Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

La traduction et le traduire

Le traduire et le rythme

Texte intégral

1Tout cela nous ramène, inévitablement, à la notion de rythme en tant que notion centrale et non comme dimension parmi d’autres du texte. Puisque nous cherchons à nous situer dans la perspective du traduire, il convient d’essayer de formuler ce qu’a à en dire la sociocritique.

2On l’a vu, la notion d’historicité telle que défendue par Meschonnic, même si elle est traitée à part par la sociocritique, n’en est pas moins problématique pour un mode de pensée fondé à l’origine sur la notion de socialité. Or il y a chez Meschonnic une circularité des concepts, parfois même une tautologie, qui place en situation de définition réciproque le rythme et l’historicité.

3Mais notre regard sur la notion meschonicienne de rythme ne peut pas se contenter d’être extérieur. Il nous semble aussi nécessaire que productif d’assimiler, de prendre en charge l’apport de Meschonnic. Mais d’un point de vue (socio)critique. Si le rythme est chez lui part d’un couple avec l’historicité, force est de constater, nous l’avons dit, que les marques du rythme telles qu’il les souligne, et en particulier dans Traité du rythme, sont fort peu historiques. Pour ce qui concerne les formes poétiques, pas de problème, mais ce n’est pas un apport de Meschonnic, pour le rythme comme trace du sujet, les marques individuelles apparaissent là où leur inscription dans l’histoire s’efface. Même si une telle critique peut passer pour une pignoufferie, il semble bien que Meschonnic reste très proche de la poéticité qu’il condamne à juste titre, à ceci près, et cela change tout, que le rythme est chez lui organisateur du discours et marque du sujet.

  • 1  Faut-il vraiment préciser que ce n’est pas par ethnocentrisme, mais justement par (...)

4Prenons un exemple, particulièrement complexe, puisqu’il relève du Loch Ness de la poétique : un poème en prose. Non sans préciser que cette désignation est un postulat, puisque nous refusons d’accepter a priori l’existence d’un poème en prose ailleurs qu’en France1 et dans son acception française, si tant est que celle-ci soit établie.

  • 2  Ce n’est pas par facilité d’analyse prosodique, surtout pour un poème en prose, ma (...)
  • 3  Première question pour le traducteur : article ou pas article (défini ou indéfini) ? Au ri (...)
  • 4  La date : 1917.

5Le poème (publié dans un recueil 2) s’intitule Nungil, Chemin de Neige3. Son auteur, Chu Yohan (1900‑1979), dont le prénom cherche à rendre Johann, et marque donc la christianisation-occidentalisation. L’époque : l’occupation de la Corée par le fascisme japonais4. Le problème pour les écrivains : garder la mémoire de leur pays et de leur langue. Le dilemme : les formes classiques et anciennes ont correspondu à une Corée féodale et attardée, première cause de l’incapacité à résister aux Japonais. Contradiction : les jeunes modernes coréens ont été faire leurs études au Japon, où ils ont appris les droits de l’homme (et de la femme) ainsi que la littérature occidentale. Une tentation, bien digne de la République mondiale des Lettres : inventer des formes nouvelles pour dire la Corée nouvelle, quitte à s’inspirer de ce qu’on apprend au Japon.

6À partir du moment où on ne bénéficie pas d’une prosodie régulière, sur quoi s’appuyer pour définir un rythme organisateur ? Notre hypothèse : des marques produites par l’époque de référence, dans la mesure où elles deviendront les marques du temps que fait le texte. Le texte fait son temps, dit Meschonnic, mais avec des outils de son temps.

  • 5  La Corée découvre « la grammaire coréenne », et à travers elle la grammaire. Tout comme le (...)

7Que nous enseigne la matérialité du texte, inexistante chez Meschonnic et, disons-le, de la quasi-totalité des critiques textuelles ? Que la langue coréenne (dont l’usage est aussi le but du poème, en période de japonisation linguistique) découvre la grammaire et l’orthographe en même temps que sa singularité5. Elle découvre le journal quotidien, la revue, le feuilleton, l’écriture horizontale, la séparation logique entre les mots de la phrase, la ponctuation.

8La ponctuation. Merveilleux exemple, en particulier du rejeté et du méprisé en traduction. Nous sommes pourtant en pleine historicité : la présence de signes de ponctuation est l’effet du monde et de l’époque de référence, elle est aussi la marque de la façon dont le texte fait son propre temps. Personne ne ponctue de la même façon, surtout lorsque l’effet est nouveau, c’est-à-dire détonnant. Loin de les mépriser, prenons donc les signes de ponctuation comme élément structurant d’un rythme possible.

Première strophe

Première strophe

Deuxième strophe

Deuxième strophe

Troisième strophe

Troisième strophe

Quatrième strophe

Quatrième strophe

9Le phénomène étonnant qui apparaît peut sembler de ce fait presque artificiel. Le constat devrait devenir plus convaincant encore lorsque le paramètre rythmique retenu est celui de la phrase (ou du seul point comme signe de ponctuation).

10À titre de confirmation, et pour montrer qu’il ne s’agit pas (seulement) d’organisation prosodique (mais historique), un bref regard sur le tableau rythmique sémantique, c’est-à-dire de mise en rythme du texte par la place spécifique occupée par des mots poétiques :

Strophe 1
Début : bourdon, bourdon (qui sonne)
Milieu : soupirs, soupirs
Fin : bourdon, bourdon

Strophe 2
Début : neige, neige (qui fond)
Milieu : cris, écho, bruit, bruit, son
Fin : neige, neige, neige

Strophe 3
Début : pie, pie (qui pleure)
Milieu : neige, neige
Fin : pie, pie

Strophe 4
Début : bourdon, neige, bourdon
Milieu : neige, larmes, neige
Fin : neige, neige, larmes (qui s’accumulent)

11C’est tout cela qu’il faut évidemment traduire. On comprendra maintenant pourquoi nous affirmons que le texte contient sa traduction. Nous ne tirons aucune règle générale de ces constats. Ils ne font valeur, c’est un pléonasme, que dans et par le texte. Il ne s’agit donc pas de les répéter pour un autre texte (sauf au même moment et dans les mêmes lieux), mais de les imiter, c’est-à-dire de chercher ce qui fait valeur rythmique dans un texte (prosodie, sons, mots poétiques, répétitions, etc.) à la condition absolue que les modalités d’inscription dans l’histoire et la matérialité du texte soient explicitées.

  • 6  Ce qui fonde l’argument tautologique des avocats du « on ne peut pas tout traduire » : la (...)

12C’est ainsi que le poème fait son temps. C’est ainsi que nous n’avons pas à traduire des règles poétiques et une métrique prédéterminée6, mais le poème. Ce poème qui se trouve aussi dans la prose.

Proposition de traduction :
Le bourdon sonne, le bourdon sonne à l’aurore dans la capitale.
Quand les rues qui jettent leur corps nu et glacé devant la nuit flottant dans un rêve opiacé, alors que le matin enveloppé de brouillard s’éclaircit imperceptiblement au-dessus de ces hauts nuages blancs, quand dans chaque rue de la capitale même les chaudes haleines du plaisir suçant le sang bleu des femmes s’amusant sous les lampes rouges qui brillent toute la nuit durant deviennent froides, le faible écho d’un chant funéraire flottant d’est en ouest s’évanouit sous le long pont battu par le vent, et quand les lampes à court d’huile clignotent en répétant les soupirs du passé poussant de longs soupirs sans force, le long bourdonnement du bourdon résonne de rêve en rêve. Le bourdon se répand pour annoncer le petit matin.

La neige fond, la neige fond sur le haut toit de la porte de l’Est. L’odeur des tuiles bleues, l’odeur des couleurs de tanch’ông pâlissant, et le cri des coqs au loin et tout près les groupes de tokkaebi disparaissent entre les piliers larges comme un tour de bras, chaque fois que le vent s’infiltre sous la porte, il envoie un écho triste sur le toit sombre. Ah ce bruit de vent étouffe mon cœur, écoute ! le bruit du vent jouant une triste flûte, une pagode dont les murs de pierres s’écroulent là-bas, sous les feuilles de vigne sauvage poussant chaque année davantage. Se mêlant à la neige éparpillée, ce triste son emplit mon cœur. Ah la neige fond, la neige qui fond en tombant sur la mousse verte.

Une pie chante. Elle chante dans l’aurore de la capitale. Ayant perdu son chemin dans la neige qui tombe sur les buissons et les arbres des monts Samgak, ayant perdu son chemin tracé dans les nuages que le soleil couchant d’hier soir a fait rougeoyer, la pie traverse en pleurant le petit matin de la capitale, la pie pleure.

Ah le bourdon sonne. La neige s’accumule dans les sons assourdis du bourdon. Les rues étroites et larges de la capitale sont remplies de neige. Les larmes débordantes d’une fée morte sans avoir vu son amant tombent en flocons. Les blancs pétales de pêcher qui ont résisté au vent du dernier printemps coulent maintenant dans le cœur ardent d’une fée coupable. Le matin enveloppé de brouillard s’éclaircit imperceptiblement au-dessus de ces nuages blancs, mais la neige apportée par le vent bloque en largeur et emplit latéralement les rues de la capitale. Ah la neige s’accumule, les larmes s’accumulent. Sans cesse et sans fin, elles s’accumulent – elles s’accumulent… elles s’accumulent…

Notes

1  Faut-il vraiment préciser que ce n’est pas par ethnocentrisme, mais justement par soumission à l’historicité. Le poème en prose (en gros = issu de Baudelaire) est un produit historique, pas un « universel poétique ».

2  Ce n’est pas par facilité d’analyse prosodique, surtout pour un poème en prose, mais parce que l’histoire se fixe là : lorsque 33 intellectuels coréens proclament la déclaration d’indépendance le 1er mars 1919, c’est un poète qui la rédige, à l’imitation de la déclaration d’un autre poète l’année précédente, et elle est lue par un troisième poète, tous trois majeurs dans les lettres coréennes, pour des raisons littéraires.

3  Première question pour le traducteur : article ou pas article (défini ou indéfini) ? Au risque de faire titre à la française, au risque de préciser ce que la langue coréenne ne précise pas.

4  La date : 1917.

5  La Corée découvre « la grammaire coréenne », et à travers elle la grammaire. Tout comme les Coréens traités de « sales Coréens » par les Japonais se découvrent méprisés et, à travers ce mépris, Coréens.

6  Ce qui fonde l’argument tautologique des avocats du « on ne peut pas tout traduire » : la langue d’arrivée résiste inévitablement aux règles prosodiques de la littérature de départ. Et alors ? Ce n’est pas cela qu’il y a à traduire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1616/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Première strophe
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1616/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Deuxième strophe
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1616/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Troisième strophe
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1616/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Quatrième strophe
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1616/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search