • 31 Arène, 1916, p. 62.
  • 32 Auriel, 1991.

45Julien Arène rétablit la réalité : « Les rares petits bœufs étiques ne mangent que de la paille, le tabac serbe a le goût de foin coupé31. » Auriel réagit face à un commentaire associé une photographie reproduite dans la revue Lectures pour tous : « Le numéro… dénomme “abris souterrains construits dans la presqu’île de Gallipoli”, les tinettes sises au bord de la plage32 ! »

46Il semble de surcroît que la presse se désintéresse totalement d’eux lorsque de grandes offensives sont lancées sur le front de France : ces soldats du front d’Orient n’ont aucune action spectaculaire à leur actif, ils sont tous supposés passer du bon temps. Enfin, conséquence supposée des deux premiers points, ils comptent moins de morts : 85 % des évacués sur le front de France furent des blessés, 25 % dans l’armée de Macédoine (75 % des malades). Albert Cerisier restitue un dialogue entendu aux Dardanelles qui traduit la prise de conscience de cette différence entre le front d’Orient et le front français :

Les mecs du front français qui nous traitent d’embusqués ! T’as pas vu sur l’Matin […] L’Thermomètre des Dardanelles ! ces bandes de cons d’gribouilleurs de papier, c’est eux qui bourrent le crâne aux

  • 33 Cerisier, 1930, p. 129.

civlots […] On avance ! On avance ! On prend des villes, on fait les attaques les fleurs à la boutonnière sans laisser un seul homme sur le carreau ! quand t’arrives, t’es l’cul dans la flotte avec les Turcs au bout d’ton nez33.

47Louis Cordier relate l’arrivée de troupes venant de France sur les positions récemment conquises en mars 1917 de la montagne du Kaïmatchalan et leur surprise :

  • 34 Cordier, 1936, p. 199. Professeur, sergent‑observateur au 3e RIC.

On la savait couverte de cadavres et ceux qui arrivaient de Verdun, de la Somme ou de la Champagne, nantis de l’opinion – officielle au front français ! – qu’en Orient on ne se battait pas, apprenaient avec stupeur que de simples soldats, avec leurs fusils et leurs grenades, avaient, seuls, enlevé cette crête énorme après quinze jours de combat34.

48Un dialogue publié dans D’un Piton à l’autre, dont le rédacteur serait, rappelons‑le, Albert Cerisier à qui nous avons déjà fait beaucoup d’emprunts, est fort significatif. Le dialogue a pour titre :

Échos du théâtre de la guerre
Attendant le train de Rouen à Paris, une dizaine de permissionnaires dont deux d’Orient, causent. Quelques Anglais regardent les illustrés du kiosque à journaux.
Un « front français » : — C’est égal, tu n’diras pas à nous autres q’c’est pas l’filon d’être en Orient ! Les Bulgares les Turcs, tout ça n’a pas d’artillerie. Et puis, vous pouvez aller à Salonique ; c’est chouette d’être près d’une ville ! Tous les combien q’vous allez en perm ?
Un oriental : — Ça fait la première depuis deux ans et demi !
Un de Verdun : — C’est moche mais aussi n’vous battez qu’une fois tous les deux ans dans c’patelin là ! parle nous des moukères. Vous avez dû en voir de toutes les couleurs ?
Deuxième oriental : — Elles ont toujours des draps sur la figure, tu peux rien voir !
Autre « front français » : — Mon vieux, j’vais t’dire. Celui qu’a pas été dans la Somme, il a rien vu ! J’sais pas comment j’m’en suis sorti avec trois éclats dans la cuisse (il relève son pantalon pour faire voir) une fichue veine tout d’même !
Autre « front français » : — il paraît comme ça qu’les obus bulgares n’éclatent pas ! y a des montagnes de ton côté ?
Premier oriental : — C’est pas des montagnes, c’est des Pitons !
Premier « front français » : — Qu’est qcé qçq ?
Premier oriental : — C’est comme tu dirais des montagnes sans arbres. Ils y ont donné des noms : le Raviné, le Dromadaire, la Locomotive
Deuxième « front français » : — En v’là des noms ! tu veux rigoler ! moi j’aurais voulu voyager. C’est chic de voir du patelin. T’as été aux Dardanelles ?
Premier « front français » : — T’as vu la Turquie, la Grèce ! C’est mahousse !
Premier oriental : — J’ai jamais vu q’la rive droite du Vardar !
Deuxième oriental : — T’oublies le village de Slop !
Un « front français » : — C’tégal, on n’a jamais beaucoup parlé d’vous dans l’communiqué ! Comment ça s’fait q’vous êtes jamais rentré en Bulgarie ?
Premier oriental : — Y’avait trop de paludéens
Un « front français » : — Est‑ce qu’ils avaient beaucoup d’artillerie ?
Premier oriental : — Qui ça ?
Un « front français » — Les Paludéens !
Deuxième oriental : — T’es bête ! C’est des maladies comme tu dirais des fièvres quoi !
Celui de Verdun (catégorique) : — On n’a pas le temps d’attraper tout ça, nous autres !

49Armée supposée inactive, et pourtant… Rappelons qu’au cimetière de Sedd‑ul‑Bahr (Dardanelles) reposent 2 235 soldats français identifiés et 12 000 dans l’ossuaire, plus de 6 000 soldats français identifiés au cimetière militaire de Monastir et 10 000 dans l’ossuaire, 11 000 au cimetière de Skopje…

À Salonique, sur les boulevards…

50Le doute jeté sur la valeur militaire de l’armée d’Orient dépasse largement la presse. Les chanteurs de boulevard véhiculent des chansons qui amplifient le supposé caractère léger et superficiel de la campagne, comme Mayol et son À Salonique. Jean‑José Frappa se sent insulté quand on lui fait des remarques comme : « Eh bien ! vous êtes tranquille là‑bas ; il paraît qu’on ne s’ennuie pas à Salonique ! » Il s’indigne :

  • 35 Frappa, 1921, p. 177.

À Paris pourtant, parce qu’il y avait à Salonique trois pauvres music‑halls, quatre ou cinq cinémas et quelques filles publiques pour cent cinquante ou deux cent mille soldats, anglais, grecs […] serbes, italiens et russes, on commençait à faire courir le bruit que l’Armée d’Orient se promène35

51Un conseil signé « le lâche anonyme » dans D’un Piton à l’autre, attire l’attention des soldats sur ce qu’il faut dire en rentrant en France :

La légende ou la vérité se perpétueront. Dites ce que vous savez, ne trompez personne, abstenez‑vous de jugements rapides, et pour faire comprendre beaucoup de choses aux civils, expliquez‑leur la topographie de la Macédoine.

52Pour conclure, citons un texte en vers composé par R. Hervet qui exprime l’amertume des combattants devant l’incompréhension de l’opinion publique :

Quittant les tranchées de France
Pour aller en Orient,
On enviait leur bonne chance
De fuir l’enfer d’Occident.
Mais le sous-marin perfide,
Guettait toujours le transport
Et souvent la mer avide, engloutissait dans la mort
Poilus d’Orient
Partis insouciants !.

  • 36 Surnom péjoratif donné dans une partie de la presse française aux soldats français qui effectuaient (...)


Les fiévreux de Salonique
Mes martyrs de Sedd-ul-Bahr,
Malgré les Boches et leur clique
Paludisme et noir cafard
Ont décroché la victoire !
Que l’on donne un peu de gloire
Aux jardiniers de Sarrail36

Ils ont connu la souffrance,
Sous la tente, faible abri ;
Ils n’avaient pas l’espérance,
Quand ils se couchaient meurtris
De voir leur mère ou leur femme,
Accourir à leur appel.
Et qu’ont-ils pour cimetière
Lorsque leur mal fut mortel ?
Des ravins perdus où nul ne va plus. !

  • 37 Paru en 1974 dans le Journal des Poilus d’Orient.


Ceux qui ont revu la France,
Malgré la fièvre et le feu,
Ont droit à la reconnaissance
Car leur sort fut malheureux !
En mer, comme à Salonique,
ils ont tous risqué leur peau :
la torpille et le moustique
pouvaient creuser leur tombeau37

53Une seule certitude : ni les familles ni l’opinion publique ne pouvaient prendre réellement conscience de ce que vivaient les soldats de l’armée d’Orient ! Incompris, oui, sans aucun doute !

Des hommes trompés et oubliés

54Mais à cette amertume de n’être pas compris, et d’être sous‑estimés, s’ajoute le sentiment d’avoir été trompés et oubliés.

Trompés par les autorités

55De nombreux témoignages mettent l’accent sur le caractère déprimant des échecs et sur l’impression d’inutilité ressentie dans le cadre d’une guerre qui apparaît aux hommes improvisée et peu compréhensible. Cette idée naît dès les premiers mois de la campagne ; dès le début du mois de mai 1915, certains se doutent que l’expédition n’aboutira jamais à Constantinople :

  • 38 Drieu La Rochelle, 1934, p. 156.

Nous nous rendons compte qu’on nous a bourré le crâne. Cette expédition est ratée. On est loin de Constantinople et on n’y arrivera jamais. Les journaux de France mentent à pleines colonnes. La flotte qui devait nous aider à passer est là dans la baie, assiégée par les sous‑marins. [...] Constantinople est au diable et depuis que nous avons débarqué, nous savons très bien que nous n’y arriverons jamais. Nous n’arriverons jamais nulle part38 !

56Ce constat apparaît également à la fin de l’année 1915 avec l’échec de la campagne de Serbie, le lieutenant de Bernadotte se rend compte que la mission confiée aux alliés est « impossible », « tout cela pour rien » écrit Louis‑Gaston Giguel de Moudros, le 10 janvier 1916, alors qu’il vient de quitter la presqu’île de Gallipoli. Ce sentiment est d’autant plus fort que les combattants ont l’impression, jusqu’à la destitution de Constantin, que leurs préparatifs militaires ne sont que des secrets de Polichinelle, que la prolifération des espions au service de l’Alliance annihile toutes leurs actions. Louis Cadoux, qui apprend qu’il va être impliqué dans une offensive près du lac Doïran, est excédé du manque de discrétion qui accompagne les préparatifs :

  • 39 Cadoux, 1959, p. 182‑183.

On nous annonça tout bonnement au rapport, que nous allions attaquer bientôt. Voyez, nous disait‑on, cette montagne au‑dessus du lac, et sur cette montagne, voyez les pointes rocheuses qui se détachent et qu’on appelle le massif de Dodzeli, eh bien ! c’est là que nous allons attaquer et c’est de ce massif que nous devons nous emparer. Et l’attaque aura lieu le 15 août. Et ce langage nous a été tenu à deux ou trois reprises au rapport […] Tous étaient stupéfaits ; et plus que les autres, les anciens expérimentés dans la guerre […] On entendait très haut ces paroles que pourtant personne ne prononçait : ça y est, la mèche est vendue. Du moment qu’on en parle aussi librement jusque dans notre bled, c’est que la nouvelle court les rues de Salonique, c’est que l’ennemi est déjà renseigné39

57Tous les soldats de la Grande Guerre ont eu au cours de leur enfance à consulter des livres de prix, reliés de rouge, offerts aux meilleurs élèves de la classe. Une partie de cette littérature s’appuie sur des épisodes militaires de l’histoire de France qui mettent en valeur les valeurs guerrières dans des guerres de mouvement ; les soldats, partis en espérant renouer avec cette tradition, ne reconnaissent pas dans cette guerre en Orient, les stéréotypes de cette littérature enfantine. L’activité sur le front de France leur paraît plus efficace, l’opiniâtreté du soldat est présentée comme un modèle. De plus, ils sont conscients que les moyens dont ils disposent sont misérables par rapport à ceux du front de France malgré leur responsabilité. Leur conclusion est donc pessimiste :

  • 40 Canudo, 1917, p. 173‑174.

Nous savons que nous sommes une armée en marge, tout à tour exaltée et injuriée, en Occident, selon la tournure des événements et l’humeur des politiciens40.

  • 41 Le Bavardar de l’Armée d’Orient, 20 août 1917 et Deloste, 1968a et b.

58Tout au long de la guerre, une propagande sur le terrain tente de motiver les hommes par des actions à portée symbolique. À Salonique des vignettes d’une taille deux à trois fois supérieures à celles des timbres sont collées sur les courriers, sur le fond noir est écrit « SALONIQUE » en grosses lettres dorées, encadré par les formules « J’Y SUIS » et « J’Y RESTE », l’ensemble s’inscrit dans une série de traits rayonnants, dorés, évoquant la lumière solaire41.

59La plupart des soldats reçoivent des promotions vue l’importance des défections, la plupart en sont satisfaits et y voient une reconnaissance de leur valeur, mais sans plus ; A. Marcouxe est inquiet de devenir sergent, car tous les officiers de sa compagnie ont été tués en un mois… Beaucoup de témoignages perçoivent négativement les remises de décorations faites à l’hôpital à des amputés, des hommes « qui allaient mourir » ainsi que les efforts faits pour rendre l’hôpital momentanément « présentable » aux officiers supérieurs en visite, et les soldats ne sont plus impressionnés par ces cérémonies. Ce sentiment d’être inutilement sacrifié sans pouvoir aider la France menacée se rencontre souvent. On le trouve en particulier dans un très long poème dans Le Soleil d’Or… riant, écrit sans doute par Albert Cerisier en décembre 1916, alors que son régiment garde la frontière gréco‑serbe dans le secteur marécageux de la vallée du Vardar entre Slop et Mayadag. Il s’agit du Faiseur de Bagues dont voici quelques strophes :

III. Bon ! En voilà des lettres de France,
Toutes remplies d’idées saugrenues,
Les civils ! en v’la une engeance !!!
Quand on lit c’la on tombe sur l’un
« Croyez-vous, c’est épouvantable !
On n’a plus d’croissants chauds l’matin »
« Mon pauvre ami, c’est incroyable
Les Folies Bergères font r’lâche demain ! »
« Nous tiendrons, mais il faut du sucre »
« C’est promis dans l’moratorium »
Dans ma tranchée j’connais pas c’luxe
J’fais des bagues en aluminium

IV. Dis donc mon vieux une bonne nouvelle
On va r’faire un nouvel état
Un état des permissionnaires…
Des États ! mon vieux, y’en a des tas !
Nous d’vons donner à la Nation
Notre sang, nos intérêts, not’ santé
Et recevoir en compensation
Un p’tit morceau d’singe congelé
On a beaucoup d’devoirs, mais aucun droit
C’est comme ça mon vieux bibendum
Des permissions ! me prends-tu pour une oie ?
J’fais des bagues en aluminium.

V. Il y a pourtant quelque vingt mois
D’une permission on m’fit l’honneur
J’me rendis donc chez moi
J’avais l’cœur gonflé d’bonheur.
On reprend vite ses habitudes
Mais en m’promenant ma femme au bras,
Elle me reprochait mon parler rude,
Et ma faiblesse dans mes ébats.
« J’ne te reconnais plus, mon p’tit père
C’est piteux, quel mince minimum !
Mais que faites-vous donc à la guerre ? »
« J’fais des bagues en aluminium ».

60Trompés par les autorités, ils se voient également oubliés par elles.

Oubliés

61Le docteur Peyronné, médecin aide‑major à l’hôpital d’évacuation de Moudros a écrit en octobre 1915 une longue complainte (sur l’air de Tout Doucement) qui commence par les premières étapes de son aventure, l’embarquement, Moudros, le détour par l’Égypte, l’installation de l’hôpital et la décision de créer l’armée d’Orient. Là commence l’oubli…

À Moudros on laissa c’pendant
Pour l’occuper militairement


Quelques corvées d’casernement
Qui stationnaient sur l’appontement


En attendant bien patiemment
De sensationnels événements


Ils murmuraient entre leurs dents
Nous y crèverons fatalement


Ce fut au bout de cinquante ans
Qu’on r’trouva les survivants


Leurs cheveux étaient d’venus blancs
Ils n’marchaient plus qu’en titubant


Ils disaient « gaga » en bavant
(illisible) tranquillement


Ils s’embarquèrent tranquillement
Sans montrer le moindre étonnement


Leurs femmes qui tout en les aimant
S’étaient offert plusieurs amants


Leur montrèrent leurs petits enfants
Dont l’nombre était sans cesse croissant


Et l’populo en rigolant disait :
« Quels sont ces revenants ! »


Pour certains ce fut l’intern’ment
Les autres moururent d’épuisement

  • 42 Raoul Massis, pharmacien aide‑major aux Dardanelles. Sa famille a laissé à l’Association Nationale (...)

Je n’trouve plus de rimes en ent
Et c’est pour ça que j’fiche le camp42

  • 43 Rinieri, 1924.
  • 44 Collectif, 1932, p. 9.

62Ce sentiment d’avoir été oublié se perpétue dans l’après‑guerre. Marc Héraut, président de la Fédération nationale des Poilus d’Orient déplore en 1932 que le nom de Dobropoljé43, victoire du 15 septembre 1918 qui permit la marche en avant des alliés, n’ait pas figuré sur les pilastres du défilé de la victoire, pas plus que les noms de Sarrail et de Franchet d’Espèrey44 ; il déplore également que son association ait dû lutter contre l’administration pour faire reconnaître après la guerre le statut de combattants aux soldats morts de maladie et aux victimes des torpillages alors que « ceux qui restèrent cinquante heures accrochés à des balles de foin ou à des planches, ballottés au gré des flots, et dont la raison parfois a été à jamais ébranlée par une telle épreuve, sont traités comme de vulgaires embusqués ».

63Les hommes reportent également cette amertume sur les responsables d’une propagande orientale dont ils se considèrent les victimes. L’Orient n’est pas ce qu’ils croyaient.

Trompés par les « exaltés » de l’Orient

En venant en Orient, j’ai fait comme tout le monde : pour être plus sûr d’avoir des impressions, je les avais apportées de Paris. Je me les étais procurées chez les meilleurs faiseurs : Pierre Loti, Claude Farrère, Victor Hugo, Place Clichy, etc. Grâce à eux, lorsque j’y arrivai, l’Orient n’avait plus de secret pour moi. Puisés au Larousse, mille noms prestigieux chantaient dans ma tête : Vodena… Ekaterini… Yenidje… Je m’enivrais déjà des roses et des jasmins des parterres de Zeitenlik, j’explorais en rêve les forêts vierges – ou demi‑vierges – de Kozani la Mystérieuse, et les ruelles de Salonique, tout ce vieux quartier du Vardar où les « désenchantées » coulent à travers le grillage du moucharabieh des regards de velours pailleté vers le voyageur altéré d’amours étranges, et tous les petits métiers pittoresques du pays m’étaient familiers : cafedjis enturbannés, artisans distillant les essences rares, tissant les arabesques de tapis profonds comme des divans, orfèvres ciselant des bracelets pour les fines chevilles des Saloniciennes et offrant aux Odalisques ces fameuses boucles qui ont fait la réputation de la région de la Tserna.

Babouches, narguilés, muezzins, pastèques, minarets et cyprès… Tout l’Orient !

  • 45 Bousquet in Collectif, 1932, p. 184.

À peine débarqué, je m’avisai que le portrait n’était pas d’une ressemblance frappante45.

64Ce long extrait d’un article plein d’humour grinçant présente l’un des motifs de déception des combattants de l’armée d’Orient, l’Orient n’était pas ce qu’ils croyaient ! Même ceux qui croient quelques instants le voir avouent que la magie passe :

  • 46 Deygas, 1932, p. 171.

Mais tout ce qui est oriental où la beauté n’est faite que par la magie du soleil [...] il vaut mieux contempler Monastir de loin que de près, car le mirage s’évanouit vite46.

65Ils s’étaient embarqués avec en tête le nom magique de Constantinople, les mythes de la Grèce antique et les livres de Pierre Loti. Ceux qui avaient reçu une formation classique ont pu reconnaître des lieux célèbres de l’histoire ancienne avec une certaine exaltation, mais la majorité des hommes se disent terriblement déçus, les uns par les lieux marqués par l’histoire antique, les autres par le caractère trompeur des descriptions faites par les orientalistes.

66Les lieux tant vantés de l’Antiquité sont parfois décevants, surtout ici pour un Savoyard qui attend des montagnes imposantes, Pélion, Ossa et même Olympe :

Voici le mont Pélion, puis le mont Ossa. Vraiment, ce n’est que cela ! Et les poètes grecs disaient qu’il suffirait de transporter Ossa sur Pélion pour atteindre le ciel ! Et nous, pauvres élèves qui avons peiné à traduire ces choses, nous avons naïvement pensé qu’elles avaient au moins quelque ressemblance avec la réalité. Hélas ! Nous qui regardons ce matin même l’Ossa et le Pélion, avec nos yeux d’alpins, nous ne voyons que des cônes insignifiants.

  • 47 Cadoux, 1959, p. 144.

J’avais eu la maladresse de comparer mes montagnes altières et mes glaciers inaccessibles aux dimensions relativement médiocres du séjour de Jupiter47.

67Julien Arène n’hésite pas non plus à dénoncer dans son ouvrage En Macédoine paru en 1916, la déception que lui a inspiré l’Orient, dont les lieux lui paraissent hostiles. Alexis Bertrand, dans la préface de l’ouvrage, souligne l’originalité de ces commentaires :

  • 48 Arène, 1916, p. 3.

Après avoir suivi […] les étapes de votre carnet de route […] une illusion d’optique […] m’a fait croire positivement que cette Macédoine de malheur, je l’ai vu de mes yeux […] ce n’est plus la Grèce et les Champs‑Élysées, c’est plutôt le Tartare, montagnes et plaines désolées, tantôt glacées par des nuits quasi‑boréales, tantôt brûlées par un soleil implacable. Quel Orient ! Et que nous sommes loin de ces splendeurs orientales que nous nous figurions, d’après des lectures plus ou moins romanesques. Une anti‑Grèce et en Orient sans éclat et sans prestige. Vous ne fardez pas, vous peignez au naturel48.

68Le ressentiment se porte également sur les responsables de la déception que sont les « orientalistes ». Dans un article paru dans la France Illustrée le 21 mars 1914, un journaliste avait bien remarqué, en admirant le trolley moderne de Constantinople, le décalage entre la réalité et les descriptions volontairement archaïques de Loti, « que les irréductibles turquisants dont M. Loti est le chef incontesté, frémissent d’horreur et se pâment de regrets »… mais cela n’avait pas suffi.

  • 49 Arène, 1916, p. 58.

69Julien Arène s’en prend directement aux auteurs visés : « Je maudis Loti, Farrère, et tous les orientalistes49. » Albert Mühlemann dans le journal de front La Bourguignotte, exprime également cette amertume :

  • 50 Pernot, 1936, p. 64.

Ah ! C’est vous l’Orient… Ben ! M… ince alors ! cette phrase lapidaire, amis lecteur, n’est pas… le préambule des Désenchantées de P. Loti, mais je gage qu’elle servira d’épigraphe à plus d’un carnet de route du poilu du 227e, car nous le fûmes, désenchantés ! Aussi pourquoi diable ces farceurs d’Orientalistes nous avaient‑ils dépeint l’Orient sous de si chatoyantes et captivantes couleurs ? Ne serait-ce que parce que ces bourreurs de crâne n’y ont jamais fichu les pieds50 ?

70Pierre Loti est indéniablement l’auteur le plus attaqué dans les commentaires, « suave bourreur de crânes » selon le soldat Pernot. Le capitaine Deygas est plus sévère encore :

  • 51 Deygas, 1932, p. 288‑289.

Le côté turquerie de Constantinople ne présente que peu d’intérêt pour les poilus d’Orient qui, pendant de longs mois, ont pu apprécier à leur juste valeur les bobards classiques du Lotisme […] Le Lotisme snob et trompeur a rendu à la France le plus mauvais des services en nous faisant avaler le bobard des « bons Turcs »51.

71Albert Cerisier, débarqué directement sur la presqu’île de Gallipoli est fort désappointé :

  • 52 Myriam Harry : femme de lettres française, très célèbre de son vivant qui reçut le premier Prix Fem (...)
  • 53 Cerisier, 1930, p. 37‑38.

Cette rapide vision d’un Orient que nous avions cru tout autre trompe notre attente… Notre désir d’aventures nourri de Loti, supposant quelque idylle avec une Djénane voilée, quelque admirable silence nocturne avec des sultanes sur une terrasse dans l’ombre chaude. Nous entrions en vainqueurs magnanimes dans des villes soumises dont les femmes résistaient mal à la grandeur d’âme et au charme français. Azyadé nous avait intoxiqués. Mme de Noailles et Myriam Harry52 partageaient avec Loti leurs responsabilités dans ce rêve insensé. Les minarets, Stamboul, Shéhérazade, la vie voluptueuse de l’Orient, la sieste au pied blanc des mosquées… nous nous leurrions de ces rêves d’avant‑guerre […] Au lieu de cela, c’était l’affreuse tranchée, la presqu’île sans eau potable, l’incessant sans honneur, lugubre et plat comme un poème officiel53.

72Et pas d’Azyadé…

  • 54 Julia, 1936, p. 42.

Il est difficile, à moins d’être Pierre Loti, de savoir comment les femmes turques ou similiturques sont vêtues à domicile. Dans la rue, elles sont toutes pareilles aux pensionnaires d’un orphelinat54.

73L’un des rares à ne pas charger Pierre Loti de tous les maux est F. Gutton, rescapé du naufrage de son navire coulé par un sous‑marin et recueilli par les Turcs en février 1915, dont l’ouvrage commence par « un hommage de reconnaissance à Pierre Loti dont le prestige en Turquie nous a valu un traitement exceptionnel » ; du moins Loti était‑il apprécié par l’officier turc qui s’est occupé de le recueillir…

74Raymond Offner, lui, en débarquant à Santi Quaranta en Albanie (aujourd’hui Sarandë), attribue sa déception aux méfaits de la publicité touristique :

  • 55 Offner, p. 127.

On ne dira jamais assez les méfaits de la publicité, affiches menteuses collées dans les gares et les agences, glu pour badauds ! Qui contera aussi les ravages faits dans les jeunes cerveaux par les écrivains dopés au haschich ou enivrés de luxure ? Quel coupable vous êtes Farrère55

75Bref, l’Orient n’est pas ce qu’on nous avait fait croire et pourtant…

Le rêve oriental survit...

76Malgré ces réalités désenchantées, on constate que paradoxalement survit un certain rêve d’Orient. C’est que pour rassurer les familles, ou par pudeur, ces hommes ont souvent donné une image fausse d’eux‑mêmes… qui s’est retournée contre eux.

77Pol Roussel est l’un des rares à reconnaître avoir retrouvé sur ces hauteurs les décors décrits dans Azyadé :

  • 56 Roussel, 1925, p. 169.

J’ai reconnu les maisons caduques bordant les petites rues tortueuses, j’ai rencontré sur les quais, parmi les hamals loqueteux, le dévoué Samuel […] je me suis comme Loti étendu dans la campagne, écoutant la voix lointaine de la mer chantante […] rêvant d’amour et de sacrifice. Et je pouvais vraiment croire qu’Elle allait venir56.

78C’est peut‑être l’origine des longues promenades qu’il fit dans la ville haute de Salonique, et du respect quasi admiratif que certains soldats portaient à ce quartier et aux cimetières turcs de la ville, peut‑être plus conformes à l’Orient de leurs rêves…

79Les témoins ne cherchent pas à dissiper le mythe oriental. Ils sont nombreux à décrire à leur famille l’intérêt que représentait pour eux un voyage si lointain. On trouve ainsi des courriers enthousiasmés tels que ceux de Jean Lovichi qui trouve magnifique le cadre des Dardanelles, ou de René Estinguoy qui valorise l’univers dans lequel il se trouve ; au dos d’une vue prise depuis le haut de la citadelle sur laquelle on voit en contrebas Salonique et sa rade, il écrit : « Tu vois ce panorama de ma nouvelle résidence. C’est chic ! »

Figure 2

Figure 2

Salonique : la ville haute, telle que l’aiment les soldats romantiques

© CP, APA

80L’envoi de cartes postales contribue lui aussi souvent à perpétuer ou à ne pas dissiper le rêve oriental. La censure ne permet pas aux soldats de dire où ils sont. La majorité des cartes proviennent de collections éditées avant la guerre et rééditées. Elles n’ont aucun rapport avec le vécu des hommes et font penser à des cartes envoyées depuis un lieu de villégiature. Montrer l’Orient et des Orientales est leur thème préféré. On voit des femmes en costume d’apparat, cartes que l’on vendait avant la guerre à Constantinople et à Alexandrie ; certaines laissent entendre que les soldats entretiennent des relations privilégiées avec celles qu’ils sont susceptibles de côtoyer : des soldats au milieu de femmes autochtones près d’une fontaine avec la légende « la fontaine des amoureux aux Dardanelles », représentation de pure fiction, puisque la presqu’île de Gallipoli avait été vidée de ses habitants. Un second groupe est constitué de cartes de composition qui associent vues photographiques et décor calligraphié dans la tradition des cartes vendues aux vacanciers avant la guerre ; Salonique et Monastir sont là les plus représentées. Ces évocations sont gaies et associent des soldats à des voyageurs qui enverraient une « pensée de Salonique » ; cette vision touristique est spécifique du front d’Orient, on ne vend pas ainsi Reims ou Verdun ! Un troisième ensemble représente les centres‑villes ; les cartes de Salonique sont nombreuses montrant aussi bien le centre européanisé, les cinémas, les monuments byzantins que les quartiers dominant la ville. Elles donnent de la ville un aspect positif et, une fois de plus, touristique. Aucun soldat n’avoue qu’il n’a pas le droit d’aller à Salonique et que ces luxes ne sont pas pour lui ! Un quatrième ensemble montre des monuments et des scènes villageoises qui n’existent pas sur place. Les soldats envoient ainsi à leur famille des photographies de sites qui ne se trouvent pas en Macédoine avec des légendes falsifiées. On importe des représentations d’architecture musulmane, d’Égypte et d’Espagne surtout, l’Alcazar de Séville et la mosquée de Cordoue sont ainsi des « monastères serbes ». On trouve également des paysages vraisemblablement photographiés en Indochine si l’on se réfère à la végétation.

Figure 3

Figure 3

Ou… comment reconvertir l’Alhambra de Grenade

© CP, APA

Figure 4

Figure 4

Cordoue à Monastir

© CP, APA

Figure 5

Figure 5

Et un étrange palais serbe…

© CP, APA

81L’éditeur Henri Grimaud de Marseille, souvent indiqué, s’était sans doute avant la guerre spécialisé dans l’édition de cartes sur les colonies, il a saisi l’occasion de les placer, puisque la Macédoine ne recelait pas assez de monuments spectaculaires. Il a aussi repris des scènes montrant des populations : ainsi des populations prétendues serbes ont la peau noire des Africains ou ressemblent à des Marocaines !

D’étranges jeunes Grecques hantent les rues de Salonique… et des mendiants tout droit venus d’Afrique

© CP, APA

Les femmes grecques « de l’intérieur » sont tout aussi étranges…

© CP, APA

82Le désir de voir perdurer l’illusion malgré les réalités persiste comme le montrent les commentaires d’un soldat, le 31 octobre 1918, au dos d’une carte représentant une vue de Constantinople. Les hostilités sont terminées depuis plus d’un mois, il attend avec impatience de se rendre dans cette ville, et écrit : « Irons‑nous bientôt ? À nous les harems, et au Sultan, à la Corne d’Or ! » Dans cette optique, on peut également citer l’album de l’adjudant Joyeux (30e DI, 11e DCI, 57e DI) qui comprend des photographies, des cartes postales, des dessins et des commentaires (collection particulière). Ce soldat part en chemin de fer de la gare des Andelys et allant jusqu’à Tarente, rejoint Itéa puis Salonique ; son album contient nombre de photographies de Salonique, les dégâts du grand incendie, les populations locales, la ville haute, le bureau francohellénique, le camp et le cimetière de Zeitenlik… Il a passé plusieurs mois auprès du lac d’Ostrovo et montre le lac, ses alentours et les travaux routiers. La fin de l’album est remplie de cartes postales de fiction représentant des « beautés orientales » que les soldats n’ont jamais vues sur place et des photographies de Delphes et de Corfou qu’il a dû visiter au retour. L’ensemble n’évoque aucunement les souffrances des combattants, il a montré une image valorisante de l’Orient, il a conforté sans doute l’image qu’il avait au départ et qu’il n’a pas voulu remettre en cause. C’est une sorte de reportage sur un voyage lointain, dépaysant, sur un fond flou de contexte de guerre, destiné à être feuilleté avec plaisir comme la trace d’une expérience hors du commun.

  • 57 Roussel, 1925, p. 124.

83Outre les cartes postales, les soldats s’efforcent de matérialiser leur passage en Orient par l’achat de souvenirs, ou la confection d’objets à partir de récupérations, présentant un caractère « oriental », tels que bagues (voir le poème présenté), douilles d’obus travaillées. Pol Roussel décrit le succès du bazar de Salonique auprès des officiers qui ont les moyens d’acheter « amasser des souvenirs pour le retour, c’est une manie commune à tous les déracinés que nous sommes57 ». Il rapporte qu’une compétition s’installe entre les officiers qui rivalisent en exhibant des achats dont ils minimisent le prix réellement payé et se moquent de cette « innocente gloriole dont personne n’est dupe ! » Henri George achète une icône peinte par un moine du mont Athos, pour 5 francs dans une église de Monastir, il achète également un narguilé, une bouilloire et des tasses pour le café turc chez un brocanteur.

84Les familles françaises n’auront donc de l’Orient que des images aseptisées et valorisantes qui ressemblent à des souvenirs de voyages et n’ont aucune valeur informative sur la réalité vécue par les hommes. Ainsi tout concourt à la désinformation dont ils s’estiment victimes.

85Les combattants ressentent donc un malaise certain, malaise lié à l’incompréhension des civils et même des autres combattants du front de France ; malaise par rapport à l’image dégradante que l’on a donné d’eux ; malaise d’avoir eu à faire un voyage non désiré ; malaise d’avoir été bien plus nombreux à mourir de maladie que par la mort noble du combat ; malaise d’avoir été comparés de façon désavantageuse aux héros du front de France qui affrontaient un ennemi jugé plus respectable…

86Les circonstances ont fait naître chez eux une double crise d’identité s’appuyant sur un complexe à deux facettes : le complexe d’infériorité ressenti face à leurs homologues du front de France trouve sa compensation dans un sentiment de supériorité en tant qu’Européen, face aux populations rencontrées, à leurs combattants et à l’ensemble des causes balkaniques, sentiment qui s’apparente sur bien des points à la mentalité coloniale. Ces déracinés ont tenté de réagir en se repliant sur eux‑mêmes ; leur amertume met en évidence le décalage entre les efforts colossaux qu’ils ont fournis et la perception qu’en ont eue les Français qui les ont longtemps considérés comme des inactifs et des assistés. La presse de tranchée est l’exutoire qui a permis de canaliser cette rancœur. La crise d’identité s’est articulée sur le renversement de la perception prévue initialement : partis avec l’humble sentiment de retourner sur les pas de leurs nobles ancêtres, les Grecs, ce qui les imprégnait d’une certaine fierté, les soldats français ont découvert une région dépourvue de cohérence, en pleine mutation, peuplée d’éléments hétérogènes. Cette déception s’est muée en sentiment de supériorité qui est venu contrebalancer le complexe d’infériorité ressenti par rapport au front de France.

Notes

1 Cerisier, 1930, p. 173.

2 Lamoureux, 1969, p. 222.

3 Roussel, 1925, p. 111, écrit en 1917.

4 Deygas, 1932, p. 175 et Brochard, 1953, p. 115.

5 La presse de langue française à Salonique pendant la guerre : La liberté, organe du gouvernement hellénique, L’Indépendant, le plus ancien quotidien de langue française, francophile selon Julien Arène, L’Opinion, quotidien le plus apprécié dans le monde du commerce et de la finance, francophile, le Progrès, le Journal de Salonique de Sam Lévy, de culture française, Paris‑Balkans, bulletin de liaison des officiers à Salonique, L’Écho de France, né pendant la guerre est rédigé par des correspondants français ; Arène parle de L’Écho de Salonique et du Nouveau Siècle qui seraient germanophiles.

6 Deygas, 1932, p. 195.

7 Rinieri, 1922.

8 Pernot, 1936, p. 111‑112.

9 Roussel, 1925, p. 116‑118.

10 George, 1968, p. 121‑139 (Front d’Orient). Ce soldat, après Verdun, a passé cinq mois en Orient, au 58e RI‑30DI.

11 SHD, 20 N 979.

12 Ducasse, 1964, p. 171.

13 SHD, 20 N 551, 20 N 477, mémoires du général Sarrail p. 264, 20 N 551, lieutenant‑colonel Lauth, le 11  juillet 1916.

14 SHD, 20 N 816.

15 Giguel, s. d.

16 Ravelo de Tovar, 1972.

17 Pernot, 1936, p. 97‑98.

18 Estingoy, s. d.

19 Gruvel, s. d. Il a été sergent à la 2e D des Dardanelles, 176e RI, caporal, transmission‑radio, a passé 22 mois en Orient,

20 Ducasse, 1964, p. 170.

21 Chanlaine 1931, p. 124‑126.

22 Bavons dans l’paprika, janvier 1918.

23 Bavons dans l’paprika, août 1917.

24 D’un Piton à l’autre, 30 novembre 1916

25 Lemonidou, 2013.

26 Bavons dans l’paprika, août 1917.

27 Bavons dans l’paprika, janvier 1918

28 La Guerre Documentée, no 26, éditions Schwartz, p. 411‑412.

29 Frappa, 1921, p. 165.

30 Ibid.

31 Arène, 1916, p. 62.

32 Auriel, 1991.

33 Cerisier, 1930, p. 129.

34 Cordier, 1936, p. 199. Professeur, sergent‑observateur au 3e RIC.

35 Frappa, 1921, p. 177.

36 Surnom péjoratif donné dans une partie de la presse française aux soldats français qui effectuaient des travaux de drainage, terrassement et cultivaient des légumes.

37 Paru en 1974 dans le Journal des Poilus d’Orient.

38 Drieu La Rochelle, 1934, p. 156.

39 Cadoux, 1959, p. 182‑183.

40 Canudo, 1917, p. 173‑174.

41 Le Bavardar de l’Armée d’Orient, 20 août 1917 et Deloste, 1968a et b.

42 Raoul Massis, pharmacien aide‑major aux Dardanelles. Sa famille a laissé à l’Association Nationale pour le Souvenir des Dardanelles et des Fronts d’Orient, un dossier constitué de documents professionnels et de nombreuses photographies prises aux Dardanelles.

43 Rinieri, 1924.

44 Collectif, 1932, p. 9.

45 Bousquet in Collectif, 1932, p. 184.

46 Deygas, 1932, p. 171.

47 Cadoux, 1959, p. 144.

48 Arène, 1916, p. 3.

49 Arène, 1916, p. 58.

50 Pernot, 1936, p. 64.

51 Deygas, 1932, p. 288‑289.

52 Myriam Harry : femme de lettres française, très célèbre de son vivant qui reçut le premier Prix Femina en 1904. Née à Jérusalem, elle s’inscrit dans le courant orientaliste. Anna de Noailles, poétesse d’origine roumaine, tint au début du xxe siècle un salon littéraire très fréquenté, elle fut la première femme commandeur de la Légion d’Honneur.

53 Cerisier, 1930, p. 37‑38.

54 Julia, 1936, p. 42.

55 Offner, p. 127.

56 Roussel, 1925, p. 169.

57 Roussel, 1925, p. 124.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende L’heureux soldat français attendu à Constantinople…
Crédits © Fantasio, 1915, p. 189, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 2
Légende Salonique : la ville haute, telle que l’aiment les soldats romantiques
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14M
Titre Figure 3
Légende Ou… comment reconvertir l’Alhambra de Grenade
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Figure 4
Légende Cordoue à Monastir
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 5
Légende Et un étrange palais serbe…
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre Figure 6 et 7
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Légende D’étranges jeunes Grecques hantent les rues de Salonique… et des mendiants tout droit venus d’Afrique
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figures 8 et 9
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Les femmes grecques « de l’intérieur » sont tout aussi étranges…
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20886/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M

© Presses de l’Inalco, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540