Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Venise en Crète

 | 
Joëlle Dalègre

Une Venise architecturale

An architectural Venice. 

Μία αρχιτεκτονική Βενετία. 

Résumé

Venise veut affirmer sa présence par son architecture, elle doit donc modeler les villes importantes selon ses critères, place, églises, fontaines, bâtiments administratifs, règles de construction, monastères latins et églises. Elle doit aussi implanter les éléments nécessaires à sa vie économique et à sa défense : magasins, entrepôts, arsenaux, aménagements des ports, casernes et remparts. Peu de demeures des riches archontes ont subsisté, sauf à La Canée et à Réthymnon, mais quelques villas, en ruines, ont survécu encore dans la campagne. L’intérêt qui jusque-là ne s’était porté que sur les spectaculaires travaux militaires commence à se tourner vers les bâtiments civils et agricoles et provoque les premières restaurations.

Venice wants to assert its presence by architecture, so it must model the important cities according to its criteria, places, churches, fountains, administrative buildings, building rules, Latin monasteries and churches. It must also implement the elements necessary for its economic life and its defense: stores, warehouses, arsenals, port facilities, barracks and ramparts. Few dwellings of the rich archons have survived, except in Canea and Rethymno but some ruined villas have survived outside the main villages. The interest that had hitherto been only on the spectacular military works begins to turn to civilian and agricultural buildings and causes the first restorations.

Η Βενετία θέλει να επιβεβαιώσει την παρουσία της από την αρχιτεκτονική. Επομένως δίνει μεγάλη σημασία στις πόλεις στα δικά της σύμβολα, πλατείες, εκκλησίες, συντριβάνια, διοικητικά κτίρια, λατινικά μοναστήρια και εκκλησίες. Πρέπει επίσης να δημιουργεί τα απαραίτητα για την οικονομική της εξέλιξη και την άμυνά της, λιμάνια, οπλοστάσια, αποθήκες, τείχη. Λίγα αρχοντικά επέζησαν εκτός από στα Χανιά και στο Ρέθυμνο, αλλά μερικές ερειπωμένες βίλλες στέκονται ακόμη στην εξοχή. Το ενδιαφέρον που, ως τώρα, συγκεντρώθηκε στα θεαματικά τείχη αρχίζει να στρέφεται τώρα στα πολιτικά και αγροτικά κτίρια και έτσι γίνονται οι πρώτες αναστηλώσεις.

Texte intégral

1Affirmer la présence vénitienne, c’est aussi l’afficher, donc transformer ou modeler le visage des villes, Candie, La Canée, Réthymnon et, très partiellement, Sitia ; c’est une attitude comparable à celle qu’adopteront les puissances coloniales européennes quelques siècles plus tard en créant des capitales à leur image, habitées par leurs colons, les administrateurs et des indigènes triés et promus pour les servir, des villes qui, comme en Crète, seront des ports. Il faut à la fois être fonctionnel et impressionner les visiteurs et commerçants étrangers, comme les ruraux en visite, tout en rassurant les colons qui retrouvent des éléments connus.

Les restes d’un urbanisme volontariste

2La présence vénitienne s’expose dans l’architecture religieuse, civile et militaire (traitée dans le dernier chapitre), par les bâtiments publics, les églises et les monastères, mais aussi les résidences des feudataires, en ville et en milieu rural. Toutes les constructions publiques sont décidées, surveillées et financées par Venise, dans ce domaine aussi, la centralisation règne.

Les destructions

3Des quatre villes importantes de l’île, on possède de nombreux plans, des dessins, des descriptions de voyageurs et les photos de Giuseppe Gerola. Mais, même si la Crète offre encore de riches exemples architecturaux datant de l’époque vénitienne, ses bâtiments ont beaucoup souffert au fil des siècles. Ducs et provéditeurs, malgré de fréquents appels à des contributions exceptionnelles, ne cessent de demander à Venise des fonds et du bois de construction pour réparer, et comme on ne reconstruit jamais un édifice public ou une église sans des plans et un financement préalablement approuvé par la Sérénissime… à force de retards, certains bâtiments viennent à peine d’être restaurés quand se produit un nouveau séisme ou une autre catastrophe. Citons ainsi Réthymnon : Uluç Ali, en 1571, a incendié  près de 500  maisons, les inondations de 1590 en ont détruit 90, le séisme de novembre 1595, suivi d’une sorte de tsunami, a de nouveau détruit une partie de la cité… Les séismes (celui de 1856 provoqua un gigantesque incendie à l’issue duquel seules 18 maisons sur les 3620 que comptait Héraklion furent jugées habitables), les mises à sac par les pirates, les sièges et bombardements turcs (22 ans de siège à Candie), les luttes au xixe siècle entre Crétois et Turco‑Crétois (souvent installés dans les demeures des anciens feudataires), tout cela a provoqué de graves dégâts. Si les Ottomans ont conservé indirectement les églises latines en les transformant en mosquées, les révoltes contre eux au xixe siècle ont contribué à la disparition de tout ce qui rappelait l’occupation étrangère qu’elle soit turque ou vénitienne.

  • 1  Les essentiels : Georgopoulou, 2001, et Gerola, 1905, 1906, 1915, 1932. Aussi : Tzobanaki, 1996, T(...)

4Par la suite, les bombardements allemands sur La Canée, du 21 au 28 mai 1941, détruisent irrémédiablement 35 % des constructions de la vieille ville, 30 % à Héraklion, puis l’urbanisation de la seconde moitié du xxsiècle fait des ravages1. Un plan d’urbanisme avec un nouveau tracé des rues dressé en 1936 à Héraklion n’a été que très partiellement appliqué, mais, après la Seconde Guerre mondiale, les travaux d’agrandissement du port et la création d’une large avenue côtière entraînent la destruction des arsenaux vénitiens et d’une partie des murailles, l’église San Salvatore dei Augustiani est démolie au profit d’une place en 1972… Un nouveau tracé de rues en 1947 à La Canée a fait disparaître une part de ce que l’aviation nazie avait laissé ; les murailles doivent céder le pas et de nombreuses demeures de l’époque vénitienne, parvenues jusqu’au xxe siècle, sont remplacées par des immeubles. En milieu rural, si le bâtiment n’est pas réutilisé (et ainsi plus ou moins modifié), il est totalement abandonné ou ses pierres sont réemployées, même aujourd’hui, sauf de rares exceptions.

  • 2  Andrianakis, p. 73‑91.

5Le souci de conservation et de restauration est récent : en 1965, les centres‑villes de La Canée et d’Héraklion sont déclarés « biens historiques et culturels », puis, en 1967, la vieille ville de Réthymnon. Les travaux relèvent de la xiiie Superintendance des antiquités byzantines et, depuis 2003, de la xxviiie qui travaille également sur les propriétés rurales. L’intérêt pour ce passé plus récent que le monde minoen grandit, il valorise la Crète en la rattachant à la Renaissance et au monde européen et peut contribuer au tourisme…2

6Néanmoins, ne nous leurrons pas, Candie n’a jamais eu les palais du Canal grande ! Au début du xiiie siècle, c’est une escale obligatoire, une petite ville qui garde des jardins à l’intérieur de ses murs, tandis que les autres centres ne sont que de gros bourgs. Même après des siècles de croissance, elle n’atteint ni la taille ni les fortunes de Venise, et les autres villes restent plus modestes comme le montrent les estimations, 12 à 16 000 habitants pour Candie 6 à 10 000 à La Canée, à peu près autant à Réthymnon. Il ne faut pas oublier non plus la longue durée de la présence vénitienne : destructions, reconstructions, agrandissements, les changements de goût en décoration et l’envie de « moderniser » de vieilles demeures y ont trouvé place ! Aucune ville n’est restée identique, ici comme ailleurs, pendant cinq siècles. Les constructions indiquées sur les plans n’ont pas toutes surgi au xiiie siècle, très rares sont même celles de la période gothique qui ont survécu, et les éléments encore visibles datent le plus souvent de la Renaissance, de la fin du xvie ou du xviisiècle. Parmi les bâtiments antérieurs au xve siècle, en raison des conditions déjà évoquées, les seuls à être parvenus jusqu’à nous sont les édifices religieux et les multiples chapelles rurales qui, conservant des fidèles, ont continué à vivre et témoignent d’une tradition que Venise n’a fait qu’effleurer.

Des choix pensés

7Les villes de la Crète vénitienne ont été un chantier de construction permanent, agrandissements au rythme de l’essor démographique, reconstructions après séismes, inondations catastrophiques ou mises à sac, aménagements et modifications des ports et des arsenaux.

8Venise a les moyens d’intervenir et elle décide de ce qui doit ou non se faire en Crète :

  • 3  Gasparis, 2000.

9Les terrains et les biens immobiliers sont divisés entre l’État, les églises et les feudataires dont la part comprend une maison et/ou un terrain de taille variable, avec les obligations afférentes3. L’État peut disposer à sa guise de ses possessions et de celles qu’il a confiées : en 1219, Constantin Skordilis et Theodoros Melissinos, on l’a déjà signalé, obtiennent, à la fin d’une révolte, des cavallerie remises auparavant à des Latins, mais ils ne retrouvent pas leurs anciens biens situés en ville, en 1258, Alexis Kallergis, en récompense de sa fidélité (provisoire), obtient une parcelle de 670 m2 près du palais ducal.

10Le Sénat de la Sérénissime décide de la construction des édifices publics, nomme des ingénieurs, des architectes recrutés dans toute l’Italie, choisit parmi les plans proposés, envoie de l’argent, des outils (pas de métallurgie en Crète) et des pièces de bois et surveille la progression des travaux. Le doge intervient lui‑même dans ces décisions : dès 1252, Marino Morosini annonce aux colons les éléments architecturaux désormais exigés dans les grandes rues de Candie. Il indique, la même année, aux futurs colons de La Canée les éléments à édifier ou à restaurer en premier.

  • 4  Gerola, 1915, tome II. p. 512.

11Le séisme de 1303, en détruisant une large part de Candie, fournit l’occasion d’une reconstruction « à la vénitienne » ; des contremaîtres, des charpentiers et des chefs maçons envoyés de la métropole forment sur place des spécialistes ; c’est alors que la ville se transforme réellement. Deux siècles plus tard, après le séisme de 1508, bien des bâtiments sont à nouveau à reconstruire ‑ en 1512, le Vénitien Trevisan, devant les ruines encore visibles, compare l’événement à la chute de Rome !4 ‑, des maisons sont abandonnées et les gravats encombrent les rues. Un nouveau séisme fait de graves dégâts en 1549, certaines églises, à peine réparées, sont touchées, tout avance lentement puisque la décision, les plans, l’ingénieur en chef, et surtout les fonds, viennent de Venise. Le xvie siècle est celui des réussites les plus spectaculaires, celui aussi où sont édifiées bien des demeures de notables, même si le duc doit parfois rappeler à l’ordre des feudataires qui préfèrent résider sur leurs terres et surveiller les vilains sans assumer les frais d’une résidence citadine.

12Après cent ans de luttes intérieures, de graves séismes et les ravages de la peste noire, au début du xve siècle, la croissance économique reprend et de grands travaux sont décidés que le danger turc croissant incite à multiplier : modernisation, réaménagement, réparation des ouvrages de défense puis édification de murailles nouvelles supposent de gigantesques terrassements, le déplacement de tonnes de terres, et le transport, la taille et la mise en place de milliers de pierres, sans compter les journées de travail à assumer. C’est un immense secteur d’activité qui se développe et, au siècle suivant, la part grandissante de l’architecture militaire ‑ dont il sera question plus tard ‑ marque profondément les cités ; elle reste l’empreinte vénitienne la plus visible.

13Venise se coule dans un moule byzantin préexistant : à Candie, les remparts, la porte de la mer, la grande rue, la place, le quadrillage urbain sont déjà là et elle les conserve. Respecter l’héritage est plus simple, apprécié des populations locales, et la filiation byzantine est jugée honorable. Pour ces raisons pratiques et symboliques, certaines constructions byzantines sont immédiatement récupérées. En ajoutant des éléments gothiques à la décoration des façades et des inscriptions latines, en multipliant les lions de Saint‑Marc, on peut affirmer la présence de Venise sans renier l’art byzantin. Quant aux constructions nouvelles, elles se distinguent par des hauteurs plus grandes, le recours à la voûte, aux arcades et aux éléments décoratifs empruntés au répertoire médiéval, puis au répertoire classique de la Renaissance et même au baroque.

14Candie est la vitrine de l’île et de la Sérénissime au Levant, elle est donc le lieu des efforts principaux. Les deux centres de l’activité sont le port (vie économique et militaire), l’âme, dit‑on, de Candie, et la piazza, la grand‑place (vie politique, religieuse et judiciaire), souvent proches, un peu plus éloignés à Candie où ils sont joints par la grand‑rue ‑ ruga maestra à Candie, ruga grande à Réthymnon ou corso à La Canée. À Réthymnon, la ruga conduit de la mer à la Porte Guora qui donne sur l’arrière‑pays ; à Candie, c’est l’axe central bordé de magasins, qui conduit de la Porte de la mer à la Porte Voltone qui donne sur l’intérieur de l’île en traversant la place, bordée par le palais ducal, celui du capitaine général, et plus tard celui du provéditeur. La place est aussi le lieu du spectacle judiciaire et des leçons qu’il est supposé donner : les procès s’y tiennent en plein air devant le palais ducal, le carcan également. Cette place et la ruga sont par ailleurs des étapes essentielles des différentes processions, puisqu’on y trouve, à peine décalées, l’église latine Saint‑Marc, ‑ le Duomo ‑ et la cathédrale orthodoxe Saint‑Titus. Les mêmes éléments, adaptés à la topographie locale, se retrouvent à La Canée et à Réthymnon. Et le lion de Saint‑Marc règne au‑dessus des portes des remparts, des bastions et de plusieurs bâtiments, tandis que son drapeau flotte sur le palais ducal ou celui du recteur.

  • 5  On remarque cette empreinte architecturale dans toutes les possessions vénitiennes, par exemple à (...)

15La ruga est étroitement surveillée : en 1282, le doge ordonne de rénover périodiquement ses façades qui doivent être en pierre (plutôt que de bois ou de pisé dans les quartiers plus simples) et exige une unité dans ces façades et dans la taille des commerces. La reconstruction qui suit le séisme de 1305 permet de préciser certaines règles ; en 1416, un nouveau texte stipule que ses maisons doivent être « belles et solides », comme celles de la rue parallèle à la ruga qui va de Saint‑Titus au port 5; le même texte interdit d’édifier des constructions privées sur la place centrale à Candie et à Réthymnon.

1. La place centrale de Candie dans les années 1620‑1630, détail de la maquette de la ville

1. La place centrale de Candie dans les années 1620‑1630, détail de la maquette de la ville

En bas à gauche de la photo, on voit les derniers mètres de la ruga bordée de bâtiments à arcades ; puis à l’entrée de la place, à gauche le porche à arcades de l’église Saint‑Marc et en face le palais ducal ; après l’église, la porte du Sud ou Voltone marque la fin de la ville ancienne ; le bâtiment de Voltone élevé en 1533 sur la porte préexistante du rempart ancien comporte quatre étages et abritait des services administratifs et financiers ; au centre, la célèbre fontaine Morosini, à droite de la porte, le début de la longue barre du fondaco élevé au xvie siècle sur l’emplacement de l’ancien rempart, les magasins, ‑ rez‑de‑chaussée à arcades et trois étages qui abritaient les réserves stratégiques de blé.

Photo aimablement fournie par Ιστορικό Μουσείο Κρήτης © Εταιρία Κρητικών Ιστορικών Μελετών / Musée Historique De Crète © Société d’Études historiques crétoises.

Au service de la Sérénissime : les édifices publics

16La ville se doit donc d’avoir les bâtiments indispensables à une cité vénitienne, marquant son pouvoir politique, religieux, économique et militaire.

Les bâtiments administratifs et les logements des dirigeants

17On édifie progressivement des logements pour le duc, le recteur, le provéditeur, le capitaine, les camerlingues et les divers conseillers, pour éviter de louer aux habitants des demeures jugées peu satisfaisantes et pour héberger les services principaux. Parmi eux, le palais ducal (palazzo sur les plans) qui abrite également les camerlingues et leurs services. Duc, provéditeur, capitaine général sont tous installés sur la place centrale ou dans sa proximité immédiate, et les plans nous permettent de localiser la plupart d’entre eux.

18Dès 1213, existe à Candie un palais ducal sans qu’on ne signale jamais sa construction ; c’est, semble‑t‑il, le palais du duc byzantin simplement « reconverti » (l’emploi en latin du mot « doucas » qui reprend le terme byzantin est‑il une façon d’insister sur la continuité ?). Il a été en partie reconstruit après le grand séisme de 1303, mais les ducs ne cessent de demander à Venise des fonds en décrivant un palais à l’état de ruine, ainsi en 1352, 1360, 1368, 1370, 1383-84, 1388, 1393, 1399, 1403… en 1579 encore, on va chercher des marbres antiques dans l’antique Gortyne pour effectuer des réparations.

  • 6  Alexiou, 1960, p. 102‑108. Détail dessiné par l’auteur d’après Klontzas et la vue de Candie à l’oc (...)

19De ce palais, totalement détruit dans le séisme de 1856, la plus ancienne représentation est celle de Buondelmonti en 1429. On y voit un bâtiment gothique sobre, avec une tour et des fenêtres bilobées, comparables aux constructions analogues de l’Italie du xve siècle. Le dessin de Klontzas (1590), postérieur de 160 ans et plus détaillé, permet de repérer la porte principale surmontée d’un balcon avec une fenêtre trilobée, les huit portes du côté nord‑est qui donnent sur des salles voûtées, le toit de tuiles qui couvre la sala major, où se tenaient les procès et les audiences ducales6. C’est évidemment la construction majeure de la Place, le lieu du pouvoir. Dans les trois autres villes, c’est le palais du recteur qui joue ce rôle.

La loggia : un club pour les élites

  • 7  Lambrinos, 1998, p. 227‑243.

20La loggia, comme dans les villes italiennes, est un lieu couvert et toujours architecturalement recherché, placé en position centrale, qui, propre à toutes les négociations commerciales, est une sorte de club destiné aux libres réunions des nobles. On y affiche également les annonces officielles. Chaque ville a la sienne, même si l’emplacement de celle de Sitia reste encore inconnu7.

21La loggia de Candie est citée dans un texte de 1269, mais le bâtiment a été plusieurs fois reconstruit. Gerola parle d’une loggia « anticha », d’une « vecchia », d’une « nuova » (au milieu du xvie siècle) et d’une « nuovissima », érigée pendant le provéditorat de Francesco Morosini (1627‑1628), sans doute sur les plans de Michele Sanmicheli qui, en 1538, a travaillé aux fortifications. Son style décoratif rappelle davantage le xvie siècle (la loggetta de la place Saint‑Marc a été construite au milieu du xvie siècle) que le xviie, Gerola remarque d’ailleurs que souvent les nouveautés architecturales sont arrivées en Crète avec retard sur la métropole.

2. La loggia de Candie

2. La loggia de Candie

Photo : Katherine Nazloglou

3. La loggia et ses métopes qui mêlent des motifs de blasons et de sphinx ailés

3. La loggia et ses métopes qui mêlent des motifs de blasons et de sphinx ailés

Photo : Katherine Nazloglou

22Le rez‑de‑chaussée suit le style dorique, avec métopes et triglyphes et le premier niveau, l’ordre ionique ; les statues de la balustrade supérieure restent dans le plus pur classicisme. Le destin de cette loggia est assez particulier : victime du séisme de 1856 qui détruisit l’armurerie qui la jouxtait, elle est jugée dangereuse au début des années 1900. En 1904, on détruit donc le second étage en 48 h pour éviter un effondrement, puis, en 1915, on décide de réemployer le reste du bâtiment, mais rien n’est fait, et finalement la loggia est presque totalement détruite en 1937… jusqu’à ce qu’au début des années 1960 commence sa « restauration » qui, en 1987, reçoit le prix Europa Nostra ! Pourtant, à partir des photos de Gerola et des modèles de Palladio, en 1911, les Vénitiens avaient choisi de faire de leur pavillon à l’exposition de Rome une exacte reproduction de cette loggia. La restauration à Héraklion suivit fidèlement ce pavillon, sans les statues réparties au long de la balustrade qui surplombe l’étage en façade.

23La loggia de La Canée, ruinée, a été reconstruite en 1585 sur le môle, pour accueillir les marins étrangers (parmi eux, des Turcs) et leurs marchandises et éviter ainsi qu’ils se dispersent en ville et puissent étudier les travaux des fortifications en cours. À Réthymnon, une nouvelle loggia est reconstruite en 1596‑1597 après un séisme, agrandie et plus luxueuse aux frais des nobles de la cité (aujourd’hui musée archéologique). Elle se situe à l’entrée de la ville depuis le port et l’on sait qu’outre son rôle de lieu de réunion pour les nobles, on y accueille aussi officiellement les nouveaux fonctionnaires à leur débarquement et qu’on y tient les enchères qui désignent les fermiers des impôts et des douanes. Enfin, en hiver, en cas de mauvais temps, on y entrepose au sec les céréales fraîchement débarquées, en attendant de les transporter dans les silos assez éloignés.

Le duomo ou l’église latine principale

24Même si les Vénitiens ne sont pas des fanatiques religieux, ils appartiennent à l’église latine et tiennent politiquement à marquer sa suprématie ; chaque ville de l’île se doit donc d’avoir son église doit s’affirmer.

4. L’église Saint‑Marc de Candie, intérieur

4. L’église Saint‑Marc de Candie, intérieur

Ses dimensions relativement modestes témoignent de la faiblesse de l’élément latin même au centre du pouvoir. Les fûts des colonnes (verts) viendraient des ruines de Gortyne.

Photo : Katherine Nazloglou

25Dès 1211, la fête de saint Marc devient l’une des quatre fêtes importantes du calendrier liturgique crétois. Le saint se voit dédier une église en 1228 à Candie et, en 1239, on commence en son honneur un bâtiment basilical de style occidental, placé directement sous la juridiction de Rome. L’église comporte une nef centrale et deux collatérales, elle a un toit de bois et originalité, elle est précédée d’un portique à cinq arcades (voir la photo n° 4). En 1244, on y ajoute un campanile où flotte le drapeau de Venise. L’ensemble, fortement endommagé par les séismes de 1303 et 1508, a été réparé aux frais des finances locales. On y enterra sept ducs morts en Crète, trois sépultures sont encore visibles, celles de Marino Morosini, de Marino Gradenigo et de Marcos Corner. Les cloches annonçaient chaque matin l’heure du travail des employés voisins ou sonnaient l’alarme pendant le siège ; les ducs, recteurs, provéditeurs y célèbrent leur entrée en fonction en grande pompe, les processions partent de là. C’est un bâtiment dont le rôle est plus politique que religieux.

L’horloge : un rythme officiel

  • 8  Kokonas, 1995.

26On sait l’importance que peut prendre le beffroi, la tour de l’horloge dans la ville médiévale. Il s’agit en Crète de cadrans solaires ; on sait qu’il en existait un à Candie sur le clocher de l’église Saint‑Marc et qu’une horloge a été apportée de Venise pour y être placée à Noël 1463, la première de l’île. Mais le cadran solaire le plus remarquable a été celui de Réthymnon8. Il a été placé, semble‑t‑il, entre 1540 et 1570, sur une tour de l’ancien rempart, qui, largement endommagée par le séisme de 1595 et le petit tsunami suivant, est rénovée en 1601 et célébrée par les contemporains. Elle est ensuite en partie incluse dans des maisons, mais ce qu’il en reste est repéré, photographié et dessiné par Giuseppe Gerola. En 1939, les maisons qui l’enserrent sont démolies, le premier niveau de la tour est restauré et, par miracle, un soldat allemand la photographie en 1943, mais… la municipalité décide en janvier 1945 de la démolir pour agrandir la rue principale, c’est fait en deux mois, les pierres sont coupées et vendues pour la reconstruction de la ville.

27C’était une tour carrée de 6 m de côté et de 15 m de haut ; le dessin qu’en donne Gerola prend en compte les éléments découverts ; sur la photo de 1943, on retrouve la porte et le fronton dessinés, le lion de Venise et le bas du cadran solaire. En revanche, on ignore encore la forme du toit, dôme, toit pyramidal comme sur le dessin ou toit plat, peut-être les trois successivement au fil des reconstructions. On ignore également s’il portait ou non une cloche.

5. Nouvelle tour de l’horloge à Réthymnon, après le séisme et la tempête de 1595‑1596

5. Nouvelle tour de l’horloge à Réthymnon, après le séisme et la tempête de 1595‑1596

Gerola, 1932, III, p. 74.

Les besoins des militaires

  • 9  Les habitants sont prêts à contribuer aux dépenses de construction pour être débarrassés des solda (...)

28Entretenir en permanence une armée et subvenir à l’entretien et au ravitaillement des galères de passage suppose un certain nombre d’infrastructures, arsenaux (édifiés en plusieurs étapes), casernes, ainsi que des armureries et dépôts de munitions et de poudre (grosses tours d’un étage contenant chacune de 500 à 800 barils) et entrepôts de bois pour les rames des galères. Des casernes sont construites au xvie siècle quand il apparaît que loger chez l’habitant 3000 à 4000 hommes en armes présente de trop nombreux inconvénients9. Les besoins sont criants ; en 1575, des soldats sont hébergés en 23 lieux différents de Candie et il faut en trouver d’autres ; à La Canée également, les recteurs demandent des casernes, seule Réthymnon à la fin du xvisiècle peut héberger ses soldats dans la forteresse en plus de casemates édifiées à l’extrémité de la ville.

29La caserne San Giorgio à Candie dessinée par Basilicata est un bâtiment rectangulaire à un étage ; à l’extrémité se situe la maison du capitaine tandis qu’une succession de pièces identiques ouvre, au rez‑de‑chaussée, sur une allée couverte en colonnade et au premier étage, en retrait, sur des arcades ; le bâtiment comptait 150 pièces et abritait 700 hommes d’armes ; il est situé du côté oriental de la Porte Voltone, sur des éléments de l’ancien rempart.

  • 10  Tzobanaki, 1996, p. 53.
  • 11  Panopoulou, 1989, p. 173‑194.

30En raison de l’état de la mer en hiver, les ports crétois ont besoin d’un arsenal, ne serait‑ce que pour mettre les galères à l’abri et construire des bateaux destinés au cabotage puisque, pendant longtemps, seul l’Arsenal de Venise est autorisé à construire les galères. Il leur faut également abriter et réparer les galères militaires. En temps de paix, il en stationne, toujours prêtes, deux ou trois à Candie, deux à La Canée et une à Réthymnon. En temps de guerre, Candie doit pouvoir équiper et fournir les équipages de treize galères, La Canée, huit, et Réthymnon, quatre. Dans les moments les plus forts des guerres contre les Turcs, jusqu’à 80 galères ont dû faire arrêt en Crète10. Les besoins techniques sont donc très importants comme les besoins en main‑d’œuvre spécialisée. À plusieurs reprises au cours du xvie siècle, les provéditeurs se plaignent de la difficulté à recruter ces travailleurs recherchés11 : épidémies, départs « au pays des infidèles » pour des salaires plus élevés, manque d’apprentis, car les pères les envoient hors de Crète… On sait effectivement que des techniciens de Candie travaillent à l’Arsenal de Venise, et beaucoup à Constantinople où le sultan qui doit reconstruire sa flotte après le désastre de Lépante (1571) offre de meilleurs salaires. Dans son rapport de 1589, Zuane Mocenigo propose, pour les attirer, d’embaucher ces travailleurs à l’année, de payer les apprentis, d’aider les travailleurs âgés ou invalides.

  • 12  Gertwagen, 1988, Gertwagen, 2012, p. 115‑127, Andrianakis, 2010, p. 191‑199.

31Candie, à la fin de 1282, reçoit des fonds de la Sérénissime pour aménager un premier arsenal. Il s’écroule dans le séisme de 1303, on ignore la date de sa reconstruction, mais, en 1362, on décide d’y ajouter deux voûtes supplémentaires. Il est détruit par un incendie en 1443, puis restauré. En 1472, un nouvel ensemble de cinq voûtes, contre les murailles byzantines, forme l’arsenal « antico » endommagé par le séisme de 1508 (et détruit par celui de 1810). Dès lors, on discute pendant une quarantaine d’années d’une construction nouvelle et finalement, en 1552, sont jetées les fondations d’un second complexe, l’arsenal « vecchio » ou Bembo (du nom du provéditeur qui le fit terminer en 1556). Entre 1556 et 1582 sont construites les cinq voûtes de l’arsenal « nuovo » ou Duodo et, en 1607‑1608, les cinq autres de l’arsenal « nuovissimo » ou Grimani. Quatre voûtes sont en fonctionnement en 1350, six en 1362, neuf en 1480, et finalement 19, au total, au début du xviie siècle12. L’ensemble forme alors le plus grand complexe de la Méditerranée orientale.

6. Le port de Candie, les arsenaux et le Castello da Mar (Koules), détail de la maquette de la ville

6. Le port de Candie, les arsenaux et le Castello da Mar (Koules), détail de la maquette de la ville

On distingue nettement les voûtes destinées à abriter chacune une galère. À droite du premier ensemble de quatre voûtes commence la ruga qui monte vers la place ; au‑delà de la place, à gauche de la Porte, on voit le long bâtiment des casernes, à un étage avec un rez‑de‑chaussée à arcades. Le mur longitudinal qui sépare ces hautes voûtes est percé d’arcades qui permettent de passer des poutres transversalement pour stabiliser les bateaux en cas de forte mer dans un port médiocrement abrité.

Photo aimablement fournie par Ιστορικό Μουσείο Κρήτης © Εταιρία Κρητικών Ιστορικών Μελετών/ Musée Historique De Crète © Société d’Études Historiques Crétoises.

32À La Canée, il est fait mention d’un port et d’un arsenal dans un document de 1255, puis à nouveau en 1325. En 1302, le recteur Marino Gradenigo demande à améliorer le port par des aménagements qui ne seront financés qu’entre 1318 et 1320. Quant à l’arsenal, l’argent manque malgré les décisions prises : deux abris voûtés sont mis en chantier en 1467, ils sont opérationnels en 1526 seulement. Dès lors, les travaux s’accélèrent, car le danger turc grandit. Des voûtes supplémentaires sont rapidement construites, il y en a seize en 1593, la dix‑septième, et de grands travaux de terrassement au pied de la colline de Kastelli  sont mis en chantier en 1599. En 1607, en même temps que des travaux d’extension du port au nord‑est, on prévoit cinq autres voûtes, dont trois seront réalisées. Il y aura ainsi 25 voûtes opérationnelles et le port pourra contenir quarante galères. Les deux autres ports de la côte nord n’offrent pas les conditions voulues pour un arsenal, rien à Sitia, ni à Réthymnon où il est question d’un arsenal à l’ouest du port, projet abandonné en 1582. Par la suite, quatre voûtes, semble‑t‑il, ont été aménagées sur le flanc ouest de la forteresse, de simples abris et pas un arsenal.

33Les arsenaux se présentent comme une série de longues pièces (longueur d’une galère) voûtées, longues de 49 m, larges de plus de 8 à 9 m, hautes de dix mètres, surplombées, à La Canée, par des frontons triangulaires, et fermées par de lourdes portes de bois qui s’ouvraient et se fermaient, laissant entrer juste assez d’eau pour tirer les bateaux.

7. La Canée : les sept voûtes aujourd’hui subsistantes des arsenaux, avec aménagements postérieurs

7. La Canée : les sept voûtes aujourd’hui subsistantes des arsenaux, avec aménagements postérieurs

Photo : Katherine Nazloglou

8. La Canée : bâtiment administratif central de l’Arsenal

8. La Canée : bâtiment administratif central de l’Arsenal

Photo : Katherine Nazloglou

34Il faut également édifier des magasins pour abriter les céréales ou le sel en attente d’embarquement sur les galères d’État et les provisions pour nourrir les militaires et les équipages (les biscuits en particulier). Ici aussi Basilicata, en 1618, dessine le fondaco, qui est édifié à l’ouest de la Porte Voltone. C’est un long bâtiment étroit de trois étages, une succession de magasins voûtés au rez‑de‑chaussée qui donnent sur un portique à colonnes et sur la rue, des pièces de taille identique au-dessus avec des fenêtres carrées identiques. On en voit le début sur la maquette (no 1, p. 99) et l’ensemble (n3, p. 177). Gerola a pu photographier (tome iii, p. 102) ce qui subsistait de cette construction qui, au début du xxe siècle, n’avait plus qu’un seul étage et dont la galerie du rez‑de‑chaussée avait été fermée. Ces restes ont disparu dans les travaux de rénovation des années 1960.

L’approvisionnement en eau

35Un des problèmes primordiaux est celui de l’eau, l’approvisionnement en eau potable et l’évacuation des eaux usées qui stagnent dans les ruelles ou s’écoulent vers la mer apportant miasmes et puanteur. Les Vénitiens portent grand intérêt aux deux aspects.

36L’eau potable est indispensable à la ville, mais aussi aux galères, aux navires de passage qui doivent renouveler régulièrement leurs provisions, et la situation est souvent délicate en fin d’été quand les niveaux sont au plus bas. Les montagnes crétoises disposent de ressources abondantes et les catalogues vénitiens enregistrent les noms de 28 fleuves côtiers (six seulement dans la partie orientale) mais aucune ville ne dispose naturellement de cette richesse.

37Les demeures des plus riches ont des cours intérieures et des puits, mieux encore des citernes ‑ qui doivent être réparées après chaque séisme ‑, mais les besoins restent importants. Les puits sont insuffisants, surtout en été, et il faut payer des porteurs d’eau depuis les montagnes proches. Faciliter l’approvisionnement en eau est donc une œuvre d’intérêt public et toute création d’une fontaine assure au provéditeur responsable la pérennité de son nom. Les difficultés augmentant avec la population, ce sont dans les deux derniers siècles de la présence vénitienne que sont réalisés les aménagements les plus spectaculaires.

38À La Canée, un aqueduc hellénistique avait apporté l’eau à la cité antique, mais il avait disparu depuis longtemps. En 1554, on crée, au départ des sources du faubourg de Perivolia et du petit fleuve Kladissos, un conduit souterrain qui va jusqu’à la place centrale du port où il approvisionne une fontaine avec jet d’eau et vasque, puis se branche sur le conduit un réseau de distribution qui conduit l’eau à des bassins de stockage (1590). À Réthymnon, le recteur laisse son nom à la fontaine Rimondi (1628) où l’eau arrive par une conduite d’une source de Saint‑Jean, à quelques kilomètres de la ville (la voûte a été ajoutée par les Ottomans qui ont couvert la fontaine).

9. La Fontaine Rimondi à Réthymnon, 1628

9. La Fontaine Rimondi à Réthymnon, 1628

Photo : Danielle Bassez

39À Candie, des fontaines proches du centre comme celles de Bembo (1552‑1554), de Sagredo (1602‑1604) ou de Priuli (1666) portent le nom de celui qui les a décidées ou financées. En 1602, le provéditeur général Benetto Moro recueille des fonds auprès des nobles pour installer des citernes supplémentaires. En 1610, le duc Venier propose de creuser des puits secs qui se rempliraient à la saison des pluies, devenant des sortes de citernes. Un aqueduc qui existait déjà, long de quinze kilomètres, apportant l’eau de la montagne à la fontaine Sagredo près de la loggia, est prolongé jusqu’au port pour les besoins des galères. Mais souvent, écrit Dolfin Venier, il n’a plus assez d’eau quand il parvient au port, car les habitants ont déjà beaucoup puisé, aussi faudrait‑il creuser une citerne au port même, pour recueillir les eaux qui s’écoulent inutilement pendant la nuit.

  • 13  Spanakis, 1950, le Iouchtas est le nom du sommet de l’Ida situé à quelques kms au nord de Candie.

40L’œuvre la plus célèbre est celle du provéditeur Francesco Morosini. Celui‑ci explique dans son rapport à Venise qu’ayant constaté en 1626, à la suite d’une grande sécheresse, que les 140 citernes de la ville étaient à sec ‑ ce qui est particulièrement dangereux dans une place forte, et contraignait à acheter de l’eau transportée sur une dizaine de kilomètres par des mules ‑, il décida de faire quelque chose13. Comme il apprit que, sur le Iouchtas, des sources en moyenne altitude et peu éloignées entretenaient des jardins fruitiers florissants, lui, l’ingénieur, se lança dans l’entreprise. Il remit en vigueur d’anciennes amendes oubliées pour se procurer l’argent nécessaire et, en à peine deux années de travaux, en jouant sur la pente naturelle et un ancien aqueduc, la fontaine de la place centrale qui porte son nom fut achevée et bénie le jour de la saint Marc 1628. Elle comporte quatre lions, bien sûr, qui alimentant chacune deux cuvettes semi‑circulaires, pouvant être utilisées par cinq personnes : quarante marins pourront en même temps venir chercher de l’eau, annonce‑t‑il très fier ! Sa position sur la place centrale justifie le soin artistique qui est apporté à cette fontaine, surmontée d’une grande statue de Poséidon (détruite à la demande de l’Inquisition). Par sa décoration, elle témoigne du transfert et de l’implantation de la sculpture occidentale en Crète : on connaît les noms de sculpteurs venus de Venise qui ouvrirent des ateliers à Candie, Petros Manganaris et ses fils, et ceux des frères Thomas, Michele et Matteo Benetos qui, venus de Réthymnon, réalisèrent les statues de la fontaine, elle‑même dessinée par un architecte expérimenté, sans doute le vénéto‑crétois Zorzi Corner.

10. Les lions de la fontaine Morosini

10. Les lions de la fontaine Morosini

Les sculptures de cette fontaine font partie des rares exemples de cette époque parvenus jusqu’à nous. La tradition religieuse crétoise ignorant les sculptures au profit des fresques et des icônes, c’est au contact de Venise, de ses ateliers et artisans que les Crétois ont développé cet art. Sur les côtés des huit bassins arrondis en‑dessous des lions figurent des tritons, des néréides, des dauphins, des hippocampes, et, entre eux, des blasons.

Photo : Katherine Nazloglou

41Les travaux et projets de Morosini ne s’arrêtent pas là : il fait recenser les 140 citernes existantes pour les relier à la fontaine centrale (quatorze le sont effectivement quand il rentre à Venise), fait terminer l’aménagement commencé de deux autres citernes et fait installer quatre fontaines nouvelles, toujours en les reliant à sa fontaine centrale. Les travaux se multiplient au xviie siècle : Isepo Civran, en 1639, comptait 1279 puits et 273 citernes. La plus grande d’entre elles est terminée en 1615 : d’une capacité de 20 000 tonneaux, elle est proche du port, le long des Arsenali nuovissimi ; la seconde par la taille est terminée en 1629 sur le flanc sud de l’ancienne muraille, elle a une capacité de 6000 tonneaux. Une dernière fontaine est terminée en 1666 pour transporter, en plein siège, l’eau découverte près de l’un des bastions.

42Ces fontaines, édifiées en large part aux frais des notables de la ville, allient donc le souci architectural et artistique au bien‑être élémentaire de la cité, les édifices publics tentent également cette alliance. En revanche, rien n’est fait pour l’évacuation des eaux usées, sinon, à Candie, en 1602, une fosse, le long des murailles anciennes, pour récupérer les eaux qui souillent les rues. Dans toutes les villes, ces eaux vont donc aboutir dans les ports.

Au service de Dieu : églises et monastères

43Les édifices religieux sont un élément essentiel du paysage et de la vie et l’église latine, nouvelle venue, tient à s’affirmer. De plus, les ordres mendiants, franciscains et augustins en particulier, s’implantent avec un certain succès intramuros. C’est l’introduction de nouveaux bâtiments construits selon des règles venues d’Italie, à côté des églises crétoises orthodoxes dont le style ne changera guère ses grandes lignes.

Églises et monastères latins

44En 1360, un décret rappelle qu’il faut, sous peine d’amende, une autorisation officielle pour construire une église, mais les constructions ne manquent pas. Au xvie siècle, la ville comprend 74 paroisses, 135 églises dont 113 sont orthodoxes. Beaucoup appartiennent à des familles ou à des corporations. La majorité des églises des quartiers nouveaux sont de construction récente, élevées sur des terres de la Commune qui a donc un rôle décisionnaire dans leur répartition.

  • 14  Cette église, reconstruite en 1557, a, elle aussi, disparu dans le séisme de 1856.
  • 15  Tous les détails dans Gerola, 1915, tome ii consacré aux églises latines.

45Les chiffres fournis par les différents catastaticum ecclisarum (registre des églises) et les nombreux plans existants sont parfois en désaccord, n’indiquant pas la différence entre église, église conventuelle, chapelle, etc. D’après Francesco Basilicata (1618), Candie, outre Saint‑Titus (remise dès la conquête au clergé latin14), Saint‑Marc et onze églises conventuelles, compte 26 églises latines, dont les chapelles du duc, du capitaine général et du provéditeur. La Canée a, outre son Duomo (détruit entièrement en 1941) et six monastères, douze autres églises latines. Réthymnon, un Duomo, cinq couvents, deux églises latines. Sitia, un Duomo, trois couvents et deux églises latines. Le citadin latin ne manque pas de lieux de culte15. Il s’agit, sauf « reprise » d’une église grecque existante, d’édifices sur plan basilical à trois nefs, la nef centrale étant plus élevée, avec un toit à deux pans et une façade portant un fronton triangulaire. C’est le modèle occidental importé, celui de Saint‑Marc de Candie, sans dôme, et qui tranche nettement sur l’architecture religieuse orthodoxe.

46La carte Città e fortezza della Canea, dressée par Coronelli, même si elle s’intéresse principalement aux défenses de la ville, fournit un exemple du maillage urbain des églises de La Canée au xvie siècle. Coronelli (1650‑1718), un moine franciscain nommé en 1684 cosmographe de la République de Venise, auteur de globes et de plus d’une centaine de cartes, est célèbre alors dans toute l’Europe. Sur sa carte de La Canée, plus de la moitié des entrées détaillées de la légende concernent les ouvrages militaires, car elle est dessinée alors que Venise, en guerre contre l’Empire ottoman, possède encore trois îlots fortifiés proches des côtes crétoises. Les autres indications sont essentiellement religieuses : figurent les deux principaux monastères de la ville (franciscain et dominicain), 19 églises latines (dont les noms figurent sur le côté gauche de la carte) et la chapelle privée de la famille Gradenigo que l’on peut localiser avec précision ; on y retrouve des éléments déjà cités, le palazzo, la piazza proche du port, les arsenaux, les magasins, la conduite d’eau venue de l’extérieur de la ville et le ghetto, l’église Sainte-Marie ‑ qui n’a pas survécu à la période ottomane ‑ était l’église latine centrale (d’autres renseignements seront examinés infra).

11. Vincenzo Maria Coronelli (1696) : les églises de La Canée

11. Vincenzo Maria Coronelli (1696) : les églises de La Canée

Pianta della Real Fortezza e Città di Candia, tav. 169, Bibliothèque Marcienne, Venise, reproduit avec l’autorisation de la Bibliothèque Marciana « su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo- Biblioteca Nazionale Marciana. Divieto di riproduzione ».

47Les ordres religieux catholiques s’installent également et dès le xiiie siècle; Gerola a identifié 33 couvents latins, dont sept seulement en milieu rural, car les ordres mendiants sont citadins. Les ensembles monastiques, les églises latines et leur campanile, placés aux entrées de la cité et le long des grandes rues, dominent largement les constructions plus basses et incarnent le culte romain.

Tableau 1. Les couvents latins en Crète au xvie siècle

Couvents Candie La Canée Réthymnon Sitia Milieu rural
Hommes
Franciscains

2

2

3

2

5

Augustiniens

2

1

1

1

2

Dominicains

2

1

1

Serviti

1

Croisés

1

Bénédictins

1

Femmes
Franciscaines

1

1

Dominicaines

1

1

Bénédictines

1

Les Serviti ou Serviteurs de la Bienheureuse Vierge Marie sont un ordre mendiant créé en 1233.

48À Candie, les deux couvents, franciscain et dominicain, sont situés intramuros aux extrémités de la cité. L’église franciscaine est attestée en 1242 (saint François serait passé par la Crète en 1219 en allant en Terre sainte) ; elle fait partie d’un très vaste couvent (à l’emplacement du musée archéologique actuel) et elle est très riche si on en juge par la longue liste de reliques évacuées en 1669. Les Dominicains, en 1248, reçoivent une parcelle de 850 m2, jusque‑là attribuée à un feudataire, et demandent à être exemptés des taxes sur les bois importés pour la construction. Leur couvent, plusieurs fois agrandi, se composait à l’origine de l’église, qui avait un plan basilical en croix latine et un clocher élevé, et de deux portiques sur le côté nord. D’autres portiques bordés de cellules ont formé une cour avec un puits central. Il est entouré d’un cimetière où sont enterrés des ducs de Crète et des nobles, l’ensemble est isolé par un mur élevé en 1450 pour empêcher les Juifs de voir à l’intérieur. Ces deux constructions, les plus importantes de Crète, de style ogival à l’intérieur, chacune avec un cloître classique, sont de l’extérieur des bâtiments imposants et austères, fermés et quasi militaires, elles portent la marque des spécificités des ordres mendiants dans la construction, l’humilité et la condamnation du luxe. Seule la voûte en ogive et les contreforts rectangulaires affirment la présence du gothique.

49L’église San Salvatore des Augustins de Candie est doublement symbolique, à la fois de l’architecture des ordres mendiants et du sort que les Crétois ont longtemps réservé aux constructions vénitiennes. En effet, devenue mosquée, puis réutilisée comme école et comme magasin, quand elle devient « inutile », on la démolit en 1972 avec le soutien de Stylianos Pattakos, l’un des dirigeants de la Junte, qui y voyait une construction « n’appartenant pas à la culture grecque » ; on fit un square et des avenues. Nous conservons les photographies et les descriptions de Gerola qui montrent un bâtiment caractéristique du « gothique sévère » des ordres mendiants, fidèle aux préceptes de pauvreté, peu décoré, mais qui, en revanche, affirme sa puissance par sa hauteur. La construction de Candie avait pris modèle sur le couvent des Érémitiques à Padoue, lui aussi augustin, édifié en 1276 (Gerola, tome Ib, fig. 72). Construite le long des anciens murs, côté sud, l’église à une seule nef et à toit à deux pans avec charpente de bois est le bâtiment le plus élevé de la ville ; seul le sanctuaire est tripartite et couvert par des voûtes d’arêtes. La façade et l’entrée ne comportent aucune décoration, de même que celles de l’église franciscaine. Même enrichis, les ordres mendiants ont toujours déployé leurs richesses à l’intérieur : la richesse de ces églises, largement connue par les descriptions, les legs, les testaments, se révélait dans l’ameublement, les tentures, les tableaux, toutes choses qui ont disparu dans les guerres et la conquête turque ou ont été emportées en hâte par les derniers fidèles.

  • 16  Gratziou, 2010.

50Ce style « gothique sévère » ‑ arcs en ogive, moulures et décoration en dents de scie autour de la porte principale, encadrement des fenêtres et rien d’autre ‑, exerça une réelle influence dans l’île, même en dehors des constructions des ordres mendiants. Mais, à partir du début du xvie siècle, les motifs décoratifs pris au vocabulaire de la Renaissance s’imposent, en particulier dans les encadrements de portes et de fenêtres, corniches, pilastres, tympans et, à la fin du xvie siècle, apparaissent des traits pris au maniérisme italien et au baroque16.

12. L’église San Salvatore des Augustins à Candie

12. L’église San Salvatore des Augustins à Candie

Gerola, 1917

13. Le couvent des Franciscains à La Canée [devenu musée archéologique]

13. Le couvent des Franciscains à La Canée [devenu musée archéologique]

Photo : Bernard Gagnon [CC BY‑SA 3.0] Wikimedia Commons

Églises et monastères « grecs »

  • 17  tsougarakis, & aggelomati-tsougaraki, 2010.
  • 18  Les Vénitiens emporteront ses reliques à Saint‑Marc de Venise en 1669.

51Si les riches ornements intérieurs, tableaux, statues, tapisseries des églises latines ont disparu, la majorité des églises de milieu rural, grecques en général, ont été conservées. D’après un recensement de 1320, Candie compte 108 églises et chapelles « schismatiques » (134 en 1637), La Canée, une trentaine (37 en 1635), Réthymnon, 36 (68 en 163717), et Sitia, onze. La cathédrale orthodoxe, en haut de la ruga de Candie, était consacrée à Tous les Saints ; les Vénitiens s’en saisissent et la consacrent à Saint‑Titus, pour la relier à l’histoire crétoise telle qu’ils veulent la présenter. Saint Titus (ou Tite) est peu connu en général, mais très célèbre en Crète. Selon certains, il descendrait de Minos, et, élevé dans la philosophie antique, se serait converti à la suite d’une vision ; pour d’autres, c’est un païen qui aurait suivi Paul en Crète et qui, converti, devenu évêque, aurait réussi de nombreuses conversions. Sur sa tombe, à Gortyne, avaient lieu des miracles, et sa tête était conservée à Candie avant même l’arrivée des Vénitiens. En 1209, le pape promet aux pèlerins qui visitent la Crète et les reliques de Titus les mêmes indulgences qu’à ceux qui se rendent à Jérusalem18.

52Les églises rurales restent simples, souvent discrètes, et, au xiiie siècle, elles ne comportent qu’une pièce unique. Par la suite, aux xive et xve siècles, certaines sont élargies, adoptent un plan basilical à trois nefs ou agrandies par un second espace accolé, équivalent, qui dispose d’une entrée propre ; c’est une sorte d’église double, permettant d’accueillir les rites, latin et grec, et dont les deux nefs communiquent à l’intérieur (voir infra).

53Leur simplicité et la moindre qualité des matériaux est à associer à la fois aux faibles moyens des constructeurs et peut‑être à l’influence de la simplicité prônée par les ordres mendiants. Ces églises, si elles suivent rarement le modèle en croix grecque avec dôme, restent fidèles à la tradition locale, mais, à partir de 1500, des éléments plus typiques de l’Italie se répandent dans les constructions riches c’est‑à‑dire les monastères les plus importants.

54À côté des églises se multiplient en effet les monastères. L’opposition farouche des moines à Venise bloqua d’abord leur développement, puis ils connurent une période florissante au xvie siècle, quand la politique à l’égard des Crétois changea et que les fondateurs de ces couvents furent des nobles crétois ou vénitiens hellénisés. Si, en 1632, on compte 376 monastères grecs, ce nombre comprend de petites constructions, une pièce unique pour un ermite, ou des chapelles mineures qui ne sont fréquentées que quelques jours par an. En revanche, de grands ensembles sont édifiés, sur des structures semblables : un mur d’enceinte avec, parfois, une tour de défense refuge, une église centrale entourée d’une cour et des cellules des moines et des réserves, souvent avec un rez‑de‑chaussée à arcades.

14 Une église rurale : Saint‑Jean à Etia (Sitia)

14 Une église rurale : Saint‑Jean à Etia (Sitia)

Photo : Olaf Tausch [CC BY 3.0] Wikimedia Commons

15. Un monastère‑forteresse : Toplou (Panagia Acrotiriani)

15. Un monastère‑forteresse : Toplou (Panagia Acrotiriani)

Photo : Vadim Indeikin [CC BY‑SA 3.0] Wikimedia Commons

55Un monastère‑forteresse fort connu, construit sur cette structure, est celui de la Vierge Akrotiriani, situé à l’extrémité nord du cap le plus oriental de la Crète. On ignore la date de sa construction, mais ses fresques les plus anciennes remontent au xive siècle. Dans une région au climat rude, exposée aux attaques de pirates, le monastère devient, dès le xvie siècle, un refuge aux murs épais et hauts de dix mètres. Il est pillé en 1498 par des pirates, en 1536 par les Chevaliers de Malte ; en 1612, il est très endommagé par un séisme et l’année suivante le Sénat de Venise vote un crédit de 200 ducats pour sa restauration. Il est pris par les Turcs en 1646. Le clocher, daté de 1558, traduit l’influence vénitienne. Les deux étymologies possibles de son nom actuel, Toplou, font référence l’une et l’autre à des réalités : de top, le canon en turc, car le monastère a effectivement reçu un petit canon des Vénitiens pour avertir les paysans du danger et se défendre, ou toplou de plouto, riche, ce qu’était le monastère…

56Le monastère d’Arkadi, au sud‑est de Réthymnon, illustre à la fois l’aspect extérieur d’une forteresse et les influences artistiques vénitiennes sensibles dans la décoration. Sa plus ancienne mention remonte au xive siècle et, à la fin du xvie siècle, il est restauré et transformé ; ses propriétaires sont alors Klimis et Vissarion Chortatzis, des archontes de la ville voisine liés à la Renaissance. Les travaux ont duré 25 ans (1572‑1597) ; le nouveau portique d’entrée et la façade de l’église (1596) mêlent des éléments romans, classiques et Renaissance.

16. Les cellules intérieures au monastère, entourant l’église centrale (catholicon) et la cour, Toplou

16. Les cellules intérieures au monastère, entourant l’église centrale (catholicon) et la cour, Toplou

Photo : Vadim Indeikin [CC BY‑SA 3.0] Wikimedia Commons

17. L’enceinte du monastère et son portail Renaissance inattendu dans son contexte défensif médiéval

17. L’enceinte du monastère et son portail Renaissance inattendu dans son contexte défensif médiéval

Photo : Danielle Bassez

18. Le portail d’entrée du monastère d’Arkadi

18. Le portail d’entrée du monastère d’Arkadi

Photo : Danielle Bassez

19. La façade de l’église « double » du monastère au centre de l’espace fortifié

19. La façade de l’église « double » du monastère au centre de l’espace fortifié

Une des façades les plus connues de l’église « double » ; élevée dans un monastère orthodoxe, elle prévoit ainsi d’attirer même des fidèles latins et place les deux cultes sur un pied d’égalité. Elle est directement inspirée de l’architecte Sebastiano Serlio, dont les huit tomes de l’Extraordinario Libro de archittetura (1551) et les dessins circulent dans toute l’Europe, et elle reflète l’influence du maniérisme italien.

Photo : Danielle Bassez

57On retrouve la même disposition des lieux, mur d’enceinte imposant, entrée Renaissance, cellules autour de la cour intérieure et du catholicon, au très vaste monastère d’Aghia Triada Tsagarolon près de La Canée. Il a été construit à partir de 1611 par deux frères Geremia et Domenico Zagarol(o), deux nobles vénitiens convertis à l’orthodoxie, eux aussi fortement influencés par les travaux de Sebastiano Serlio. Le monastère est stavropigite, donc dépend directement du patriarcat de Constantinople (qui envoie dans ce cas une croix à placer dans les fondations), cas exceptionnel vu la politique religieuse suivie par Venise. L’église suit les règles byzantines, croix grecque et dôme, mais les éléments décoratifs extérieurs appartiennent à la Renaissance italienne.

20. La porte monumentale du monastère d’Aghia Triada Tsagarolon

20. La porte monumentale du monastère d’Aghia Triada Tsagarolon

L’entrée principale est intégrée dans une muraille défensive : on y accède par un escalier monumental, car, en raison de la pente, le monastère compte trois niveaux sur son côté extérieur, et deux à l’intérieur. La porte est encadrée par deux colonnes ioniques qui soutiennent l’entablement. Là, deux colonnes corinthiennes, plus petites, surmontées chacune d’un petit fronton triangulaire encadrent un arc en demi‑cercle ; au sommet de l’ensemble, un fronton domine une inscription en grec, deux petits frontons. Cette organisation est influencée par le livre de Serlio. Par cette porte, on voit l’entrée, elle aussi caractéristique, de l’église centrale. La cour intérieure comprend deux chapelles supplémentaires dont celle, ci‑dessous, du Christ Sauveur à laquelle on accède depuis le cloître par un escalier.

Photo : Sophie Dornac

21. Chapelle du Christ Sauveur et promenade du cloître au monastère d’Aghia Triada Tsagarolon, La Canée

21. Chapelle du Christ Sauveur et promenade du cloître au monastère d’Aghia Triada Tsagarolon, La Canée

Photo : Sophie Dornac

58La religion ne se traduit pas seulement par des édifices cultuels, elle a aussi en charge l’éducation, et une partie de la santé publique par les hôpitaux. Les lieux éducatifs directement intégrés aux églises et aux monastères ne demandent pas de constructions spécifiques sur le plan architectural. En revanche, la multiplication des hôpitaux demande des constructions annexées aux monastères, puisque d’eux dépendent les institutions qui s’occupent des malades, mais aussi des enfants orphelins ou abandonnés et des indigents. Le premier témoignage indiquant un hôpital à Candie date de 1228. Dans cette ville, sauf l’hôpital Santa Théodosia qui dépend de l’Église orthodoxe, tous les autres sont liés aux églises et moines latins. Ils sont financés à la fois par l’église, les legs des fidèles, les nobles de Candie, les loyers des maisons, champs ou échoppes qu’ils possèdent et des dons de la Commune. Cette dernière tend à réduire progressivement le pouvoir des clercs au profit des laïcs et à confier la gestion à des conseils dans lesquels les laïcs ‑ un noble vénitien, un noble crétois et un cittadino dans chaque conseil directeur ‑ jouent un rôle décisif à partir de 1500.

  • 19  PapadiaLala, 1996.

59À partir du xve siècle, ce système d’aide se structure avec la réorganisation des différentes institutions existantes et, dans la seconde moitié du xvie, apparaissent des institutions de caractère totalement public prenant en charge les pestiférés et les soldats19. Dans la seule ville de Candie, on compte :

– L’hôpital della Pietà (enfants abandonnés et orphelins) situé dans l’enceinte du couvent des Clarisses. On y trouve une boîte destinée au dépôt des bébés abandonnés. L’institution paye des nourrices et vérifie qu’elles n’encaissent pas de salaires pour des enfants décédés (200 enfants de moins de douze ans en 1641).
– L’hôpital di marinari di San Antonio Macri (marins malades ou blessés). La Commune de Candie décide des marins qui sont admis ou non (en 1619, 33 demandes pour dix places) et progressivement les Orthodoxes y sont admis autant que les Latins.
– L’hôpital degli infermi di San Lazzaro (les lépreux et les impotents sans ressources).
– L’hôpital Santa Theodosia, (malades ou pauvres).
– L’hôpital San Antonio di borgo di Candia (pauvres et personnes âgées, dans le monastère du même nom).
– Les deux lazarets (pestiférés), hors les murs, à l’ouest et à l’est.
– L’hôpital della militia, ou hospitale nuovo di soldati, hôpital militaire, agrandi au xvie siècle (blessés de guerre et militaires atteints du mal français – la syphilis).

60On connaît également quatre hôpitaux à Réthymnon et on suppose ‑ sans preuves ‑ qu’il devait en exister aussi à La Canée.

61La Commune de Candie engage, avec l’autorisation du Grand Conseil de Venise, des médecins diplômés de Padoue (deux en général), logés gratuitement, contrôlés de près eux aussi, et qui se voient interdire de participer aux pharmacies pour éviter tout trafic. Ils soignent gratuitement les Vénitiens, fonctionnaires et feudataires, qui, par ailleurs, peuvent engager des médecins particuliers, souvent juifs ; en 1351, les médecins des feudataires sont autorisés à soigner les autres malades contre rétribution. Dans le grand hôpital militaire de Candie, des médecins sont nommés à vie. Il existe une compagnie des pharmaciens au début du xvie siècle, on connaît les noms de plus de 80 d’entre eux exerçant à Candie dans les deux derniers siècles de la présence vénitienne.

62Au‑delà de cette architecture destinée à montrer la grandeur de Dieu ou celle de la Sérénissime, les demeures privées sont souvent plus humbles, même si les classes sociales les plus riches tendent à se distinguer, et leurs demeures ont traversé les siècles plus ou moins bien.

Les demeures privées : archontes et feudataires

63Seuls les plus riches en effet ont les moyens de construire une demeure en pierre inspirée des critères ou modes vénitiens. Néanmoins, leur présence en milieu urbain est remarquable et, depuis quelques décennies, l’intérêt se porte parfois sur les demeures des notables en milieu rural.

Chez les nobles et cittadini

64Les demeures de Candie, avant l’intervention des Vénitiens, sont décrites comme étant en pisé et en bois, avec un seul étage et un toit plat couvert de plusieurs couches mêlant poutres de bois entrecroisées, roseaux, lauriers et argile, auquel on ajoute une strate chaque année, avec une pente pour récupérer l’eau de pluie dans un puits. Cette technique subsiste dans les milieux modestes jusqu’au xxe siècle. La pierre est réservée aux constructions de prix. Les voyageurs décrivent une cité où les maisons ne dépassent pas un étage, où les ruelles sont si étroites qu’on peut passer d’une maison à l’autre par les terrasses, l’ensemble leur faisant qualifier la ville d’« orientale ». Les autres villes ne sont pas différentes.

65Les administrateurs vénitiens cherchent donc à y substituer des constructions en pierre plus imposantes (mais aussi plus fragiles, en cas de séisme) et plus proches de celles d’une ville italienne. Aujourd’hui, de séismes en guerres et reconstructions, on ne trouve guère à Candie de demeures vénitiennes ; à La Canée, malgré les destructions de 1941, l’empreinte de l’architecture civile de la Sérénissime est encore visible et Réthymnon doit à la destruction totale de 1571 une cohérence architecturale rare : presque toutes les demeures privées ont été construites dans le dernier quart du xvie siècle (et réparées après le séisme de 1595) dans le même style Renaissance.

66Cette architecture privée reste cependant une affaire de nantis, feudataires, archontes ou négociants et cittadini. Les demeures allouées aux feudataires au xiiie siècle évoluent au gré de leurs goûts et de leurs moyens, autant que des séismes. Le feudataire peut échanger, louer, vendre tout ou partie de son fief, et placer l’argent obtenu, modifier le bâtiment ou en construire un nouveau ou établir des commerces, s’il a l’accord des autorités qui veulent simplement que la valeur du fief ne soit pas entamée. De plus, rien n’interdit à celui qui en a les moyens d’acquérir des biens supplémentaires en pleine propriété. La maison, au sens antique large de domus, abrite la famille, l’ensemble des serviteurs, des artisans et du personnel qui travaille pour elle ‑ eux aussi souvent en famille ‑, les hommes d’armes que le feudataire se doit de fournir, les chevaux et les armes… Il faut compter également avec les partages des héritages, ou au contraire la quasi-disparition d’une famille lors d’une peste : la même construction peut donc se diviser au cours des siècles, des murs, des portes et des fenêtres s’ajouter ou se fermer, en des styles différents.

67La Canée et Réthymnon donnent les meilleurs exemples des habitations urbaines de notables de la Renaissance en Crète. En 1610, La Canée comptait 97 « palais », c’est‑à‑dire des demeures cossues pour familles nobles. À Réthymnon, les autorités ont voulu, après 1571, créer sur la colline de Paléokastro une cité fortifiée qui abriterait la population. Mais, effet de la forte pente à gravir chaque jour, espace trop limité pour loger plus de 5000 habitants, niveau trop élevé par rapport au port, les habitants ont opposé la force d’inertie et reconstruit au niveau de la mer… seuls le Duomo, le recteur et les militaires ont dû suivre les ordres ; en 1581, le provéditeur général conseille d’abandonner le projet, ce qui est fait. La ville se serre donc entre le port et la forteresse, puis s’allonge le long de la plage, coupée de l’intérieur de l’île par un rempart.

  • 20  Steriotou, 1992, détails p. 417‑424.

68Le tableau Civitas Rethymnae correspond exactement au plan dressé par Basilicata (voir infra) et aux descriptions des voyageurs. D’après les constructions indiquées, il montre la ville autour des années 164020, vue depuis la mer. La disposition et la platitude du relief permettent de comprendre pourquoi la montée des eaux de la mer et les vents en tempête qui suivirent le séisme de 1595 ont pu provoquer une inondation pendant plus d’une semaine et la destruction des belles demeures face à la mer. Néanmoins, on peut identifier la plus grande partie des bâtiments importants et remarquer les constructions du front de mer (qui correspond à l’actuelle rue Arcadiou, car le sable se déposant a agrandi la plage et permis au xvie siècle la construction d’une nouvelle rangée de maisons en bord de mer).

69On peut constater la petite taille du port, la ligne droite du mur oriental de l’ancienne ville fortifiée (le seul ayant survécu à 1571) sur lequel sont édifiés ou appuyés la tour de l’horloge et les commerces qui longent la place rectangulaire, 100 mètres sur 30 mètres ; la fontaine Rimondi, sur la place, est invisible vu l’angle de vue adopté, la loggia se trouve en bord de mer, à la jonction entre vieille et nouvelle villes. Seuls les églises et monastères latins et les casernes des mercenaires albanais (construites en 1609 au grand soulagement de la population) ont des tuiles rouges ; les toits sont en général en terrasse. Plusieurs des demeures du front de mer ont un portail surmonté d’un tympan classique triangulaire qui ouvre sur l’Égée, deux étages pour la plupart et, au second étage, une grande baie semi‑circulaire qui ménage une loggia intérieure protégée des vents violents venant de la mer.

70Ces palais sont des demeures en pierre ‑ isodomes et bien taillées ‑, de deux, parfois trois étages. Le rez‑de‑chaussée, austère, s’ouvre par un portail imposant qui annonce l’importance de la famille : une porte rectangulaire surmontée d’un fronton triangulaire ou voûtée et encadrée dans un rectangle, bordé de doubles pilastres avec des chapiteaux ioniques et corinthiens, des rosettes, motifs végétaux dans les angles supérieurs, les armes familiales ou une devise au-dessus de l’entrée… Le second étage peut être loué, les rez‑de‑chaussée, également, pour des magasins.

22. Décryptage du tableau page 121

22. Décryptage du tableau page 121

1. La montée à la Fortezza (Paleokastro) par gradins taillés dans le roc
2. Église de la Panaghia Paleokastritsa, le long de la montée
3. Le palais du recteur, la construction la plus haute de la Fortezza
4. Le Duomo, l’église Saint‑Nicolas
5. Petite construction formée de deux pièces distinctes, des ateliers
6. Une petite église ‑ 7. Les casernes
8. Le môle sud avec son extension récente du début du xviie siècle
9. Le lazaret au tout début du môle nord (pas représenté)
10. Le tout début de l’église Saint‑Nicolas ‑ 11. La Tour de l’Horloge
12 et 13. Deux petites églises avec dôme, non identifiées
14. La Place et les boutiques le long du mur du Castel Vecchio
15. La porte Sabbionara (du sable)
16. Le bastion Aghia Varvara bordé par les 19 casernes des stradioti albanais
17. La loggia ‑ 18. Identifiée comme casa del Sofiano ‑ 19. Maison Drandakis
20.et 21. Deux petits palais dont restent des éléments rue Arcadiou
22. Église Sainte‑Catherine, siège de l’évêque latin
23. Église de la Kyria ton Angelon (Notre‑Dame‑des‑Anges) avec son haut clocher
24. Église Sainte Marie (et son dôme) ‑ 25. Le monastère latin des Franciscains
26. Église Sainte Varvara (le plus haut clocher) ‑ 27. La petite église Sainte Anastasia
28. Le passage du petit torrent qui rejoint la mer et le petit pont pour le traverser
29. Église non identifiée ‑ 30. L’« exoburgo », le faubourg ‑ 31. L’église San Salvatore
32. La source Saint‑Jean ‑ 33. Église Santa Maria Mesambelitissa (Notre‑Dame‑des‑Vignes)
34. Église Saint‑Athanase des Grecs ‑ 35. Église Saint‑Lazaros.

23. Réthymnon au début du xviie siècle

23. Réthymnon au début du xviie siècle

Peintre inconnu, mairie de Réthymnon, Le tableau se trouve dans le bureau du maire de Réthymnon, M. Giorgos Marinakis ; je le remercie ainsi que Mmes Efi Stefanou et Matina Arvaniti pour cette photographie rare et leur autorisation de publication.

71On peut également distinguer clairement les jardins nombreux de l’immédiat arrière‑pays, le lazaret proche de la mer, à l’extrême‑ouest, loin de la ville et le faubourg qui s’étage sur les collines au sud‑est de la ville près des jardins. Les fortifications seront traitées plus loin.

72Les portes principales sont souvent le seul lieu extérieur qui trahisse l’influence italienne au xvie siècle, pilastres, blasons, atlantes, consoles ou niches. Les fenêtres de l’étage, le piano nobile, celui des réceptions et de l’habitat principal sont découpées sur une base comparable à celle du portail. Un grand soin est porté au détail, balcon, portail et fenêtres décorées dans le style maniériste qui se développe à Venise au xvie, heurtoirs de porte, souvent avec poignée piriforme. Comme pour les églises, aucun meuble, aucune tenture, aucun objet précieux, aucune décoration intérieure n’a survécu, ni en ville ni dans les villas rurales, malgré les écrits nombreux qui témoignent de cette richesse, de décorations fines et riches « comme celles de Venise » et de meubles précieux importés de la Sérénissime. Certains palais disposent d’une chapelle privée et presque tous ont une cour intérieure et, si possible, un puits. Les ouvertures sur la rue sont peu nombreuses et les ruelles étroites, parfois couvertes par des arcades, sont peu éclairées.

24. Porte caractéristique de Réthymnon

24. Porte caractéristique de Réthymnon

Qui sperat in dea sublevabitur. Celui qui espère en Dieu sera soulagé

Photo : Danielle Bassez

25. Autre prote Renaissance à Réthymnon

25. Autre prote Renaissance à Réthymnon

La porte est souvent le seul signe de luxe visible de l’extérieur

Photo : Danielle Bassez

26. Une ruelle vénitienne de Réthymnon

26. Une ruelle vénitienne de Réthymnon

Gerola, 1902, I., p. 30

27. Ruelle de La Canée encore bordée de demeures vénitiennes

27. Ruelle de La Canée encore bordée de demeures vénitiennes

Photo : Katherine Nazloglou

28. L’une des deux tours de Maroulas (Réthymnon)

28. L’une des deux tours de Maroulas (Réthymnon)

Photo : Katherine Nazloglou

  • 21  Gerola, 1905, tome Ia, p. 13. Un des témoignages les plus négatifs sur Candie, qui critique l’étro (...)

73L’habitat des popolani ne semble pas avoir reçu autant de soins et reste dans la tradition des maisons d’un étage au toit en terrasse. Bien des voyageurs et des pèlerins, de passage à Candie, s’extasient sur la beauté de la ville, mais les fonctionnaires venus de Venise ne cessent d’en noter la saleté extrême, les rues étroites non pavées, sans égouts, les ordures qui pourrissent çà et là, les eaux usées jetées par les fenêtres, les moustiques, les ruines non reconstruites des différents séismes et les gravats21... Les autorités interdisent de démolir les maisons touchées par les séismes pour en vendre les poutres, les mesures contre les contrevenants sont aggravées, mais le problème subsiste et ne sera pas résolu encore au départ des Vénitiens. Peut‑être le voyageur en simple escale se contente‑t‑il des rues centrales ‑ la ruga, les quartiers des fonctionnaires et des militaires, objet d’un soin régulier, le parcours des grandes processions, spécialement nettoyé par avance ‑ et ne va‑t‑il pas au-delà ? Les témoignages concernant La Canée sont identiques sur ce point.

  • 22  Panopoulou, 1994, p. 183‑212.

74Les autorités tentent de réagir : Angeliki Panopoulou a repéré dans les Bandi e Proclami qui rendent publics les décrets du regimen, de nombreuses mentions concernant la « sanità » de la ville, en vue d’éviter la multiplication des pestes22. Des décrets de 1317, 1319, 1352, 1360, 1384, 1570, 1614, et 1622 concernent la propreté des rues. D’autres en 1422, 1521, 1523, 1541, 1543, 1570, 1607 se préoccupent des cours d’églises ou de monastères où sont jetées des ordures. En 1335, il est question de la propreté des puits, en 1314, 1319, 1356, 1363, 1549, 1575, 1589, de la propreté du port… Les textes ne manquent pas, les peines prévues sont de plus en plus graves, des pénalités financières on passe, au xviie siècle, à cinq mois de galères, chaînes au pied. Aux invalides, on coupe la main « la plus valide », aux femmes, on inflige des coups de fouet et une exposition de trois heures au pilori ! La répétition des mesures et des plaintes montre leur efficacité toute relative. Sont en cause : les déchets domestiques, y compris les eaux usées et les vases de nuit, les déchets des animaux, qu’ils soient dans les écuries domestiques ou circulent dans les rues, les déchets des professions les plus polluantes comme les bouchers et les tanneurs, les déchets du marché.

75Le Sénat réagit : en 1360, chaque samedi, les commerçants ‑ dont les emplacements sont réglementés ‑ doivent nettoyer et laver les rues, des charrettes viennent ramasser les ordures et les déverser hors les murs sur une décharge appelée « Megali Kopréa ». Mais la ville grandit… et le problème suit ; cinquante ans plus tard, il doit pourtant reprendre le sujet :

  • 23  Le terme désigne simplement en grec contemporain la « merde » ou le fumier mais le sénat est poli.
  • 24  Décret du sénat de Venise, 1407, Moody & Rackham, 2004, p. 299.

Notre gouvernement en Crète nous a écrit […] à propos des ordures […] qui sont jetées hors de la ville de Candie et qui avec le temps ont formé de grandes montagnes qu’on appelle « kopréas23 », au point que, à moins que quelque chose ne soit fait rapidement, notre ville d’ici peu sera inhabitable, autant en raison de la place prise par ces nombreux gros tas de kopros, qu’en raison de la crasse, de la pollution et de saleté de l’air […] Nous avons donc décidé […] que les merdes ou ordures ci‑dessus indiquées, devaient être éloignées immédiatement, et transportées loin de la ville […] et que là où existent les tas de kopreas des particuliers, quand ils ont été déplacés au loin, que soient construits quelque bâtiment ou une grille pour empêcher que de nouveaux déchets y soient jetés24.

76Néanmoins, les voyageurs persistent à déplorer la saleté. L’un d’eux, un inconnu, en 1600, insiste encore sur la crasse, les rues devenues cloaques pleins de moustiques, les porcs qui circulent dans les ruelles. Cette image restera longtemps.

Tours, maisons‑fortes et villas en milieu rural

77À côté de cette architecture urbaine, le milieu rural fait pâle figure. Néanmoins on y trouvait, à côté de simples maisons de vilains, des demeures de feudataires, installés à l’année avec toute leur famille au sens large et aussi, à partir du xvie siècle, des « villas » pour de riches notables citadins d’origine vénitienne, cherchant la fraîcheur d’été dans les hauteurs.

78Pendant les deux premiers siècles de présence de la Sérénissime, pour un feudataire vénitien ou italien, vivre en conquérant étranger, dans un milieu hostile, dans un pays dont on ne partage ni la langue ni la religion, n’est pas de tout repos. Aussi les constructions rurales anciennes ont‑elles souvent, comme les monastères, un aspect défensif. À côté des places fortes côtières, les centres de châtellenies, lieux de résidence des quelques représentants de Venise, sont pourvus d’une église latine, de silos de grains comme réserves en cas de moment difficile et surtout d’une garde et d’un fortin qui peut abriter dans son enceinte une partie des ruraux environnants. Entre ces bourgs, on constate également l’existence de villages fortifiés, les kastrochoria, ou castrumcasale, et de tours individuelles, isolées ou non, qui peuvent s’étoffer en maisons fortes.

  • 25  Gasparis, 2009, p. 175‑189.

79Les villages fortifiés sont entourés d’un mur, ou simplement forment un bloc par des maisons contiguës et aveugles sur la campagne extérieure. L’exemple de Vitsilia (inhabité depuis une quarantaine d’années) montre concrètement un village fortifié décrit à l’occasion d’un partage entre deux feudataires25. Ce village qui n’a jamais dépassé les 120 habitants est entouré d’un mur percé de deux portes, il enserre quelques maisons, trois pressoirs, deux tours (demeures des deux feudataires‑héritiers), une église et son cimetière, un four et une grande « cour » ou zone centrale. L’une des deux tours, décrites dans le partage, est une construction identique à celle des tours isolées, un bâtiment carré ou rectangulaire en pierre, avec peu ou pas de fenêtres au rez‑de‑chaussée, deux étages, une terrasse supérieure entourée d’un parapet. Le premier étage habité n’est accessible que par une échelle ou un escalier extérieur ajouté plus tardivement (voir les tours du Magne ou de Toscane). L’intérêt défensif est clair : en 1285, Baudouin Lombardo demande au duc l’autorisation de vendre l’une des terres de son fief pour faire construire une tour « utile » pour sa famille et ses paysans, elle est accordée ; en 1311, Marino Quirino reçoit un large fief dans la partie montagneuse de la Messara, à condition d’y construire une tour et de créer un bourg avec vingt familles.

80Un autre village, Maroulas, à dix kilomètres au sud‑est de Réthymnon, qui domine la mer et peut communiquer optiquement avec la forteresse voisine, a pu survivre jusqu’à nos jours en gardant l’essentiel de ses structures vénitiennes ; il conserve deux tours (quinze mètres de hauteur, trois étages) qui ont été habitées, d’anciennes casernes, un pressoir à huile vénitien et le corps central de nombreuses maisons ; il comptait également des résidences d’été pour les notables réthymniotes, de solides demeures de pierre dont on voit encore les portes et les voûtes le long des rues étroites. C’est vers ce genre de résidences que les nobles de Réthymnon ont pris la fuite en 1571 avant l’attaque de la flotte turque.

29. Maroulas : le portail extérieur qui veut impressionner

29. Maroulas : le portail extérieur qui veut impressionner

Photo : Katherine Nazloglou

81La pacification s’étendant, au fil des décennies, la tour s’élargit et devient rectangulaire, s’étoffe de bâtiments accolés, des fenêtres sont percées dans les étages, un escalier extérieur peut s’ajouter ; le rez‑de‑chaussée reste voué aux réserves, pièces de service et étables, à la citerne parfois. Le bâtiment et sa cour sont entourés d’un mur percé d’un portail imposant comme ceux de la ville, qui porte le blason familial du propriétaire. Des aménagements sont liés aux héritages, aux partages ou à la coexistence de plusieurs branches familiales.

30. Rogdhia : la demeure des feudataires Modinos

30. Rogdhia : la demeure des feudataires Modinos

Photo : Katherine Nazloglou

82Les frères Modinos sont attestés comme propriétaires d’un fief à Rogdhia (ou Rodea en latin dans un document de 1248) dès 1304. Ce solide bâtiment a été construit dans la première moitié du xve siècle, dans un contexte intérieur encore incertain. C’est une maison forte, à la fois résidence et petite forteresse, elle est contiguë à l’église byzantine de la Vierge Rodea, plusieurs fois réaménagée, qui porte au-dessus de sa porte le blason, selon Gerola, des Kallergis. Gerola a photographié d’autres maisons‑fortes de ce style, parfois en plus mauvais état.

83La seconde moitié du xve siècle apporte des constructions qui trahissent une vie plus sereine : toujours une enceinte de pierre et un portail avec inscription et, ou, blason, une demeure souvent carrée d’un ou deux étages, un rez‑de‑chaussée réservé aux annexes ; mais un premier étage noble est traversé par un couloir face à l’escalier sur lequel donnent les pièces diverses, des fenêtres parfois très travaillées. Gerola a identifié 110 demeures de ces notables dans toute l’île, dont beaucoup se situent dans l’ouest de la Crète, 25 dans les châtellenies de Kissamos et d’Apokoronas, 28 dans les châtellenies voisines de Réthymnon et de Mylopotamos (où l’on trouve plusieurs des familles des douze archontes et où la riche production agricole fait des feudataires des familles aisées) : on estime aujourd’hui leur nombre à environ 120. S’il n’exclut pas de possibles oublis, Gerola reconnaît également que certaines de celles qu’il a notées peuvent avoir été édifiées pendant l’époque ottomane ; en effet, la plupart ont été alors réutilisées ou réaménagées, puis détruites au xixe siècle parce que jugées « turques », les paysans les appelant souvent « sérails ». En raison de l’état de guerre récurrent dans le pays pendant les 150 premières années de la présence vénitienne, aucune de ces « maisons de campagne » n’est antérieure à la fin du xve siècle.

84Abandonnées, réemployées comme étables, bergeries, entrepôts de matériel, carrière de pierres taillées ou même dépôts de déchets, certaines d’entre elles font depuis peu l’objet de restaurations (Villa Clodio à Chromonastiri et Villa Da Mezzo à Etia), tandis que la plupart s’effondrent (récemment la villa Renier à Palaia Roumata) ; les crédits sont allés jusqu’à maintenant en priorité au soin des forteresses, des édifices religieux et des demeures citadines ; de plus, la multiplication des héritiers a fait des expropriations une affaire kafkaïenne malgré l’inscription de plusieurs d’entre elles à l’inventaire des édifices à conserver.

31. Les emplacements repérés par Gerola

31. Les emplacements repérés par Gerola

. : villas repérées et photographiée par Gerola. ///// : altitude supérieure à 400. Si l’on observe, on remarque que la plupart sont situées à proximité des régions côtières et presque jamais au-dessus des 400 m.

Moody & Rackham, p. 248, carte a. Avec mes remerciements à Mme Dionysia Daskalou pour l’autorisation de publication donnée par les Presses universitaires de Crète.

32 a et b : la maison Clodio à Chromonastiri (Réthymnon) devenue maison militaire

32 a et b : la maison Clodio à Chromonastiri (Réthymnon) devenue maison militaire

Photo : Katherine Nazloglou

33 a et b : la maison et le blason des Da mezzo à Etia (Sitia)

33 a et b : la maison et le blason des Da mezzo à Etia (Sitia)

Photo : Olaf Tausch [CC BY 3.0] Wikimedia Commons

85La demeure restaurée des Clodio (on trouve leur blason), des nobles crétois qui habitent Réthymnon, a été terminée en 1610 ; cet imposant bâtiment sur plusieurs niveaux témoigne de la fortune d’une famille (hommes de loi, fermiers des impôts) qui dispose également d’une maison en ville. Proche de Réthymnon, sur les collines, c’est une résidence d’été, mais aussi le centre d’une exploitation agricole ; elle dispose d’un pressoir à vin et d’un pressoir à huile, d’étables et d’écuries. Domus au sens complet, elle comprend des logements pour les serviteurs et, bonne représentante de la hiérarchie sociale, elle dispose d’une porte pour les nobles et d’une autre pour les « autres ». Et, comme dans à peu près toutes les demeures des notables de cette époque, elle dispose d’un système de canalisations qui collectent les eaux de pluie des terrasses et les guident vers une citerne.

  • 26  Spanakis, 1958b, p. 416-451 relie le poète Solomos, de Zante, dont la famille a quitté Candie en 1 (...)
  • 27  Cet acharnement (comme lors des séismes) à récupérer les poutres provoque l’effondrement de la toi (...)
  • 28  Chronaki, 2012, p. 120-131.

86La maison Da Mezzo à Etia est le second exemple d’une restauration récente et rare (2008). Le village vénitien d’Etia, aujourd’hui presque abandonné, se trouve dans l’arrière‑pays de Sitia, à l’entrée du plateau de Chandra‑Arméni. Il comptait 564 habitants en 1583 ; il est proche du village de Voïla, habité à l’époque vénitienne (301 habitants en 1583) ‑ appartenant à la famille Zeno, convertie à l’islam par la suite ‑, qui fut détruit puis abandonné dans les combats du xixe siècle26. Les ruines sont encore nettement visibles, l’église entretenue, et la colline voisine porte les ruines d’un fortin vénitien. L’édifice attribué à la famille Da Mezzo, implantée à Sitia, est passé en 1610‑1620, après la mort de Marco Da Mezzo, au mari de sa petite‑fille, Antonio Dandolo. Les deux familles sont aussi étroitement liées avec le monastère d’Akrotiriani. Dans une première phase, à la fin du xve siècle a été construite une maison forte carrée, compacte, à deux étages. L’ensemble est agrandi et largement modifié dans les années 1620‑1635 avec des éléments décoratifs qui traduisent les modes italiennes du moment. Le bâtiment est couvert d’un toit à quatre pans et de tuiles. L’édifice, la cour, la fontaine alimentée par un conduit depuis une source située à 1,5 km de là, les magasins voûtés et les écuries sont entourés par un mur. L’histoire de la construction à partir de la conquête ottomane rappelle celle des autres bâtiments de ce type : l’administrateur turc du secteur s’y installe (comme à Chromonastiri), le bâtiment reste intact jusqu’en 1828 ; après une attaque violente des paysans crétois contre les Turcs à cette date et une autre en 1897, le toit s’effondre, les poutres sont récupérées par les paysans27, puis les pierres sculptées, et les ruines servent de temps en temps de bergerie. En 1959, la ruine est achetée par les services archéologiques et, après bien des vicissitudes financières et bureaucratiques, les travaux d’anastylose ont lieu en 2007‑2008. Un seul étage a été conservé, faute de matériau d’origine pour le second28.

87Les trois constructions les plus typiques de la résidence d’agrément, mais malheureusement les plus endommagées, se situent dans la région de La Canée‑Kissamos, en Crète occidentale, ce sont les villas de Rodopou, de Kokkino Metochi (Trevisan) et de Kalathenes (Rotonda). Ces constructions témoignent, quelques années avant la conquête ottomane, d’une époque où il n’y a plus aucun danger intérieur et aucun élément défensif. En même temps, elles donnent à réfléchir sur la confiance que les élites ont en la force de Venise : alors que, depuis un siècle et demi, la Sérénissime inquiète se ruine à fortifier sans cesse les villes de la côte, les nantis construisent des maisons de campagne de luxe !

88La villa de Rodopou, dite Senekjana, sans doute construite en 1575 selon Gerola, en 1610 selon d’autres, est clairement une résidence d’agrément, construction de prix influencée par les éléments de la Renaissance telle qu’adaptée en Crète. On ignore le nom de son propriétaire car le portail central s’est effondré. Les documents signalent dans la région proche des propriétés des Megano et des Pollani (deux familles liées par mariage). Si on la compare à la villa Trevisan, distante de quelques kilomètres et terminée en 1637, on peut trouver de nombreux traits communs. Les Trevisan sont connus comme cittadini à La Canée en 1640 (preuve du niveau économique que l’on peut atteindre sans être noble), d’autres chercheurs aujourd’hui suggèrent une autre attribution (aux Gavalas), mais le nom de Trevisan est désormais consacré.

  • 29  Maglio, 2013.

89Le dessin qu’en fit Gerola et ses photographies montrent les points essentiels : un rez‑de‑chaussée assez bas de plafond qui sert aux réserves domestiques, et dont l’entrée abritée se situe sous l’escalier extérieur qui conduit à l’étage d’habitation en formant un balcon ; une porte centrale au nord, entourée de colonnes et surmontée d’un tympan portant le blason des propriétaires, deux fenêtres latérales symétriques. Du côté sud, une fenêtre bilobée, à l’est, une imposante cheminée encore en assez bon état comme le four. La salle centrale donne accès à quatre pièces. Au rez‑de‑chaussée, des arcades ogivales soutiennent le sol du premier étage29. Dans les deux cas, comme à Chromonastiri, un système recueille les eaux de pluie et les dirige vers une citerne.

34. Villa Trevisan

34. Villa Trevisan

Gerola, 1932, III, p. 259.

35. La villa de Rodopou, sa façade au milieu des broussailles, juin 2017

35. La villa de Rodopou, sa façade au milieu des broussailles, juin 2017

Photo : Katherine Nazloglou

36 a et b. Villa Rodopou : entrée latérale sous le balcon, les voûtes en ogive du rez‑de‑chaussée

36 a et b. Villa Rodopou : entrée latérale sous le balcon, les voûtes en ogive du rez‑de‑chaussée

Photo : Katherine Nazloglou

90La villa Trevisan, malheureusement, a perdu lors d’une secousse sismique, en 2006, tout un pan de mur côté nord30 et une partie du côté ouest s’est effondrée, une partie de l’escalier et des gravats se sont entassés dans l’entrée du rez‑de‑chaussée sous la voûte.

37. Villa Trevisan… aujourd’hui, juin 2017

37. Villa Trevisan… aujourd’hui, juin 2017

Photo : Katherine Nazloglou

  • 31  Knithakis, 2011, Fatourou‑Hesichaki, 1972.
  • 32  Plans célèbres, repris en partie pour ceux de la Maison‑Blanche à Washington.

91La villa la plus connue grâce à Gerola et aux travaux de Kado Fatourou‑Hesichaki est celle qu’il est convenu d’appeler « Rotonda » dans le village de Kalathenes (Kissamos)31. La chercheuse a montré, par un travail détaillé sur plan, que cette villa reprenait exactement le plan de la Villa Rotonda, édifiée à Vicenza. Cet établissement de repos pour prêtres âgés, dessiné par Palladio et construit de 1567 à 157132, selon un plan combinant la croix grecque et des carrés inscrits dans des cercles concentriques, parvenait à une construction jugée comme l’antichambre du Paradis, vers lequel s’élevait la coupole couvrant la pièce centrale.

38. L’entrée de la propriété très comparable à celle de la maison Renieri à Palaia Roumata [récemment effondrée], un blason semi-effacé…

38. L’entrée de la propriété très comparable à celle de la maison Renieri à Palaia Roumata [récemment effondrée], un blason semi-effacé…

Photo : Katherine Nazloglou

  • 33  Tsiknakis, 1991a, p. 225‑283, Tsiknakis, 1991b, p. 577‑579. Il est l’auteur d’une Descrittione del (...)

92Comment ce plan spécifique et sophistiqué est‑il arrivé dans les montagnes crétoises ? Il semble que l’agent en soit Onorio Belli, médecin du provéditeur général Alvise Grimani, puis médecin communal de La Canée qui vécut en Crète de 1583 à 1599 (une lettre de Belli décrit le séisme de 1595 et ses effets). Onorio Belli, de même que le fils de Palladio, a été membre de l’Académie Olympique de Vicenza. Son père, Elio, et son oncle, Silvio, mathématicien et géomètre, en furent parmi les membres fondateurs, avec Palladio. De plus, Belli a terminé à Vicenza des bâtiments commencés par Palladio. Après de bonnes études à Padoue, il est resté en contacts permanents avec les lettrés de la Renaissance33. Sa villa crétoise n’a pas été terminée, les Turcs arrivèrent en 1645, Gerola a donc étudié et représenté le rez‑de‑chaussée sans mentionner un possible étage.

39. La Rotonda, son plan dessiné par Gerola

39. La Rotonda, son plan dessiné par Gerola

Gerola, 1932, III, p. 25

93Le plan réétudié par Kado Fatourou‑Hesichaki montre la parenté entre le bâtiment de Kalathenes et les études de Palladio, les mêmes bases centrales sur le plan en croix, les cercles concentriques et le centre du bâtiment, le Paradis. Le rez‑de‑chaussée s’inscrit dans un carré, quatre entrées identiques, une sur chaque côté, ouvrent sur un couloir qui conduit à une salle centrale. De chaque côté de chacun des couloirs, deux pièces rectangulaires, une plus petite, l’autre plus grande, chacune a une fenêtre sur l’extérieur, une ouverture sur le couloir, une autre sur la pièce voisine, et une, sur la pièce centrale. Le bâtiment dans son entier, et la salle centrale, s’inscrivent dans deux cercles concentriques. Chaque entrée est bordée de deux colonnes, et les fenêtres sont travaillées dans un style qui rappelle la demeure Trevisan ou celle de Rodopou, ou la loggia de Candie. Il s’agit de la dernière génération des villas, destinée aux loisirs, édifiée aux frais d’une famille fort riche.

94À quelque 200 mètres de cette villa se trouve une autre construction vénitienne dont le porche, assez bien conservé, porte la date de 1630 ; la mémoire villageoise rapporte qu’une route dallée unissait les deux bâtiments contemporains qui devaient donc appartenir à la même famille ou à deux familles proches. Qui sont les propriétaires de cette ou ces villas ? À proximité de Kalathenes, le nom des Kallergis est cité plusieurs fois, à propos d’une grotte, d’une église, d’un village ; parallèlement, un contrat de mariage de 1570 d’une fille de la famille Zagarol (qui a un palais à La Canée) signale dans la dot des propriétés à Kalathenes. Les chercheurs hésitent donc entre les Kallergis et les Zagarol, attribuant plus souvent la Rotonda aux Zacarol. Impossible d’en dire plus.

95Malheureusement, cette construction a été la plus maltraitée par le temps et, surtout, par les hommes. Il suffit de voir la différence entre les photos de Gerola, celles de K. Fatourou‑Hesichaki, et la situation actuelle, pour s’en rendre compte ; d’une demeure aux fenêtres murées pour établir des bergeries et des silos, on est passé à une ruine dont les pierres sont réemployées et qui sert aussi de dépôt d’ordures… Une partie est habitée et des plafonds de paille tressée ont été installés pour un habitat très précaire. Ces « villas », « palais », « archondika », « sérail », « konak », selon la langue employée, récupérées par les beys turcs locaux au départ des Vénitiens, puis reprises, ‑ par la violence ‑, par les paysans au xixe siècle, détruites et réemployées comme bâtiments agricoles ; au xxe siècle, elles ne correspondent plus aux modes de vie du milieu rural et, dévalorisées, sont en grand danger de disparaître totalement.

40 a et b : Réutilisations des murs de la Rotonda… juin 2017

40 a et b : Réutilisations des murs de la Rotonda… juin 2017

Photos : Katherine Nazloglou

96La dispersion et la localisation de ces bâtiments, ultimes témoins du monde créto‑vénitien qui s’est créé progressivement en milieu rural, illustrent à la fois l’étendue et les limites de l’influence vénitienne : étendue, car chaque territoire est concerné, limitée, car la plupart de ces constructions sont à proximité de la côte nord ou des axes qui permettent la traversée de l’île, tandis que la pointe orientale est abandonnée aux pirates et que les massifs montagneux restent le domaine des Crétois. De plus, les noms connus que l’on peut attribuer à ces constructions montrent qu’elles n’appartiennent qu’à des personnes d’origine vénitienne ou italienne.

97Les travaux contemporains de restaurations ou d’anastylose rappellent cependant que la présence architecturale de Venise, malgré les ravages des séismes et des guerres, est loin de se limiter aux imposantes forteresses qui, longtemps, ont monopolisé l’attention. Gerola d’ailleurs en avait eu conscience, et les recherches récentes sur les moulins, les postes de garde côtiers, les pressoirs, les ponts, les routes contribuent à prouver la force de cet héritage.

98Venise a donc manifesté nettement sa volonté de marquer l’architecture, dans le cadre d’une nouvelle Venise au Levant. L’architecture n’est que la traduction en pierre de son pouvoir, elle a accaparé une partie des recettes de la Sérénissime, même si les grands travaux publics ‑ y compris ceux de la défense ‑ recourent à la main-d’œuvre obligatoire des corvées, et si une large part des dépenses est prise en charge par les finances de l’île et par les contributions des plus riches. Ces constructions de prix sont également liées, bien sûr, au développement économique et culturel car l’impact de la conquête sur l’île est très fort : la Crète cesse d’être la région périphérique d’un Empire pour devenir la colonie d’une nouvelle puissance qui lui accorde une place importante sur les routes maritimes de la Méditerranée orientale.

Notes

1  Les essentiels : Georgopoulou, 2001, et Gerola, 1905, 1906, 1915, 1932. Aussi : Tzobanaki, 1996, Tzobanaki, 1997, Andrianakis, 1997.

2  Andrianakis, p. 73‑91.

3  Gasparis, 2000.

4  Gerola, 1915, tome II. p. 512.

5  On remarque cette empreinte architecturale dans toutes les possessions vénitiennes, par exemple à Chypre, voir Leventis, 2014, p. 67‑87.

6  Alexiou, 1960, p. 102‑108. Détail dessiné par l’auteur d’après Klontzas et la vue de Candie à l’occasion de la Procession contre la peste qui se trouve à la Bibliothèque Marcienne de Venise.

7  Lambrinos, 1998, p. 227‑243.

8  Kokonas, 1995.

9  Les habitants sont prêts à contribuer aux dépenses de construction pour être débarrassés des soldats, ce que rappelle le provéditeur au début du xviie siècle à propos de La Canée : il faut des casernes pour que les soldats soient rapidement disponibles et que les maisons où ils sont cantonnés et le quartier alentour ne se dévalorisent pas !

10  Tzobanaki, 1996, p. 53.

11  Panopoulou, 1989, p. 173‑194.

12  Gertwagen, 1988, Gertwagen, 2012, p. 115‑127, Andrianakis, 2010, p. 191‑199.

13  Spanakis, 1950, le Iouchtas est le nom du sommet de l’Ida situé à quelques kms au nord de Candie.

14  Cette église, reconstruite en 1557, a, elle aussi, disparu dans le séisme de 1856.

15  Tous les détails dans Gerola, 1915, tome ii consacré aux églises latines.

16  Gratziou, 2010.

17  tsougarakis, & aggelomati-tsougaraki, 2010.

18  Les Vénitiens emporteront ses reliques à Saint‑Marc de Venise en 1669.

19  PapadiaLala, 1996.

20  Steriotou, 1992, détails p. 417‑424.

21  Gerola, 1905, tome Ia, p. 13. Un des témoignages les plus négatifs sur Candie, qui critique l’étroitesse et la disposition des rues, la pauvreté des maisons, la saleté etc. p. 13. Et nombreux autres dans les pages suivantes.

22  Panopoulou, 1994, p. 183‑212.

23  Le terme désigne simplement en grec contemporain la « merde » ou le fumier mais le sénat est poli.

24  Décret du sénat de Venise, 1407, Moody & Rackham, 2004, p. 299.

25  Gasparis, 2009, p. 175‑189.

26  Spanakis, 1958b, p. 416-451 relie le poète Solomos, de Zante, dont la famille a quitté Candie en 1669, et une famille juive Salamon(e), attestée en 1271 à Candie comme famille de marchands et de prêteurs. Des convertis de cette famille ont acheté des fiefs à Sitia, participé en 1582 au défilé hippique des nobles, et l’un d’eux, Georges Salamos, a fait édifier l’église latine de Voïla. Ces nouveaux feudataires, où dominent les mêmes prénoms, Piero, Zuan et Marco, que chez les Solomos de Zante seraient les ascendants du poète. Les Juifs convertis ne sont pas rares : en 1560 un Salomonio est capitaine général de Crète, en 1580 un autre est duc, plusieurs Salomone figurent parmi les nobles crétois.

27  Cet acharnement (comme lors des séismes) à récupérer les poutres provoque l’effondrement de la toiture, des étages et explique comment en vingt ou trente ans on peut passer d’un solide bâtiment habité aux ruines photographiées par Gerola.

28  Chronaki, 2012, p. 120-131.

29  Maglio, 2013.

30  Sur le site http://hatzikos.blogspot.fr/2010/04/blog-post_6419.html, on peut la voir auparavant, encore telle que sur le dessin de Gerola. (consulté le 21 novembre 2018).

31  Knithakis, 2011, Fatourou‑Hesichaki, 1972.

32  Plans célèbres, repris en partie pour ceux de la Maison‑Blanche à Washington.

33  Tsiknakis, 1991a, p. 225‑283, Tsiknakis, 1991b, p. 577‑579. Il est l’auteur d’une Descrittione della isola di Creta malheureusement perdue et d’une Descrittione geografica de l’isola di Creta, qui recense et décrit tous les lieux archéologiques qu’il a pu repérer en suivant le provéditeur à travers l’île, les marbres, statuettes, inscriptions qu’il a pu noter et des plans.

Table des illustrations

Titre 1. La place centrale de Candie dans les années 1620‑1630, détail de la maquette de la ville
Légende En bas à gauche de la photo, on voit les derniers mètres de la ruga bordée de bâtiments à arcades ; puis à l’entrée de la place, à gauche le porche à arcades de l’église Saint‑Marc et en face le palais ducal ; après l’église, la porte du Sud ou Voltone marque la fin de la ville ancienne ; le bâtiment de Voltone élevé en 1533 sur la porte préexistante du rempart ancien comporte quatre étages et abritait des services administratifs et financiers ; au centre, la célèbre fontaine Morosini, à droite de la porte, le début de la longue barre du fondaco élevé au xvie siècle sur l’emplacement de l’ancien rempart, les magasins, ‑ rez‑de‑chaussée à arcades et trois étages qui abritaient les réserves stratégiques de blé.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5M
Titre 2. La loggia de Candie
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre 3. La loggia et ses métopes qui mêlent des motifs de blasons et de sphinx ailés
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre 4. L’église Saint‑Marc de Candie, intérieur
Légende Ses dimensions relativement modestes témoignent de la faiblesse de l’élément latin même au centre du pouvoir. Les fûts des colonnes (verts) viendraient des ruines de Gortyne.
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre 5. Nouvelle tour de l’horloge à Réthymnon, après le séisme et la tempête de 1595‑1596
Crédits Gerola, 1932, III, p. 74.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre 6. Le port de Candie, les arsenaux et le Castello da Mar (Koules), détail de la maquette de la ville
Légende On distingue nettement les voûtes destinées à abriter chacune une galère. À droite du premier ensemble de quatre voûtes commence la ruga qui monte vers la place ; au‑delà de la place, à gauche de la Porte, on voit le long bâtiment des casernes, à un étage avec un rez‑de‑chaussée à arcades. Le mur longitudinal qui sépare ces hautes voûtes est percé d’arcades qui permettent de passer des poutres transversalement pour stabiliser les bateaux en cas de forte mer dans un port médiocrement abrité.
Crédits Photo aimablement fournie par Ιστορικό Μουσείο Κρήτης © Εταιρία Κρητικών Ιστορικών Μελετών/ Musée Historique De Crète © Société d’Études Historiques Crétoises.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Titre 7. La Canée : les sept voûtes aujourd’hui subsistantes des arsenaux, avec aménagements postérieurs
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre 8. La Canée : bâtiment administratif central de l’Arsenal
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre 9. La Fontaine Rimondi à Réthymnon, 1628
Crédits Photo : Danielle Bassez
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-9.JPG
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 10. Les lions de la fontaine Morosini
Légende Les sculptures de cette fontaine font partie des rares exemples de cette époque parvenus jusqu’à nous. La tradition religieuse crétoise ignorant les sculptures au profit des fresques et des icônes, c’est au contact de Venise, de ses ateliers et artisans que les Crétois ont développé cet art. Sur les côtés des huit bassins arrondis en‑dessous des lions figurent des tritons, des néréides, des dauphins, des hippocampes, et, entre eux, des blasons.
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre 11. Vincenzo Maria Coronelli (1696) : les églises de La Canée
Légende Pianta della Real Fortezza e Città di Candia, tav. 169, Bibliothèque Marcienne, Venise, reproduit avec l’autorisation de la Bibliothèque Marciana « su concessione del Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo- Biblioteca Nazionale Marciana. Divieto di riproduzione ».
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre 12. L’église San Salvatore des Augustins à Candie
Crédits Gerola, 1917
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre 13. Le couvent des Franciscains à La Canée [devenu musée archéologique]
Crédits Photo : Bernard Gagnon [CC BY‑SA 3.0] Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre 14 Une église rurale : Saint‑Jean à Etia (Sitia)
Crédits Photo : Olaf Tausch [CC BY 3.0] Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Titre 15. Un monastère‑forteresse : Toplou (Panagia Acrotiriani)
Crédits Photo : Vadim Indeikin [CC BY‑SA 3.0] Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0M
Titre 16. Les cellules intérieures au monastère, entourant l’église centrale (catholicon) et la cour, Toplou
Crédits Photo : Vadim Indeikin [CC BY‑SA 3.0] Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6M
Titre 17. L’enceinte du monastère et son portail Renaissance inattendu dans son contexte défensif médiéval
Crédits Photo : Danielle Bassez
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre 18. Le portail d’entrée du monastère d’Arkadi
Crédits Photo : Danielle Bassez
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 19. La façade de l’église « double » du monastère au centre de l’espace fortifié
Légende Une des façades les plus connues de l’église « double » ; élevée dans un monastère orthodoxe, elle prévoit ainsi d’attirer même des fidèles latins et place les deux cultes sur un pied d’égalité. Elle est directement inspirée de l’architecte Sebastiano Serlio, dont les huit tomes de l’Extraordinario Libro de archittetura (1551) et les dessins circulent dans toute l’Europe, et elle reflète l’influence du maniérisme italien.
Crédits Photo : Danielle Bassez
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 20. La porte monumentale du monastère d’Aghia Triada Tsagarolon
Légende L’entrée principale est intégrée dans une muraille défensive : on y accède par un escalier monumental, car, en raison de la pente, le monastère compte trois niveaux sur son côté extérieur, et deux à l’intérieur. La porte est encadrée par deux colonnes ioniques qui soutiennent l’entablement. Là, deux colonnes corinthiennes, plus petites, surmontées chacune d’un petit fronton triangulaire encadrent un arc en demi‑cercle ; au sommet de l’ensemble, un fronton domine une inscription en grec, deux petits frontons. Cette organisation est influencée par le livre de Serlio. Par cette porte, on voit l’entrée, elle aussi caractéristique, de l’église centrale. La cour intérieure comprend deux chapelles supplémentaires dont celle, ci‑dessous, du Christ Sauveur à laquelle on accède depuis le cloître par un escalier.
Crédits Photo : Sophie Dornac
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre 21. Chapelle du Christ Sauveur et promenade du cloître au monastère d’Aghia Triada Tsagarolon, La Canée
Crédits Photo : Sophie Dornac
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-21.JPG
Fichier image/jpeg, 6,2M
Titre 22. Décryptage du tableau page 121
Légende 1. La montée à la Fortezza (Paleokastro) par gradins taillés dans le roc2. Église de la Panaghia Paleokastritsa, le long de la montée3. Le palais du recteur, la construction la plus haute de la Fortezza4. Le Duomo, l’église Saint‑Nicolas5. Petite construction formée de deux pièces distinctes, des ateliers6. Une petite église ‑ 7. Les casernes8. Le môle sud avec son extension récente du début du xviie siècle9. Le lazaret au tout début du môle nord (pas représenté)10. Le tout début de l’église Saint‑Nicolas ‑ 11. La Tour de l’Horloge12 et 13. Deux petites églises avec dôme, non identifiées14. La Place et les boutiques le long du mur du Castel Vecchio15. La porte Sabbionara (du sable)16. Le bastion Aghia Varvara bordé par les 19 casernes des stradioti albanais17. La loggia ‑ 18. Identifiée comme casa del Sofiano ‑ 19. Maison Drandakis20.et 21. Deux petits palais dont restent des éléments rue Arcadiou22. Église Sainte‑Catherine, siège de l’évêque latin23. Église de la Kyria ton Angelon (Notre‑Dame‑des‑Anges) avec son haut clocher24. Église Sainte Marie (et son dôme) ‑ 25. Le monastère latin des Franciscains26. Église Sainte Varvara (le plus haut clocher) ‑ 27. La petite église Sainte Anastasia28. Le passage du petit torrent qui rejoint la mer et le petit pont pour le traverser29. Église non identifiée ‑ 30. L’« exoburgo », le faubourg ‑ 31. L’église San Salvatore32. La source Saint‑Jean ‑ 33. Église Santa Maria Mesambelitissa (Notre‑Dame‑des‑Vignes)34. Église Saint‑Athanase des Grecs ‑ 35. Église Saint‑Lazaros.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre 23. Réthymnon au début du xviie siècle
Légende Peintre inconnu, mairie de Réthymnon, Le tableau se trouve dans le bureau du maire de Réthymnon, M. Giorgos Marinakis ; je le remercie ainsi que Mmes Efi Stefanou et Matina Arvaniti pour cette photographie rare et leur autorisation de publication.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre 24. Porte caractéristique de Réthymnon
Légende Qui sperat in dea sublevabitur. Celui qui espère en Dieu sera soulagé
Crédits Photo : Danielle Bassez
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre 25. Autre prote Renaissance à Réthymnon
Légende La porte est souvent le seul signe de luxe visible de l’extérieur
Crédits Photo : Danielle Bassez
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 26. Une ruelle vénitienne de Réthymnon
Crédits Gerola, 1902, I., p. 30
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre 27. Ruelle de La Canée encore bordée de demeures vénitiennes
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6M
Titre 28. L’une des deux tours de Maroulas (Réthymnon)
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 29. Maroulas : le portail extérieur qui veut impressionner
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre 30. Rogdhia : la demeure des feudataires Modinos
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-30.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre 31. Les emplacements repérés par Gerola
Légende . : villas repérées et photographiée par Gerola. ///// : altitude supérieure à 400. Si l’on observe, on remarque que la plupart sont situées à proximité des régions côtières et presque jamais au-dessus des 400 m.
Crédits Moody & Rackham, p. 248, carte a. Avec mes remerciements à Mme Dionysia Daskalou pour l’autorisation de publication donnée par les Presses universitaires de Crète.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre 32 a et b : la maison Clodio à Chromonastiri (Réthymnon) devenue maison militaire
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre 33 a et b : la maison et le blason des Da mezzo à Etia (Sitia)
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Crédits Photo : Olaf Tausch [CC BY 3.0] Wikimedia Commons
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre 34. Villa Trevisan
Crédits Gerola, 1932, III, p. 259.
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre 35. La villa de Rodopou, sa façade au milieu des broussailles, juin 2017
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre 36 a et b. Villa Rodopou : entrée latérale sous le balcon, les voûtes en ogive du rez‑de‑chaussée
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre 37. Villa Trevisan… aujourd’hui, juin 2017
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-40.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre 38. L’entrée de la propriété très comparable à celle de la maison Renieri à Palaia Roumata [récemment effondrée], un blason semi-effacé…
Crédits Photo : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre 39. La Rotonda, son plan dessiné par Gerola
Crédits Gerola, 1932, III, p. 25
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Titre 40 a et b : Réutilisations des murs de la Rotonda… juin 2017
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-43.png
Fichier image/png, 17M
Crédits Photos : Katherine Nazloglou
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/19269/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M

Acheter