Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

La traduction et le traduire

Le traduire et le rythme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout cela nous ramène, inévitablement, à la notion de rythme en tant que notion centrale et non comme dimension parmi d’autres du texte. Puisque nous cherchons à nous situer dans la perspective du traduire, il convient d’essayer de formuler ce qu’a à en dire la sociocritique.

On l’a vu, la notion d’historicité telle que défendue par Meschonnic, même si elle est traitée à part par la sociocritique, n’en est pas moins problématique pour un mode de pensée fondé à l’origine sur la notion de socialité. Or il y a chez Meschonnic une circularité des concepts, parfois même une tautologie, qui place en situation de définition réciproque le rythme et l’historicité.

Mais notre regard sur la notion meschonicienne de rythme ne peut pas se contenter d’être extérieur. Il nous semble aussi nécessaire que productif d’assimiler, de prendre en charge l’apport de Meschonnic. Mais d’un point...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search