Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre sur les calculs effectués avec des bâtonnets

 | 
Rémi Anicotte

Lecture du pinyin

Texte intégral

1Voici quelques indications concernant la prononciation du pinyin qui est la transcription du mandarin moderne que nous utilisons dans le présent ouvrage.

2Les consonnes et groupes de consonnes en position initiale possèdent généralement les mêmes valeurs qu’en français. Les exceptions sont c, h, q, r, x, z, ch, sh et zh.

3La lettre c se prononce comme un ts’ assez fortement expiré et fait le pendant à z qui se prononce ts sans expiration.

4La séquence ch se prononce tch’ fortement expiré, alors que zh se lit tch sans expiration, ces consonnes ch et zh s’articulent avec la pointe de la langue levée vers le palais : on parle de consonnes rétroflexes.

5En revanche x, j et q ont une articulation palatale, ce qui signifie que le dos de la langue est levé vers le palais et que la pointe de la langue est placée contre les incisives du bas ; x est proche du ich‑laut allemand, q est un tch’ palatal fortement expiré, j est un tch palatal non expiré.

6Le h est plus emphatique que le h aspiré anglais, il se prononce à peu près comme la jota espagnole ou le achlaut allemand.

7Le r est proche du j français dans jeu, voire du r rétroflexe de l’anglais américain.

8Les voyelles i et o sont proches de leurs valeurs respectives en français.

9Le ü se prononce comme le u français dans lutte.

10Le u se prononce généralement comme le ou français dans bambou, mais se prononce u après j, q et x (la transcription fait l’économie du tréma parce que ces trois consonnes ne sont jamais suivies du son ou), et aussi après y dans yu (une syllabe qui se prononce u) et finalement dans la séquence −ue.

11Le e peut généralement être approximé par le e français dans l’article le, mais c’est le ê de même dans −ue et c’est le é de changé dans la diphtongue −ei.

12La voyelle a peut généralement être approximée par le a français, mais, dans –ian, elle se prononce comme le ê de même.

13Les seules consonnes finales sont −n et −ng qui s’articulent comme en anglais.

14On a les diphtongues −ai, −ei, −ao, −ue et −ou dans lesquelles les deux voyelles se prononcent clairement. La suite de lettres −un cache une diphtongue −uen et −ui se dit en fait −uei.

15Les accents sur certaines voyelles, par exemple ā, á, ă et à, marquent les tons des syllabes correspondantes, le mandarin distinguant quatre tons.