Version classiqueVersion mobile

Le Façonnement des ancêtres

 | 
Sophie Chave-Dartoen
, 
Stéphanie Rolland-Traina

« Nos ancêtres les bogomiles ». Les usages politiques de l’ancestralité dans les recompositions identitaires en Bosnie‑Herzégovine

“Our Bogomil Ancestors”. The Political Use of Ancestrality in Ethnic Identity Reconstructions in Bosnia-Herzegovina

‘Naši bogumilski preći’. Politička upotreba porijekla u rekombiniranju identiteta u Bosni i Hercegovini

Stéphanie Rolland‑Traina

Résumé

Ce chapitre propose une analyse critique de la « question bogomile » en Bosnie‑Herzégovine, d’après des sources recueillies dans le cadre d’un terrain ethnographique réalisé au tournant des années 2000 et la confrontation de deux interprétations divergentes du même fait historique, dénommé Église de Bosnie par les Croates (catholiques) et bogomilisme par les Bochniaques (musulmans). L’auteur montre à la fois comment des éléments historiques et archéologiques peuvent faire l’objet d’interprétations antithétiques, sous-tendues par des enjeux politiques, et comment un fait historique peut prendre une dimension mythique pour les gens ordinaires. Il ne s’agit pas de chercher à établir la vérité historique de l’affaire bogomile mais de révéler le sens de la résurgence et de la popularité du « mythe bogomile », dans une ville divisée sur la base ethno-nationale comme Mostar, et plus généralement en Bosnie‑Herzégovine, à la suite du conflit de 1992‑1995.

Texte intégral

Je tiens à remercier particulièrement les relecteurs anonymes
et Sophie Chave‑Dartoen pour leurs remarques et pour leurs conseils ainsi que Vera et Vesna pour la traduction du résumé en serbo-croate.

  • 1 Toutefois, même si la majorité des Albanais est musulmane, certains sont aussi catholiques et d’au (...)
  • 2 Avec une majuscule, « Musulman » constituait une catégorie ethno-nationale (comme Serbe, Croate, e (...)
  • 3 Ce fait fut reconnu dans le jugement des crimes de guerre rendu en janvier 2007 par le Tribunal pé (...)
  • 4 Nous emploierons l’acronyme BiH dans la suite du texte lorsqu’il s’agira de la république de Bosni (...)
  • 5 Stranka Demokratska Akicija, « Parti de l’action démocratique », fondé par Alija Izetbegović en 19 (...)

1Dans la péninsule balkanique, au Sud-Est de l’Europe, se trouvent des musulmans d’origine slave (Bochniaques, Pomaks, Goranci) et non slave (Albanais1), depuis la conversion à l’islam d’une partie de la population locale pendant la période de l’occupation ottomane. Ils constituent les plus anciennes communautés musulmanes d’Europe et ont donné naissance à un « islam européen », selon les musulmans des Balkans eux-mêmes. Ces musulmans est-européens, mal connus de la plupart des Européens de l’Ouest, sont apparus sur le devant de la scène politique et médiatique en Europe et dans le monde avec la désintégration violente de l’ex‑Yougoslavie, marquée par la pratique du « nettoyage ethnique » et la tentative de génocide à l’égard des Musulmans2 de Bosnie-Herzégovine3. Au cœur du conflit, les Musulmans de BiH4, désormais désignés comme Bochniaques, ont clamé leur appartenance européenne et revendiqué le droit d’occuper le territoire qui leur était dénié. Pour cela, ils se sont appuyés sur l’histoire et, en particulier, sur un aspect peu documenté de la période médiévale : un mouvement hérétique et des monuments funéraires caractéristiques. En effet, depuis les années 1990, sous l’impulsion des dirigeants du parti politique musulman SDA5, ils se revendiquent comme les descendants des bogomiles, arguant d’un lien historique entre ces derniers et les stèles funéraires (stećci), qui sont communes sur le territoire bosno-herzégovinien. Or les Croates attribuent ces stèles funéraires aux habitants de la région d’origine croate, qui étaient membres de l’Église schismatique dite « de Bosnie ».

  • 6 La république de BiH comprend deux régions comme son nom l’indique et deux capitales régionales (r (...)

2D. Dimitrijević (1999, 2004) a montré comment la légende du miracle accordé par Dieu à Avaz Dede, commémoré à l’occasion du pèlerinage annuel qui lui est associé en Bosnie centrale (appelé Ajvatovica), est utilisée par les nationalistes bochniaques, avec l’aval des dignitaires musulmans, comme support de l’identité bochniaque. Interdit par le régime communiste à partir de 1947, cet événement religieux est également devenu une tribune politique pour les dirigeants du parti politique SDA depuis 1990, année du renouveau du pèlerinage. Les représentants politiques bochniaques profitèrent de cette occasion de rassemblement et de communion pour les pèlerins musulmans afin de promouvoir la redéfinition et l’affirmation de l’identité bochniaque, en s’appuyant sur le mythe bogomile. Néanmoins, l’Ajvatovica semble ne pas avoir eu la même influence à Mostar et en Herzégovine qu’en Bosnie6. Je n’ai en effet jamais entendu parler de ce pèlerinage à Mostar, même si l’évènement est chaque année médiatisé. Sans doute est-ce dû au sentiment d’appartenance régionale très prononcé qui partage les habitants du pays entre Bosniens et Herzégoviniens, indépendamment des appartenances ethno-nationales. Comme support d’une revalorisation et d’une réaffirmation de l’identité bochniaque, le rituel de l’Ajvatovica joue pour les Bochniaques de Bosnie le même rôle que le mythe bogomile pour les Bochniaques d’Herzégovine.

  • 7 Il ne sera pas question des Serbes dans cet article pour plusieurs raisons : d’abord, ils étaient (...)
  • 8 Cette analyse, bien que reposant sur des données ethnographiques anciennes, est toujours d’actuali (...)

3L’analyse comparative approfondie de deux interprétations relatives aux mêmes vestiges médiévaux, les stećci, et qui offrent matière à des (re)constructions historiques concurrentes, l’une défendant la thèse de l’existence de l’Église de Bosnie, l’autre celle de l’hérésie bogomile, a fait l’objet d’une étude détaillée reposant sur de nombreuses données (Rolland, 2005), dont je résumerai ici les principaux aspects. J’y intégrerai de nouveaux éléments, prenant en compte le développement exponentiel des recherches en génétique des populations et l’évolution de la situation dans les Balkans occidentaux. Partant d’une lecture critique de la « question bogomile » en BiH au tournant des années 2000 et m’appuyant sur des sources recueillies dans le cadre de plusieurs terrains ethnographiques réalisés dans la ville de Mostar entre 1999 et 2001, j’entends démontrer deux points : d’une part, comment des éléments historiques et archéologiques peuvent faire l’objet d’interprétations antithétiques de l’ancestralité entre des peuples qui se disputent le contrôle d’un territoire ; d’autre part, comment un fait historique prend une dimension mythique lorsque les gens ordinaires se l’approprient pour (re)façonner leurs ancêtres. In fine, je reviendrai sur le sens de la résurgence et de la popularité du « mythe bogomile » dans une ville divisée sur la base ethno-nationale comme Mostar, et plus généralement en BiH, depuis la fin du dernier conflit. Je ne chercherai donc pas à établir la vérité historique de la question bogomile, mais je m’attacherai plutôt à dévoiler le sens dont l’investissent les uns et les autres7, et pour quelles raisons8, en montrant comment l’ancestralité peut être mobilisée dans le cadre d’enjeux politiques.

Les ancêtres, la génétique, l’archéologie et le politique

  • 9 L’étude est basée sur un échantillon de 70 individus originaires de Bosnie-Herzégovine (des trois  (...)

4Les résultats d’une étude récente, portant sur l’héritage génétique des Balkans occidentaux (plusieurs populations d’ex-Yougoslavie9) ont été publiés sous l’intitulé “Standing at the Gateway to Europe” (Kovačević et al., 2014). L’objectif initial était de vérifier la validité d’une étude précédente (2006), réalisée à partir de l’étude de l’ADN mitochondrial, en prenant en considération un autre critère génétique (les marqueurs autosomiques et haploïdes). L’étude conduite en 2006 révélait l’homogénéité génétique des populations balkaniques et leur variation en accord avec le continuum génétique européen. Mais le début de l’article, rappelant qu’une grande partie de la péninsule balkanique a été occupée par les Ottomans pendant environ 500 ans, indique :

We questioned wether this cultural transformation was associated with a gene flow between Middle Eastern and Balkan populations. To do so, we considered separately the Muslim (Bosniacs, Kosovars) and non-Muslim (Bosnian Croats and Serbs, Croatians, Serbians, Slovenians, Macedonians and Montenegrins) population of Western Balkan region and calculated pairwise ibd sharing for each of these populations and Middle Eastern populations (Turks, Saudis, Palestinians, Iranians, Syrians). (Kovačević et al., 2014, p. 4)

5Autrement dit, il s’agissait de vérifier si la conversion à l’islam avait favorisé les alliances matrimoniales avec les occupants, en cherchant des traces génétiques dans les populations contemporaines des Balkans occidentaux. De telles traces auraient attesté l’hypothèse d’une conversion ayant entraîné une orientalisation génétique des musulmans des Balkans. Finalement, la conclusion fut négative : les Bochniaques ne sont génétiquement pas plus proches des Turcs que ne le sont les deux autres groupes ethno-nationaux de BiH. Les conclusions générales de cette étude rejoignent donc celles de la précédente (2006) :

Thus, culturally diverse Western populations are genetically very similar to each other. […] the genetic profile of Western Balkan populations resembles that of their closest geographical neighbors […]. In a more general perspective, our results reflect clear genetic continuity between the Middle Eastern and European populations. (Kovačević et al., 2014, p. 11)

6Elles ajoutent seulement que :

The genetic variation of studied here Western Balkan populations lends credence also to extensive, likely multiple and possible bidirectional gene flows between the Middle East and Europe, traversing the Balkans. (Kovačević et al., 2014, p. 12)

7Les Balkans constituent donc un continuum génétique entre le reste de l’Europe et le Moyen-Orient, illustré par la métaphore des Balkans comme pont entre l’Orient et l’Occident couramment utilisée par les chercheurs en sciences humaines et par les journalistes. Mais cela apparaît comme une évidence historique puisque cette région du Sud-Est de l’Europe est depuis longtemps un espace de passage et de déplacement, d’échange.

8Toutefois, cette étude est intéressante en ce qu’elle prouve, d’un côté, que les populations balkaniques sont génétiquement homogènes en dépit de leurs différences culturelles et, de l’autre, que la conversion à l’islam d’une frange de la population en Bosnie-Herzégovine n’a pas entraîné d’échanges génétiques plus importants avec les occupants que pour les autres groupes ethno-nationaux des Balkans occidentaux. Cependant, elle soulève un certain nombre de questions d’ordre éthique et politique quant à l’étude de la génétique des populations. Quelles auraient pu être les répercussions et les utilisations à des fins politiques d’une étude qui aurait montré, au contraire, que les Bochniaques de BiH sont génétiquement plus orientaux que leurs voisins chrétiens ? Que cherchent véritablement à démontrer de telles études, qui annoncent une problématique initiale (l’affinité génétique entre les populations des Balkans) et s’oriente au passage vers une autre problématique (la proximité génétique des musulmans des Balkans avec les descendants turcs des anciens occupants ottomans), dans une région qui a récemment connu des conflits opposant les différents groupes ethno-nationaux et dont la scène politique, toujours fortement ethnicisée, est régulièrement traversée par des crises ? Enfin, la dimension diachronique est absente de cette étude, faute de n’avoir pas encore découvert le moyen de dater « l’importation » des différentes influences génétiques, autrement qu’en s’appuyant sur l’histoire de la région. Au final, cette étude génétique a apporté une preuve irréfutable, produite par une science dite exacte, à la connaissance déjà produite par les historiens sur les Balkans occidentaux. L’affirmation selon laquelle “the linguistic or religious differences seem to have had no impact on the present variation of uniparentally inherited or autosomal markers in a region” (Kovačević et al., 2014, p. 11), trouve une explication très simple dans la lecture croisée des recherches historiographiques portant sur la région (Balivet, 1992 ; Garde, 1992 ; Hobsbawm, 1992 ; Stavrianos, 2000, etc.) : les brassages entre les populations balkaniques ont eu lieu au cours des différentes vagues de peuplement et des invasions de la péninsule, lorsque les barrières ethniques et religieuses étaient peut-être plus aisément franchissables.

9Si cette étude présente un intérêt scientifique certain, elle n’apporte cependant rien de fondamentalement nouveau à la connaissance anthropologique des Balkans : la différenciation de type ethno-national relève d’une construction symbolique de la différence, déterminée par les relations sociales et historiques, et non d’un quelconque déterminisme biologique. Et sans doute n’empêchera-t-elle pas pour autant à l’avenir les populations de se penser comme d’origines différentes, d’imaginer le passé à l’aune du présent, de se projeter dans le futur et de choisir leur mode d’interaction.

10De leur côté, depuis plusieurs décennies déjà, les archéologues portent un regard critique sur le lien entre l’archéologie et le politique depuis le xixe siècle (Kohl & Fawcett, 1995 ; Diaz‑Andreu & Champion, 1995 ; Jones, 1997 ; etc.). Ils ont examiné, d’une part, l’utilisation des découvertes archéologiques dans la construction des identités nationales ou pour justifier des prétentions territoriales ; d’autre part, l’influence exercée par le politique dans l’orientation des recherches archéologiques. Certains ont soulevé la question des échelles d’analyse et de la pluralité des interprétations possibles des vestiges archéologiques (Fondrillon et al., 2005), qu’elles soient à dominante culturelle (objets issus de la production d’une population qui permettent de l’identifier) ou à dominante économique (objets issus de relations commerciales). Généralement, les archéologues mobilisent ces deux tendances interprétatives, mais il leur arrive d’accorder une place prépondérante à la dominante culturelle, pouvant par la suite faire l’objet d’une récupération politique afin de démontrer la corrélation entre culture matérielle et groupe ethnique. Or, précisent-ils, si l’archéologie travaille bien à partir des traces matérielles laissées par des populations du passé, ces dernières ne permettent pas pour autant d’accéder aux représentations symboliques, à l’organisation sociale et politique d’un groupe. Si les archéologues, soucieux de servir la science et non le politique, ont bien conscience des enjeux de leurs découvertes archéologiques et de leur potentiel détournement politique, nous pouvons aujourd’hui nous interroger sur les utilisations possibles des recherches en génétique des populations, mettant souvent en avant des problématiques de santé, dans des régions où les populations s’affirment différentes en invoquant l’ancestralité et dans des sociétés basées sur une structure de type ethnique.

Les stećci, des monuments funéraires médiévaux

  • 10 Sous l’occupation ottomane, les catholiques payaient plus de taxes à la Sublime Porte que les orth (...)

11S’il existe des éléments sujets à controverses dans l’histoire des Balkans occidentaux, un certain nombre de faits historiques et archéologiques ont été confirmés par plusieurs chercheurs. Après la christianisation des Slaves méridionaux (ixe-xe siècles), en Bosnie-Herzégovine, les chrétiens restèrent éloignés de la stricte doxa chrétienne en raison du manque de clergé. Le schisme des Églises chrétiennes en 1054 entraîna la division des Slaves du sud entre catholicisme (Slovènes, Croates) et orthodoxie (Serbes, Monténégrins, Macédoniens). La ligne de démarcation s’établit en Bosnie-Herzégovine, peuplée de catholiques et d’orthodoxes. De la fin du xiie siècle jusqu’au xive siècle, les rois hongrois, leurs alliés et vassaux croates, ainsi que leurs archevêques alertèrent à plusieurs reprises l’autorité pontificale sur l’hétérodoxie des catholiques de Bosnie et de Zachloumie (actuelle Herzégovine). Au cœur des croisades et des luttes contre les hérésies cathares et patarines, leur préoccupation n’était pas seulement la menace de l’amplification d’un mouvement hérétique en Bosnie-Herzégovine, mais aussi la possibilité de contrôler ce territoire en obtenant l’autorisation pontificale d’envahir le pays, sous prétexte de rétablir la stricte doxa catholique. Plus tard, vers la moitié du xive siècle, les Franciscains furent envoyés dans la région pour ramener les « hérétiques » dans l’Obédience, avec l’accord du roi bosnien Stefan Kotromanić. Pendant la période ottomane (1463‑1878), une partie de la population se convertit à l’islam. Cependant, comme le rappellent les historiens Donia et Fine (1997), il n’y eut pas de phénomène de conversion de masse et les conversions furent multidirectionnelles, certains catholiques adoptant également l’orthodoxie10.

  • 11 Prononcé « stetchi/stetchak ».
  • 12 À certaines périodes de son histoire (jalonnée d’invasions et de dominations), le royaume de Bosni (...)
  • 13 Source : UNESCO.
  • 14 J’en ai vu quelques-uns dans un petit cimetière orthodoxe au sud de Mostar et à côté du cimetière (...)

12Sur tout le territoire de la BiH, il existe d’imposantes stèles funéraires monolithes, uniques, témoignant d’un même phénomène culturel, souvent décorées de motifs en bas-relief, qui datent de la moitié du xiie jusqu’à la fin du xve siècle. Appelés stećci (stećak au singulier11), ces stèles sont aussi présentes sur les territoires voisins de la Croatie, du Monténégro et de la Serbie, témoignant d’un phénomène culturel probablement panrégional12. Au total quelques 70 000 stećci ont été recensés, répartis entre 3 300 sites, dont 86 % sont situés en BiH13. Ils sont tantôt regroupés dans de véritables nécropoles, comme celles de Radmilja ou de Boljuni près de Stolac (à une trentaine de kilomètres au sud de Mostar) ; tantôt isolés, sur le bord d’une route, dans un champ ou au beau milieu d’un cimetière plus récent14. Des gens racontent parfois que leur père ou leur grand-père ont déterré un stečak en bêchant le potager ou en labourant la terre. Sous l’occupation ottomane, ils furent remplacés par d’autres monuments funéraires, distincts selon les confessions religieuses.

Figure 1. Nécropole médiévale de Radimlja, Stolac – Bosnie-Herzégovine

Figure 1. Nécropole médiévale de Radimlja, Stolac – Bosnie-Herzégovine

Photo : Stéphanie Rolland‑Traina.

  • 15 Sa thèse fut réalisée dans les années 1960 en collaboration avec le Musée national de Sarajevo, en (...)
  • 16 Le bogomilisme est un mouvement hétérodoxe fondé par un pope bulgare (Bogomil) au xe siècle.

13L’historienne Marian Wenzel a consacré trente années de recherches à l’étude de l’art médiéval en BiH, de l’art funéraire et des stećci en particulier15. Dans une de ses publications (1993), elle explore l’origine du mythe bogomile en Bosnie et montre qu’il s’agit d’une construction remontant à la période autrichienne (1878‑1918). Confrontant différentes sources, M. Wentzel affirme que le passé bogomile de la Bosnie et l’association des stećci à cette période est l’œuvre de deux hommes politiques autrichiens, von Aboth (membre du parlement austro-hongrois) et von Kallay (son associé et administrateur de la Bosnie). Dans cette phase de transition politique (la Bosnie-Herzégovine, libérée de l’occupation ottomane, passe sous administration autrichienne), leur objectif était, d’une part, de s’attirer la bienveillance des notables musulmans (les seuls propriétaires terriens à l’époque) ; d’autre part, de les rattacher culturellement et spirituellement aux Bulgares plutôt qu’aux Serbes ou aux Croates16. Leur but était aussi d’éviter toute influence nationaliste des voisins sur les populations catholiques et orthodoxes de Bosnie-Herzégovine. Ce faisant, ils dotèrent aussi le pays d’un passé propre et d’une religion nationale spécifique. Selon cette invention du passé qui aurait précédé la conquête ottomane, les habitants du pays auraient été en majorité bogomiles et les pressions exercées par les Églises chrétiennes pour leur conversion les auraient poussés à adopter en masse la religion islamique de l’occupant. Le Musée national de Sarajevo (Zemaljski Muzej), inauguré en 1914, semble avoir par la suite largement contribué à répandre et à entretenir cette version de l’histoire des musulmans de Bosnie-Herzégovine, au point de falsifier des découvertes archéologiques.

14M. Wentzel et d’autres historiens, ex-yougoslaves (Benac, 1967) comme étrangers (Conte, 1986 ; Donia & Fine, 1997 ; Garde, 1992 ; Malcolm, 1996), s’accordent sur plusieurs points qui contredisent la thèse de l’origine bogomile des musulmans de BiH. Premièrement, il n’existe aucun lien avéré entre l’Église de Bosnie et le bogomilisme qui s’est essentiellement développé en Bulgarie. Deuxièmement, l’influence de l’Église de Bosnie sur la population demeura mineure car la plupart des habitants restèrent catholiques ou orthodoxes. Troisièmement, l’hérésie de l’Église de Bosnie ne relève pas d’un « esprit de protestation intelligent », mais de la « simple ignorance et négligence » (Wentzel, 1993). Quatrièmement, les stećci étaient des monuments funéraires caractéristiques de la Bosnie-Herzégovine médiévale et communs aux différents groupes religieux, avant l’apparition de stèles distinctes selon les obédiences. Cette thèse, dissociant les stećci du bogomilisme et les considérant comme un art funéraire spécifique de la région à l’époque médiévale, a été exposée dans une encyclopédie illustrée sur la Bosnie-Herzégovine dont le texte a été rédigé par deux historiens bosniens, Alojz Benac et Ivan Lovrenović :

À la lumière des nouvelles analyses scientifiques, il est clair que les nombreuses tentatives pour limiter l’appartenance spirituelle des stèles à une seule des écoles confessionnelles de la Bosnie moyenâgeuse sont infondées et exclusives. Même la thèse « bogomiliste », dont l’argumentation est la plus convaincante, ne peut expliquer ce phénomène jusqu’au bout. […] En tant qu’expression sépulcrale spécifique, les stèles sont – c’est là un fait incontestable – l’expression d’une conscience populaire commune et fondamentale où l’élément religieux n’est ni prédominant ni suffisamment caractéristique du point de vue confessionnel pour pouvoir être imputé à l’une des variantes du christianisme. La dispersion même des stèles et leur position en sont en quelque sorte la confirmation […] et on note pas mal de cas où les Musulmans, au cours de la première phase d’islamisation, continuent à respecter cette tradition des stèles. […] Ces monuments de marbres de Bosnie ne sont pas, cela est évident, l’expression canonique d’une vision religieuse strictement déterminée, mais une expression artistique spontanée et populaire de piété. On trouve, dans le symbolisme artistique des stèles, une abondance d’éléments folkloriques et païens séculaires [slaves (première période) mais aussi balkaniques tardifs] tout à fait incompatibles avec le christianisme dogmatisé du Moyen Âge. (Ibid, 1980, p. 65)

  • 17 En effet, pendant les mois d’hiver 1971‑1972, le « printemps croate » a ébranlé la Yougoslavie. Ce (...)

15En même temps, cette thèse correspondait parfaitement à l’idéologie titiste d’unité des peuples sud-slaves, puisqu’elle s’opposait à l’attribution des stećci à un seul groupe ethno-religieux du passé. Elle permettait, en insistant sur la très ancienne unité culturelle de la région, de couper court à des tentations nationalistes qui auraient menacé l’intégrité de la Yougoslavie17. Pourtant, l’historien et archéologue bosnien E. Imamović semble l’ignorer (voir infra), ce qui est d’autant plus surprenant qu’il a lui-même occupé la fonction de directeur du Musée national pendant la dernière guerre et enseigné l’histoire ancienne à l’université de Sarajevo pendant plus de trente ans.

Ancêtres bogomiles versus ancêtres chrétiens : les controverses sur l’Église de Bosnie

16Dans la Yougoslavie des années 1980, après la mort de Tito, la démocratisation s’est accompagnée d’une montée des ethno-nationalismes et d’un mouvement de réécriture du passé qui s’est intensifié pendant et après le conflit. Parmi les historiens, certains cédèrent à la tentation séparatiste, interprétant l’histoire uniquement en termes de relations continument conflictuelles entre peuples voisins, ce qui rendait intelligible un présent tragique et les modalités violentes de dissolution de la Fédération yougoslave. De cette façon, ils s’affilièrent intellectuellement au projet des politiques nationalistes, insistant sur l’impossibilité d’un « vivre ensemble » pour les peuples sud-slaves. Ils avancèrent des arguments prétendument scientifiques pour légitimer les discours politiques séparatistes promettant l’émancipation et la liberté. Ces nouvelles versions politisées de l’histoire se répandirent rapidement par le biais des discours politiques relayés par les médias et à l’occasion de commémorations, comme la célébration du 600e anniversaire de la bataille de Kosovo Polje en 1989. Les Yougoslaves ordinaires furent d’autant plus sensibles à ces discours que le pays était enlisé dans une crise politique et économique depuis la mort de Tito, a fortiori lorsqu’une partie du pays fut emportée dans la tourmente de la guerre.

  • 18 En réalité, le départ des Serbes d’Herzégovine est le produit d’une évacuation programmée et encad (...)
  • 19 Contraction de pra-oci : « ceux qui viennent avant le père ».

17Pour mieux comprendre l’importance du mythe bogomile dans la région de Mostar, il faut rappeler qu’au cours du dernier conflit la ville fut divisée entre Bochniaques, retranchés à l’est, et Croates, à l’ouest, tandis que la plupart des Serbes trouvèrent refuge en République serbe18. Les rares librairies ouvertes à l’époque où j’étais sur le terrain proposaient une pléthore de livres d’histoire, suggérant l’importance qu’aurait le passé dans une situation postconflit où il faudrait faire front à des problèmes bien présents, tels que la reconstruction matérielle, économique, politique et sociale d’un pays dévasté. Les propos des Bochniaques rencontrés étaient stéréotypés, sommaires et récurrents. Tous faisaient état de l’origine bogomile des Musulmans de BiH, désignés unanimement comme les « ancêtres »/« aïeux » (preci19), distincts des ancêtres chrétiens (ceux des Serbes et des Croates), et ayant embrassé l’islam à l’arrivée des conquérants ottomans pour échapper aux pressions exercées par les deux Églises :

  • 20 Traduction de l’auteur.

En Bosnie-Herzégovine, il y avait une Église qui n’était ni catholique ni orthodoxe, mais c’était l’Église bogomile. Les patarins, les bogomiles… Le pape les a attaqués avec son armée et il y a eu une guerre contre eux car ils étaient bogomiles. Aujourd’hui il ne reste plus rien d’eux sauf les stećci car ils construisaient leurs églises en bois. Quand les Turcs sont arrivés en 1463, ils se sont convertis à l’islam… Mes ancêtres n’étaient ni orthodoxes ni catholiques mais ils étaient bogomiles20. (Ramiza, 45 ans, 2001)

  • 21 Traduction de l’auteur.

Les bogomiles, leur Église, leurs croyances étaient proches de l’islam, c’est pourquoi ils ont accepté l’islam. La littérature dit qu’ils étaient plus proches de l’islam que de la chrétienté et, à l’arrivée des Turcs, le peuple bogomile, le peuple bosnien, s’est converti à l’islam. L’Église bosnienne et les bogomiles désignent la même chose. Ils n’étaient pas chrétiens, ni catholiques ni orthodoxes, mais ils avaient leur Église et les stećci sont des monuments funéraires bogomiles21. (Atija, 65 ans, 2000)

18La version de l’imam principal de Mostar était à peu près identique :

  • 22 Entretien réalisé en 2000, traduction de l’auteur.

En Bosnie, il existait l’Église de Bosnie, ni catholique ni orthodoxe, mais bochniaque. Ils étaient majoritaires et se sont convertis à l’islam à l’arrivée des Turcs. On trouve d’ailleurs des stećci, des tombes de l’époque médiévale, ici et en Bosnie : elles ne sont ni catholiques ni orthodoxes mais de l’Église de Bosnie. Ses fidèles s’appelaient « dobri bošnjani ». Ils ont été persécutés car les pouvoirs des pays alentours voulaient les convertir au catholicisme et, quand les Turcs sont arrivés, ils ont résolu le problème des persécutions en se convertissant à l’islam d’autant qu’il y avait pas mal de points communs entre les deux. Ils ne mangeaient pas non plus de porc, comme les Juifs, d’ailleurs c’est écrit dans la Bible que le porc est interdit. La majorité des musulmans aujourd’hui sont d’anciens fidèles de l’Église de Bosnie22.

  • 23 Mostar Sveučilište, université située côté croate, dans la partie ouest, car il existe aussi une s (...)

19En revanche, le père supérieur du monastère franciscain de Mostar qui, à l’époque, était également professeur à la Faculté de philosophie de l’université de Mostar23, défendait une version tout à fait opposée :

  • 24 Entretien réalisé en 2000, traduction de l’auteur.

Les bogomiles, ici, n’ont jamais existé, mais c’était l’Église de Bosnie : c’était une hérésie, mais d’origine chrétienne. D’ailleurs, les fidèles de cette Église s’appelaient eux-mêmes « Krštjani », c’est-à-dire « chrétiens ». On a trouvé des documents anciens avec cette appellation, et puis on trouve des symboles chrétiens comme la croix sur les stećci de la même époque24.

  • 25 Les titres et les citations ont été traduites du serbo-croate-bosnien par l’auteur de cet article.

20Face à l’impossibilité de dépasser un discours stéréotypé, je m’en suis remise à deux ouvrages recommandés par certains de mes interlocuteurs sur le terrain25. Le premier ouvrage, Kršćani Bosanske Crkve. Povijesna rasprava o problemu patarenska ili bogumilstva u srednjovjekovnoj Bosni, de l’historien et religieux frère Leon Petrović (1999), m’a été prêté par le père supérieur du monastère franciscain de Mostar. Le second ouvrage, Korijene Bosne i Bosanstva (en particulier le chapitre « Bogumilstvo – Vjera naših predaka ») de l’historien Enver Imamović (1995), m’a été prêté par un employé des archives de l’Herzégovine et recommandé par un professeur d’histoire, tous deux bochniaques. Ces deux ouvrages sont d’autant plus intéressants qu’ils s’opposent radicalement dans l’interprétation de la question bogomile en Bosnie-Herzégovine pendant la période médiévale. Je commencerai tout d’abord par examiner la position et l’argumentaire de frère L. Petrović dont l’ouvrage a été publié pour la première fois en 1953, pendant la période communiste, puis je me pencherai sur ceux du professeur E. Imamović, dont l’ouvrage édité en 1999 est un recueil d’articles précédemment publiés au cours de la guerre (1992‑1995).

21En choisissant d’intituler son livre Les Chrétiens de l’Église de Bosnie. Débat historique sur le problème du patarénisme ou du bogomilisme de la Bosnie moyenâgeuse, F. L. Petrović affirme d’emblée l’origine chrétienne de l’Église de Bosnie, tandis que le patarénisme et le bogomilisme sont relégués dans le sous-titre. Il explique ainsi son choix :

Pour la secte religieuse de la Bosnie moyenâgeuse le seul terme correct est « chrétiens », qui est la traduction pure du gréco-latin « christianus ». Ils se désignaient eux-mêmes exclusivement de cette façon, et les habitants de Dubrovnik les appelaient ainsi (sous la forme ancienne « krst’janin i krst’janica », « chrétiens et chrétiennes »). C’est pour cela que j’ai choisi le titre « Les Chrétiens de l’Église de Bosnie ». Je n’ai pas pu utiliser « Bogomiles » car ils n’ont jamais existé en Bosnie. Je n’ai pas non plus utilisé « patarins », car c’était une dénomination ironique pour tout ce qui était considéré comme hérétique. (Petrović, 1999, p. 13)

22La première partie de l’ouvrage, « La situation religieuse et politique en Croatie et en Bosnie jusqu’à la moitié du xiiie siècle », rassemble onze chapitres dont trois seulement traitent de la Bosnie en particulier, car « elle est presque toujours sous la dynastie croate jusqu’à l’année 1102 » (1999, p. 297). En revanche la seconde partie, « L’hérésie en Bosnie », et la troisième, « La foi et l’organisation des Chrétiens », traitent exclusivement du fait « hérétique » en Bosnie médiévale. L’auteur ne distingue donc pas l’histoire bosnienne de l’histoire croate jusqu’au début du xiie siècle. Cette première partie forme un long préambule qui sert de support à la démonstration du rattachement de l’Église de Bosnie au christianisme, qui occupe les deux sections suivantes. Ces dernières, traitent exclusivement de cette question. L’auteur démontre en même temps la continuité territoriale entre la Croatie et l’Herzégovine à cette époque. Selon lui, l’évêché de Bosnie serait toujours resté sous la juridiction de l’Église occidentale, mais le manque de clergé dans le pays aurait favorisé l’éloignement de l’orthodoxie catholique.

23Selon son interprétation, les chrétiens de l’Église de Bosnie auraient vécu dans des monastères mixtes, en respectant les règles bénédictines, d’autant que les moines étaient rarement consacrés. Dans la vie quotidienne, il n’y aurait pas eu de distinction entre les ecclésiastiques et les autres paysans, au milieu desquels ils vivaient, si ce n’est par le fait que les premiers étaient lettrés. Ils auraient officié en slavon, écrit en bosančica (alphabet spécifique à la Bosnie médiévale) et éduqué quelques disciples en leur apprenant la lecture des textes sacrés. Les « chrétiens bosniens » croyaient aux principaux dogmes (à la Trinité, au martyre, à la mort et à la résurrection de Jésus sur lequel était centrée leur foi, au péché originel, au Jugement dernier, et à la vie éternelle) et ils célébraient Noël, l’Annonciation, Pâques, l’Assomption, la Vierge et certains saints (Pierre et Paul, Étienne et l’archange Michel entre autres). Si l’on sait peu de choses sur la liturgie et les sacrements qu’ils pratiquaient, quelques évocations furtives laissent penser qu’ils pratiquaient le baptême, mais pas la communion, car les rares ecclésiastiques, peu éduqués religieusement, adaptaient les actes religieux à la vie et aux traditions populaires. Ils auraient surtout pratiqué la prière, le jeûne et la charité, qu’ils pensaient être les meilleurs moyens de se rapprocher de Dieu. Selon diverses sources, ils adoraient l’Ancien et le Nouveau Testament et le Livre des Psaumes, tout comme les Bénédictins. Bref, à partir de documents de l’époque, F. L. Petrović prouve la dimension chrétienne de cette religion ; il réfute l’idée selon laquelle les « chrétiens » abhorraient le symbole de la croix et n’avaient ni autels, ni églises, ni même de lieux de prière :

Que les « chrétiens » respectaient le symbole de la croix, en étaient fiers, en décoraient leurs stèles funéraires, débutaient leurs lettres et leurs chartes avec elle, la mettaient sur les sceaux et sur la monnaie, juraient par elle et la suppliaient, est un fait historique. À la vérité, il faut être aveugle pour affirmer qu’ils condamnaient et « foulaient au pied » le symbole de la croix. Ils mettaient la croix en évidence presque à outrance : sur les documents officiels, sur les tombes, la monnaie, sur les armoiries, les cachets, les sceptres – partout. Ils ne l’auraient sans doute pas fait s’il n’avait pas cru en elle. (Petrović, 1999, p. 187)

  • 26 Actuelle ville de Dubrovnik en Croatie, située à deux heures de route de Mostar.

24Ils n’auraient reconnu ni l’autorité de l’Église d’Orient ni celle de l’Église d’Occident, tout en conservant le rite romain en raison des liens qu’ils entretenaient avec l’archevêché catholique de la république de Raguse26. Un « ancien » (djed, littéralement « grand-père »), aurait été à la tête de l’Église de Bosnie, constituée de petites communautés. F. L. Petrović démontre leur chrétienté et réfute la thèse de l’hérésie dualiste :

Tout ce qui vient d’être dit nous montre que les « chrétiens » bosniens ne niaient aucune vérité religieuse orthodoxe. En fait, c’est seulement qu’ils ne reconnaissaient pas l’unité de la communauté d’Église. À partir de cela, nous pouvons les considérer au sens propre du terme comme schismatiques, mais en aucun cas des hérétiques, car nous ne savons pas s’ils ont jamais nié obstinément un article de foi. On ne trouve pas chez eux de traces d’enseignement manichéo-gnostique ou catharo-patareno-bogomile. (Petrović, 1999, p. 177)

25Il conclut sur les persécutions dont ils auraient été victimes et qui auraient poussé les simples fidèles et nombre de bans à quitter la Bosnie ou à accepter les règles religieuses imposées par les missionnaires franciscains, si bien que les chrétiens de l’Église de Bosnie auraient totalement disparu dès la fin du xve siècle.

Figure 2. Stećci en forme de croix

Figure 2. Stećci en forme de croix

Nécropoles de Radimlja et de Boljuni, Bosnie-Herzégovine.

Photos : Stéphanie Rolland‑Traina.

26À l’inverse, E. Imamović, intitule son ouvrage Racines de la Bosnie et de la bosnité et inscrit ce phénomène religieux, pour lui non pas chrétien mais bogomile, dans l’essence même de la Bosnie. Je m’attarderai particulièrement sur le chapitre intitulé « Bogomilisme – Religion de nos ancêtres ». Il y interpelle directement les lecteurs en privilégiant le terme « bogomilisme », sans référence à un quelconque caractère chrétien, et en reliant directement celui-ci à l’identité bosnienne. L’auteur dénonce les manipulations du fait bogomile par de nombreux chercheurs qui, selon leur origine nationale, auraient donné des interprétations d’orientation procroate ou proserbe. Il estime que la plupart des recherches historiographiques menées sur la Bosnie veulent démontrer son appartenance culturelle à l’ensemble croate ou serbe et nient systématiquement qu’il puisse exister des éléments spécifiquement bosniens :

Ces auteurs [proserbes et procroates], sans le moindre remords scientifique et consciemment, ont passé outre des faits évidents selon lesquels la Bosnie, depuis l’aube même du Moyen Âge, a été distincte ethniquement, a constitué un ensemble culturel et politique, a eu sa propre évolution culturelle et politique, résultat de la création d’une série de spécificités authentiques, comme dans la sphère de la spiritualité (propre au pays – la croyance bogomile), comme dans la culture également (les stećci, l’écriture propre bosančica et autre), la politique (une dynastie souveraine de bans et de rois, un État développé et fort), une série d’autres caractéristiques typiquement bosniennes connues à travers le monde. (Imamović, 1995, p. 11‑12)

  • 27 Termes désignant les bogomiles en serbe et en grec.

27Selon son interprétation, l’Église de Bosnie serait principalement issue de la secte orientale paulicienne, dont l’enseignement dualiste se serait propagé sous le nom de bogomilisme en Bulgarie, puis en Bosnie au xiexiie siècles, et même jusqu’en Europe occidentale où elle serait devenue le catharisme. La littérature spécialisée (E. Imamović ne précise pas ses sources) référençait l’Église de Bosnie comme un mouvement hérétique d’inspiration manichéenne. Les habitants de Raguse, les Italiens et la curie du pape, ainsi que ses fidèles, l’auraient qualifiée de « patarine », « manichéenne » ou « cathare », tandis que la littérature de l’Église orientale aurait utilisé les termes babuni et kudugeri27. Les hérétiques bosniens, qui se seraient eux-mêmes désignés comme des « chrétiens » ou de « bons chrétiens » (dobri krštjani), auraient appelé leur communauté religieuse « Église bosnienne ». L’emploi courant du terme « chrétien » dès les premiers siècles du christianisme, pour distinguer les fidèles du Christ des païens, aurait conduit certains chercheurs à croire que l’hérésie bosnienne provenait de l’enseignement primaire de la chrétienté en raison de l’existence de similitudes entre leurs croyances et celles des premiers chrétiens (valorisation de l’ascèse, réunions religieuses dans des habitations privées, absence de hiérarchie entre les fidèles et les officiants, valorisation du martyre) et aussi parce que l’Église de Bosnie se serait proclamée apostolique. Mais, d’après E. Imamović, les documents attestent plutôt du caractère hérétique et manichéen du mouvement bogomile bosnien et révèlent la persistance dans ses pratiques de certains traits hérités du paganisme, en dépit du fait que les fidèles eux-mêmes se disaient « chrétiens ».

28Les bogomiles auraient rejeté tous les symboles et les fondements doctrinaux du christianisme et leur pratique évoquerait celle des druides :

Les bogomiles, dans leur enseignement, rejetaient presque tous les éléments caractéristiques de la foi chrétienne, et même la croix comme symbole principal. Ils disaient qu’il était ridicule de se prosterner devant l’objet sur lequel Jésus est mort […]. Les bogomiles bosniens n’avaient ni églises ni autels. Ils se réunissaient en assemblées religieuses dans les maisons privées ou à l’extérieur, près de sources ou dans des clairières. Ils méprisaient et rejetaient tous les ornements de l’église, les images et les statues et autres, et ils disaient que les cloches de l’église étaient les trompettes du diable. Ils raillaient les vrais chrétiens qui se prosternaient et priaient devant les icônes ou les statues. […] Ils considéraient sans valeur et comme actes superflus le baptême par l’eau, l’extrême-onction, la communion par le pain et le vin et autre. Ils disaient encore qu’il est ridicule de baptiser des enfants qui ne sont en aucun cas conscients de cet acte. C’est pourquoi chez eux cette cérémonie simplifiée, et sans eau, était réalisée à l’âge adulte […]. (Imamović, 1995, p. 179‑180)

29E. Imamović insiste sur l’influence qu’aurait exercée à cette époque l’Église de Bosnie dans tous les domaines : sur la politique intérieure, par la conversion de rois et de bans ; sur la politique extérieure, du fait des croisades menées contre ce mouvement considéré comme hérétique par les Église chrétiennes ; sur les activités culturelles, en transformant la vie quotidienne des fidèles ; et sur l’économie, en favorisant le développement du commerce avec Raguse. Il en arrive à affirmer qu’elle faisait office de religion d’État. Aucune autre hérésie n’aurait jusqu’alors connu un tel développement, de sorte que ce mouvement religieux finit par inquiéter sérieusement ses puissants voisins qui auraient tenté de l’éradiquer par tous les moyens, en menant de sanglantes croisades et en envoyant des missionnaires chrétiens pour forcer les bogomiles à se convertir. Dès le xiie siècle, la Bosnie aurait été connue en Europe comme une terre de refuge pour ceux qui étaient persécutés pour hérésie. Certains seraient venus de Dalmatie et d’Italie, apportant des idées transmises par les hérésies occidentales (cathares, patarins, albigeois), contribuant à faire de la Bosnie médiévale un creuset des doctrines hérétiques occidentales et orientales. Cela expliquerait que l’histoire du pays ait été marquée par des luttes et des croisades sanglantes menées par les pays chrétiens voisins. Le pape Innocent III aurait été avisé de l’avancée rapide de l’hérésie bogomile en Bosnie par les Hongrois qui auraient eu des prétentions sur le territoire. Cependant, les tentatives pour ramener à la vraie foi les hérétiques bosniens n’auraient fait que renforcer ceux-ci dans leur croyance :

À cause d’elle [l’hérésie], toute la période médiévale de la Bosnie a été sous le signe des luttes, des persécutions et des croisades […], mais plus elle était persécutée avec acharnement, plus elle résistait obstinément. (Imamović, 1995, p. 167)

30La situation aurait changé lorsque le pape et les Hongrois auraient commencé à exercer des pressions sur le roi de Bosnie pour qu’il se convertisse au catholicisme et exhorte les sujets de son royaume à suivre son exemple. L’union entre le peuple et son souverain aurait été rompue avec la conversion du roi Tomaš par les Franciscains au milieu du xve siècle.

31Alors que le roi n’était plus soutenu, ni par son peuple ni par ses seigneurs, les Ottomans se pressaient aux frontières du royaume de Bosnie. Seul face à l’envahisseur, il appela à l’aide ses voisins européens mais il était trop tard et les Turcs envahirent la Bosnie. Les bogomiles bosniens n’auraient pas opposé de résistance à l’envahisseur et se seraient convertis à l’islam sans contrainte, d’autant plus que certains d’entre eux, fuyant les persécutions dans leur pays, auraient déjà trouvé refuge auprès du sultan avant l’invasion de la Bosnie. E. Imamović impute à l’Europe la responsabilité de l’invasion ottomane de la Bosnie et la conversion massive des bogomiles à l’islam :

Nous ne nous tromperons pas si nous affirmons que l’Europe a toute seule poussé les vieux Bosniens sous la protection de l’islam. Il a été question plus haut de l’inquisition qu’elle y a mené pendant des siècles, que ce soient les armées de croisés et autres expéditions punitives, simplement parce qu’ils vénéraient une religion qui n’était pas en accord avec les églises officielles. (ibid., p. 207‑208)

  • 28 On les trouve en effet parfois gravés sur les stećci.
  • 29 Bâtiment dans lesquels vivent les derviches d’une confrérie.

32Outre le fait d’accepter une autre religion que celle professée par les Églises qui les persécutaient depuis longtemps, les bogomiles bosniens aurait embrassé l’islam d’autant plus facilement que les deux religions auraient présenté de nombreuses similitudes : les mêmes symboles astraux (le croissant de lune et l’étoile28), la pratique du jeûne analogue au ramadan, l’absence de représentations divines, la spécificité accordée au vendredi plutôt qu’aux autres jours de la semaine, la vie communautaire de certains fidèles dans des maisons monacales semblables aux monastères chrétiens ou aux tekkés29 musulmans, des principes éthiques similaires, etc. (ibid., p. 208), mais sans plus de précisions de sa part. Dans la conclusion de son chapitre, il affirme que, malgré l’islamisation, la croyance n’aurait pas complètement disparu chez les héritiers des bogomiles. Le bogomilisme aurait ainsi perduré dans la vie et les traditions des musulmans de Bosnie-Herzégovine, sans pour autant que ceux-ci en soient conscients, contribuant en partie à forger ce qu’il appelle l’« être bosno-herzégovinien » contemporain. Cet « être » aurait hérité des ancêtres bogomiles l’attention portée aux anciens, aux pauvres, aux enfants et aux femmes, ainsi que le sens de l’équité, la patience et l’ardeur au travail, et un sens de l’hospitalité exacerbé comme on ne le voit nulle part ailleurs (ibid., p. 214‑215).

33En bref, l’interprétation à laquelle parvient E. Imamović diverge sur presque tous les points de celle de F. L. Petrović, mais, contrairement à ce dernier, il ne donne jamais la moindre précision sur les sources qui sont censées étayer son argumentation. F. L. Petrović démontre que l’Église de Bosnie était authentiquement chrétienne et qu’elle a disparu totalement en raison de l’invasion ottomane. Sans parvenir à éliminer de son raisonnement nombre de paradoxes et d’ambigüités, E. Imamović défend au contraire la thèse du caractère hérétique et de l’origine manichéenne de ce qu’il considère comme le bogomilisme bosnien, influencé aussi bien par les hérésies orientales qu’occidentales. Il insiste sur tous les éléments qui vont à l’encontre de la thèse de l’origine chrétienne de l’Église de Bosnie et sur ceux qui rapprochent le bogomilisme de l’islam. Cette proximité aurait contribué à la conversion spontanée et massive des bogomiles à la religion de l’envahisseur ottoman. Alors que F. L. Petrović emploie les termes « chrétiens » pour désigner les fidèles de l’Église de Bosnie, les distinguant nettement des hérétiques de l’époque, E. Imamović privilégie le terme « bogomiles », même s’il admet que les fidèles de l’Église bosnienne s’appelaient eux-mêmes « chrétiens ». Cela lui permet de considérer les musulmans de Bosnie-Herzégovine comme des descendants directs des bogomiles du Moyen Âge avec lesquels ils conserveraient de nombreuses similitudes qui seraient au fondement de leur culture. Cela lui permet aussi de brosser le tableau d’une Bosnie-Herzégovine qui se situerait à un carrefour des cultures, entre l’Orient et l’Occident, ce dernier trait étant censé la distinguer depuis toujours de ses voisins serbes et croates.

Les raisons du mythe : entre quête d’identité et revendications politiques

34On ne peut pas être sûr qu’il y ait eu autrefois une Église de Bosnie professant une doctrine d’origine bogomile, mais certains documents, parmi lesquels des documents de cette période émanant du Saint-Siège (Majranić, 2017), semblent confirmer l’existence d’une Église chrétienne hétérodoxe. Quoiqu’il en soit, la parcimonie des traces historiques, ainsi que l’absence de vestiges archéologiques ont depuis longtemps favorisé l’émergence d’interprétations diverses sur cette période de l’histoire de la Bosnie-Herzégovine. Après la dernière guerre, le mythe bogomile est devenu, si ce n’est un enjeu politique, du moins un objet de polémiques intellectuelles. L’appropriation et l’interprétation du mythe par les Bochniaques, dans le contexte de Mostar, correspondait au besoin de disposer de preuves historiques pour justifier leur droit à occuper et à contrôler le territoire.

35Le terme mythe me semble ici justifié dans la mesure où nous avons affaire à cette opération de bricolage caractéristique de la pensée mythique telle que l’a définie C. Lévi‑Strauss :

Le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer des ensembles structurés, non pas directement avec d’autres ensembles structurés, mais en utilisant des résidus et des débris d’évènements : “odds ands ends” dirait l’anglais, ou, en français, des bribes et des morceaux, témoins fossiles de l’histoire d’un individu ou d’une société. En un sens, le rapport entre diachronie et synchronie est donc inversé : la pensée mythique, cette bricoleuse, élabore des structures en agençant des évènements ou plutôt des résidus d’évènements […]. (1990, p. 36)

36Cependant, dans le cas que je propose d’analyser ici, il s’agit d’une opération réalisée sciemment par des personnes qui occupent une position académique (ou qui sont reconnues comme des savants), ce qui assure leur légitimité scientifique aux yeux des profanes. Les histoires inventées qui prennent les allures du mythe permettent « d’établir une continuité avec un passé historique approprié », reprenant les termes d’Hobsbawm (1995) au sujet des « traditions inventées ». Le mythe inventé, ce qui sonne comme un pléonasme, revêt ici la même fonction que les traditions invoquées pour « établir ou symboliser la cohésion sociale ou l’appartenance à des groupes, des communautés réelles ou artificielles » (ibid., p. 8). Les interprétations des deux auteurs présentés sont si différentes et les faits eux-mêmes sont tellement matière à controverse qu’on pourrait se demander s’ils parlent bien de la même chose.

  • 30 Plusieurs stećci des nécropoles de Radimlja et de Boljuni ont, en effet, la forme d’une croix ou s (...)

37L’ouvrage d’E. Imamović présente, cependant, plusieurs contradictions. Il indique par exemple au sujet de la croix30 que les bogomiles la méprisaient (ibid., 1995, p. 179) alors qu’on la trouve parfois, comme trace de pratiques bogomiles, sur des stèles funéraires de style musulman :

Le processus d’islamisation peut se suivre sur les monuments funéraires. Jusqu’à l’arrivée des Turcs la forme habituelle des stèles funéraires était les stećci. Ceux qui se sont convertis à l’islam ont aussi adopté une nouvelle forme de monuments funéraires. Au lieu des anciens stećci, ils mettent aujourd’hui les nišane typiquement turcs. […] Sur certains ils mettent même des croix (nécropole de Žunovina près de Stokoc, de Kovačin à Popova Polja etc.), ou d’autres symboles non musulmans, des caractéristiques relatives aux bogomiles […]. (ibid., p. 211‑212)

  • 31 Kniževno stvaralaštvo bosanskih bogumila.

38E. Imamović s’obstine, ensuite, à démontrer le caractère hérétique des bogomiles bosniens, rejetant tout ce qui les relie aux Églises chrétiennes qui, selon lui, les persécutaient. Dans son développement, par exemple, « La production littéraire des bogomiles bosniens31 », il apparaît qu’une bonne partie de la littérature identifiée comme bogomile est chrétienne :

Des exemplaires conservés qui ont un contenu expressément bogomile, il s’agit principalement des évangiles, et surtout des tétra-évangiles, d’habitude sans division liturgique. Le plus souvent l’Apocalypse et d’autres livres du Nouveau Testament. (ibid., p. 201).

39Tout en s’appuyant sur des auteurs qui ont décelé dans l’Église de Bosnie de nombreuses caractéristiques de l’Église chrétienne primitive, il affirme que le bogomilisme est une hérésie manichéenne et que les bogomiles ont été persécutés comme hérétiques. Affirmant à plusieurs reprises que la responsabilité de la conversion à l’islam et des guerres qui ont eu lieu en Bosnie incombe à une religion qui déplaisait aux puissants voisins, E. Imamović établit à mi-mots une relation d’équivalence entre la chute de la Bosnie médiévale, liée aux persécutions chrétiennes à l’encontre des bogomiles, et la guerre de 1992‑1995, pendant laquelle les Musulmans de BiH, en tant qu’Européens, se sont sentis abandonnés par l’Union européenne : « Tout ce que la Bosnie a vécu durant ses mille ans d’histoire a été très étroitement lié à sa religion » (ibid., p. 204).

40Il est probable que F. L. Petrović lui-même a insisté plus particulièrement sur les éléments qui confirment le caractère authentiquement chrétien de l’Église bosnienne. Il est malgré tout certain que son argumentation s’appuie sur des documents dûment cités alors que E. Imamović se contente de mentionner, à l’appui de son argumentation, « de nombreux auteurs, d’autres chercheurs », sans prendre la peine de préciser davantage ses sources. Même lorsqu’E. Imamović précise les références en note de bas de page, il ne cite jamais directement le texte du document sur lequel il s’appuie. En réponse, dans la revue croate d’art et de science, Radoslav Dodig (membre de l’Association croate d’archéologie et de philosophie) reproche au professeur E. Imamović de n’apporter aucune preuve concrète et convaincante à l’appui des deux « mythes » qu’il a élaborés : le mythe de la continuité de l’État bosnien (« mit o kontinuitetu bosanske državnosti ») et le mythe de la conversion massive des chrétiens – le plus souvent désignés comme bogomiles – à l’islam (« mit o masovnu prijelazu krštanja — u knizi stalno bogumila — na islam »). Dodig termine son article par les lignes suivantes : « Une information rectiligne a été écrite dans un style patriotico-romantique avec le message : gauche – droite ennemis, nous autochtones nous avons le droit à un État ! » (Dodig, 1995, p. 142). Localement, personne n’est dupe des enjeux du débat sur l’origine bogomile des musulmans de BiH.

  • 32 À l’époque des premiers terrains (1999‑2001).

41Le retour du mythe bogomile s’inscrit dans un mouvement plus général de réinterprétation du passé en vue de justifier des positions politiques dans les pays issus de l’ex-Yougoslavie (Gossiaux, 1995) et ailleurs dans les Balkans (Clayer, 2004) depuis la fin des régimes communistes. Son appropriation par les gens ordinaires, montre une forme de pensée mythique qui s’appuie sur des narrations au contenu hautement symbolique et qui exaltent des valeurs propres au groupe dans lesquels elles circulent. Ces narrations offrent des modèles de comportement et continuent d’influencer le mode de pensée « moderne », en particulier lorsque les individus doivent faire face à l’incertitude et qu’ils se sentent menacés dans leur être. Alors même que quelques intellectuels et certains hommes de pouvoir (politiques et religieux) croates s’attachaient à déconstruire le mythe bogomile, celui-ci s’était diffusé auprès de toutes les couches de la population bochniaque32.

  • 33 La Constitution de la république de BiH reconnaît en effet trois peuples (bochniaque, serbe et cro (...)

42La connaissance populaire du bogomilisme, de l’Église de Bosnie et de leurs relations possibles, est demeurée superficielle, tandis que le mythe s’enracinait dans l’imaginaire collectif tel une narration logique et facilement mémorisable, qui offrait une explication simplifiée et rassurante des origines ancestrales. L’origine bogomile des Bochniaques s’est largement imposée comme mythe dans le contexte particulier de la dernière guerre, avec la nécessité de redéfinir une identité ethno-nationale spécifique et surtout distincte de celle des Serbes et des Croates. Dotés des mêmes attributs que les autres (histoire, territoire, symboles, valeurs, religion, langue33), les Bochniaques ont pu alors s’affirmer et être reconnus comme peuple autochtone.

43Quant aux Croates, restés fidèles à la religion de leurs ancêtres pendant la période ottomane, en dépit d’un contexte peu favorable, ils se considèrent comme les défenseurs du catholicisme, et, pour cette raison, accordent généralement peu d’intérêt au mythe bogomile. Il leur paraît donc indiscutable que l’Église de Bosnie ne fut rien d’autre qu’un mouvement hérétique chrétien et catholique, éloigné de l’autorité papale :

  • 34 Traduction de l’auteur.

Avant l’arrivée des Turcs, dans ce pays il y avait 550 000 Croates, 20 000 Serbes et 100 000 Croates bogomiles ; c’était une hérésie que le pape a essayé de vaincre en envoyant les Franciscains ici. Je ne suis pas historien mais j’ai lu beaucoup de livres d’histoire. En Bosnie, les Turcs ont islamisé la population. Ce sont les Musulmans. Ils disent aujourd’hui qu’ils étaient bogomiles, mais ils ne disent pas qu’ils étaient d’origine croate. Ici, ils étaient croates et non pas serbes car les Serbes sont arrivés ici avec les Turcs. C’étaient des tribus de nomades au service des Turcs. Ils ont envahi la région en brûlant les villages croates et ils se sont installés à la frontière34. (Vlado, 55 ans, 1999)

  • 35 Le terme « bošnaq » était employé par les Turcs au début de l’occupation pour désigner les habitan (...)
  • 36 Ce qui a par ailleurs compliqué l’intégration des Bosniens déplacés en Herzégovine pendant la guer (...)

44On pourrait penser que, durant la guerre, les représentants du parti bochniaque SDA ont revalorisé le mythe des ancêtres bogomiles afin de rappeler aux Musulmans de BiH qu’ils doivent eux aussi rester fidèles à l’islam. Mais le remplacement de l’ethnonyme « Musulman » par « Bochniaque35 » semblerait au contraire refléter la volonté politique de dissocier l’appartenance ethno-nationale de l’appartenance religieuse, en valorisant la référence au territoire. De cette façon, ils ont marqué une rupture avec les formes de catégorisation qui, depuis un lointain passé jusqu’à l’avènement de la deuxième Yougoslavie (1945), avaient établi une distinction fondamentale entre les populations de Bosnie‑Herzégovine sur la base du critère religieux et déterminé ainsi les droits qui leur étaient ouverts. L’usage de l’ethnonyme « Bochniaque » ne pose pas moins problème car il occulte le rapport au territoire de certaines populations, notamment des habitants de la région de Mostar qui affirment être avant tout herzégoviniens et s’offensent lorsqu’ils sont qualifiés de bosniens36.

45Pour les Bochniaques, à l’inverse, la vulgarisation du mythe bogomile permet d’affirmer leur lien indissociable au sol et à l’histoire de la Bosnie‑Herzégovine face aux Croates et aux Serbes pour qui ils sont des renégats. En même temps, cette version du mythe fonde une distinction nette entre Bochniaques et Turcs, en tant que population slave pré-ottomane convertie. Elle démontre ainsi que les Bochniaques sont autochtones et que, par conséquent, ils occupent légitimement le territoire. Dans la mesure où les recherches historiques et archéologiques prouvent qu’il n’existe de lien ni entre les stećci et le bogomilisme, ni entre les bogomiles et les Bochniaques de BiH, l’ancestralité bogomile ne repose donc pas tant sur une vérité historique que sur un mythe. Ce mythe répond à un besoin, dans un contexte de danger existentiel immédiat. Il participe d’une construction identitaire et politique qui s’est avérée nécessaire, au point que le salut militaire de l’armée bochniaque engagée dans le conflit reprenait la main droite levée paume ouverte, de l’iconographie des stèles du clan Miloradović, dans la nécropole de Radimlja. Il manifeste aussi le « caractère créatif, imaginaire et très inventif » du nationalisme selon les termes de Gellner (1999, p. 87). À Mostar est, quelques stećci érigés en symboles de la culture bochniaque depuis la guerre, ornent l’entrée du centre culturel bochniaque, ce qui est une façon de promouvoir l’idée de la continuité historique et culturelle du peuple bochniaque avec les bogomiles à travers le patrimoine archéologique.

46Quoique C. Lévi-Strauss ne se soit pas intéressé à l’usage politique des mythes, sa définition du mythe correspond bien au phénomène que l’on peut observer actuellement en BiH :

Une invention individuelle ne consiste pas par elle-même un mythe. Pour qu’elle le devienne il faut que, transmutée par une alchimie secrète, le groupe social se la soit assimilée parce qu’elle répondait à ses besoins intellectuels et moraux. […] Un mythe propose une grille, définissable seulement par ses règles de construction. Cette grille permet de déchiffrer un sens, non du mythe lui-même mais de tout le reste : images du monde, de la société, de l’histoire, tapies au seuil de la conscience, avec les interrogations que les hommes se posent à leur sujet. La matrice d’intelligibilité fournie par le mythe permet de les articuler en un tout cohérent. (Lévi‑Strauss & Eribon, 2001, p. 196‑198)

47La synthèse particulière défendue par les Bochniaques est opératoire : d’une part, le mystère de la conversion massive à l’islam en Bosnie‑Herzégovine sous l’occupation ottomane ne représente plus une rupture dans l’histoire du pays, mais s’inscrit dans une continuité historique dans lequel ce peuple est naturellement inclus ; d’autre part, en revendiquant cette ancestralité comme exclusivement leur, les Bochniaques insistent sur le lien qu’ils entretiennent avec le territoire de la BiH, plutôt que sur leur appartenance religieuse musulmane. Ainsi, que l’histoire de l’origine bogomile des Musulmans/Bochniaques de BiH soit vraie ou fausse importe peu au final pour l’ethnologue ; ce qui importe c’est que ce mythe est porteur de sens pour ceux qui y croient et c’est à l’ethnologue que revient la tâche de le révéler. Se doter d’ancêtres autochtones, qui plus est présentés comme valeureux, des hommes et des femmes (certains issus de la noblesse) fidèles à leurs convictions religieuses malgré les persécutions, fait écho à la situation des Musulmans/Bochniaques depuis le dernier conflit.

48Nous pouvons avancer plusieurs raisons pour expliquer le succès de ce mythe auprès des Bochniaques. Premièrement, comme le souligne D. Dimitrijević (2004), le parti politique bochniaque SDA en a fait son fer de lance pour prouver l’autochtonie des Bochniaques et souligner leur différence, historiquement fondée. Deuxièmement, associé à un nouvel ethnonyme détaché de toute référence à la religion, dans une période où l’islam est dévalorisé sur la scène politique internationale, il se présente comme un référent identitaire valorisant pour soi-même et pour les autres, (les peuples voisins, la communauté internationale), ce qui permet de rassembler les anciens Musulmans de BiH, croyants et non croyants. Dans ce contexte, non seulement les stećci offraient un réservoir de symboles qui remontait à une tradition séculaire, slave, pré-ottomane et caractéristique de la Bosnie‑Herzégovine (scènes de chasse, fleur de lys, salut militaire, etc.), mais ils délimitaient aussi le territoire du nouveau pays.

Conclusion : vers le façonnement de nouveaux ancêtres

49Le mythe bogomile a cela de particulier qu’il est relativement récent et que des documents anciens, sujets à interprétation, attestent de l’existence d’un fait religieux mal connu. La plupart de ceux qui s’y intéressent continuent de rechercher des éléments de preuve, au lieu de le considérer pour ce qu’il est, en s’intéressant à ce qu’il révèle de la représentation du monde et des préoccupations de ceux qui y croient. Au tournant des années 2000, le mythe des origines bogomiles cristallisait les conflits d’interprétation du passé et, au‑delà, les enjeux politiques d’ordre identitaire et territorial qui opposaient les représentants bochniaques et croates, en particulier dans la région de Mostar. Il est toujours bien enraciné chez les Bochniaques, tout comme le sont les représentants politiques ethno-nationaux dans leur fonction, en raison de la Constitution qui maintient le pays dans une structuration ethnique au niveau politique, chacun essayant de maintenir son pouvoir dans les zones où le groupe qu’il représente est majoritaire et de contrecarrer celui de l’« Autre » dans les zones où il est minoritaire.

  • 37 Les estimations variant de 55 000 à 250 000 victimes, principalement des soldats croates fuyant l’ (...)

50Mais, comme l’histoire est sans fin et que l’ethnologie reconnaît depuis longtemps que l’ethnicité est un processus dynamique, il m’est difficile de ne pas terminer ce chapitre par une forme de mise à jour. La demande conjointe de la BiH, de la Croatie, de la Serbie et du Monténégro d’inscription des stećci au patrimoine mondial de l’UNESCO pourrait laisser présager, d’un côté, le dépassement de l’usage des vestiges archéologiques à des fins nationalistes ; de l’autre, la collaboration de chercheurs originaires des pays issus de l’ex-Yougoslavie autour d’un même projet de connaissance scientifique et de préservation d’un patrimoine en partie commun. La nécropole de Radimlja a été décrétée patrimoine national fin 2002 ; les stećci ont été blanchis, son accès, désormais protégé, est devenu payant et le site est indiqué sur la route nationale reliant Mostar à l’Adriatique. Or, à l’intérieur de l’enceinte, à l’abri des regards des visiteurs, masqué par les grands cyprès à quelques dizaines de mètres des vieilles stèles, se trouve un monument en forme de croix, érigé en 2005 et qui porte l’épitaphe suivante : « À la mémoire des victimes pour la foi et la patrie. Bleiburg chemin de croix. Stolac 1945‑2005. » La commémoration annuelle qui a lieu autour du monument exhibe les symboles de la nation croate : couronnes de fleurs et bougies aux couleurs bleu blanc rouge de la Croatie, chant de l’hymne national croate, danses folkloriques en habit traditionnel, messe catholique et discours à la mémoire des victimes croates du communisme prononcé par les représentants municipaux de l’Union démocratique croate (HDZ, parti de droite). En effet, le « massacre de Bleiburg », épisode tragique de la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais sujet à controverses quant au nombre de victimes37, a été utilisé dans la construction de l’identité nationale en république de Croatie dès le début du dernier conflit. L’évènement est désigné comme le « chemin de croix » des Croates persécutés en raison de leur nationalité et de leur religion, par analogie avec le martyre de Jésus Christ. La construction d’un tel monument à Stolac, dans une commune anciennement à majorité bochniaque devenue majoritairement croate au cours du dernier conflit, de surcroît dans l’enceinte d’un site archéologique protégé, n’a pas manqué de susciter des oppositions, tant sur le plan politique que sur le plan scientifique. Le massacre de Bleiburg est aux Croates ce que le massacre de Srebrenica est aux Bochniaques, un pilier des identités recomposées après cinquante ans de régime communiste et quatre années de guerre civile. La concurrence des mémoires se double d’une concurrence des lieux de mémoire, l’appropriation des lieux où reposent les ancêtres signifiant l’appropriation du temps passé et de l’espace sacré, mais aussi et surtout le contrôle politique du territoire.

51Sans doute observons-nous ici, dans le prolongement du façonnement des ancêtres mythiques, celui en cours de nouveaux ancêtres communautaires, à partir de défunts et de disparus récents, dont le souvenir vif et la mort tragique suscitent de fortes émotions et servent de support aux identités recomposées. On peut penser que les rituels commémoratifs de ces ancêtres récents (victimes de la Seconde Guerre mondiale et de la dernière guerre) – célébrés conjointement par les représentants politiques et les dignitaires religieux – visent à fonder, rassembler et régénérer le groupe ethno-national.

Bibliographie

Balivet Michel, 1992, « Aux origines de l’islamisation des Balkans ottomans » in Revue du monde musulman et de la Méditerranée, no 66, p. 11‑20.

Benac Alojz, 1967, Stećci. Mala istorija umetnosti. Epoke i stilovi, Izdavacki Zavod Jugoslavija, Beograd, 32 p.

Benac Alojz & Lovrenović Ivan, 1980, La Bosnie‑Herzégovine, Svjetlost, Sarajevo, 214 p.

Claverie Elisabeth, 2012, « Démasquer la guerre. Chronique d’un nettoyage ethnique, Višegrad (Bosnie‑Herzégovine), printemps 1992 » in L’Homme, no 203‑204, vol. 3, p. 169‑210.

Clayer Nathalie, 2004, « Le recours à l’histoire et à la tradition dans les recompositions identitaires et politiques albanaises » in Dimitrijevic Dejan (dir.), Fabrication des traditions. Invention de modernité, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, p. 73‑86.

Conte Francis, 1986, Les Slaves. Aux origines des civilisations d’Europe centrale et orientale, Albin Michel, Paris, 734 p.

Díaz-Andreu Margarita & Champion Timothy (dir.), 1996, Nationalism and Archaeology in Europe, Westview, San Francisco.

Dimitrijevic Dejan, 1999, « Ajvatovica : analyse de la tentative de construction d’un mythe fondateur de l’identité bochniaque » in Annales de la Fondation Fyssen, no 13, p. 31‑48.

Dimitrijevic Dejan, 2004, « “Inventer” une mémoire pour construire une identité : l’origine bogomile de la nation “bochniaque” » in Dimitrijevic Dejan (dir.), Fabrication des traditions. Invention de modernité, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, p. 55‑72.

Dodig Radoslav, 1996, « Kako su Bošnjaci postali od Ilira? Na klimavim temeljima historiografije » in Hrvatska Misao : Časopis za umjetnost i znanost, no 1, pp. 139‑142.

Donia Robert & Fine John, 1997, Bosnia and Herzegovina: A Tradition betrayed, Hurst & Co., London, 318 p.

Fondrillon Mélanie et al., 2015, « Aborder la question de l’identité en archéologie : bilan bibliographique et réflexions dans des thèses en cours » in Les Petits Cahiers d’Anatole, no 18, https://halshs.archives-ouvertes.fr/CITERES-LAT/halshs-00591796 (consulté le 15 avril 2015).

Garde Paul, 1992, Vie et mort de la Yougoslavie, Fayard, Paris, 464 p.

Gellner Ernest, 1989, Nations et nationalisme, Payot, Paris, 208 p.

Gossiaux Jean‑François, 1995, « Le sens et le Verbe. Sur deux modes opposés d’instrumentalisation politique du folklore » in L’Homme, no 135, vol. 35, p. 127‑134.

Hobsbawm Eric, 1992, Nations et nationalisme depuis 1780, Gallimard, Paris, 264 p.

Hobsbawm Eric, 1995, « Inventer des traditions » in Enquêtes, no 2, p. 171‑189.

Imamović Enver, 1995, Korijene Bosne i Bosanstva, Međunarodno centar za mir, Sarajevo, 404 p.

Jones Siân, 1997, The Archaeology of Ethnicity: Constructing Identities in the Past and Present, Routledge, London & New York, 180 p.

Kohl Philip L. & Fawcett Clare (dir.), 1995, Nationalism, Politics and the Practice of Archaeology, Cambridge University Press, Cambridge, 329 p.

Kovačević Lejla et al., 2014, “Standing at the Gateway to Europe—The Genetic Structure of Western Balkan Populations Based on Autosomal and Haploid Markers” in Paschou Peristera (ed.), PLoS ONE, no 8, vol. 9, DOI: 10.1371/journal.pone.0105090.

Lévi‑Strauss Claude, 1990, La Pensée sauvage, Presses Pocket, Paris, 347 p.

Lévi‑Strauss Claude & Éribon Didier, 2001, De près et de loin, Odile Jacob, Paris, 256 p.

Malcolm Noel, 1996, Bosnia: A Short History, New York University Press, New York.

Petrović Leon, 1999, Kršćani bosanske crkve. Povijesna rasprava o problemu patarenstva ili bogumilstva u srednjovjekovnoj Bosni, Ziral, Mostar, 303 p.

Rolland Stéphanie, 2005, Le Pont dans la Neretva. Analyse ethnologique des conflits identitaires entre Bosniaques et Croates à Mostar au lendemain de la guerre, université de Provence, Aix-en-Provence.

Stavrianos Leften S., 2002, The Balkans since 1453, Hurst & Co., London, 970 p.

Wenzel Marian, 1993, “Bosnian History and the Austo-Hungarian Policy: The Zemaljski Muzej, Sarajevo, and the Bogomil Romance” in Museum Management and Curatorship, no 12, pp. 127‑142.

Notes

1 Toutefois, même si la majorité des Albanais est musulmane, certains sont aussi catholiques et d’autres orthodoxes.

2 Avec une majuscule, « Musulman » constituait une catégorie ethno-nationale (comme Serbe, Croate, etc.) et les Musulmans un peuple, en ex-Yougoslavie, depuis 1970.

3 Ce fait fut reconnu dans le jugement des crimes de guerre rendu en janvier 2007 par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) : http://www.icj-cij.org/docket/files/91/13685.pdf ; voir également le travail de reconstitution chronologique du basculement dans la violence extrême dans une région de Bosnie par l’anthropologue E. Claverie (2012) d’après l’étude des comptes-rendus d’audience du TPIY.

4 Nous emploierons l’acronyme BiH dans la suite du texte lorsqu’il s’agira de la république de Bosnie-Herzégovine indépendante depuis 1992.

5 Stranka Demokratska Akicija, « Parti de l’action démocratique », fondé par Alija Izetbegović en 1990.

6 La république de BiH comprend deux régions comme son nom l’indique et deux capitales régionales (respectivement Sarajevo, également capitale du pays, et Mostar). C’est un État constitué de deux entités politiques (depuis les accords de paix de 1995) : la Fédération bosno-croate (peuplée essentiellement de Bochniaques et de Croates) et la République serbe (peuplée à majorité de Serbes). La partie bosnienne de la Fédération bosno-croate est majoritairement peuplée de Bochniaques tandis que les Croates résident essentiellement en Herzégovine.

7 Il ne sera pas question des Serbes dans cet article pour plusieurs raisons : d’abord, ils étaient très peu nombreux à Mostar lors de la première enquête ethnographique et sont aujourd’hui encore largement minoritaires dans la région de Mostar, ensuite pour des raisons pratiques liées à la littérature serbe sur le sujet, publiée en alphabet cyrillique. Quoiqu’il en soit, des Serbes rencontrés à l’occasion d’un terrain mené entre 2015 et 2016 considéraient eux aussi les stećci comme des monuments funéraires chrétiens de la période médiévale. On en trouve d’ailleurs parfois à proximité et même à l’intérieur de l’enceinte de cimetières orthodoxes. Plusieurs nécropoles situées dans la région de Mostar ont été authentifiées par les archéologues comme rassemblant des défunts serbes-orthodoxes ; de même, les colonnes intérieures de l’église d’un monastère situé à proximité de Mostar (datant du xve siècle) présentent des motifs identiques à ceux gravés en bas-relief sur des stećci de la nécropole de Radimlja près de Stolac, à une trentaine de kilomètres de Mostar.

8 Cette analyse, bien que reposant sur des données ethnographiques anciennes, est toujours d’actualité, la thèse de l’origine bogomile étant toujours mise en avant par les Bochniaques et réfutée par les Croates et par les Serbes.

9 L’étude est basée sur un échantillon de 70 individus originaires de Bosnie-Herzégovine (des trois groupes ethno-nationaux), Serbie, Monténégro, Kosovo et ex-république yougoslave de Macédoine, comparé avec des données publiées concernant 20 individus croates et une gamme de 695 échantillons de référence globale.

10 Sous l’occupation ottomane, les catholiques payaient plus de taxes à la Sublime Porte que les orthodoxes et n’obtenaient que très rarement l’autorisation de restaurer leurs édifices religieux ; la conversion à l’orthodoxie a donc permis de rester fidèle à la foi chrétienne tout en assurant une vie quotidienne moins misérable.

11 Prononcé « stetchi/stetchak ».

12 À certaines périodes de son histoire (jalonnée d’invasions et de dominations), le royaume de Bosnie a englobé des territoires de la Croatie, de la Serbie et du Monténégro, d’où la présence de stećci hors des frontières de l’actuelle BiH.

13 Source : UNESCO.

14 J’en ai vu quelques-uns dans un petit cimetière orthodoxe au sud de Mostar et à côté du cimetière catholique d’une petite ville du Sud-Ouest de l’Herzégovine.

15 Sa thèse fut réalisée dans les années 1960 en collaboration avec le Musée national de Sarajevo, en codirection avec Alojz Benac, alors conservateur du Musée.

16 Le bogomilisme est un mouvement hétérodoxe fondé par un pope bulgare (Bogomil) au xe siècle.

17 En effet, pendant les mois d’hiver 1971‑1972, le « printemps croate » a ébranlé la Yougoslavie. Ce mouvement de revendications à caractère nationaliste fut réprimé par le gouvernement titiste (arrestations, associations culturelles dissoutes, journaux estudiantins interdits, etc.).

18 En réalité, le départ des Serbes d’Herzégovine est le produit d’une évacuation programmée et encadrée par l’armée yougoslave (serbe) dès juin 1992, alors qu’ailleurs en Bosnie les hostilités avaient déjà commencé en mai (voir Claverie, 2012).

19 Contraction de pra-oci : « ceux qui viennent avant le père ».

20 Traduction de l’auteur.

21 Traduction de l’auteur.

22 Entretien réalisé en 2000, traduction de l’auteur.

23 Mostar Sveučilište, université située côté croate, dans la partie ouest, car il existe aussi une seconde université dans la partie bochniaque : Univerzitet Džemal Bijedić.

24 Entretien réalisé en 2000, traduction de l’auteur.

25 Les titres et les citations ont été traduites du serbo-croate-bosnien par l’auteur de cet article.

26 Actuelle ville de Dubrovnik en Croatie, située à deux heures de route de Mostar.

27 Termes désignant les bogomiles en serbe et en grec.

28 On les trouve en effet parfois gravés sur les stećci.

29 Bâtiment dans lesquels vivent les derviches d’une confrérie.

30 Plusieurs stećci des nécropoles de Radimlja et de Boljuni ont, en effet, la forme d’une croix ou sont décorés de ce symbole gravé en bas-relief (voir photo supra).

31 Kniževno stvaralaštvo bosanskih bogumila.

32 À l’époque des premiers terrains (1999‑2001).

33 La Constitution de la république de BiH reconnaît en effet trois peuples (bochniaque, serbe et croate, en ordre décroissant d’importance démographique) et trois langues correspondantes (bosnien, serbe et croate).

34 Traduction de l’auteur.

35 Le terme « bošnaq » était employé par les Turcs au début de l’occupation pour désigner les habitants du sandjak de Bosnie.

36 Ce qui a par ailleurs compliqué l’intégration des Bosniens déplacés en Herzégovine pendant la guerre.

37 Les estimations variant de 55 000 à 250 000 victimes, principalement des soldats croates fuyant l’avancée de l’armée communiste (la Croatie a été un État indépendant allié à l’Allemagne nazie, Mostar et sa région y avait été englobés) mais aussi des civils.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Nécropole médiévale de Radimlja, Stolac – Bosnie-Herzégovine
Crédits Photo : Stéphanie Rolland‑Traina.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 2. Stećci en forme de croix
Légende Nécropoles de Radimlja et de Boljuni, Bosnie-Herzégovine.
Crédits Photos : Stéphanie Rolland‑Traina.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/20289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search