Version classiqueVersion mobile

Les Désorientés

 | 
Francine Saint-Ramond

Partir en Orient

Going to the East

Η αναχώρηση προς την Ανατολή

Résumé

Les hommes envoyés en Orient, selon leur culture, rêvent de la Belle Hélène, d’Azyadé, ou du Maroc, tous espèrent vivre moins difficilement qu’à Verdun. Aucun n’a conscience de la réalité. Le voyage jusqu’à Marseille, les premières escales apportent des bouffées d’exotisme, mais les conditions de navigation, le danger et le risque de mort permanent sont inquiétants et l’arrivée à Lesbos ne correspond pas à leurs espérances.

Texte intégral

Figure 1

Figure 1

Les Balkans dans la guerre

© Colonel F. Feyler, 1920, La campagne de Macédoine 1916‑1917, Genève, Éditions d’art, Boissonnas

1Le voyage en Orient… le rêve de tous les gens instruits du xixe siècle, de quoi impressionner les recrues qui ne connaissent de leur destination que le mot « Orient » ou parfois celui de « Constantinople »… Le départ et le voyage sont déjà un dépaysement, mais le chemin est semé de dangers, et l’arrivée, pire, encore.

Le contexte du départ

2Les hommes qui sont envoyés en Orient sont sélectionnés selon des critères qui évoluent au cours des quatre années étudiées, sans qu’il y ait un fil directeur très net. Les contingents de la première division sont prélevés dans les dépôts ; puis on voit partir des hommes plutôt âgés, et aussitôt après, de jeunes soldats envoyés en urgence. En 1917, on décide d’exclure de ces convois les plus âgés et les chargés de famille. L’importance des pertes entraîne un renouvellement rapide des effectifs. On a donc recours aux volontaires motivés par le désir d’échapper aux conditions dramatiques du front de France ; mais l’illusion d’une guerre « facile » ne dure pas, le journal du front Bavons dans l’paprika (août 1917) dans son humour noir expose la réalité :

  • 1 De 1915 à juin 1917, seuls les malades dont l’état est grave et les blessés retournent en France ; (...)
  • 2 Feuille du 148e RI, août 1917.

Ces candidats renoncent finalement à leur engagement en se voyant présenter le contrat :
– rester sans permission pendant 3 ans1,
– ne pas recevoir de courrier pendant une période variant de 10 à 15 jours
– supporter une température de 50 °
– demeurer en ligne pendant 16 mois sans se plaindre2.

  • 3 Plus loin RMA.

3Et l’armée fait appel aux prisonniers, aux fortes têtes, aux anciens réformés, à certains syndicalistes, ce qui vexe énormément certains soldats qui se sentent dévalorisés. M. Renouf, soldat au 2e régiment de marche africaine3, voit :

  • 4 Témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 659-660.

Des légionnaires et quelques têtes brûlées provenant des bagnes d’Afrique, condamnés à 10, à 15 ans de travaux forcés et ayant demandé à se battre pour se racheter4.

4Le chanoine Bouard traduit cette humiliation :

  • 5 Bouard, 1938, p. 86. L’auteur, prêtre‑soldat, lieutenant, arrive à Salonique en mars 1917 et son ré (...)

C’est humiliant pour nous, Orientaux, à chaque instant, débarquent à Salonique des groupes d’insoumis, de révoltés sur le front français. Leur punition, c’est l’envoi en Orient5 !

5Cette impression est renforcée par le peu d’intérêt que manifeste la presse pour la campagne ou par les contre‑vérités qu’elle véhicule. Le directeur du Matin, peu désireux d’envoyer Albert Londres, l’un de ses journalistes, vers les Dardanelles explique :

  • 6 Assouline, 1989, p. 75.

Les Dardanelles, c’est loin. L’Orient, c’est compliqué. Le corps expéditionnaire français va s’y perdre. L’opinion publique se lassera vite d’une joute aussi exotique. Ce qui l’intéresse, c’est le bras de fer franco‑allemand à portée de canon de l’Île‑de‑France6.

6Aucun journal ne publie d’ailleurs de photographie du front, les combattants ne sont vus qu’à l’arrière. La presse s’intéresse aux opérations en mettant l’accent sur la puissance de la marine et la prise de Constantinople qui l’occupent pendant toute l’année 1915. Cependant peu à peu la réalité se fait jour. Le 3 juin 1915, Albert Londres dans le Petit Journal précise déjà :

  • 7 Londres, Petit Journal, 13 juin 1915.

Parce que c’était loin, que cette descente aux Dardanelles avait des allures de ces expéditions que la France a l’habitude de faire aux pays du soleil ardent, tout le monde, les soldats qui s’embarquaient, ceux qui les voyaient partir, pensaient qu’une fois à terre, il ne resterait plus qu’à marcher. Tirailler de droite et de gauche, quelques coups d’héroïsme par là‑dessus, et marcher ! Bien, ce n’est pas de la sorte que les alliés iront à Constantinople. C’est la même guerre que de Nieuport aux Vosges7.

7Les soldats eux‑mêmes ne remettent pas en cause le fait de partir en « Orient » ; leur vision de cet Orient est fondée sur l’éducation classique, la littérature du xixe siècle et les succès récents de Pierre Loti. Notons qu’Azyadé, le premier roman de Pierre Loti, a été publié en 1879, Les Désenchantées en 1906. Le succès de ses ouvrages a été énorme, il fut élu à l’académie Goncourt en 1888, et en 1891, élu à l’Académie française à 42 ans : « Les jeunes filles étaient folles de ses romans et portaient, à leur cou, dans un médaillon en forme de cœur [son] nom gravé », écrivit Alfred Mézières qui le reçut ! L’Orient est donc pour le soldat, sur un fond de culture coloniale, le pays des héros antiques, et celui des Femmes d’Alger de Delacroix et d’Azyadé :

  • 8 Roussel, 1925, p. 168. Pol Roussel était officier du service de santé, à la 30e division d'infanter (...)

J’ai lu Azyadé très jeune et ce livre m’émeut, comme m’avait ému le Graziella de Lamartine et la Virginie de Bernardin, comme devait m’émouvoir un peu plus tard la légende de Tristan et Yseut, ressuscitée par Joseph Bédier […] j’avais cet âge charmant, heureux, où l’on accueille avec ravissement les fictions poétiques en leur donnant véritablement un caractère de vie8.

  • 9 Dorys, 1902, p. 12.

8La fréquentation de Pierre Loti leur fait attendre un décor urbain, une société aisée et une femme turque « qui semble n’être née que pour l’amour et ne vivre que par lui9 ». Le soldat part donc avec une certaine idée de sa destination qui va se heurter violemment aux réalités de la guerre et de la région.

9Les premiers combattants, en 1915, ont le sentiment qu’ils vont vivre une guerre de type colonial plus facile et valorisante que le front de France. Cette impression « coloniale » est d’ailleurs sous‑jacente même en haut lieu : quand on nomme le général Sarrail, en août 1916, commandant des armées alliées en Orient, c’est un militaire qui a une longue expérience des colonies, il a servi en Algérie, en Tunisie, au Maroc et au Tonkin.

Salonique, l’Orient, c’était des mirages de mers immenses avec des bleus violents, des visions de bled, de soleil au milieu du grand inconnu de demain. [...]

  • 10 Semnos, 1919, p. 15. L’auteur, lieutenant, a appartenu à la 2e D des Dardanelles, puis à la 156e di (...)

Adieu la pluie, les horizons gris et tristes de Lorraine que je me croyais si près de revoir. Pendant que tant d’autres vont rester immobilisés pendant des mois d’hiver dans des tranchées boueuses et sous un ciel triste, nous nous voyons débarquer déjà, au‑delà de la Méditerranée bleue, sur des rivages dont les noms ont bercé notre enfance10.

10Le parallèle avec le Maroc revient chez plusieurs auteurs :

  • 11 Drieu La Rochelle, 1934, p. 131. Ensemble de nouvelles sur la guerre, dont « Le voyage des Dardanel (...)

Je rêvais de Turquie depuis quelque temps […] D’ailleurs, tout le monde rêvait à quelque Turquie ou Maroc, et chaque régiment, en se réveillant, le matin, s’imaginait un instant […] transporté dans un pays de rêve. C’était un pays où l’on tuait les autres êtres sans être tués et où l’on finissait la guerre. On était séduit par cette idée de mouvement tournant qui nous éloignait du théâtre principal des hostilités […] Les Turcs nous paraissaient des adversaires pittoresques, distrayants et pénétrables11.

  • 12 Le jeune marseillais Désiré Bianco, 13 ans, parvint à atteindre la presqu’île et à participer aux (...)

11Cet espoir, ce rêve d’Orient, grâce aux nouvelles limitées ou erronées de la presse et au silence des soldats, persiste. L’expédition, présentée dans les premiers temps comme une conquête, a eu des répercussions sur la jeunesse ; la littérature qui lui était destinée s’est emparée du thème, faisant avancer ses héros jusqu’à Constantinople ; Bécassine minimise le risque de torpillage, les Pieds nickelés s’emparent d’un U‑boat, substituent du lait à l’essence dans un dépôt allemand, coulent plusieurs navires ennemis, saisissent des plans militaires de l’ennemi, et multiplient les avanies imposées aux Turcs, jusqu’à quitter Constantinople avec le trésor personnel du sultan ! Cette héroïsation est perçue avec une telle intensité que plusieurs adolescents se sont embarqués clandestinement pour les Dardanelles12. Dans Les enfants héroïques, ouvrage publié en 1917 et destiné aux adultes, on rapporte qu’un groupe d’enfants a voulu quitter Paris pour aller renforcer le front d’Orient en passant par la Russie !

12Le goût de l’inconnu chez ces jeunes gens, l’idée de voir Constantinople font négliger les possibles inconvénients :

  • 13 Louis Cordier, sergent au 3e RIC, professeur, témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 649.

Bien qu’ayant entendu parler du paludisme et de la chiasse et du mauvais ravitaillement, ils se disaient que là‑bas, ça cogne moins dur qu’en Champagne ou au Four de Paris où la coloniale trinqua dur13.

Les « Orientales », telles que les soldats les rêvent, telles que les représentent les cartes postales, à partir d’une photo de studio à Marseille ou d’un tableau des terrasses d’une kasbah.

© CP : Carte postale, APA

13D’autres, moins aventureux, s’interrogent : ils n’ont jamais ni voyagé, ni même vu la mer, ne vont‑ils pas mourir loin de chez eux ? Mais les inquiétudes sont relativisées après l’enfer de Verdun, pouvait‑on vivre pire ?

  • 14 M. Chalouet, lieutenant au 274e régiment d'artillerie de campagne (plus loin RAC), témoignage recu (...)

Notre réaction était mitigée. Venant de goûter Verdun et sachant ce qu’on y avait laissé, partir en Orient valait mieux. On se disait que la guerre n’était pas finie et que si on recommençait jusqu’à Verdun, on y laisserait la peau. Le fait de partir en Orient n’était pas une certitude de s’en sortir, mais cela nous laissait plus de chances d’en revenir. On savait que là‑bas on aurait plus de chances qu’à Verdun, mais il y avait les privations, l’éloignement de la famille, le manque de lettres et le manque de permissions14.

14Les réactions face au départ varient donc selon l’âge, la situation familiale, et la culture du militaire. Les plus jeunes sont sensibles à l’aventure, les plus cultivés rêvent de la guerre de Troie, d’Hélène et de Constantinople ; les pères de famille sont évidemment plus inquiets, et les familles redoutent ces lieux qui leur rappellent les atrocités des guerres balkaniques récentes. Ainsi, sur une carte postale patriotique, Le Rêve, le 23 juillet 1915, une mère inquiète conseille son fils :

Lorsque tu me récriras, tu me diras si tu es avec quelqu’un de nos pays, et si tu te bats. Surtout, ne t’éloigne pas de tes camarades, car, ces gens‑là, on ne les connaît pas. C’est des pays sauvages. Surtout, fais‑toi un grand camarade et donne‑lui ton adresse au cas où il t’arriverait quelque chose, il pourrait l’écrire.

Le voyage

Figure 4

Figure 4

Chasser le Turc… malgré tout, aidé par la flotte anglo-française

© CP, APA

Figure 5

Figure 5

Marseille, la Joliette. L’approvisionnement pour des dizaines de milliers d’hommes s’entasse sur les quais avant  l’embarquement

© CP, APA

15Les soldats se trouvent presque tous pour la première fois dans une situation totalement inédite. Comme le souligne Jean Vizern :

  • 15 Vizern, 1964, p. 40. L’auteur, élève de l’École centrale, a recueilli ces souvenirs.

À cette époque, combien de petites gens n’étaient pas sortis de leur canton, et même pour les paysans, de l’horizon visible de leur ferme, sinon pour conduire à la foire du village le plus proche, une ou deux fois par an, un couple de bœufs de labour, des moutons ou des cochons. Des hommes habitant à soixante kilomètres de la mer ne l’avaient jamais vue15 !

16Le voyage comprend plusieurs étapes ; la première d’entre elles conduit le soldat en train vers le Midi de la France et les ports de Marseille et de Toulon, après un passage par des camps d’entraînement à Salon‑de‑Provence ou à Puget‑sur‑Argens. C’est pour beaucoup la découverte d’un climat, d’un accent, d’un style de vie différent, la plongée dans une grande ville avec des distractions et des commerces inconnus. Suivent le départ, toujours émouvant, et la traversée de la Méditerranée. Une semaine de voyage suffirait, mais, en raison des aléas divers, certains mettent près d’un mois avant d’arriver. Il peut y avoir des escales à Malte, à Bizerte ou à Alexandrie (les premiers départs), avant la première arrivée à Lemnos, ou à Salonique à partir d’octobre 1915. En raison de la guerre sous‑marine, à partir de 1917, certains sont acheminés par train à travers l’Italie pour rejoindre Tarente, puis le petit port d’Itéa et, de là, la Macédoine par une route terrestre périlleuse.

  • 16 Guénard, 1918, p. 5. L’auteur était à la 122e DI, caporal‑brigadier de cavalerie.

17Inquiétude immédiate : la peur des torpillages et des sous‑marins allemands. Être escorté par des bâtiments de guerre rassure et inquiète à la fois ; en décembre 1915, Albert Guénard note que son convoi « oscille sans cesse comme l’aiguille affolée d’une boussole » et ajoute « toutes les heures, nous changeons de direction afin de dérouter les sous‑marins16 ».

  • 17 Peaudeleu, 1920, p. 18. L’auteur était médecin-major.

Cette peur est accentuée par le fait que les cales sont pleines de munitions. Nous dûmes rester à quai, toute une journée pendant laquelle le navire fut rempli à couler d’une quantité inimaginable de marchandises. Des milliers d’obus, des explosifs, des centaines de tonneaux d’essence, des matières inflammables […] Ce n’est pas sans une grande appréhension que nous vîmes s’accumuler les caisses de cheddite […] nous ne pouvions nous empêcher de penser à la catastrophe en cas de rencontre d’un sous‑marin, par le choc même léger d’une torpille ou d’une mine en dérive17.

18Le danger reste proche, même si les bateaux sont « maquillés » pour être méconnaissables, et totalement obscurcis de nuit :

  • 18 Bernadotte, 1931, p. 54-55. L’auteur était lieutenant à la 156e DI, 175e RI.

À 2 h 50 du matin, l’officier de quart vient d’apercevoir […] l’ombre d’un sous‑marin ennemi à 500 m à peine […] il a vu la torpille sortir des flancs du sous-marin et […] se diriger droit sur l’avant de la coque du navire. À temps, il a su donner un vigoureux coup de barre à gauche […] C’est l’embardée du bateau qui nous a réveillés subitement nous jetant sur le pont, à demi vêtus18.

19Ce danger est rappelé par les exercices d’évacuation :

  • 19 Peaudeleu, 1920, p. 21.

Nous apprenons que la veille un transport a été coulé dans ces parages. Nous traversons ici une zone fatale où beaucoup de nos bateaux ont été détruits en quelques semaines. C’est à ce point de la traversée que généralement le commandant du transport fait exécuter la manœuvre « d’évacuation du navire », scène émotionnante […] où chacun, officier ou membre d’équipage, occupe le poste qui lui est assigné en cas de catastrophe ou de torpillage. Tous les visages sont graves, le péril est imminent ; chacun, revêtu de sa ceinture de sauvetage, se tient près de l’embarcation désignée, les radeaux, en trop petit nombre pour sauver tout le monde, sont sur le pont et il est procédé à une visite générale du bateau. L’appel nominal est fait au milieu du plus profond silence par le commissaire de bord. Nous pouvons entendre alors cette interrogation qui nous sera répétée si souvent : qui doit‑on prévenir dans votre famille en cas d’accident19 ?

  • 20 Cerisier, 1930, p. 12.
  • 21 Roussel, 1925, p. 29.

20Les hommes dorment « dans les cales, étendus sur leurs ceintures de sauvetage20 » et Pol Roussel note qu’à chaque ceinture est fixée une fiole d’alcool « indispensable au naufragé21 ». Mais parfois, la rencontre des débris d’un navire vient rappeler au soldat que la ceinture de sauvetage est insuffisante…

  • 22 Cadoux, 1959, p. 33-34. Il était prêtre-soldat à la 17 DIC, 56e régiment d'infanterie coloniale ( (...)

Comme nous approchions du cap, nous nous trouvâmes, soudain, au milieu d’un champ d’épaves flottant sur les eaux : planches, poutres, caisses, tonneaux. Un navire de transport, semblable au nôtre, avait été coulé là, peu avant notre arrivée […] Je priais pour mes camarades ensevelis22.

21Outre cette peur diffuse, la vie à bord est souvent pénible pour les hommes comme pour les chevaux attachés à fond de cale. Tous voyagent sur des transports inadaptés, que ce soit des cargos ou des transatlantiques. Certains ont la chance de se trouver sur un paquebot luxueux, une expérience exceptionnelle pour ces paysans… François Charles‑Roux, lui, sur la Provence, observe :

  • 23 CharlesRoux, 1920, p. 9‑10, et p. 20‑21. Il était diplomate affecté à l’état‑major, 1re réserve de (...)

Jamais paquebot n’a été habité d’une aussi étrange manière […] la grande salle à manger des premières est devenue la chambrée des chasseurs d’Afrique […] rien de plus extraordinaire […] que ce fouillis de dormeurs et de paquetages sous les dorures du plafond, des colonnes, des appliques ; sans doute les dormeurs donneraient‑ils toutes ces dorures en échange d’un matelas…
Le pont‑promenade est transformé en écurie ; les chevaux passent leurs têtes aux fenêtres des cabines de luxe occupées par les officiers […] Lorsque nous pénétrons dans cette cabine, la tête d’un des chevaux parqués sur le pont apparaît à l’ouverture ; l’animal de ses lèvres baveuses, pour tromper l’ennui des longs jours passés dans son box improvisé, ronge un rideau de reps rouge. C’est assommant, nous dit notre cicerone, je suis obligé de tenir mes fenêtres constamment fermées, à cause de ces bourrins qui passent sans cesse leurs têtes dans ma cabine […] Hier, l’un d’eux m’a enlevé une brosse à habits dont il a mangé tous les crins23.

22Mais ce confort inattendu est rare :

  • 24 M. Algrain, au 176e RI, témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 651. Il embarque le 22 mai 1915, (...)

Nous étions trop nombreux pour l’espace imparti. Allongés sur le pont, pour dormir, il y avait entre les corps tout juste la place pour poser les pieds pour aller se soulager. Et pour aller remplir le bidon d’eau douce coulant en mince filet d’un unique robinet, il fallait attendre des heures24.

23Quant aux chevaux, il faut pour eux organiser des corvées de ramassage de crottin, de ravitaillement et d’eau :

  • 25 Guénard, 1919, en décembre 1915.

Deux heures durant, de l’extrême avant, aux boxes du pont et aux cales de l’arrière, une chaîne s’établit jusqu’au fond du navire, pour distribuer le précieux liquide aux bêtes assoiffées que le mauvais temps abrutit et qui prennent des airs navrants d’enfants boudeurs25.

24Au débarquement à Alexandrie, certains chevaux ne savent même plus marcher !

25Les hommes doivent compter également avec le climat et les tempêtes ; en été on suffoque dans les cales et le pont, balayé par le vent du Sud et le soleil, n’est guère plus agréable ; les tempêtes et les indispositions générales laissent des souvenirs terrifiants. Les soldats se plaignent tous de la mauvaise nourriture, du pain qui moisit, du manque d’eau que ne compense pas le demi‑litre de vin donné à chaque repas.

26Néanmoins, les hommes manifestent tous un immense intérêt pour leur environnement, le spectacle de la mer et des marsouins nombreux, et les pays entrevus. La Corse et l’île d’Elbe, vues du large, rappellent la légende napoléonienne ; sans s’arrêter à Malte, les convois passent assez près de l’île pour que les soldats admirent les paysages ; une escale à Alger donne la satisfaction de découvrir la France coloniale.

  • 26 Bernadotte, 1931, p. 63.

Nous sommes dans une capitale, c’est‑à‑dire que nous avons […] la sensation agréable d’un semblant de détente. Alger est une ville française qui a poussé en terre africaine et qui conserve précieusement sa « kasbah » pour que l’Arabe garde l’impression qu’il est toujours chez lui26.

27L’entrée en mer Égée captive tout le monde. Pour les plus cultivés, elle est hantée par Homère :

  • 27 Roussel, 1925, p. 68.

Parce que les personnages de la mythologie grecque charmèrent particulièrement mon enfance, parce que leurs noms me furent jadis familiers, voici qu’ils m’accueillent aujourd’hui et se pressent autour de moi27.

28La multiplicité des îles et leurs paysages provoquent à la fois l’admiration, la surprise et, parfois, la déception devant leur caractère désertique. Les Cyclades

  • 28 Guénard, 1919, p. 8.

sont parsemées comme une poussière d’astres sur les eaux mordorées. Nues, d’une nudité éclatante, chaude et ocrée, nues comme des temples de marbre, ces îles et cette terre de l’Hellade28.

  • 29 Giguel, s. d., p. 4-5. Il a été sapeur à la 1re D des Dardanelles, puis au 17e DIC.

Nous côtoyons de nombreuses îles et nous pouvons apercevoir les villes et les villages […] Des îles, toujours des îles. Elles sont très montagneuses et d’une couleur roussâtre. De place en place, des vallées avec quelques massifs et de petites maisons toutes blanches29.

  • 30 Labouysse, s. d. Il était téléphoniste à la 2e D, 176e RI, ici le 23 juillet 1915 ; Giguel, s. d., (...)

29… maisons blanches « comme des morceaux de sucre accrochés après les rochers », tandis que les champs ressemblent à « une broderie de dentelle », et que « le coucher de soleil est admirable30 » …

  • 31 Villebonne, 1919, p. 58. Il était à la 57e D, 260e RI.
  • 32 Arène, 1916, p. 24. Sergent à la 24e Cie, 57e DI.

30D’autres cependant, sont fort déçus, Henri Amour de Villebonne trouve les îles « farouches, convulsées, très arides31 », et Julien Arène pense de même : « Toutes ces îles dont les noms ronflants éveillent tant de souvenirs historiques, ont un piteux aspect32. » Le capitaine de frégate Bergasse du Petit‑Thouars partage cette impression :

  • 33 Vedel, 1916, p. 55. Commandant.

Quelle morne impression se dégageait de la côte, triste et déserte, qui se déroulait à nos yeux ! Et quelle imagination il avait fallu au père de toute poésie, pour chanter ces collines jaunâtres et pelées, d’une couleur si plate et si uniforme33 !

  • 34 Semnos, 1919, p. 45.

31Cette déception sera encore plus vive en découvrant Lemnos, dont la baie de Moudros sert de lieu de rassemblement aux bateaux français et anglais. L’île de Lemnos est utilisée en effet, dès mars 1915, comme base‑relais pour le corps expéditionnaire ; ce choix résulte d’interventions faites auprès d’un État neutre, la Grèce. En vertu d’un accord signé avec son Premier ministre, Venizélos, les alliés obtiennent la disposition de cette île, sous tutelle grecque depuis 1913, qui conserve un statut de territoire turc ; les Grecs l’évacuent et laissent les alliés s’y installer. L’île est choisie parce que peu peuplée, et surtout parce que la baie de Moudros est vaste, bien abritée et proche de l'entrée du détroit. En revanche, elle n’a pas ni port ni routes, et elle manque d’eau. Les hommes depuis le bateau sont frappés par le manque d’arbres, l’aridité, « une terre perdue dans le désert de la mer34 ».

32Ce n’est que le début d’une longue suite de déceptions.

Notes

1 De 1915 à juin 1917, seuls les malades dont l’état est grave et les blessés retournent en France ; en juin 1917, on instaure, bien tardivement, une relève individuelle tous les 18 mois qui n’est que rarement appliquée.

2 Feuille du 148e RI, août 1917.

3 Plus loin RMA.

4 Témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 659-660.

5 Bouard, 1938, p. 86. L’auteur, prêtre‑soldat, lieutenant, arrive à Salonique en mars 1917 et son récit s’arrête le 14 juillet 1918.

6 Assouline, 1989, p. 75.

7 Londres, Petit Journal, 13 juin 1915.

8 Roussel, 1925, p. 168. Pol Roussel était officier du service de santé, à la 30e division d'infanterie (plus loin DI), il a passé 26 mois en Orient.

9 Dorys, 1902, p. 12.

10 Semnos, 1919, p. 15. L’auteur, lieutenant, a appartenu à la 2e D des Dardanelles, puis à la 156e division d'infanterie coloniale (ensuite DIC)‑175e RI.

11 Drieu La Rochelle, 1934, p. 131. Ensemble de nouvelles sur la guerre, dont « Le voyage des Dardanelles », Drieu était alors sergent.

12 Le jeune marseillais Désiré Bianco, 13 ans, parvint à atteindre la presqu’île et à participer aux combats. Il est tué deux jours plus tard.

13 Louis Cordier, sergent au 3e RIC, professeur, témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 649.

14 M. Chalouet, lieutenant au 274e régiment d'artillerie de campagne (plus loin RAC), témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 657.

15 Vizern, 1964, p. 40. L’auteur, élève de l’École centrale, a recueilli ces souvenirs.

16 Guénard, 1918, p. 5. L’auteur était à la 122e DI, caporal‑brigadier de cavalerie.

17 Peaudeleu, 1920, p. 18. L’auteur était médecin-major.

18 Bernadotte, 1931, p. 54-55. L’auteur était lieutenant à la 156e DI, 175e RI.

19 Peaudeleu, 1920, p. 21.

20 Cerisier, 1930, p. 12.

21 Roussel, 1925, p. 29.

22 Cadoux, 1959, p. 33-34. Il était prêtre-soldat à la 17 DIC, 56e régiment d'infanterie coloniale (abrégé en RIC).

23 CharlesRoux, 1920, p. 9‑10, et p. 20‑21. Il était diplomate affecté à l’état‑major, 1re réserve de division (ensuite RD).

24 M. Algrain, au 176e RI, témoignage recueilli par Facon, 1977, p. 651. Il embarque le 22 mai 1915, passe 11 nuits sur ce pont.

25 Guénard, 1919, en décembre 1915.

26 Bernadotte, 1931, p. 63.

27 Roussel, 1925, p. 68.

28 Guénard, 1919, p. 8.

29 Giguel, s. d., p. 4-5. Il a été sapeur à la 1re D des Dardanelles, puis au 17e DIC.

30 Labouysse, s. d. Il était téléphoniste à la 2e D, 176e RI, ici le 23 juillet 1915 ; Giguel, s. d., le 16 juillet 1915.

31 Villebonne, 1919, p. 58. Il était à la 57e D, 260e RI.

32 Arène, 1916, p. 24. Sergent à la 24e Cie, 57e DI.

33 Vedel, 1916, p. 55. Commandant.

34 Semnos, 1919, p. 45.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Les Balkans dans la guerre
Crédits © Colonel F. Feyler, 1920, La campagne de Macédoine 1916‑1917, Genève, Éditions d’art, Boissonnas
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 2 et 3
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13M
Légende Les « Orientales », telles que les soldats les rêvent, telles que les représentent les cartes postales, à partir d’une photo de studio à Marseille ou d’un tableau des terrasses d’une kasbah.
Crédits © CP : Carte postale, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20379/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17M
Titre Figure 4
Légende Chasser le Turc… malgré tout, aidé par la flotte anglo-française
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20379/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Figure 5
Légende Marseille, la Joliette. L’approvisionnement pour des dizaines de milliers d’hommes s’entasse sur les quais avant  l’embarquement
Crédits © CP, APA
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20379/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5M

© Presses de l’Inalco, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search