Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fantômes dans l'Extrême-Orient d'hier et d'aujourd'hui - Tome 2

 | 
Marie Laureillard
, 
Vincent Durand-Dastès

Impressions d'outre-tombe et ombres électriques

Des fantômes chinois aux xxe et xxie siècles

Chinese Ghosts in the Twentieth and Twenty-first Centuries

中國鬼神二十、二十一世紀再現

Christophe Comentale

Résumé

Le Soushen houji, recueil de mirabilia attribué à Tao Yuanming (IVe siècle), a inspiré plusieurs artistes contemporains, qui ont illustré le texte avec des gravures sur bois dans un ouvrage publié au Chêne-Voyelle en 1990 : l’artiste taiwanais Chen Chao-pao, l’artiste chinois Yin Xin ou encore le sculpteur français Jean-François Ferraton. Nous prenons l’exemple ici du récit intitulé « La tête de mort », où un décès est annoncé par certains phénomènes insolites, parmi lesquels l’apparition de la tête d’un mort, que l’on enterre mais qui ne cesse de refaire surface : le texte, calligraphié par l’artiste chinois Li Kuanglang et traduit en français par Li Tche-houa et nous-même, est accompagné d’étonnantes visions au trait élégant et sinueux de Chen Chao-pao ou au style plus naïf de Yin Xin. Certains êtres fantastiques tracés au crayon de couleur par Li Xinjian, avec lequel nous avons réalisé un livre d’artiste en 2013 sur le motif propitiatoire du svastika, peuvent s’en rapprocher.

The Soushen houji, collection of mirabilia attributed to Tao Yuanming (4th century) has inspired several contemporary artists, who have illustrated the text with woodcuts in a book published by Chêne-Voyelle in 1990: the Taiwanese artist Chen Chao-pao, the Chinese artist Yin Xin, and the French sculptor Jean-François Ferraton. I take here the example of the story entitled “The dead man’s face”, where a death is announced by strange phenomena, among which the appearance of a dead man’s face, which is burried but which emerges again and again: the text, calligraphed by the Chinese artist Li Kuanglang and translasted into French by Li Tche-houa and myself, is supported by astonishing visions with winging and elegant lines by Chen Chao-pao or in a naive style by Yin Xin. Some fantastic beings drawn with colour pencils by Li Xinjian, with whom I have realized an artist’s book in 2013 about the propitiatory motif of swastika, can be compared with it.

柯孟德主編及譯文,以公元四世紀六朝時期陶淵明所著《搜神後記》為依托,諸多當代藝術家參與其中,從中獲取靈感,由台灣藝術家陳朝寶、大陸藝術家尹欣、李新建和法國雕塑家讓·弗朗索瓦·菲哈侗(Jean-François Ferraton)以木刻形式作插圖,台灣書法家李匡郎手書某章節。一九九0年,由法國里昂出版社(Chêne-voyelle)宣厚紙鉛版印刷出版,再現中國鬼神之說。
以其中一章節《死之頭》為例,展現的是一個被埋葬了的死者的頭顱,從地下浮出。此章節漢字文字由台灣書法家李匡郎手書,譯文法文與李哲華一同完成,配以陳朝寶典雅婉轉的筆觸,亦或尹欣那簡樸線條風格的插圖,使得此章節圖文並茂。
此藝術創作書中一些奇幻怪離插圖由李新建彩色鉛筆勾勒,與他於2013年還合著一藝術創作書,以他數年苦心“卐”萬字符的研究為主題。

Texte intégral

1Traiter des fantômes, apparitions, visions ou illusions conçues comme la manifestation surnaturelle d’une personne décédée – et qui plus est des fantômes en Chine en cette deuxième décennie du xxie siècle –, relève soit d’un besoin d’exotisme soit d’une volonté pédagogique, soit encore d’une nécessité personnelle ou extérieure drainée par la curiosité d’aller au-delà des apparences.

2Certes, essayer de définir ce que peuvent être des esprits revenant dans le monde des vivants aux yeux desquels ils sont visibles, et qui savent se manifester pour le plus grand plaisir et jusqu’à la plus grande frayeur de ces derniers, reste une entreprise séduisante et non dénuée de mystère. Ces créatures – appelons-les donc fantômes – montrent alors qu’elles sont aussi gouvernées par des passions, et retenues par des émotions qui nous échappent parfois, tout en nous faisant nous sentir concernés par leurs ressorts secrets.

3J’ai eu, il y a une vingtaine d’années, une expérience tout à fait singulière : celle justement qui a consisté à vouloir me pencher sur ces êtres a priori irrationnels. La lecture de ces histoires de fantômes, notamment celle de « Suite d’À la recherche des esprits » (Soushen houji 搜神後繼), m’a comblé d’aise quant à la profusion des exemples apparus au fil des récits de longueurs variables, et donc choisis selon l’impact qu’ils avaient sur mon imaginaire, en liaison avec des situations présentées, décrites comme des séquences de vie, de souvenir, des évocations brèves. Cet ensemble a conservé son lot de paradoxes, de conclusions ou fins sans rationalité apparente ou véritablement énigmatiques : ces paradoxes sont devenus des éléments du domaine du possible.

4Pour mémoire, le Soushen houji 搜神後記 est attribué au poète Tao Qian 陶潛 (ou Tao Yuanming 陶淵明) qui a vécu sous la dynastie des Jin de l’Est 東晉 (317-420). Le livre est aussi connu sous le titre de Xu Soushenji 續搜神記 ou Soushen xuji 搜神續記, étant alors considéré comme une suite au Soushenji 搜神記 (À la recherche des esprits) de Gan Bao 干寶. Bien que Tao Qian ait traditionnellement été cité comme l’auteur du recueil, des doutes se sont fait jour sous les Ming à l’initiative du lettré Shen Shilong 沈士龍. D’une part en raison de dates controversées sur l’auteur, d’autre part à cause du style jugé inégal selon les textes, si bien que, par ailleurs, certains sont jugés d’époques différentes.

5Un ensemble de 117 histoires et de 6 fragments forme le corps de ce recueil. Les histoires permettent de dégager quatre grands types de fantômes : histoires d’immortels et de magie, phénomènes inexpliqués, mariages dans l’au-delà, esprits et animaux étranges…

  • 1 Pour les dates de composition et d’édition de ce recueil, les éléments synthétisés ci-avan (...)

6J’ai, pour la curiosité, l’édification et le plaisir du lecteur, retranscrit ci-après le texte d’un de ces récits1  :

  • 2 Texte de la nouvelle « La tête du mort », parue dans le recueil dont la notice bibliograph (...)

« La tête du mort2 »
Yu Jin habitait Xinye. Sa mère étant malade, ses trois frères étaient à son chevet. Le jour, le feu était souvent allumé. Ils s’aperçurent soudain que la moustiquaire s’enroulait seule : la chose se répéta quatre fois. Puis un moment après, ils entendirent devant le lit une voix de chien fort étrange. Ils levèrent d’abord la tête, sans voir de chien, mais, par terre, la tête d’un homme mort : il restait un peu de sang, les yeux cillaient encore  : un spectacle vraiment répugnant.
Toute la maisonnée était effrayée, mais, comme on ne voulut pas la sortir à l’extérieur de la maison, la tête fut enterrée dans une arrière-cour.
Ils repassèrent voir le lendemain : les deux yeux dépassaient du sol. Ils l’enfouirent à nouveau. Deux jours après, elle avait reparu. Ils la mirent une nouvelle fois en terre. Elle ne refit plus surface.
Quelques jours après, la mère de Yu mourait.

7Comme ce sont les images qui guident mon attention, la canalisent, la fascinent aussi, c’est donc nécessairement en partant de cet axe que j’ai entrepris de traduire un florilège de nouvelles, choisies – encore une fois – par leur impact sur mon imaginaire.

8Cependant, m’en tenir uniquement à une traduction, maintiendrait, en fait, une frustration : les mots qui constituent le fil de ces récits qui s’enchaînent, qui captivent, malgré le savoir du ou des auteurs, ne restent le plus souvent que des mots manipulables selon tant de critères subjectifs.

  • 3 Né en 1948 à Changhua (Taiwan), Chen Chao-pao (Chen Chaobao en phonétique pinyin) est dipl (...)
  • 4 Né en 1959 à Kashgar dans le Turkestan chinois, la Révolution culturelle (1966-197 (...)
  • 5 Né en 1949 à Lyon, il est élève du peintre fresquiste et vitrailliste René-Maria Burlet à l (...)

9J’ai demandé à différents créateurs, un Taïwanais, Chen Chao-pao3, un Chinois, Yin Xin4 et à l’éditeur de l’ouvrage, Jean-François Ferraton5, tous trois artistes, de traduire ce que leur inspirait le texte pour les deux premiers et sa traduction pour le troisième.

  • 6 Calligraphe taiwanais de la génération de Chen Chao-pao apprécié pour son style délié.
  • 7 Soushen houji, 1990, Rochetaillée  : le Chêne-Voyelle. Ill. de 18 xylographies originales (...)

10Autre prolongement tout à fait agréable et concret pour cette édition, la calligraphie tracée par Li Kuanglang6, rendue et reproduite sous une forme sérigraphique [ill. 1] réduite par l’imprimeur7.

Des histoires de fantômes en Chine

11Loin de moi la tentation de vouloir donner ne fût-ce qu’une esquisse anthologique sur ce séduisant sujet que constitue l’essence du fantôme et de ses manifestations. Le Soushen houji – présenté ci-avant – livre un monde aussi riche de réel que de prolongements vers l’imaginaire avec des créatures appartenant souvent à un monde autre.

12Je m’en tiendrai à quelques notes synthétiques glanées ici et là, par exemple à la lecture du « Classique des monts et des mers » (Shanhaijing), une continuité de versions manuscrites aboutissant à sa publication xylographique, fruit de la contribution de lettrés, de peintres, de graveurs qui se sont succédé durant les périodes des Royaumes combattants et des Han pour rassembler des données relatives à la géographie et aux légendes de l’Antiquité chinoise. Parmi ces contributeurs si différents, la tradition a retenu les noms de Liu Xiang 劉香 et de son fils Liu Xin 劉歆, contemporains des Han occidentaux. Ces deux clercs, archivistes, font remonter les sources de cette somme à Yu le Grand ou à son assistant Bo Yi 伯益. La version actuelle est essentiellement celle des Han, commentée sous les Jin par Guo Puzeng 郭璞曾 (276-324) puis sous les Qing par Bi Yuan 畢沅 (1730-1797) (Shanhaijing xinjiaozheng 山海經新校正) et He Yixing 郝懿行 (Shanhaijing jianshu 山海經箋疏). D’aucuns considèrent que des éléments pourraient en outre avoir été ajoutés à l’ensemble du temps de Guo Puzeng. Pour ce qui a trait aux illustrations, celles contemporaines des Six Dynasties et des Song, ont disparu ; elles ont été remplacées par d’autres images contemporaines des Ming et des Qing.

13La structure de l’ensemble obéit à une division extrêmement formalisée. Les 39 textes de l’œuvre sont répartis en 18 fascicules, pour un total de 31 000 caractères. Les données de cet univers ainsi créé présentent 40 pays, 550 montagnes, 300 fleuves et cours d’eau, plus de 100 personnages historiques, et 400 animaux aux formes étranges sur fond de récits mythologiques.

14Un autre recueil d’histoires de fantômes, les « Contes étranges du studio du loisir » (Liáozhāi zhìyì 聊齋志異), est dû à Pu Songling (蒲松齡, 1640-1715), écrivain de la dynastie des Qing.

15Ces histoires surnaturelles sont traduites à l’aide d’éléments pris au merveilleux et à l’extraordinaire, par exemple l’union entre un lettré et une créature qui est femme par son enveloppe charnelle, ses réactions, son comportement étant irrationnels et plus ceux d’un être de type fantôme, âme errante qui se manifeste au gré de ses vouloirs.

16À travers ces histoires se détache le personnage de la femme-renarde, très présente dans les contes populaires chinois. Elle devient ici une justicière qui apporte la paix, tout comme, par ailleurs, l’homme qui s’unit à elle connaît le véritable amour et la réussite aux examens.

17Outre ces recueils, le « Corpus des livres anciens et modernes » (Gujin tushu jicheng 古今图书集成), est une vaste encyclopédie comprenant 10 040 chapitres et 5 020 fascicules couvrant des sujets obéissant à une classification spécifique. Pour chacun, des citations ou textes entiers d’œuvres. Elle est compilée sous les Qing sous l’autorité d’un lettré, Chen Menglei ; à sa rédaction commencée en 1706 fait suite une édition en 1726-1728 ; elle constitue une excellente source de textes relatifs aux fantômes.

Fantômes et création graphique

  • 8 Rappelons pour mémoire que, d’après la tradition chinoise, Zhong Kui 鍾馗 a vécu sous la dy (...)

18Ce qui me séduit davantage, c’est de m’étendre sur la traduction visuelle de ces fantômes, même si la tradition les matérialise par une ou plusieurs formes figées d’images devenues des référents parfois sans que cela soit vraiment intéressant. Là encore, les récits multiples qui nous font plonger dans l’iconographie de Zhong Kui8 font heureusement naître des modèles qui inspirent encore l’époque actuelle et différentes tendances artistiques. Il faut la puissance d’un ego de créateur pour se colleter à ces destructions d’idoles… Ainsi en va-t-il des images que Chen Chao-pao a créées pour accompagner les textes où des images intégrées à ses différents contextes imaginaires changent alors le registre de l’iconographie produite.

De l’insularité au continent : les gravures sur bois de Chen Chao-pao et Yin Xin

19Pour des raisons objectives, liées à la complexité de la géopolitique, j’ai pu durant la fin des années 1970 séjourner plusieurs années à Taiwan, j’étais alors en poste au Musée du vieux palais. Sous la houlette de chercheurs comme Wu Zhifu, homme de lettres et chef du Département des livres rares dans cet établissement, j’ai pu avoir accès à des collections importantes d’images, alors que, parallèlement, des amitiés sont nées d’échanges constructifs.

Les neuf gravures sur bois de Chen Chao-pao 陳朝寶的九張木刻

20Ainsi en va-t-il de la rencontre avec Chen Chao-pao qui a, alors, opté pour une image ouverte, et puisant à la perfection d’une technique provenant de la formation lente reçue à l’université de Zhenghua.

Enfant, explique Chen, j’ai écouté les histoires traditionnelles, tant des romans de cape et d’épée que des histoires destinées à nous émerveiller avec une variété de créations des plus diverses. J’ai vécu une enfance difficile, dans la pauvreté, et souvent, faute de matériel, j’avais tous les pigments naturels possibles à ma disposition lorsque je gardais les poules.

21La proximité des animaux a été un marqueur fort pour le développement de thèmes qui ont enthousiasmé son imaginaire.

22Les beautés traditionnelles deviennent d’une laideur affligeante. « Pourquoi ? » se demande Chen, « Sont-elles de simples créatures ou bien des fantômes qui ne livrent d’eux-mêmes qu’une enveloppe éphémère ? »

23Il a, outre ces images, réalisé d’autres œuvres, comme cette «  Nuit d’été  », une lithographie en couleurs où il traite des rapports intimes et imbriqués du yin et du yang comme cela se vérifie entre cette beauté alanguie qui forme une sinuosité sur la partie inférieure de l’œuvre alors que, formes sombres sur une pleine lune, un pigeon se rengorge…

24Chen Chao-pao utilise des papiers différents, du kraft pour les épreuves d’essai, du Rives pour l’édition finalisée. Sur le kraft, les tons jouent en la faveur d’un jour plus intense comme d’une matité qui renvoie les personnes à une autre heure de la journée déjà avalée par la puissance du crépuscule tombant. La scène permet la confrontation d’un binôme pour le moins inattendu et antithétique.

Ill. 1.

Ill. 1.

Li Kuanglang, 1990, calligraphie d’un texte du Soushen houji, « La tête du mort », interprétation sérigraphique, 32 x 24 cm

  • 9 La notice bibliographique de la Bibliothèque nationale de France précise que (...)

25Pour la série de gravures sur bois réalisées pour le Soushen houji, l’expression graphique de Chen Chao-pao, qui a fait sienne des thèmes principaux comme les personnages, les animaux, un paysage structuré de montagnes et de cours d’eau, un tel vocabulaire va tout à fait convenir à la réalisation d’histoires restituées à un nombre restreint de gravures [ill. 2-6] sur bois de fil, à 80 exemplaires9 pour l’édition en reliure à ficelle, ainsi que quelques exemplaires rehaussés hors commerce. Les différentes matrices sont en bois de poirier que Chen Chao-pao grave avec ses gouges et ciseaux. Les premiers tirages d’essai sont autant de tentatives de mise au point dont les rares épreuves vont être rehaussées, marouflées pour devenir des œuvres quasi uniques sur lesquelles les impressions en ombre noire constituent une ossature qui sait rester dure et dominante, sait devenir une tonalité qui s’efface sur l’intensité contrôlée des couleurs rapidement passées à la brosse ou au pinceau.

Ill. 2.

Ill. 2.

Chen Chao-pao, 1990, le Chien jaune, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

Ill. 3.

Ill. 3.

Chen Chao-pao, 1990, le Devin tartare, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

Ill. 4.

Ill. 4.

Chen Chao-pao, 1990, Fils de dragon, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

Ill. 5.

Ill. 5.

Chen Chao-pao, 1990, la Tête de mort, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

Ill. 6

Ill. 6

Chen Chao-pao, 1990, Mademoiselle Zhang, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

Les deux séries de Yin Xin 尹欣的兩套木刻

26Yin Xin, originaire de Kashgar où il naît en 1958, est très influencé par les modèles iconographiques véhiculés par la propagande révolutionnaire. Son style assez massif sait être descriptif, aller à l’essentiel avec quelques objets, personnages… Tous les sujets sont bons :

  • 10  Notes prises lors d’un entretien avec l’artiste en 1991.

Dans mon esprit, les fresques des temples et les bannières porteuses de propagande politique se sont mêlées pour former une histoire étrange et vivante. Ces images m’ont servi d’enseignement et ont nourri mon intérêt – poursuivi avec candeur – à peindre, quand je réalisais des slogans politiques sur les murs sans en comprendre la signification10.

  • 11 Suite d'À la recherche des esprits [Soushen houji 搜神後記, 1993, Paris  : chez les auteurs (...)

27Il réalise lui aussi un ensemble comprenant deux séries de six gravures sur bois de fil11, reprend des images qui lui sont familières entre les objets qui se sont imposés. Les personnages sont nés de résurgences aussi lointaines que les modèles figés par le « Classique des monts et des mers ». À propos de l’utilisation de cette technique, il déclare :

  • 12 Christophe Comentale, 2010, «  le Livre d’artiste d’Est en Ouest  ».

J’ai choisi la gravure sur bois, cette technique directe, simple, sans fioritures, car c’était le meilleur médium qui me permette de m’exprimer. J’ai utilisé les qualités distinctives du noir et du blanc pour combiner la gravure sur bois traditionnelle chinoise et la gravure occidentale expressionniste. Deux motifs récurrents de mon art sont la culture tibétaine et le bouddhisme12.

Ill. 7

Ill. 7

Yin Xin, 1993, la Tête de mort, 2, gravure sur bois sur papier vergé, 32 x 24 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

Ill. 8

Ill. 8

Yin Xin, 1993, la Tête de mort, 5, gravure sur bois sur papier vergé, 32 x 24 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji

28Là encore son plaisir, vif et constant, à mêler des images d’œuvres anciennes à des formes qui sont les siennes, font naître un ensemble d’images qui accompagnent, présentées sous forme de portfolio, les différentes créatures se succédant dans le Soushen houji [ill. 7 et 8].

Les svastikas de Li Xinjian 李新建的的卐字符

  • 13 Li Xinjian naît en 1954 dans la province du Sichuan, province du Centre-Ouest de la Ch (...)
  • 14 Christophe Comentale, Li Xinjian, 2013-2014, Svastikas, Pékin et Paris  : (...)

29En 2013, j’ai, en collaboration avec Li Xinjian13, réalisé un manuscrit d’artiste à cinq exemplaires14. Li Xinjian m’a proposé des images liées au svastika [ill. 9] tel qu’il l’envisage dans le monde, notamment son pays natal. Son travail de recherche sur ce motif propitiatoire court depuis plus d’une dizaine d’années et est relativement inédit, seules des œuvres, installations, performances en gardant trace. Ainsi, les reliures en accordéon choisies pour cette évocation sont d’un format qui permet une prise en compte assez longue de la narration, en l’occurrence un périple à travers les siècles et les continents. Il m’a laissé le plaisir et la latitude d’y ajouter mon texte. Au fil de ces années, dont la succession s’est égrenée sur les 20 plis d’une reliure en accordéon en papier xuan, nous avons pu évoquer des créatures venues d’ailleurs. Comme pour tous ces êtres fantasmatiques ou réels qui peuplent l’univers de Li Xinjian, chacun a son poids, celui qui influence nos émotions, tout comme celui qui suscite celles, aussi nombreuses, de ceux qui les regardent. Là encore, les données traditionnelles sont parfois devenues l’expression d’une création personnelle qui vivifie, régénère les symboles…

Ill. 9

Ill. 9

Li Xinjian, 2013, Svastikas, crayons de couleurs sur papier xuan, 32 x 46 cm

30Au terme de cette présentation très personnelle de ce que peuvent être des fantômes chinois, il apparaît que les jeux des formes constituent un univers de plaisir, d’émotions aussi, qui rentrent forcément dans l’Histoire, dont l’un des rôles est de léguer les esthétiques successives, celles qui sollicitent l’imaginaire des êtres fugaces que nous sommes…

Notes

1 Pour les dates de composition et d’édition de ce recueil, les éléments synthétisés ci-avant sont tirés des données bibliographiques citées dans la partie Bibliographie.

2 Texte de la nouvelle « La tête du mort », parue dans le recueil dont la notice bibliographique est donnée en note 7. Chen Chao-pao et Yin Xin ont réalisé l’un une, l’autre une série de six gravures.

3 Né en 1948 à Changhua (Taiwan), Chen Chao-pao (Chen Chaobao en phonétique pinyin) est diplômé de l’Université nationale des arts de Taiwan (Taipei). Il est illustrateur au quotidien Lianhebao 聯合報 durant les années 1980. Il arrive en 1984 à Paris où il vit jusqu’en 2000. Il est depuis lors enseignant dans son université d’origine. Il a enchaîné depuis 1970 les expositions d’abord collectives puis personnelles à Taiwan, en Asie et en Europe (1984, exposition personnelle à l’espace Union de Banques à Paris ; 1985, Musée national des beaux-arts, Taipei ; 1986, Musée de l’estampe et du dessin original, Gravelines ; 1997, Musée national d’histoire, Pékin…).

4 Né en 1959 à Kashgar dans le Turkestan chinois, la Révolution culturelle (1966-1976) interrompt sa scolarité. Sa famille migre en 1970 – il s’agit en fait d’exil politique – vers la frontière de la Mongolie. Le tout jeune homme commence alors la copie des peintures de propagande politique. En 1977, il est étudiant au département des Beaux-Arts de l’Université normale du Xinjiang. Il entreprend ensuite un cursus à l’Institut des beaux-arts de Xi’an puis, en 1986, est enseignant à l’Institut des arts du Xinjiang. Il quitte la Chine en 1988 pour aller en Australie étudier à la faculté des arts de l’Institut royal de technologie de Melbourne. Cette première pérégrination est suivie en 1991 d’un cycle de voyages à travers l’Europe et de réalisations artistiques entre Taiwan, Hong-Kong, Beijing et Paris. En 1994, il se fixe à Paris où il travaille depuis lors et enchaîne les expositions individuelles.

5 Né en 1949 à Lyon, il est élève du peintre fresquiste et vitrailliste René-Maria Burlet à l’académie du Minotaure de Lyon de 1978 à 1989. Il sculpte pendant quelques années de nombreux bas-reliefs sur bois, crée en 1985 son propre atelier à l’enseigne du Chêne-Voyelle, et édite jusqu’en 1995 une douzaine de livres d’artiste xylographiés. Il édite également à cette époque des estampes de grands formats et des gaufrages. Il consacre depuis lors son temps à des travaux d’art sacré.

6 Calligraphe taiwanais de la génération de Chen Chao-pao apprécié pour son style délié.

7 Soushen houji, 1990, Rochetaillée  : le Chêne-Voyelle. Ill. de 18 xylographies originales de Jean-François Ferraton, Chen Chao Pao ; 18 calligraphies de Li Kuang Lang  ; trad. de Christophe Comentale, revue par Li Tche Houa  ; [74] f. ; 35 cm. Tiré à 80 ex. (et non 100) numérotés et signés sur chine Xuanzhi.

8 Rappelons pour mémoire que, d’après la tradition chinoise, Zhong Kui 鍾馗 a vécu sous la dynastie des Tang (618-907) ; ce jeune homme talentueux était très laid. Reçu major aux examens impériaux, sa laideur lui vaut d’être éliminé par l’empereur qui ne le juge pas apte à faire partie de la fonction publique. Zhong Kui se suicide à la suite de cette mesure arbitraire ; à titre posthume l’empereur lui offre une robe de fonctionnaire et le roi des enfers le nomme chef des fantômes.

9 La notice bibliographique de la Bibliothèque nationale de France précise que l’édition finale a été exécutée à 80 et non à 100 exemplaires comme cela était prévu initialement…

10  Notes prises lors d’un entretien avec l’artiste en 1991.

11 Suite d'À la recherche des esprits [Soushen houji 搜神後記, 1993, Paris  : chez les auteurs, introduction et nouvelles traduites par Christophe Comentale, 12  gravures sur bois de Yin Xin. Présentation en portfolio, 32 x 24 cm. Trois exemplaires. Ce tirage très limité est extrêmement fréquent pour ce type de réalisation entre un auteur et un artiste : voir Christophe Comentale, 2010, «  le Livre d’artiste d’Est en Ouest  ».

12 Christophe Comentale, 2010, «  le Livre d’artiste d’Est en Ouest  ».

13 Li Xinjian naît en 1954 dans la province du Sichuan, province du Centre-Ouest de la Chine. Il se tourne tôt vers les beaux-arts. Diplômé de l’Institut des beaux-arts du Sichuan en 1982, il effectue ensuite différents voyages, notamment au Tibet où il expose dès 1985  ; l’art devient alors une succession de réalisations-performances dans la nature. Il réside ensuite à Paris, s’inscrit à l’Institut des beaux-arts de Paris en 1992, y termine un cursus en peinture mais s’intéresse aussi à d’autres formes artistiques dans le domaine du dessin et des arts graphiques. L’installation dans la capitale s’accompagne de participations à des expositions collectives et individuelles, notamment le salon Jeune Peinture. Il est aussi présent à certains événements internationaux : à Shanghai avec la Biennale du Moca (Musée d’art contemporain) ; à New York, où il participe à Sculpture Space (雕塑的空间展). Il vit depuis quelques années entre Paris et Pékin, où il a son atelier. En novembre 2008 a lieu une exposition d’œuvres récentes, notamment de grands formats en peinture à l’huile, à la galerie sino-taiwanaise Guanxiang. Chercheur infatigable, il travaille activement au thème du svastika, considéré comme un motif permanent au sein de la création. Ce travail a donné lieu à différents travaux d’écriture encore inédits.

14 Christophe Comentale, Li Xinjian, 2013-2014, Svastikas, Pékin et Paris  : chez les auteurs. 20 plis, leporello, édition manuscrite à cinq exemplaires, 32 x 23  cm.

Table des illustrations

Titre Ill. 1.
Légende Li Kuanglang, 1990, calligraphie d’un texte du Soushen houji, « La tête du mort », interprétation sérigraphique, 32 x 24 cm
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Ill. 2.
Légende Chen Chao-pao, 1990, le Chien jaune, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Ill. 3.
Légende Chen Chao-pao, 1990, le Devin tartare, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-3.png
Fichier image/png, 37k
Titre Ill. 4.
Légende Chen Chao-pao, 1990, Fils de dragon, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-4.png
Fichier image/png, 35k
Titre Ill. 5.
Légende Chen Chao-pao, 1990, la Tête de mort, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-5.png
Fichier image/png, 38k
Titre Ill. 6
Légende Chen Chao-pao, 1990, Mademoiselle Zhang, gravure sur bois sur papier xuan, 35 x 26 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-6.png
Fichier image/png, 38k
Titre Ill. 7
Légende Yin Xin, 1993, la Tête de mort, 2, gravure sur bois sur papier vergé, 32 x 24 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-7.png
Fichier image/png, 32k
Titre Ill. 8
Légende Yin Xin, 1993, la Tête de mort, 5, gravure sur bois sur papier vergé, 32 x 24 cm, ill. réalisée pour le Soushen houji
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-8.png
Fichier image/png, 33k
Titre Ill. 9
Légende Li Xinjian, 2013, Svastikas, crayons de couleurs sur papier xuan, 32 x 46 cm
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1896/img-9.png
Fichier image/png, 62k

Auteur

Musée de l’Homme