Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fantômes dans l'Extrême-Orient d'hier et d'aujourd'hui - Tome 2

 | 
Marie Laureillard
, 
Vincent Durand-Dastès

Fantômes romanesques d'aujourd'hui

Figures du fantôme dans le roman sur Internet : l’Impératrice Phénix (Di Huang) de Tianxia Guiyuan

Figures of ghosts in Internet novels: The Empress Phoenix (Di Huang) of Tianxia Guiyuan

網絡小說中的鬼魅形象:評析天下歸元的小說《帝凰》

Xu Shuang

Résumé

Tianxia Guiyuan est une femme écrivaine contemporaine chinoise, connue pour ses fictions sur internet classées dans la catégorie Chuanyue 穿越 (Voyage dans le temps). Son roman l’Impératrice Phénix attire notre attention par sa représentation de figures du fantôme, à la fois héritière de la tradition littéraire chinoise et fruit d’une réinvention contemporaine. Nous proposons ici une étude en deux temps : d’abord, la représentation des figures du fantôme ; ensuite, l’écriture de la fantasmagorie à l’ère numérique.

Tianxia Guiyuan is a contemporary Chinese female writer, famous for her Internet novels classified as Chuanyue 穿越 (Travel through times). Her novel The Empress Phoenix draws our attention with a representation of figures of ghosts, both as the heir of Chinese literary tradition and as a contemporary reinvention. I propose a two-step analysis: at first, the representation of ghosts; then, the writing of phantasmagoria in the digital age.

天下歸元是中國當代網絡文學女作家,因其穿越小說而著名。小說《帝凰》中呈現的各式妖魔鬼怪,繼承了中國的文學傳統,同時又運用新時代的文學手法與想像。本論文將從鬼怪的形象塑造和網絡時代幻魅創作特點這兩個方面評析這部小說的鬼魅灯寫作。

Texte intégral

  • 1 La littérature numérique fait son apparition en Chine vers la fin des années 1990. (...)
  • 2 Le schéma narratif du genre Chuanyuan est caractéristique : le protagoniste du temp (...)
  • 3 http://www.xxsy.net/
  • 4 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) pour la version numérique ; Tianx (...)

1Tianxia Guiyuan (天下歸元) est une écrivaine contemporaine chinoise, connue pour ses romans sur Internet1 classés comme genre littéraire « traversée » (Chuanyue 穿越2). Publiés depuis 2008 sur le site littéraire chinois Xiaoxiang shuyuan 瀟湘書院3, ses romans sont ensuite édités en volumes papier par des maisons d’éditions officielles. Grâce à son roman l’Impératrice Fuyao  (Fuyao huanghou 扶搖皇后4), qui a reçu le « Prix d’excellence de la littérature féminine en 2011», l’auteure a obtenu la distinction d’« Excellent écrivain de la littérature féminine en 2011 » et a été élue au même rang que des auteures de renom comme Wang Anyi 王安憶 et Yan Geling 嚴歌苓. Depuis 2013, elle a été admise comme membre de l’Association des écrivains de Chine – signe de reconnaissance officielle du monde littéraire chinois à l’égard de l’ensemble de sa création romanesque.

2Le roman l’Impératrice Phénix de Tianxia Guiyuan relate une histoire de vengeance mêlant des thèmes de réincarnation, de meurtres, de conflits politiques, d’amour et d’amitiés. L’histoire se passe à une époque dynastique imaginaire, dans un lieu indéfini. L’impératrice, ayant été assassinée d’une manière atroce dans sa vie antérieure, se réincarne en une servante du palais pour retrouver son assassin. Face aux multiples suspects – empereur, ministres, amis et ennemis, elle se livre à une enquête de détective.

3Le roman, malgré sa contemporanéité, fait écho à la littérature traditionnelle chinoise abordant le thème du fantôme. Comment les fantômes y sont-ils représentés ? Sont-ils différents de ceux de la tradition ? Quelle est la part de modernité dans cette écriture ?

4Dans notre étude, nous proposons de répondre à ces questions à partir des deux aspects suivants : tout d’abord la représentation des figures du fantôme, ensuite l’écriture de la fantasmagorie à l’ère numérique.

Figures du fantôme

Apparitions fantomatiques

5Le roman se compose de deux grandes parties. La première partie, intitulée « La renaissance du Phénix » (« Niepan 涅盤 »), relate la réincarnation de l’âme de la défunte impératrice Mingrui, sa nouvelle vie dans la peau d’une servante du palais et ses retrouvailles avec des personnes connues dans sa vie antérieure. La deuxième partie, intitulée « Les six royaumes » (« Liuguo 六國 »), décrit la quête de la vérité au sujet de l’assassinat de l’impératrice, et son parcours de combattant qui l’a conduite jusqu’au trône de l’empire. Tout au long du récit, des figures fantastiques – fantômes, monstres, démons – projetées sur la scène offrent un spectacle extraordinaire.

  • 5 Maruo Tsuneki [丸尾常喜], 2006, Ren yu guide jiuge: Lu Xun xiaoshuode lunxi "人"与"鬼"的纠葛 : 魯迅 (...)

6Dans la culture populaire chinoise, le fantôme est considéré comme l’âme (hun 魂) ayant quitté le corps défunt. Le fantôme, invisible, n’a pas de forme. Maruo Suzuki indique dans son étude que dans la tradition littéraire chinoise, en particulier dans le théâtre et la fiction classiques, l’apparition du fantôme s’accompagne souvent d’un « vent tourbillonnant » (xuanfeng 旋风5). Sous la dynastie des Tang, le poète Li He (790-816), qui excelle dans la représentation du monde fantastique, évoque l’arrivée des esprits surnaturels par un « vent tourbillonnant » :

Les dieux de la mer et les esprits de la montagne prennent place, lorsque des pièces de monnaie en papier brûlent en bruissant dans le vent tourbillonnant.

  • 6 « Shenxianqu 神弦 » (« Cordes divines »), in Li He [李賀], s. d., Li He shiquanji (...)

海神山鬼來座中,紙錢窸窣鳴旋風6

  • 7 Maruo Tsuneki, 2006, Ren yu guide jiuge: Lu Xun xiaoshuode lunxi "人"与"鬼"的纠葛 : 魯迅小說論析 (...)
  • 8 Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 157.
  • 9 Une pièce de théâtre de la dynastie Yuan dont l’auteur est Guan Hanqing (c. 1240-c. 132 (...)

7Selon Wang Qi (1696-1774), le démon ou l’esprit divin apparaît à la faveur du vent ; lorsque le souffle du vent est haut de moins d’un mètre, c’est que le démon est là, s’il est haut de plus d’un mètre, l’esprit divin est parmi nous7. Xu Xianglin, dans son étude sur le théâtre du fantôme, remarque que sur la scène du théâtre classique, le fantôme est représenté comme un « souffle de l’âme » (hunqi 魂氣), dont l’apparition est liée au vent tourbillonnant, aux nuages et aux brumes8. Sous la dynastie Yuan, cette représentation du fantôme est récurrente dans les pièces de théâtre, par exemple dans le Ressentiment de Dou E (Dou E yuan 窦娥冤9), la pièce la plus connue de l’époque. Lorsque le fantôme de Dou E monte sur la scène pour solliciter l’aide de son père en vue de sa vengeance, il est poussé par un vent tourbillonnant sous un ciel couvert :

Je marche lentement dans le crépuscule, le tourbillon m’emporte à toute vitesse. Enveloppée de brumes et nuages, mon âme avance en toute hâte.

  • 10 Guan Hanqing, 2013, « Dou E yuan 窦娥冤 » (le Ressentiment de Dou E), acte 4.

慢騰騰昏地裏走,足律律旋風中來。則被這霧鎖雲埋,攛掇得鬼魂快10.

  • 11 L’auteur est Zhu Youdun (1379-1439). C’est l’histoire d’une prostituée, Liu Panchun, qu (...)

8De même sous les Ming, comme dans la pièce de théâtre les Plaintes venues du sachet de parfum  (Xiangnang yuan 香囊怨11), l’âme apparaît de la même manière :

Je vois à nouveau un tourbillon qui se déplace rapidement devant moi, c’est sûrement l’âme de la défunte.

  • 12 Voir Handian 漢典 (Dictionnaire canonique des caractères chinois), 2004, l’entrée (...)

又見個旋風兒足律律的在前,敢是他陰靈兒又相牽12

  • 13 L’auteur est Hong Sheng (1645-1704), dramaturge de la dynastie des Qing. Voir Hong Shen (...)

9L’apparition de l’âme peut également se matérialiser par la légèreté et l’envol, comme dans la pièce de théâtre le Palais de la longévité  (Changsheng dian 長生殿13). Dans l’acte « La poursuite du fantôme » (« Ming zhui 冥追), l’âme de Yang Yuhuan quitte son corps suite à son suicide et part à la poursuite de l’empereur. Ce fantôme est comparé à « un filament de l’âme découpée et qui flotte », qui « s’envole » en quittant « le relais de la poste », lieu de sa mort.

  • 14 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 1, (...)
  • 15 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, partie 1, chap. 1, p. 9.

10Dans le roman l’Impératrice Phénix , la réincarnation de l’âme fait écho à la représentation du fantôme évoquée plus haut. À l’ouverture du roman, l’âme se réveille dans le corps d’une servante mourante, à minuit, au clair de lune, sous une brise brumeuse14, dans une pièce rustique, « plongée dans une obscurité profonde,enveloppée d’une atmosphère lugubre15 ». L’âme réincarnée apparaît sous la forme d’un « vent tourbillonnant », comme dans le théâtre traditionnel :

Le vent tourbillonne au pied des murs du palais. […] À l’intérieur du vase tripode Boshan, les fumées du bois d’aloès s’élèvent en volutes, la lueur scintille…
Elle semble marcher lentement, mais en un clin d’œil, elle se trouve déjà tout près.

  • 16 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, partie 1,chap. 4, p. 20.

風,貼著殿角悠悠盤旋 […] 博山鼎爐中沈香裊裊,煙光忽散忽凝…
她似是走得很慢,然而轉瞬便到了近前16

  • 17 Zhu Kai (né à la fin de la dynastie des Yuan, mort au début de la Dynastie des Ming. Se (...)

11Dans cette scène, « la lueur qui scintille » est également liée à la présence du fantôme. Cette représentation se retrouve par exemple dans Meng Liang vole les ossements à la tour Haotian (Haotian ta Meng Liang dao gu 昊天塔孟良盜骨), une pièce de la dynastie des Yuan, dans laquelle les fantômes du général Yang Linggong et de son septième fils Yang Qilang signalent leur arrivée à Yang Liulang, le vivant, en faisant vaciller la flamme de la bougie17.

  • 18 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 23.
  • 19 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 23.

12Par le biais de cette apparition fantomatique, la romancière joue de la frontière floue entre le fantôme et l’humain. Aux yeux du témoin de cette scène (la belle-sœur de l’impératrice décédée), la protagoniste est réellement un fantôme réincarné, parce qu’elle avait vu le cadavre brûlé de la défunte impératrice. Ainsi demande-t-elle à la protagoniste : « Est-ce bien ton esprit qui habite le corps de la servante18 ? » Quant à la protagoniste elle-même, dotée de l’âme de l’impératrice morte, elle ne se considère pas comme un fantôme, si bien qu’elle répond à sa belle-sœur : « Non, c’est bien moi. Me voici de retour19. »

  • 20 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 17 (...)

13Dans la version numérique du roman, par une scène très théâtrale de « fantôme qui réclame la vie » (yuanhun suo ming 冤魂索命), la romancière brouille à nouveau la distinction entre le fantôme et l’humain. Il s’agit de venger la torture mortelle que la servante du palais Jinyun a injustement subie20. Cette scène commence par une description du corps de la victime à laquelle sont infligés de supplices cruels :

Ce n’est plus un corps humain à proprement parlé. La chair, découpée, morcelée, se retourne, se mêle aux cheveux noirs trempés de sang. De la tête aux pieds, aucune peau de couleur naturelle. Le corps se décompose comme un tas de coton ensanglanté, […] dévoilant çà et là des os blancs.

14La servante, déjà à l’agonie, décide de se suicider et de se transformer en fantôme pour se venger. Avec ses dernières forces elle se heurte à une poutre dans la scène suivante :

Jinyun lève soudain les pieds et fonce tout droit, elle crie : « Je préfère être un fantôme et je jure de te tuer ! » Sa voix est aiguë, comme si elle sortait de l’enfer, emportant avec elle du sang et de la haine.

  • 21 Mo Yan dans sa nouvelle « Bai mianhua 白棉花 » (« Balles de coton ») emprunte également ce (...)

15Mourir pour se venger est un thème récurrent dans les récits fantastiques chinois. Selon la croyance populaire, la mort permet au vivant d’emprunter les pouvoirs de l’autre monde et d’accomplir ainsi une vengeance que la société des vivants n’aurait pas permise21. Ainsi, la servante Jinyun est morte. Le « vent tourbillonnant » apparaît aussitôt :

Un vent léger tourbillonne au ras du sol, fait virevolter les feuilles mortes dont le bruissement évoque les pas du fantôme.

  • 22 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. (...)

有幽風貼地盤旋,卷起落葉,簌簌的宛如幽靈的腳步22

16La protagoniste porte le cadavre sur son dos, dissimule une pince pointue dans la main de la morte, simule une apparition fantomatique et tue l’ennemie de la servante – la dame Hu – avec la pince :

  • 23 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang.

[La dame Hu] voit le cadavre – un mélange de sang, de chair et de cervelle – se jeter sur elle. […] Le cadavre s’écroule sur elle et l’écrase ; des gouttes de sang tombent sur son visage. Dans la confusion, elle voit ce visage défiguré et pitoyable ouvrir soudain les yeux et lui sourire de toutes ses dents. […] Elle ressent comme un froid à la gorge. N’ayant éprouvé qu’une légère douleur, elle sent ses forces la quitter comme un torrent qui s’éloigne23.

17Aux yeux de la foule qui assiste à cette scène, il s’agit de la revanche du fantôme de la servante défunte :« Les mânes viennent prendre la vie du malfaiteur ! » Tel est le cri strident d’un témoin. En réalité, c’est la protagoniste qui a accompli la vengeance à la place de la victime. À la fin, celle-ci dit à la servante morte : « Tu es maintenant un fantôme…Vivante, tu ne pouvais pas te venger ; morte, tu peux enfin le faire. » En dernier lieu, la protagoniste déclare avec détermination son intention de lutter contre l’injustice sociale au sens général :

Un jour, je ferai disparaître la hiérarchie injuste qui distingue les nobles des humbles, j’abolirai les privilèges des supérieurs qui jouissent du pouvoir de décider de la vie ou de la mort des autres, je ferai gémir sous la lame de la vengeance ceux qui nous blessent.

  • 24 Ce passage est supprimé lors de la publication sur papier du roman.

18À travers ce « fantôme » incarné, la romancière exprime ainsi librement sa critique sociale24.

19Le lecteur assiste ici à une projection de la figure du fantôme liée à la vengeance. Contrairement au récit traditionnel qui emploie une focalisation externe au fantôme, la romancière adopte ici le point de vue de ce dernier pour la narration afin de préserver la continuité de son identité malgré la réincarnation dans un autre corps. Ce choix narratif bouleverse pourtant la démarcation entre le fantôme et l’humain :

Elle oublie encore que le fantôme, c’est elle-même.

  • 25 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 51.

她又忘記那“死鬼”,其實就是自己了25

20La même âme instaure une polyphonie qui met en question l’identité :

Je suis en effet un fantôme, mais ce corps est tout de même celui d’un humain.

自己倒確實是個鬼,不過這個軀體,應該算是個人吧。

21En effet, loin de n’être qu’un naïf constat, ce questionnement suscite une réflexion plus profonde sur la nature humaine. Une étude élargie des autres personnages du roman nous dévoile un monde où les humains, malgré leur apparence, revêtent des aspects démoniaques.

Apparitions divines, étranges ou démoniaques

  • 26 Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 7-13.

22Selon une étude de Xu Xianglin, l’évolution du concept de gui 鬼 en Chine a connu quatre étapes : 1/il s’agit de la notion du « pan-fantôme » (fangui 泛鬼) qui inclut à la fois l’âme du défunt (rengui 人鬼) et la créature de la nature (zirangui 自然鬼) ; 2/ on distingue l’âme du défunt de la créature de la nature, et cette dernière entre progressivement dans la catégorie des créatures étranges (jing 精, guai 怪) ; 3) quant à l’esprit divin (shen 神), considéré comme supérieur, il se dissocie peu à peu du fantôme (gui 鬼) ; 4) sous l’influence du bouddhisme, est introduit le principe de la réincarnation, selon lequel l’âme du défunt se réincarne en humain ou en animal suivant la bonté ou la méchanceté dont celui-ci fait preuve dans sa vie antérieure. Cependant, dans la réalité, ces quatre conceptions coexistent et influencent parallèlement l’imaginaire des Chinois26.

23En effet, dans l’Impératrice Phénix coexistent des figures de gui (« fantômes ») au sens d’« esprit divin » (shen 神) ou « étrange » (jing 精, guai 怪).

24En toile de fond, il existe un monde suprême situé au Neuvième Ciel, siège des esprits divins. Par ailleurs, la protagoniste est à l’origine la déesse suprême Lingyuan (Lingyuanshangxian 靈元上仙) – la sœur de l’empereur céleste (Jiuchongtiandi 九重天帝). Ennuyée par la vie trop paisible du monde suprême, elle a demandé à descendre dans le monde des humains pour y vivre des aventures. Seulement, la mémoire de cette vie immortelle a été effacée avant qu’elle ne commence sa vie humaine.

25Chu Feihuan, un ami fidèle de la protagoniste, est né dans une famille impériale d’un pays lointain, le pays de Li. Descendant du Dragon des eaux profondes de l’océan (shenhai jiaolong 深海蛟龍), il a sur le corps une marque de naissance qui prend la forme d’écailles dorées. En raison de ses capacités à prédire l’avenir, il est considéré par son entourage comme « un être étrange » (guiguai yiduan 鬼怪異端).

26Wei Tiansi, le roi Jin du pays du Wei du Nord, est né d’une concubine du roi et d’un monstre. Son corps est à la fois celui d’un aigle, d’un renard, d’un serpent et d’un chien. Lorsqu’il est en colère, le bout de sa langue se transforme en fourche, et sa voix imite le sifflement du serpent.

  • 27 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 386.

27Yunhua, une belle espionne, est en réalité membre d’une secte démoniaque nommée « secte du démon à sept couleurs »(Caigujiao 彩蠱教). Elle et son maître sont des femmes démoniaques (yaogu 妖蠱) ayant acquis uneintelligence spirituelle (lingzhi 靈知). Leur visage se compose d’une beauté partie humaine partie diabolique (banmian guimei 半面鬼魅). Il arrive que le regard de Yunhua se teinte d’un vert foncé démoniaque (shenlü yaoyi 深綠妖異) qui ressemble à celui des feux follets (guihuo 鬼火). Lorsqu’elles usent de leur pouvoir diabolique, leurs cheveux se dressent« comme d’innombrables serpents démoniaques qui se mêlent, se tordent, se lèvent27 ».

  • 28 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 3, p. 1076 : « Mon cœur a disparu depuis (...)
  • 29 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 38.

28Dans le roman, il arrive que des humains eux aussi soient décrits sous des aspects démoniaques. Yu Zixien est un exemple. Prince en provenance d’un pays assujetti, c’est un ancien ami et compagnon de guerre de la protagoniste. Ayant trahi cette dernière et pris part à son assassinat, il vit par la suite en proie à d’éternels regrets, tel un mort-vivant dont le cœur aurait été arraché28. Son apparition est toujours associée à la couleur rouge sang (couleur du démon) quiscintille dans l’obscurité. Il s’habille de rouge et tient à la main une lanterne rouge dont il ne se sépare jamais. Lorsqu’il se montre pour la première fois dans le roman, il a des allures de fantôme : à la lueur de la « lune sanglante » (xueyuezhiye 血月之夜), il « avance d’un pas léger, comme flottant dans l’air » ; et sa lanterne « ressemble à un œil d’où coulerait du sang, errant en silence dans l’obscurité ». Il exhale une odeur fantomatique (guiqi sensen 鬼氣森森) et dégage un charme démoniaque (yaomei 妖魅), pareil à celui d’un renard maléfique (yaohu 妖狐29).

29Bai Yuan, conseiller d’État du pays de Dongyan, dont le père a été tué dans une bataille par la protagoniste lors de sa vie antérieure, est en fin de compte la personne qui a comploté l’assassinat de l’impératrice. Élégant, il prend parfois l’allure d’une bête démoniaque, au regard « évoquant la lueur des lampes fantomatiques » (youbi de deng 幽碧的灯), tel « un démon ou un renard maléfique »(shenshou wanghu 神獸魍狐) qui siège dans l’obscurité.

  • 30 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, p. 325-334. Version numérique (2009), chap (...)

30Il y a encore ce tueur, « homme vêtu de gris30 » dont le regard est comparé à celui d’une momie, terne, impassible. Lorsqu’il pratique les arts martiaux, il prend soudain une figure de démon : « son visage décharné et allongé se tord et se défigure ; ses pupilles grises deviennent soudain multicolores » ; sur ses mains, ses ongles, sous la lune sanglante, poussent « d’une manière étrange ».

31La configuration des personnages du roman devient ainsi un spectacle de fantasmagorie où le réel se mêle à l’illusion, et où les humains se confondent avec les êtres surnaturels. Or, la romancière ne se livre pas à un pur divertissement fantastique. Sous sa plume se dévoile un monde humain à l’image de l’enfer.

Espace démoniaque

  • 31 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, p. 22.

32Le palais impérial est décrit comme un lieu « dominé par des fantômes où les ombres démoniaques se superposent » (guimei gongque, yaoying zhuangzhuang 鬼魅宮闕,妖影幢幢), de telle sorte que les êtres humains, à force d’y vivre, s’altèrent et se transforment en démons (zhuan er cheng yao 轉而成妖31). Quant aux faibles, plongés dans ce lieu ténébreux, ils sont la proie de ce danger sournois :

Dans ces endroits sombres, on dirait qu’il y a d’innombrables démons qui se cachent, attendant qu’on les appelle pour passer à l’action.

  • 32 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. (...)

那些暗影之處,似乎潛伏著無數魑魅魍魎,正在等待召喚蠢蠢欲動32.

  • 33 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 120.
  • 34 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. (...)
  • 35 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang.

33Par ailleurs, le palais impérial est toujours décrit comme obscur, sous un ciel nocturne ou couvert, assimilé à un « monstre sombre » (anyu 暗蜮33), plongé dans un « silence mortel » (jijing rusi 寂靜如死34), dégageant une forte et fétide odeur de sang (nongyu de xuexing qixi 濃郁的血腥氣息35).

  • 36 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), tome 1, p. 375.
  • 37 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 393.

34Il en va de même pour la prison, comparée à un cimetière parsemé « d’os blanchis, de sang frais, de fantômes, de feux follets qui errent en silence36 ». Elle est qualifiée d’« enfer du monde des humains » (renjian diyu 人間地獄), montrant notamment des corps déchiquetés – à la chair hachée, à la cervelle et aux membres mutilés, sanglants, dont la langue est coupée, les yeux crevés, les intestins arrachés, où déferle l’odeur fétide du sang37.

35Enfin, le champ de bataille apparaît comme un espace hanté d’innombrables âmes de guerriers :

  • 38 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 77-78.

Sur la grande étendue, à chaque endroit, des os blanchis, des taches de sang frais se fondent au clair de lune – témoins impassibles de la guerre et de la tuerie des humains, ils deviennent les yeux des âmes errantes des soldats, morts sur la plaine désertique, incapables de retourner au pays38.

  • 39 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 3, p. 1021-1022.

36Les soldats, même de leur vivant, vivent leru lutte comme un enfer. Lors de la bataille Queshang, les soldats se livrent à un combat au corps à corps, où « des morceaux de chair, des crânes, des bras, des jambes sont balancés au-dessus de la foule, hachés par des épées et couteaux, le sang pleut dans le ciel » ; les soldats « se mêlent, s’entrelacent, se transforment en une bouillie rouge effervescente exhalant des fumées de sang39 ».

  • 40 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 16.
  • 41 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 103.
  • 42 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 103.

37Pour fuir la guerre, les réfugiés meurent sur la route, « des os blanchis s’étalent sur mille li 40 » et les mendiants se livrent à une lutte pour la survie en tuant sans scrupules : « En loques, squelettiques, ils se jettent les uns sur les autres et se battent dans une confuse mêlée » ; ils poussent des cris de douleur, « aux autres, ils arrachent les cheveux, les yeux, tirent les oreilles ; des morceaux de chair volent en tous sens, les corps sont pleins de sang41 ». Le pire, c’est que les vaincus sont destinés à être brûlés afin que le Seigneur récupère la graisse humaine pour en faire de l’onguent destiné à rajeunir la peau. Devant le feu, ces humains, vaincus, « se débattent sans bruit, leurs regards emplis d’effroi sont comme des feuilles mortes qui oscillent au vent42 ».

38En contraste avec « l’enfer du monde des humains », le royaume des fantômes, qui apparaît dès l’ouverture du roman, présente des figures de démons aimables.

39Dès le prélude, le roman met en scène le Manoir infernal (difu 地府) ainsi que la cour de Yanluo (Yanluodian 閻羅殿), où siège un démon émissaire (guishi 鬼使) en présence de l’âme de la protagoniste. Y sont également mentionnés les Dix rois des enfers Yama (shidian yanluo 十殿閻羅), des âmes obscures (youhun 幽魂), ainsi que les lieux et personnages emblématiques de l’enfer : le pont de l’Abandon (Naiheqiao 奈何橋) et la vieille dame Meng (Mengpo 孟婆) qui fait boire la potion de l’Oubli (Mengpotang 孟婆湯) avant de renvoyer les âmes vers le monde des humains.

  • 43 Voir Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 242-2 (...)
  • 44 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 3.
  • 45 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 4.

40Le Manoir infernal est un lieu où les âmes sont purifiées en vue de leur réincarnation. Traditionnellement, dans l’imaginaire littéraire, cet espace évoque l’horreur et l’atrocité, car il s’agit d’un lieu de jugement des âmes, où la méchanceté est punie43. Dans ce roman, l’ambiance est tout à fait différente. Les Dix rois des enfers sont « souriants » (meikai yanxiao 眉開眼笑44), leurs jugements ne sont plus impassibles – ils « tapent dans leurs mains » pour exprimer leur joie (jizhang huanqing 擊掌歡慶) alors que le démon émissaire apparaît serviable, compréhensif et respectueux (zuogong jinzhuang 做恭謹狀). Par ailleurs, c’est un monde où existe une démocratie sociale, car il arrive aux démons émissaires de se plaindre du surcroît de travail et de demander une augmentation de salaire par une manifestation publique, en faisant une sorte de pétition par leur présence silencieuse (jingzuoqingyuan 靜坐請願) à la cour de Yanluo45. Dans cet espace, les démons revêtent un aspect humain et vont même jusqu’à adopter des divertissements humains, comme d’assister àun feu d’artifice.

41Dans le roman, un autre lieu lié aux morts est la Boutique des cercueils (Guancaidian 棺材店), siège de la secte du Serment du phénix. Contrairement à ce que le nom de la boutique pourrait évoquer, c’est un espace empli d’amitié et d’amour. C’est le lieu où la protagoniste passe des moments de tendresse avec son fils, où la bonne entente s’instaure entreamis, où règne l’harmonie. C’est un espace ensoleillé, fleuri, signe d’espoir et de vie :

  • 46 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 401.

Le soleil du Nouvel An se répand sur le mur couvert de végétation de la cour intérieure de la Boutique des cercueils. Sur ce mur, une fleur de pêcher est éclose. […] Tout semble achevé, alors que tout commence à peine46.

42Ainsi, après avoir examiné les différentes figures de fantômes, nous constatons que le roman met en scène un monde où fantômes, démons, dieux, humains se mêlent étroitement. Ce monde désordonné rappelle singulièrement l’univers de Gan Bao ou de Pu Songling. La description du monde humain comme un enfer fait également écho au cri du poète moderne Guo Moruo, au début du xxe siècle (1920) :

  • 47 « Feng ge 鳳歌 » (« Chant du Phénix mâle »), in Guo Moruo, 2006, Fenghuang ni (...)

Univers, univers
Je veux te maudire de toutes mes forces :
Ton lieu d’exécution est souillé de pus et de sang !
Ta prison est emplie d’affliction !
Dans tes cimetières les fantômes poussent des cris violents !
Dans ton enfer sautille une foule de démons !
Pourquoi existes-tu47 ?

43Notre romancière, au xxie siècle, se contente-t-elle juste de réécrire des figures de fantômes dans la lignée de la tradition littéraire ?Quelle est sa part de réinvention ?

La fantasmagorie à l’ère numérique

La réincarnation

Relation avec la tradition littéraire chinoise

44Le thème de la réincarnation est étroitement lié à la tradition littéraire chinoise. Dans l’Impératrice Phénix, l’âme du défunt choisit le corps d’une autre personne pour revivre : cette intrigue correspond au cliché littéraire de la réincarnation dite jieshihuanhun 借屍還魂 (« emprunter le cadavre pour réinstaller l’âme »). Parallèlement, la protagoniste se réincarne et revit des émotions sentimentales auprès de son mari : ceci constitue un type de récit étiqueté sous le nom de liangshiyinyuan 兩世緣 (« affinités de deux vies ») ou zaishengyuan 再生緣 (« affinités réincarnées »). Enfin, selon le prélude et le dénouement du roman, les trois personnages principaux – la protagoniste, l’empereur et Chu Feihuan, d’origine divine –, sont descendus dans le monde des humains pour vivre des aventures (xiafanlijie 下凡歷劫), ce qui fait écho à l’intrigue du Rêve dans le pavillon rouge, un grand classique chinois, dans lequel les deux protagonistes – Jia Baoyu et Lin Daiyu – ont eux aussi une origine divine.

  • 48 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 393.

45Dans ces récits classiques, le thème de l’amour occupe une place centrale, alors que dans le roman de Tianxia Guiyuan, la protagoniste a pour but prioritaire la quête de la vérité et la vengeance. Ainsi, une fois libérée de prison, la protagoniste, au lieu d’accepter de renouer immédiatement avec l’empereur – son amour de la vie antérieure –, met en avant cette quête de vérité : « À présent, je voudrais reprendre le chemin de la liberté et partir à la recherche d’une vérité hors de notre portée48. »

Relation avec la science-fiction

46Le thème de la réincarnation rejoint la science-fiction du genre « voyage dans le temps », où il existe des tunnels temporels qui permettent aux humains qui les traversent de parcourir des espaces ou des mondes parallèles.

47Dans la littérature sur Internet en Chine, le genre Chuanyue 穿越 (« Voyage dans le temps ») se développe à la lumière de ces hypothèses. L’âme de la protagoniste – l’impératrice Phénix – a effectué ainsi deux traversées dans le temps et l’espace : d’abord celle de l’empire Xiliang jusqu’à l’époque contemporaine, qu’elle quitte ensuite pour retourner à la période de sa première vie.

  • 49 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 44.
  • 50 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 8.

48Par rapport à la science-fiction européenne, le roman l’Impératrice Phénix s’attache peu aux fondements scientifiques de la théorie du temps et de l’espace parallèles (pingxing shikong 平行時空49). La protagoniste se contente d’évoquer brièvement sa deuxième vie à l’époque moderne et son souvenir d’avoir traversé un passage du temps lors d’un tremblement de terre50.

  • 51 Voir Xu Shuang, “Traveling through Time and Searching for Utopia: Utopian Imaginaries (...)

49À travers le genre Chuanyue, le corps semble jouir d’un rapport libre au temps. Par rapport à la tradition chinoise et à la conception européenne, la réincarnation est ici dotée d’un sens de délivrance : se délivrer des souffrances et poursuivre la quête de la vérité. Par ailleurs, durant sa première et sa troisième vie, la protagoniste a été par deux fois la fondatrice de l’empire et a joué un rôle social important, ce qui nous permet de remarquer que la notion de la réincarnation exprime ici davantage un désir d’émancipation et d’action : celui de quitter le corps physique et de participer à la reconstruction de l’histoire par le biais de l’imaginaire51.

Relation avec le roman policier

50Comme la protagoniste se réincarne dans le but de trouver le vrai auteur du crime, le roman emprunte parallèlement la structure d’un roman policier. Il est centré sur une enquête criminelle en suivant une construction particulière consistant, à partir des conséquences (souvenirs de la scène du meurtre), à remonter (l’enquête) aux causes (le mobile et le crime). Le roman est ainsi également un « roman à énigme », la protagoniste-enquêtrice observe et interroge des suspects, entreprend une recherche minutieuse d’indices ayant trait au mobile, aux circonstances et à l’arme du crime ; ainsi elle adopte le rôle d’un détective qui vérifie ses hypothèses en rayant de sa liste les suspects les uns après les autres au fur et à mesure de son enquête.

51Nous observons d’abord l’influence de la tradition chinoise, celle du genre Gong’an (公案小說), qui se caractérise à la fois par l’aide des forces divines ou fantomatiques et l’assistance des redresseurs de torts. Nous constatons également que la protagoniste est douée des qualités d’un détective de la tradition européenne : pleine de sang-froid, peu émotionnelle, brillante par son sens de l’observation et son raisonnement logique.

52En dehors de l’héritage littéraire, l’originalité du roman l’Impératrice Phénix se situe sur deux plans. Premièrement, la conception d’un rôle féminin à l’encontre de la tradition. Le détective est ici une femme mature, belle, charismatique, disciple d’une secte (Qianjue men 千絕門) chargée de délivrer le monde des souffrances. Elle est comparée à une déesse (tianxian 天仙) chargée de sauver le monde (qiushi 救世). C’est une femme exceptionnelle, entourée d’admirateurs, mais qui laisse pourtant l’amour au second plan.

  • 52 Voir Isabelle Boof-Vermesse, 2011, « L’histoire comme crime ». Dans cette (...)

53Deuxièmement, la dénonciation du pouvoir suprême. La fin de l’enquête révèle que le crime faisait partie d’un complot ourdi par le gouverneur de l’univers. Le pouvoir suprême a coordonné l’assassinat de la protagoniste, car celle-ci est devenue une menace potentielle pour son règne sur l’empire. La dimension sociopolitique du meurtre crée ainsi un espace de critique à l’égard du pouvoir ainsi que de l’histoire52.

Une écriture qui met en valeur les effets visuels

  • 53 Le Nouveau Petit Robert, 1993, p. 1000.

54Selon la définition du dictionnaire, la fantasmagorie est à l’origine un « art de faire voir des fantômes par illusion d’optique dans une salle obscure », c’est une « représentation imaginaire et illusoire » qui emploie abondamment des effets surnaturels et fantastiques53. Dans le roman l’Impératrice Phénix, l’esthétique de la fantasmagorie s’appuie beaucoup sur les jeux visuels. En dehors de la focalisation narrative que la romancière emploie pour camper la figure du fantôme dans le but de brouiller la frontière entre le réel et l’illusion, l’effet visuel est mis en valeur. Ceci est également lié au contexte du xxie siècle et à l’ère numérique où l’art visuel se développe à grande vitesse grâce aux nouvelles technologies.

55L’effet visuel est produit d’abord par une densité scénaristique, soulignée par l’accélération du défilement ou de la superposition des images : des scènes de combat dans le premier cas, et des descriptions psychologiques dans le deuxième cas. Le lecteur, devant tel kaléidoscope, se laisse fasciner et emporter par l’impact émotionnel qui en résulte.

  • 54 Lu Xun [魯迅], 2006, Yecao 野草 (la Mauvaise Herbe), p. 105-109.
  • 55 Tianxia Guiyuan, 2011, tome 3, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , p. 869.

56L’effet visuel peut aussi être rendu par l’exagération de la forme et des couleurs. C’est le cas du datura (mantuoluo 曼陀羅), fleur toxique qui, selon la légende, pousse sur les rives de l’enfer. Dans le Bel Enfer perdu  (« Shidiao de haodiyu 失掉的好地獄 »), Lu Xun la décrit comme « une petite fleur de l’enfer, pâle, pitoyable54 ». Dans le roman de Tianxia Guiyuan, elle apparaît pourtant « grande » (shuoda 碩大), « d’un rouge démoniaque » (yaohong 妖紅), son allure oscillante dégage une « beauté maléfique » (yaoyiyaoyan 搖曳妖艷55). Contrairement à la description de Lu Xun, le datura devient ici une matérialisation de l’enfer, participant à l’ambiance mortifère, comme dans la scène suivante, où, lors du combat, l’ennemi de la protagoniste fait jaillir de l’eau toxique pour la tuer :

  • 56 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 3, p. 877.

Un jet d’eau toxique de couleur noire jaillit soudain, atteintle datura. L’immense fleur est immédiatement brûlée et teinte de noir, elle tremble,se convulse, rétrécit et se décompose56.

57La couleur participe également à l’ambiance macabre. Le rouge est la couleur la plus souvent employée. Sous la plume de la romancière, le rouge est lié au sang et à la mort, y compris les belles couleurs naturelles comme celle de la feuille d’érable :

Le vent automnal emporte les feuilles d’érable à peine accrochées à l’arbre, le rouge vif des feuilles chute sur un autre rouge vif, flotte sur la flaque de sang qui s’accumule, la couleur devient encore plus belle, brillante et étrange.

  • 57 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 108.

秋風卷起樹上欲掉不掉的楓葉,鮮紅的飄入另一處鮮紅中,在濃郁堆積的血泊中輕輕蕩漾,色彩越發明麗得詭異57.

  • 58 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), partie 1, chap.  (...)

58Ce paysage, dominé par la couleur rouge, annonce en réalité la scène de massacre qui suit. Dans le roman, la lune apparaît régulièrement couleur sang. La « lune sanglante » (xueyue 血月) est évoquée vingt-deux fois dans la version numérique du roman. Cette image est associée à la terreur : « cette lune sanglante ne disparaît pas pendant plusieurs jours, tout cela est affligeant, sombre et effrayant » (qisenkebu 淒森可怖58). Elle donne une idée de violence :

Elle regarde cette lune au bord du ciel, au léger reflet sanglant. Cette couleur rosâtre semble dégager une odeur fétide, écœurante comme la rouille couleur sang d’une arme qui aurait servi à tuer d’innombrables personnes.

  • 59 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), tome 1, p. 38.

(她)看著天際那一輪微微泛著血色的月亮。那淡紅的,似乎散發著腥味的顏色,看來有如殺人無數的兵器上生出的血銹般令人厭惡59

59Enfin, le rouge, associé au sang, offre des visions fantastiques et lugubres.

Du sang. Une grande quantité de sang converge vers un mince ruisseau, qui serpente lentement, tel un animal vivant, qui force son chemin jusqu’à nos pieds.

  • 60 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), partie 1, chap.  (...)

血,很多的血,匯流成細細小溪,蜿蜒如蛇般從前方緩緩淌來,宛如有生命般,逼向兩人腳下60

  • 61 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), tome 2, p. 791.

60À plusieurs reprises, le sang est lié à l’image du serpent, symbole du diable, de l’ enfer. Ce dernier fait partie de la représentation fantasmagorique, comme dans la scène du combat où le maître chamane (Da jisi 大祭祀) du pays Nanmin essaie de détruire la protagoniste par la technique de l’illusion (Huanshu 幻術) : la protagoniste se voit ainsi prisonnière d’une grotte infernale, entourée de serpents qui « sifflent, sortant leur dard, ne la lâchant pas61 ».

61La synesthésie renforce l’effet visuel. L’écriture de Tianxia Guiyuan est marquée par une association constante d’impressions venant de domaines sensoriels différents. Elle offre ainsi un environnement constitué non seulement d’images et de sons mais aussi de sensations tactiles. En voici un exemple :

Ses épaules et sa nuque touchent le sol, les ressorts se déclenchent, soudain s’envolent bruyamment, plusieurs lames scintillant dans un éclair bleu.

  • 62 Ibid., tome 2, p. 791.

肩頸觸地,機關連動,立時唰唰的射出幾枚閃著藍光的飛刀。62

62Avec trois termes –chu 觸 (« toucher »), shuashua 唰唰 (« onomatopée »), languang 藍光 (« éclair bleu »), la description fait naître une scène où s’enchaînent le toucher, l’ouïe et la vue, invitant le lecteur à une exaltation des sens qui le rapproche du réel.

Du corps souffrant au corps utopique

  • 63 Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p (...)

63Nous avons déjà fait observer que, contrairement au récit traditionnel de fantômes où la narration se fait à la troisième personne63, l’Impératrice Phénix  adopte une focalisation interne, permettant à la voix narratrice de circuler librement entre les différents « corps ». L’alternance de différentes voix, parfois sur le ton de l’autodérision ou du pastiche, met en scène des fantômes,dont elle construit et déconstruit l’image,interrogeant la frontière identitaire entre être humain etspectre.

  • 64 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies, p. 10-20.

64Nous pouvons constater ici l’existence parallèle de deux types de corps : le corps souffrant du défunt, victime de la cruauté humaine, et le corps imaginaire qui jouit de la possibilité de traverser le temps et l’espace afin de vivre différentes vies et de réaliser le vœu de se venger contre l’injustice, comme c’est le cas pour la protagoniste. Ce corps imaginaire nous fait penser au « corps sans corps » que Michel Foucault a décrit dans son ouvrage le Corps utopique64. Foucault constate que le corps est en réalité la prison éternelle dont l’homme rêve de se débarrasser, ce qu’il explique dans les termes suivants :

  • 65 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétéroto (...)

Mon corps, c’est le lieu sans recours auquel je suis condamné. Je pense, après tout, que c’est pour l’effacer qu’on a fait naître toutes ces utopies. Le prestige de l’utopie, la beauté, l’émerveillement de l’utopie, à quoi sont-ils dus ? L’utopie, c’est un lieu hors de tous les lieux, mais c’est un lieu où j’aurai un corps sans corps, un corps qui sera beau, limpide, transparent, lumineux, véloce, colossal dans sa puissance, infini dans sa durée, délié, invisible, protégé, toujours transfiguré ; et il se peut bien que l’utopie première, celle qui est la plus indéracinable dans le cœur des hommes, ce soit précisément l’utopie d’un corps incorporel65.

65De ce point de vue, le roman du genre Chuanyue déploie l’imaginaire du corps utopique, ce désir de l’être humain de se défaire de son corps matériel. Nous pouvons observer dans le récit l’Impératrice Phénix l’imaginaire du corps utopique sur plusieurs plans.

66D’abord la représentation du corps « sans corps » – le « fantôme ». Au premier niveau de la narration, c’est en effet l’histoire d’un fantôme dont le corps est anéanti (brûlé) qui réussit à se venger contre l’injustice et à retrouver la paix avec le monde. Malgré son corps d’emprunt, le fantôme possède toujours la même âme. Dans ce sens, nous pouvons dire que la romancière produit un récit fantastique sur « la plus puissante des utopies » – « le grand mythe de l’âme » :

  • 66 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies p. 11-12.

Elle loge [dans mon corps], bien sûr, mais elle sait bien s’en échapper : elle s’en échappe pour voir les choses, à travers les fenêtres de mes yeux, elle s’en échappe pour rêver quand je dors, pour survivre quand je meurs66.

  • 67 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies p. 15.
  • 68 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies p. 15-1 (...)

67Étant donné que dans la vie réelle l’homme ne peut physiquement quitter son corps, Foucault remarque que le corps peut agir comme « un grand acteur utopique67 » qui s’imagine « dans un autre espace », fait de lui-même « un fragment d’espace imaginaire », un « espace du contre-monde », pour que le corps soit « toujours ailleurs », « lié à tous les ailleurs du monde68 ». Ces « ailleurs » renvoient à des espaces tout à fait différents de celui de la vie quotidienne, il s’agit de « véritables utopies localisées » que Foucault nomme « hétérotopies ».

68Dans l’Impératrice Phénix, la protagoniste emploie régulièrement le masque (mianju 面具) et le maquillage (yirong 易容) pour se séparer de son corps actuel. Dans la deuxième partie, la protagoniste se déguise sous une identité masculine pour mener à bien son projet de vengeance et l’expédition punitive contre des royaumes ennemis. Ces procédés lui permettent d’être à la fois « ici » – dans son corps – et « ailleurs » – dans un autre corps masqué, maquillé ou déguisé. Nous pouvons dire sur ce plan que ces corps « autres » sont pareils à des « corps utopiques localisés », qui créent des moments hétérotopiques.

  • 69 Voir Clément Rosset, 2006, Fantasmagories.

69Enfin, étant à la fois ici et ailleurs, par cet imaginaire du corps utopique, le sujet exprime, en réalité, l’envie de fuir le présent. Traverser l’espace et le temps, changer de corps tout en gardant l’identité de l’âme : l’homme moderne est à la recherche d’un monde parallèle pour se délivrer de l’angoisse, et le désir d’un autre monde ne manifeste pas autre chose que le refus de ce monde-ci69.

Conclusion

  • 70 Rémi Mathieu, 2000, Démons et merveilles dans la littérature chinoise des Six Dynasties, (...)

70Rémi Mathieu dans son étude sur « zhiguai 志怪 » constate qu’« une autre explication à l’étrangeté du monde, tient non seulement à la psychologie de l’auteur et à la dureté des temps, voire aux incertitudes des croyances, mais à l’apparition de mondes nouveaux70 ». Dans ce sens, une réécriture de la fantasmagorie confirme sa raison d’être à l’ère numérique où des éléments nouveaux voire inconnus, virtuels se présentent à nous.

  • 71 Voir Wang Dewei, Lishi yu Guaishou : Lishi, Baoli, Xushi 歷史與怪獸:歷史,暴力,敘事 (The Monster, tha (...)
  • 72 Wang Dewei, Lishi yu Guaishou : Lishi, Baoli, Xushi p. 409.

71Wang Derwei remarque que dans la littérature de la Chine continentale, depuis 1980, il y a un retour des figures de fantômes sous la plume d’écrivains majeurs, tels que Su Tong, Mo Yan, Jia Pingwa, Yu Hua, Wang Anyi, Can Xue ou Han Shaogong71. Nous remarquons aussi dans la littérature numérique une profusion des genres liés à la représentation fantastique : récits de traversée (Chuanyue), récits de dieux et de démons (shenmo 神魔), récit fantastique (mohuan 魔幻), récits de pilleurs de tombe (daomu 盜墓), récits de momies (jiangshi 僵屍). Selon Wang Derwei, ce phénomène s’explique par une perte des valeurs et des repères : on crée alors un espace fantasmagorique, essayant de « rendre le réel par l’illusion, de remplacer le réel par l’illusion » (yijia huanzhen, yijia luanzhen 以假還真,以假亂真72).

72Cela rejoint le constat de la romancière formulé à travers la voix de la protagoniste :

Premièrement, le fantôme n’existe pas dans ce monde, mais à force d’être mentionné, il apparaît ; deuxièmement, dans ce monde, la plupart du temps, l’humain est plus suspect que le fantôme, ce dernier n’est qu’une image illusoire, il ne peut te croquer ni te mordre, mais l’humain est capable de te dépecer, te désosser, te brûler[…] troisièmement, le plus souvent, ceux que tu considères comme démons ne le sont pas en réalité.

第一,這世間本沒有鬼,說的人多了,也就有了鬼,第二,這世間很多時候,人比鬼可怕,鬼不過是虛像,啃不了你咬不了你,人卻可以把你剝皮拆骨,焚屍揚灰第三嘛 […] 但凡你覺得是鬼的東西,其實多半不是鬼。

73Pour finir, nous voudrions rappeler l’angoisse face à l’homme prisonnier du monde ici-bas qu’éprouvait Guo Moruo il y a près d’un siècle :

  • 73 « Feng ge 鳳歌 » (« Chant du Phénix mâle »), in Guo Moruo, 2006, Fenghuang niepan 鳳凰涅槃 (La (...)

Nous volons à l’ouest,
L’ouest est un abattoir.
Nous volons à l’est,
L’est est une prison.
Nous volons au sud,
Le sud est un cimetière.
Nous volons au nord,
Le nord est un enfer.
Vivant en ce monde,
Nous ne pouvons que pleurer comme l’océan73.

74Au seuil du xxie siècle, le roman l’Impératrice Phénix projette la même angoisse face à l’enfer du monde des humains, mais en nous offrant, comme issue, un récit fantastique du corps utopique, dans un nouvel espace de création littéraire – la création numérique.

Notes

1 La littérature numérique fait son apparition en Chine vers la fin des années 1990. Depuis lors, elle a pris de l’ampleur. On compte actuellement plus de 200 sites littéraires qui publient un nombre considérable de romans à chaque seconde. Il s’agit d’une nouvelle forme littéraire dont la création, la lecture et la diffusion se développent via Internet. Pour une présentation générale de cette nouvelle forme de création littéraire, voir Michel Hockx, 2015, Internet Literature in China.

2 Le schéma narratif du genre Chuanyuan est caractéristique : le protagoniste du temps contemporain quitte son corps accidentellement ou intentionnellement, et son âme traverse le temps et l’espace pour aboutir à un autre espace-temps. Le genre Chuanyue a évolué depuis plus de dix ans. Au début (2004-2006), il s’agissait d’arriver à un moment repérable de l’histoire de la Chine ; depuis 2006, apparaît le « nouveau genre Chuanyue » dans lequel le protagoniste se retrouve dans un espace-temps fictif. Pour une présentation générale du genre, voir Li Yuping, 2011, Wangluo chuanyue xiaoshuo gailun 網絡穿越小說概論 (Précis sur le genre Chuanyue de la littérature sur Internet).

3 http://www.xxsy.net/

4 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) pour la version numérique ; Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang (shang, zhong, xia) 帝凰 (上、中、下) (l’Impératrice Phénix, tomes 1, 2 et 3) pour la version papier.

5 Maruo Tsuneki [丸尾常喜], 2006, Ren yu guide jiuge: Lu Xun xiaoshuode lunxi "人"与"鬼"的纠葛 : 魯迅小說論析 (Imbroglio entre hommes et fantômes : analyses des nouvelles de Lu Xun), p. 161.

6 « Shenxianqu 神弦 » (« Cordes divines »), in Li He [李賀], s. d., Li He shiquanji 李賀詩全集 (Recueil intégral des poèmes de Li He), t.4.

7 Maruo Tsuneki, 2006, Ren yu guide jiuge: Lu Xun xiaoshuode lunxi "人"与"鬼"的纠葛 : 魯迅小說論析 (Imbroglio entre hommes et fantômes : analyses des nouvelles de Lu Xun), p. 161.

8 Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 157.

9 Une pièce de théâtre de la dynastie Yuan dont l’auteur est Guan Hanqing (c. 1240-c. 1320). Dou E, l’héroïne condamnée injustement comme assassin, fut décapitée. Trois ans plus tard, lorsque le père de Dou E fut nommé le juge, l’âme de Dou E apparut sous forme du fantôme et dévoila à son père le vrai meurtrier.

10 Guan Hanqing, 2013, « Dou E yuan 窦娥冤 » (le Ressentiment de Dou E), acte 4.

11 L’auteur est Zhu Youdun (1379-1439). C’est l’histoire d’une prostituée, Liu Panchun, qui s’est pendue en signe de fidélité à son amour. Lorsqu’on l’incinère, seul son sachet de parfum contenant les poèmes d’amour de son amant résiste au feu.

12 Voir Handian 漢典 (Dictionnaire canonique des caractères chinois), 2004, l’entrée « ZuLülü 足律律 ».

13 L’auteur est Hong Sheng (1645-1704), dramaturge de la dynastie des Qing. Voir Hong Sheng, Changshengdian.

14 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 1, p. 8.

15 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, partie 1, chap. 1, p. 9.

16 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, partie 1,chap. 4, p. 20.

17 Zhu Kai (né à la fin de la dynastie des Yuan, mort au début de la Dynastie des Ming. Ses dates exactes de naissance et de décès ne sont pas connues), Haotian ta Meng Liang dao gu 昊天塔孟良盜骨 (Meng Liang vole les ossements à la Tour Haotian), acte « Tuomeng 托夢 » (« Transmission du message par les rêves »).

18 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 23.

19 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 23.

20 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 17 (« Nüesha 虐殺 » – « Le cruel assassinat »). Cet épisode a été supprimé dans la version papier.

21 Mo Yan dans sa nouvelle « Bai mianhua 白棉花 » (« Balles de coton ») emprunte également ce motif narratif. Voir Xu Shuang, 2016, « L’écriture du fantastique chez Mo Yan », in Zhang Yinde, Xu Shuang et Dutrait Noël (dir.). Mo Yan, au croisement du local et de l’universel. Paris : le Seuil, 2016, p.253-284.

22 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 17 (« Nüesha 虐殺 » – « Le cruel assassinat »).

23 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang.

24 Ce passage est supprimé lors de la publication sur papier du roman.

25 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 51.

26 Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 7-13.

27 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 386.

28 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 3, p. 1076 : « Mon cœur a disparu depuis longtemps, depuis le moment où j’ai comploté l’assassinat de mon âme-sœur, de mon compagnon de guerre. […] Mon cœur a été arraché, pressé dans la main avant d’être abandonné. »

29 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 38.

30 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, p. 325-334. Version numérique (2009), chap. 97.

31 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, p. 22.

32 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 17 (« Nüesha 虐殺 » – « Le cruel assassinat »).

33 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 120.

34 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , partie 1, chap. 17 (« Nüesha 虐殺 » – « Le cruel assassinat »).

35 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang.

36 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), tome 1, p. 375.

37 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 393.

38 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 77-78.

39 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 3, p. 1021-1022.

40 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 16.

41 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 103.

42 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 103.

43 Voir Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 242-251.

44 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 3.

45 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 4.

46 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 401.

47 « Feng ge 鳳歌 » (« Chant du Phénix mâle »), in Guo Moruo, 2006, Fenghuang niepan 鳳凰涅槃 (la Renaissance du Phénix).

48 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , tome 1, p. 393.

49 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 44.

50 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 8.

51 Voir Xu Shuang, “Traveling through Time and Searching for Utopia: Utopian Imaginaries in Internet Time-Travel Fiction”, in Frontiers of Literary Studies in China, Higher Education Press, Beijing, Apr.2016, volume 10, Issue 1 “On Time and Temporality”, p.113-132.

52 Voir Isabelle Boof-Vermesse, 2011, « L’histoire comme crime ». Dans cette étude sur l’évolution américaine du récit policier, l’auteure constate que « le roman d’énigme devenu roman policier évolue vers le roman du complot : il y a ubiquité du crime devenu manipulation historique ».

53 Le Nouveau Petit Robert, 1993, p. 1000.

54 Lu Xun [魯迅], 2006, Yecao 野草 (la Mauvaise Herbe), p. 105-109.

55 Tianxia Guiyuan, 2011, tome 3, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix) , p. 869.

56 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 3, p. 877.

57 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang, tome 1, p. 108.

58 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), partie 1, chap. 85(« Jialan 迦藍 ») ; le passage est supprimé dans la version papier.

59 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), tome 1, p. 38.

60 Tianxia Guiyuan, 2009, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), partie 1, chap. 17 (« Nüesha 虐殺 » – « Le cruel assassinat »).

61 Tianxia Guiyuan, 2011, Di Huang 帝凰 (l’Impératrice Phénix), tome 2, p. 791.

62 Ibid., tome 2, p. 791.

63 Xu Xianglin, 1997, Zhongguo guixi 中國鬼戲 (le Théâtre de fantômes en Chine), p. 303.

64 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies, p. 10-20.

65 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies, p. 10.

66 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies p. 11-12.

67 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies p. 15.

68 Michel Foucault, 2009, le Corps utopique, suivi de les Hétérotopies p. 15-17.

69 Voir Clément Rosset, 2006, Fantasmagories.

70 Rémi Mathieu, 2000, Démons et merveilles dans la littérature chinoise des Six Dynasties, p. 12.

71 Voir Wang Dewei, Lishi yu Guaishou : Lishi, Baoli, Xushi 歷史與怪獸:歷史,暴力,敘事 (The Monster, that is History : History, Violence, Narrative), p. 413.

72 Wang Dewei, Lishi yu Guaishou : Lishi, Baoli, Xushi p. 409.

73 « Feng ge 鳳歌 » (« Chant du Phénix mâle »), in Guo Moruo, 2006, Fenghuang niepan 鳳凰涅槃 (La Renaissance du Phénix).

Auteur

CRCAO/Université Paris-Diderot/Sorbonne Paris Cité