Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venise en Crète

 | 
Joëlle Dalègre

Un marché méditerranéen ?

A Mediterranean Market

μία μεσογειακή αγορά

Résumé

La Crète est pour Venise à la fois une source de matières premières, une escale vers la Méditerranée orientale, un marché d’échanges et un lieu de consommation pour ses produits de luxe. Elle établit donc des règles et des contrôles stricts sur les activités importantes à ses yeux, agricoles ou commerciales. Les ports se développent pour assumer ces différents rôles et accueillent une population cosmopolite, les trois villes principales s’étendent et se construisent. Les ingénieurs vénitiens nous en ont laissé des plans détaillés et des dessins remarquables. Ce chapitre est donc consacré aux activités économiques et au développement des villes.

Crete is for Venice both a source of raw materials, a stopover to the Eastern Mediterranean, an exchange market and a place of consumption for its luxury goods. It establishes strict rules and controls on activities that are important to them, whether agricultural or commercial. Ports develop to assume these different roles and welcome a cosmopolitan population, the three main cities extend and are built. Venetian engineers have left us detailed plans and remarkable drawings. This chapter is therefore devoted to economic activities and the development of cities.

Η Κρήτη είναι για τη Βενετία τόσο μια πηγή πρώτων υλών, μια ενδιάμεση στάση στην Ανατολική Μεσόγειο, μια αγορά συναλλάγματος και ένας τόπος κατανάλωσης για τα πολυτελή προϊόντα της. Καθορίζει αυστηρούς κανόνες και ελέγχους σε δραστηριότητες που είναι σημαντικές γι 'αυτές, είτε είναι γεωργικές είτε εμπορικές. Τα λιμάνια αναπτύσσονται για να αναλάβουν αυτούς τους διαφορετικούς ρόλους και καλωσορίζουν έναν κοσμοπολίτικο πληθυσμό, οι τρεις μεγάλες πόλεις επεκτείνονται και χτίζονται. Ενετοί μηχανικοί μας έχουν αφήσει λεπτομερή σχέδια και αξιόλογα σχέδια. Αυτό το κεφάλαιο είναι συνεπώς αφιερωμένο στις οικονομικές δραστηριότητες και την ανάπτυξη των πόλεων.

Texte intégral

1Venise intègre en effet la Crète dans un grand marché méditerranéen ouvert à la fois sur l’Orient et sur l’Europe occidentale ; en même temps, elle applique à son économie, comme aux autres domaines, un contrôle strict et détaillé, pour servir ses propres intérêts.

2Pour la Sérénissime, l’île doit être une base militaire et une plate‑forme de redistribution méditerranéenne, elle doit subvenir à ses besoins alimentaires et, partiellement, à ceux de la métropole ou des autres colonies vénitiennes, fournir des matières premières qui seront transformées à Venise, et financer sa défense et ses frais d’administration grâce aux revenus douaniers et aux impôts. Ces objectifs sont parfois impossibles à atteindre : récoltes irrégulières, séismes, épidémies, révoltes, changement des goûts des clients et déplacement des marchés avec l’accès aux produits américains et aux Indes par le cap de Bonne Espérance, guerres contre les Ottomans qui font exploser les dépenses militaires. Après avoir éclipsé ses rivales italiennes, Venise atteint l’apogée de sa puissance commerciale en Méditerranée ; mais l’ouverture de routes mondiales, l’arrivée de nouveaux concurrents européens et la menace turque croissante limitent progressivement son action et ses bénéfices.

La Crète, source de matières premières

  • 1  Spanakis, 1950, p. 103‑104.

Du Royaume [de Crète] sont exportés de nombreux tonneaux de vin, un nombre pas du tout méprisable. Les bonnes années, il peut produire 50 000 mistata [un mistato = vingt litres environ] de muscat, autant d’huile et beaucoup de malvoisie brusco. Il remplit des navires entiers de fromage, 80 000 mistata de raisins secs, 10 000 de laudanum, 5 000 de glands, du miel en grande quantité. Il peut produire du sel autant qu’on en veut, si on introduit l’emploi des galions latins, tout le lest nécessaire peut être le sel ; il y a peu, on a transporté à Venise 11 000 mesures de sel, de même qualité que celui de Chypre, comme on peut le voir de l’échantillon que j’ai rapporté que Candie…1

  • 2  Green, 2000, p. 133.

3Francesco Morosini en 1629, soucieux d’obtenir des moyens supplémentaires pour lutter contre les corsaires qui, en saisissant les cargaisons, privent la Sérénissime de revenus douaniers, appuie sa démonstration sur la diversité des richesses agricoles de l’île, l’insistance sur le sel étant liée à la perte de Chypre, principale source d’approvisionnement. Quant au problème des charges lourdes qui servent de lest aux navires, il est permanent. Le provéditeur donne ainsi un catalogue des cultures et marque l’intérêt qu’elles représentent, quinze ans avant le début de la conquête turque. Cet inventaire, confirmé par de nombreux témoins, reste valable après la conquête ottomane comme l’écrit, en 1701, le consul de France à Candie : « Candie est l’une des îles la plus abondante [sic] en huiles, blés, cires, soies et fromages qu’il y ait en la mer Méditerranée »2.

4Venise, ne disposant pas au xiiie siècle de possessions de terre ferme, est largement dépendante pour son alimentation et ses matières premières. Ses comptoirs, tels Modon et Coron, sont dans le même cas. Aussi la Crète prend‑elle une importance réelle. Ses grandes productions restent la trilogie méditerranéenne, blé ‑ vin ‑ olives, mais s’y ajoute une pléiade de produits variés : fromages, coton, laine, soie, glands, miel, cire, viande, bois, jus de fruits, sucre de canne, sel, peaux travaillées sur place…

5Néanmoins, malgré les succès enregistrés, ducs et fonctionnaires ne cessent de déplorer le peu de terres cultivées et le manque de cultivateurs. Les récoltes commercialisées viennent essentiellement de la Pediada de Candie (la zone côtière plate, bien arrosée et assez profonde de Candie à Malia), de la Messara (avec les difficultés indiquées de transport) et de la zone des Perivolia à l’ouest de La Canée en bord de mer. L’arrière-pays de Sitia, l’Apokoronas et la région de Mylopotamos sont également d’importants producteurs de céréales. Cela ne signifie pas que le reste de l’île soit inculte, mais l’étendue des zones non cultivées préoccupe les gestionnaires qui l’attribuent à trois facteurs : la nature, l’insécurité, la lourde exploitation des paysans qui les met en fuite.

  • 3  Tsougarakis, 1990, t 3, p. 333‑394.

– La nature ? Le territoire de Sitia souffre d’être le plus sec et le plus exposé aux vents. La côte sud de la Crète, sorte de muraille qui tombe vers la mer sauf en quelques havres exceptionnels, n’est pas non plus favorable aux céréales, tandis que les autres lieux de production sont éloignées de Candie ; la montagne rend également plus difficiles la culture et les transports. Enfin, les séismes nombreux désorganisent les activités.
– L’insécurité ? En tête viennent les attaques turques ou celles des pirates qui razzient les côtes, en particulier celles de l’Est et du Sud. Il faut y ajouter les révoltes récurrentes des 150 premières années de présence vénitienne qui réduisent l’activité. Dimitrios Tsougarakis, étudiant la politique céréalière de Venise en Crète entre 1204 et 1390, enregistre sur ces 185 ans, six séismes importants, une dizaine d’épidémies de peste (dont la peste noire), onze révoltes et cinq guerres qui ont touché les régions côtières (conflit avec Gênes ou les Turcs) : de quoi perturber sérieusement la vie agricole et commerciale3. Ainsi les cultures ont‑elles été massivement interrompues entre 1287 et 1299 (révolte) et, en 1307, on voit Andrea Corner demander à Venise d’indemniser les pertes de revenus qu’il a subies à Lombaro, un village du Lassithi qui n’est plus habité que par 7 des 33 familles de vilains qui s’y trouvaient avant la révolte ; d’autres feudataires font de même.
– La pression trop forte sur les paysans ? Le provéditeur général Zuane Mocenigo, comme d’autres avant lui, en 1589, décrit des paysans à la limite de la survie, et, pour augmenter la mise en culture et rappelle au Sénat que la région de Kissamos est en friche, non par manque de bras, mais parce que les paysans refusent de cultiver pour ne pas verser les droits élevés demandés par les feudataires. Il rappelle également « qu’il n’y a que deux sortes de terres bien cultivées dans le Royaume de Candie, les terres tenues par la noblesse, les feudataires et les riches, et la terre tenue par les paysans en livello [taxe qui permet de cultiver à vie et de transmettre aux héritiers]. L’annonce selon laquelle toute terre en friche resterait à celui qui la remettrait en culture n’a pas eu le succès escompté, écrit-il, car les paysans craignent que les feudataires ne viennent leur reprendre les terres défrichées… et il recommande l’extension du livello. Francesco Morosini, en 1629, reprend les mêmes termes et conseille de surcroît de dispenser ces paysans de toute obligation fiscale pendant deux ou trois ans.
– On peut même ajouter que Venise elle-même contribue partiellement à la non‑mise en culture de certaines zones de montagne (voir infra) pour priver de ressources des populations facilement révoltées.

L’indispensable : le blé

  • 4  Greene, 2000, p. 118‑119 et passim.

6Au xiiie siècle et au siècle suivant, la Crète exporte des quantités importantes de céréales vers les armées vénitiennes engagées en terre italienne, elle en expédie aussi régulièrement vers le Péloponnèse. Mais, dès le début du xve siècle, la production de céréales devient insuffisante ; on en rend responsable l’augmentation du vignoble beaucoup plus lucratif. Deux siècles plus tard, au début du xviisiècle, un nouveau tournant s’annonce : en dépit des efforts des autorités, les céréales n’ont pas progressé, mais les exportations d’huile remplacent peu à peu celles de vin, et cela avant même la conquête turque4.

7Venise souhaite que la Crète puisse se nourrir et fournir des céréales aux navires de passage, aux équipages des galères (provisions essentielles de biscuits), aux îles de l’Égée et à la Sérénissime elle‑même. La production est donc contrôlée de près. À Candie fonctionne une Camera Frumenti, chambre de commerce des céréales. Responsables candiotes, recteurs et, à l’échelle locale, peseurs, estimateurs de récoltes et responsables de silos, une série d’employés est occupée par la gestion des céréales. La charte accordée en 1211 aux premiers colons comprend des articles détaillés sur le commerce futur des produits de l’île, dont le blé. L’ensemble est centralisé : Venise fixe le prix auquel l’État rachète les blés, le prix au‑dessus duquel l’exporter ou le stocker est interdit, et la quantité que chaque feudataire doit livrer dans les silos de l’État. Pour transporter du blé dans un autre territoire que celui où il a été produit, il faut une autorisation du recteur, à renouveler chaque année, même s’il s’agit d’un feudataire, propriétaire à l’ouest de l’île, voulant nourrir ses chevaux à Candie avec son propre blé, sans qu’il y ait donc exportation hors de Crète. Le commerçant qui exporte des blés à Venise doit être vénitien, il doit déclarer son bateau, la quantité transportée et avoir un certificat du recteur du territoire de la récolte attestant de l’origine des céréales. Le recteur doit également veiller à ce que les châtellenies aient toujours des réserves de céréales pour parer aux difficultés inattendues. En revanche, le régime est adaptable, de multiples exceptions sont possibles, autorisation temporaire d’exporter, constitution de stocks stratégiques, interdiction ou autorisation d’importer des blés auprès des émirats turcs du sud-ouest de l’Asie Mineure. Le souci majeur est celui d’éviter les fraudes et les exportations « sauvages » (c’est‑à‑dire hors taxes ou hors de l’espace vénitien).

  • 5  Thiriet, 1959, p. 232.
  • 6  Triantafyllidou-Baladié, 1981. On y trouve aussi une large bibliographie sur le sujet.
  • 7  Spanakis, 1949, p. 519‑533.

8On a pensé longtemps, sur la foi des plaintes des feudataires‑vendeurs, que le prix fixé par l’État était inférieur aux prix du marché libre, incitant à la fraude ou à un changement de culture5. Les études récentes de Dimitrios Tsougarakis montrent qu’il n’en était rien et que, parfois, le prix convenu d’avance pouvait même se révéler avantageux. En revanche, l’interdiction de vendre d’un territoire à l’autre pouvait contribuer aux famines en cas de mauvaise récolte (six années sur dix, dit‑on)6. Les feudataires ne reçoivent qu’un tiers des récoltes, donc, une fois ôtées les parts nécessaires à la famille et aux semailles, dans les bonnes années, il reste de quoi alimenter un marché libre. Le fisc veut que les ventes passent par la ville ‑ la place ‑, où les produits doivent être pesés, mesurés et taxés. Charger des provisions en dehors des grands ports est donc interdit (1316‑1317). Ainsi, on ne peut charger ou décharger à Dermata, quartier des tanneurs juste à l’ouest de Candie hors les murs. Il faut aussi surveiller ceux qui seraient tentés de stocker pour spéculer ou provoquer une hausse des prix. Les paysans, explique le duc Sagredo à ses supérieurs, stockent dans des « gouves », silos creusés dans le sol ‑ système existant déjà dans la Crète minoenne ; certains se contentent de vendre un volume réduit sur les marchés locaux ; d’autres, pour obtenir l’argent frais nécessaire pour régler leurs droits variés, vendent directement au feudataire. Les feudataires eux‑mêmes ne manquent pas de stocker les surplus, sans les déclarer, et de vendre discrètement aux négociants ‑ s’ils ne sont pas eux‑mêmes négociants. En 1604, le même duc, estimant que les récoltes sont cinq fois supérieures aux déclarations, propose au Sénat d’entrer en force dans les greniers7 ; il se flatte d’ailleurs d’avoir évité le pire en comptabilisant les taxes versées par les paysans lors des ventes, ce qui lui permit de repérer des greniers cachés.

9Après la peste noire de 1348, pendant un demi‑siècle, les prix du blé, jusque‑là stables, montent fortement, les autorisations de vente sur le marché libre sont plus nombreuses pour stimuler les producteurs ; au début du xvsiècle, la Crète peut même envoyer du blé à Thessalonique (brièvement vénitienne). L’expansion se poursuit : la fin des révoltes intérieures, une moindre gravité des pestes et la reprise démographique y contribuent.

10Après 1453 cependant, les conditions changent. Venise se ravitaille en céréales assez bon marché auprès des Ottomans et peut donc spécialiser ses îles dans d’autres productions plus adaptées et plus rentables, comme les olives et l’huile à Corfou, ou la vigne en Crète. Les paysans réalisent très vite que la vigne rapporte beaucoup plus que le blé (cinq à six fois plus) et réduisent la part des céréales.

  • 8  Il accuse les pirates de blanchiment d’argent : disposant de grosses sommes, ils se mettent à l’ab (...)

11Mais un siècle plus tard, les conditions politiques sont différentes, les guerres entre Venise et l’Empire ottoman handicapent le commerce, le sultan interdit les exportations de blé (sauf autorisation spécifique), et les provéditeurs jugent qu’il est mauvais de dépenser de fortes sommes pour acheter à des ennemis du blé dont parfois les pirates s’emparent en cours de transport ! Venise encourage donc la reprise des emblavures. Néanmoins, le manque de céréales préoccupe fortement tous les ducs à partir de la fin du xvie siècle, la Crète, dit‑on, en moyenne, n’assure plus alors sa consommation que huit mois sur douze. Les provéditeurs plaident à partir de 1574 (Giacomo Foscarini) pour une diminution des vignobles au profit des céréales, demandent même l’arrachage des vignes dans un rayon de trois milles autour des villes. Mais la vigne rapporte davantage, aussi les cultivateurs restent‑ils sourds aux appels. Rien n’y fait : en 1584, selon Pietro Giustiniano, les propriétaires fonciers de la région de Candie déclarent que, si on les oblige à l’arrachage, ils ne feront plus aucune distinction entre les Vénitiens et les Turcs, déclaration menaçante après la perte de Chypre quatorze ans plus tôt. En 1604, le duc Sagredo, qui se vante d’avoir désamorcé une grave crise frumentaire, affirme encore que le manque de céréales est dû aux prix élevés du vin8. L’interdiction de planter des vignes est répétée en 1602, répétée encore en 1626, signe de son peu d’efficacité… Le problème ne sera jamais résolu avant le départ de Venise.

12Il semble que les contrôles très stricts sur la production et la commercialisation du blé, même si les prix garantis étaient convenables, aient poussé les paysans vers d’autres cultures plus libres qui offraient plus de possibilités de se procurer les pièces d’or ou d’argent indispensables pour payer taxes et impôts.

13L’aventure agricole et humaine du Lassithi montre l’évolution de cette politique frumentaire. Ce que les Crétois appellent oropedio du Lassithi ‑ terme traduit littéralement par « plateau » ‑ n’est pas un plateau, mais un poljé karstique, une cuvette creusée dans le calcaire comme il en existe d’autres en Grèce, un espace elliptique, de 815 à 870 mètres d’altitude, au cœur du massif du Dikté. Il reçoit, en moyenne annuelle, entre 900 et 1200 mm de précipitations. Comme tout poljé, son fond porte une couche argileuse qui lui permet de recueillir une partie des eaux de pluie qui s’enfoncent dans les profondeurs à l’extrémité la plus basse du poljé dans un gouffre, un ponor ou katavothre. La région d’accès difficile est devenue, à toutes les époques, le refuge des Crétois en révolte. Les Vénitiens, exaspérés, interdisent donc, en 1293, de cultiver ou d’habiter ces terres puis, l’interdiction n’étant pas respectée, en 1343, ils interdisent même, sous peine de mort, qu’on les utilise comme pâturage et ordonnent qu’on coupe les arbres fruitiers, qu’on arrache les vignes et qu’on démolisse les maisons. L’interdiction est répétée en 1363, après la révolte de Saint Titus, comme à Anopolis de Sfakia et Eleftherna de Mylopotamos. L’endroit doit rester désert, seules trois églises byzantines y subsistent. Au fil des ans, les eaux chargées de détritus végétaux obstruent l’écoulement du katavothre, et le poljé devient une sorte de friche humide couverte d’arbres, un lac parfois, que Buondelmonti décrit, en 1415, comme un possible pâturage.

14Le Sénat de Venise décide, en 1463, d’y réintroduire la culture du blé sous contrôle étroit ; il ne trouve pas de volontaires. En novembre 1514, changement de politique : les interdictions sont levées, on envoie des techniciens qui défrichent (des milliers de chênes sont coupés et vendus), libèrent l’écoulement du katavothre et tracent les linies, lignes de fossés perpendiculaires qui délimitent les carrés des futures parcelles et conduisent les eaux vers le gouffre de sortie. Les linies, creusées progressivement entre 1463 et 1630, séparent les bovine (un rectangle de 5,3 hectares, divisé en 35 parcelles, ce qu’un couple de bœufs peut labourer en un jour). Les derniers travaux de 1630 drainent le fleuve qui traverse le poljé et élargissent les fossés entre les bovine. L’ampleur des travaux suppose une planification remarquable : les linies, larges de 2 à 2,5 m, profondes de 1,5 à 2 m, recouvrent la partie occidentale du poljé. Les canaux sont géométriquement disposés en damier, douze canaux parallèles allant du Nord au Sud, séparés les uns des autres par 200 mètres environ, vingt canaux parallèles d’Est en Ouest, qui orientent les eaux de pluie vers les gouffres, l’ensemble quadrille la plaine en 193,5 carrés de superficie légèrement variable.

1. Le poljé du Lassithi, le katavothre et le quadrillage vénitien

1. Le poljé du Lassithi, le katavothre et le quadrillage vénitien
  • 9  Nikolakakis, 1981. Page 148, une photographie aérienne permet de voir encore la trace de ces linie (...)

On voit nettement le quadrillage des linies dans la moitié ouest du poljé, le cours naturel des rivières intermittentes qui convergent vers le katavothre (χώνος), les rebords du poljé (pointillés) et les terrasses aménagées (série de traits sinueux) ; les lieux habités (taches noires) ou déserts (triangles blancs) sont toujours en bordure du fond cultivable et inondable du poljé et on trouve deux petits monastères9.

  • 10  Spanakis, 1957, p. 58 sqq. Tout le détail dans Nikolakakis, 1981. Le schéma a été repris par Moody (...)
  • 11  Ainsi l’actuel Tzermiado de Tzermias. Certains metochia ont fini par fusionner pour donner les vil (...)

15Le poljé est géré directement par la Commune de Candie qui, en 1514, loue les premières parcelles en échange du tiers de la récolte de blé. En 1546, le Conseil des Dix cède de nouvelles parcelles à des nobles vénitiens réfugiés de Napoli di Romania (Nauplie) et de Monemvasia, contre la livraison de la moitié de leur récolte, cession transmissible, et qui exempte les bénéficiaires de corvée de galère et de dîme. Ce sont des propriétaires d’un genre nouveau, ils ne sont pas feudataires, ils prennent possession de terres déjà mises en valeur par l’État, ne doivent cultiver que le blé et livrer chaque année, à un prix fixé, une quantité prédéterminée sans tenir compte des aléas climatiques, dans les silos de Candie où on fabrique des biscuits pour les équipages. Ces nobles citadins ne se transforment pas en paysans, pas plus que ceux qui louent les terres proposées par la Commune pour quinze ans, puis cinq ans10. À leur tour, ils sous‑louent à des paysans qui se chargent de la mise en culture. Le recensement de Castrofilaca, en 1583, signale 249 habitants, mais 500 locataires, et les familles n’ont droit qu’à établir des constructions temporaires pour la saison des travaux, les metochia, au nombre de 49 en 1583, qui prennent le nom souvent du premier locataire11.

16Outre ce cas fort connu et spectaculaire, la présence, aujourd’hui, de terrasses autrefois travaillées jusqu’à 1000 mètres et la multiplication des aires de battage attestent cette reprise voulue et essentielle à la survie.

La vigne

  • 12 . Tucci, 1994, p. 199‑212.
  • 13  « In ipsa (insula Cretae) vinum illud famosum Cretense, quod per universum mundum portatur ».
  • 14  En revanche la capacité exacte de cette botta est incertaine. Voir Simon, 1984, p. 979. Elle peut (...)
  • 15  Apetrei, 2013, p. 193‑203.
  • 16  Gasparis, 2005c, p. 169‑181.

17Les Crétois n’ont pas attendu Venise pour cultiver la vigne, mais, dès le xiiie siècle, les Vénitiens, pour augmenter leurs exportations, ont introduit dans l’île le cépage de malvoisie (originaire de Monemvasia) déjà très apprécié en Europe occidentale : c’est le « vin grec » ou, à Oxford au xvie siècle, le vinum creticum12. Il est cité par le moine franciscain Simon Simeonis qui, en route vers les Lieux saints,13 fait escale en Crète en 1322, et figure, pour la première fois dans un contrat daté de 1339 à côté du cépage plus courant l’athiri (αθήρι). En 1342, on fixe les droits pour son exportation et, en 1363, il se vend au‑delà de Venise. La demande est forte, les prix sont élevés et sa vente, libre, est d’un excellent rapport. Le succès est tel au xive siècle que la botta14, le tonneau crétois, devient l’unité de capacité des navires et qu’un type nouveau de bateau, plus arrondi, la cocca, est aménagé spécialement pour le transport des tonneaux15. Les agriculteurs se tournent donc vers la vigne, désormais la deuxième culture crétoise. Même la Commune de Candie, en 1433, loue une terre à un artisan à condition qu’il améliore les sols, plante des vignes en malvoisie et s’y construise une maison. Dès le milieu du xve siècle, un administrateur vénitien affirme que le vin fait la prospérité des Crétois qui défrichent des pentes jusque‑là incultes pour y planter des vignes. Le pressoir devient, de ce fait, un élément important de la vie et du paysage, taillé dans le roc ou construit près des vignes ou dans le village. Il appartient au feudataire qui en donne l’accès aux cultivateurs, dans des conditions fixées par contrat (de même que celles de l’entretien du bâtiment). Propriétaires, vilains et marchands ont rendez‑vous dans la première quinzaine de septembre au pressoir pour estimer la production (un tiers en revient au feudataire), sa qualité et décider des achats du moût16.

  • 17  Une pensée pour le duc de Clarence qui, ayant reçu le privilège de choisir sa mort, choisit de pér (...)

18Le xvie siècle sera le siècle d’or du vin crétois. On en estime la production totale, en 1512, à 100 000 tonneaux dont la moitié serait consommée dans le pays, l’autre moitié exportée (75 % par Candie, le reste par Réthymnon). En 1522, entre en fonction à Candie le premier consul anglais dont la charge est uniquement de faciliter les importations de vin17. Le rapport de Leonardo Loredan, en 1554, indique qu’en moyenne La Canée et sa région produisent 14 000 tonneaux de vin dont 200 tonneaux de muscat, de qualité moyenne, sont envoyés en Flandre, tandis que 500 à 600 tonneaux de liatico (un cépage crétois) sont vendus à Venise. Kissamos et l’Apokoronas produisent environ 2000 tonneaux qui sont destinés à la Flandre, le reste du vin (cépages eux aussi crétois, logado ou kostifali) est exporté sur presque tous les marchés, Constantinople, Alexandrie, Messine, Malte, les Flandres ou Venise. Le moscato (muscat) s’ajoute aux cépages déjà commercialisés. Ainsi, à la fin du xvisiècle, la vigne occupe le tiers des collines cultivables.

  • 18  Apetrei, 2013, p. 193‑20.

19Jusqu’au milieu du xve siècle, le vin est transporté par des convois vénitiens vers l’Angleterre et la Flandre. Mais les navires anglais et génois, peu à peu, viennent charger directement en Crète, la hausse subite de l’offre fait plonger les prix : entre 1460 et 1480, ils baissent de moitié sur le marché anglais. Venise riposte en augmentant les taxes, mais le goût britannique se tourne progressivement vers le muscat et les vins français et espagnols, rendant la guerre douanière inefficace. Venise abaisse ses taxes, mais, au début des années 1580, des Anglais créent la Venice and Turkey company qui contourne l’obstacle en s’associant avec des citoyens vénitiens de Crète. Il faut trouver d’autres marchés, c’est le temps de la Pologne, Lvov et Gdansk, qu’on atteint, l’une en passant par la mer Noire et la Moldavie, l’autre par Bruges et la Baltique. La route moldave est pratiquée dès le xve siècle, le malvoisie est alors en Pologne et en Russie un produit noble et cher et son marché explose dans la seconde moitié du xvie siècle, au moment même où le marché anglais s’essouffle. Le vin est acheminé par bateau jusqu’à Constantinople, puis jusqu’au Danube et, de là, par chariots jusqu’en Pologne. Cristina Apetrei, se fondant sur les taxes encaissées, estime que de 1550 à 1580, entre 800 et 1800 tonneaux de vin crétois ont franchi chaque année la frontière moldavo‑polonaise. Le baile de Venise à Constantinople, en 1578, donne le chiffre de 1500 tonneaux crétois arrivés à Constantinople, dont les 2/3 atteindraient la Pologne par cette voie. Entre 1560 et 1603, quinze marchands crétois sont établis à Lvov18, mais, à partir de 1594, les guerres qui se multiplient aux abords de la Moldavie rendent ce trajet trop dangereux, le malvoisie dorénavant passe par Gdansk. Les consommateurs par ailleurs s’en détachent ; il est temps de trouver une autre culture d’exportation.

20La vigne néanmoins ne disparaît pas, la présence en Crète de militaires de plus en plus nombreux renforce la consommation locale, et les vins crétois restent appréciés à Constantinople, en mer Noire et dans l’Empire ottoman.

Les autres productions de la terre

21C’est l’olivier, l’arbre méditerranéen par excellence qui remplace partiellement la vigne. Aux xiiie et xive siècles, céréales et vigne occupent l’essentiel des terres cultivées, les oliviers sont peu nombreux, souvent sauvages, dispersés le long des sentiers ou dans les secteurs difficiles d’accès ; les familles ne visent que l’autoconsommation. Au xivsiècle, on ne connaît que deux cas d’exportation d’huile, vers l’Eubée et vers Milet, et un troisième, exceptionnel, vers Venise, une autorisation ayant été accordée à un noble vénitien en raison des pertes qu’il avait subies en finançant la Sérénissime dans sa guerre contre Gênes. Les besoins en huile, non seulement pour l’alimentation, mais pour l’éclairage, les savonneries et le nettoyage des laines sont tels que Venise refuse encore toutes les autorisations d’exportation, y compris la simple vente dans un autre territoire de l’île. Au xve siècle, la situation change : Buondelmonti, en 1415, affirme qu’il y a peu d’oliviers en Crète, mais leur nombre augmente vite. Par la suite, l’olivier bénéficie même des mesures prises contre les vignes, car les paysans préfèrent se tourner vers lui ‑ moins exigeant en travail ‑ plutôt que reprendre les céréales. Les exportations d’huile deviennent une constante contrôlée.

22En 1589, Zuane Mocenigo rapporte au sujet de l’olivier :

La plantation d’oliviers a augmenté après les dernières interdictions concernant la viticulture et elle augmente encore. J’ai peur, si les choses continuent comme elles le font, que nous devions prendre des mesures pour décourager cette culture, car autrement la culture de l’olivier va interférer sur la culture des céréales comme c’est arrivé avec la viticulture. Aujourd’hui, on plante des oliviers non seulement sur les bonnes terres, mais sur les soccori [εξωχώρι, terres les plus proches du village], qui sont les meilleures, particulièrement dans la province de Sitia.

  • 19  Jacoby, 1994, p. 167‑180.

23En dehors de cette triade méditerranéenne, les Vénitiens ont tenté, comme à Chypre, d’acclimater sur l’île des plantes qu’ils ne pouvaient adapter au fond de l’Adriatique : le coton exporté en 1307 vers Venise, le safran (attesté en 1402), la betterave à sucre (en 1428), la canne à sucre, le mûrier, les vers à soie et le travail de la soie (exportée en 1554 à Constantinople), les agrumes (mention de la bergamote en 1360, du citre, de l’orange amère au xvie siècle). La Crète exporte des centaines de milliers de litres de jus de citron depuis La Canée vers l’Empire ottoman où ils sont très appréciés chez les plus riches et de la cour. Qui tente une culture nouvelle est encouragé : Marco de Zanono en 1428, pour importer en Crète la canne à sucre, reçoit le monopole de cette culture avec le droit de disposer d’un garde armé et de bâtir un moulin19. À partir du xve siècle par ailleurs, les efforts pour améliorer la production sont notables : fumure des terres avec les déjections de l’élevage, multiplication des moulins à vent et à eau (Venier propose même des moulins à traction animale pour les mois sans vent), conduites d’eau, percement de puits. L’irrigation, déjà pratiquée à l’époque byzantine, et attestée en 1118 pour des cultures de coton et de légumes, se développe. L’entretien de citernes est inclus dans un contrat de 1280, de petits cours d’eau sont déviés vers leurs terres par les archontes ou les feudataires qui peuvent avancer le coût des travaux ; en 1352, les autorités doivent intervenir dans une querelle entre propriétaires vénitiens pour l’usage de l’eau pour l’irrigation.

  • 20  Jacoby, 1999.

24Parce qu’il s’agit d’une île montagneuse où subsistent nombre de terres non défrichées accessibles à tous les membres du village, l’élevage tient également une part importante dans les activités du monde rural. En plus de contribuer à l’alimentation locale, il fournit des produits exportables, laines, viandes salées, séchées et fromages. Les premières mentions de produits crétois concernent précisément du fromage chargé pour Constantinople, une lettre d’un Juif d’Alexandrie, au xiie siècle, se réfère même à du fromage kasher crétois. Les fromages sont la seconde exportation agricole crétoise, ils sont consommés par tous ceux qui ont besoin d’une nourriture transportable, les marins et les soldats, par les moines (pendant leurs nombreux jeûnes), et cette commercialisation s’intensifie avec le passage des galères : il faut avoir des stocks quand font escale les convois qui se dirigent vers l’Égypte, Chypre et la Méditerranée orientale20. Ils sont aussi exportés vers Venise, redistribués dans toute l’Italie et jusqu’en France, et ils font partie d’un commerce local égéen attesté.

25L’élevage fournit également des peaux, qui doivent subir un premier traitement dans l’île avant leur exportation, d’où l’importance des glands indispensables, car leur tanin est un astringent comparable à celui de l’alun ; ils sont aussi indispensables au corroyage et à la teinture des fibres. Le commerce des vallonnées (du mot désignant le chêne grec βελανίδι) est donc un monopole d’État.

  • 21  Panopoulou, 2005, p249‑259. Les producteurs à partir du milieu du xve siècle devaient vendre à l (...)
  • 22  Panopoulou, 1998, p. 465‑495.

26L’exemple des fromages, comme celui des blés et de l’huile, montre que Venise ne cherche pas seulement à canaliser vers elle la production, elle tient également à assurer l’approvisionnement de l’île et celui des soldats et des catégories les plus pauvres. Ainsi la décime sur les fromages (decima caseorum)21, c’est‑à‑dire la vente obligatoire à l’État d’une partie de la récolte, à un prix inférieur au marché libre, fournit à la Commune des fromages qui sont revendus ensuite à un prix inférieur aux soldats et aux plus pauvres. Les boulangers achètent obligatoirement du blé auprès des silos contrôlés par la Commune où s’entassent les livraisons des feudataires et ce blé leur est fourni gratuitement pour fabriquer du pain pour les militaires. Des contrôles vérifient que le boulanger n’a pas triché sur le poids ou la pureté des farines utilisées et l’origine du bois de chauffe des fours est aussi vérifiée. Enfin, le blé vendu sur le marché aux particuliers est vérifié : qualité, fixation d’un prix maximum, vérification des poids par un corps de fonctionnaires. Quant à l’huile, elle ne peut être exportée que si la consommation locale est assurée. Venise sait qu’une famine en milieu urbain peut entraîner des troubles dangereux, en Crète comme sur les bords de la lagune22.

27Autre ressource du milieu rural : les forêts et le commerce du bois. Les premiers voyageurs qui ont contourné l’île ou parcouru l’intérieur insistent tous sur l’importance des forêts, les flancs boisés des montagnes qui surplombent les côtes, en particulier dans la partie ouest de l’île, l’arrière‑pays de La Canée et de Réthymnon et la région de Sfakia. Le moine Simon Simeonis, déjà cité, écrit ainsi en 1322 :

  • 23  Gasparis, 1995a, p. 165‑174.

Dans la ville de La Canée, il y a des cyprès imposants et en très grand nombre qui rivalisent en hauteur avec les tours et les clochers. Leur bois convient aux palais et aux églises parce qu’il est très résistant et ne plie sous aucun poids. Les habitants l’utilisent pour se chauffer, comme l’acacia, et presque toute la ville est construite en bois de cyprès. Son parfum est répandu partout et si fort qu’on croirait se trouver au paradis ou dans un atelier de parfumeur23.

28Les voyageurs citent presque uniquement les cyprès, sans doute parce que plus visibles de la mer, mais les chênes, chênes verts, chênes kermès et chênes à vallonnée (quercus aegilops), les platanes et les pins (dont on utilise la résine) figurent aussi en bonne place. La demande est très forte : chauffage et cuisine, toits plats des maisons, poutres des constructions urbaines, constructions navales, travaux de protection des ports (en 1356, il faut apporter à Candie cent troncs de chêne pour les travaux du port), tonneaux, coffres et articles ménagers divers. Le bois, malgré son poids, est l’un des grands produits qui circulent à travers la Méditerranée. Venise en a un besoin vital pour le soubassement de ses constructions et pour sa flotte. En effet, à partir de 1268, elle décide de se doter d’une flotte de guerre permanente et son Arsenal, créé en 1104, prend un essor exceptionnel qui ne cesse de croître jusqu’à la fin du xvie siècle, époque où, avec 16 000 ouvriers, il peut construire un bateau par jour. On comprend dès lors son intérêt pour le commerce du bois, d’autant plus qu’elle refuse à ses colonies le droit de construire des galères, et que le Sénat déclare en 1494 que le bois venu de Crète est de meilleure qualité que celui que l’on trouve près de Venise.

29Mais l’île passe rapidement de l’exportation du bois à la pénurie : en 1414, l’exportation de cyprès brut est interdite, sous peine de saisie des troncs et d’une amende égale à leur valeur (interdiction levée avant 1471), pour éviter la surcoupe. Il faut aussi importer du bois pour faire des rames pour les galères à partir de 1430. En 1455, toutes les exportations de bois sont interdites. Et s’il faut importer, il faut choisir des produits qui aient transité par Venise : dès 1395, une taxe frappe les cargaisons de bois pour tonneaux qui ne seraient pas passées par la métropole. Dans l’île même, le bois n’est vendu qu’avec autorisation des recteurs, même pour la construction ou pour faire des meubles, des tonneaux ou des bateaux de petite taille : la tonnellerie à Candie est pourtant l’une des activités les plus vivantes, la construction de petits bateaux de commerce, puis de piraterie, est l’une des spécialités des Sfakiotes. Le bois fait partie, comme les céréales, le sel, l’huile, les vallonnées, les chevaux, les métaux précieux, des produits stratégiques fortement contrôlés.

30L’ensemble des productions de la terre et de l’élevage, plus varié que l’énumération ci‑dessus, alimente des échanges intra‑crétois (par voie terrestre ou souvent maritime), des échanges locaux entre la Crète, les Cyclades, le Dodécanèse, les émirats turcs du Sud‑Ouest anatolien et les ports vénitiens du Péloponnèse. Ces produits peuvent aussi entrer dans les cargaisons du commerce international qui s’arrêtent ou sont redistribuées à Venise.

La Crète, centre de redistribution

  • 24  Colleganza : système d’association commerciale vénitien. Pour affréter un navire, les marchands co (...)

31Au xie siècle, lorsque des navires vénitiens faisaient un détour par la Crète pour s’approvisionner en fromages, les archontes locaux monopolisaient le trafic des exportations issues de leurs domaines, ce qui explique que l’île ne soit pas mentionnée dans le chrysobulle de 1082 qui énumérait les ports désormais ouverts à la cité des Doges. Néanmoins, les commerçants vénitiens comprennent les ressources potentielles de l’île, avant même de l’occuper. En mars 1205, Giovanni Corner, sur le point de partir vers la Crète, reçoit cent livres vénitiennes en colleganza24 et des marchands accompagnent l’expédition militaire contre Pescatore en 1209. La première vague de colons, en 1211, inclut des marchands ‑ dont l’un avait déjà reçu, en 1209, de l’épouse du doge, 120 livres à investir ; en 1214, Corner investit à Constantinople dans une affaire commerciale Crète‑Venise. Les colons militaires placent, eux aussi, rapidement, des fonds dans le commerce, souvent en colleganza, et d’autres colons viennent, de leur propre chef, profiter des nouvelles opportunités. Même les fonctionnaires vénitiens nommés en Crète, qui n’ont pas le droit de participer au commerce, transgressent parfois les ordres. Dorénavant, la Crète intéresse les négociants et devient une étape sur la route du Proche‑Orient et de l’Égypte.

32À côté de son importance comme fournisseur de matières premières, l’île joue donc, pour Venise, plusieurs rôles.

  • 25  Depping, 1830, p. 299 sqq.
  • 26  Jacoby, 2009, Simon, 1984, p. 973‑1020.
  • 27  Kethea, http://www.kethea.gr/Portals/0/Uploads/docs/speira.pdf
  • 28  La situation monétaire de la Crète est complexe. Vincent, 2007, recense près de cinquante noms dif (...)
  • 29  Un excellent exemple nous est donné dans le long et détaillé (102 articles) testament d’Andrea Cor (...)

– Dans le cadre des échanges à longue distance, Candie est une escale indispensable entre l’Orient et l’Occident méditerranéen ; elle permet de se ravitailler en eau et biscuits et aussi en fruits frais, viande ou poissons séchés, fromages.
– C’est aussi une escale sur la route des pèlerins vers la Terre sainte, qui empruntent tous des navires vénitiens. Ils peuvent voyager sur les galères des convois officiels, sur des galères spécifiques dont le calendrier est plus libre, ou sur les galères marchandes. Il semble qu’ils préfèrent les galères officielles, plus sécurisées, mais plus coûteuses, tandis que les responsables des convois commerciaux sont ravis d’encaisser ainsi des gains supplémentaires. Le pèlerinage n’est pas chose facile : le Florentin Frescobaldi, avec deux compatriotes, veut se rendre dans les Lieux saints en 1384. Les trois voyageurs se rendent à Venise munis de lettres de change des Portinari sur Alexandrie et Damas et choisissent d’embarquer sur une cocca (gros navire de marchandises) appartenant à la famille Morosini, à destination d’Alexandrie. Ils prennent avec eux du malvoisie et des vivres, quittent Venise le 4 septembre, font escale à Zante, Méthone et Coroni et piquent droit sur Alexandrie, où ils arrivent sans problème en 23 jours, le 11 octobre. Le navire qui transportait des draps de Lombardie, des lingots d’argent, du cuivre raffiné, de l’huile et du safran, se ravitaille et fait des échanges à chaque escale. Ils rencontrent à Coroni d’autres pèlerins qui ont choisi un navire de pèlerinage de qualité bien inférieure et ont eu un voyage difficile. D’Alexandrie, ils rejoignent Le Caire par voie d’eau, puis, en chameau, atteignent Jérusalem à la fin du mois de novembre de la même année. En mai de l’année suivante, ils sont à Beyrouth où, à bord d’un autre navire vénitien, ils rejoignent Venise après une escale à Candie, à la fin du mois. Avec une chance exceptionnelle, sans pirates, ni tempêtes, ni quarantaine sanitaire, il leur a fallu neuf mois et de grosses dépenses25.
– La Crète est un centre de redistribution entre l’Orient, l’Occident et la mer Égée, rôle qu’elle peut tenir dès le xiiie siècle, alors même que l’exploitation de l’île est rendue difficile par les révoltes incessantes de la population. En provenance des pays allemands et des Flandres, Venise charge des bois de construction, du fer, du cuivre, de l’argent, des draps de laine, de la serge, des toiles de chanvre et de lin, elle y ajoute ses propres productions, des textiles de luxe ou des cotonnades courantes, des horloges, des bijoux précieux, du papier, de la verrerie de prix. À Constantinople, puis dans l’Empire ottoman, elle charge des produits venus d’Extrême‑Orient, de la soie grège, des épices et parfums, des pierres précieuses, des colorants pour textiles. Elle achète également des produits locaux, des céréales, de la laine, du coton, de l’alun (pour le tannage), des colorants (indigo, garance, noix de galle), des cuirs et peaux (pour les reliures de livres), de la cire, des tapis, des camelots (un tissu qui mêle au coton le poil de chèvre et de chameau)26. Tout ce trafic ne passe pas par Candie, mais une partie des cargaisons y est débarquée pour repartir vers les îles de l’Égée, qui sont en dehors des grands itinéraires et grandement dépendantes sur le plan alimentaire, vers Constantinople ou le sud du Péloponnèse. Même les marchandises prohibées sur un marché libre (tout ce qui peut servir à la guerre : poudre, chevaux, armes, bois, cordages, poix, salpêtre, plomb et fer) peuvent être traitées en contrebande.
– Enfin, Venise trouve en Crète un marché de consommation pour ses produits de luxe : le niveau de vie des catégories urbaines supérieures s’élève progressivement, ce qui se traduit par des importations de soieries, textiles, papier, verreries, de nombreux produits de luxe de Venise, de textiles des Flandres, qui sont des symboles de statut social. En 1339, ce luxe poussa les autorités à des décrets somptuaires concernant les robes (les incrustations de pierres précieuses sont interdites) et les bijoux. On interdit aux femmes, sous peine d’amende, de porter des perles d’or ou d’argent dans les cheveux ; aux hommes, les vêtements de velours, les broderies au fil d’or et les pierres précieuses, ainsi que le port de plusieurs fourrures27. En 1394, on augmente fortement les droits sur les importations de tissus de luxe. Mais ces décrets sont souvent répétés entre 1229 et 1476, ce qui indique qu’ils sont peu respectés. En 1444, la fille d’Alexis Kallergis, Quirina, 18 ans, commande à Venise des pièces de velours et une robe tissée de soie et d’or, qui coûte entre 90 et 100 ducats28. Les élites citadines à la fin du xve siècle adoptent le costume vénitien et, quand leur richesse s’accroît au xvie siècle, les achats de produits de luxe se multiplient et se poursuivent29.

33L’ensemble de ces activités repose sur une flotte remarquable et sur une organisation solide : à la fin du xiiie siècle, la flotte de la cité des Doges se composerait de plus de 3000 navires, sans compter les galères.

Les convois

34Le commerce vénitien développé au cours des xe et xie siècles en direction de la Méditerranée orientale doit tenir compte de plusieurs contraintes. Il lui faut suivre les côtes pour éviter les traversées hasardeuses, répartir les cargaisons pour limiter les pertes en cas de naufrage ou de saisie par les pirates, répartir également les charges entre produits lourds et encombrants (les bois de construction, l’alun, les huiles, le vin) et produits précieux plus légers (soieries, épices, pierres semi‑précieuses) pour équilibrer les cargaisons à l’aller et au retour. Bien sûr, il faut aussi tenir compte du fait que les cargaisons sont parfois incomplètes au départ de Venise, d’où des escales ‑ nécessaires par ailleurs pour le ravitaillement en eau ‑ pour compléter le chargement et prendre des passagers. Et on ne peut négliger les tempêtes, les pirates et les conditions politiques souvent contraignantes, guerres, interdiction de commercer avec des musulmans ‑ que Venise ne respecte pas toujours, obtenant des autorisations exceptionnelles, fermant les yeux sur tous les produits qui ne sont pas nommément énumérés dans l’interdiction, etc.

35Le navire emblématique de Venise est la galère, un navire long, étroit, manœuvré à rames, très maniable au combat, mais fragile face aux tempêtes et aux fortes vagues, peu adapté au transport de marchandises lourdes ou volumineuses. La galère se décline sous plusieurs variantes. La galère militaire, sottile, 45 m de long, 5‑6 m de large, avec deux files de 25 à 30 bancs de rameurs, qui transporte des catapultes et des arbalétriers, est le navire de guerre par excellence, celui qui accompagne les convois ; la galéota, plus courte, 25 m de long, 4 m de large et moins de rames ; la plus rapide, la fusta, 35 m de long, 5 m de large, pour surveiller en permanence les côtes et les itinéraires les plus fréquentés ; la galère bâtarde, un peu plus grosse, est en général celle du capitaine. La galère grossa (la première de ce type sort de l’Arsenal en 1294), à la fois militaire et navire de marchandises, donc fort appréciée, a deux ou trois mâts, des voiles et des rameurs (cinq par banc, soit le chiffre énorme de 275 rameurs), elle reste maniable et peut transporter des tonnages beaucoup plus grands, jusqu’à 200 ou 300 tonneaux. C’est le navire par excellence des convois, la « galère du marché » escortée par les galères sottili30.

  • 31  Tucci, 1958, p. 72‑86.

36Mais les marchands souhaitent des navires d’un plus fort tonnage, ce sont les navi tondi, dont la cocca est le plus utilisé. Ces navires, uniquement à voile, peuvent porter jusqu’à 600 tonneaux (la capacité d’une cocca de 400 tonneaux est estimée entre 240 et 320 tonnes), mais ils sont moins maniables, plus vulnérables, plus lents (il leur faut plusieurs mois pour atteindre Constantinople) et ne peuvent accéder à tous les ports. Ils comptent sur leurs voiles, plus économiques en cas de vent, mais ils deviennent ingérables en cas de bonace : ainsi le récit du dur voyage Candie‑Venise du galion Foscarini e Panighetto est fort éclairant. Arrivé à Candie, en mai 1570, le navire y reste très longtemps, car ses marins sont malades, il repart le 21 janvier, met une semaine à s’éloigner de la Crète en raison de vents défavorables et, le calme suivant, a besoin de 22 jours pour atteindre Corfou ; par la suite s’interposent la tempête et les problèmes techniques, et il atteint Venise le 7 mars, alors que le trajet moyen était de 33 jours, près d’un an après son départ31 !

2. Galère sottile (reconstruction), Museo storico navale, Venezia

2. Galère sottile (reconstruction), Museo storico navale, Venezia

Photo Myriam Thyies [Public domain], from Wikimedia Commons

  • 32  Voir l’étude détaillée de Stöckly, 1995.

37Pour faire face aux aléas de la navigation et protéger ses armateurs, Venise crée un système de galères commerciales (da mercato) dès 1283. L’État fixe les dates des mude,  les convois de galères ‑, en fonction des grandes foires. Le convoi « d’été » quitte Venise dans la seconde moitié de février pour rentrer vers la mi‑juillet, celui d’hiver quitte la cité dans la seconde moitié du mois d’août pour y revenir en novembre. La sortie des navires est interdite entre le 15 novembre et le 20 janvier, sauf cargaison de céréales. Chaque muda compte entre dix et vingt galères, chacune portant un certain nombre d’arbalétriers. L’ensemble de la galère, du coût du voyage et de la cargaison est mis aux enchères, le sénat vénitien surveillant la gestion, les appels d’offres, l’avance sur salaire versée à l’équipage. L’organisation est l’ancêtre des sociétés par actions : le patron de la galère, son armateur et d’autres personnes extérieures prennent des parts (carats) dans le coût total de l’opération et ces parts leur donnent autant de droits sur la cargaison au retour. Peu à peu, huit lignes régulières sont mises sur pied, Candie est une escale obligatoire sur le trajet qui conduit vers Alexandrie, une escale obligatoire depuis 1300 (interdite en cas d’épidémie ou de révolte en Crète) sur la ligne vers Chypre, la Petite Arménie et Beyrouth, une escale fréquente (qui demande un détour) sur la ligne de Romanie, vers Constantinople et la mer Noire32. À chaque passage, l’arrivée de dix à vingt navires de commerce et des galères qui les accompagnent ne peut qu’être un événement capital dans le port qui les accueille.

38Quoi qu’il arrive, les trajets restent longs, 150 jours pour le trajet de Romanie (Constantinople), 120 pour Chypre, 150 pour Alexandrie, 120 pour Beyrouth, 40 % du temps étant consacré aux escales indispensables. Ces convois sont protégés par des galères sottili, stationnées à Raguse, Modon, Candie ou Négrepont qui accompagnent les mude sur les passages les plus dangereux. Les marchandises sont, par exception, transportées sur les galères d’État, si nécessaire, lors du dernier parcours de la saison, mais elles le sont en majorité sur des galères privées qui se joignent par sécurité aux galères commerciales du marché. Sur ces itinéraires protégés, une navigation « libre » équivaut à de la contrebande.

  • 33  Gasparis, 2010b, p. 253‑274.
  • 34  Au début du xive siècle les autorités ont confisqué la cargaison d’un Crétois à Venise, Costas Mic (...)
  • 35  Hocquet, 1979‑1982.
  • 36  Une loi interdit aux Vénitiens de faire transporter des vins de Crète sur des navires étrangers, s (...)

39L’ensemble du trafic est donc très réglementé : les taxes varient (du simple au double parfois) selon que le marchand, le propriétaire du navire ou l’acheteur est vénitien ou non, selon que le bateau passe ou non par Venise, que le produit est considéré comme essentiel ou non à un moment précis33. Le noble vénitien jouit d’un tarif préférentiel par rapport aux cittadini, d’un droit de préemption lors des enchères des galères des mude, et de celui de recevoir des subventions pour construire des nave (des gros trois‑mâts de type occidental qui peuvent affronter l’Atlantique). Il est le seul à pouvoir louer des galères vénitiennes ou y placer des charges de produits précieux34, à pouvoir vendre à des destinations choisies les marchandises qui ne sont pas l’objet d’un monopole. En 1281, on oblige, sur le trajet de retour, tous les navires à charger du sel et à le vendre à la Sérénissime ; la demande est forte dans l’Europe continentale et, même si Venise dispose des salines de l’Adriatique, elle établit son monopole sur toutes les salines de ses possessions en mer Ionienne, en Crète et à Chypre. Dès 1303, le Sénat décide d’envoyer des spécialistes en Crète pour étudier les possibilités d’y créer des bassins de décantation, à proximité des ports (d’où les salines de Souda, et de Spinalonga, quand la forteresse se développe et dispose d’un port). Le transport est coûteux, mais les bateaux ne sont pas toujours pleins au retour, et c’est donc leur assurer un chargement et ainsi subventionner en quelque sorte le commerce vénitien, système qui dure de 1281 aux années 145035. Les produits revendus au‑delà de Venise doivent passer par la Sérénissime pour contribuer aux taxes, et les Vénitiens ‑ nobles et certains bourgeois ‑ sont les seuls à pouvoir envoyer des navires à Venise36. Le calendrier des mude est fixé par Venise en fonction des dates des grandes foires et pour éviter des périodes creuses ou trop riches qui influenceraient les prix défavorablement.

40Mais les temps changent, les concurrents européens, flamands, français, hollandais entrent en Méditerranée avec d’autres navires, plus performants. Le système des galères du mercato disparaît en 1569, et la galère est éliminée des longs trajets dans les trente premières années du xvie siècle (même si on en trouve jusqu’en 1569 dans le convoi d’Égypte). Dans le dernier tiers du même siècle, les gros navires à voiles latines sont eux aussi progressivement abandonnés pour des bateaux plus petits, plus ronds et rapides, qui demandent moins de rameurs. Progressivement, Venise doit relâcher ses contraintes : certains navires rejoignent les Flandres ou l’Angleterre sans passer par l’Adriatique, des bateaux crétois peuvent sortir du simple cabotage et se lancer dans une navigation plus lointaine.

Les Crétois dans le commerce maritime

41Le commerce doit s’adapter : à partir du milieu du xve siècle, l’Empire ottoman a toujours besoin de transporteurs depuis l’Égypte, mais il peut s’adresser à ses sujets chrétiens et il peut aussi se ravitailler en produits asiatiques directement à Trébizonde, point d’arrivée des caravanes. La découverte de l’Amérique détourne peu à peu le grand commerce européen vers l’Ouest, la mode du malvoisie passe, des concurrents apparaissent, et la perte de Chypre en 1571 porte un coup fatal à la présence vénitienne dans l’extrême est de la Méditerranée. Ainsi le commerce qui, au xive siècle, comportait de grands risques, mais la possibilité de très larges bénéfices, devient de moins en moins lucratif, les risques sont toujours là, mais les gains ne sont plus que moyens, on ne peut plus faire fortune en un seul voyage réussi. Les investisseurs vénitiens trouvent alors plus intéressant de placer des capitaux dans des entreprises de terre ferme que dans les hasards de la mer. En revanche, les Crétois profitent de la déprise vénitienne pour se tailler une place enviable sur le commerce local, puis pour prendre part au commerce international. C’est ce que rapporte Zuane Mocenigo en 1589, le Crétois n’est pas qu’un simple rameur.

Les villes, spécialement Candie et La Canée, produisent beaucoup de bons marins. On dit en proverbe que, quand un villageois naît en Crète, un esclave des galères est né, et que, quand un enfant naît en ville, un marin est né. Les Crétois avec leurs bateaux en temps de paix vont en Syrie, à Alexandrie, à Constantinople, dans l’archipel et en d’autres lieux de Turquie sur n’importe quelle sorte de bateaux ; ce sont des gens habiles et audacieux.

42Nul n’empêche un Crétois d’avoir son propre bateau et de faire du commerce, l’Égée et la Méditerranée orientale lui sont ouvertes. Les capitaux peuvent être réduits, les bateaux relativement petits, mais on trouve néanmoins des capitaines, de petits armateurs et des négociants crétois. Ainsi, en 1357, Marco Salomone, un noble crétois, transporte plus de quinze tonnes de fromage de Sitia à Chypre sur le bateau d’un autre Crétois. Dans la première moitié du xvsiècle, des Crétois effectuent régulièrement à Alexandrie des livraisons de fromage et de vin et rapportent des épices pour Messine et Constantinople.

  • 37  Gasparis, 2004, p. 54‑63, Gasparis, 1988, p. 287‑318, Gasparis, 1991, p. 67‑101.

43Une première étude de Charalambos Gasparis nous renseigne sur les mouvements de bateaux au départ de Candie au xive siècle37 grâce aux « autorisations de navigation » : on y trouve le nom du capitaine, du commerçant et du propriétaire du bateau (parfois la même personne), le port de destination, le garant, souvent le type du navire, et quelquefois les noms de l’équipage et les produits transportés. Les autorisations disponibles couvrent deux périodes : de 1326 à 1345, elles notent les produits et leur volume ainsi que le nom du garant qui assure que le bateau ne transporte ni esclaves ni produits interdits et que les taxes à l’exportation ont été versées. De 1355 à 1415, les autorisations cherchent à contrôler les sorties illégales ‑ esclaves, vilains ou condamnés en fuite ‑ et le garant assure alors que le bateau ne comprend que des personnes autorisées à quitter l’île. Au total, 1322 autorisations ont été étudiées. Il apparaît que le trafic augmente en nombre et en destinations au fil du siècle, jusqu’à atteindre un départ par jour dans les meilleures années entre 1350 et 1360, et la navigation a lieu toute l’année, même si les voyages sont plus nombreux au printemps et en automne, au moment des récoltes. Dans la seconde moitié du siècle, les allées et venues entre ports crétois ne sont plus enregistrées, alors qu’entre 1326 et 1345, elles représentaient 60,75 % des autorisations. En dehors des ports de l’île, les destinations les plus fréquentées sont le Péloponnèse (Coron et Modon) 21,8 % du total, les Cyclades, 9,2 %, le Dodécanèse 14,3 %, la Méditerranée orientale (émirats de Menteshe et d’Aydin, Chypre, Alexandrie, Damiette). Des trajets beaucoup plus longs apparaissent à partir de 1368 : Corfou, Venise, Otrante, Sicile, Pise, Naples, Barcelone, et comptent pour 15,7 % du total, et même 35 %, entre 1403 et 1410.

44Le port de Candie a donc acquis au cours du siècle un large réseau de relations en Méditerranée orientale, les noms indiqués montrent, à côté d’une participation importante de personnes aux noms italiens, que des Grecs sont présents à tous les niveaux et que des collaborations entre les deux populations sont fréquentes.

45Les Crétois, d’abord limités à la pêche et au cabotage, peuvent s’associer à des Vénitiens en colleganza et les règles, peu à peu, s’assouplissent. L’étude des contrats dressés à cette occasion chez les notaires montre la grande diversité des milieux concernés, des capitaines et armateurs, des cittadini, des artisans, des prêtres, des monastères, des Juifs... L’importance du commerce du malvoisie avec l’Angleterre et les Flandres fait naître des réseaux qui ne passent plus par Venise. La Flandre achète en Crète des vins, des épices (venues d’Alexandrie) en échange de ses draps. La vigueur de cette demande du Nord est attestée dès le xve siècle : parmi les 289 lettres rédigées entre 1482 et 1492 entre les frères Bembo à Venise et leurs agents dans le Levant, 71 concernent la Crète ; on voit que Bembo y envoie des quantités de draps qui sont vendues sur place et permettent d’acheter du vin qui sera distribué en Hollande, en Angleterre et dans les Flandres (en 1482, 900 000 litres). On a la preuve de l’existence, en 1446, de navires allant directement de Flandre en Crète avec ordre de naviguer de conserve, sans passer par Venise. En 1447, une galère vient de Crète les escorter à partir de Palerme. Ce trafic s’accentue au xvie siècle et passe aux mains de Crétois : une ligne Crète‑Naples‑Angleterre, des livraisons crétoises à Constantinople (en 1520, 15 navires crétois sont allés de La Canée à Constantinople) où le vin est consommé, mais aussi réexpédié par des Crétois jusqu’en Pologne.

46Au xvie siècle, la situation évolue encore : entre la fin de la troisième guerre vénéto‑turque et la perte de Chypre (1540‑1571) la marine vénitienne s’étoffe encore parce que la Sérénissime subventionne les armateurs pour soutenir ses chantiers et donne aux nouveaux propriétaires l’occasion de rembourser en transportant du sel. Après la perte de Chypre et la bataille de Lépante, la flotte vénitienne a perdu presque la moitié de sa capacité alors que la France et l’Angleterre (1535 et 1581) obtiennent par les Capitulations de grands avantages, les nobles se tournent donc vers des investissements fonciers plus lucratifs en terre, laissant la place aux Grecs, alors même que les besoins en céréales augmentent. En 1597, les autorités confirment que le commerce maritime leur échappe en justifiant le besoin d’armer des navires construits hors de l’arsenal vénitien, ce qui était à l’origine totalement interdit, par le coût prohibitif des navires construits à Venise dont le nombre diminue.

47En effet, entre 1550 et 1590, le coût d’un bateau à Venise a été multiplié par quatre : faire construire un navire à Gdansk est beaucoup plus avantageux et le coût des assurances en Hollande est très inférieur. Les Grecs se placent dans le commerce des céréales de l’Empire ottoman et prennent à Venise les places qui n’attirent plus les Vénitiens : en 1558 un capitaine sur trois des gros navires (300‑750 tonneaux) enregistrés est « Grec », la proportion est la même chez les armateurs ou co‑armateurs. Progressivement, les patrons de navires vénitiens sont remplacés par des sujets de la Sérénissime, originaires de Crète, de Corfou ou de Zante, qui profitent des subventions allouées au transport des céréales et du sel. À la fin du xvie siècle, ce trafic est presque en totalité aux mains des sujets grecs de Venise, les lois de 1602 stipulant que les équipages des navires enregistrés à Venise doivent être aux deux tiers vénitiens précisent que les Grecs sont considérés comme Vénitiens.

  • 38  Simon, 1984, p.  973‑1020.

48Il faut signaler l’importance du marché ottoman, pas de succès commercial sans lui, comme l’atteste la multiplication, au cours du xvisiècle, des exemptions douanières destinées à rendre plus attirant le marché du Rialto pour les matières premières d’Anatolie. Le baile de Constantinople informe son gouvernement qu’entre 1558 et 1560 42 navires de plus de 400 tonneaux ont effectué 90 voyages en dépassant le cap Malée (pointe orientale du Péloponnèse) ; parmi ces trajets, 42 se dirigeaient vers des ports turcs, 41 vers des ports vénitiens (dont 36 à Chypre), et 25 des 42 voyages vers les ports ottomans avaient pour but de rapporter des blés, ces gros navires ne représentant qu’une faible part du tonnage total38. En regardant les biographies des commerçants‑armateurs, on constate que la plupart sont originaires d’anciennes possessions vénitiennes aux mains des Ottomans et naviguent au propre comme au figuré entre les deux mondes. Un exemple : Petros Kondoliniotis. Originaire de Nauplie, prise par les Ottomans en 1540, il se rend à Monemvasia, puis à La Canée, d’où il gère ses affaires ; familier de Venise et des régions devenues ottomanes, il prend des participations dans plusieurs navires, en dirige certains, et prête de l’argent. Il obtient des autorisations pour transporter des céréales vers Venise et des cargaisons de Venise en Crète. Il fait don d’un galion à Corfou et y apporte des vivres pour l’armée vénitienne lors du siège de l’île par les Ottomans en 1537. En récompense, il obtint la noblesse vénitienne, rare privilège, et la ferme des fromages à La Canée !

  • 39  Panopoulou, 1989b.
  • 40  Verlinden, 1935, p. 448‑456.
  • 41 .Panopoulou, 1989b.

49Une seconde étude, par Angeliki Panopoulou39, sur les fiches des garants entre 1608 et 1640 ‑ les garanties à fournir sont les mêmes que précédemment ‑, porte sur 277 actes entre 1608 et 1613, et 167 entre 1634 et 1640. Le trafic entre ports crétois n’est plus indiqué. La comparaison avec l’étude de Charalambos Gasparis montre qu’en deux siècles les horizons se sont nettement élargis. Les mude ayant disparu, les navires crétois n’hésitent plus à rejoindre Venise (39 % des autorisations sur les deux périodes) et à viser directement l’Europe du Nord sans détour par la cité des Doges (Londres, Angleterre, Amsterdam, Flandres40, Dantzig, Écosse forment 11 % des lieux cités entre 1608 et 1613, 18,5 % au total si on y ajoute les villes portuaires italiennes). Les ports les plus souvent cités après Venise sont Constantinople et Alexandrie‑Damiette‑Rosette. Dix‑neuf autres destinations sont comptabilisées, les îles de l’Égée, les ports de l’Est égéen et de la côte syrienne. En 1611, année record, 69 navires sont partis de Candie, dont 21 vers Venise, 14 vers Constantinople et 12 vers Alexandrie ; la même année, de Venise, 14 navires sont partis vers la Crète, 16 vers Constantinople, 3 vers Alexandrie et 12 vers Smyrne (aucun depuis Candie) ; vu la différence d’envergure entre Candie et Venise, on peut en conclure que le trafic au départ de la Crète est tout à fait honorable. On constate également une évolution dans la taille des navires : entre 1326 et 1329, 110 des 115 bateaux autorisés à quitter Candie sont des barca (avec un équipage de six à vingt marins selon les cas), mais ces barques se dirigent principalement vers d’autres ports crétois ; entre 1403 et 1425, sur 283 autorisations, 26, soit moins de 10 %, concernent des barques, en revanche 75, soit 26,5 %, concernent des cocca et, en y ajoutant les nave, ce sont 38 % des bateaux qui appartiennent à cette catégorie des gros porteurs. Entre 1608 et 1613, ces gros navires, nave et bertons (un trois‑mâts de type occidental, qui peut être armé et aller contre le vent), représentent plus de la moitié des autorisations accordées. Mais, entre 1634 et 1640, le repli commercial et le danger ottoman conduisent à préférer des bateaux plus petits et plus rapides, nave et bertons ne sont pas même un quart du total, et apparaît la tartane (un bateau à coque ronde, à un seul mât qui demande peu de personnel et peut jauger jusqu’à 100 tonneaux), qui devient le plus couramment cité. Une autre étude, à partir des 95 contrats de navigation signés chez l’un des notaires de Candie entre 1635 et 1661 montre que dans cette période extrêmement difficile (Les Turcs prennent La Canée en 1645 et le siège de Candie commence en 1648), la navigation commerciale se poursuit : 62 % des destinations se trouvent en mer Égée, et si la guerre a interrompu le trafic lointain, 17 % des contrats concernent encore des voyages vers Chypre, la Syrie et l’Égypte41.

50En effet, si, par la faute des pirates, des guerres contre les Ottomans, des nouvelles orientations commerciales, le commerce international vénitien n’est plus aussi florissant au xviie siècle, si les trajets avec l’Europe du Nord sont moins nombreux, les actes notariés montrent que la Crète tient un rôle important dans un réseau local entre la mer Égée et l’Égypte. Des noms crétois apparaissent de plus en plus souvent parmi les navires vénitiens. Candie a son interprète de turc, un consul de Flandre, un autre d’Angleterre, un consul de France, et même un « consul des Levantins ».

51Mais, témoignage de temps difficiles, les candidats pour l’affermage des différentes douanes sont peu nombreux. Ce peu d’enthousiasme est évidemment un signe des temps, c’est aussi très grave pour les finances de la colonie crétoise et celles de Venise ‑ qui vient à son secours si besoin est ‑ puisque ces taxes sur les échanges commerciaux sont sa ressource principale.

La Crète et la croissance de ses villes‑ports

  • 42  Sur la croissance « spatiale » des villes, voir plans et cartes in Molteni, 2008, p. 25‑39.

52La croissance des villes crétoises et leur hiérarchie est directement liée à leur fonction portuaire et au trafic que ces ports peuvent assurer, donc aux aménagements portuaires ; ainsi s’explique la prédominance de Candie et la part réduite de Réthymnon et de Sitia42.

53Les ports crétois, Candie en priorité, sont des fournisseurs de services au commerce et à la navigation, commerciale comme militaire. Ils doivent donc offrir des infrastructures et des services aux marchands et à leurs navires : silos, transbordements, maintenance des navires et réparation par une main‑d’œuvre spécialisée, services monétaires également. Protection des convois, recrutement des marins, archers, travail des arsenaux, travaux continuels d’amélioration des ports font circuler énormément d’argent dans l’économie locale ; il faut aussi mettre les galères militaires à l’abri en hiver, savoir les réparer, fabriquer des rames…

54Candie, où se croisent pèlerins occidentaux, marins et commerçants de toute la Méditerranée, prend un visage cosmopolite. Aux marins, commerçants et pèlerins, s’ajoutent les mercenaires qui logent longtemps chez l’habitant. On trouve dans les textes et récits des Grecs, des Vénitiens, des Francs et des Turcs, des Albanais, des Bulgares, des Croates, des Arméniens, des Allemands, des gens de Bohème… une très belle palette pour des villes de 5 à 15 000 habitants.

Une gestion continue et permanente

55Les quatre ports de la côte nord posent tous les mêmes problèmes : la violence des vents dominants du nord/nord‑ouest, l’absence de protection naturelle et l’ensablement rapide par les apports des fortes vagues. Ils demandent tous des travaux incessants pour être accessibles régulièrement aux galères ou aux navires les plus gros. Sitia ne fait pas réellement partie des villes‑ports : son arrière‑pays, peu peuplé, ne fournit pas une production importante au point de justifier de gros travaux et, inversement, faute de réel port, la région ne se développe guère. Réthymnon profite de sa position de capitale administrative. Son arrière‑pays agricole dont les produits s’exportent, et le fait qu’elle est le seul abri entre la baie de Souda et celle de Candie, seule chance d’échapper au naufrage en cas de tempête, justifient les travaux et les dépenses faites pour équiper un port, même de très petite taille. La Canée, habitée depuis l’époque minoenne comme le montre son acropole sur la colline de Kastelli, a été fortifiée par les Byzantins, mais ce n’est qu’une bourgade quand les Vénitiens, en 1252, décident de « refonder » la ville, d’en faire leur centre en Crète occidentale. Son port, exposé aux vents dominants violents, demande de longs travaux de protection, mais le besoin d’une escale, la taille de la baie disponible et la richesse agricole de l’arrière‑pays les justifient. Quant à Candie, antique port de Cnossos, elle se développe quand les Arabes en font leur capitale au ixsiècle. Après la reconquête byzantine, le métropolite y déplace, depuis Gortyne, le siège de son évêché et les reliques de saint Titus. Pour les Vénitiens c’est le centre du pouvoir politique, donc le port à développer en priorité.

56Dans les trois cas, Réthymnon, La Canée, Candie, les documents montrent deux soucis permanents, la construction de môles de protection et la lutte contre l’ensablement. Le financement pose aussi une question récurrente : qui paye ? Venise, ou le regimen crétois sur ses ressources, ce qui signifie lever un impôt exceptionnel sur les feudataires ? L’ensablement est constant : exposition aux vents dominants et aux vagues qui apportent le sable, non‑dallage des rues en pente, ce qui fait dévaler la terre dans la rade lors des pluies, non‑ramassage des ordures urbaines qui, suivant la pente, se déversent dans le port, construction de môles qui arrêtent le possible nettoyage par les tempêtes… Il suffit de trois ou quatre ans sans dragage pour que certains navires ne puissent plus entrer. Quant aux môles, ils sont fragiles et souvent à réparer, car construits sur une base de sable qui les fait glisser par le pied, même si on coule souvent des coques de vieux navires remplies de pierres pour leur soubassement. Le fait que Venise décide, en 1322, d’envoyer à Candie un ingénieur de son propre arsenal, Felix della Barche, montre le souci qu’elle a de ces travaux, La Canée suivra le même chemin, Réthymnon également, plus d’un siècle plus tard.

  • 43  L’ensemble, arsenaux, môles, entrée du port et phare, est visible sur la carte de Coronelli.

57Le môle nord de La Canée est élevé au début du xive s, appuyé sur les récifs et les hauts fonds jusque‑là dangereux ; on y perce une étroite ouverture pour la sortie des petites barques et le renouvellement des eaux. Après l’édification du môle oriental, en 1593, un phare est construit, puis une chaîne ferme l’étroite entrée du port43. Les travaux du môle nord‑ouest de Candie sont plusieurs fois repris et prolongés, un second môle lui fait face (l’ouverture est de 40 m) ; le fort situé à l’extrémité du môle nord‑ouest qui garde l’entrée du port, le Castello da mar, n’est d’abord qu’une tour fortifiée. Détruit par le séisme de 1508, il est reconstruit en 1523, son terre‑plein est progressivement élargi (on immerge de vieux navires emplis de pierres apportées de l’île de Dia) et renforcé, et deux bouches sous‑marines sont laissées ouvertes dans le môle pour faciliter le renouvellement des eaux. Le môle nord de Réthymnon, construit au xiiie siècle, doit aussi être réparé plusieurs fois, mais le port est tellement ensablé qu’il ne peut accueillir qu’une seule galère, le môle oriental est prolongé au début du xviie siècle.

58Les arsenaux crétois doivent armer chaque année pour le compte de la Sérénissime trois galères de guerre, puis, les besoins militaires augmentant, quatre, cinq et même six dans le premier quart du xve siècle. Au même moment, Venise doit se résoudre à leur demander de réparer ces galères, puis de construire une première galère sottile (suivie d’autres), puis des coques prêtes à être armées en cas de besoin. Isepo Civran, l’un des derniers provéditeurs, installe près de 170 techniciens navals dans l’île en 1629, pour renforcer l’activité des arsenaux de La Canée et de Candie. À côté des arsenaux d’État, des chantiers de construction navale pour des barques, des bateaux plus petits, destinés au commerce local ou égéen et des navires adaptés au transport des chevaux sont nombreux, et les techniciens de Sfakia renommés.

59À cela s’ajoutent l’entretien et la réparation des navires de commerce. L’arsenal doit donc comprendre ateliers et réserves de matériel (le bois pour les rames souvent à changer, les toiles pour les voiles, des pièces métalliques, des ancres, des armes ‑ lances, arcs, catapulte, armures, casques ‑ toutes venues de Venise), des silos pour les produits attendus à chaque convoi (sel, grains coton), d’autres pour les commerçants (vins et fromages), des lieux réservés aux produits de luxe (soie et épices) mis sous scellés, contrôlés et revendus, des citernes. Il faut y ajouter les divers contrôleurs qui perçoivent les taxes qui font vivre la colonie puisque tout navire qui vient à s’ancrer dans la rade doit venir déclarer sa marchandise dans la semaine qui suit son arrivée. L’ensemble des bâtiments liés à l’arsenal et à l’activité portuaire finit par occuper une part importante de la population et un espace important.

  • 44  La Crète exporte des fers à cheval, des clous, des socs de charrue, des outils agricoles, des ancr (...)

60Les ports sont donc à la fois des bases militaires, des centres commerciaux, des centres de production artisanale et des centres de transit. Les activités productrices comprennent bien sûr les chantiers navals et le travail d’entretien et de réparation des bateaux, le travail des peaux et cuirs (bottes, selles) et des textiles, la tonnellerie, les poteries, les savonneries, les plats métalliques, le travail du fer44, de la cire (cierges, bougies). On peut joindre à cette liste des artisanats de luxe pour les demeures des riches et les bâtiments religieux : sculpteurs sur bois, ébénistes, peintres de fresques et d’icônes, et orfèvres (15 maîtres‑orfèvres à Candie en 1571).

61Les revenus principaux de la colonie proviennent des impôts indirects pesant sur le commerce, intérieur comme extérieur : des droits portent sur tout produit exporté ou importé (d’où une surveillance étroite des ports et des mouillages provinciaux pour tenter de juguler la contrebande), et chaque capitaine, au départ comme à l’arrivée, doit présenter aux autorités la liste des marchandises transportées, leur quantité ou leur poids. Ces impôts sont le plus souvent affermés chaque année aux enchères, mais certains sont encaissés par des fonctionnaires. Ainsi s’explique l’obligation de venir vendre sur les marchés des villes ou des châtellenies au‑delà d’une certaine quantité, et d’exporter par le port, contrôlé, de Candie. Ces droits sont essentiels puisque la colonie doit, autant que faire se peut, subvenir à ses besoins.

62Étant donné le souci de maintenir les prix des produits de consommation courante à un niveau accessible, la majeure partie des ressources indirectes provient de l’import‑export. Le niveau de la taxe dépend alors de plusieurs facteurs :

  • 45  Gasparis, 1989, p. 83‑133. Les décrets sont proclamés par le héraut, sur la Place, à la Loggia, su (...)
  • 46  Gasparis, 2010b, p. 253‑274.
  • 47  Gasparis, 2003a, p. 237‑247.

63À côté du commerce international, les villes‑ports sont aussi des centres de commerce de détail, à usage intérieur. Ce commerce est, comme les autres activités, étroitement surveillé, comme le montre l’étude des Bandi e Proclami du duc de Crète entre 1313 et 137445. Les décisions visent à faciliter le contrôle fiscal, mais aussi à satisfaire les besoins premiers de la population. Une attention particulière est portée à l’approvisionnement en farine, viandes et huile ; les poids et mesures sont contrôlés régulièrement comme la qualité des produits, la bonne santé des bêtes conduites chez les bouchers, la teneur en or et en argent des bijoux. Et des prix maximums sont fixés pour ces produits ‑ différents selon la qualité ‑, de même que les prix des selles, des bottes ou des vêtements principaux. On trouve aussi le prix à verser pour un chargement de charbon de bois ou pour de l’eau apportée depuis les sources de Katsaba jusqu’à Candie. L’artisan ou le commerçant ne peut exercer ou vendre que dans un lieu précis et loué à la Commune ou sous‑loué (le « banc » loué à l’année à un particulier qui le sous‑loue), dans des lieux faciles à contrôler (la place ou le pourtour extérieur des murailles)46. Sur la place se vendent le pain (qui peut aussi se vendre le long de la ruga), la viande, les fruits et légumes, les volailles (vivantes) et le gibier, les blés et farines, l’huile, le sel (vendu par des fonctionnaires). Les orfèvres y ont également leur échoppe. Les abattoirs, d’abord près des fossés des murailles byzantines proches de la Porte Voltone, déménagent un peu plus tard, plus à l’ouest, derrière l’église de Notre‑Dame‑des‑Anges. Le long des murs également, on trouve également les poissonniers (au port, la vente à la sortie des barques est interdite, la vente directe du gibier au retour de la chasse également), les viandes séchées, les oranges, les fruits secs… chacun a un emplacement fixe et délimité47. Tout cela facilite la fiscalité : rien n’est vendu sans un sceau, un contrôle fréquent (chez les boulangers, deux fois par semaine chez les tanneurs) qui est l’occasion d’encaisser une taxe. Les marchandises qui entrent dans la ville par la Porte Voltone payent d’abord une taxe, puis rencontrent les peseurs qui tiennent des registres, certifient et encaissent une autre taxe. Le quartier juif à l’extrémité nord‑ouest de la vieille ville a lui aussi sa porte, ses commerçants (boulangers, boucherie, marché aux peaux) et n’est pas oublié par les agents du fisc. Toute infraction est punie d’une amende, de la confiscation de la marchandise ou du carcan. Chaque commerçant, chaque artisan doit avoir une autorisation, respecter des règles qui précisent le lieu de son travail (aucun magasin ou « banc » ne peut être partagé par deux commerçants différents), doit acheter sa matière première à l’État (froment) ou déclarer son origine, rien ne doit être vendu en dehors.

64Il faut satisfaire les besoins essentiels pour éviter de possibles troubles intérieurs, mais aussi veiller aux besoins militaires : des autorisations temporaires sont accordées à des boulangers ou des bouchers lorsqu’un convoi de galères important est annoncé, la fabrication des biscuits pour les équipages n’est faite que pour les commandes de l’État. Le travail du fer et des maréchaux‑ferrants est indispensable ‑ fers et clous pour les chevaux, outils agricoles ‑ mais aussi stratégique ‑ arcs et flèches ‑, aussi doivent‑ils tous exercer en ville ou dans les centres des châtellenies pour éviter qu’ils ne fournissent les révoltés crétois.

65Le travailleur est protégé, puisque des articles précisent le salaire (y compris eau, vin et nourriture) des menuisiers, calfats (les professions les plus choyées en raison de leur importance pour les galères), maçons, tonneliers, gardes‑champêtres, charbonniers, élagueurs, bêcheurs, hommes de peine… Dans les professions recherchées (menuisier, calfat, ferronnier), l’esclave peut être affranchi s’il termine un apprentissage (1315). Les salaires connus pour Candie dans la seconde moitié du xive siècle sont jugés satisfaisants, mais la période est favorable, car il y a pénurie de main‑d’œuvre après la Grande Peste.

66Les besoins d’argent étant grands et l’imagination fiscale toujours riche, Venise a conservé certaines taxes byzantines, encaissé une taxe sur les vilains dépendant de la Commune, mis en place une autre taxe sur les mutations qui porte sur tout échange, de produits comme de biens fonciers, ou sur les emprunts. S’y ajoutent des taxes diverses et de nombreuses amendes que les administrateurs renforcent ou ressuscitent en cas de besoin important pour subvenir aux dépenses en Crète même. Les agents chargés de percevoir les amendes reçoivent en général un pourcentage sur celles‑ci, ce qui concourt à leur efficacité. La Commune, propriétaire, encaisse des loyers pour les locaux ou les terres qu’elle loue, elle donne en location également l’exploitation des salines dont l’État a le monopole.

67Les impôts directs sont en théorie réduits : les feudataires doivent livrer les quantités de blé exigées au prix fixé, l’impôt se traduit pour eux par des contributions exceptionnelles ‑ malheureusement de plus en plus fréquentes ‑, destinées à financer des travaux portuaires ou militaires. La protestation contre une contribution jugée excessive aux travaux du port de Candie fut le déclencheur de la révolte de certains feudataires vénitiens en 1361. Venise, par la suite, partage les sommes à verser entre la caisse de l’île et des sommes globales fixées pour les nobles, les cittadini, le clergé et les Juifs, chaque groupe se chargeant de répartir la somme entre les siens. Ainsi, le 7 septembre 1606, le provéditeur Nicolò Sagredo fit voter une aide de l’assemblée des feudataires de Réthymnon à Venise dans sa lutte contre Rome : en six mois seraient équipées quatre galères, deux aux frais des nobles vénitiens, deux aux frais des nobles crétois ; le noble vénitien Marino Bragadin s’offrit à verser 2000 ducats vénitiens pour armer l’une des galères et y servir comme commandant ; on « proposa » aussi aux cittadini d’armer une galère pour montrer leur fidélité à la Sérénissime ; et, finalement, deux d’entre eux équipèrent une galère chacun, et trois nobles vénitiens, Georgios Corner, Bernardos Manolesso et Georgios Pollani offrirent 500, 550 et 400 ducats. Les feudataires durent fournir un cheval à la cavalerie et donner ¼ de leur production de blé, vin, huile pour nourrir les pauvres et les soldats.

68Chaque colonie a une caisse des finances distincte. La Crète dispose de trois chambres fiscales, le territoire de Sitia étant réuni, sur ce point, à celui de Candie. Jusqu’en 1500, sa balance financière est positive, mais, avec la deuxième guerre turco‑vénitienne (1499‑1503), les dépenses militaires dépassent les recettes. Progressivement, au xvie siècle, devant les plaintes et les hésitations des candidats aux fermes d’impôts, Venise diminue les taxes : en 1514, elle supprime la dîme sur la soie, la poudre, les cuirs, les couvertures, les vallonnées, les tapis, les parfums et, en 1518, elle diminue de moitié celle qui porte sur les amandes, les raisins secs, la cire, les châtaignes et les noix. L’équilibre financier revient en 1525, puis les excédents vont à l’équipement des galères et aux travaux de fortifications. Mais, peu à peu, à partir de la fin du xvie siècle, les navires anglais et hollandais apportent les épices, les navires étrangers ne s’arrêtent plus en Crète, et certains n’hésitent pas à commercer avec les pirates… Pour les finances de la Sérénissime, l’effet est d’autant plus catastrophique que les dépenses militaires ne cessent de croître. Selon Isepo Civran, dans la décennie 1630, même la ferme des douanes ne parvient plus à trouver acquéreur, les ventes ayant fortement diminué en raison de la recrudescence de la piraterie.

69Cependant, les difficultés vénitiennes ne nuisent pas toujours à la prospérité crétoise et l’importance des demeures construites dans cette période montre qu’il y avait encore moyen de s’enrichir.

Les centres névralgiques : Candie et La Canée

70Toutes ces activités, y compris les nombreux agents de contrôle employés, en tête desquels les justiciarii, advocatores comunis, domini de nocte, mensuratores, ponderatores, etc. rétribués par une part des amendes qu’ils infligent (le reste allant à l’État et au dénonciateur s’il y en a un) contribuent à augmenter et à diversifier la population des centres urbains qui, victime principale des épidémies, peut varier en nombre de manière importante.

Tableau 1. La population des villes, estimations vénitiennes 1583‑1644

Candie Canée Réthymnon Sitia Ierapetra
1549 9 992
1583 15 842 8 200 3 600 2 000
1589 16 000 6 000 5 500 1 654
1598 12 000 7 000 9 500 1 400
1603 12 000 4 319 10 000
1608 14 000 6 000 10 000
1627 11 474 4 340 7 923 1 537
1636 12 662 6 787 9 333 1857 1478
1644 14 451 10 401 8 038 2460

71Les estimations de la période 1583‑1636 donnent ainsi pour Candie des chiffres qui vont de 12 000 à 16 000 habitants, en 1644 ; la ville et le faubourg proche, à l’est, de Maroulas, qui n’est pas intégré dans les remparts, compteraient 20 000 habitants. La majorité des estimations pour La Canée se situent entre 6000 et 10 000 habitants, une taille quasi identique, entre 5000 et 10 000 habitants pour Réthymnon (le chiffre de 1583 est dû à la destruction de 1571), et 1500 à 1800 habitants pour Sitia qui ne participe pas à la croissance. Les deux grandes villes sont donc les deux grands ports, La Canée, le plus proche de l’Adriatique, Candie, le plus proche des côtes syriennes et égyptiennes, qui détient, de surcroît, les directions politiques et administratives. Les deux villes se construisent à partir du port et construisent à partir du xve siècle des remparts inspirés de la même stratégie. Candie est avantagée sur le plan du commerce international : les mude s’y arrêtent, les exportations pour Venise doivent passer par elle, réduisant les deux autres ports au rôle local. En 1356, cependant, le recteur de La Canée obtient pour sa ville le droit d’exporter directement tous les produits sauf le blé, l’huile et la cire, Réthymnon obtient la même chose en 1359. Ceci ne peut qu’entraîner la multiplication des entrepôts, commerces, tavernes, auberges et même maisons de tolérance ; centres du pouvoir politique et administratif, les ports offrent des possibilités de gagner de l’argent même sans propriété foncière.

  • 48  Georgopoulou, 2000, p. 95‑126, Georgopoulou, 2001, Tzobanaki, 1996.
  • 49  Noiret, 1892, le texte est en entier p. 467.

72À Candie, les Byzantins avaient renforcé les fortifications arabes, des murs de 7,20 m d’épaisseur, des tours carrées tous les vingt mètres et deux portes (au nord, celle de la mer, au sud, la Grande Porte ou Voltone) ; l’ensemble forme ce que les Vénitiens appellent la citta vecchia, vieille ville (allant de la mer aux avenues situées au sud de l’actuelle place des lions), une petite cité serrée autour d’un port mal protégé. La ville s’étend hors les murs, ce sont les faubourgs anciens, on perce deux nouvelles portes et, en 1320, on distingue en plus des faubourgs nouveaux dont la construction est surveillée puisque le terrain appartient à la Commune. Un document de 1396 déclare certains quartiers « abandonnés » en raison d’une taxe d’habitation trop lourde et suggère que supprimer ladite taxe serait financièrement bénéfique puisque la Commune loue terrains et constructions48. En 1416, on décide donc des baux de très longue durée, parfois perpétuels, dans ces quartiers, pour attirer des habitants, et une mesure analogue est prise à La Canée en 1425. La nouvelle enceinte de 1462 inclut tous les faubourgs dans la ville fortifiée et on espère que « cela augmentera les taxes douanières, les loyers et la construction de nouveaux bâtiments, peut‑être même une ville nouvelle »49. La ville neuve couvre 78 hectares (sa taille triple pendant les deux premiers siècles vénitiens), mais la distinction entre citta vecchia et citta nuova reste nette jusqu’aux derniers plans dressés à la fin du xviie siècle.

3. Candie au xviie siècle : depuis le nord-ouest

3. Candie au xviie siècle : depuis le nord-ouest

Photographie aimablement fournie par Ιστορικό Μουσείο Κρήτης © Εταιρία Κρητικών Ιστορικών Μελετών / Musée Historique De Crète © Société d’Études Historiques Crétoises.

73La photographie partielle ci‑dessus de la maquette qui présente la vieille ville. Elle permet d’insister sur des éléments spécifiques :

74Malgré la destruction partielle des anciens remparts, on voit nettement au sud (à droite ici) la séparation entre la vieille ville et la nouvelle qui a intégré les bourgs. Les longues casernes Saint Georges, la place d’armes devant elles, et le fondaco marquent l’espace, entre les deux ; dans l’alignement du fondaco, on voit les quatre étages de la Porte Voltone.

  • 50  Quand Gerola la repère, elle est devenue un café, aujourd’hui, l’entrepôt d’un chausseur.

75Dans le prolongement de cette porte, vers l’extérieur, on voit l’église Notre‑Dame‑des‑Anges, citée dans un texte de 1323, siège du protopapas une fois les catholiques installés à Saint‑Titus. Dans la seconde moitié du xvie siècle, la fraternité de Notre‑Dame parvient à édifier une nouvelle église50, dite « église de la boucherie », car, avec l’extension de la ville, au xive siècle, une partie des commerces alimentaires quittent la place centrale pour s’installer, non loin de là, à la sortie de la Porte. L’espace « vide » est donc occupé par des abattoirs et des boucheries, à l’ouest de Notre‑Dame‑des‑Anges, et, le long du fossé, par les marchés aux poissons, aux charcuteries et aux produits laitiers. On y trouvait également des étals de légumes, d’où le nom de place des herbes donné à la place située devant l’église. Cette place est le carrefour principal où aboutissent les rues conduisant à l’extérieur de la ville.

76Si, de la Porte Voltone, on regarde vers la mer et le bloc arsenaux‑port, on distingue la fontaine Morosini, l’église Saint‑Marc, la loggia et l’armurerie qui lui est accolée, et, en arrière, la basilique Saint‑Titus ; ensuite, on voit les arcades qui bordent le côté de la ruga.

77Comme à Réthymnon, les maisons particulières ont un étage, rarement deux, et des toits en terrasse, seuls les bâtiments religieux ont un toit de tuiles et, exceptionnellement les casernes Saint‑Georges. Parmi ces bâtiments, le monastère et l’église franciscaine à l’ouest (tout en haut de la photo) et le complexe Saint‑Pierre des Dominicains (à l’ouest, au premier plan), l’un des plus anciens de la ville puisque datant de la première moitié du xiiie siècle, sont les constructions les plus impressionnantes de la ville qu’elles dominent.

78À l’angle NO des anciens murs (ici au premier plan), se développent la baie de Dermata et le faubourg du même nom où se trouve le quartier juif, lieu consacré aux tanneries, moulins et tissages textiles. On y trouve également, au xviie siècle, des chantiers privés prospères de constructions navales qui savent faire des galions alla latina.

79Si l’on étudie aussi le plan complet de Coronelli en 1683 (infra, parce qu’il illustre aussi les travaux de fortifications), on retrouve tous les éléments indiqués ; la ville intramuros, loin d’être entièrement construite, comprend des jardins (horti) et l’on distingue les rues qui partent de la place des herbes, la Strata Large, ou Strada di Panigra, qui conduit à la porte du même nom, sortie principale vers le sud‑ouest et la via dell’ospedale, plus étroite qui, dans l’axe de la ruga, pique vers le sud. La Strada di Panigra délimite le premier quartier construit hors les murs, à l’ouest de cette rue jusqu’aux murailles anciennes.

80Sans conteste, les constructions les plus imposantes dans le paysage soulignent la présence de Venise : loggia, monastères, casernes, magasins, arsenaux.

81La Canée offre des points semblables, mais la ville n’a pas l’avantage d’être la capitale. En 1252, quand Venise décide de la « refonder », les feudataires reçoivent un mandat bien précis : reconstruire la ville existante et construire une ville neuve qui, décide le Sénat, doit se développer sur un rayon de trois milles autour du centre ancien. Et, en 1255, on délimite la zone des trois milles sur un plan : la moitié de la surface de la ville nouvelle doit aller aux feudataires, pour leur résidence et des maisons à louer, l’autre moitié restant propriété de la Commune ‑ pour des bâtiments publics et des maisons louées ‑ qui reste le maître absolu du port, de l’arsenal et des entrées de la cité.

82Le très beau dessin de Francesco Basilicata a servi de base à ses successeurs, en particulier Marco Boschini (1638) et Coronelli, un siècle après lui. Par sa simplicité, il insiste sur les points essentiels pour l’ingénieur qu’il était, les bastions et les éléments civils fondamentaux. Comme à Candie, il distingue la ville ancienne de la ville neuve. Le Castel vecchio (Kastelli) est encore présent sur tous ces plans vénitiens des xvie et xviie siècles qui détaillent les nouveaux murs construits à partir de 1538, car les murs byzantins, plusieurs fois restaurés après 1252, leurs quatorze tours et les trois portes (vers la mer, l’est et l’ouest) sont encore debout, même s’ils ne peuvent plus protéger l’étendue urbanisée ni résister à l’artillerie moderne. La vieille ville comprend à l’angle nord‑ouest le palais du recteur et de l’administration et l’église Sainte‑Marie, la principale. La piazza se situe hors les murs du Castel vecchio, au débouché de la porte qui donne accès au môle et de la rangée de demeures qui, le long de la mer, s’étirent presque jusqu’à l’entrée du port. C’est dans ce secteur de la ville nouvelle que s’installent les consuls étrangers et que l’on trouve une partie des palais signalés. La vaste surface entourée par les nouveaux remparts contraste avec la ville ancienne et prouve sa croissance. Un document, daté de 1336, précise qu’à cause des dangers (les Turcs sont nommément cités) il faut construire un nouveau rempart qui protégera les bourgs extérieurs au tracé précédent : la ville a tellement grandi entre 1252 et 1336 qu’on prévoit une surface quatre fois supérieure !

4. La Canée par Francesco Basilicata, 1618, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618.

4. La Canée par Francesco Basilicata, 1618, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618.

Je remercie pour leur gentillesse, leurs clichés et leur autorisation de publication, Constantinos Thanasakis et la fondation Aikaterini Laskaridis.

83Dès 1320, les deux monastères indiqués sur la carte hors les murs anciens marquent de façon imposante les extrémités de l’espace en phase d’urbanisation : l’établissement des Franciscains (date de fondation inconnue, il fonctionne en 1343), le monastère de Saint‑Nicolas des Dominicains qui abrite des tombes des notables vénitiens, celui des Augustins et celui des Clarisses ; le monastère de la Misericordia, dessiné au sud de la ville est l’un des grands monastères latins. Ces monastères, 19 autres églises et la chapelle familiale des Gradenigo sont signalés, on l’a vu (no 11, p. 106), sur la gravure de Coronelli (1691‑1696) dessinée alors que Venise a déjà abandonné la Crète. L’ingénieur Basilicata se doit de signaler le conduit de la fontaine (ici condoto della fontana), très récent à son époque, qui fonctionne jusqu’au séisme de 1856.

Deux ports de moindre importance : Réthymnon et Sitia

5. Réthymnon, 1618, Francesco Basilicata, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618

5. Réthymnon, 1618, Francesco Basilicata, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618

Je remercie pour leur gentillesse, leurs clichés et leur autorisation de publication, Constantinos Thanasakis et la fondation Aikaterini Laskaridis.

84Le cas de Réthymnon est différent des deux grandes villes précédentes : la colline de Paleokastro, la longue plage de sable et le petit port lui donnent une topographie différente des deux cas précédents. Le bourg, avant l’arrivée des Vénitiens, n’était qu’un petit port de pêche protégé par le Castel Vecchio, un fort byzantin réparé par Pescatore. Ce Castel correspond dans ses grandes lignes au petit quartier qu’on distingue entre le port et le pied de la forteresse, délimité par deux lignes droites, l’une au pied de la forteresse, l’autre qui de la piazza va directement à la mer (suivie par l’oued qui la traverse lors des fortes pluies), soit un espace de 200 m sur 150 m environ. Autrement dit, de l’autre côté du mur, se développe un nouveau quartier, le burgo. Réthymnon, en effet, compterait 7 000 habitants en 1519, autant en 1560 mais 10 000 en 1603. La ville s’étoffe en raison de la richesse de la zone de jardins au sud de la ville et de sa situation de seule escale le long d’une côte largement exposée aux tempêtes. Mais, en 1538, la flotte turque de Hayreddin Barberousse, après La Canée et l’Apokoronas, met la ville à sac, puis se dirige sur Sitia. Dès 1540, on décide donc de construire un mur autour de bourg de la plage. Cela n’empêche pas en 1570 Uluç Ali, un converti d’origine italienne devenu corsaire ottoman, de détruire quasi totalement la ville. Les Vénitiens décident alors de reconstruire totalement la forteresse et d’établir en bas une muraille plus efficace et conforme aux nouveaux modes de fortification.

85Le tableau un peu plus tardif Civitas Rethymnae est assez similaire au dessin de Francesco Basilicata : une ville serrée entre sa longue plage, son fort perché sur une colline, et le long mur qui la protège des incursions terrestres. On distingue chez Basilicata les trois calanques (dont deux très étroites) à l’ouest de la ville qui abritent les galères en situation difficile quand le vent les empêche de rejoindre le port. La légende indiquée précise l’emploi des constructions de la forteresse, le duomo (I), le palais du recteur (H), la demeure du capitaine (P), les demeures des dirigeants militaires (L), les cantonnements des soldats (F) et des réserves pour l’artillerie. Les habitants ayant choisi de rester hors de la forteresse, la ville totalement ouverte sur mer, protégée à l’arrière par un mur très bas, est une proie facile pour les assaillants. Basilicata, comme toujours, indique les jardins (orti) dans les zones basses à l’arrière des murs, des arbres isolés au milieu des zones de pâture et on voit le bourg qui s’allonge en fond de vallée au sud‑est de la ville.

86La richesse des demeures de style Renaissance, l’activité intellectuelle intense de la ville attestent de la prospérité qu’elle a pu atteindre, même si la navigation y est beaucoup moins active que dans les villes précédentes.

87Basilicata montre également sur un autre dessin les caractéristiques de la ville ou plutôt du gros village de Sitia. Depuis Angelo Oddi en 1601, tous les ingénieurs vénitiens ont représenté les mêmes données, le cap qui la protège légèrement des vents étésiens, le petit môle, la grève où l’on tire les navires au sec en hiver et le fleuve à la jonction entre la presqu’île et la baie sablonneuse. Hormis quelques églises supplémentaires, l’ensemble est quasiment identique à celui que présentent les cartes postales de la ville dans les années 1950. On voit ici la ville, telle qu’elle survivait entre deux destructions, celle de 1571 et celle de 1647 : la kazarma (forteresse, casa dell’arma) entourée d’un mur comprend le bâtiment du recteur et un donjon au sommet ; quelques maisons se serrent, en cascade, à l’intérieur du rempart qui descend jusqu’à la mer avec une ouverture centrale au bord de l’eau ; un escalier extérieur le long du mur du côté sud et un grand nombre de maisons sont dispersées hors les murs, exposées à toutes les attaques venues de la mer. Sitia se trouve capitale de territoire, car c’est le seul site adéquat dans l’est de la Crète, mais sa taille modeste explique qu’elle soit intégrée à Candie par une administration dont elle ne possède pas tous les rouages ; ni la ville ni le port n’offrent une protection suffisante contre les dangers venus de la mer et l’arrière‑pays, faiblement peuplé, ne nourrit pas d’exportations très importantes.

6. Sitia, 1618, Francesco Basilicata, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618

6. Sitia, 1618, Francesco Basilicata, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618

Je remercie pour leur gentillesse, leurs clichés et leur autorisation de publication, Constantinos Thanasakis et la fondation Aikaterini Laskaridis.

Les liens ville‑campagne

  • 51  Gasparis, 2016.
  • 52  Lambrinos, 2010c, p. 131‑154.

88Quels que soient les succès de cette urbanisation, la population urbaine totale ne dépasse jamais 40 000 habitants sur un total de 220 000 (en version haute), soit au plus 18 % de la population. C’est donc en milieu rural que vit la très grande majorité des Crétois. Mais la coupure entre la ville et la campagne est loin d’être totale et les contacts entre les deux mondes se multiplient, car chacun offre à l’autre des potentialités et lui est utile51. D’une part, la campagne est vitale, puisqu’elle permet aux citadins et aux militaires de vivre, aux commerçants et aux artisans d’avoir de quoi travailler ; d’autre part, dévalorisée face à la ville, siège de la puissance politique, administrative et sociale, elle est sous la coupe des propriétaires, nobles ou non, feudataires ou non, qui gèrent l’intérieur bien qu’habitant en ville et le contrôlent par les quelques postes administratifs52. Néanmoins, en ville comme en milieu rural, les situations sont complexes et diverses.

89Les citadins n’ignorent pas le monde rural. Les feudataires et les grands propriétaires, même avec une résidence en ville, se rendent sur leurs domaines pour surveiller la mise en culture, les récoltes, la rentrée des produits qui leur sont dus. Des notaires, indispensables à la vie économique, les secrétaires‑gestionnaires qui tiennent les registres des propriétaires s’établissent dans les bourgs. L’administration fixe est peu présente, sinon par les responsables de châtellenie (castellani) et leurs scrivani, les secrétaires, et par les capitaines contra fures, responsables de la police. En revanche, périodiquement des agents recenseurs des personnes et des récoltes, des percepteurs des droits multiples à payer sur toute activité se déplacent dans les châtellenies, comme les indispensables stimatori, chargés d’estimer la valeur des terres, bâtiments, objets inclus dans les contrats. En ville, la fonction s’est spécialisée, entre ceux jugés capables d’estimer la valeur des champs et des vignes, ceux qui sont plus experts en biens immobiliers et ceux qui jugent des meubles, objets, textiles. Longtemps, cette tâche est effectuée en milieu rural par des amateurs locaux jugés capables ou par des personnes venues de la ville à grands frais. En 1613, les représentants de trois châtellenies de l’est crétois demandent au syndic Ottaviano Bon de nommer des stimatori publics pour mettre fin aux difficultés des ruraux ; ils sont convaincants et, dès l’année suivante, le duc nomme pour deux ans des fonctionnaires chargés des estimations.

90Outre les différentes catégories de vilains déjà énumérées, avec le déclin du système féodal des fiefs au xvie siècle, les paysans libres ou disposant d’un droit d’exploitation à vie et héréditaire sont nombreux. Tous sont soumis aux exactions des propriétaires qui réclament plus que leur dû et à celles des notaires qui profitent de leur maîtrise de l’écrit pour se ménager des bénéfices excessifs. Cependant, ce qui paraît le plus pesant pour eux, ce sont les corvées, privées ‑ celles qui sont dues aux feudataires ‑ et publiques, dues au gouvernement (travaux de fortifications ou service de rame aux galères). L’exemption de ces corvées définit les groupes privilégiés de ce monde rural : les nobles, les privilegiati et les graziati (voir infra). Une dernière catégorie d’exemptés comprend les représentants des villages (un à six selon le village), souvent des popes, qui sont les interlocuteurs indispensables des autorités locales : ils peuvent aider à dresser les registres des corvéables, repérer les faux témoignages, faire des estimations, contribuer à l’ordre public ; ils peuvent aussi dénoncer les excès des propriétaires et des administrateurs locaux. Dans la seconde moitié du xvie siècle, ils sont « officialisés », deviennent des persone publiche, nommés pour deux ans (avec deux ans de contumace pour ne pas créer des principautés locales), choisis parmi les plus de cinquante ans, qui ne sont plus mobilisables. Cette élite villageoise a donc des contacts réguliers avec les citadins.

91Par ailleurs, le paysan peut être contraint à se rendre en ville, pour répondre à une convocation ou demander justice de sa propre initiative auprès du duc ou de son conseil, démarche limitée aux cas graves ou aux personnes les plus aisés. Il s’agit là de la ville comme centre juridique et administratif. Mais les contacts les plus fréquents sont liés à son rôle commercial et financier. Le paysan doit livrer à domicile ce qu’il doit, loyer, fermage, part de récolte, ce qui le conduit en ville ou dans l’une des châtellenies. C’est là aussi qu’est le marché où il vend ses surplus, achète ce dont il a besoin, en particulier ses outils, car, pendant plusieurs années, pour des raisons de sécurité, les forgerons furent contraints à quitter le village pour vivre près d’une ville ou d’une châtellenie. Pourtant, ne serait‑ce que pour les fers à cheval, leur artisanat est de première nécessité, au point même que les autorités les contrôlent pour éviter toute tendance à la hausse des prix. La ville est aussi le lieu où trouver de l’argent, emprunt ou contrat d’association. Les propriétaires sont en ville, les négociants et les prêteurs (parfois la même personne), les clients, les artisans qui fabriquent les outils indispensables également… tandis que les paysans ont les matières premières. L’étude des contrats notariés montre que les paysans contractent très vite des accords avec les citadins : en 1271, dans les plus anciens actes notariaux survivants de Candie, on note que dans 124 des 455 contrats (environ 30 %), l’une au moins des deux parties réside dans un village, et la pratique d’un accord écrit est par la suite largement adoptée par la population rurale, signe d’acclimatation aux pratiques urbaines et à une forme de « modernisme ».

92Les nombreux contrats signés devant notaire qui concernent le monde rural indiquent les formes d’entente les plus communes :

93Il faut envisager des situations très diverses en fonction de la localisation et de la distance‑temps qui, en raison du relief, peut parfois éloigner les deux mondes. On ne peut parler des « citadins » ou des « ruraux » comme de deux blocs univoques puisque, juridiquement, économiquement et culturellement, chaque milieu est constitué de strates fort différentes, hiérarchisées en fonction du droit (noblesse ou non, corvéable ou non, vilain), mais aussi des moyens financiers liés à la propriété foncière, la fonction publique, le clergé, l’éducation, les liens avec les pouvoirs locaux, les connaissances techniques ou les talents personnels… Enfin, dans les deux cas, c’est un monde aux origines ethniques variées puisque, à côté des Crétois majoritaires, on cite les Vénitiens, les personnes originaires des autres villes d’Italie, des Arméniens, des réfugiés d’Asie Mineure ou du Péloponnèse, des Turcs et d’innombrables personnes nées de mariages « mixtes ». La colonisation et l’intégration dans une économie qui touche à toute la Méditerranée orientale ont donné aux ports un aspect cosmopolite et diversifié partiellement les groupes humains de l’intérieur.

94Comment ces populations font‑elles l’expérience de la coexistence ? Leurs identités sont‑elles déjà fermement affirmées, entrent‑elles en conflit ou coexistent‑elles pacifiquement ?

Notes

1  Spanakis, 1950, p. 103‑104.

2  Green, 2000, p. 133.

3  Tsougarakis, 1990, t 3, p. 333‑394.

4  Greene, 2000, p. 118‑119 et passim.

5  Thiriet, 1959, p. 232.

6  Triantafyllidou-Baladié, 1981. On y trouve aussi une large bibliographie sur le sujet.

7  Spanakis, 1949, p. 519‑533.

8  Il accuse les pirates de blanchiment d’argent : disposant de grosses sommes, ils se mettent à l’abri l’hiver sur les côtes et achètent à n’importe quel prix des vins qu’ils revendent ; ainsi, ils sont bien accueillis et passent l’hiver à l’abri !

9  Nikolakakis, 1981. Page 148, une photographie aérienne permet de voir encore la trace de ces linies, page 159, on a le schéma établi à partir du travail du vénitien Zen en 1633 ; chaque carré du damier comportait un numéro et le montant de sa rente à verser en froment. Le rapport figure dans Spanakis, 1957.

10  Spanakis, 1957, p. 58 sqq. Tout le détail dans Nikolakakis, 1981. Le schéma a été repris par Moody & O Rackam, p. 217.

11  Ainsi l’actuel Tzermiado de Tzermias. Certains metochia ont fini par fusionner pour donner les villages actuels, d’autres ne subsistent plus que comme toponymes.

12 . Tucci, 1994, p. 199‑212.

13  « In ipsa (insula Cretae) vinum illud famosum Cretense, quod per universum mundum portatur ».

14  En revanche la capacité exacte de cette botta est incertaine. Voir Simon, 1984, p. 979. Elle peut contenir 10 stara de blé.

15  Apetrei, 2013, p. 193‑203.

16  Gasparis, 2005c, p. 169‑181.

17  Une pensée pour le duc de Clarence qui, ayant reçu le privilège de choisir sa mort, choisit de périr noyé dans un tonneau de malvoisie !

18  Apetrei, 2013, p. 193‑20.

19  Jacoby, 1994, p. 167‑180.

20  Jacoby, 1999.

21  Panopoulou, 2005, p249‑259. Les producteurs à partir du milieu du xve siècle devaient vendre à l’État 1/10e à 1/15 de leur production à un prix fixé par la Commune.

22  Panopoulou, 1998, p. 465‑495.

23  Gasparis, 1995a, p. 165‑174.

24  Colleganza : système d’association commerciale vénitien. Pour affréter un navire, les marchands concluent une association avec des hommes d’affaires vénitiens basés à Venise même ou dans les ports d’Orient, qui leur fournissent tout ou partie du capital et reçoivent une part des bénéfices.

25  Depping, 1830, p. 299 sqq.

26  Jacoby, 2009, Simon, 1984, p. 973‑1020.

27  Kethea, http://www.kethea.gr/Portals/0/Uploads/docs/speira.pdf

28  La situation monétaire de la Crète est complexe. Vincent, 2007, recense près de cinquante noms différents pour désigner les monnaies dans les documents écrits, l’hyperpère byzantin, est de plus en plus rare en espèces mais reste une monnaie de compte, le ducat d’or vénitien est la monnaie la plus appréciée mais peut aussi servir de simple référence, voir Sideropoulou, 2018.

29  Un excellent exemple nous est donné dans le long et détaillé (102 articles) testament d’Andrea Cornaro en 1611 – Spanakis, 1955, p. 379‑478. Après de très nombreux dons à des églises et monastères, parfois catholiques, en majorité orthodoxes, le testateur passe au partage de ses tissus précieux, soieries, taffetas, lins, satins, tissus teints en rouge cochenille, les velours, les boutons en or, un tapis persan en soie et fils d’or, les rideaux, les draps. Il partage également l’argenterie, les objets en argent, les assiettes en faïence, celles qui sont bordées à l’étain, les chaises en velours, les bijoux et les perles…

30  Sur www.corfuhistory.eu/?p=210, on trouve des illustrations de chaque type de galère et de navire (consulté le 30 novembre 2018).

31  Tucci, 1958, p. 72‑86.

32  Voir l’étude détaillée de Stöckly, 1995.

33  Gasparis, 2010b, p. 253‑274.

34  Au début du xive siècle les autorités ont confisqué la cargaison d’un Crétois à Venise, Costas Michiel, parce qu’il était crétois et non vénitien ; de même, en 1368, Leo Meli, armateur, capitaine et marchand est condamné parce que non vénitien, il a apporté 50 rouleaux de coton et 38 de grosse laine de Famagouste à Venise.

35  Hocquet, 1979‑1982.

36  Une loi interdit aux Vénitiens de faire transporter des vins de Crète sur des navires étrangers, sous peine de confiscation des vins et d’une amende de mille ducats d’or. Une taxe de 200 ducats par 100 tonneaux de vin portait sur les navires étrangers allant de Crète en Occident.

37  Gasparis, 2004, p. 54‑63, Gasparis, 1988, p. 287‑318, Gasparis, 1991, p. 67‑101.

38  Simon, 1984, p.  973‑1020.

39  Panopoulou, 1989b.

40  Verlinden, 1935, p. 448‑456.

41 .Panopoulou, 1989b.

42  Sur la croissance « spatiale » des villes, voir plans et cartes in Molteni, 2008, p. 25‑39.

43  L’ensemble, arsenaux, môles, entrée du port et phare, est visible sur la carte de Coronelli.

44  La Crète exporte des fers à cheval, des clous, des socs de charrue, des outils agricoles, des ancres. Gasparis, 2010c, p. 93‑104.

45  Gasparis, 1989, p. 83‑133. Les décrets sont proclamés par le héraut, sur la Place, à la Loggia, sur la ruga, dans le bourg, dans le quartier juif et dans les villages environnants.

46  Gasparis, 2010b, p. 253‑274.

47  Gasparis, 2003a, p. 237‑247.

48  Georgopoulou, 2000, p. 95‑126, Georgopoulou, 2001, Tzobanaki, 1996.

49  Noiret, 1892, le texte est en entier p. 467.

50  Quand Gerola la repère, elle est devenue un café, aujourd’hui, l’entrepôt d’un chausseur.

51  Gasparis, 2016.

52  Lambrinos, 2010c, p. 131‑154.

Table des illustrations

Titre 1. Le poljé du Lassithi, le katavothre et le quadrillage vénitien
Légende On voit nettement le quadrillage des linies dans la moitié ouest du poljé, le cours naturel des rivières intermittentes qui convergent vers le katavothre (χώνος), les rebords du poljé (pointillés) et les terrasses aménagées (série de traits sinueux) ; les lieux habités (taches noires) ou déserts (triangles blancs) sont toujours en bordure du fond cultivable et inondable du poljé et on trouve deux petits monastères9.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre 2. Galère sottile (reconstruction), Museo storico navale, Venezia
Crédits Photo Myriam Thyies [Public domain], from Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre 3. Candie au xviie siècle : depuis le nord-ouest
Crédits Photographie aimablement fournie par Ιστορικό Μουσείο Κρήτης © Εταιρία Κρητικών Ιστορικών Μελετών / Musée Historique De Crète © Société d’Études Historiques Crétoises.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19656/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre 4. La Canée par Francesco Basilicata, 1618, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618.
Crédits Je remercie pour leur gentillesse, leurs clichés et leur autorisation de publication, Constantinos Thanasakis et la fondation Aikaterini Laskaridis.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19656/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43M
Titre 5. Réthymnon, 1618, Francesco Basilicata, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618
Crédits Je remercie pour leur gentillesse, leurs clichés et leur autorisation de publication, Constantinos Thanasakis et la fondation Aikaterini Laskaridis.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19656/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43M
Titre 6. Sitia, 1618, Francesco Basilicata, Το Βασίλειον της Κρήτης [Le royaume de Crète] ‑ Cretae Regnum, Francesco Basilicata, 1618
Crédits Je remercie pour leur gentillesse, leurs clichés et leur autorisation de publication, Constantinos Thanasakis et la fondation Aikaterini Laskaridis.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19656/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38M

Acheter