Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Que traduit-on quand on traduit ?

Qui traduit quand on traduit ?

Texte intégral

Un traducteur pluriel

1Qui traduit quand on traduit ? Question probablement déroutante, mais préalable nécessaire à toute réflexion. La cause est entendue : lorsque par hasard le critique évoque la question de la traduction, c’est pour la régler soit d’un « excellente traduction » qui vient souligner l’ouverture d’esprit et la compétence du… critique, soit pour imputer au traducteur une série d’erreurs, quasi exclusivement lexicales.

2Or, et sans même entrer dans un débat philosophique sur l’idéologie ou l’inconscient du traducteur, les intervenants sont nombreux. Nommons ici « éditeur » tous ceux qui interviennent dans la maison d’édition ou en son nom – éditeurs, correcteurs, directeurs de collection – sur le texte.

  • 1  Nous évoquons une attitude, nous ne dénonçons pas une personne. Aussi ne donnons-n (...)

3Une intervention, sans doute inversement proportionnelle au capital symbolique du traducteur, peut être, disons-le, inepte. Voici l’exemple d’une page traduite passée entre les mains d’une « éditrice1 ». Tout comme certains traducteurs traduisent au « sentiment personnel », certains éditeurs corrigent au « sentiment personnel ». Pourquoi a-t-elle modifié ou supprimé de cette façon ?

Exemple de traduction corrigée

Exemple de traduction corrigée

4L’intervention peut être plus quotidienne, plus simple, répondant tout simplement à une autre logique que celle adoptée par le traducteur. Le résultat en est une bouillie. Paradoxalement, plus le texte sera alors corrigé, moins la correction se verra, si l’on n’a pas pris l’habitude de lire les traductions comme des traductions.

5Il serait particulièrement faux de penser que toute intervention autre que celle du traducteur est a priori mauvaise. Rien n’interdit à l’éditeur de connaître son métier, de proposer des corrections tout en respectant le point de vue du traducteur. L’éditeur peut avoir une expérience irremplaçable.

6Le problème de ce genre de correction effaçante, c’est qu’elle n’efface que les âneries les plus visibles. On doit bien se douter que tout le texte est écrit en fonction du même principe de préciosité lexicale. (« Je sais écrire. ») Elle ne peut que franciser le texte.

7Pour mémoire, on peut aussi signaler l’importance de l’autocensure, qui n’est – textuellement – qu’une forme exacerbée de la soumission à une Ainsi nommée littérature, sous la forme d’un « il vaut mieux dire ainsi ». Qui traduit quand je m’interdis une répétition au prétexte que « les Français n’aiment pas les répétitions », « c’est trop lourd », « de toute façon l’éditeur les enlèvera » ?

8Bien des transformations effectuées par les traducteurs eux-mêmes relèvent de la même conception. C’est une pratique ancienne et autoritaire :

  • 2 Préface aux Poèmes de Georg Trakl. Guillevic serait-il content de savoir que certai (...)

J’ai eu un jour une sévère discussion avec Jean Follain à propos d’un poème de Jozsef dans lequel une mère dit à son enfant : « Tu seras pompier ou soldat » ; je n’ai pas pu garder cela, aujourd’hui être pompier n’est plus une aspiration de l’enfance ; j’ai donc traduit : « Tu seras pilote ou soldat. » Follain était furieux2 ! assène Guillevic.

  • 3  Admettons un instant que cette pratique soit motivée par un louable souci d’être a (...)

9On imagine les conséquences de ce principe poussé au maximum. À ce rythme, il faudrait jouer le Caïd de Corneille, Kevin et Priscilla au lieu de Troïlus et Cressida, bien passés de mode, rebaptiser les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas les Trois CRS, V comme Vietnam d’Armand Gatti, S comme Syrie, le concours est ouvert3. Zazie dans le RER, les Joyeuses Meufs de Windsor. Si l’on conjugue cette pratique à celle, déjà soulignée, qui consiste à enlever du texte les mots « inutiles », on aboutit à des textes « problématiques », mais loin d’être rares.

10Le texte que l’on obtient est le résultat de l’intervention d’un éditeur et du traducteur qui conjuguent leurs efforts pour désécrire. Ce qui, rappelons-le, n’est pas toujours le cas.

11Comment peut-on être sûr que la traduction qu’on tient entre les mains est bien le texte remis par le traducteur à l’éditeur ? Combien de fois entend-on imputer au traducteur le changement du titre d’une œuvre, alors que c’est souvent un oukase de l’éditeur ? Admettons que ce changement serve parfois réellement le texte et son auteur. Intervention éditoriale pardonnable, donc. Mais il en est des moins pardonnables, il en est même des carrément scandaleuses, celles qui sont laissées sans l’accord du traducteur, pis encore, celles qui sont cachées au traducteur ! Jusqu’à ce que, un beau jour, ses étudiants, ou un lecteur bilingue, lui demandent la raison de tel ou tel changement. S’il vérifie, il s’apercevra d’un nombre important de modifications effectuées à son insu par son éditeur, de ceux qui ont une conception nivelante et lissante de la traduction, qui prennent le cliché et l’image rebattue pour du « bon français », de ceux pour qui, forcément, l’enfance est toujours « la plus tendre », le manque toujours « cruel », bref, de ceux qui n’ont certainement pas sur leur table de chevet le fameux Dictionnaire des clichés littéraires (Hervé Laroche, 2001). Les perles éditoriales, imputées aux traducteurs que nous sommes, abondent : certaines sont le résultat d’un refus d’écouter nos arguments, d’autres ont abouti à un compromis qui ne saurait satisfaire personne.

12Dans le passage d’un roman, où le point de vue adopté est celui de l’un des personnages principaux, propriétaire terrien attaché avant tout à sa terre, le texte dit : « Des étoiles pendaient au ciel, comme de gros haricots. » Nous avons choisi de garder l’image littérale dans la traduction, car elle a été délibérément créée et s’accorde avec le monde intérieur de ce personnage. Dans la marge, l’éditeur a noté qu’il s’agissait sans doute d’un slavisme, et qu’en français, on disait : « les étoiles brillent ». Dans le livre publié, l’image est conservée à ceci près que les « gros haricots » sont devenus des fèves… Autre exemple : les ruines d’une ville sont, dans le texte, « les os rouillés des villes en ruine ». Cette métaphore, qui ne répond, encore une fois, à aucun cliché, a été récusée et qualifiée de contresens…

  • 4  Sevda Sevan, 2001, Quelque part dans les Balkans, Paris : L’Esprit des péninsule (...)

13Plus loin, le « brouillard brûlant des bains », métaphore, a été changé en « vapeur », mot exact, approprié aux bains, mais qui introduit une platitude. De même, la litote « les regards non indifférents » a été refusée au profit de l’expression directe « des regards intéressés ». Est-ce vraiment la même chose ? Enfin, « la jeune accouchée » a été remplacé par « parturiente », terme qui appartient à un registre médical et qui, en outre, ne renvoie pas au même référent : la jeune accouchée est relevée de couches, la parturiente est en train d’accoucher4.

14Encore une image du même texte, éloquente nous semble-t-il :

Les portefaix de la ville, Ali et Spiros, étaient assis sur les pavés devant la baraque du douanier, ils se versaient du thé et buvaient, imperturbables, sentant avec leur dos qu’il n’y avait pas de clients pour eux sur ce « vapeur ».

15L’éditeur ayant jugé que laisser l’image telle quelle était une ineptie, c’est devenu dans la traduction française publiée, en dépit de nos arguments :

Les portefaix Ali et Spiros étaient assis sur les pavés devant la baraque du douanier, ils se versaient du thé et buvaient, imperturbables – quelque chose leur disait, à la manière des rhumatisants capables de prévoir le temps, qu’il n’y avait pas de clients pour eux sur ce « vapeur ».

  • 5  Yordan Yovkov, 1999, Légendes du Balkan, Paris : L’Esprit des péninsules, tradui (...)

16Dans un autre texte, pour illustrer la panique qui s’empare d’une maison habitée par une famille bulgare sous la domination ottomane, lorsque des Turcs arrivent sans crier gare et montrent trop d’intérêt pour la fille du maître de céans, l’auteur a recours à l’image de la ruche. C’est une doctorante qui nous a fait découvrir qu’à notre insu, l’éditeur avait remplacé cette image par celle d’une fourmilière5. Au nom de quoi ? Sinon de l’Ainsi nommée littérature : il s’agit dans chacun de ces exemples d'effacer tout ce qui fait l’individualité d’une écriture et de ses images et métaphores pour les remplacer par des images ou des comparaisons qui visent à gommer, nier toute altérité et remettre le texte dans le sillon connu de « ce qui se dit » « ce qui s’écrit », le lecteur ne doit pas être surpris par des images ou des associations inhabituelles, il faut le rassurer, lui servir du familier, du connu… Reposons la question : à quoi bon, dans ce cas, lire de la littérature étrangère si elle doit être écrite exactement comme la littérature française ? Et de quelle littérature française parlons-nous ?

Qui a la haute main sur le paratexte ?

17Le paratexte est à l’image du traducteur : réduit à une peau de chagrin, humble, tout petit, fantomatique, voire ectoplasmatique, comme si, par son existence même, il gênait. Sa place est, tout au plus, à l’ombre du grand écrivain et du grand texte qu’il sert.

18Si l’on considère provisoirement avec Gérard Genette que le paratexte regroupe l’ensemble des phénomènes textuels qui semblent entourer le texte proprement dit (couverture, illustration, titre, note, préface, postface, typographie), mais qui, pour nous, sont du texte, il semble bien que le domaine du traducteur soit au mieux le seul texte (toujours susceptible d’être corrigé par un tiers), et qu’il soit donc quasiment interdit de paratexte. Dans un texte traduit, le texte est forcément celui de l’auteur (même ses notes éventuelles), mais qui, alors, a la main sur le paratexte ?

Du côté des couvertures…

19Au mieux, le nom du traducteur est inscrit sur la première de couverture. Mais pas toujours : le titre, en gros caractères, le nom de l’auteur, en plus gros ou en moins gros que le titre, prennent tant de place, de même que l’éventuelle illustration, qu’on ne saurait songer à en trouver pour le modeste traducteur. Ça donne ça :

20Le préfacier de la traduction de Roméo et Juliette, dans cette édition, a les honneurs de la première de couverture. Parce qu’il n’est pas l’auteur de la traduction…

21Quand le traducteur ne figure pas sur la première de couverture, ce qui est, heureusement de moins en moins fréquent, on l’indique en tout petit, assez bas, sur la quatrième de couverture.

Quatrième de couverture

Quatrième de couverture

22Ne parlons pas des illustrations : que d’images, de photos ou de couvertures blanches choisies uniquement par l’éditeur ! Que d’images supprimées par l’éditeur ! Soulignons avec la même force que cette censure est trop souvent le fait du traducteur qui n’en informe pas nécessairement l’éditeur.

  • 6  De même que l’éditeur, de même que le subventionneur coréen. Il s’agit d’un crim (...)

23La traduction de Pavane pour une infante défunte, de Pak Mingyu, supprime allègrement les illustrations, sans doute trop chères, la double couleur de la typographie, sans doute insignifiante, jusqu’au DVD de musique que l’auteur avait jugé bon de faire incorporer à l’édition coréenne. Sans doute inutile… Qu’un traducteur puisse considérer qu’un DVD musical soit inutile pour accompagner un livre intitulé Pavane en dit long6.

24Si l’on compare avec un autre « interprète », l’instrumentiste (ne parlons pas du chef d’orchestre), le contraste est ahurissant. De « Mstislav Rostropovitch, le violoncelle du siècle » qui s’étale en grosses lettres sur la jaquette d’un CD (à quand « X…, le Shakespeare en français du siècle » ?), au portrait d’un Glenn Gould pensif, en passant par le buste d’une Janine Jansen traversé par un violon, ou par les multiples rabats étalant une Anne-Sophie Muter tantôt concentrée, tantôt mutine, tantôt femme fatale, éclipsant respectivement les titres des œuvres jouées et le nom de leur compositeur (Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, Concertos de Bach et les Quatre Saisons d’Antonio Vivaldi)…

  • 7  Le traducteur inséré dans une équipe éditoriale pour aboutir à un résultat colle (...)
  • 8  Essentiellement parce qu’il s’agit d’un dialogue : proposition du traducteur, ca (...)

25Mais surtout, qui choisit la couverture du livre, qui a la main sur ce paratexte essentiel qui fait déjà fonction de texte, sinon, dans 90 % des cas, l’éditeur et son équipe ? La couverture est le premier texte (au sens sémiotique) qui s’impose au lecteur. Elle donne le ton du livre, détermine l’horizon d’attente : qui mieux que le traducteur7 peut la choisir à bon escient, en toute connaissance de cause, du texte qu’elle signale ? Le résultat, ce sont des couvertures-paraphrases, redondantes (elles répètent en image ce que dit déjà le titre, ce qui est le cas de la couverture 2), les moins productives, que l’on pourrait qualifier « à effet zéro », alors qu’on peut imaginer (et ça existe) des couvertures explicatives et des couvertures faisant contrepoint au titre, comme dans le cas d’un texte très médiatisé comme « premier roman nord-coréen traduit en français » : Des amis indique le titre sur fond de couleurs éclatantes et chaudes d’un tableau représentant « le camarade Kim II‑Sung, Grand Leader, partageant avec les fondeurs la joie de la première coulée ». Le ton est donné (couverture 3). Ici, le traducteur (P.M.) a eu son mot à dire8. Tout comme l’auteur et le traducteur de la couverture 4 qui dépasse la redondance de la couleur grise indiquée dans le titre, va plus loin et donne le ton d’un aspect majeur du roman, un double voyage dans le temps et l’espace, qui explique que la critique en ait souvent fait un « Kerouac bulgare ».

  • 9  Travail effectué par Aisha Bisri Galal dans le cadre du master LITTOR de l’Inalc (...)

26Il est des couvertures qui trompent le lecteur. Et elles sont nombreuses. Telle celle de la traduction italienne du roman Ajnihat al‑farashah, les Ailes du papillon, de l’écrivain égyptien Mohamed Salmawy (2011), à l’écriture engagée politiquement, chargée d’une force symbolique et métaphorique, qui met en scène, notamment, les émeutes de la place Tahrir, au Caire, avant que celles-ci n’éclatent. Or, la couverture italienne, conjuguée au titre de Colazione al Cairo [Petit déjeuner au Caire] (comment ne pas y voir un clin d’œil au célèbre Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote), laisserait attendre un roman de gare, une banale, voire insipide, histoire d’amour9.

Couverture de la traduction italienne

Couverture de la traduction italienne
  • 10  Mohamed Salmawy, 2014, Butterfly Wings: An Egyptian Novel, Le Caire : The American University in (...)

27La couverture de la traduction anglaise10, quoiqu’un peu triste, intrigue et mêle assez habilement les deux strates principales de l’intrigue.

Couverture de la traduction anglaise

Couverture de la traduction anglaise

28Les couvertures doivent produire un horizon d’attente en accord avec le texte, un effet d’étonnement, de perplexité (couverture 1), de réflexion, voire de révolte. Sinon, on perd une occasion de dire quelque chose du texte-écriture (et pas seulement de son contenu). En fin de compte, le paratexte est du texte qui joue à ne pas en être. Mais il convient de le montrer !

29Encore une fois, tout se tient : la couverture est l’un des lieux par excellence où se manifestent les luttes pour le pouvoir.

Du côté des titres…

30Du côté des titres, on entend souvent dire : « Mais pourquoi le traducteur a-t-il traduit comme ça ? » Sans se demander qui traduit les titres d’un texte traduit. Le traducteur ? L’éditeur ? Le traducteur et l’éditeur ensemble ?

31On le sait depuis Leo Hoek, Charles Grivel, Roland Barthes, Claude Duchet, le titre est non seulement un drapeau, une annonce, un lieu herméneutique, mais aussi, d’un point de vue textuel, un carrefour où se négocient le genre, la lisibilité et plus encore la socialité, dans un rapport plus ou moins codifié auquel renvoie tout texte.

32Un tel enjeu ne saurait échapper facilement aux autorités, auteur (ou à sa caricature, l’agent ou l’ayant droit) et éditeur. Mais restons à l’intérieur du texte, au moment où le traducteur se demande en conscience que faire de son titre. Si, dans l’immense majorité des cas, on reste dans un mot à mot auquel personne ne trouve rien à redire, les cas spécifiques sont nombreux. Il s’agit de cas limites, de cas à la limite.

  • 11  Il semblerait en outre que les ayants droit du colonel Delebecque aient interdit (...)

33Par exemple, lorsque l’histoire de la traduction se superpose à celle du texte. Peu de titres se sont autant imposés que les Hauts de Hurlevent, choix particulièrement réussi par Frédéric Delebecque (soit dit en passant colonel d’artillerie et militant de l’Action française), en 1925, pour rendre Wuthering Heights. Quel est alors le choix du nouveau traducteur ? Agir sur le titre est une possibilité, très osée lorsque le titre de la première traduction s’est à ce point lexicalisé. Sylvère Monod (dont il est bien difficile de trouver le nom tant il est caché dans le paratexte et les critiques habituels, bien que ce soit un traducteur très connu) a ainsi proposé en 1963 Hurlemont11, d’une certaine façon plus « proche » du titre anglais, puisque moins explicatif, et Leyris Hurlevent des monts en 1972. Mais n’était-ce pas cause perdue, étant donné la prégnance des Hauts de Hurlevent ? D’ailleurs, le dernier éditeur de Hurlemont (L’Archipel) a jugé plus prudent d’indiquer aussi le titre anglais entre parenthèses.

34Nous avons parlé de conscience. Notre objet étant la réalité du traduire, il faut d’abord évoquer l’absence de conscience, l’Ainsi-nommée-bonne-conscience. Gageons que les « traducteurs » de la pièce Ch’ônha che’il namga’i, de Song Sok‑ze, ont traduit « en conscience » ce titre par Nam Guy, un mec super-chié…! Nous avons toujours tenu compte de l’incompétence et de la bêtise, nous avons affirmé avec la sociocritique qu’une socialité folle était toujours une socialité, nous avions sous-estimé la vulgarité. Il faut se rendre à l’évidence. C’est une catégorie littéraire.

  • 12 Perseverare diabolicum : la note critique sur la compagnie qui joue cette pièce à (...)
  • 13 C’est une des raisons fondamentales pour rejeter les « traductions » de duos, don (...)
  • 14 Dernière phrase d’Au Bord de l’eau de Shi Nai‑an, 1997, Paris : (...)

35Les « traducteurs » ont peut-être des raisons personnelles à vouloir faire jeune, nous voyons mal quel public français peut se reconnaître dans ce « super-chié », un « marginal né dans la m… » qui devient brusquement un grand séducteur… Restons logiques avec nous-mêmes, le principal défaut de ce « super-chié », c’est sa franchouillardise, faute première en traduction12. Increvable logocentrisme. C’est aussi une erreur de registre, certainement imputable en premier lieu à l’ignorance littéraire. Chacun d’entre nous est susceptible de rater ici ou là une référence, mais lorsque le coréen utilise du sino-coréen, le traducteur dispose en quelque sorte d’un signal d’alarme, d’un clignotant. Sino-coréen signifie, en littérature, « attention référence ». Lorsqu’il y a sino-coréen, c’est-à-dire un choix effectué entre deux transcriptions, le traducteur ne peut pas ne pas voir la référence13. « Ch’ônha », c’est « sous le ciel », donc « sur la terre », « dans le monde », et c’est très souvent lexicalisé dans l’expression à quatre sinogrammes t’aepy’ông ch’ônha’, Grande Paix sur la Terre14. Ni l’usage, ni le registre n’autorisent le recours à la vulgarité. Mais comment éviter de verser dans le logocentrisme ?

  • 15 Publiée par Actes Sud en 2003.
  • 16  L’humour survient, dit Todorov, lorsqu’il y a distance par rapport à l’utilisati (...)

36Cette expression est aussi le titre d’une fiction publiée par le coréen Ch’ae Manshik en 193815. Le contexte littéraire de cette fiction de Ch’ae Manshik est déjà la cause d’une première série de difficultés. Il fait effet de contraste, d’où l’humour16, le contraste apparaissant entre l’épopée chinoise originelle de 108 brigands courageux et le héros particulièrement minable du roman coréen. Le deuxième effet est de citation, à travers l’expression figée. Le troisième est linguistique : c’est du chinois. Le quatrième est historique : dire que tout va bien en pleine occupation… Plusieurs options de traduction : celle du sens premier (Grande) Paix sur la Terre, qui christianise à l’excès. Traduction interprétative, Peacefull Reign, Tout va bien, Rien à signaler, qui pourraient même aller pour faire formule jusqu’à Dormez braves gens, l’effet recherché étant antiphrastique.

  • 17 Michel Foucault, « Les mots qui saignent », l’Express, no 688, 26 août 1964. Repris dans Dits et (...)
  • 18  Le principe est clair pour nous, mais l’analyse génétique montre que Ch’ae Mansh (...)

37(Grande) Paix sous le Ciel, Peace under Heaven a été tenté en anglais, est mieux, il sonne étrange, ce qui nous garantit contre le logocentrisme, et permet de plus au titre coréen de « tomber à pic sur le français17 », comme dit Michel Foucault. Mais il manque quelque chose, si l’on veut tout traduire : l’origine chinoise de l’expression18. D’où la solution Sous le Ciel, la Paix, qui garde le sens, le rythme, l’antiphrase, et recentre vers une autre façon de dire, celle du chinois. L’effet est quelque chose comme : ça se comprend, mais ça ne se dit « normalement » pas comme ça. Qu’en auraient fait nos traducteurs ? « Ça boume dans le coin » ? « La paix super-chiée » ? « Putain, c’est l’occupation » ? « Sans déc’, c’est la paix » ?

  • 19  Rapporté par la traductrice lors d’un atelier d’initiation à la traduction litté (...)

38Ses fonctions font du titre un « lieu commun ». Tout ce que nous répondrons à la question « qui traduit quand on traduit ? » se rencontre dans le titre, un endroit où le traducteur a donc encore moins de pouvoirs, là justement où il devrait avoir les mains libres. Lorsque Marianne Millon, traductrice du roman catalan Tretze tristos tràngols, d’Albert Sànchez Piñol, propose « Treize tristes instants », dans le but évident de garder l’allitération du catalan, l’éditeur, trouvant cela un peu « lourd » (?) opte pour Treize Mauvais Quarts d’heure19. « Aboli bibelot » aura-t-il bientôt droit à « meuble disparu » ?

  • 20  Victor Paskov, Allemagne, conte cruel, La Tour d'Aignes, 1992, traduit par Mar (...)

39Encore un exemple : le deuxième roman de l’écrivain bulgare Victor Paskov, intitulé Германия, мръсна приказка, soit « Allemagne, conte sale/obscène ». Il y est question, en 1968, d’un jeune Bulgare de 18 ans, renvoyé pour indiscipline idéologique de tous les lycées bulgares et que son père fait venir dans le pays-frère qu’est l’Allemagne de l’Est. Très vite, le pays de la littérature, de la philosophie, va révéler au narrateur la brutalité de la xénophobie et de la Stasi. La référence au poème satirique d’Heinrich Heine, « Deutschland. Ein Wintermärchen » (« Allemagne, un conte d’hiver ») est cruciale, à ne pas rater, tout comme la tonalité crue, argotique, de l’œuvre. Et l’adjectif мръсен est à prendre au sens le plus fort d’« obscène », « abject ». Le roman est sorti en français sous le titre d’Allemagne, conte cruel20. Ce qui crée une autre référence, bien moins appropriée par le ton et le genre de l’œuvre : celles aux Contes cruels de Villiers de L’Isle-Adam. Et, comme par hasard, une référence française, « bien de chez nous » pour un texte qui « parle » en Allemagne, de l’Allemagne…

  • 21  Brice Matthieussent, Vengeance du traducteur, op. cit.

40La situation est soulignée avec un humour féroce toujours dans Vengeance du traducteur, de Matthieussent21. Il est intéressant de remarquer que c’est précisément son statut d’auteur et d’éditeur qui permet au traducteur Mathieussent d’énoncer pas mal de vérités. À commencer par celle-ci :

  • 22 Ibid., p. 18.

Dans le roman que je traduis, Translator’s Revenge (en français ça devrait donner, si l’éditeur est d’accord, Vengeance du traducteur, mais les éditeurs consultent volontiers les contrôleurs de gestion ainsi que les représentants qui à leur tour consultent les libraires qui eux-mêmes… Bref, pour le titre français, rien n’est joué, ça peut devenir Panique à New York ou la Séductrice de Saint‑Germain‑des‑Prés, voire pis encore22).

  • 23  Marie Vrinat.

41Il est aussi des titres qui sont le fruit de négociations, de dialogues entre l’éditeur, le traducteur et l’auteur. Le recueil de nouvelles de Guéorgui Gospodinov, publié par les éditions Arléa en 2003, porte en français le titre : l’Alphabet des femmes, alors que le titre du recueil original, paru en bulgare, est tout simplement И други истории [Et d’autres histoires]. Celui-ci fait référence au roman du même auteur, Естествен роман [Un roman naturel, Phébus, 2002], publié un an auparavant chez le même éditeur bulgare. L’intervalle très court entre ces deux parutions, le fait que ce soit chez le même éditeur et, surtout, que ces deux livres aient eu une réception très remarquée en Bulgarie, aussi bien par la critique que par le public, tout cela permettait ce clin d’œil qui n’aurait guère eu de sens en France, les deux traductions ayant été publiées par deux éditeurs français différents. D’autre part, le recueil édité en France contient une nouvelle qui ne faisait pas partie du recueil bulgare, mais qui avait été publiée plus tard dans un magazine : précisément celle qui a pour titre « L’alphabet des femmes ». Éditrice et traductrice23 ont proposé que ce soit le titre du recueil entier, ce que l’auteur a approuvé.

  • 24  Marie Vrinat.

42En 2006 paraît en bulgare un roman d’Emilia Dvorianova intitulé Земните градини на Богородица [Les jardins terrestres de la Vierge], inspiré à son auteure par un voyage jusqu’au mont Athos, lors duquel elle accompagnait des collègues chargés de répertorier les manuscrits bulgares présents dans les monastères de la République monastique. Mais, contrairement à ses collègues masculins, Dvorianova ne peut y pénétrer. Ce roman, qui mêle légende, récit biblique, fiction, récit de voyage, intrigue policière, a été publié en français en 2010 par les éditions Aden. Le titre a fait l’objet de plusieurs discussions. Tout d’abord entre l’auteure et sa traductrice24. Le terme de « Vierge » posait problème, dans la mesure où il se réfère à un contexte catholique qui met l’accent sur l’immaculée conception et la virginité de celle qui enfanta le Christ. Le terme bulgare, Богородица, calque du grec, signifie littéralement « celle qui enfanta Dieu ». En 2010, Nicolas Sarkozy avait rendu visite au pape, une révision de la loi de 1905 était vaguement dans l’air, et ce titre de « Jardins terrestres de la Vierge » semblait peu opportun à l’éditeur dans le contexte politique ambiant. Il semblait aussi suggérer au lecteur potentiel qu’il s’agissait d’un ouvrage religieux. L’auteure, de son côté, était peu encline à changer le titre de son roman. Au bout du compte : les Jardins interdits.

43Mais peut-on aborder cette question sans évoquer cet exemple canonique ?

  • 25  Bruno Icher, « Chasse, pêche et traductions », Libération, 23 novembre 2013.

[…] Il suffit de mesurer le gouffre qui sépare les titres originaux et traduits pour avoir une idée du traitement réservé à ces romans. Pour n’évoquer que le cas Chandler, The Long Goodbye devient Sur un air de navaja, et The Little Sister devient Fais pas ta rosière, titre qui plongea l’auteur dans des abîmes de perplexité exaspérée, le plus dingue restant pour l’anecdote le Pop. 1280 de Jim Thomson, devenu pour de mystérieuses raisons, 1 275 Âmes25.

Du côté des préfaces et postfaces…

44On pourrait alors supposer que le traducteur trouve enfin sa place dans les préfaces, postfaces et notes du traducteur. Sauf que… ils sont, en général, les premiers à se censurer et à ne pas oser proposer (sans parler d’imposer !) les premières. À condamner les secondes. Les condamnations et jugements sans appel fusent, pleuvent, comme on l’a vu.

  • 26  Maïca Sanconie, « Préface, postface, ou deux états du commentaire par des traduc (...)

45Dans un article intitulé « Préface, postface, ou deux états du commentaire par des traducteurs26 », Maïca Sanconie, universitaire, écrivaine et traductrice, analyse la postface qu’elle a écrite à sa traduction du roman Imelda, de l’écrivain écossais John Herdman, et la préface écrite par Nabokov à l’autotraduction de son roman Despair :

  • 27  Ibid., p. 177.

Ma posture est une posture d’écart, puisque après avoir produit une traduction, j’ai en quelque sorte outrepassé ma fonction pour produire un commentaire essentiellement critique. En effet, ma postface ne constitue pas une justification de ma traduction, mais une évaluation critique de l’œuvre27.

  • 28  Actes Sud, Arléa, Les Syrtes, Intervalles, par exemple, ne nous ont jamais refus (...)
  • 29  Au sens que donne Antoine Berman à cette expression dans son ouvrage Pour une critique des traduct (...)
  • 30  Voir ses préfaces à trois textes d’Andrea Camilleri : la Forme de (...)
  • 31  Postface à Andrea Camilleri, 2001, la Saison de la chasse, Paris : Fayard.
  • 32  Note du traducteur, in Fiodor Dostoïevski, 1996, Crime et châtiment, Arles : A (...)
  • 33  Par exemple Marie Vrinat, « Je raconte, donc j’existe », préface à Guéorgui Gosp (...)

46Où l’on retrouve les topos d’humilité, de modestie et d’effacement sous-jacents (« posture d’écart », « j’ai outrepassé ma fonction ») dont, décidément, les traducteurs ont beaucoup de mal à s’affranchir… En effet, lorsque l’éditeur accepte (il semblerait que ce soit de plus en plus fréquemment le cas, on voit même des éditeurs demander des préfaces ou des postfaces28) de laisser la maîtrise du contenu de ce paratexte au traducteur, ce dernier l’investit encore trop rarement comme espace spécifique permettant d’éclaircir des choix de traduction et, plus généralement, d’annoncer son projet de traduction29. On notera donc de notables exceptions, comme les préfaces de Serge Quadruppani30 expliquant de manière aussi convaincante qu’abondamment illustrée les solutions lexicales et syntaxiques qu’il a trouvées pour traduire le colinguisme à l’œuvre dans les textes de l’écrivain sicilien Andrea Camilleri, la postface de Dominique Vittoz31 à la Saison de la chasse du même Camilleri, celle de Markowicz32 à Crime et châtiment, d’ailleurs intitulée par son auteur « Note du traducteur » (il n’y a en effet aucune N.d.T. dans ce texte de presque 1 000 pages…), etc. Nous avons nous-mêmes, en tant que traducteurs et pas uniquement comme critiques, investi la préface de quelques ouvrages traduits33.

  • 34  Enquête réalisée en 2014 par Olga Kassimova, master LITTOR, parcours russe.

47On aboutit ainsi à des situations pour le moins cocasses. Lorsque Alexis Armengol met en scène « Platonov mais », d’après Platonov d’Anton Tchékhov, dans la traduction de Markowicz et de Françoise Morvan, on trouve sur le site www.toutelaculture.com une critique de Céleste Bronzetti qui loue un double travail de traduction : celui du réalisateur (traduction au sens large, entre littérature et théâtre) et celui de… Morvan, auteur de la préface de cette traduction. Markowicz, celui des deux traducteurs qui connaît bien dans l’original la langue de Tchékhov, pourtant traducteur très connu et reconnu, est laissé dans l’ombre traditionnelle qui entoure les traducteurs34 :

L’opération admirable que Armengol a fait [sic] sur la pièce de jeunesse de l’écrivain et dramaturge russe semble être bien décrite par cette réflexion de Françoise Morvan, traductrice de la dernière édition de Platanov [sic]. […] Deux traductions, celle de Morvan et celle de Armengol, l’une pour la littérature, l’autre pour le théâtre. Une même force d’investigation de l’univers tchechovien [sic] pour deux objectifs différents qui reportent [sic] à la surface, les deux, un portrait extrêmement lucide de l’homme moderne.

48Le paratexte est donc, sans doute, pour cette critique, plus important, plus porteur de capital symbolique, que la traduction. CQFD…

  • 35  Ce paragraphe est ajouté par Kadhim Jihad Hassan.
  • 36  À propos de la solidarité et de la complétude entre traductions et commentaires (...)

49Ce problème de l’annotation et du paratexte en général ne se posait pas aux traducteurs arabes de Platon, d’Aristote et d’autres, au Moyen Âge35. La plupart des traducteurs arabes contemporains répugnent, par paresse plutôt que par conviction, et sans que cela soit dicté par les éditeurs, à accompagner leurs traductions de notes et d’introductions ou de postfaces élaborées. Contrairement à eux, les Arabes médiévaux tenaient à accompagner les leurs d’introductions, de notes et de notes sur les notes, ainsi que de commentaires. Ces derniers se voyaient ensuite secondés, corrigés et élargis par les commentaires de philosophes et d’exégètes, de Fârâbî à Ibn Rushd (Averroès) et d’autres. Les commentaires frayaient parfois un chemin, ce qui a eu pour effet que la traduction des philosophes grecs et les commentaires qu’elle provoquait ont fini par accoucher d’une philosophie arabe rationnelle et d’un art du commentaire philosophique36.

L’ici et maintenant du traducteur

  • 37  Hans‑Robert Jauss, 1978/2001, Pour une esthétique de la réception, Paris : Galli (...)
  • 38  Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit., p. 79.

50C’est une évidence que pourtant la critique de traductions ne prend pas suffisamment en compte, préférant généralement se focaliser sur des points de lexique, parfois de rythme (en faisant référence à Meschonnic mais pas toujours à bon escient, loin de là) : le traducteur traduit ce qu’il lit dans son ici et maintenant. C’est ainsi, en partie, qu’il faut comprendre la notion d’« horizon culturel » proposée par Berman dans le sillage de l’horizon d’attente développé par Hans‑Robert Jauss dans son esthétique de la réception37 « comme l’ensemble de paramètres langagiers, littéraires, culturels et historiques qui “déterminent” le sentir, l’agir et le penser du traducteur38 ». Ou celle de « possible d’une époque », défini ainsi par Meschonnic :

  • 39  Henri Meschonnic, 1977, Pour la poétique II, Paris : Gallimard, p. 321.

La notion de traduction est une notion historique. La traduction comme la pratique idéologique courante […] se définit par le possible d’une époque. Le possible d’une époque est la somme de ses idées reçues39.

  • 40  Necdet Neydim, « Küçük Prens Çevirilerindeki Çevirmen Kararları », Çeviribilim, 2006. Disponible s (...)

51Le Petit Prince, de Saint‑Exupéry, en fournit une illustration que l’on osera qualifier de savoureuse, dans deux de ses traductions faites en turc (mais ne croyons pas que ce genre d’exemple ne se trouve que dans des littératures étrangères), analysées par Necdet Neydim dans son article « Küçük Prens Çevirilerindeki Çevirmen Kararları40 » [Les choix des traducteurs dans les traductions du Petit Prince]. Il se penche plus particulièrement sur un passage dans lequel Saint‑Exupéry fait allusion à Atatürk, figure mythique pour les Turcs, fondateur, comme on le sait, d’une République turque laïque et moderne au prix de mesures radicales menées par un régime autoritaire :

J’ai de sérieuses raisons de croire que la planète d’où venait le petit prince est 1’astéroïde B 612. Cet astéroïde n’a été aperçu qu’une fois au télescope, en 1909, par un astronome turc.
Il avait fait alors une grande démonstration de sa découverte à un congrès international d’astronomie. Mais personne ne 1’avait cru à cause de son costume. Les grandes personnes sont comme ça.
Heureusement pour la réputation de 1’astéroïde B 612 un dictateur turc imposa à son peuple, sous peine de mort, de s’habiller à l’européenne. L’astronome refit sa démonstration en 1920, dans un habit très élégant. Et cette fois-ci tout le monde fut de son avis.

52Après la mort d’Atatürk est instauré un culte de la personnalité et un article de loi, adopté en 1951, stipule que : « Quiconque insulte publiquement ou maudit la mémoire d’Atatürk est incarcéré avec une lourde sentence entre un et trois ans d’emprisonnement. » Qualifier Atatürk de dictateur est donc inacceptable et peut même être considéré comme une attaque contre la nation turque.

53Certaines traductions de ce passage, citées dans l’article de Neydim, remplacent le mot « dictateur » par des expressions telles que « un chef » ou « un dirigeant autoritaire ». L’une d’elles supprime tout simplement l’allusion au dictateur et indique que l’astronome refit sa démonstration en costume européen. Deux traductions, antithétiques, sont en fait des adaptations de cet extrait, qui trahissent fortement l’horizon culturel et idéologique de leurs auteurs : la traduction d’Emel Tanver, qui date de 1994, aussi laconique que glorifiant le « dictateur » dit :

Büyük ve değerli kumandan Atatürk bütün Türklerin Avrupalılar gibi giyinmelerini sağladı. Böylelikle, daha sonraları Türk Astronomu Avrupalılar gibi giyindi ve düşüncesini tekrarladı ve B 612 asteroidinin gerçek olduğu kabul edildi.

Le grand et valeureux commandant Atatürk fit en sorte que tous les Turcs s’habillent comme des Européens.

54À l’inverse, dans une traduction anonyme, semble-t-il, le traducteur (ou la traductrice) se « lâche » littéralement contre Atatürk :

Astığı astık, kestiği kestik korkunç bir önder geçmiş Türklerin başına. Halkı yasa zoruyla Batılılar (Avrupalı ve Amerikalı) gibi giyinmeye mecbur etmiş. Buna karşı çıkanları öldürtmüş. Fötr şapka giymeyenlere işkence ettirmiş. Kravat takmayan öğrencileri okuldan, memurları dairelerden attırmış. Sokağa başını örterek çıkan kadınların örtülerini, genç ihtiyar demeden polis ve jandarma eliyle açtırmış. Bütün bunlardan sonra B-612’ciğin Türkler tarafından keşfedildiği kabul edilmiş. Türk gökbilimcinin 1920 yılında, ayağında pantolonu, sırtında smokini, sadece kulaklarının üst kısmında kalmış briyantinli saçları ve boynunda papyonuyla bir Batılı gibi giyinmiş olarak yaptığı aynı konuşma ve kendinin değil, Batılıların harfleriyle hazırladığı belgeler, alkışlarla karşılanmış… İşte (Batılı ve onlara benzemeye çalışan) büyükler böyledir.

55Soit :

Un chef effroyable, tyrannique et sanguinaire vint à gouverner les Turcs. Il obligea le peuple, par la force de la loi, à s’habiller comme les Occidentaux (les Européens et les Américains). Il fit tuer ceux qui s’y opposaient. Il fit torturer ceux qui ne portaient pas un chapeau en feutre. Il fit chasser les étudiants des universités, les fonctionnaires de leurs postes lorsqu’ils ne portaient pas la cravate. Il donna l’ordre à la police et aux gendarmes de forcer les femmes qui sortaient dans la rue la tête couverte à se dévoiler, les jeunes comme les vieilles. Après tout cela, on admit que cette petite B 612 avait été découverte par les Turcs. Le même discours que fit l’astronome turc en 1920, habillé comme un Occidental, avec son pantalon aux jambes, son smoking sur le dos, ses cheveux couverts de brillantine qui lui arrivaient juste au-dessus des oreilles et son nœud papillon au cou, de même que les documents qu’il avait écrits non pas avec les lettres turques, mais avec celles des Occidentaux fut accueilli par des applaudissements… Les grandes personnes (les Occidentaux et ceux qui s’efforcent de leur ressembler) sont comme ça.

La bibliothèque intérieure du traducteur

56Le possible d’une époque définit son « lisible ». Ce qui nous permet de dire qu’un traducteur peut tout traduire, tout traduire de ce qu’il lit, c’est-à-dire de ce qui est lisible.

  • 41  Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit., p. 61.
  • 42  Ibid., p. 80.

57L’horizon culturel du traducteur n’est pas seulement « horizontal », il est aussi « vertical », il comprend toute l’épaisseur d’histoire personnelle, d’histoire culturelle, d’histoire de la doxa, d’histoire épistémologique et d’histoire de la traduction qui se croisent en lui, car, comme le rappelle Berman, « un traducteur sans conscience historique est un traducteur mutilé, prisonnier de sa représentation du traduire et de celles que véhiculent les “discours sociaux” du moment41 », d’une part ; d’autre part, le traducteur « appartient à une lignée qui fait de lui un retraducteur, avec tout ce qu’implique cette position42 ».

  • 43  Jorge Luis Borges, Fictions, 1951/1974/1983, Paris : Gallimard, trad. Paul Verdevoye (...)

58On connaît la « Bibliothèque de Babel », éternelle, illimitée, de Jorge Luis Borges43. Mais que sait-on des bibliothèques que devrait emmagasiner le traducteur si ses conditions de travail lui en laissaient le temps ?

  • 44  Intervention d’André Markowicz le 20 mars 2013 à un séminaire de pratique de la (...)

59Pour Markowicz, traducteur, entre autres, des œuvres complètes de Dostoïevski, de Pouchkine, de Tchékhov, la traduction est un « travail sur la sonorité et la façon dont moi, je conçois l’histoire littéraire44 ». Et il le démontre magistralement en analysant tout ce que le traducteur doit connaître et convoquer de la forme-thème « retour d’une ombre » lorsqu’il veut traduire le poème « Тень друга » (« L’ombre de l’ami ») du poète russe Konstantin Batiouchkov (1787‑1855), de Virgile et Properce (Ier siècle av. J.‑C.) à André Chénier (1762‑1794). Ce qui n’est pas sans rappeler la préface de Victor Hugo à la traduction des œuvres complètes de Shakespeare faite par son fils François‑Victor Hugo et parue en 18 volumes entre 1859 et 1866 :

  • 45  Victor Hugo, « Préface pour la nouvelle traduction de Shakespeare », in Victor (...)

Pour pénétrer la question shakespearienne et, dans la mesure du possible, la résoudre, toute une bibliothèque est nécessaire. [...] Le vrai traducteur doit faire effort pour lire tout ce que Shakespeare a lu. Il y a là pour le songeur de sources et pour le piocheur des trouvailles. Les lectures de Shakespeare étaient variées et profondes. Cet inspiré était un étudiant. Faites donc ses études si vous voulez le connaître. Avoir lu Belleforest ne suffit pas, il faut lire Plutarque ; avoir lu Montaigne ne suffit pas, il faut lire Saxo Grammaticu ; avoir lu Érasme ne suffit pas, il faut lire Plaute ; avoir lu Boccace ne suffit pas, il faut lire saint Augustin. Il faut lire tous les cancioneros et tous les fabliaux, Huon de Bordeaux, la belle Jehanne, le comte de Poitiers, le miracle de Notre-Dame, la légende de Renard, le roman de la Villette, la romance du Vieux-Manteau. Il faut lire Robert Wace, il faut lire Thomas le Rimeur. Il faut lire Boëce, Leneham, Spenser, Marlowe, Geoffroy de Monmouth, Gilbert de Montreuil, Holinshed, Amyot, Giraldi Cinthio, Pierre Boisteau, Arthur Brooke, Pirandello, Luigi da Porto [...]. Arriver à comprendre Shakespeare, telle est la tâche. Toute cette érudition a ce but: parvenir à un poète. C’est le chemin de pierres de ce paradis. [...] Quand on a lu les innombrables livres lus par Shakespeare, quand on a bu aux mêmes sources, quand on s’est imprégné de tout ce dont il était pénétré, quand on s’est fait en soi un fac- similé du passé tel qu’il le voyait, quand on a appris tout ce qu’il savait, moyen d’en venir à rêver tout ce qu’il rêvait, quand on a digéré tous ces faits, toute cette histoire, toutes ces fables, toute cette philosophie, quand on a gravi cet escalier de volumes, on a pour récompense cette nuée d’ombres divines au-dessus de sa tête.45.

  • 46  Jean-Michel Adam, « Le “bougé du texte” dans la théorie du langage, Henri Meschonnic et (...)

60Mais revenons à Borges. Dans le numéro de la revue Europe consacré à Meschonnic46, Jean‑Michel Adam évoque un cas intéressant de colinguisme caché avec le titre d’un recueil de pièces en vers et prose de Borges : El Hacedor, que Roger Caillois a traduit en français par l’Auteur. Or, on ne peut pas ne pas tenir compte du fait que El Hacedor est dérivé du verbe hacer, « faire », tout comme, en grec, le mot de ποιητής (poïétès), poète, vient du verbe ποιεῖν (poïeïn), « faire », ce que l’on retrouve à l’origine du français « poète ». C’est ce qui incite Adam à proposer la traduction suivante : le Poëte, à dessein orthographié avec un tréma sur le « e ». Il est intéressant de constater que les traductions anglaise, italienne et brésilienne restent attachées à l’étymologie du terme : The Maker, L’Artefice, O Fazdor. Mais tout en restant dans une seule langue, contrairement à la traduction proposée par Adam qui restitue ce colinguisme caché.

61Cet exemple montre bien que l’on ne traduit pas des langues, mais des textes et que le traducteur doit avoir intégré quasiment la somme de textes lus par l’auteur qu’il traduit, comme l’écrivait Victor Hugo. Ce que souligne Adam :

  • 47  Ibid., p. 191.

Callois a du mal à accepter l’idée d’une interlangue gréco-hispanique. Il traduit de signe à signe et de langue à langue, oubliant que la langue du livre de Borges [c’est nous qui soulignons – M.V‑N. – P.M.] – la discursivité de ce texte – est saturée d’échos culturels antiques. Ce livre est écrit entre deux langues47.

On traduit toujours ici

62Un texte traduit est doublement étranger. Étranger à son cadre d’origine et toujours étranger en français. Une fois traduit, il agit sur la littérature française.

63Cette affirmation est porteuse d’un certain nombre de contradictions, qu’il faut assumer, et non nier ou méconnaître : ainsi la littérature coréenne a-t-elle privilégié, pour des raisons historiques, la poésie et les proses courtes. Hormis dans les années 1930 et aujourd’hui, pour des raisons de pressions internationales et de conformisme nationaliste, il est difficile de trouver un « roman coréen ». Or c’est ce que demande le champ littéraire français, en ceci annexionniste.

64Dire qu’un texte étranger doit rester étranger tout en étant traduit dans un français littéraire ouvre sur un certain nombre d’implications théoriques, mais reste très insuffisant pour le travail concret de traduction. Les contradictions du champ d’origine et du champ français ne sont surmontables que par la connaissance des représentations respectives et des représentations réciproques (du pays et de l’Ainsi nommée littérature). Lourd programme qu’il est plus aisé de nier que de respecter.

65Les traducteurs sans capital symbolique fort fournissent à l’éditeur (trop souvent lui aussi sans légitimité en littérature étrangère) des textes d’une valeur d’usage définie par le seul champ de réception : cela s’appellera un roman, dans presque tous les cas. Comme si c’était une notion universelle. Le champ d’origine, déterminé par les règles de la République mondiale des Lettres, contrairement à ce que la littérature pourrait attendre, est le premier à exiger les signes universels de la notoriété. Seuls des traducteurs au capital symbolique fort sont en mesure de négocier avec leur éditeur, si celui-ci n’en est pas définitivement convaincu, la publication d’œuvres non formatées au goût français, et cela parce qu’ils existent dans le champ éditorial. Paradoxalement, la possibilité d’éditer un volume de nouvelles ou de novella n’est accessible qu’aux traducteurs à fort capital symbolique ou à ceux qui n’en ont aucun et publient à compte d’auteur. Pour les autres, le cliché « les Français ne lisent pas de nouvelles » s’applique.

66En quoi cela concerne-t-il la quotidienneté du traducteur ? Parce que c’est justement la problématique qu’on soulève lorsqu’on ose imprimer sur une couverture la mention « roman traduit du coréen ». Le traducteur, dont on voudrait faire un pur esprit, est pris entre diverses puissances, dont il faudrait théoriser plus avant les effets : les tensions matérielles et institutionnelles, les tensions entre édition, presse, université, c’est-à-dire entre donneurs d’ordres ou de leçons, les tensions entre les « deux » pays concernés, les aides et subventions diverses. La mondialisation supposée n’a fait que démultiplier les tensions précédentes, postcoloniales. La « Corée », engluée dans son idéologie victimaire, exige reconnaissance et respect, mais sous la forme postcoloniale du « nous aussi, nous avons une grande littérature, nous aussi, nous avons un roman ». Voilà donc notre traducteur sommé de rendre compte de ces tensions et contradictions dans sa pratique. Est-ce à lui de définir l’horizon d’attente ? A-t-il accès au paratexte ? Qui intervient dans la traduction ? Qui parle quand il parle ? Au fond, que lui fait-on traduire : un roman national, ou le roman national, dont le ripolinage arrange tout autant les émetteurs nationalistes que les récepteurs paresseux ? La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, titrait Yves Lacoste. Il en va de même pour la traduction, ou plutôt : elle a la charge de prouver qu’elle sert à autre chose. Mais il faut mettre fin au mythe de l’invisibilité, de l’ancillarité, et de la modestie, qui arrange bien du monde. Le traducteur, sa singularité et son importance à peine reconnues, perd son innocence.

Coup d’antimythes sur la traduction

  • 48  Henri Meschonnic, Éthique et politique du traduire, op. cit.

67Meschonnic voulait dépoussiérer, débondieuser la traduction48. Elle a besoin également d’un bon coup d’antimythes, ces mythes qui lui collent à la peau depuis des siècles, véhiculés non seulement par les trois champs – de l’édition, de l’université, de la critique – mais aussi par les traducteurs eux-mêmes.

La traduction ancillaire : traducteur rime avec serviteur

68On le sait au moins grâce à Maurice Godelier, à Foucault ou à Bourdieu, le consentement des dominés à leur domination est une violence au moins comparable à celle des dominateurs. Y a-t-il plus grands diffuseurs de l’idéologie de la modestie que les traducteurs eux-mêmes ? Bref, la traduction est née sous le signe du moins. Elle n’est pas autant qu’une autre chose.

  • 49  Prix Baudelaire de la traduction 2010 de la Société des gens de lettres. Bien (...)

69« Le traducteur n’est qu’un écrivain en second, en italique, entre parenthèses », affirme, on l’a vu, la traductrice Claude Demanuelli49. Quel bel exemple de retenue, de modestie, de clairvoyance ! Enfin une traductrice qui ne se prend pas pour Shakespeare ! Encore que. Il arrive que la modestie cache son contraire : « J’ai toujours voulu être écrivain ou j’aurais rêvé être écrivain. Je rêvais d’être une Duras, mais je ne pouvais faire autre chose que du Proust. »

70« Que » du Proust…

71Pourquoi citer ces platitudes ? Pour montrer le lien étroit qui existe entre le rabâchage d’inepties concernant la traduction et les choix textuels du traducteur. Dans le cas de Jean et Claude Demanuelli, c’est de la réduction à une pratique linguistique qu’il s’agit : « La traduction n’est pas seulement une question de texte, d’écriture, mais c’est aussi une question de langue. »

Traduttore traditore, fidélité, infidélité

72C’est la tarte à la crème, le cliché le plus rebattu lorsqu’il s’agit de traduction : là, c’est bien connu, tout le monde est compétent pour juger. Et, cela va sans dire, la fidélité est celle à l’esprit du texte : vouloir traduire la poétique d’un texte, son rythme, c’est non seulement s’en faire l’esclave consentant, mais aussi lui être infidèle, dit-on (notion d’ailleurs fluctuante selon les époques). Pierre‑Jean Jouve, traducteur de Shakespeare, est une parfaite illustration de ce paradoxe :

73La préface de Jouve nous informe ainsi sur sa lecture des sonnets, mais aussi sur son projet de traduction.

  • 50  Patrick Hersant, « Shakespeare en miroir : Pierre‑Jean Jouve, » Études Épistém (...)

Une traduction de poésie doit revendiquer le droit à une certaine infidélité ; mais alors […] le pire de l’infidélité peut devenir le meilleur de la fidélité. En s’éloignant comme il faut de la lettre, elle approche l’esprit : elle doit établir d’abord un poème français50.

74Comment peut-on encore avoir recours à ces notions, dès lors qu’on les combine en outrant le paradoxe ? Comme le fait Pierre Baccheretti qui reconnaît :

  • 51  Pierre Baccheretti, 2010, « Traduire ou interpréter », in Charles Zaremba et Noël Dutrait (dir.), (...)

Autrement dit, il n’est fidèle au modèle original et au dessein de l’auteur que s’il accepte d’entreprendre une démarche par essence infidèle. […] La fidélité de la traduction au modèle original – qui reste le but premier de tout traducteur – apparaît ainsi comme une notion toute relative, susceptible de varier en fonction des spécificités respectives des langues en présence et, mieux encore, du sens dans lequel se fait le passage de l’une vers l’autre. Et il peut arriver qu’une traduction, si elle veut assumer pleinement son devoir d’être fidèle, se doive, paradoxalement, de choisir de ne l’être pas51.

75Tant de relativisme frise l’absurde (nous reconnaissons d’ailleurs avoir écrit sensiblement la même chose dans des « articles de jeunesse »).

76Une pratique découle de tout cela, ainsi exposée par les praticiens eux-mêmes (Claude Demanuelli) :

Dans un premier temps je fais ce qu’on appelle dans notre métier de « la traduction au kilomètre ». J’aligne quinze à vingt feuillets par jour sans trop me poser de questions.
Dans une seconde phase, c’est mon mari qui vérifie le moindre détail, la moindre correction.
Dans un troisième temps, je reprends le texte, pas nécessairement complètement lisible52 pour le lecteur. Et je suis les conseils d’une de mes éditrices : « Ce que je veux de vous, c’est que vous me rendiez le texte lisible pour le lecteur qui ne connaît pas le texte d’origine. » Je reprends le texte, en vérifiant que ça coule, que ça se lit tout seul, que ça ne bute pas. Et si ce n’est pas le cas, je reprends le texte original et j’apporte mes petites modifications53.

77Il ne s’agit pas d’édicter une méthode qui serait juste, mais seulement de chercher dans une méthode ce qui explique les choix littéraires. Il va de soi que, lorsqu’on définit son travail comme linguistique, on pressent que le littéraire va souffrir, mais on le sait avec Claude Duchet : tout texte charrie sa socialité, même folle. Il y a donc, ici comme ailleurs, un texte écrit. Sauf que c’est encore le texte « qui coule », qui donc « fait français », qui obéit aux normes de l’Ainsi nommée littérature. Pourquoi traduire alors ? On le voit, la soumission au logocentrisme est directement fonction d’une conception ancillaire de la traduction.

78Conception combattue par le traduire, mais largement véhiculée par la doxa et que les auteurs de cet ouvrage avaient intégrée inconsciemment, dans ce qu’ils qualifient de « traductions de jeunesse ».

  • 54  Si l’on excepte la première réédition dans une autre maison d’édition, les réédi (...)

79À l’occasion d’une réédition d’un texte qui a été l’une de nos toutes premières traductions, Ballade pour Georg Henig, de l’écrivain bulgare Paskov, éditée pour la première fois en 198954, nous avons pu revoir notre traduction. Autre lecture, vingt-cinq ans plus tard, autre horizon traductif, autre traduire… Nous avons d’abord balayé le texte français sans regarder le texte bulgare… et tout de suite ce passage, au début de ce texte (paru comme « nouvelle » en 1987 en Bulgarie et, bien entendu, comme roman en France… mais aussi en Bulgarie dans les rééditions du xxie siècle) nous a alertée. Par sa littérarisation qui frisait le cliché, alors que l’écriture de Paskov (1947‑2009), musicien et écrivain de la transition postcommuniste, se caractérise précisément par la libération de la langue des clichés littéraires et par l’intrusion de la musique dans la langue même.

80Dans cet extrait, qui est un retour dans le temps, le narrateur fouille sa mémoire à la recherche de ce qu’a pu être un jour bien précis qui marque le début du récit :

81« Ce devait être une belle matinée ensoleillée d’automne… sûrement irisée de couleurs chatoyantes – mais lesquelles ? »

82Le texte bulgare dit : « Трябва да е било меко, слънчево утро в началото на есента… вероятно е било обагрено с някакви багри – но какви ? »

83Une traduction « mot à mot » donnerait : « Ce devait être une douce, ensoleillée matinée au début de l’automne… vraisemblablement elle était teintée de quelconques teintes – mais lesquelles ? »

84« Teintée de teintes ». Il est évident que la répétition de la même racine, dans ce verbe et son complément, est recherchée. Mais si, en bulgare, ce genre de reprises, dont certaines ont d’ailleurs été « normalisées », vise un effet de littérarisation (de même que le choix du terme багра) en français il tombe à plat. En revanche, il n’autorise pas non plus « l’embellissement » de notre traduction de 1989. Nous proposons aujourd’hui (rétablissant par la même occasion le « début de l’automne » absent) :

85« Ce devait être une douce matinée ensoleillée au début de l’automne… sûrement colorée – oui, mais de quelles couleurs ? »

  • 55  Yves Hersant, « N.d.T. », op. cit., p. 41‑52.

86Mais, pour en revenir aux mythes, il faut dire que les traducteurs français peuvent s’appuyer sur une longue et riche tradition de fausse modestie prônant l’effacement, qui n’a pour fonction que de justifier la restitution du sens et du seul sens, la fameuse « fidélité à la lettre » évoquée par Claude Demanuelli étant alors dénoncée comme servitude. Et, puisque les traducteurs sont les premiers à le faire, comment s’étonner que soient encore vivaces et largement répandus, voire rebattus, les idées reçues et clichés sur la fidélité, la trahison, le traducteur « en mal d’auctoritas55 », etc.

87Rappelons-nous l’édifiant dialogue entre le traducteur et le géomètre mis en scène par Montesquieu dans ses Lettres persanes :

Quand ils furent un peu revenus de leur étourdissement, cet homme, portant la maison sur le front, dit au géomètre : « Je suis bien aise que vous m'ayez heurté, car j'ai une grande nouvelle à vous apprendre : je viens de donner mon Horace au public.
— Comment dit le géomètre, il y a deux mille ans qu'il y est.
— Vous ne m'entendez pas, reprit l'autre : c'est une traduction de cet ancien auteur que je viens de mettre à jour ; il y a vingt ans que je m'occupe de faire des traductions.
— Quoi, Monsieur, dit le géomètre, il y a vingt ans que vous ne pensez pas ? Vous parlez pour les autres, et ils pesent pour vous ? »

De l’effacement du traducteur 

  • 56  Jacques Ancet, cité par Cédric Chauvin, Fabula, 19 novembre  (...)

88Corollaire du mythe de l’ancillarité de la traduction, celui de l’effacement du traducteur, du gommage de la traduction, d’où la bonne traduction comme celle qui ne sent pas la traduction, qui laisse entretenir l’illusion que le texte a été écrit en français dans l’original. Or, un traducteur qui s’efface, cela signifie une traduction qui reste, encore et toujours dans le même, au lieu d’être l’espace de rencontre avec l’autre. On oublie que la traduction « est la rencontre de deux subjectivités dans l’espace de leur différence56 », comme le rappelle le poète et traducteur Jacques Ancet. Un traducteur qui s’efface, c’est la non-rencontre entre les cultures. À quoi bon traduire, si l’on reste dans le même, si l’on désire le même ? Autant se contenter de lire des textes écrits dans notre littérature, dans notre langue.

  • 57  Всяка жаба да си знае гьола.

89L’effacement va évidemment de pair avec le refus de réfléchir à la pratique : un traducteur serait un praticien, et c’est tout. La théorie aux théoriciens. Cette conviction repose sur deux autres mythes : un traducteur ombre de l’ombre, qui accomplit un patient labeur ancillaire, ne saurait se mêler de théorie qui le dépasse. Chacun sa place ou, si nous traduisons ici un dicton bulgare, « chaque grenouille doit savoir où est sa mare57 ». D’autre part, c’est bien connu, la théorie nuit à la pratique. Et ceux qui théorisent, disent les traducteurs non sans un certain dédain (comprendre : ceux qui s’amusent à traduire, qui ont du temps à perdre), ne traduisent en général pas eux-mêmes.

90On trouve un beau condensé de cette conception dans un article écrit par Jean‑Noël Juttet, professeur à l’Institut de traduction coréenne, qui traduit en tandem avec Choi Mi‑kyong du coréen, intitulé « La littérature coréenne en français ». On le verra, de littérature il n’est trace, et surtout quelle assurance, quelle absence de doute et de questionnement de termes rebattus à l’envi, quelle méconnaissance de cette littérarité invoquée, quelle incohérence dans les propos qui se contredisent sans même s’en rendre compte : comment articuler stylistique, linguistique et littérarité ? Comment peut-on à la fois vouloir qu’une traduction ne sente pas la traduction et prétendre « oser bousculer des habitudes de langage » ? :

  • 58  Jean‑Noël Juttet, « La littérature coréenne en français », Keulmadang : littérature coréenne, no 1 (...)

Je laisse de côté le débat sur les questions liées à la traduction proprement dite, abordées de nombreuses fois : c’est surtout l’affaire des théoriciens et des formateurs, moins celle des praticiens, lesquels s’accordent sur l’essentiel, à savoir le fait qu’ils doivent fournir au lecteur étranger un texte certes fidèle à l’original mais aussi rédigé dans une langue qui tienne le plus grand compte des contraintes stylistiques qu’elle impose, cela au plus haut degré quand il s’agit d’œuvres littéraires. […] Confiée à un professeur de langue et littérature françaises du pays d’où le texte est originaire, dont je ne mets nullement en doute la compétence, cette évaluation prend nécessairement davantage en compte la fidélité à l’original que la fidélité à la littérarité attendue dans la langue d’arrivée. Elle tire du côté de la comparaison linguistique, guette les contresens et les faux-sens, les oublis ou les ajouts, elle vérifie « si tout est bien là » et si possible à sa place. Or une bonne traduction, c’est souvent celle qui aura osé bousculer des habitudes de langage difficilement transférables d’une langue à l’autre, ajouter des données pour combler un déficit de connaissances culturelles, faire appel à des moyens stylistiques différents, en somme procéder à une véritable re-création. Une bonne traduction ne doit pas sentir l’effort de la traduction, elle ne doit pas donner l’impression dépaysante que le texte a été pensé, écrit dans une autre langue ; quelques faux-sens, quelques oublis, quelques trahisons volontaires [sic !] sont moins préjudiciables à la vie de l’œuvre dans son nouvel environnement linguistique qu’un texte qui, par souci de fidélité, sentirait la traduction. Les traducteurs qui travaillent dans le couple coréen-français l’ont compris : tous ou presque se sont adjoint les services, plus que complémentaires, d’un réviseur, lequel est celui qui doit porter le texte à un niveau de littérarité acceptable pour un éditeur58.

91On aura rarement illustré avec tant de clarté ce que Meschonnic qualifiait de crimes invisibles, cette fois non pas accomplis par méconnaissance, mais revendiqués parce que la réflexion mêle tout et son contraire et ne s’appuie pas sur une théorie cohérente du fait littéraire. Et donc, toujours pour citer Meschonnic, on désécrit.

  • 59  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 99.

92Le traduire exige un effacement du traducteur d’un tout autre ordre : l’effacement de tous ces mythes, de toutes ces idées reçues concernant l’Ainsi nommée littérature et l’ainsi conçue langue de la littérature, pour laisser entendre et voir dans le texte traduit la langue mise en œuvre dans le texte à traduire. L’effacement du traduire s’oppose radicalement à l’effacement de la traduction traditionnelle, à « tous les clichés sur le fond et la forme, le génie des langues [qui] forment la matière idéologique de ce magma, les mythes du langage que certains prennent pour la transparence59 ».

Seuls les poètes peuvent traduire des poètes

93C’est l’une des idées reçues les plus tenaces, au nom de laquelle on justifie, notamment, les tandems : un traducteur juste capable de transmettre « de quoi ça parle » dans le poème, d’expliquer un peu de sa forme à celui qui sauvera le poème et en fera à son tour un poème dans la langue d’arrivée. Et l’on s’appuie, généralement, sur le chef-d’œuvre des chefs-d’œuvre en traduction : « The Raven » [Le corbeau] de Poe traduit par Charles Baudelaire, traduction sur laquelle nous reviendrons plus loin. Traduction qui a curieusement éclipsé dans les esprits celle qu’a faite un autre grand poète français, Stéphane Mallarmé.

94Tous les deux livrent un poème en prose, assez proches, comme on le voit, la traduction de Mallarmé semblant plus audacieuse dans sa recherche de suivre de plus près le rythme, les répétitions, les allitérations de l’anglais :

The Raven
[…]
Deep into that darkness peering, long I stood there wondering, fearing,
Doubting, dreaming dreams no mortals ever dared to dream before;
But the silence was unbroken, and the stillness gave no token,
And the only word there spoken was the whispered word, ‘‘Lenore!’’
This I whispered, and an echo murmured back the word, ‘‘Lenore!’’ –
Merely this, and nothing more.

Baudelaire

Le Corbeau

[…]

Scrutant profondément ces ténèbres, je me tins longtemps plein d’étonnement, de crainte, de doute, rêvant des rêves qu’aucun mortel n’a jamais osé rêver ; mais le silence ne fut pas troublé, et l’immobilité ne donna aucun signe, et le seul mot proféré fut un nom chuchoté : « Lénore ! » – C’était moi qui le chuchotais, et un écho à son tour murmura ce mot : « Lénore ! » Purement cela, et rien de plus.

Mallarmé

Le Corbeau

[…]

Loin dans l’ombre regardant, je me tins longtemps à douter, m’étonner et craindre, à rêver des rêves qu’aucun mortel n’avait osé rêver encore ; mais le silence ne se rompit point et la quiétude ne donna de signe : et le seul mot qui se dit, fut le mot chuchoté « Lénore ! » Je le chuchotai – et un écho murmura de retour le mot « Lénore ! » – purement cela et rien de plus.

This I sat engaged in guessing, but no syllable expressing
To the fowl whose fiery eyes now burned into my bosom’s core;
This and more I sat divining, with my head at ease reclining
On the cushion’s velvet lining that the lamplight gloated o’er,
But whose velvet violet lining with the lamplight gloating o’er,
She shall press, ah, nevermore!

Je me tenais ainsi, rêvant, conjecturant, mais n’adressant plus une syllabe à l’oiseau, dont les yeux ardents me brûlaient maintenant jusqu’au fond du cœur : je cherchai à deviner cela, et plus encore, ma tête reposant à l’aise sur le velours du coussin que caressait la lumière de la lampe, ce velours violet caressé par la lumière de la lampe que sa tête, à Elle, ne pressera plus, – ah ! jamais plus !

Cela, je m’assis occupé à le conjecturer, mais n’adressant pas une syllabe à l’oiseau dont les yeux de feu brûlaient, maintenant, au fond de mon sein ; cela et plus encore, je m’assis pour le deviner, ma tête reposant à l’aise sur la housse de velours des coussins que dévorait la lumière de la lampe, housse violette de velours dévoré par la lumière de la lampe qu’Elle ne pressera plus, ah ! jamais plus.


Then methought the air grew denser, perfumed from an unseen censer
Swung by Seraphim whose footfalls tinkled on the tufted floor.
‘‘Wretch,’’ I cried, ‘‘thy God hath lent thee- by these angels he hath sent thee
Respite- respite and nepenthe, from thy memories of Lenore!
Quaff, oh quaff this kind nepenthe and forget this lost Lenore!’’
Quoth the raven, ‘‘Nevermore.’’

Alors, il me sembla que l’air s’épaississait, parfumé par un encensoir invisible que balançaient les séraphins dont les pas frôlaient le tapis de ma chambre. « Infortuné ! – m’écriai-je, – ton Dieu t’a donné par ses anges, il t’a envoyé du répit, du répit et du népenthès dans tes ressouvenirs de Lénore ! Bois, oh ! bois ce bon népenthès, et oublie cette Lénore perdue ! » Le corbeau dit : « Jamais plus ! »

L’air, me sembla-t-il, devint alors plus dense, parfumé selon un encensoir invisible balancé par les Séraphins dont le pied, dans sa chute, tintait sur l’étoffe du parquet. « Misérable, m’écriai-je, ton Dieu t’a prêté – il t’a envoyé, par ces anges, le répit – le répit et le népenthès dans ta mémoire de Lénore ! Bois ! oh ! bois ce bon népenthès et oublie cette Lénore perdue ! » Le Corbeau dit : « Jamais plus ! »

  • 60  Efim Etkind, 1982, Un art en crise, essai de poétique de la traduction poétiqu (...)

95Dans ces deux versions, qui s’accrochent au sens, « Le corbeau » prend la « forme » de poèmes en prose. Il s’agit plus d’adaptations que de traductions. Baudelaire s’en est d’ailleurs expliqué dans « Genèse d’un poème », déclarant ne pas vouloir se livrer à une « singerie rimée ». Position décriée par Efim Etkind qui qualifie cette traduction de « prose et commentaire60 ». Nous le verrons plus loin, des traducteurs ont tenté plus récemment des retraductions différentes, répondant aux possibilités nouvelles permises ou offertes par l’époque où ils l’ont fait.

Traducteur rime avec passeur

  • 61  Jacques Ancet, « Traduire avec Henri Meschonnic », blog de Jacques Ancet, (...)

96Le traducteur, aime-t-on dire, est un passeur. Et, en général, on pense lui faire ainsi le plus beau des compliments. Pourtant, il y a quelque chose d’à la fois actif et passif dans cette notion de passeur. Certes le passeur est l’agent actif du passage, mais par définition, un passage est fugace, il y a un lieu de départ et un lieu d’arrivée, en l’occurrence le texte original et le texte traduit, tout ce qui passe entre les deux, le processus même du traduire est secondaire, voire quelque peu accessoire d’après cette représentation pourtant si fréquente. Et surtout, comme le souligne toujours Jacques Ancet61, la notion de passeur entretient l’illusion de l’équivalent des mots entre les langues, qu’entre le texte de départ et celui d’arrivée, le sens passe, et donc est le même, inaltéré.

97C’est précisément ce que Berman dénonce en parlant de traduction ethnocentrique :

  • 62  Antoine Berman, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit.

Ici, la traduction doit se faire oublier. Elle n’est pas inscrite comme opération dans l’écriture du texte traduit. Cela signifie que toute trace de la langue d’origine doit avoir disparu, ou être soigneusement délimitée ; que la traduction doit être écrite dans une langue normative – plus normative que celle d’une œuvre écrite directement dans la langue traduisante ; qu’elle ne doit pas heurter par des « étrangetés » lexicales ou syntactiques. Le second principe est la conséquence du premier, ou sa formulation inverse : la traduction doit offrir un texte que l’auteur étranger n’aurait pas manqué d’écrire s’il avait écrit, par exemple, en français62.

98Sans compter que l’image du passeur en fait naître une autre, tenace elle aussi : la traduction comme un entre. Entre le fameux « texte source » et le fameux « texte cible » (toute personne voulant montrer une vague connaissance du sujet de la traduction s’empresse, en effet, d’avoir recours à cette terminologie de Ladmiral). La traduction n’est pas un entre-deux, elle est un et-et. Elle n’est pas entre le polonais et le français, elle est un texte dans lequel se donnent à entendre et à voir les deux (au moins) langues dans lesquelles sont écrits et le texte original et la traduction. C’est pour cela, mais nous y reviendrons, que nous disons qu’elle est un colinguisme généralisé.

99Pour s’affranchir de tous ces mythes, s’y opposer, faire acte d’auteur en traduisant, une seule possibilité : la pratique réflexive, autrement dit, un traduire.

Notes

1  Nous évoquons une attitude, nous ne dénonçons pas une personne. Aussi ne donnons-nous pas la référence exacte.

2 Préface aux Poèmes de Georg Trakl. Guillevic serait-il content de savoir que certains des « professeurs » qu’il stigmatise si souvent pratiquent le même massacre que lui ?

3  Admettons un instant que cette pratique soit motivée par un louable souci d’être accessible au plus grand nombre, ce qui n’est pas une question facile. Cela ne peut pas se faire au détriment du texte, sauf à le réécrire intégralement, ce qui peut être un genre littéraire à part entière, et pas uniquement pour enfants ou adolescents. Cela peut aussi relever de l’escroquerie, comme lorsque Yi Munyôl vendait ses œuvres à un agent américain, dans le but d’en faire réécrire le synopsis à la sauce américaine… Mais pour être plus accessible, encore faudrait-il commencer par rendre le paratexte accessible au traduisant ! Mais, le plus critiquable dans la démarche de Guillevic, c’est le gommage de l’histoire du texte auquel il se livre, peut-être le pire de tous les crimes invisibles.

4  Sevda Sevan, 2001, Quelque part dans les Balkans, Paris : L’Esprit des péninsules, t. 1, traduit par Marie Vrinat, t. 2, 2002.

5  Yordan Yovkov, 1999, Légendes du Balkan, Paris : L’Esprit des péninsules, traduit par Marie Vrinat.

6  De même que l’éditeur, de même que le subventionneur coréen. Il s’agit d’un crime en bande organisée.

7  Le traducteur inséré dans une équipe éditoriale pour aboutir à un résultat collectivement satisfaisant. Nous ne prétendons évidemment pas que tout traducteur manie naturellement les codes sémiologiques d’une couverture. C’est en fait très rare.

8  Essentiellement parce qu’il s’agit d’un dialogue : proposition du traducteur, cadrage de l’éditeur. D’où une couverture attirante et porteuse de sens, qui coréanise le texte et qui, pour peu qu’on y prête attention, ne correspond que partiellement à son titre. Le camarade Kim Il-Sung ne s’y trouve pas… ce que les responsables des Lettres nord-coréennes ont amèrement critiqué, d’ailleurs. On comprendra que le titre de cette histoire de divorce aurait pris un tout autre sens avec l’autre partie du tableau.

9  Travail effectué par Aisha Bisri Galal dans le cadre du master LITTOR de l’Inalco.

10  Mohamed Salmawy, 2014, Butterfly Wings: An Egyptian Novel, Le Caire : The American University in Cairo Press.

11  Il semblerait en outre que les ayants droit du colonel Delebecque aient interdit le réemploi du titre les Hauts de Hurlevent : http://www.volkovitch.com/rub_carnet.asp?a=pe104 [consulté le 30/11/2013].

12 Perseverare diabolicum : la note critique sur la compagnie qui joue cette pièce à Avignon lui prête un « humour rabelaisien » (programme du centre culturel coréen, juillet‑août 2013). On la félicite.

13 C’est une des raisons fondamentales pour rejeter les « traductions » de duos, dont l’un dégrossit l’original et l’autre, qui ne parle généralement pas la langue d’origine, francise et littérarise le résultat. Le colinguisme ne va pas les arrêter.

14 Dernière phrase d’Au Bord de l’eau de Shi Nai‑an, 1997, Paris : Gallimard, traduit par Jacques Dars.

15 Publiée par Actes Sud en 2003.

16  L’humour survient, dit Todorov, lorsqu’il y a distance par rapport à l’utilisation première du matériau.

17 Michel Foucault, « Les mots qui saignent », l’Express, no 688, 26 août 1964. Repris dans Dits et écrits, 1954/1988, Paris : Gallimard, 1994, p. 424‑427.

18  Le principe est clair pour nous, mais l’analyse génétique montre que Ch’ae Manshik a hésité entre plusieurs titres qui, justement, inversaient Ciel et Paix.

19  Rapporté par la traductrice lors d’un atelier d’initiation à la traduction littéraire, 30es Assises de la traduction littéraire en Arles, 2013.

20  Victor Paskov, Allemagne, conte cruel, La Tour d'Aignes, 1992, traduit par Marie Vrinat-Paskov.

21  Brice Matthieussent, Vengeance du traducteur, op. cit.

22 Ibid., p. 18.

23  Marie Vrinat.

24  Marie Vrinat.

25  Bruno Icher, « Chasse, pêche et traductions », Libération, 23 novembre 2013.

26  Maïca Sanconie, « Préface, postface, ou deux états du commentaire par des traducteurs », Palimpsestes, n20, 2007, p. 177‑200.

27  Ibid., p. 177.

28  Actes Sud, Arléa, Les Syrtes, Intervalles, par exemple, ne nous ont jamais refusé ni préfaces, ni postfaces, ni notes. Au contraire.

29  Au sens que donne Antoine Berman à cette expression dans son ouvrage Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit.

30  Voir ses préfaces à trois textes d’Andrea Camilleri : la Forme de l’eau (Paris : Fleuve noir, 1998), l’Opéra de Vigàta (1999, Paris : Métailié), la Première Enquête de Montalbano (Paris : Fleuve noir, 2006).

31  Postface à Andrea Camilleri, 2001, la Saison de la chasse, Paris : Fayard.

32  Note du traducteur, in Fiodor Dostoïevski, 1996, Crime et châtiment, Arles : Actes Sud, vol. 2.

33  Par exemple Marie Vrinat, « Je raconte, donc j’existe », préface à Guéorgui Gospodinov, 2015, Physique de la mélancolie, Paris : Intervalles ; Patrick Maurus, préface à Baek Nam‑Ryong, 2011, Des amis, Arles : Actes Sud.

34  Enquête réalisée en 2014 par Olga Kassimova, master LITTOR, parcours russe.

35  Ce paragraphe est ajouté par Kadhim Jihad Hassan.

36  À propos de la solidarité et de la complétude entre traductions et commentaires philosophiques chez les Arabes médiévaux, voir les chapitres consacrés aux traducteurs et aux commentateurs d’Aristote et d’autres dans Henry Corbin, en collaboration avec Hosseïn Nasr et Osman Yahya, 1974, Histoire de la philosophie islamique, Paris : Gallimard, repris dans la collection Folio-Essais. Voir également, Kadhim Jihad Hassan, « Poéthique de la traduction dans la culture arabe médiévale », in Patrick Maurus, Marie Vrinat‑Nikolov et Mourad Yelles (dir.), 2015, Traduire la pluralité du texte, Paris : L’Improviste.

37  Hans‑Robert Jauss, 1978/2001, Pour une esthétique de la réception, Paris : Gallimard.

38  Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit., p. 79.

39  Henri Meschonnic, 1977, Pour la poétique II, Paris : Gallimard, p. 321.

40  Necdet Neydim, « Küçük Prens Çevirilerindeki Çevirmen Kararları », Çeviribilim, 2006. Disponible sur le site http://ceviribilim.com/?p=127 [consulté le 06/03/2014]. Recherche effectuée et traduite du turc par Mariéva Chalvin, étudiante en master LITTOR.

41  Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit., p. 61.

42  Ibid., p. 80.

43  Jorge Luis Borges, Fictions, 1951/1974/1983, Paris : Gallimard, trad. Paul Verdevoye et Nestor Ibarra.

44  Intervention d’André Markowicz le 20 mars 2013 à un séminaire de pratique de la traduction coordonné à l’Inalco dans le cadre du master « Traduire les littératures et les oralités ».

45  Victor Hugo, « Préface pour la nouvelle traduction de Shakespeare », in Victor Hugo, 1973, William Shakespeare, Paris : Flammarion, p. 344‑347.

46  Jean-Michel Adam, « Le “bougé du texte” dans la théorie du langage, Henri Meschonnic et Jorge Luis Borges », Europe, thématique « Henri Meschonnic », no 995, mars 2012, p. 186‑193.

47  Ibid., p. 191.

48  Henri Meschonnic, Éthique et politique du traduire, op. cit.

49  Prix Baudelaire de la traduction 2010 de la Société des gens de lettres. Bien sûr.

50  Patrick Hersant, « Shakespeare en miroir : Pierre‑Jean Jouve, » Études Épistémè, no 6 (automne 2004).

51  Pierre Baccheretti, 2010, « Traduire ou interpréter », in Charles Zaremba et Noël Dutrait (dir.), Traduire, un art de la contrainte, Aix‑en‑Provence : Publications de l’université de Provence, p. 113.

52  On comprendra donc maintenant ce principe majeur de notre démarche : tout ce qui est immédiatement complètement lisible dans une traduction est une trahison du traduire. Inutile d’inverser la proposition pour la ridiculiser (le bien traduit est nécessairement illisible), car ce n’est qu’un jeu de mot. Le « lisible » signifie « ce qui peut être lu à un moment M d’une littérature ». Le contraire n’en est donc pas « charabia », mais « historiquement impossible à lire ».

53  http://www.lecerclepoints.com/entretien--traducteur-est-ecrivain-ombre-rencontre-avec-9.htm [consulté le 25 juillet 2013].

54  Si l’on excepte la première réédition dans une autre maison d’édition, les rééditions effectuées jusqu’à présent de ce texte l’ont été sans que l’auteur ni sa traductrice soient au courant…

55  Yves Hersant, « N.d.T. », op. cit., p. 41‑52.

56  Jacques Ancet, cité par Cédric Chauvin, Fabula, 19 novembre 2004.

57  Всяка жаба да си знае гьола.

58  Jean‑Noël Juttet, « La littérature coréenne en français », Keulmadang : littérature coréenne, no 11, 12 juin 2013, consultable sur le site : http://www.keulmadang.com/blog/la-litterature-coreenne-en-francais-jean-noel-juttet/. Merci à Niky Guillon de l’avoir porté à notre connaissance.

59  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 99.

60  Efim Etkind, 1982, Un art en crise, essai de poétique de la traduction poétique, Lausanne : L’Âge d’Homme, p. 19 et p. 247‑253, traduit par Wladimir Troubetzkoy avec la collaboration de l’auteur.

61  Jacques Ancet, « Traduire avec Henri Meschonnic », blog de Jacques Ancet, (http://jancet.blogg.org/traduire-avec-henri-meschonnic-a116308544 (consulté le 15/05/2014).

62  Antoine Berman, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit.

Table des illustrations

Titre Exemple de traduction corrigée
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Titre Couverture 1
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Couverture 2
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Quatrième de couverture
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Couverture 3
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Couverture 4
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Couverture de la traduction italienne
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Couverture de la traduction anglaise
URL http://books.openedition.org/pressesinalco/docannexe/image/1610/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search