Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

La traduction et le traduire

La traduction et le traduire

Texte intégral

1Il est donc entendu que l’on part toujours d’un texte inscrit dans une histoire et dans une littérature, d’un texte porteur de sa propre socialité, d’un texte inventeur de son propre rythme. C’est ce qui rend écrasante la « tâche du traduire ». Non seulement on peut tout traduire, mais il faut même traduire le texte, rien que le texte et néanmoins tout le sociotexte. Du moins ce que nous en lisons aujourd’hui. Ce qui suppose que le traducteur se fasse traduisant, c’est-à-dire qu’il soit conscient de sa propre inscription dans une histoire, une société et une littérature données et qu’il la revendique ; qu’il accompagne sa démarche traductive d’une interrogation et d’une réflexion sur la traduction, mais aussi sur la critique et l’histoire de la traduction, afin de mieux connaître sa place au sein de cette histoire et de prendre position.

  • 1  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 27.

2Si, pour Meschonnic, « plus le traducteur s’inscrit comme sujet dans la traduction, plus, paradoxalement, traduire peut continuer le texte. C’est-à-dire, dans un autre temps et une autre langue, en faire un texte. Poétique pour poétique1 », nous dirons, quant à nous, que le traduire est l’opération qui proposera une trace pour une trace, un indice pour un indice, une valeur pour une valeur, à tous les échelons du texte, de la ponctuation au discours, de la métaphore au champ sémantique, de la typographie à l’onomastique. Le traduire, c’est donc l’opération qui vise à conserver l’intensité première du texte, du sociotexte, comme seule source de Valeur.

Notes

1  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 27.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search