Version classiqueVersion mobile

Fantômes dans l'Extrême-Orient d'hier et d'aujourd'hui - Tome 2

 | 
Marie Laureillard
, 
Vincent Durand-Dastès

Auteurs hantés de la littérature moderne

Histoires de rêves et de fantômes chez Yan Zonglin (1905-1978)

Stories of Dreams and Ghosts by Yan Zonglin (1905-1978)

閻宗臨 (1905-1978) 對夢與魂的論述

Colette Girard

Résumé

Le séjour en Suisse de Yan Zonglin débouche sur plusieurs publications. En 1937, au terme de ses études à l’Université de Fribourg, celui-ci décide de rentrer en Chine afin d’y occuper un poste de professeur à l’Université franco-chinoise de Pékin. Durant les années 1930, lors de deux voyages en bateau qui l’emmènent vers la Chine, Yan écrit des textes qu’il publiera dans la revue Nouvelle étoile polaire. Dans ces deux séries de textes intitulés Fantômes d’encre (1935) et Brumes nocturnes (1937), l’auteur évoque son appréhension du retour au pays et ses relations sentimentales à travers des récits de rêves impliquant des apparitions fantomatiques. Au-delà de la dimension surnaturelle et fantomatique de ces trois textes, ceux-ci utilisent le biais du compte-rendu de rêve comme prétexte pour parler des préoccupations de l’auteur.

Texte intégral

  • 1 Yian Tsouan Lin, 1937, Essai sur le père Du Halde et sa description de la Chine, dont la (...)
  • 2 Sa thèse se base sur l’étude de la Chine faite par les jésuites français au cours de la (...)
  • 3 Durant son séjour en Suisse, Romain Rolland explore la culture asiatique et s’intéresse à (...)
  • 4 En 1937, il rentre en Chine avec sa femme avec la certitude de pouvoir publier sa traducti (...)
  • 5 La revue « Nouvelle Étoile polaire » paraît de 1935 à 1937 sous la direction de Mgr Yu Pin (...)

1En 1937, au terme d’études de lettres à l’université de Fribourg en Suisse, Yan Zonglin rend une thèse de doctorat intitulée Essai sur le père Du Halde et sa description de la Chine1 sous la direction d’Eugène Dévaud2, et décide de rentrer en Chine afin d’y occuper un poste de professeur à l’université franco-chinoise de Pékin. Yan Zonglin prend aussi congé de son ami Romain Rolland, dont la collaboration3 débouche sur la traduction chinoise de la Vie de Michel-Ange qu’il souhaite faire publier à Shanghai à son retour4. Le séjour en Suisse de Yan Zonglin débouche sur plusieurs publications. En effet, durant ses études en Suisse, Yan Zonglin retourne une première fois en Chine, en 1933 après sept ans d’absence, et y retourne définitivement en 1937. Lors des deux voyages en bateau en 1933 et en 1937 qui l’emmènent vers la Chine, Yan écrit des textes qu’il publiera dans la revue Xin beichen 新北辰 (« Nouvelle Étoile polaire »)5. Ses textes semblent refléter les inquiétudes et les angoisses du retour avant même l’arrivée dans l’Empire du Milieu.

  • 6 Yan Zonglin [阎宗临], 1935a, « Mohun 墨魂 » (« Fantômes d’encre ») .
  • 7 Yan Zonglin [阎宗临], 1937a, « Yeyan 夜煙 » (« Brumes nocturnes ») .

2Dans ces deux séries de textes intitulés « Fantômes d’encre » (« Mohun 墨魂 », 19356) et « Brumes nocturnes » (« Yeyan 夜烟 », 19377), Yan Zonglin y évoque notamment son appréhension du retour au pays mais aussi ses relations sentimentales à travers des récits de rêves impliquant des apparitions fantomatiques. L’aspect du corps comme il ressort à la lecture de quelques textes de Yan Zonglin, est le fruit d’un univers onirique et étrange, représenté sous des formes et des états divers. Les passages principaux traitent de personnages qui sont à l’état de cadavres, de squelettes et qui agissent comme des êtres vivants dans un environnement morbide. Le corps représenté dans ces rêves est mort-vivant, le récit a pour décor la Chine, peut-être la Suisse, et les interactions entre l’auteur et les revenants se font surtout sous forme de dialogues ou de monologues.

3La représentation d’un corps mort ou malade, et qui fonctionne paradoxalement comme un corps vivant dans cet au-delà onirique, sera le fil conducteur pour construire une analyse sur la narration d’un monde des rêves où les morts-vivants viennent parler de réalités qui touchent le monde des vivants, et plus particulièrement celui de l’auteur. La question posée sera de savoir si ces récits sont de simples comptes rendus de rêves, ou s’ils dépassent ce stade et prennent ce prétexte pour parler de thèmes beaucoup plus profonds. Mon analyse replacera d’abord les productions dans leur contexte, puis s’attachera à découvrir si elles n’utilisent pas le monde de l’imaginaire et du surnaturel pour exprimer des pensées qu’il aurait été plus compliqué d’exprimer sous une autre forme, notamment quand il s’agit de questions comme les relations sentimentales ou le retour au pays.

4Pour mieux comprendre le contexte des productions de Yan Zonglin, il faut s’arrêter tout d’abord sur sa biographie. Yan Zonglin naît en 1905 dans une famille de paysans pauvres dans la sous-préfecture de Wutai dans la province du Shanxi. Très tôt, il travaille dans les champs et les mines pour aider sa famille à survivre. Il travaille aussi auprès du temple bouddhique local où il va chercher de l’eau, en paiement de quoi on lui permet de suivre l’école primaire. En 1922, il emprunte de l’argent pour ses études secondaires et ressort de ces dernières diplômé. En 1925, ses parents lui imposent un mariage arrangé. Deux jours après la cérémonie, ne pouvant supporter cette situation, il quitte sa famille et part à Pékin. Il y travaille comme correcteur dans un journal, entre dans le mouvement littéraire Ouragan (狂飙), ce qui lui permet de rencontrer Liang Shuming et Lu Xun (1881-1936) qui le cite dans son journal. Sur les conseils de Lu Xun, il quitte la Chine fin 1925 pour partir dans le mouvement Travail-Études à Lyon. Il y travaille en usine de nylon jusqu’en 1929, mais ne pourra pas se payer les études à l’Institut franco-chinois de Lyon. C’est par le bouche-à-oreille qu’il entend parler de l’Œuvre Saint-Justin à Fribourg et, muni de ses économies, il part en Suisse où, boursier de l’Œuvre Saint-Justin, il s’inscrit à l’université de Fribourg et obtient une licence de lettres en 1933 et son doctorat en 1937. En 1929, le doyen de l’université Marck de Munninck demande à Yan Zonglin d’aller chez l’écrivain Romain Rolland (prix Nobel de littérature en 1915) pour l’aider à comprendre la littérature chinoise. Il se rend presque chaque semaine chez Rolland jusqu’en 1937, dont il traduit en chinois le roman Vie de Michel-Ange. Il prend en cela la suite de Jing Yinyu 敬隐渔 (1901-1931), qui avait traduit les romans Jean‑Christophe et l’Édifiante Histoire d’a‑Q de Lu Xun que Rolland avait publiés dans la revue Europe le 15 juin 1926. De retour en Chine en 1937, Yan Zonglin souhaite publier le roman de Rolland, mais le manuscrit déposé à l’imprimerie à Shanghai est détruit par les bombardements japonais.

« Fantômes d’encre » et « Brumes nocturnes », miroirs des préoccupations de l’auteur

  • 8 Ce recueil est composé en partie de récits de rêves et, à l’intérieur de ces derniers, l (...)
  • 9 Un autre recueil intitulé Bodong 波动 (Changements) fera l’objet d’une publicati (...)
  • 10 Yan Zonglin [阎宗临], 1937b, « Kulou de weixiao 骷髅的微笑 » (« Le sourire du squelette »), p. 9 (...)

5Les textes de Yan Zonglin relatifs au thème du retour sont composés entre autres de deux séries de textes intitulés « Fantômes d’encre » (1935) et « Brumes nocturnes » (1937), qui sont écrits sur le bateau à vapeur qui ramène Yan Zonglin en Chine. Tous deux relatent et décrivent les étapes du voyage vers la Chine et sont composés de pensées personnelles et de récits de rêves qui font parfois penser au recueil la Mauvaise Herbe (Yecao 野草, 1927) de l’écrivain Lu Xun8. Si ces deux suites de textes sont écrites lors d’un retour en Chine, leur contexte est à chaque fois différent. En effet, « Fantômes d’encre » est écrit lors du premier retour au pays en 1933 et est publié en 1935, tandis que « Brumes nocturnes » paraît lors du retour définitif de 19379. Ces recueils évoquent les villes où le bateau fait escale mais aussi les préoccupations au sujet du retour en Chine. L’analyse que nous nous proposons de faire est basée sur un choix de trois textes dont le thème principal est la représentation fantomatique de Pékin d’une part, et de femmes que Yan Zonglin a aimées d’autre part. Le premier poème en prose « Le sourire du squelette » (« Kulou de weixiao 骷髅的微笑 ») paraît en 1937 dans le recueil « Brumes nocturnes10 ». Le recueil paraît sous la forme d’épisodes où l’auteur utilise le récit de ses rêves pour évoquer son angoisse du retour :

Quand il fait nuit, entouré de fumée légère, j’atteins les frontières d’un nouveau monde, et je peux rêver librement. J’aime les volutes lisses de la brume nocturne et encore plus quand celle-ci s’évanouit par magie, parce qu’elle symbolise la vie et me fait méditer sur la destinée. […] En ce qui concerne le sens de « Brumes nocturnes », j’ai pris les scènes du passé, j’ai sélectionné celles qui se sont envolées silencieusement.

  • 11 Yan Zonglin, 1937a, « Yeyan 夜烟 » (« Brumes nocturnes »), p. 893.

深夜时,随着清淡的烟云,我走到一个新的境界,自由地做梦。我爱夜烟缭绕的没纹,更爱夜烟奇幻的消逝,因为他象征一切的命运,给我以深思的机缘。[…] 至于叫做“夜烟”之意,取作时之情景,亦取其无声之消逝11

6L’auteur fait allusion aux rêves qu’on fait la nuit et qui s’envolent comme de la fumée. Au fil des textes, il y exprime sa nostalgie et ses peurs, notamment à travers la représentation de personnes mortes qui parlent avec lui.

  • 12 Comme le veulent les traditions de l’époque, Yan Zonglin doit se plier à un mariage (...)

7Pour mieux comprendre l’intrigue dans « Le sourire du squelette », il faut préciser tout d’abord le contexte. Avant de quitter la Chine, les parents de l’auteur lui avaient imposé un mariage arrangé et Yan Zonglin avait quitté la maison deux jours plus tard12. Face à cette attitude, ses parents lui avaient sévèrement reproché son manque de piété filiale. Après un départ houleux et des années d’absence, Yan Zonglin est nerveux, car la première chose qu’il souhaite faire en voyant sa famille est de lui annoncer sa volonté de divorcer. Certaines allégories dans ce texte semblent représenter l’anxiété et le dégoût que lui a inspiré ce mariage forcé, ainsi que l’appréhension du retour. Au début du texte, l’auteur fait la découverte d’un squelette dans le lit où il était en train de dormir. La scène se déroule comme suit :

J’ai rêvé qu’au cours d’une interminable nuit, je me suis réveillé sur un lit en fer et j’y ai vu un squelette allongé. Du corps de celui-ci se dégageait un souffle froid, comme le vent du nord en hiver, ce qui me glaça le sang. Je savais que c’était l’incarnation de mon épouse.

  • 13 Yan Zonglin, 1937b, « Kulou de weixiao 骷髅的微笑 » (« Le sourire du squelette »), (...)

我梦见:在无尽的阴夜中,从铁床上醒来,我看见一具骷髅卧在塌上。她身上的冷气,像冬夜的朔风,是我的血凝结为冰。我晓得这是我爱人的化身13

  • 14 Un neveu de Yan Zonglin a avoué que celui-ci se cachait dans le village lors de son reto (...)

8L’apparition d’un squelette de sexe féminin sur le lit en fer est clairement précisée. Cette apparition féminine inquiétante fait très vite découvrir à l’auteur que ce squelette appartient en fait à sa première femme, notamment par la présence de celle-ci dans un lit commun qui évoque la situation maritale entre un homme et une femme. Cependant le dégoût et la frayeur provoqués par l’aspect morbide du squelette semblent être le début de l’explication d’une situation que l’auteur semble vouloir révéler. En effet, la mort qui est symbolisée par ce crâne représenterait une relation qui est terminée depuis longtemps, comme par exemple celle du mariage auquel Yan Zonglin a été forcé, et a mis fin en revenant en Chine en 1933 pour divorcer14.

Je ne me suis pas forcé non plus à me rappeler de sa belle apparence d’antan, ni de ses cheveux noirs, comme du vieux satin, se désagrégeant, un à un, sur le lit. […] À la lumière fugace, à travers la fenêtre, je vis l’expression anxieuse sur son visage et je me sentis sombrer dans un désespoir profond.

  • 15 Yan Zonglin, 1937b, « Kulou de weixiao », p. 904.

我不追想她曾有过的美貌,她的黑发,如积年的旧缎,一根一根风化在床上。[…] 我看到她脸上深刻的愁容,像落在无可补救的失望中15

9La référence à la « belle apparence » dont l’auteur ne se souvient plus ajoute à la notion de temps écoulé depuis cette époque révolue. Le protagoniste est cependant inquiet face à cette présence, notamment en voyant l’aspect triste de l’apparition qui fait resurgir une certaine culpabilité. En effet, s’il a divorcé après huit ans de « mariage » auquel il n’a consacré que deux jours, il pense probablement à la vie de cette femme, qui est restée au service de sa famille durant tout ce temps et qui, à son retour, s’est vue répudier, et dont peut-être l’honneur et les chances de se remarier seront entachés pour cela. Si dans ce cas-ci, le fantôme est symbolisé par un squelette qui exprime la frayeur de l’auteur envers son ancienne épouse et la fin de cette relation, la figure présente dans le texte suivant symboliserait plutôt l’apparition d’une personne aimée dont le fantôme semble errer. Cette situation de divorce est courante dans la Chine de l’époque. En effet, le système des mariages arrangés est une résurgence de l’ancienne société chinoise, et nombre d’étudiants chinois ayant fait des études à l’étranger divorcent à leur retour en Chine, refusant les mariages arrangés, comme par exemple Lu Xun, qui dort dans la bibliothèque durant sa nuit de noce. Ce texte fait aussi écho à celui de Jing Yinyu, intitulé « Un divorce », dont le contenu est peut-être autobiographique et fait référence au retour d’un étudiant chinois souhaitant divorcer de sa « femme », qui l’a pourtant attendu patiemment et qui a servi sa famille :

  • 16 Kyn Yn Yu, « Un divorce », in Kyn J. B. Yn Yu (éd. et trad.), 1929, Anthologie des conte (...)

Ni exhortations ni menaces ne convertissaient le fils rebelle : il répondait qu’il ne pouvait pas vivre avec sa femme […] [ce qui faisait réagir sa famille comme cela] le père, […] s’écriant, par intervalles, en branlant la tête : – Eh, les jeunes gens d’aujourd’hui ! les jeunes gens d’aujourd’hui !… […] Elle regarda pour la dernière fois, à travers la portière de sa chaise, de la maison du mari les bambous agités par le vent de l’automne, qui sifflait comme un génie malfaisant. Quelques jours après, la triste nouvelle de la mort […] parvint à la famille […]. Si fidèle, si dévouée à ses vieux beaux-parents malades, injustement renvoyée, elle pleurait sans cesse, ne mangeait plus, ne dormait plus… La troisième nuit, à trois heures et à la troisième minute, quand le monde des vivants se taisait, la femme héroïque se pendait, sous le travers de son lit, avec sa rouge mousseline de noces, les yeux ouverts encore après la mort […] et au dernier moment, elle invoquait encore le nom de son mari qu’elle attendrait sous la terre16.

  • 17 Yan Zonglin [阎宗临], 1935b, « Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念 » (« Rui Mei, souvenir d’un rêve (...)
  • 18 Le texte sera repris dans le recueil 夜烟 (Brumes nocturnes en 1937, tout comme (...)

10Le deuxième poème en prose, « Rui Mei, souvenir d’un rêve triste» (« Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念17 ») paraît dans le recueil « Fantômes d’encre » publié deux ans plus tôt en 193518.

11Au cours d’un rêve, Yan Zonglin décrit sa rencontre avec Rui Mei dans un cimetière. De cette rencontre, plusieurs choses ressortent. Il rencontre une fille qu’il dit en rêve ne pas avoir revue depuis dix ans et qu’il semble reconnaître comme un ancien amour :

En arrivant aux tombes, je vis une fille assise avec un brassard noir, la tête baissée, perdue dans ses pensées. […]
– Bien que je ne t’aie pas vu depuis dix ans, tu ne me reconnais plus ? […] Ta Rui Mei est morte depuis longtemps !

  • 19 Yan Zonglin [阎宗临], 1935b, « Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念 » (« Rui Mei, souvenir d’un rêve (...)

走到墓前时,我看见坐着一位披黑纱的女子,低头沉思。[…]– 虽然十年不见,你已不认识我了吗?[…]– 你梅儿早死了19!

12Cette fille ne semble pas le reconnaître et elle erre parmi les tombes, comme si elle l’avait oublié. Elle est assise sur sa propre tombe sur laquelle elle vient se recueillir. Si elle apparaît être son ancienne amie, cependant celle-ci n’est plus la personne douce qu’il a connue. Rui Mei déclare qu’elle vient se rendre hommage à elle-même sur sa propre tombe. Elle semble faire partie de l’au-delà, mais elle déclare cependant ne pas savoir ce qu’est la mort ni n’avoir jamais entendu de témoignage sur l’expérience de la mort. Cela révélerait peut-être qu’il pourrait simplement être question de la fin d’une relation :

– Si Mei est morte, qu’est-ce que tu as à voir avec elle, pourquoi viens-tu ici ?
– C’est moi, je viens me rendre hommage à moi-même.
– Alors Mei, ne suis-je pas mort aussi ? Comment n’aurais-je pas réalisé que je suis mort ? La mort, c’est quoi exactement ?
– Je ne sais pas ce qu’est la mort. Je n’ai jamais réfléchi à ce que pouvait être la mort. Sur vos lèvres, vous vous questionnez souvent sur la vie et la mort, je n’en sais rien du tout. […] Ici il n’y a ni vie, ni mort.
Quand elle eut fini de parler, elle disparut dans la tombe. Après m’être réveillé, je ressentis une grande mélancolie et je calculai en comptant sur mes doigts que Rui Mei était morte depuis quatorze mois.

  • 20 Yan Zonglin [阎宗临], 1935b, « Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念 » (« Rui Mei, souvenir d’un (...)

– 梅儿既死,你是她的什么,为何你也来此凭吊她呢?
– 我是她,我来凭吊我自己!
– 那么,梅儿,我不是也死了吗?怎么我没有觉着呢死?死究竟是个什么东西呢?
我不知道死是什么东西。我从来也没有想过死是什么东西。在你们嘴里,常是追问死生,我什么也不明白![…] 我这里生不存在,死也不存在.
她说完后,消失在墓中。
醒后,我感到万分的惆怅,屈指计算,瑞梅死了已有十四个月。这个苦梦,将永留在我的心中,一直到记忆的毁灭 20

13Yan Zonglin a quitté la Suisse en juillet 1933 et y revient en octobre 1934, ce qui fait exactement quatorze mois. Cette femme fait aussi étrangement songer à Juansheng, son pendant probable dans la nouvelle « Regrets » que Lu Xun écrit en 1925, où son ami Zijun déclare, à la mort de celle-ci :

  • 21 Lu Xun, 2004, Errances, p. 166.

Je veux oublier, pour moi-même et parce que je ne veux plus penser à comment j’ai enseveli Zijun dans l’oubli.21

14L’apparition fantomatique de Rui Mei se fait de manière très calme. Elle semble nager dans la mélancolie, mais ne semble pas dangereuse. Le cadre dans lequel elle apparaît se fait dans un cimetière, en automne, parmi les feuilles de peupliers emportées par le vent. Il est difficile de savoir où se passe l’action, que ce soit en Chine ou en Suisse, car on trouve des peupliers dans la province du Shanxi tout autant qu’en Suisse. Concernant le nom de famille Rui 瑞, celui-ci peut être un nom chinois mais aussi la transcription d’un nom étranger, suisse par exemple. Il est fait référence aux croyances concernant la mort dans la tradition chinoise, mais le nom de cette femme semble poser problème.

15Au cours de l’analyse de ces deux textes, les passages y traitent de deux femmes-fantômes qui agissent comme des êtres vivants dans un environnement morbide, ayant pour décor la Chine, et peut-être la Suisse. Concernant la référence à la Chine, le poème suivant annonce le décor morbide dans lequel semble se projeter Yan Zonglin. Cette description lugubre de Pékin semble faire écho aux craintes que Yan Zonglin a de rentrer là-bas, en pleine guerre sino-japonaise. Ce poème en prose apparaît sous le nom de « Cité ancienne » (« Gu cheng 古城 ») et paraît dans « Brumes nocturnes » en 1937. Yan Zonglin décrit Pékin en ces termes :

J’ai rêvé que je retournais dans cette cité triste où il n’y a pas de soleil et que de la poussière.
J’ai rêvé que je retournais dans cette cité désolée, où les cadavres étaient empilés et où il n’y avait que poussière.
J’ai rêvé que je retournais dans cette cité détruite, où il y avait des chaumières qui avaient brûlé et carbonisé.
J’ai rêvé que, oh, j’étais emporté à Peiping, là-bas, qu’il y avait un cimetière, que les rues étaient remplies des tombes des héros.

  • 22 Yan Zonglin [阎宗临], 1937c, « Gu cheng 古城 » (« Cité ancienne »).

我梦见回到依恋的古城,那里没有红日,那里却有暮烟。
我梦见回到荒凉的古城,那里堆积着死尸,都是仇人毒物的惠品。
我梦见回到破碎的古城,几所茅屋,燃烧着,变为一块焦原。
我梦见,唉!回到飘摇的北平,那是一所秋坟,街上满列着壮士的荒冢22

16L’auteur fait allusion à la ville de Pékin au moyen du terme « Peiping », car il s’agit du nom de Pékin lorsque Nankin l’a remplacée comme capitale. La référence à une ville détruite, remplie de poussière et comparée à un cimetière rempli de héros, avec l’évocation de conflits ayant dû y avoir lieu, fait vraisemblablement référence à la guerre sino-japonaise, mais aussi à la guerre civile qui a eu lieu entre les nationalistes du Guomindang et les communistes.

17L’analyse des deux premiers textes montre que les passages cités traitent de deux femmes fantômes qui agissent comme des êtres vivants dans un environnement morbide, tandis que le troisième texte fait référence à Pékin et symbolise la peur du retour dans une ville-cimetière.

18Au-delà d’une dimension surnaturelle et fantomatique, ces trois textes semblent utiliser le biais du compte rendu de rêve, et apparaissent comme des prétextes pour parler de préoccupations touchant l’auteur. Le monde de l’imaginaire et du surnaturel semble présent pour exprimer des pensées qu’il aurait été plus compliqué d’exprimer sous une autre forme. Les relations entre l’auteur et les fantômes féminins semblent être celles de relations sentimentales terminées. Si, dans le cas présenté plus haut, le squelette symbolise la frayeur et la culpabilité de l’auteur envers sa première épouse répudiée, la figure présente dans le deuxième texte symboliserait l’apparition d’une personne aimée dont le fantôme semble errer dans la mort ou l’oubli. Ces fantômes agissent comme des vivants, et la représentation de leur corps mort ne semble être qu’un prétexte pour évoquer de manière indirecte des préoccupations que l’auteur ne souhaitait pas exprimer de manière directe.

Notes

1 Yian Tsouan Lin, 1937, Essai sur le père Du Halde et sa description de la Chine, dont la traduction chinoise du titre est 杜赫德的著作及其研究.

2 Sa thèse se base sur l’étude de la Chine faite par les jésuites français au cours de la première moitié du xviiie siècle. Ces derniers, tout comme le père Vincent Lebbe, se conforment à la langue et à la culture chinoise pour mieux convertir les Chinois. Grâce à cela, les jésuites deviennent très vite les guides de la Chine vers l’Europe. Yan Zonglin décrit au cours de six chapitres les rapports entre les lettrés chinois non-catholiques, les relations entre l’empereur Kangxi et les religieux, les domaines intellectuels dans lesquels les jésuites eurent une influence. Il y ajoute l’influence qu’eut la Description de la Chine du père Du Halde sur Montesquieu dans l’Esprit des Lois, où ce dernier décrit la Chine comme un gouvernement despotique, sur Voltaire dans les Lettres philosophiques et sur Quesnay dans le Despotisme de la Chine . Yan Zonglin conclut que les publications des jésuites ont autant d’écho chez les athées que chez les croyants. L’intérêt pour la Chine est le fruit d’une évolution de la pensée européenne qui idéalise cette contrée.

3 Durant son séjour en Suisse, Romain Rolland explore la culture asiatique et s’intéresse à la Chine. Il collabore d’abord avec Jing Yinyu 敬隐渔 (1901-1931) qui effectuera la première traduction française de l’Édifiante histoire d’a-Q de Lu Xun en 1926, que Romain Rolland publiera dans les nos 41 et 42 de la revue Europe. Puis, suite au décès de celui-ci, il demande à l’université de Fribourg de lui trouver un étudiant chinois capable de lui expliquer l’œuvre de l’écrivain Lu Xun et la culture chinoise. C’est avec l’étudiant Yan Zonglin 阎宗临, qui connaissait Lu Xun, que Romain Rolland entretiendra des échanges de 1929 à 1937, qui déboucheront sur la traduction chinoise de sa Vie de Michel-Ange en 1937. Voir Girard Colette, 2013, les Étudiants chinois à l’université de Fribourg, p. 44-58.

4 En 1937, il rentre en Chine avec sa femme avec la certitude de pouvoir publier sa traduction à Shanghai, mais malheureusement tout est détruit avec le déclenchement de la guerre sino-japonaise, lors du bombardement de la maison d’édition Commercial Press à Shanghai, où il avait déposé le manuscrit de sa traduction chinoise.

5 La revue « Nouvelle Étoile polaire » paraît de 1935 à 1937 sous la direction de Mgr Yu Pin 于斌 (1901-1978), qui publie des articles d’étudiants chinois ayant séjourné à l’étranger. Dans cette revue, on trouve les articles des étudiants « fribourgeois » Yan Zonglin, Liu Xiaohui 刘小惠 (1913-?) et Yuan Yuan 袁渊 (1909-?).

6 Yan Zonglin [阎宗临], 1935a, « Mohun 墨魂 » (« Fantômes d’encre ») .

7 Yan Zonglin [阎宗临], 1937a, « Yeyan 夜煙 » (« Brumes nocturnes ») .

8 Ce recueil est composé en partie de récits de rêves et, à l’intérieur de ces derniers, le récit commence comme souvent par 我梦见 (« J’ai rêvé que ») et évoque régulièrement la mort.

9 Un autre recueil intitulé Bodong 波动 (Changements) fera l’objet d’une publication en 1934. Ce recueil débute par l’évocation de la nostalgie qu’éprouve Yan Zonglin pour sa vie à Fribourg : « Je suis balloté par la vie. Je m’en rappelle avec nostalgie, parce qu’elle est déjà derrière moi. Les brumes de la Sarine, le son des cloches de la cathédrale Saint‑Nicolas […], tout cela nourrit mes sentiments, comme si je ne les avais jamais quittés. » (« 我的生活在波动着 . 我留恋他,因为我留恋我已逝去的生命。沙里纳河上的薄雾,尼可拉大教堂的钟声,[…] 一切的一切,都成了我感情生活上的滋养品,似乎是片刻不可分离的。», Yan Zonglin [阎宗临], 1934, Bodong 波動, p. 1). Le titre évocateur Bodong 波动) peut avoir deux sens en chinois, il peut signifier le « mouvement des vagues » mais il peut dire aussi « changement ». L’auteur dit clairement dans ses textes qu’il est balloté durant sa vie entre la Chine, l’Europe, les événements politiques, de la vie de fils de paysan pauvre à celle d’étudiant à l’université.

10 Yan Zonglin [阎宗临], 1937b, « Kulou de weixiao 骷髅的微笑 » (« Le sourire du squelette »), p. 904.

11 Yan Zonglin, 1937a, « Yeyan 夜烟 » (« Brumes nocturnes »), p. 893.

12 Comme le veulent les traditions de l’époque, Yan Zonglin doit se plier à un mariage arrangé. Deux jours après son mariage, il quitte son village pour partir à Pékin, puis en Europe. C’est en 1933, lors de son premier retour en Chine, qu’il décide de retourner dans son village pour divorcer et éprouve probablement les sentiments d’angoisse qu’il évoque dans « Le sourire du squelette ». Plus tard, il se mariera à Fribourg en 1937 avec sa compatriote Liang Peiyun. L’évocation de ce moment de sa vie semble sensible, c’est pourquoi il ne le publie que d’une manière allégorique en 1937 dans le recueil « Brumes nocturnes ». Cependant, par souci de chronologie, nous l’évoquons en premier dans cette analyse.

13 Yan Zonglin, 1937b, « Kulou de weixiao 骷髅的微笑 » (« Le sourire du squelette »), p. 904.

14 Un neveu de Yan Zonglin a avoué que celui-ci se cachait dans le village lors de son retour et avait demandé si sa femme était encore en vie.

15 Yan Zonglin, 1937b, « Kulou de weixiao », p. 904.

16 Kyn Yn Yu, « Un divorce », in Kyn J. B. Yn Yu (éd. et trad.), 1929, Anthologie des conteurs chinois modernes. p. 61-62.

17 Yan Zonglin [阎宗临], 1935b, « Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念 » (« Rui Mei, souvenir d’un rêve triste »).

18 Le texte sera repris dans le recueil 夜烟 (Brumes nocturnes en 1937, tout comme le texte « 古城 » (« Cité ancienne »). Le choix des textes ne respecte pas l’ordre chronologique des publications, car les événements biographiques de Yan Zonglin n’y apparaissent pas de manière chronologique. Ce choix été motivé en fonction de la situation de Yan Zonglin qui décrit d’abord dans « Le sourire du squelette » son mariage forcé, puis dans « Rui Mei, souvenir d’un rêve triste », la séparation d’avec une personne aimée qui semble prendre place dans les années 1933-1934.

19 Yan Zonglin [阎宗临], 1935b, « Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念 » (« Rui Mei, souvenir d’un rêve triste »).

20 Yan Zonglin [阎宗临], 1935b, « Yi kumeng dai jinian 以苦梦代纪念 » (« Rui Mei, souvenir d’un rêve triste »), p. 1080.

21 Lu Xun, 2004, Errances, p. 166.

22 Yan Zonglin [阎宗临], 1937c, « Gu cheng 古城 » (« Cité ancienne »).

Auteur

Université de Fribourg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search