Versión clásicaVersión móvil

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

La traduction et le traduire

Conclusion : le traduire après Meschonnic…

Texto completo

  • 1  Mais c’est pourtant le risque principal de toute « théorie » littéraire passée dans le mou (...)

1Il y a peut-être maintenant un kaïros, un moment favorable, une occasion à saisir pour renouveler l’approche du traduire. Certes, la guerre déclarée aux traductions ethnocentristes, effaçantes, effectuées sous le régime du primat du sens, aux crimes invisibles de Meschonnic et aux tendances déformantes de Berman, doit encore et toujours être menée sans relâche, notamment dans la formation des futurs traducteurs. Mais ce n’est pas tout. Et là commence la difficulté. Lorsqu’on se bat contre, la voie est tracée et balisée. Quand on n’est plus dans le contre, on ne profite plus de l’élan d’une théorie constituée. L’approche meschonnicienne implique un cahier des charges lourd, certainement pas un mode d’emploi, ni un ensemble de recettes. Il aurait détesté qu’on le réduise à cela1.

2De même que l’on parle d’œuvres de jeunesse, nous revendiquons le droit à des traductions de jeunesse. C’est en traduisant que le traducteur devient traduisant, surtout si, comme nous le croyons, c’est en lisant des traductions que le lecteur devient lisant.

3Nous savons que nous avons affaire à des objets historiques. Raison de plus pour ne pas oublier que nous sommes des sujets historiques.

4Translation, traduction et traductologie pourraient schématiquement témoigner d’une sorte d’histoire du fait de traduire, s’affranchissant résistiblement des belles infidèles. Le traduire se veut l’héritier de ces pratiques qui sont imprimées dans la conscience des lecteurs et de la majorité des praticiens. Un autre regard, une autre pratique. Le traduire, c’est simplement, mais toujours, la traduction et la réflexion sur la traduction. Il ne nous semble plus possible aujourd’hui qu’un praticien de la traduction ne réfléchisse pas sur son acte (autrement que par des justifications a posteriori ou par des arguments d’autorité) et qu’un théoricien de la traduction ne soit pas également un praticien de la traduction. Les réalités sociologiques nous obligent à souligner ce qui ne devrait être qu’une banalité.

  • 2  Plus encore qu’avec « mauvaise traduction ».
  • 3  Ces termes, on l’aura compris, sont à entendre au pluriel.

5Dans les années post‑1968, les chercheurs en sciences humaines et sociales avaient l’habitude de s’interpeller avec un « d’où parles-tu ? ». En tant que traducteurs, nous accepterions que les critiques nous posent cette question. La logique voulant que ces critiques, lorsqu’ils s’autorisent un « excellente traduction2 », y répondent aussi. Le traducteur est celui qui établit une familiarité, une intimité avec le texte, avec l’intensité du texte, qui scelle un pacte avec l’auteur, le texte, le lecteur3. Notre formule « Shakespeare a mal aux dents », dont on aura bien voulu prendre en compte l’intention humoristique, vise précisément à dire : sauf à céder à l’idéologie romantique du chef-d’œuvre intangible, indiscutable et homogène de la première à la dernière ligne, notes, variantes et ratures incluses, tout texte, tout sociotexte révèle, appelle, engendre des ruptures d’intensité voulues ou non. Tout texte. Cette impertinence ne serait qu’outrecuidance si elle ne présidait pas, justement, à la réalisation de notre cahier des charges : rendre compte de l’intensité littéraire et des variations d’intensité. Traduire le texte, rien que le texte, mais tout le texte.

6Si Shakespeare a mal aux dents, nous ne sommes pas ses dentistes.

Notas

1  Mais c’est pourtant le risque principal de toute « théorie » littéraire passée dans le moule de l’école.

2  Plus encore qu’avec « mauvaise traduction ».

3  Ces termes, on l’aura compris, sont à entendre au pluriel.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search