Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chypre : les espoirs du rapprochement communautaire

 | 
Alexandre Lapierre

Introduction

Chypre depuis 1974 : gel ou rapprochement bicommunautaire ?

Résumé

Quel est le but de ce livre ? pour le dire en quelques mots, il s’agit de montrer qu’à côté des innombrables rencontres politiques officielles qui sont sans résultat notable depuis plus de quarante ans, des militants courageux et volontaires, aidés par le passage des générations, tentent d’agir sur l’opinion citoyenne, en rétablissant des relations personnelles entre les populations chypriotes, en développant, à côté de l’hellénisme et du turcisme, l’idée d’une nation chypriote.
La première partie rappelle le fil de l’histoire : comment l’Empire ottoman, la domination britannique, la courte indépendance et le nationalisme surdimensionné des colonels grecs, encouragés par les États‑Unis, ont façonné la situation actuelle. La seconde, 1974‑2003, montre comment la situation s’enlise : d’un côté, les politiques locaux prennent des mesures qui solidifient et aggravent la partition de 1974, de l’autre, une première génération de militants développe le chypriotisme. Enfin la troisième partie montre comment depuis 2003, les contacts entre citoyens de Chypre se multiplient sans heurts, en exerçant indéniablement une influence sur les politiques locaux, même si les résultats sont encore limités. Les mentalités ne changent pas rapidement, et le sort de Chypre dépend, également et malheureusement, de facteurs extérieurs, la Grèce, la Turquie, la Grande-Bretagne, l’Union européenne, les États-Unis, la Russie, la situation au Proche-Orient...

What is the purpose of this book? to say it in a few words, the point is to show that besides the innumerable official political meetings that have been without any notable result for more than forty years, courageous and voluntary activists, helped by the passage of the generations, try to act on citizen opinion, by restoring personal relations between the Cypriot populations, by developing, beside Hellenism and Turkicism, the idea of ​​a Cypriot nation.
The first part recalls the thread of history: how the Ottoman Empire, the British rule, the short independence and the oversized nationalism of the Greek colonels, encouraged by the United States, shaped the today’s situation. The second, 1974-2003, shows how the situation is getting bogged down: on the one hand, local policies are taking measures that solidify and aggravate the partition of 1974, on the other, a first generation of militants is developing Cypriotism. Finally, the third part shows how, since 2003, contacts between citizens of Cyprus have multiplied smoothly, undeniably exerting an influence on local policies, even if the results are still limited. Mentalities do not change quickly, and the fate of Cyprus also depends on external factors, Greece, Turkey, Britain, the European Union, the United States, Russia, the situation in the Middle East...

Ποιος είναι ο σκοπός αυτού του βιβλίου; για να το πω με λίγα λόγια, το σημείο είναι να δείξουμε ότι εκτός από τις αμέτρητες επίσημες πολιτικές συναντήσεις που δεν έχουν αξιοσημείωτο αποτέλεσμα για περισσότερο από σαράντα χρόνια, θαρραλέοι και εθελοντές ακτιβιστές, με το πέρασμα των γενεών, προσπαθούν να δράσουν με την αποκατάσταση των προσωπικών σχέσεων μεταξύ των κυπριακών πληθυσμών, αναπτύσσοντας, εκτός από τον Ελληνισμό και τον τουρκισμό, την ιδέα ενός κυπριακού έθνους.
Το πρώτο μέρος θυμίζει το νήμα της ιστορίας: πώς η Οθωμανική Αυτοκρατορία, η βρετανική κυριαρχία, η μικρή ανεξαρτησία και ο υπερμεγέθης εθνικισμός των Ελλήνων συνταγματαρχών, που ενθαρρύνθηκαν από τις Ηνωμένες Πολιτείες, διαμορφώθηκαν τη σημερινή κατάσταση. Το δεύτερο, 1974-2003, δείχνει πώς κατακλύζεται η κατάσταση: αφενός, οι τοπικές πολιτικές λαμβάνουν μέτρα που στερεώνουν και επιδεινώνουν το διαχωρισμό του 1974, αφετέρου, μια πρώτη γενιά μαχητών αναπτύσσει τον κυπριωτισμό. Τέλος, το τρίτο μέρος δείχνει πώς, από το 2003, οι επαφές μεταξύ των πολιτών της Κύπρου πολλαπλασιάστηκαν ομαλά, αναμφισβήτητα ασκώντας επιρροή στις τοπικές πολιτικές, ακόμα και αν τα αποτελέσματα είναι ακόμη περιορισμένα. Οι νοοτροπίες δεν αλλάζουν γρήγορα και η τύχη της Κύπρου εξαρτάται, επίσης και δυστυχώς, από εξωτερικούς παράγοντες, την Ελλάδα, την Τουρκία, τη Βρετανία, την Ευρωπαϊκή Ένωση, τις Ηνωμένες Πολιτείες, τη Ρωσία, την κατάσταση στη Μέση Ανατολή...

Texte intégral

1L’opinion internationale comme les services des Nations Unies ont détourné depuis quelque temps leur attention de Chypre, marquant une forme de lassitude face à un problème paraissant insoluble, voire un mécontentement après le refus chypriote grec du plan Annan en 2004. Le surgissement de difficultés géopolitiques et d’affrontements plus dangereux dans l’immédiat Proche-Orient a également pu détourner l’attention sur la situation interne à l’île. Après des périodes de refroidissement, des négociations ont repris depuis plusieurs mois, sans toutefois parvenir à un résultat déterminant pour l’avenir de l’île, à l’issue du dernier cycle de négociations à Crans-Montana le 7 juillet 2017. Les raisons de cet échec tiennent, comme lors des occasions précédentes, à une conjonction de facteurs rendant d’autant plus complexes les projets de résolution de la question de Chypre, malgré les efforts de l’ONU. Toutefois, la conjoncture diplomatique générale du Proche-Orient, le changement générationnel des décideurs politiques à Chypre, et les Chypriotes, eux‑mêmes las de cette situation, peuvent encourager une inflexion des positions vers le rapprochement.

2Dans le contexte géopolitique mouvant du Proche-Orient – rôle stratégique renforcé de la Turquie voisine, de la Russie, du Caucase, de l’Iran, de la Syrie, quasi-disparition de la Grèce, montée de l’islamisme, question des migrants – les forces extérieures peuvent se reclasser différemment. Chypre reste toutefois un avant-poste occidental dont la position ne perd rien de son intérêt. La présence de deux bases militaires britanniques, Akrotiri (seule base de la RAF en Méditerranée) et Dhekelia – auxquelles s’ajoute le radar géant du Troodos qui couvre toute la Méditerranée orientale et le golfe Persique –, atteste de l’importance géostratégique de l’île pour les puissances occidentales, l’OTAN en particulier, et explique l’intérêt de la Russie (ou, autrefois, l’URSS) pour la situation à Chypre.

  • 1 US Energy Information Administration: Overview of oil and natural gas in the Eastern Mediterranean (...)

3Par ailleurs, d’importants gisements de pétrole et de gaz détectés dans le Sud-Est méditerranéen peuvent jouer un rôle non moins capital dans un nouveau regard. La découverte depuis 2003, grâce aux progrès techniques de l’exploitation en eau profonde (à 1650 m), de grands gisements de gaz près des côtes égyptiennes a entraîné d’autres prospections. D’après l’US Geological Survey et l’US Energy Information Administration1, les sédiments de l’Est méditerranéen seraient très riches : 1,7 milliard de barils de pétrole et jusqu’à 3500 milliards de m3 de gaz pourraient être exploitables dans les zones économiques exclusives (ZEE) d’Israël, du Liban, d’Égypte, de l’Autorité palestinienne (pour la bande de Gaza) et de Chypre qui détiendrait environ la moitié du total. L’Égypte pourrait devenir autosuffisante, et Israël exportatrice. Ce contexte est de nature à redonner à la communauté internationale de l’intérêt pour l’île de Chypre et à contraindre les États directement concernés à changer leurs stratégies.

  • 2 Ayla Gürel, Fiona Mullen et Harry Tzimitras, 2013, The Cyprus Hydrocarbons Issue: Context, Positio (...)

4Dans le bloc 12 de sa ZEE, les forages menés depuis 2011 sur le site d’Aphrodite promettent 198 à 255 milliards de m3 de gaz de réserves exploitables2, sans compter les promesses d’un autre gisement évaluées entre 60 et 140 milliards de m3. La société américaine, Noble Energy, qui a exploré la région à l’issue de la procédure d’appels d’offres de 2007, a annoncé en décembre 2011 la découverte de réserves de gaz naturel d’un volume estimé entre 5 et 8000 milliards de m3. Même si l’enthousiasme fluctue en fonction de la variation des cours des hydrocarbures, et si le transport vers l’Europe semble très coûteux, quel que soit le moyen employé, les ressources ne sont plus ignorées.

  • 3 Convention de Montego Bay du 10 décembre 1982.
  • 4 Michael Tancum, 2015, “A new equilibrium:
the republic of Cyprus, Israel, and Turkey in the easter (...)
  • 5 http://urlz.fr/7ynR  - 

5Les prospections impliquent une délimitation des ZEE conformément à la Convention sur le droit de la mer3. Avec ses 772 km de littoral, Chypre peut prétendre à une zone de 51 000 km2. En profitant de ses bonnes relations, aussi bien avec Israël qu’avec les pays arabes, elle a négocié des accords sur les ZEE, avec l’Égypte, en 2003, avec le Liban en 2007, avec Israël en décembre 2010. Ce dernier accord constitue le plus important, puisque les gisements déjà découverts se trouvent près de la limite entre ces deux ZEE. La République de Chypre n’a en revanche conclu aucun accord avec la Turquie qui, contestant les limites de la ZEE, a effectué sa propre délimitation et accordé à sa compagnie nationale (TPAO) des droits de prospection dans des zones qui recoupent la ZEE de Chypre. Ces découvertes ouvrent de nouveaux enjeux pour la RTCN-République turque de Chypre Nord, État autoproclamé en 1983 et reconnu par la seule Turquie. Les réserves se situant dans les eaux de la République de Chypre, au Sud, ne lui apporteraient aucune source de richesse en cas de séparation totale ou de confédération de deux entités étatiques. En revanche, un État fédératif bizonal lui permettrait de bénéficier d’une partie des ressources tirées de l’exploitation des forages et des installations industrielles attenantes. Ces considérations pourraient conduire les dirigeants du Nord et du Sud à plus de souplesse en contribuant à régler certaines des questions en suspens... Ces nouvelles ressources, associées à la renaissance du canal de Suez et au contexte régional renforcent la position stratégique de l’île. Un axe de commercialisation par gazoduc sous-marin reliant Israël, Chypre, Rhodes, la Grèce continentale et l’Europe de l’Ouest est envisagé, une usine de liquéfaction du gaz, prévue à Chypre, ne serait rentable qu’à condition de traiter également du gaz, sans doute israélien, ces données ne peuvent qu’inciter à revoir les tactiques géostratégiques des États concernés4. Néanmoins, au début de 2018, la situation sur ce point semble bloquée, car, après des discours menaçants, le Président Erdoğan a fait intervenir ses navires : le 22 février 2018, le SAIPEM 12000 de l’ENI, immobilisé depuis deux semaines par des frégates turques, a quitté la zone de recherches, et, alors que deux navires affrétés par ExxonMobil viennent d’arriver au début de mars 2018 à Chypre pour effectuer des relevés dans le bloc 10, les dirigeants de la RTCN avertissent qu’ils s’opposeront à toute exploration dans une zone qu’ils considèrent comme leur5.

  • 6 Alexandre Lordos, 2004, Can the Cyprus problem be Solved? Understanding the Greek Cyprus response (...)

6Même si certains, désespérés par le rejet du plan Annan en 2004, en arrivent à se demander si « la question chypriote » peut être résolue6, il serait faux de considérer que rien ne s’est passé pendant quarante‑deux ans. L’initiative citoyenne a devancé la volonté politique. À côté des négociations officielles qui ont effectivement régulièrement achoppé sur les mêmes obstacles, et des affrontements des représentations politiques en place – tenant chacune à affirmer la solidité de leur position nationale –, de nombreuses ONG, associations et unités de recherches se sont créées dans la société civile avec l’objectif d’apporter une réponse à la division de l’île. Des initiatives en faveur des rapprochements et des contacts entre les populations du Nord et du Sud de l’île, vues comme préalables à toute réunification, se sont multipliées. L’affaire n’est pas nouvelle : des signes avant-coureurs existaient déjà avant même 1974, mais, depuis le début des années 2000, avec une nouvelle génération d’adultes n’ayant pas vécu les traumatismes de la période 1963-1974, les initiatives se développent moins difficilement, au point d’obtenir un certain écho auprès de la représentation politique. Car, en dehors des éternelles négociations alternant menaces de ruptures et déclarations d’intention sur un rapprochement futur, tout Chypriote, qu’il habite au Nord ou au Sud de l’île, vit, depuis plus de quarante ans ou depuis sa naissance, dans un contexte de tensions encouragées par l’incertitude sur l’avenir.

  • 7 Sur l’ensemble de la question, voir Gilles Bertrand, 2001/2, « L’adhésion de Chypre à l’Union euro (...)

7Ceci contribue à faire croître un désir de rapprochement, seul espoir d’avenir commun aux deux populations. Cette perspective crée cependant des tensions, tant les positions sont figées et polarisées. Comment ne pas passer pour un traître aux yeux des siens ? Jusqu’où peut-on aller pour un compromis « acceptable » ? Les obstacles, les souvenirs, les traumatismes cultivés de part et d’autre n’ont pas disparu. Les personnes de bonne volonté, même indépendantes des gouvernements, doivent toujours prendre garde dans leur engagement à ne pas reconnaître le « pseudo‑État » du Nord, ou au contraire accepter la non‑reconnaissance du Nord par le Sud7. Il n’existe d’ailleurs pas de position unique des Chypriotes turcs ou grecs, à l’intérieur même de chacune de leurs formations politiques respectives. En outre, la toile de fond des différends gréco-turcs est toujours présente : le sort de Chypre n’est pas aux mains des seuls Chypriotes, même si certains souhaitent aujourd’hui se débarrasser de la tutelle encombrante des protecteurs, Grecs, Turcs, Britanniques et Onusiens, sans oublier l’intérêt toujours réel des États-Unis et de la Russie pour une île si proche du Moyen‑Orient. Il convient donc d’envisager les négociations sur trois niveaux : interne, régional et international.

8En effet, les partisans du rapprochement communautaire n’agissent pas hors contexte. Il est donc indispensable de connaître et d’avoir présente à l’esprit la toile de fond, à la fois intérieure et internationale, sans oublier qu’il s’agit d’histoire immédiate pour laquelle manquent le recul et les documents d’archives qui permettraient de déterminer des certitudes quant aux intentions des acteurs, et de juger de la sincérité de leurs déclarations publiques. Au cœur d’une intense polarisation politique, il est souvent ardu, pour un historien qui souhaite rester objectif, de distinguer ce qui relève de la propagande ou de la réalité. Enfin, les initiatives de rapprochements bicommunautaires ont été le fait, jusqu’à ces dernières années, d’acteurs privés, souvent condamnés à la discrétion, et, si les leaders de ces mouvements sont identifiables, il semble en revanche plus difficile d’évaluer précisément la mobilisation qu’ils ont pu faire naître.

  • 8 Anna Jacovides‑Andrieu, 1993, « Esquisse diachronique : La littérature chypriote de l’Antiquité à (...)

9Comment connaître l’opinion de la société civile quand son expression est réglementée étroitement y compris par l’autocensure ? Il n’est jamais simple d’atteindre et d’étudier une « opinion publique ». Donc, aux enquêtes réalisées par des organismes bicommunautaires et des chercheurs des universités chypriotes, s’ajoutent ici des poèmes, mis en musique ou non, tous choisis parmi les œuvres de poètes connus, militants, pour la plupart, du rapprochement communautaire. Ils constituent en effet un élément de construction identitaire pour les lecteurs et jouent un rôle important, car la poésie à Chypre est encore extrêmement vivante et productrice : les tsiattista chypriotes, joutes poétiques, ont été inscrites en 2011 au patrimoine immatériel de l’humanité, comme la tradition des Âşık, sorte de trouvères turcs, l’avait été en 2009. Les poètes n’ont pu rester muets devant les émotions de ce dernier demi-siècle. La littérature de l’île est étroitement liée à son histoire, plus particulièrement après la Seconde Guerre mondiale comme le souligne Anna Jacovides Andrieu8. L’expression poétique, moins contrôlée que l’expression politique, peut dire et traduire ce que d’autres ne peuvent, ou ne veulent, exprimer en mots.

10La situation depuis quarante‑trois ans a été marquée par des moments‑clés significatifs : 1974 avec le débarquement de l’armée turque et la partition de facto de l’île, 1983 et le renforcement de cette partition par la déclaration unilatérale d’une « République turque de Chypre nord », mais surtout, 2003‑2004, l’ouverture de la Ligne Attila (verte), l’intégration de Chypre dans l’Union européenne et le changement de majorité au pouvoir en RTCN qui marquent l’entrée dans une période radicalement nouvelle. La période 1974‑2003 est d’abord celle des ruptures, 1974 et 1983, puis celle de l’impasse, les années 1983‑2003 étant dominées par la stagnation dans les négociations, tandis que chaque communauté s’enfonce dans des représentations victimaires et stéréotypées bloquant tout progrès. L’initiative surprise de Rauf Denktaş, président de la RTCN, en 2004, d’ouvrir certains checkpoints à une circulation entre les deux parties de l’île transforme la donne sur les plans politique, économique et psychologique. Elle permet de renouer des liens entre populations, de prendre conscience du passage du temps, elle donne la parole à une nouvelle génération et change peu à peu le regard sur l’Autre. Au même moment, l’intégration de l’île dans le cadre plus vaste de l’Union européenne et du Proche‑Orient place également les problèmes dans un contexte plus large.

  • 9 Leur quartier à Nicosie fut détruit par les Chypriotes turcs lors des affrontements intercommunaut (...)
  • 10 Rapport Secrétariat ONU, S/2015/517 : 2 juillet et Rapport Secrétariat ONU, S/2017/20.

11On parle en général de relations bicommunautaires ou de bizonalité parce que les Arméniens, Maronites ou « Latins » de Chypre ne sont mentionnés que rarement, dans la mesure où ils ne participent pas aux discussions intercommunautaires même s’ils sont de facto dans la République de Chypre à laquelle leur sort se trouve lié. En effet, l’une des particularités de la constitution de 1960 est de les obliger à choisir entre les deux communautés, grecque ou turque, en mêlant des définitions religieuses à des critères linguistiques. Ils ont tous choisi la communauté grecque, sans doute parce que chrétienne face à un groupe musulman. Les Arméniens (attestés depuis le VIe siècle), les Maronites (venus en quatre vagues entre le VIIIe et le XIIIe siècle) et les Latins (des catholiques romains, descendants ou non de la présence franque aux temps médiévaux) sont considérés par la constitution de 1960 comme des groupes « religieux » et ont droit chacun à un représentant élu à la Chambre. Les Latins n’étaient plus que 800 au recensement de 2011, tous dans les villes du Sud de l’île. Les Arméniens seraient aujourd’hui 3500 environ, 65 % d’entre eux vivant à Nicosie, et aucun à Chypre Nord ; leur nombre a beaucoup diminué après les affrontements de décembre 19639 et ils ont totalement abandonné la zone occupée par l’armée turque en 1974 ; une augmentation récente serait due, semble‑t‑il, à des arrivées en provenance de l’ex‑URSS. En 1975, Chypre a été le second État au monde à reconnaître officiellement le génocide arménien, et la partie sud de l’île comprend deux monuments commémoratifs de l’évènement, à Nicosie et à Larnaca. Les Maronites sont les plus nombreux, 6000 personnes dispersées sur le territoire de la République de Chypre. Après 1974, les Maronites des quatre villages de la zone Nord, autour de la bourgade de Kormakitis, sont restés sur place, mais, malgré une aide permanente de la République de Chypre et de l’ONU, leur nombre ne cesse de diminuer en raison de leur âge et de l’émigration des jeunes vers le Sud. À Kormakitis, leur école a fermé ses portes en 1999, le rapport du Secrétaire général de l’ONU du 9 janvier 2017 témoigne de leur disparition quasi inévitable : il ne reste plus que 103 Maronites10.

  • 11 Voir Benjamin Braude et Bernard Lewis, 1982, Christians and Jews in the Ottoman Empire, New York (...)
  • 12 Le texte du traité dresse dans sa section III, relative à la protection des minorités, une distinc (...)

12Comme dans tout conflit diplomatique de longue durée, il est particulièrement important de veiller au sens des mots. Le terme ici le plus fréquent, celui de « communauté », régulièrement utilisé pour désigner aujourd’hui l’ensemble des Chypriotes grecs ou turcs, est un héritage direct des millets ottomans. L’histoire du terme millet est complexe, il n’a pas été employé toujours aussi anciennement qu’on le croit11. Souvent traduit par « nation », il désignait à l’origine une communauté religieuse qui pouvait comprendre des populations de langue et d’origine différentes. Néanmoins, l’assimilation entre Musulman et Turc, et entre Orthodoxe et Romios (descendant de l’Empire romain d’Orient) a contribué à un glissement sémantique vers une définition nationale. C’est ainsi que dans l’accord d’échange obligatoire des populations dites « grecques » et « turques » signé à Lausanne en 192312, les deux groupes ont été définis par leur religion, orthodoxe ou musulmane.

  • 13 Adamantia Pollis, 1973, “Intergroup Conflict and British policy: the case of Cyprus” Comparative p (...)

13Le mot « Grec » à la place de Rum/Romios apparaît après la révolution grecque de 1821 et se développe lentement, d’abord chez les élites orthodoxes de l’île de Chypre. Il est en revanche systématiquement utilisé par les consuls pour désigner les Rums de l’île13. Les musulmans de leur côté ne se sont pas définis comme « Turcs » avant le début du XXe siècle, pour les distinguer des populations arabophones de l’Empire.

  • 14 Dimitra Karoula-Vrikki, 2004, “Language and ethnicity in Cyprus under the British: a linkage of he (...)
  • 15 Adamantia Pollis, 1973, “Intergroup Conflict and British policy: the case of Cyprus” op.cit, pp. 5 (...)

14Dans l’île, ce n’est donc que pendant la domination britannique (1878‑1960) que s’est effectué le passage de la définition religieuse à la définition nationale. Dans les recensements britanniques, en 1881, on écrit « mahométans », en 1946, « musulmans turcs » et en 1960, « Turcs chypriotes ». En 1945, le Syndicat des Associations ouvrières du district de Larnaca demande à être désigné dorénavant par sa « race », soit « Turc », et non par sa religion, « musulman »14. La différence religieuse avait toutefois été souvent dépassée par une réalité sociale, comme en témoignent les mouvements antifiscaux communs aux paysans. Elle n’était donc pas particulièrement associée à une définition nationale15.

  • 16  Stavroula Philippou, 2005, “Construction national and European identities: the case of Greek-Cypr (...)

15Cette division ottomane a été, sous une forme ou une autre, reprise par les régimes postérieurs et reste profondément enracinée dans les esprits. Elle subsiste encore, même si on ne parle plus depuis l’époque britannique de « millet » musulman ou orthodoxe, mais de « communauté » turque ou grecque. La constitution de 1960 a perpétué légalement le système des millets en établissant les institutions selon un savant calcul de pourcentages entre communauté turque et grecque, ce qui ne permettait pas la constitution d’une nation « chypriote ». Cette division est encore inscrite dans le fonds collectif si l’on en croit une étude réalisée en 2005 sur 140 élèves chypriotes grecs de 10 ans appartenant à quatre écoles primaires fréquentées par des enfants de classes moyennes ou pauvres16. Invités à définir leur identité par un choix parmi douze propositions (Chypriote, Grec, Chypriote grec, Chrétien, Fille ou garçon, Âge, Élève, Enfant, Européen, Méditerranéen, Habitant de telle ville ou Être humain) ces élèves ont répondu en première ligne « Chrétien ». Interrogés sur le classement des définitions les plus importantes parmi les douze proposées, ils ont placé en première position « Être humain » et en seconde, de nouveau, « Chrétien ». Les Britanniques, comme la République chypriote indépendante, ont utilisé les termes « Turcs » et « Grecs » qui écartelaient les deux populations entre deux mères‑patries ennemies, les termes plus récents de « Chypriote turc » et « Chypriote grec » orientent davantage dans une optique plus unitaire vers un rattachement au facteur géographique.

  • 17 Heiner Bielefeldt, 2012, “Report of the Special Rapporteur on freedom of religion belief”, décembr (...)

16Un rapport de l’ONU, en 2012, confirme la survivance longue de ces divisions ottomanes, y compris parmi des populations qui ne sont pas décrites comme particulièrement « religieuses » au quotidien, il indique que la religion constitue toujours une des caractéristiques dans les communautés ethniques de l’île,17 et que ce lien étroit entre religion et ethnicité risque de nuire à la liberté de religion individuelle, et aux religions autres que l’islam et l’orthodoxie. Cette division Grec/Turc, accentuée par l’influence permanente des deux États garants et des langues parlées, tend en effet à passer sous silence les autres groupes, recensés sous des appellations ottomanes, les Maronites, les Arméniens et les Latins, parfois frustrés de n’être jamais pris en compte dans les négociations entre communautés malgré une présence multiséculaire sur le sol chypriote.

17Le débarquement de l’armée turque en 1974 est qualifié, selon les parties, « d’invasion » ou « d’opération de paix » et sa présence, « d’occupation », par la partie chypriote grecque. Ensuite, dans le contexte né de la création de la RTCN de nouvelles désignations voient le jour. Pour les uns, il n’existe pas de RTCN, mais un « pseudo‑État » avec un « pseudo‑président », un « leader de la zone occupée », un « État illégal », « pseudo‑État turc de Chypre », le qualificatif « illégal » est dans ce cas accolé à tout organisme officiel de la RTCN ; en revanche, quand, au Sud, on écrit « Chypriote » dans un texte officiel, il ne s’agit implicitement que des Chypriotes grecs. Pour la RTCN, il n’existe pas de République de Chypre, mais « une administration du Sud de Chypre » ou un État « grec‑chypriote ». Évoquer donc « République de Chypre », ou « Chypre Sud », « zone libre » ou « Administration grecque du Sud de Chypre » n’est pas plus innocent que choisir entre « RTCN », « Chypre Nord » ou « zone occupée ». Nous retiendrons ici les termes « officiels » de République de Chypre et RTCN, et parfois, pour plus de rapidité, Chypre Sud ou Nord sans y joindre de sens politique caché.

  • 18 Mertkan Hamit, 2009, Cypriotism as an ideology in between Turkish and Greek nationalisms, Mémoire (...)

18Le mot « Rum » qui aujourd’hui indique en turc le « Grec orthodoxe » de Turquie distinct du « Yunan », le Grec de Grèce indépendante, est systématiquement employé, dans les textes originaires de la RTCN, pour désigner les Chypriotes grecs en insistant sur la séparation avec l’État grec et en prolongeant le passé ottoman. On va même jusqu’à dire, par dérision, « rumcu », soit « mon petit Rum », pour ceux qui « aiment les Rums », soit les militants chypriotes turcs du rapprochement bicommunautaire. Quant au Chypriote grec, s’il veut se distinguer du Grec de l’État grec, il parle pour ce dernier d’« Helladite », appartenant à un espace géographique réduit qui n’a rien à voir avec l’immense espace de la diaspora « hellénique ». Mertkan Hamit soutient dans ses travaux que même les termes « chypriote » et « chypriotisme » ont un sens différent selon que l’on s’adresse aux Chypriotes grecs ou turcs18. Pour les uns, il s’agirait de Chypriote « grec » et d’un nouveau nationalisme d’une île réunifiée sous la loi de la majorité, donc grecque, pour les autres de « Chypriote » face au colon de Turquie continentale, et d’affirmation de leur petit territoire chypriote contre l’encombrante mère‑patrie.

19Un dernier jeu sémantique distingue les « Turcs‑chypriotes » ou « Grecs‑chypriotes » des « Chypriotes turcs » ou « Chypriotes grecs » : le premier cas, comme c’est visible, insiste sur l’appartenance aux deux mères‑patries ; le second accorde une prévalence au caractère insulaire, « grec » ou « turc » n’étant plus qu’une précision secondaire. Même le terme « paix », largement invoqué, n’a pas la même signification, puisque les uns estiment l’avoir obtenue en 1974, avec le débarquement turc, et les autres, ne l’obtenir qu’après le départ de l’armée turque.

20Nous retiendrons ici les termes « Chypriote turc » ou « Chypriote grec », non par choix politique, mais en donnant la priorité à la définition territoriale et géographique, sans changer de formulation selon le point de vue exposé et pour insister sur l’aspect « chypriote » de notre étude. En revanche, les textes anglais indiquant toujours « Greek cypriot » ou « Turk cypriot », les mots ont été conservés dans cet ordre dans nos traductions.

  • 19 Fabrizio Frigerio, 2001, « Quelle fédération pour Chypre ? » Monde Arabe contemporain, Cahiers de (...)

21Pour conclure ce propos introductif, nous devons reconnaître que les propos tenus dans cet ouvrage pourraient revêtir un caractère polémique pour l’une ou l’autre partie. Nous avons tenté de respecter les critères d’un travail honnête et impartial – autant que puisse l’être celui d’un historien ou un politologue –. N’ayant par ailleurs pas l’outrecuidance de vouloir « résoudre la question chypriote », nous nous rallions à cette phrase de Fabrizio Frigerio19 :

Henry Kissinger aurait dit un jour à ses collaborateurs que si jamais il devait donner des signes de chercher sérieusement à résoudre la question chypriote, il faudrait immédiatement lui passer la camisole de force. Comme il s’agit d’un homme politique qui a très activement contribué à la compliquer, on devrait pouvoir le croire sur parole !

Notes

1 US Energy Information Administration: Overview of oil and natural gas in the Eastern Mediterranean Region, rapport actualisé au 15 août 2013.

2 Ayla Gürel, Fiona Mullen et Harry Tzimitras, 2013, The Cyprus Hydrocarbons Issue: Context, Positions and Future Scenarios, janvier 2013, Nicosia: PRIO Cyprus centre.

3 Convention de Montego Bay du 10 décembre 1982.

4 Michael Tancum, 2015, “A new equilibrium:
the republic of Cyprus, Israel, and Turkey in the eastern mediterranean strategic architecture”, Nicosia: PRIO Cyprus Center‑Friedrich‑Ebert‑Stiftung, Occasional Papers 1.

Charles Ellinas, 2016, “Eastern Mediterranean gas devlopments”, in Ayla Gürel, Hubert Faustman, Harry Tzimitras, Global energy debates and the Eastern Mediterranean, Nicosia: Prio Cyprus Centre- Friedrich Ebert Stiftung-Atlantic Council, 2016/1, pp. 49‑63.

5 http://urlz.fr/7ynR  - 

https://www.thenationalherald.com/190861/ignoring-turkeys-threats-exxonmobil-plans-cyprus-energy-drilling/, consultés le 28 mars 2018.

6 Alexandre Lordos, 2004, Can the Cyprus problem be Solved? Understanding the Greek Cyprus response to the UN Peace Plan for Cyprus, Nicosia: Cymar Market Research Ltd.

7 Sur l’ensemble de la question, voir Gilles Bertrand, 2001/2, « L’adhésion de Chypre à l’Union européenne : un déblocage du conflit par le bas ? », Politique européenne, no 3, p. 118‑136.

8 Anna Jacovides‑Andrieu, 1993, « Esquisse diachronique : La littérature chypriote de l’Antiquité à nos jours » in Anthologie de la prose et de la poésie chypriote de l’Antiquité à nos jours, Paris : Association des Amis de la Grèce, p. 37‑54.

9 Leur quartier à Nicosie fut détruit par les Chypriotes turcs lors des affrontements intercommunautaires de juillet 1963 et 1964. En 2006, la RTCN leur a accordé un droit au retour puisque leurs propriétés n’avaient pas été saisies, seules 40 personnes âgées en ont profité. Le sort de ces trois minorités, Arméniens, Maronites, Latins, serait donc conditionné par celui de la République de Chypre si un accord devait intervenir. Il est aussi conditionné par les politiques intérieures de cette République et de la RTCN dans la mesure où d’un côté, ils risquent l’assimilation par l’apprentissage du grec, alors que de l’autre, ils sont exclus par principe du droit de vote, donc d’une citoyenneté réelle.

10 Rapport Secrétariat ONU, S/2015/517 : 2 juillet et Rapport Secrétariat ONU, S/2017/20.

11 Voir Benjamin Braude et Bernard Lewis, 1982, Christians and Jews in the Ottoman Empire, New York & London: Holmes and Meier; Benjamin Braude (ed.), 1982, “Foundation Myths of the Millet System” in Christians and Jews in the Ottoman Empire, The Central Lands, I, pp. 69-88, London; Paraskevas Konortas, “From Ta’ife to millet: ottoman terms concerning the Ottoman Greek Orthodox Community” in Dimitris Gondikas et Charles Issawi (ed.),1999, Ottoman Greeks in the Age of Nationalism: politics, economy and society in the Nineteenth century, Princeton New Jersey: Darwin Press, pp. 169‑180 ; Kamel Abu Jaber, 1967, “The millet system in the Nineteenth-century ottoman Empire”, The Muslim world, Vol. 57/3, pp. 212‑223.

12 Le texte du traité dresse dans sa section III, relative à la protection des minorités, une distinction entre populations et minorités selon leur appartenance religieuse.

13 Adamantia Pollis, 1973, “Intergroup Conflict and British policy: the case of Cyprus” Comparative politics, 5 (4), pp. 575‑599, pp. 588 et sqq. Nombreuses citations de ces correspondances in Marc AYMES, 2013, A Provincial History of the Ottoman Empire: Cyprus and the Eastern Mediterranean in the Nineteenth Century, London: Routledge.

14 Dimitra Karoula-Vrikki, 2004, “Language and ethnicity in Cyprus under the British: a linkage of heightened salience”, International Journal Society Languages, 168, pp. 19‑36.

15 Adamantia Pollis, 1973, “Intergroup Conflict and British policy: the case of Cyprus” op.cit, pp. 585‑86, Andreas Panayiotou, 2009, Lower class political culture and mechanisms/apparatuses setting the parameters of permissible public discourse, Paper presented at the PRIO Conference in Nicosia.

16  Stavroula Philippou, 2005, “Construction national and European identities: the case of Greek-Cypriot pupils”, Educational Studies, 31/3, pp. 293‑315.

17 Heiner Bielefeldt, 2012, “Report of the Special Rapporteur on freedom of religion belief”, décembre 2012.

http://www.refworld.org/docid/512b43d02.html - , consulté le 10 août 2018.

18 Mertkan Hamit, 2009, Cypriotism as an ideology in between Turkish and Greek nationalisms, Mémoire de master, Athènes: Université Capodistria.

19 Fabrizio Frigerio, 2001, « Quelle fédération pour Chypre ? » Monde Arabe contemporain, Cahiers de recherche contemporains, no 9, dir. Étienne Copeaux, p. 9.

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr