Version classiqueVersion mobile

Les Désorientés

 | 
Francine Saint-Ramond

Survivre en Macédoine

Surviving in Macedonia

Επιβίωση στη Μακεδονία

Résumé

Les combattants du front d’Orient ont passé la majeure partie de leur temps à entretenir un front qui, comme celui de France, est resté stable pendant trois ans. Ce chapitre se propose d’analyser comment s’organise cette armée de soldats transplantés sur des territoires peu contrôlés. Quelle gestion des troupes ? Comment sont vécus les longs séjours à l’arrière ou sur un front de montagne isolé ? Quelle vision les combattants portent‑ils sur eux‑mêmes ? Quelles sont leurs préoccupations, leurs souffrances ? Il s’agit de la vie quotidienne des soldats français en Macédoine, telle qu’ils la perçoivent et la présentent. La Macédoine n’est pas la presqu’île de Gallipoli, l’espace est plus vaste, les hommes présents beaucoup plus nombreux. Néanmoins, nous pouvons observer des similitudes dans les perceptions et le vécu des hommes de cette armée « d’Orient » : la déception face aux paysages, au climat, aux populations de cet Orient, la déception aussi face à leur gouvernement qui les abandonne leur semble‑t‑il, dans des lieux inhospitaliers sans équipement adéquat.

Texte intégral

Un territoire perçu comme ingrat

1La Macédoine est perçue comme un ensemble de lieux sauvages et inhospitaliers où sévit un climat hostile par ses saisons fortement marquées. Les hommes se trouvent soit dans la zone montagneuse près de la ligne de front, proche de la frontière gréco‑serbe, soit dans des postes de repos ou d’arrière dans les vallées, soit dans les camps à promixité de Salonique, en particulier celui de Zeitenlik, mais, en ce qui concerne leur perception du terrain, les grandes lignes sont semblables.

Un cadre hostile et sauvage

2Il semble que la vision du milieu traversé ait été en partie suggérée par des stéréotypes hérités des guerres balkaniques, renforcés par la découverte de ruines et de matériel abandonnés datant de cette époque. Dans cette campagne dite « de Serbie », les combattants français suivent essentiellement le Vardar, la ligne de chemin de fer qui aboutit à Salonique, et ils sont dans les régions proches de la frontière grecque, autrement dit, en « Macédoine » au sud d’Üsküb (Skopje). Les paysages qu’ils découvrent ne correspondent pas à l’idée que ces Français se font d’un paysage accueillant et « civilisé », terme qu’ils emploient plusieurs fois.

3Les lieux sont le plus souvent décrits en termes négatifs inspirant l’inquiétude ou la peur. Le Vardar, qu’ils découvrent au défilé des Portes de fer, semble un monstre agressif et malfaisant, les collines sont dénudées et il n’y a pas de village, ou juste de pauvres ruines. Henri Amour de Villebonne, dont la division a beaucoup souffert quand, après avoir remonté le fleuve jusqu’à son confluent avec la Cerna, elle dut refluer devant la pression bulgare à la fin de l’année 1915, ne voit le Vardar que comme un être négatif, quelle que soit sa forme :

  • 1 Villebonne, 1919, p. 78‑79.

En aval d’Üsküb, le Vardar […] se précipite vers la sortie du plateau de Mésie. Deux parois rocheuses sauvages, hostiles, d’une grisaille revêche, se resserrent en un défilé impressionnant. Le Vardar s’y engouffre en bouillonnant de colère. Il est repoussé et bousculé avec violence entre deux remparts abrupts qui grimpent tout droit vers le ciel […] Ce sont les gorges de Demir Kapou, « les Portes de fer » […] le Vardar est alors un grand fleuve intrépide et capricieux, espèce de torrent gigantesque qui gronde […] Des rapides parfois l’excitent et l’encolèrent. Alors il bave l’écume […] Après Demir Kapou s’ouvre […] la plaine macédonienne […] Espèce de lande inculte et monotone où, çà et là, s’élève le ramassis lépreux de quelques villages turcs aux toits de tuiles sombres […], souvent une ruine […] Bientôt, la plaine devient marécage. Le Vardar s’élargit et se traîne paresseusement. Aux approches de la mer, le fleuve s’étale, se vautre dans un cloaque désertique où poussent des champs de roseaux […] Le fleuve disloqué, boueux, lâche, expire enfin […] immense boa râlant la bave de ses eaux d’une gueule livide et béante1.

4Le même auteur n’apprécie pas davantage le paysage alentour ; en quittant Salonique vers le nord, il écrit :

Nous nous élevons insensiblement comme si nous quittions la civilisation. Une nature âpre nous entoure […] On dirait qu’on marche vers je ne sais quel monde fantastique, hostile et très vague, fait de nuit, de solitude et de chaos où l’on sera jeté sans défense.

5Et un peu plus loin :

  • 2 Ibid., p. 70 et 82.

On se serait cru dans un pays mort, inhabité, perdu dans des régions de songes, à des milliers de lieues de toute civilisation, en dehors même de la réalité et de la vie2.

6La prise de contact avec la Macédoine est donc vécue comme hostile par les hommes. Ces terres inexploitées et dépourvues d’arbres entraînent chez eux un rejet immédiat. En raison des images laissées par les guerres balkaniques, ils y voient un lieu maudit, marqué par un éternel affrontement entre des peuples et des guerres incessantes que personne ne gagne, et sur lequel aucune civilisation ne peut émerger. Il y a donc un a priori défavorable qu’ils vont confirmer. Seule l’arrivée vers l’Albanie, après le col de Pisoderi, leur laisse une impression plutôt agréable parce qu’ils voient des forêts.

7Pierre Maridort, au repos près du village de Brod, dans la vallée de la Cerna, trouve réunis, au cours de l’hiver 1916‑1917, tous les éléments négatifs, les gorges, la guerre, et l’absence d’arbres.

  • 3 Maridort, 1918, p. 95‑96.

Nous avons planté nos tentes dans un cirque neigeux […] j’ai erré dans des gorges rocheuses. La guerre et la mort y ont laissé des traces. Des aiguilles et des tables obliques de schiste ont été cassées par les obus ; des tranchées creusées dans le roc, bouleversées ; un canon éclaté contient encore son obus et l’on voit à côté des casques serbes et des casquettes bulgares ; puis des cartouchières, des sacs, d’inquiétantes grenades, des torpilles aux ailes d’aluminium […] des fusils brisés, des fourreaux veufs de leurs baïonnettes ; des cadavres de bestiaux et des tombes mal recouvertes de sable et de pierre d’où sortent des jambes bottées. Tous les grands arbres sont été sciés3.

8Étienne Burnet confirme ce triste spectacle des boucles de la Cerna :

  • 4 Burnet, 1921, p. 76.

Quelle nature disloquée […] pas un arbre, pas un village, de tous côtés cheminent en ombres chinoises des caravanes d’hommes et de mulets […] Par les pentes abruptes et dans les fonds, partout où suintent des filets d’eau, sont semés des bivouacs, comme des bouts de papier déchirés et jetés parmi les pierres4.

9L’absence d’arbres, à la fois élément du paysage et élément de chauffage et de construction indispensable, est très fréquemment notée ; ainsi, Julien Arène arrivant à Zeitenlik, près de Salonique, indique :

  • 5 Arène, 1916, p. 33.

À part quelques oliviers, quelques cyprès […] on ne voit ici pas d’arbres, pas d’arbustes. Et ça manque aux soldats les arbres ! On fait tout avec eux : bancs, tables, tonnelles artistement tressées, râteliers d’armes, que sais‑je. Nous n’avons même pas de bois pour faire la cuisine. Une corvée est partie à Salonique chercher du combustible. Elle rapporte quelques branches d’olivier à 80 francs les 100 kilos5.

10Le capitaine Deygas insiste sur le même problème :

  • 6 Deygas, 1932, p. 196.

Les troupes eurent surtout à souffrir du manque de bois qu’il fallait aller chercher à de grandes distances. En été, ce n’était pas sans peine qu’on procurait aux cuistots le bois nécessaire ; en hiver, les pluies et les neiges en arrêtaient presque le ravitaillement6.

11Ernest Stocanne explique la solution trouvée dans la boule de la Cerna :

  • 7 Stocanne, 2005.

C’est devenu un jeu pour nos cuisiniers […] les [fusils bulgares] démonter en un tour de main, et faire du feu avec leurs carcasses en bois ; car nous sommes sur des cimes dénuées de toute végétation, car nous n’avons que ce moyen pour faire cuire nos aliments7.

12Et au front, pour faire du feu, que faire ?

  • 8 Ducasse, 1964, p. 187.

Douce chaleur procurée par la combustion lente d’une page de journal, Le temps, de préférence. Pas de charbon, sauf un infâme lignite, mêlé de crottes de mulets séchées et d’éclats de bois, provenant de souches récupérées à l’explosif8.

13C’est que la corvée de bois peut être éreintante :

  • 9 Pernot, 1936, p. 72, brancardier à la 57e DI, dans la boucle de la Cerna en 1917.

En corvée de bois toute la journée dans la montagne, là‑bas vers Sotchivir, plus de trois heures à patauger dans la neige, cramponné à la queue du mulet. Six heures d’efforts pour arracher çà et là quelques rares pousses de petit chêne ou de genévrier, rentré à la nuit tombante, harassé9.

14Ce manque de bois handicape également les opérations militaires et la construction des abris :

  • 10 Lacoste, 1923, p. 94, il était alors à Monastir.

On manque de rondins, on n’a pas de bois, pas de madriers, rien de ce qui abonde sur d’autres fronts, à peine quelques sacs de terre, et combien chichement distribués ! Or il ne faut pas songer à des sapes sérieuses si on n’a pas de quoi les étager. Ce serait s’exposer à des ensevelissements trop faciles10.

  • 11 Maridort, 1918, p. 147.
  • 12 Lacoste, 1923, p. 131 et Lamoureux, p. 222. Lamoureux, avocat, à la 156e DI, fut ministre de l’Inst (...)

15Devant cette absence, les soldats s’émerveillent quand, par hasard, ils rencontrent un arbre isolé, souvent colossal et superbe. Et ils s’interrogent : pourquoi cette absence de bois ? Pour les uns, la faute en revient aux Turcs « l’influence turque, multiséculaire, est hostile aux arbres11 » (sic). Pour d’autres, tels Georges de Lacoste ou Lucien Lamoureux, les Turcs sont responsables en tant qu’éleveurs nomades : « Le pays était dénudé comme tous ceux qui avaient été occupés par les Turcs, lesquels, vivaient en pasteurs et détruisaient les forêts pour faire paître les troupeaux12. »

16Autre élément négatif omniprésent à la mauvaise saison et dans la plaine : la boue qui handicape la circulation et qui envahit les tentes.

Figure 1

Figure 1

La vallée du Vardar en décembre 1915. En Macédoine comme en Thrace, la voie de chemin de fer, construite sur un talus, est souvent employée par ceux qui marchent pendant l’hiver.

© L’Illustration, 25 décembre 1915, no 3799, p. 703, APA

17Se trouvant le plus souvent trop éloignés de Salonique, victimes de l’insuffisance des transports, les soldats doivent se contenter lors des rares permissions, d’un séjour dans un cadre isolé et inhospitalier. C’est le cas des lieux de cantonnement créés le long des rares axes routiers aménagés, ainsi le « km 6 », dans un village en ruines, au kilomètre 6 de la route qui va de Florina au col de Pisoderi, ou à Monastir, seulement à cinq kilomètres du front.

18Georges de Lacoste, par exemple, arrivant dans la plaine de Monastir à la fin de l’hiver 1917, décrit le triste spectacle de ces cantonnements :

  • 13 Lacoste, 1923, p. 55-56.

Tout le long de la route, une seule vision hante mes yeux : des bivouacs dans la boue. Les soldats pataugent, heureusement garantis par de hautes bottes en caoutchouc ; les chevaux s’enfoncent jusqu’aux genoux ; les charrettes roulent avec une peine inouïe ; sur la partie de roues qui est restée dehors, la boue coule13

Un climat rude

  • 14 Deygas, 1932, p. 196 ; Frappa, 1921, p. 176, lieutenant, au 2bureau du GQG du général Sarrail, et (...)

19Si les paysages désespèrent les militaires français, comme aux Dardanelles, ils souffrent également du climat continental, excessif et variable de la Macédoine, loin des stéréotypes méditerranéens ou « orientaux », inspirés le plus souvent de l’Afrique du Nord ; ils en souffrent d’autant plus que, comme aux Dardanelles, ils ne sont pas équipés pour y faire face. Le capitaine Deygas et Jean‑José Frappa décrivent les excès : l’été, les températures atteignent facilement 45 ° à l’ombre et 50 ° à 60 ° au soleil, 32 ° à 34 ° la nuit. À la fin de juin 1916, la chaleur est telle, que les soldats venus d’Algérie disent qu’ils n’ont jamais connu rien de pareil dans leur pays14. En juillet, Lucien Cadoux constate que le thermomètre monte jusqu’à 60  :

  • 15 Cadoux, 1959, p 177.

On arrivait à ne plus se sentir respirer. On ne pouvait plus dormir, ni le jour ni la nuit. Il me souvient d’être demeuré plusieurs nuits de suite en attente du premier matin, dans l’espoir qu’à ce moment‑là, vers trois ou quatre heures, il y aurait peut‑être un peu d’air frais à respirer ; mais en vain […] Bien entendu nous n’avions plus le goût de manger. Le vin nous écœurait. Il n’y avait pas d’eau fraîche, les santés déclinaient, les accès de paludisme se multipliaient15.

  • 16 Maridort, 1918, p. 14.

20En quelques jours, on passe de l’été à l’hiver, surtout à l’intérieur de terres ; le lieutenant Bernadotte et Pierre Maridort virent le thermomètre passer à − 20 ° subitement, il faut se coucher tout habillé, Louis Cordier enregistre, en janvier 1917, − 36 ° dans le secteur de la Cerna. À ce climat nettement continental s’ajoute la violence du vent qui s’engouffre l’hiver dans le couloir du Vardar ; ce vent du Vardar est appelé « mistraldar » par comparaison avec le mistral, dans le numéro 2 du Bavardar de l’Armée d’Orient, un journal de tranchées. Se trouvant, le 23 janvier 1916, à Vatiluk, le camp retranché de Salonique, Pierre Maridort écrit que ce vent dans les tentes empêche de lire, d’écrire et de dormir16. Georges de Lacoste, au printemps 1917, arrive au camp de Zeitenlik et affronte lui aussi les mêmes problèmes.

  • 17 Lacoste, 1923, p. 38.

Ah ! L’affreuse nuit ! Ce vent glacé et chargé de toutes les poussières du camp pénètre sous mon marabout par rafales violentes, et les molécules de cet air vif, traversant tout, vous courent sur le corps comme d’imperceptibles aiguilles. La grosse toile de la tente bat et claque comme une voilure que la tempête a désorganisée. Le mât tremble et vacille ; le plateau rond […] va et vient sans cesse, dans une danse heurtée de la plus agaçante monotonie. Impossible d’allumer un falot […] Cet ouragan dure toute la nuit […] Enfin, le jour s’annonce et l’on a hâte de sortir pour se réchauffer par une leste promenade17.

Figure 2

Figure 2

Sous la neige

© L’Illustration, 25 décembre 1915, no 3799, p. 705, APA

21Mais, dans ces régions marécageuses, l’été n’est pas plus agréable, car ce sont les mouches qui harcèlent les soldats. Dès les premières semaines, le 15 septembre 1915, le général Cordonnier, amené à loger dans la gare de Banica dans la vallée du Vardar, rencontre cet inconvénient :

Je passais […] dans une chambre immonde une courte nuit. Lorsque le matin du 16 septembre, vers quatre heures, un peu de jour se montra […] Fevrel et moi, nous poussâmes un cri d’horreur. Le plafond, les murs étaient couverts d’une épaisseur de plusieurs couches de mouches superposées, de ces mouches sales entre toutes […] Nous sortîmes bientôt de cette horrible gare.

22Les mouches

  • 18 Guénard, 1919, p. 349.

s’abattent au coin des yeux et des lèvres, chatouillent de leurs pattes légères. On les chasse d’abord, d’un geste nerveux et saccadé de colère. Mais les gestes épuisent […] Leur tourbe éperdue reflue, plus ardente et vorace, sur la chair malade, la pique, la suce, achève d’en soutirer la vie. Les muscles faciaux se contractent dans une crispation perpétuelle. Et cette petite mort va durer jusqu’à l’effondrement du jour18.

23Et quand on s’éloigne de la vallée, il faut compter avec les vipères qui viennent se lover dans les chaussures pendant la nuit, les ours et les chiens de berger errants, des molosses destinés à lutter contre les loups qui rôdent :

  • 19 Lamoureux, 1969, p. 233, en mars 1917, près de Florina.

L’hiver touchait à sa fin. Mais, vers cette époque, nous fûmes envahis par des bandes de loups qui s’étaient rassemblées dans la montagne, près de nos camps. De jour, on ne les voyait pas. Mais, pendant la nuit, ils circulaient en bandes et venaient rôder… dans l’espoir de trouver des cadavres de chevaux morts que nous n’avions pas le temps d’enfouir immédiatement. Ils arrivaient à toute vitesse. Leurs hurlements […] s’amplifiaient […] Leurs yeux brillaient dans la nuit et nos gardes d’écurie, heureusement abrités tiraient quelques coups de fusil pour les effrayer et pour éviter qu’ils s’attaquent aux animaux à la corde19.

24C’est que le sort des bêtes préoccupe beaucoup les hommes, souvent venus du monde rural. En février 1917, près de la bourgade de Topcin (aujourd’hui Yefira), non loin du camp retranché de Salonique, Charles Bonnefon est saisi par « une vision d’enfer ».

  • 20 Bonnefon, 1925, p. 148. Il était à la 30e DI, 58e RI.

Par centaines, serrés et tremblants, des chevaux, squelettes vivants, y grelottent. Leurs jambes de derrière et de devant se touchent presque et, la tête basse, roidis de froid, de faim et d’épuisement, rongés par quelques maladies, ils nous regardent passés l’œil éteint20.

  • 21 Lacoste, 1923, p. 55.

25Georges de Lacoste plaint son cheval qui n’a plus que la peau et les os, le corps couvert d’une lèpre dévorante et qui avance difficilement dans la glaise rouge et collante de la plaine qu’il a baptisé « Outre‑Tombe21 ».

26En Macédoine aussi, pour ceux qui rêvaient de l’Orient, la déception est lourde…

Des troupes isolées et décimées

27Et, même si l’isolement est moins absolu que sur la presqu’île de Gallipoli, en Macédoine aussi, l’éloignement des bases et la méconnaissance des lieux par les décideurs, ont pour conséquences pour les hommes, des conditions sanitaires catastrophiques et un équipement inadapté. En mai 1916, Ernest Stocanne reçoit une tenue des troupes coloniales pour remplacer sa tenue bleu horizon !

Un équipement inadapté

28L’arrivée des soldats français en Macédoine est « improvisée », et tous les secteurs de la vie comme de l’activité militaire s’en trouvent handicapés.

29Les hommes commencent une campagne, en octobre, par une forte chaleur, vêtus de la nouvelle tenue bleu horizon, et se trouvent en décembre, par des froids qui descendent à vingt degrés au‑dessous de zéro, avec la même tenue. Le lieutenant Bernadotte constate que l’arrivée brusque du froid, à la fin de novembre 1915, rend la vie extrêmement pénible, l’administration n’ayant rien prévu. Au retour de la campagne, les combattants « ont l’apparence de brigands en haillons, plutôt que de soldats de la Troisième République ».

30Dans les déplacements à pied, le soldat porte un sac encore plus lourd que sur le front de France :

  • 22 Deygas, 1932, p. 188.

L’énorme barda réglementaire a encore augmenté de poids et de volume ; le poilu possède deux casques, le casque d’acier et le casque colonial, et presque deux tenues : la tenue de drap et la tenue de toile. Il a l’été une moustiquaire pour compagne, bien incommode il est vrai, et d’ailleurs, énergiquement plaisantée sous le nom de « moukère »22.

31Lucien Cadoux a eu l’occasion de porter ses deux casques !

  • 23 Cadoux, 1959.

Nous étions durement bombardés. Mais le plus dur était le soleil d’août qui tombait d’aplomb sur ces rocailles nues […] et réverbérait sans pitié. Dès que le bombardement s’apaisait, nous nous empressions de coiffer notre casque colonial. Mais, sous les obus, il fallait bien porter le casque d’acier ; et le soleil frappait ce métal devenu brûlant sur notre tête23

32Au total, les tenues étant insuffisantes, les soldats se fournissent où et comme ils peuvent en dehors du camp auprès de marchands, et les officiers constatent les tenues fantaisistes et toutes différentes que portent leurs hommes au bout de quelques mois ; inversement, ils admirent les Britanniques qui ont des tenues uniformes et de bonne qualité. Cette distinction subsistera jusqu’à la fin du séjour en Orient.

  • 24 Décision de Sarrail, 15 novembre 1915.

33Pour le reste des fournitures, là aussi, les soldats sont souvent contraints à recourir au marché local. Du 1er octobre 1915 au 31 mars 1916, faute de réserves, les troupes reçoivent une demi‑bougie par jour pour les officiers, dix grammes pour les sous‑officiers, et cinq grammes par soldat ; ces quantités sont réduites de moitié à partir du 1er avril 1916 ! Dans la même période les officiers ont droit à sept allumettes par jour et les autres hommes à trois24. En mai 1916, la ration par homme est de dix grammes de savon par jour, le 8 mai, elle est portée (par ordre ministériel) à douze grammes, dont quatre pour le lavage !

34De nets progrès sont constatés à partir de 1917. Des casques de liège, qui avaient été refusés par le GQG en 1916, arrivent à partir d’avril 1917. Au cours de l’hiver 1916‑1917, 560 paires de skis, 120 paires de raquettes, 27 luges sont livrées. En décembre 1917, les hommes disposent de poêles et de braseros, de lampes à pétrole, de lampes tempête, de lampes à acétylène ; des moustiquaires arrivent… en 1918. Les archives du SHD nous apprennent qu’en mai 1918, les combattants sont en principe équipés de bottes de tranchées, caoutchoutées et huilées ; ils disposent de masques à gaz ; les pantalons sont en toile imperméable ; des couvertures, des chapes en peau de mouton, des passe‑montagnes, des cache‑nez, des gants de laine sont distribués.

  • 25 SHD, 20 N 665.
  • 26 Ducasse, 1964, p. 219.

35Mais tout n’atteint pas tout le monde ; à la fin du mois de novembre 1917, on ne put fournir des chaussettes qu’à 50 % des hommes. Des ateliers de cordonnerie sont créés en janvier 1918 pour ressemeler les coutures et remettre des clous. On signale « qu’on récupère les effets des décédés à l’hôpital de Florina » pour habiller les blessés évacués, économies liées à la remarque du ministre qui aurait estimé que l’armée d’Orient consommait trop d’accessoires d’habillement par rapport au front de France25 ! Et, lors de la grande offensive du 15 septembre 1918, les hommes attaquent encore chaussés d’espadrilles et vêtus de guenilles en toile kaki, des Bulgares « bien équipés et vêtus de drap26 ».

36Comme aux Dardanelles, les cartes manquent. L’armée d’Orient a souffert cruellement d’un manque de connaissances géographiques (sa méconnaissance des conditions climatiques et du relief) et, en permanence, d’une absence de cartes.

  • 27 Carcopino, 1971, p. 55. Il est évacué de Florina en juillet 1917 pour « forte fièvre amibienne ».

37Déjà quand le gouvernement, devant l’échec dans la presqu’île de Gallipoli, avait envisagé un débarquement sur la côte asiatique, Sarrail, par manque de cartes à l’échelle adaptée au territoire concerné, avait dû recourir au guide Baedeker, Méditerranée, en allemand, que Jérôme Carcopino avait emporté dans l’espoir de l’utiliser à Constantinople ; ce guide fournissait en effet des cartes détaillées de la région en souvenir de la guerre de Troie27 !

  • 28 Brochard, 1953. Ce soldat a passé 19 mois en Orient où il fut envoyé après avoir été grièvement ble (...)

38Le problème se pose à nouveau en Macédoine ; les officiers disposent de cartes couvrant de vastes espaces, adaptées à la guerre de mouvement prévue, mais pas du tout à la guerre de position. Marcel Brochard, engagé dans une reconnaissance en Albanie, vers Drenik, est sommé de réaliser une carte : « Nous n’avons pas de carte, il n’en existe qu’une à une très grande échelle. Chaque officier est chargé de faire un croquis succinct de son petit secteur au 1/20 000e28. » D’ailleurs, le manque d’information est tel que le soldat ne sait même pas à quoi reconnaître un soldat serbe d’un ennemi bulgare.

Le triste sort des blessés et des malades

39La configuration du relief, l’absence de voies de communication et de transports, la même méconnaissance des lieux ou/et imprévoyance dans l’urgence, rend également très difficile le sort des blessés et des malades.

40Le front est très mal desservi, les routes et chemins sont rares, les premières lignes ne sont accessibles que par des pistes muletières. L’absence d’infrastructures gêne considérablement l’évacuation des hommes ; la fixation du front dans des secteurs isolés de montagne impose une adaptation, il faut avoir recours aux moyens locaux, les mulets, ou des chars à bœufs pour atteindre le fil d’Ariane, le seul chemin vers la survie, la voie de chemin de fer vers Salonique.

41– Première étape : se replier du front dans un poste de soin.

  • 29 Bernadotte, 1921a, p. 73.

42Parfois, il faut effectuer plusieurs jours de route en cacolet avant d’atteindre une ambulance. Le cacolet est une sorte de bât (très utilisé en Afrique, il l’est aussi sur le front de Champagne), constitué de deux sièges à dossier, en osier, fixés sur une armature adaptée au dos de l’animal qui transporte, en général, deux personnes, pour équilibrer les charges. Le lieutenant Bernadotte écrit que « beaucoup de blessures profondes, qui réclament les plus grands ménagements, doivent encore connaître les épreuves du mulet de bât avant le repos à l’hôpital29 ». C’est le cas de Maurice Constantin‑Weyer qui, blessé le 10 mai 1917 lors de l’assaut de Skra di Legen, effectue un voyage de cinq heures sur un mulet « cramponné à la ceinture de cuir de la litière » sans casque, en plein soleil, avant d’arriver à la première ambulance alpine.

  • 30 Constantin-Weyer, 1930, p. 226‑227. Canadien volontaire, lieutenant successivement au 58RI, 30e D (...)

J’avais la tête près du cou de la bête de telle sorte que je descendais les ravins la tête en bas, et que je remontais les coteaux presque verticalement […] Et je me rappelle aussi que le chemin, trop étroit, surplombait le torrent du Kodja Dere, et que des eaux de vertige bouillonnaient dans le fond30.

43Pierre Chanlaine connaît la même expérience, quand il est évacué du front d’Albanie, vers Koritsa, en juillet 1918, en quatre étapes, dont trois à dos de mulet :

  • 31 Chanlaine, 1931, p. 145-146. Ouvrage dédicacé à Claude Farrère. Il évoque l’histoire de Roland Duri (...)

Ce retour sur un mulet […] sur la piste pierreuse, en longeant l’abîme, si près qu’il eut suffi d’une simple glissade pour nous y précipiter, et dont les cahotements donnaient le mal de mer, quel calvaire31 !

  • 32 Christian‑Frogé (dir.), 1922, p. 285.

44Au cours de la campagne d’Albanie, qui commença en 1917, et qui se déroula très loin des bases, les hommes « savaient que s’ils étaient blessés, ils ne reviendraient pas : on échappe rarement à trois étapes de cacolet32 ! »

45La situation est identique pour les malades. Albert Guénard ressent les premiers signes du paludisme en juillet 1916, alors qu’il se trouve en première ligne dans la région du mont Lanfranchi. Son état s’aggrave rapidement au point qu’il ne peut plus quitter sa tente, il est finalement évacué vers la plaine à la fin du mois. Le passage du col dit « de la bergerie » et son arrivée au village d’Izvor, proche de la station de Gumendje (aujourd’hui Goumenissa), se font dans des conditions dangereuses en raison du relief accidenté :

  • 33 Guénard, 1919, p. 360-361.

J’allais pendant des heures, couché dans un cacolet, au pas lent du mulet. Lorsque la pente devenait trop brusque, la bête freinait de l’arrière‑train, ployait sur les jarrets, s’affalait presque en un dandinement rythmé de la croupe. Et alors ma couchette dansait éperdument au‑dessus du précipice que nous surplombions. Pour me faire contrepoids, un autre malade, un cavalier également évacué, occupait le siège opposé. Et sans nous voir, séparés par l’épaisseur du mulet, nous ballottions en cadence, dans la lourdeur du jour d’été trop ensoleillé dont la forêt nous préservait heureusement. Nous ne pouvions reconnaître la faille du ravin, mais nous sentions instinctivement le vide quand nous passions, suspendus sur l’abîme. Et alors, malgré nous, une inquiétude nous étreignait, la peur que la rupture d’une sangle ou d’un faux pas ne nous précipitât dans cette fosse […] Tout le jour, ce fut la même lente chevauchée, la fatigue du même balancement saccadé ; la piste tournait autour de croupes indéfiniment renouvelées, passant sans cesse d’un bord à l’autre de précipices […] plus bas, après le gué des Dragons, la forêt se faisait moins épaisse, la chaleur plus intense, il y avait des clairières et des maquis à traverser avant d’atteindre la « Bergerie » où stationnait le convoi. Et dès lors, jusqu’à Izvor, ce ne furent plus que des étouffements d’étuve, sur des pentes pelées ou dans des gorges fauves33

46Encore faut‑il qu’il y ait un mulet… ainsi Lucien Cadoux doit‑il s’en sortir seul :

Dans l’après‑midi, il me vint en plus de la fièvre, une éruption de furoncles. Je dus me déchausser. Le soir, c’était la relève. On me prévint qu’on n’avait aucun moyen de m’évacuer, qu’il fallait faire un effort suprême pour rejoindre au passage ma compagnie relevée. Impossible de remettre mes chaussures, mes furoncles [...] Je plaçais mes pieds par‑dessus la tige des brodequins, je rabattais les patelottes et me laçais sur la cheville.

47Il retrouve sa compagnie et tente de les suivre vers l’arrière, mais :

  • 34 Cadoux, 1959, p. 189.

J’étais vidé de toute force. Je me couchais sur le talus, et la compagnie continua son chemin. Personne n’avait aucun moyen de me secourir. Je m’endormis. Lorsque je revins à moi, j’étais seul […] aucun trafic sur la route […] je me remis en route […] tout à coup, je vis des soldats, c’était ma compagnie34.

48– Deuxième étape : les soldats blessés ou malades sont d’abord reçus dans des postes de secours où ils sont triés selon la gravité du mal, dans des conditions sommaires et parfois douloureuses pour eux. Ainsi l’a vécu Alcide Ramette, victime de gelures dans l’hiver 1917‑1918 :

  • 35 Ramette, 1917, p. 66‑67. Ouvrage censuré à plusieurs reprises.

Un médecin nous avait examinés, mais très rapidement, et sitôt après, nous avons vu arriver un major suivi d’infirmiers qui portaient des civières. À ses côtés, un aide nous jetait une couverture sur la figure afin de nous aveugler, et le major, armé d’une longue aiguille, nous l’enfonçait dans les pieds ; ceux qui ne bougeaient pas étaient emportés sur une civière vers une pièce aménagée en salle d’opération, car il fallait amputer le pied et parfois la jambe dans laquelle se serait mise la gangrène. Ceux qui donnaient un signe de sensibilité restaient sur leur paille… Il paraît que j’ai fait à peine un tout petit réflexe. C’est pourquoi j’ai toujours mes deux pieds. Il y en a un qui est resté, ainsi que la jambe, jusqu’au genou d’une couleur marron, inesthétique, ça ne me gêne en rien35.

49– Troisième étape : le centre-relais.

50L’éloignement de Salonique et la saturation des lignes de chemin de fer ont pour conséquence l’aménagement d’hôpitaux dans, ou près des villes relais situées sur des voies de communication, en particulier près des gares. Là, on donne les premiers soins aux hommes venus des postes de secours, souvent dans un état pitoyable. Parfois, on trouve des locaux à réutiliser, une ancienne caserne, un hôpital de 500 lits à Kozani ; souvent il s’agit de tentes installées le long de la voie ferrée. Près des installations françaises de Vertékop se trouve un hôpital anglais spécialement aménagé pour les blessés serbes, où chaque jour des blessés sont conduits au « jardin », c’est‑à‑dire au cimetière ; entre le 20 septembre et le 11 novembre, on y a déjà enterré plus de 400 soldats. Un camp de convalescents est installé à Véria ; dans le village de Gumendje, l’église et l’école sont transformées en hôpital où, faute de matériel on fait circuler une boîte de conserve comme récipient pour le café ou la soupe, où une cuvette sert à la toilette de tous, où l’on entend hurler les amputés quand ils se réveillent après l’endormissement à l’éther pour l’opération. Le personnel infirmier manque, il est composé de femmes dont on loue les efforts, mais souvent, elles sont atteintes, comme les soldats, par le paludisme.

51Si on survit, on attend là le moment du transfert en train sanitaire vers Salonique. En novembre 1916, Louis‑Gaston Giguel se trouve à l’arrivée du train sanitaire quotidien :

  • 36 Giguel, mentions du 6, 8, 11 et 18 novembre.

Les wagons qui le composent contiennent pêle‑mêle, hâves et sales, des Serbes, des Russes, des Italiens, des Sénégalais et des Français. Beaucoup de Sénégalais reviennent déjà du front avec les pieds gelés. Les grands blessés qui se trouvent dans des trains sanitaires et qui ne peuvent supporter le voyage de Salonique sont amenés à notre ambulance où on les opère tout de suite : trépanation ou autres graves opérations. Oh ! Ces cris que poussent ces malheureux ! Pauvre chair que l’on charcute !
[…] Malgré son horreur le train sanitaire m’attire et je vais le voir tous les jours. De nombreux Allemands s’y trouvent mélangés aux Bulgares ; quoique Boches, quelques‑uns sont tellement abîmés qu’ils m’inspirent de la pitié. Mais ce sont surtout ces infortunés Serbes qui arrivent en piteux état. Il est certainement préférable d’être tué sur le coup que de souffrir quelques jours avec des blessures aussi épouvantables que celles que j’ai vues36.

52– Quatrième étape : le train vers Salonique.

53Régulièrement, des hommes partent pour Salonique, les amputés et les malades graves en priorité. Mais il faut d’abord attendre ce train parfois plusieurs jours, puis effectuer le trajet, souvent 24 heures entassé sans eau ni soins dans un wagon.

  • 37 Colonel Mazurier in Libermann, 1917, p. 319‑320, depuis la gare de Gevgueli, lors du repli de la ca (...)

De longues files de blessés à peine pansés, hâves, saigneux, se pressent ; la plupart ont encore leurs armes. D’autres, couverts de sang, allongés, étendus, forment une longue file de civières, râlent, gémissent, supplient qu’on les enlève. À grand‑peine, les médecins se fraient un passage dans cette cohue, pour arriver à caser tout le monde dans le train stationné sur la voie […] Du train s’élève un concert de plaintes et de gémissements, que couvre le bruit toujours des éclatements bulgares37.

54Lucien Lamoureux, atteint d’une grave dysenterie, depuis Florina est évacué vers Salonique :

  • 38 Nom le plus couramment employé par les soldats, pour Eskisu (en turc), près de Florina.
  • 39 Lamoureux, 1969, p. 245.

Dès qu’on me jugea en état de supporter le voyage, le 2 juillet 1917, on m’évacua […] Ce fut un affreux voyage que je fis en deux temps. Embarqué en wagon à Florina, je dus coucher à Ekchisou38 dans un dépôt sanitaire d’où je partis le lendemain dans un wagon à bestiaux […] dans lequel je disposais d’un banc et d’une tinette. Il faisait une chaleur torride qui s’accumulait dans mon wagon, surtout pendant les longues stations dans les gares, en plein soleil. J’avais horriblement soif. Mais je n’avais rien à boire. Des poilus compatissants m’offrirent du vin que mon état me condamna à refuser39

  • 40 Marcouxe, s. d., p. 176.

55Le sergent Marcouxe décrit les étapes de sa pénible évacuation. Atteint par le paludisme, il quitte l’ambulance alpine située dans la vallée de la Kosta‑Deren dans le secteur de Skra di Legen pour la gare de Gumendje ; le trajet est effectué en voiture attelée, le 5 septembre, et dure une heure. Les hommes sont « cahotés terriblement ». Le voyage en train est tout aussi terrible. À Karasouli, « il faut avant tout que le train avance, puis recule exactement 33 fois pour se débarrasser des wagons de marchandises avant que de mettre les wagons de malades sur la voie qui leur est affectée. » Les malades sont débarqués et logés dans une maisonnette fraîchement repeinte où les lits sont dotés de moustiquaires. Un train pour Salonique n’arrive que le lendemain, il effectue alors un énorme détour pour ramasser tous les blessés et les malades du front, avant d’arriver à Salonique, où il faut attendre pour être répartis entre les divers hôpitaux40.

  • 41 Canudo, 1918, p. 170.
  • 42 Ibid., p. 139.

56L’hôpital à Salonique n’entraîne toujours pas le rapatriement attendu, et le soldat est amer… « Il est dit que nous crèverons dans ce maudit Orient jusqu’au dernier 41 », « si ce n’est pas malheureux d’être traité ainsi après s’être fait crever la peau. Qu’on nous envoie en France, nom de Dieu42 ».

57Sur 378 000 soldats, 356 779 ont été traités pour maladie, soit 94,4 % de l’effectif ; tout le monde s’accorde à dire que si l’on avait rapatrié tous les malades, il n’y aurait plus eu d’armée d’Orient.

  • 43 Cadoux, 1959.

Le médecin […] épouvanté de cette avalanche quotidienne de consultants, ne cessait de dire et de répéter : mes pauvres amis, je sais bien que vous n’en pouvez plus. Vous n’avez que trois ou quatre litres de sang dans le corps au lieu de sept à huit litres. Je devrais vous évacuer tous. Mais c’est impossible, on ne peut pas évacuer toute l’Armée d’Orient43.

58Le paludisme fut la cause première de cette catastrophe sanitaire. La Macédoine grecque est alors l’une des régions d’Europe les plus touchées par le paludisme avec ses plaines constituées d’une vingtaine de lacs et de vastes marécages. Les guerres balkaniques ont aggravé la situation en entraînant plusieurs dizaines de milliers de réfugiés dont beaucoup déjà infectés. Ils sont 30 000, en juillet 1916, et vivent au contact des troupes notamment au voisinage de Zeitenlik. Les meilleurs experts de l’époque, Ross pour les Anglais, Laveran et les frères Sergent pour les Français, avertissent rapidement les autorités. Ross, qui effectue en novembre 1915, prédit que

sans de soigneuses précautions, le paludisme sera très grave en été 1916 en Macédoine, et, si les troupes y restent, le paludisme sera plus sévère l’année suivante (1917).

59Laveran, en janvier 1916, précise que

l’on doit craindre que notre armée d’Orient, campée aux environs de Salonique, soit éprouvée par cette redoutable maladie. [...] il est donc nécessaire d’arrêter un plan de lutte contre ce fléau sans attendre que les atteintes se multiplient, ce qui se produit souvent avec une soudaineté terrifiante quand la saison favorable au développement de la maladie est arrivée.

60Le 12 janvier 1916, les docteurs Edmond et Étienne Sergent adressent une lettre aux autorités où ils précisent que le paludisme « l’hydre du Vardar » a toutes les chances de se développer parmi les soldats dès le prochain été :

En vérité, si on ne sort pas de la routine pour faire une campagne antipaludique moderne, les balles des Bulgares et des Allemands seront moins meurtrières à Salonique que le paludisme.

61La catastrophe se produit à partir de juin 1916 : entre juin et décembre 1916, près de 31 000 cas sont recensés pour un effectif moyen de 110 000 hommes, et le nombre de cas, aux dires des médecins, est plus proche de 60 000, car la maladie se manifeste par des symptômes différents des formes connues aux colonies. Le docteur Pierre Maridort décrit les formes observées :

  • 44 Maridort, 1918, p. 161‑162.

Les formes primitives de la malaria que nous avons pu observer en Macédoine sont variables. Tantôt, elles rappellent les fièvres continues, typhoïdes, paratyphoïdes, embarras gastrique fébrile […] qui peuvent être bénignes ou presque aussi foudroyantes que le choléra […] attribuables […] à la grande quantité de germes inoculés, et aux organes essentiels atteints (capsules surrénales, cerveau) par les toxines infectieuses. Tantôt, on assiste à des accès apoplectiques, méningés, délirants, à du coma […], à des hémorragies, de l’ictère ou jaunisse, toujours de l’anémie (destruction des globules rouges, intoxication), cachexie, hypotension du foie et de la rate […] le malarié est exposé aux rechutes qui consistent […] en frissons intenses et en élévation de la température44.

62L’été 1916 vit donc la catastrophe annoncée : au cours du premier semestre de 1916, les compagnies du génie employées à faire des routes et des ponts sur la Moglenitza pour acheminer la 2e armée serbe perdirent jusqu’à 72 % de leurs effectifs, morts de la fièvre.

63Lucien Cadoux décrit la situation sanitaire sur le front de la Struma à la même époque :

  • 45 Cadoux, 1959, p. 172.

Les semaines passaient et la santé des hommes déclinait. Nous étions en plein marécage. Les moustiques pullulaient. La nuit, nos tentes étaient envahies et, le matin, nous avions à l’intérieur, comme un tapis de ces bêtes, piquées les unes après les autres. Certains de nos hommes, plus recherchés que d’autres, passaient des nuits atroces et allaient jusqu’à se rouler parmi les herbes pour se libérer des moustiques […] Nous avions beau nous protéger, ces bêtes nous atteignaient même à travers les vêtements. Plusieurs camarades prenaient déjà des accès de paludisme. Nous étions tous infectés45.

64Albert Guénard, dans l’été 1916, quant à lui, traîne sa fièvre dans son bivouac d’altitude, sans grand espoir d’évacuation :

  • 46 Guénard, 1919, p. 344-345.

Depuis des nuits et des jours, je traîne ainsi qu’une loque sur ma couchette. La fièvre me dévore, c’est un feu qui s’insinue en mon corps et fait passer des chaleurs de flamme sur la peau sèche comme de l’amadou. Un cercle de fer me comprime le front, les tempes, la nuque et je sens les forces fluer peu à peu, les sources de vie se tarir dans cette guenille qui n’est même plus capable de se soulever sans aide […] Effroyable succession de ces heures douloureuses ! Après l’atroce nuit interminable, où l’on s’est tourné et retourné cent fois sans trouver la position reposante, où la fièvre vous a brûlé, le froid glacé dans la moelle malgré la sueur, une clarté grise, terne, lugubre, détache graduellement des ténèbres les minces objets de notre paquetage d’errants46.

  • 47 Deygas, 1932, p. 194.

65Le capitaine Deygas écrit qu’en 1916, plus de 60 % de l’effectif de l’armée d’Orient est constitué de malades, et qu’au 1er juillet 1917, plus de 10 000 hommes avaient été rapatriés47. Jean‑José Frappa note que pendant les quatre mois, de juin à septembre 1916, il y eut en moyenne de 250 à 300 évacuations par jour et, rien qu’à Salonique, de 13 à 15 décès par jour !

  • 48 L’ensemble des détails dans : Migliani et al., 2014, p. 349-361.

66Le général Sarrail résume cette situation : « Mon armée est immobilisée dans les hôpitaux »48.

Figure 3

Figure 3

Le moustique destructeur

© Les Annales, 25 juillet 1915, no 1674, VI, APA

  • 49 Ancel, 1921, p. 130.

67Pourtant des mesures prophylactiques ont été prises rapidement, imposant aux hommes la prise régulière de quinine. Les frères Sergent débarquent à Salonique en décembre 1916, une mission permanente de prophylaxie antipaludéenne arrive à Zeitenlik le 30 avril 1917. Elle est constituée de 20 médecins et de 350 infirmiers49. Ernest Stocanne signale que des moustiquaires sont distribuées à tous les hommes à la mi‑juin 1917, et que leur utilisation est rendue obligatoire la nuit. Le développement de la maladie serait lié au fait que beaucoup d’hommes répugnent à prendre les comprimés de quinine, fort désagréables au goût, à la négligence ou à l’espoir que le fait d’attraper la maladie puisse les faire rapatrier.

  • 50 Facon, 1977, p. 654.

Quand on nous mettait en rang pour nous la [pilule de quinine] faire avaler, quelques‑uns la mettaient dans la bouche sans l’avaler, puis la recrachaient dès qu’ils le pouvaient50.

68Les frères Sergent rapportent que :

  • 51 Sergent & Sergent, 1932, p. 108‑123.

On a trouvé à Marseille, dans l’équipement des soldats rapatriés, des musettes pleines de comprimés de quinine. Ici, dans les recoins des isbas macédoniennes, on en ramasse des kilos jetés par eux51.

  • 52 Pradel, 1940, p. 217‑218. Il était chanoine.

69Certains viennent du monde rural où l’on se méfie des médicaments, d’autres se plaignent d’effets secondaires à la prise des comprimés, malaises, maux d’estomac, bourdonnements d’oreilles, d’autres encore ne croient guère que le paludisme puisse être mortel ou n’en tiennent pas compte. Le chanoine Pradel invoque le côté frondeur du Français « au moment que c’est commandé, on croit se montrer libre en se privant du remède ». « Le major [explique le chanoine] invite le premier venu à uriner dans une éprouvette, quelques gouttes de réactif, il constate si vous avez pris ou non la quinine la veille et prend des sanctions à l’occasion » ; mais certains ont trouvé la parade : « Ils ont toujours dans leur poche, un comprimé de quinine, si le major les surprend, vite, ils l’écrasent entre leurs doigts et… ils font pipi sur leurs doigts. Et il y a une réaction52… »

70Le journal de tranchée Le Soleil d’Or… riant, organe de la 6compagnie du 148e RI dans son bulletin de décembre 1916 contient une chronique médicale qui résume avec un humour noir la situation sanitaire des armées :

Qu’appelle‑t‑on Formation sanitaire ? Une Formation sanitaire est un poste de secours établi à l’arrière des lignes. Les malades du front y sont évacués, et, lorsque la formation sanitaire est pleine, elle renvoie aux lignes les premiers reçus. Ceux‑ci n’étant pas toujours guéris, retournent à la formation sanitaire qui, étant toujours pleine, renvoie aux lignes les premiers hommes reçus. Ceux‑ci, n’étant pas toujours guéris, retournent à la formation sanitaire qui, étant toujours pleine, renvoie aux lignes les premiers hommes reçus (mêmes phrases répétées encore trois fois) […] La censure, énervée, nous empêche de continuer.

71Quand on renvoie des malades en première ligne, pourquoi s’inquiéteraient‑ils de prendre leur dose de quinine ?

  • 53 Bussière, 1918, p. 517‑530.

72Pourtant les efforts sont énormes : l’approvisionnement en quinine se compte en tonnes, les travaux se multiplient, assèchement des mares, dérivation des petits cours d’eau, projection de pétrole à la surface des nappes, moustiquaires de tête, de lits, tentes‑moustiquaires… De mai à septembre 1917, pour l’ensemble des travaux d’assainissement, on compte 56 000 journées de travail, plus de 16 000 maisons sont visitées, 6 000 puits ou réservoirs sont assainis, et 700 mares sont comblées ou pétrolées. Dans la ville de Salonique, plus de 10 000 maisons et jardins sont visités et 4 000 gîtes larvaires sont neutralisés, d’autres lieux de Macédoine sont aussi traités53. Affiches, images d’Épinal, conférences sont employées pour mobiliser les troupes et, en 1917, les résultats sont enregistrés : le nombre de nouveaux malades diminue rapidement, le nombre de décès également. L’armée qui repart au combat en 1918 est délivrée ou presque de ce fléau.

Figure 4

Figure 4
  • 54 Migliani et al., 2014.

L’armée et la quinine. Cartes postales éditées en 1917 par le sous-secrétariat d’État du service de santé militaire, mission antipaludique de l’armée d’Orient dans laquelle les chefs monrtrent aux soldats les avantages de la quinine54.

© collection Jean-Marie Milleliri

Figure 5

Figure 5
  • 55 Ibid.

Carte postale éditée en 1917 par le sous-secrétariat d’État du service de santé militaire, mission antipaludique de l’armée d’Orient55

© collection Jean-Marie Milleliri ; dessin de Benjamin Rabier

L’adaptation au cadre de vie : tranchées en montagne ou plaine marécageuse

73Le front de Macédoine suit la frontière gréco‑serbe, c’est surtout un front de montagne mal desservi où les deux adversaires, enlisés dans une guerre de position sur des sommets, sont éloignés de leur base et subissent de plein fouet les effets d’un climat rude. C’est une guerre de montagne avec des postes entre 1 000 et 2 300 mètres d’altitude, guerre de position, car les soldats français et bulgares sont très proches les uns des autres.

Le gel sous le feu de l’ennemi

  • 56 Cadoux, 1959, à la cote 1 050 au-dessus de Monastir, p. 213-214.

Toute partie du corps débordant les limites était une cible. Avec l’accoutumance, nos yeux distinguaient, à environ cinquante mètres, le parapet ennemi. Les Bulgares avaient une tranchée continue. Nous étions en contrebas, ils étaient au faîte même de la montagne. Il n’y avait pas de fil de fer barbelé, ni aucune défense accessoire, aussi bien de leur côté que du nôtre, le passage était libre […] Le Bulgare voyait tout et entendait tout. Nous étions comme sur le toit d’une maison, les Bulgares étaient au faîte, nous étions en contrebas. Plus loin, nous tenions les sommets56.

  • 57 SHD, 24 N 3119.

74Dans le cadre de la guerre de position qui se généralise, les soldats sont amenés à donner des noms aux reliefs qu’ils côtoient pour mieux les identifier. Cette appropriation commence dès la première campagne alors qu’ils « nomment » les premières hauteurs conquises ; ils se fortifient sur des « pitons », et forgent le verbe « pitonner », c’est‑à‑dire bivouaquer sur ces pitons qui sont aussi surveillés par les Bulgares. Certains lieux reçoivent des noms qui rappellent une caractéristique : croupe de la Touffe, croupe de l’Arbre signal, la carapace, la dent de Ferdinand, les Pitons rouges, les crêtes violettes. D’autres font référence à un officier ou sous‑officier qui s’est illustré lors de la conquête comme le mont Lanfranchi dans la Païak Planina. D’autres appellations sont plus humoristiques : les tranchées du crime, des Huns, des Gretchen, de Mephisto57. Juste un peu d’humour pour affronter le pire.

  • 58 Ibid.

75L’accès au front se fait par des sentiers muletiers qui, balisés comme les sentiers de randonnée de nos jours, portent des signes de reconnaissance sous forme de dessins placés aux carrefours ; ainsi, sur un secteur restreint qui couvre un front de cinq kilomètres de large sur la rive gauche de la Cerna, on trouve 19 pistes, la route des cubes, la piste des triangles, des carrés, des losanges, mais aussi des noms plus concrets, pistes des croissants, des boules, du béret, des trèfles, des cœurs, des piques, des pioches, des pelles, des roues, des haches, des tenailles, des marteaux, des fers à cheval58.

76Dans ces postes isolés qui ne communiquent pas entre eux, le ravitaillement s’effectue de nuit et il est souvent interrompu par la neige qui oblige les corvées à ne pas bouger ou à rebrousser chemin. Si la météo se trompe, c’est la catastrophe.

  • 59 Lieutenant Mourgues in Facon, 1977, p. 648.

Morts dans la neige, pieds gelés, nombreux évacués. Pourtant, mes hommes étaient robustes, originaires de contrées où le climat est rude, Lozère, Aveyron, Ardèche59.

77Dans ces conditions, le mulet joue un rôle essentiel comme le décrit avec humour le journal de front Bavons dans l’paprika d’avril‑mai 1918 dans l’article « Étude documentaire sur le mulet »

Le mulet est un animal quadrupède qui tient à la fois de l’âne, du cheval et du chameau : de l’âne par les oreilles, du cheval par la queue et du chameau par la bosse. On distingue plusieurs races de mulets, faciles à reconnaître suivant la nature de la bosse ; ainsi des mulets qui ont une bosse composée de pain, de pinard, de gnôle, de barbaque sont de la race des mulets de ravitaillement. Ceux qui ont une bosse composée de fil de fer, de piquets, de fil de tôles, sont de la race dite de matériel ; on connaît encore les mulets de foin, de bois, etc. Le muletier est bavard et parle constamment à ses compagnons […] Les mots qui viennent le plus souvent à la bouche du muletier sont les suivants : carne, sale bestiau, feignant, vache, fumier, pourriture. Les mulets négligent le plus souvent de répondre, mais il leur arrive parfois de protester en refusant brusquement de marcher. Il se produit alors un phénomène bizarre : tous les groupes qui suivent le groupe arrêté font halte à leur tour, c’est le phénomène de l’émulation. Pour terminer, il est bon de rappeler que les femelles de ces animaux – sans doute parce qu’elles font un métier très Vatican – ont toujours été l’objet d’une sollicitude particulière de la part du Saint‑Père : tout le monde connaît les mules du Pape.

  • 60 Ducasse, 1964, p. 168.

78Les corvées de ravitaillement sont vitales, il faut porter l’eau, l’alcool, la nourriture, mais aussi le bois (il n’y a rien à brûler sur place et l’on brûle de l’alcool solidifié), et les munitions, car les priorités restent les mêmes « d’abord ne pas crever sur place. Ensuite, ravitailler les hommes, évacuer les blessés60 ».

  • 61 Cadoux, 1959, p. 213‑214.

Les soldats, face aux Bulgares, sont contraints de rester allongés toute la journée, abrités le plus souvent derrière un rocher. Le moindre pas debout signifie la mort par une balle bulgare. Cette contrainte devient un véritable supplice quand sévissent les grands froids.
Nous avions des provisions de bouche pour la journée, un bidon pour le jus, un pour le vin ; double portion de pain, de viande, de fayots ; un réchaud de poche à alcool solidifié […] à l’heure du repas, chacun mangeait à son tour tandis que l’autre veillait. Et tout cela strictement collé au sol. Le moindre écart, c’était la balle […] Pour nos besoins, même discipline ; on se servait de la gamelle […] et tout le monde était logé à la même enseigne… La journée se passait avec l’alternance des veilles de trois heures en trois heures […] Le front était calme le jour. Si calme, qu’on était tenté d’oublier la guerre, de se départir de la stricte position allongée. Mais c’était mortel… Le soir, entre jour et nuit, il y avait d’ordinaire une détente, une accalmie : on ne voyait plus guère, mais on ne tirait pas encore. Alors, les hommes de soupe survenaient, et, vite, vite, ils nous donnaient les rations pour vivre jusqu’au lendemain soir : pain, vin, jus, viande, fayots […] Ils étaient pressés, les pauvres ! Parfois, ils nous jetaient une nouvelle : c’était notre seule liaison avec l’arrière jusqu’au lendemain soir. La nuit, quand on n’était pas de veille, on essayait de dormir. On avait encore plus besoin de sommeil que de pain. On s’enveloppait dans […] un couvre‑pieds et une grande et chaude couverture, et par‑dessus le costume militaire, une peau de brebis ; on était bien couvert. Alors, comme sur un mot d’ordre, une armée de poux se mettait en mouvement et circulait en tous sens, à la surface du corps. C’était un supplice rapidement intolérable. Il fallait renoncer au sommeil61.

79Le gel et la neige sont impitoyables pour des hommes obligés de rester sans bouger :

  • 62 Bastide, vers 1980, p. 65. Fantassin, Auguste Bastide est resté 18 mois en Orient.

La neige s’accumulait, rendant notre ravitaillement impossible. Nous avons dû nous rationner. Nos biscuits de secours étaient moisis, et la dysenterie reprenait de plus belle. Ceux qui avaient la force partaient de la tente pour faire leurs besoins, mais le vent glacé flagellait nos fesses nues, et le froid nous mordait au bas‑ventre. Rentrés sous la tente, nous y trouvions une odeur nauséabonde ; les plus faibles […] évacuaient sur leurs paillasses des déjections à l’odeur insoutenable62.

  • 63 Brochard, 1953, p 104‑105 et 116‑117.
  • 64 Cadoux, 1959, p. 218‑219.

80Marcel Brochard, amené à combattre à des altitudes voisines de 2 000 mètres, écrit que, entre deux combats, les soldats s’abritaient dans des igloos de glace ; lorsqu’il s’est trouvé dans le village de Snégovo au‑dessus de Monastir, il s’estimait chanceux quand il observait à la jumelle ses camarades à plus de 2 000 mètres qui n’étaient ravitaillés qu’une ou deux fois par semaine, et dont les tentes craquaient sous le poids de la neige, ou étaient emportées par la tempête63. À Noël 1916, comme le raconte Lucien Cadoux, dans un petit poste à la cote 1 050, le jus dans le bidon est devenu glaçon, comme le vin, et il fallait frapper la glace de la gamelle pour en retirer, un a un, les fayots64. La conséquence ne se fit pas attendre : les pieds gelés. Lucien Cadoux, qui, lui‑même, put sauver ses pieds de justesse, a vu ses camarades dans la même situation :

  • 65 Ibid., p. 219‑220.

Bientôt commença la série des pieds gelés. L’immobilité, la mauvaise circulation du sang aux extrémités, ne rendaient la chose que trop facile. Un sergent […] qui voulait faire carrière dans l’armée, fut évacué, mais trop tard. On dut l’amputer des deux pieds. Nous passâmes en ligne le premier jour de l’an [1917]. Les jours suivants, les cas de gelure se faisaient de plus en plus nombreux […] Nous étions des hommes à bout de force […] Nous fûmes relevés par les Serbes. Au moment de quitter mon alvéole [le creux où il se nichait derrière un rocher], chargé de tout l’équipement, je m’aperçus que mes jambes ne me portaient pas ; insensibles jusqu’aux genoux. Inutile d’appeler du secours. Je me mis à ramper ; et, à la descente, ce ne fut pas chose facile. Je me traînais, comme je pouvais, jusqu’au ravin, où la compagnie se rassemblait. Le poste de secours était paré pour des cas semblables depuis quelques jours déjà65.

  • 66 Lacoste, 1923, p. 159.

81Les hommes ne peuvent que dormir dans de petites tentes que l’on monte à la tombée de la nuit pour ne pas être vues par avion et que l’on démonte le matin. L’étoffe, gelée dans la nuit, refuse de se plier et craque, où elle s’effondre sur ses habitants qui ne peuvent faire de la lumière et doivent redresser les piquets dans le noir66. Dans ces conditions, l’arrivée du brouillard apporte un répit :

  • 67 Ibid., p. 168.

Il y a du brouillard, ce matin. On est content, car, le brouillard, c’est le répit, la liberté, le calme pour un moment. On peut sortir sur la crête, se promener devant la batterie, respirer en paix, marcher, flâner, aller voir les voisins, bref, c’est la trêve c’est‑à‑dire le bien‑être, presque le bonheur. Nous sommes là, quelques‑uns, sur la pointe d’un mamelon qui par temps découvert serait inabordable […] Les éclaircies deviennent plus fréquentes, il faudrait se méfier. On se lève, on va se quitter. Soudain, un cri retentit, lugubre comme un appel de tocsin, et, quoique mille fois entendu, toujours tragique : Barrage ! Barrage ! Nous nous jetons sur nos batteries, dans une course éperdue67.

82Albert Guénard traduit bien cette expérience qui mine le moral des hommes qui ne voient pas l’intérêt militaire de leurs sacrifices et qui ont – beaucoup l’écrivent – l’impression d’être oubliés.

La vie difficile dans les cantonnements de la plaine

83La situation de ceux qui se trouvent cantonnés dans les zones de plaine est évidemment moins insupportable, même si la chaleur humide de l’été les frappe particulièrement et multiplie les mouches, les moustiques et le paludisme. Dans ces cantonnements, les hommes, isolés, souvent privés de nouvelles, et loin de la France, cherchent à remplir leurs journées d’inactivité.

84Comme ils ne trouvent rien à acheter pour améliorer leur ordinaire alimentaire – comme aux Dardanelles, certains refusent l’argent de leur famille qu’ils ne peuvent dépenser –, ils se mettent à la chasse (aux canards et oies sauvages), malgré l’interdiction, et à la pêche ; ils ramassent les escargots, pêchent les grenouilles et les écrevisses, stupéfiant les Grecs qui n’en mangent pas, ils ramassent les œufs de tortue et de canards, ils apprennent à ouvrir et à déguster les nombreuses tortues. Ils cherchent également à améliorer leur bivouac, traçant des chemins, évacuant les eaux stagnantes et cherchant à les décorer par des jardinets. Fabriquer des objets d’artisanat est aussi une occupation qui vient combler des besoins.

85La lecture est évidemment aussi un moyen d’occuper ce temps d’inactivité. Le niveau intellectuel de certains se trahit dans les titres qu’ils ont emportés avec eux, Le Prince de Machiavel, De l’Allemagne de Mme de Staël, Baudelaire, Sainte Beuve, la Vie d’Ernest Psichari… La maison Hachette ouvre une zone de vente à Salonique dans de grands baraquements où elle a plusieurs milliers de livres, elle a aussi des dépôts dans la plaine de Florina, elle a également le monopole de la distribution des journaux. Certains, comme le général Franchet d’Espèrey en 1918, l’accusent d’ailleurs d’abuser de sa position pour écouler les livres dont on ne veut plus en France et diffuser de la littérature amorale. Les plus critiques regrettent l’absence des œuvres de Barrès, d’Henry Bordeaux et de Maurras…

  • 68 Bernadotte, 1921a, p. 144.

86Certains montent de petits spectacles selon leurs idées, leurs goûts, et les conditions locales. « Il faut vivre avec les vivants sans s’occuper des fantômes qui peuplent la montagne68 », plaide le lieutenant de Bernadotte. Théâtre de marionnettes, fanfare, chants, ou même « galas » plus développés. On retrouve les chants à la mode, qui sont présents dans la mémoire des soldats, ainsi, un groupe de combattants dans le village de Snégovo passe sa soirée :

  • 69 Brochard, 1953, p. 113.

La nuit tombée, quelques soldats au fond de la tranchée caillouteuse fredonnent la France. Toutes les sentimentales y passent, accompagnées par ce grand caporal qui, d’une boîte à cigares, avait fabriqué une petite mandoline. D’abord « le plus joli rêve » puis « Frou‑Frou » et « Tout ça n’vaut pas l’Amour ». Le chœur continue […] bien qu’il n’y ait rien à boire, et on reprend, faux, bien entendu, « la Caressante » : « Les mains des femmes, je le proclame, sont des bijoux dont je suis fou » […] puis, tout doucement : « Je t’ai rencontré simplement » […], et « Femmes que vous êtes jolies », « Le p’tit cœur de Ninon », et pour terminer, on gueule : « Marguerite, si tu veux faire mon bonheur » 69

87Parfois, ces réunions sont l’occasion de découvrir un peu de la culture si méconnue des troupes coloniales

  • 70 Guénard, 1919, p. 352.

Mes Malgaches étaient tous présents à 1 h 50. En grégorien, ils ont chanté […] À la fin, ils m’ont demandé la permission de chanter, dans leur langue, un cantique religieux. Et ce fut vraiment beau. À 3 h, ils étaient réunis en cercle, au nombre de vingt‑six […]nombreux étaient les spectateurs. À la minute précise, le caporal se détachant du groupe s’est placé au centre et, au moindre signe, à un geste à peine visible de nous, les vingt‑cinq choristes se sont mis à chanter, à évoluer puis à danser. Nous n’avons rien vu d’aussi beau que le morceau intitulé « la danse des oiseaux »70.

88Gustave Gouin reçoit une invitation d’une compagnie voisine de la sienne dans le camp retranché de Salonique à Bunardza :

  • 71 Gouin, 1931, p. 116.

[…] une invitation pour une matinée récréative organisée […] La scène ? Un terre‑plein agrémenté de fleurs champêtres auquel quelques toiles de tente forment une toiture légère où flottent les drapeaux alliés… un petit mouvement de terrain formant l’amphithéâtre. Les braves territoriaux auxquels sont venus se joindre des nombreux poilus des unités voisines sont assis à même le sol […] le régisseur fait défiler chanteurs et comiques inscrits au programme […] « professeur de diction à Salonique, prix du Conservatoire de Topcin ou de Samli, lauréats du Concours de Macédoine » ! […] « maître de danse des grenouilles de Galiko » […] Aux chansons de Botrel et de Polin, succèdent de petites scènes comiques et des compositions d’actualité du cru de nos poilus « Sur les bords du Vardar !, En revenant de Bunardza » […] Il n’y manque rien, pas même la chanson sentimentale qui fait penser à la Patrie lointaine en évoquant les douceurs du foyer familial71.

89Mais il s’agit là de distractions de petits postes ; au camp de Zeitenlik, où se trouvent des dizaines de milliers de soldats, loin du front, des photographies montrent, le 3 mars 1918, « une représentation de gala » qui réunit plusieurs milliers de spectateurs ; le programme est divisé en deux parties ; la première regroupe les talents des militaires présents, des comiques, un violoncelliste, un baryton tandis que la seconde est intitulée « Cancans du camp », en deux actes. L’ensemble se termine par la musique d’un violoniste des concerts Colonne.

90Ce genre d’événements, suivis même par des non‑militaires va contribuer à donner de la vie des soldats de l’armée d’Orient une image de nonchalant farniente bien éloignée de la réalité.

91Car, même loin des combats, les soldats ont fourni un travail énorme et les repos à Zeitenlik (avec la fièvre et les moustiques) ne sont pas des jours volés.

De gigantesques travaux d’infrastructure par et pour l’armée

  • 72 Général Régnault in Ancel, 1921, p. 79.

92Devant la prolongation de la présence française et la difficulté de ravitailler totalement plusieurs centaines de milliers d’hommes depuis la métropole, il a fallu mettre sur pieds une « organisation rationnelle et systématique du pays […] pour les besoins de l’armée et de la population civile72 ».

  • 73 Deygas, 1932, p. 181.

93Les soldats placés à l’arrière réalisèrent des travaux considérables destinés à aménager un territoire dépourvu d’infrastructures à leur arrivée. Pendant quatre ans, ils ont vécu sous la menace d’un renversement brutal de leur situation, mais les nouveaux arrivants sont étonnés de constater l’importance des efforts réalisés, d’autant plus considérable que le territoire occupé est dépourvu de ressources, et que les alliés, jusqu’au renversement du roi Constantin en juin 1917, n’ont aucun partenaire sur place. Pol Roussel, qui arrive à Salonique en mai 1917, en visitant le camp de Zeitenlik, prend conscience que tous les soldats, les aménagements et le matériel, viennent de France et ont traversé la mer. En effet, en raison de la non‑participation de la Grèce à la guerre en 1915, les troupes alliées ne peuvent stationner en ville, le gouvernement grec leur loue un terrain, non loin de Salonique, sur la route de Lagada, « un vrai désert…, l’endroit le plus malsain de la région73 », où tout est à apporter et à faire :

  • 74 Roussel, 1925, p. 111‑112.

Tous les hommes ont été envoyés de France […] tout ce qui les entoure, tout ce qui aide à leur existence, la justifie ou l’entretient, bâtiments, abris, outils, armes, munitions, vivres, vêtements, tout est venu de là‑bas ; le plus petit objet, le plus insignifiant, ce clou qu’une main négligente a laissé tomber sur le sol ; cette feuille de papier que le vent emporte tout aussi bien que le canon lourd traîné par le puissant tracteur et le tracteur lui‑même, comme aussi ces obus entassés, comme aussi ces marchandises serrées dans les magasins, tout cela a été envoyé de France74

94Au cours du premier semestre 1916, l’ensemble des hommes est affecté à l’aménagement du camp retranché de Salonique, dont la périphérie se trouve à vingt ou trente kilomètres de la ville. La menace directe des Bulgares s’estompant, les hommes reçoivent alors pour tâche de relier Salonique au front qui, dans sa majeure partie, se confond avec la frontière gréco‑serbe, les hommes fournissent ainsi un gigantesque effort d’aménagement du territoire. Jean Saison qui se trouve, en mai 1916, à l’est du lac Doïran, à l’arrière des lignes, explique que :

  • 75 Saison, 1918, p. 307-308.

La moitié de la division est devenue une sorte d’entreprise de travaux publics, chargée de tracer et de construire des routes dans un pays où il n’y eut jamais que des sentiers et où l’on passe de l’altitude de 300 mètres à celle de 800, pour retomber à 200. Des ponts en ciment armé ont été jetés par‑dessus les ravins, au fond desquels des torrents se précipitent après les pluies. Nulle part, même dans les parties les plus dénudées des Alpes, je n’ai vu le ruissellement produire de tels effets75.

95Aucun de nos témoins n’a participé à ces travaux, néanmoins il nous a semblé intéressant d’en dresser un bilan, les hommes en ayant bénéficié dans leurs déplacements. Pour ces travaux, les soldats sont sollicités ; en appoint, on fait appel à de la main‑d’œuvre locale, à des prisonniers bulgares et aux troupes coloniales, venant d’Indochine en particulier. Certains militaires français, visiblement très fiers de ces réalisations, imprégnés d’une mentalité coloniale typique du xixe siècle les voient comme des œuvres civilisatrices. Ainsi selon Paul Malaquin, pharmacien dans l’armée d’Orient en Macédoine :

  • 76 Malaquin, 1919, p. 2. Il reprend mot pour mot le texte publié sous le nom d’E. Thomas, L’œuvre civi (...)

Aujourd’hui, grâce à la collaboration des alliés, la sécurité est revenue, le calme renaît, et la défiance, sentiment bien naturel à des populations qui ont beaucoup souffert, disparaît peu à peu. Les populations macédoniennes se rendent certainement compte que toutes les guerres ne sont pas les mêmes, et surtout que tous les belligérants ne se ressemblent pas. Elles en ont connu qui ne laissaient sur leur passage que des ruines, la désolation et la mort. Aujourd’hui, elles en connaissent qui, au lieu de détruire, créent, enrichissent et concilient les nécessités de la guerre avec celles de la civilisation.
Les Macédoniens ont eu sous les yeux trop d’exemples vivants des résultats que peuvent produire l’intelligence et l’initiative, pour n’avoir pas à cœur de continuer l’œuvre entreprise par leurs alliés d’Occident76.

  • 77 Ancel, 1921, p 160.

96Hormis la ligne de chemin de fer, il n’y a pas de voie de communication satisfaisante pour les besoins français. L’armée va donc en ouvrir. Après leur entrée à Monastir en novembre 1916, le génie, les bataillons d’étapes et la main‑d’œuvre locale construisent 63 km de route et aménagent 250 km de pistes, la route de Monastir est empierrée jusqu’à Yenidje (aujourd’hui Yannitsa). La route de Véria à Kozani, inaccessible aux camions en raison de son étroitesse et de son profil, est réparée sur 150 km ; une portion de route est construite par le 227e RI le long du lac Prespa, ainsi que des pistes d’accès aux lignes pour préparer l’offensive de mars 1917 ; les Serbes construisent une route de Sakulevo à Brod, puis au‑delà de la Cerna, ils taillent une montée de 20 kilomètres jusqu’à un village à 1 200 mètres d’altitude. Il faut aussi rétablir la ligne de chemin de fer après la destruction du viaduc d’Ekchisu qui contraint à débarquer les marchandises et à les acheminer par voie terrestre. Au début de l’année 1918, le général Guillaumat fait établir une carte routière et instaure un service routier autonome qui emploie 13 000 travailleurs militaires et 12 000 ouvriers civils. Ce service dispose de 250 camions, 750 arabas, 500 chars à bœufs, 80 cylindres à vapeur ou à essence… 400 wagonnets, 40 kilomètres de voie de 0,60. La construction d’un kilomètre de route camionnable large de cinq mètres, et empierrée nécessite plus de trois mois de travail pour une centaine d’hommes77.

  • 78 Collectif, 1932, p. 130‑131, 31 collaborateurs y ont participé dont Louis Cordier et Pierre Chanlai (...)

97Un second ensemble de travaux importants touchent à l’assainissement des zones marécageuses. D’une part, il faut résoudre le problème de l’approvisionnement dans les cantonnements comme à Salonique même. De 1916 à 1918, selon Jacques Ancel, 600 sources ont été aménagées, 240 puits forés, 4 000 abreuvoirs ont été construits ainsi que 1 000 réservoirs et 220 km de canalisations78. Dans le secteur du lac Prespa, les soldats effectuent des captages de sources dans les ravins et construisent des fontaines. La ville de Salonique jusqu’à l’automne 1916 ne possédait aucun réseau d’eau potable, les besoins amplifient considérablement avec l’arrivée des alliés. Un service des eaux fut créé dès octobre 1916 par le général Sarrail pour pallier cette insuffisance. Ancel écrit que, dans le camp de Zeitenlik, qui a besoin chaque jour d’un débit de 600 m3/s, des hydrauliciens du génie remettent en état 12 puits artésiens datant de l’époque turque et aménagent une machine élévatoire. Des efforts sont faits pour alimenter l’Est de Salonique où l’on trouve plusieurs hôpitaux et diverses installations militaires, dont le terrain d’aviation ; en effet, tous les puits de ce quartier étaient pollués, et la seule source se trouvait à trois kilomètres. « Grâce aux découvertes du nouveau service archéologique, par l’exemple romain et l’expérience byzantine » un aqueduc est construit au printemps 1918, long de 11 kilomètres et avec un débit de 2 000 à 2 500 m3 par jour.

98D’autre part, ces travaux doivent servir à limiter l’extension du paludisme. À la suite de l’arrivée de la mission médicale :

On rectifie les berges des fossés et les bords des mares, on coupe les boucles […] faucarde les herbes aquatiques, cure et aplanit les fonds ; on assure à l’eau un écoulement régulier ; voire, le lit est dédoublé : un système de vannes permet d’alterner le courant, de mettre à sec tour à tour l’un et l’autre drain, jusqu’à la destruction des larves ; les surfaces sont pétrolées au compte‑gouttes ; des puisards sont creusés par ailleurs ; des marais sont asséchés.

99La mission aménage des canalisations : un canal de deux kilomètres supprime les marais qui entouraient le lac Rudnik, et entraîne l’eau vers le lac de Petersko, les abords de Florina sont drainés par un canal de cinq kilomètres qui porte l’eau vers la basse plaine ; les mêmes travaux assèchent les villages de Sakulevo et Vakufkoy, d’autres sont engagés le long de la voie ferrée Monastir‑Salonique, dans Salonique, à Vodena (aujourd’hui Edessa) et dans nombreux villages.

100Étant donné l’éloignement des bases, l’armée française se met à exploiter tout ce qui peut lui servir directement ou indirectement. Le ravitaillement en nourriture de plusieurs centaines de milliers d’hommes est une préoccupation majeure, des services de l’intendance ont été mis en place dès l’arrivée des troupes françaises et, le 16 octobre 1915, un ordre du jour fixe la ration alimentaire :

  • 79 SHD, 20 N 78, ordre 136.

La ration forte sera allouée à toutes les troupes de l’Armée d’Orient. Le taux de la ration forte de viande est fixé à 450 grammes […] La ration de vin est augmentée quotidiennement de 0,25 l de vin ou 0,062 l d’eau de vie79.

101Les soldats se plaignent rarement de manquer de nourriture, un budget commun permet même d’acheter quelques superflus, sardines, fromages, confiture, chocolat, ce qui paraît extraordinaire aux hommes qui viennent des Dardanelles. Cependant, les hommes – pas ceux des postes de montagne, qui se contentent de ce qui réussit à leur parvenir – se plaignent – en bons Français – de la monotonie de la cuisine :

  • 80 Deygas, 1932, p. 196-197.

L’Intendance, en Orient, était bien pauvre […] le « singe » alternait avec la viande frigorifiée et le lapin d’Australie dont les poilus gardent le plus mauvais souvenir. La viande fraîche était à peu près inconnue des combattants. Le bon gros pinard de chez nous était remplacé par une espèce de vin grec incolore et résiné insupportable à des palais français. Inconnues ou presque, les pommes de terre80.

  • 81 Cordonnier, 1930, p. 320.

102Le lapin d’Australie figure dans nombre de récits et fait la quasi‑unanimité contre lui. En revanche, lorsque le front se déplace, l’intendance suit plus difficilement et des groupes de soldats prennent des initiatives qui varient les menus, se procurent des moutons, des poules, récupèrent les provisions abandonnées dans des villages dont les habitants ont fui devant l’avancée de l’armée ; près de Monastir, en octobre 1916, ils récupèrent les provisions de l’armée bulgare « faute de pain et de légumes en abondance, les soldats se nourrissaient de gigots, nous avions eu grains, vins, légumes, bétail gratis81 ».

  • 82 Deygas, 1932, p. 197.
  • 83 Skourdi in Mourelos, 1992, p. 203.

103L’insuffisance des approvisionnements venus de France en fruits et en légumes frais a pour conséquence la mise en place progressive de parcelles cultivées. Deux grosses maisons d’alimentation françaises obtiennent l’autorisation d’ouvrir des succursales en Macédoine, et d’immenses potagers où poussent haricots, pois, choux et pommes de terre, sont créés dans la plaine entre Florina et Monastir82. Plus de mille hectares sont cultivés pour subvenir aux besoins de l’armée ; des plantations d’arbres fruitiers et de pommes de terre donnent de bons résultats du côté de Véria. Les populations sont impliquées dans ces programmes et quatorze fermes sont créées dans les plaines du Vardar, de Kozani et de Monastir, des charrues en fer, des moissonneuses, des batteuses mécaniques furent importées, des officiers compétents « enseignèrent aux agriculteurs grecs de nouveaux procédés de culture, tels les semis de maïs en ligne, alors que les Grecs opèrent à la volée83 ». Jacques Ancel explique que chaque division possède sa propre exploitation horticole, et la production de blé devient importante en 1917, limitant ainsi les coûteuses importations de céréales pour les animaux.

104La nourriture n’est pas le seul besoin des armées et, vu les dangers grandissants de la guerre sous‑marine, au début de 1918, le général Guillaumat crée le « service industriel des armées alliées d’Orient » qui veut remplacer les bivouacs sous tente par des cantonnements de briques et des baraques légères.

  • 84 Ancel, 1921, p. 153‑154.

Le service industriel fournit ainsi chaque semaine, du printemps et de l’été 1918, 320 mètres de planches pour baraquements, soit les matériaux du logement de 1200 hommes, 175 000 briques, plus de 7000 tuiles pour l’avant ; en même temps, dans la zone des étapes, on cuit par mois 800 000 briques […] Des explorations minutieuses amènent la découverte d’une demi‑douzaine de mines de lignite (près de Koritsa et de Banica). Un service forestier arpentait la Macédoine‑Occidentale et même le nord de la Vieille Grèce […] en Chalcidique, dans l’Athos ; les réserves de bois de construction, de chauffage allaient permettre aux relèves de mieux endurer l’hiver 1918‑191984.

105Néanmoins, les postes éloignés ou en altitude ne voient que rarement parvenir jusqu’à eux ces ressources nouvelles et, pour pallier les insuffisances en matériel venu de France, les initiatives locales se multiplient, fours à briques, fours à poteries, fours à fabriquer des pipes !

106Dès le mois de décembre 1915, les combattants comprennent que la guerre de mouvement qui portait leurs espoirs n’a pas abouti. C’est dans cette ambiance d’amertume que se met en place, par des travaux colossaux, le camp retranché de Salonique. Le piétinement du front est mal perçu, après l’échec des Dardanelles, ils ont le sentiment de vivre une nouvelle défaite tout au long des trois ans passés en Macédoine. Le sentiment d’inutilité, le fait de souffrir pour rien sur un territoire inhospitalier, ainsi que la gigantesque contribution demandée à l’occasion des déplacements et pour exécuter des travaux de terrassement sont les motifs principaux de démoralisation. Par rapport aux Dardanelles, le sentiment d’inutilité est encore aggravé par la prise de position ambiguë de certaines populations liée au contexte politique, les soldats ne se sentent pas toujours bienvenus et ne voient pas pourquoi effectuer des travaux pour des populations pour lesquelles ils n’éprouvent aucune sympathie.

  • 85 Arène, 1916, p. 151.

Il faut changer d’horizon, il faut redevenir des soldats. Nous n’avons plus, après vingt mois de campagne, l’enthousiasme un peu fou des premiers jours. À présent, nous supportons, nous consentons les sacrifices qu’il faut pour rentrer au foyer après avoir été vainqueurs. Mais qu’il nous tarde de la cueillir, cette victoire ! Les travaux formidables que nous avons accumulés autour de Salonique, ne font pas rêver à cette victoire, du moins telle que nous la désirons. Le soldat qui ne bouge pas, qui se prépare à la défensive, n’a jamais le moral de celui qui attaque, qui va de l’avant85.

Notes

1 Villebonne, 1919, p. 78‑79.

2 Ibid., p. 70 et 82.

3 Maridort, 1918, p. 95‑96.

4 Burnet, 1921, p. 76.

5 Arène, 1916, p. 33.

6 Deygas, 1932, p. 196.

7 Stocanne, 2005.

8 Ducasse, 1964, p. 187.

9 Pernot, 1936, p. 72, brancardier à la 57e DI, dans la boucle de la Cerna en 1917.

10 Lacoste, 1923, p. 94, il était alors à Monastir.

11 Maridort, 1918, p. 147.

12 Lacoste, 1923, p. 131 et Lamoureux, p. 222. Lamoureux, avocat, à la 156e DI, fut ministre de l’Instruction publique et des Beaux‑Arts en 1926, il occupa sept postes ministériels différents entre 1926 et 1940.

13 Lacoste, 1923, p. 55-56.

14 Deygas, 1932, p. 196 ; Frappa, 1921, p. 176, lieutenant, au 2bureau du GQG du général Sarrail, et Stocanne, 2005, p. 84.

15 Cadoux, 1959, p 177.

16 Maridort, 1918, p. 14.

17 Lacoste, 1923, p. 38.

18 Guénard, 1919, p. 349.

19 Lamoureux, 1969, p. 233, en mars 1917, près de Florina.

20 Bonnefon, 1925, p. 148. Il était à la 30e DI, 58e RI.

21 Lacoste, 1923, p. 55.

22 Deygas, 1932, p. 188.

23 Cadoux, 1959.

24 Décision de Sarrail, 15 novembre 1915.

25 SHD, 20 N 665.

26 Ducasse, 1964, p. 219.

27 Carcopino, 1971, p. 55. Il est évacué de Florina en juillet 1917 pour « forte fièvre amibienne ».

28 Brochard, 1953. Ce soldat a passé 19 mois en Orient où il fut envoyé après avoir été grièvement blessé dans les Vosges en août 1916. Il a servi à la 76e DI, 57e RI, 12e Cie.

29 Bernadotte, 1921a, p. 73.

30 Constantin-Weyer, 1930, p. 226‑227. Canadien volontaire, lieutenant successivement au 58RI, 30e DI, 284e RI, 122e RI.

31 Chanlaine, 1931, p. 145-146. Ouvrage dédicacé à Claude Farrère. Il évoque l’histoire de Roland Durieux, violoniste, officier à la 57e DI, 373e DI qui passa 18 mois en Orient.

32 Christian‑Frogé (dir.), 1922, p. 285.

33 Guénard, 1919, p. 360-361.

34 Cadoux, 1959, p. 189.

35 Ramette, 1917, p. 66‑67. Ouvrage censuré à plusieurs reprises.

36 Giguel, mentions du 6, 8, 11 et 18 novembre.

37 Colonel Mazurier in Libermann, 1917, p. 319‑320, depuis la gare de Gevgueli, lors du repli de la campagne de Serbie.

38 Nom le plus couramment employé par les soldats, pour Eskisu (en turc), près de Florina.

39 Lamoureux, 1969, p. 245.

40 Marcouxe, s. d., p. 176.

41 Canudo, 1918, p. 170.

42 Ibid., p. 139.

43 Cadoux, 1959.

44 Maridort, 1918, p. 161‑162.

45 Cadoux, 1959, p. 172.

46 Guénard, 1919, p. 344-345.

47 Deygas, 1932, p. 194.

48 L’ensemble des détails dans : Migliani et al., 2014, p. 349-361.

49 Ancel, 1921, p. 130.

50 Facon, 1977, p. 654.

51 Sergent & Sergent, 1932, p. 108‑123.

52 Pradel, 1940, p. 217‑218. Il était chanoine.

53 Bussière, 1918, p. 517‑530.

54 Migliani et al., 2014.

55 Ibid.

56 Cadoux, 1959, à la cote 1 050 au-dessus de Monastir, p. 213-214.

57 SHD, 24 N 3119.

58 Ibid.

59 Lieutenant Mourgues in Facon, 1977, p. 648.

60 Ducasse, 1964, p. 168.

61 Cadoux, 1959, p. 213‑214.

62 Bastide, vers 1980, p. 65. Fantassin, Auguste Bastide est resté 18 mois en Orient.

63 Brochard, 1953, p 104‑105 et 116‑117.

64 Cadoux, 1959, p. 218‑219.

65 Ibid., p. 219‑220.

66 Lacoste, 1923, p. 159.

67 Ibid., p. 168.

68 Bernadotte, 1921a, p. 144.

69 Brochard, 1953, p. 113.

70 Guénard, 1919, p. 352.

71 Gouin, 1931, p. 116.

72 Général Régnault in Ancel, 1921, p. 79.

73 Deygas, 1932, p. 181.

74 Roussel, 1925, p. 111‑112.

75 Saison, 1918, p. 307-308.

76 Malaquin, 1919, p. 2. Il reprend mot pour mot le texte publié sous le nom d’E. Thomas, L’œuvre civilisatrice de l’armée française en Macédoine, étude publiée par L’Indépendant, septembre‑octobre 1918. Cette étude comprend neuf chapitres, les routes, les eaux, l’œuvre agricole, l’œuvre industrielle et commerciale, les travaux archéologiques, la mission antipaludique, l’œuvre scolaire, l’œuvre du Service photographique, l’Hygiène et les études d’histoire naturelle.

77 Ancel, 1921, p 160.

78 Collectif, 1932, p. 130‑131, 31 collaborateurs y ont participé dont Louis Cordier et Pierre Chanlaine.

79 SHD, 20 N 78, ordre 136.

80 Deygas, 1932, p. 196-197.

81 Cordonnier, 1930, p. 320.

82 Deygas, 1932, p. 197.

83 Skourdi in Mourelos, 1992, p. 203.

84 Ancel, 1921, p. 153‑154.

85 Arène, 1916, p. 151.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende La vallée du Vardar en décembre 1915. En Macédoine comme en Thrace, la voie de chemin de fer, construite sur un talus, est souvent employée par ceux qui marchent pendant l’hiver.
Crédits © L’Illustration, 25 décembre 1915, no 3799, p. 703, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Titre Figure 2
Légende Sous la neige
Crédits © L’Illustration, 25 décembre 1915, no 3799, p. 705, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 3
Légende Le moustique destructeur
Crédits © Les Annales, 25 juillet 1915, no 1674, VI, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4
Légende L’armée et la quinine. Cartes postales éditées en 1917 par le sous-secrétariat d’État du service de santé militaire, mission antipaludique de l’armée d’Orient dans laquelle les chefs monrtrent aux soldats les avantages de la quinine54.
Crédits © collection Jean-Marie Milleliri
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 898k
Titre Figure 5
Légende Carte postale éditée en 1917 par le sous-secrétariat d’État du service de santé militaire, mission antipaludique de l’armée d’Orient55
Crédits © collection Jean-Marie Milleliri ; dessin de Benjamin Rabier
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses de l’Inalco, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search