Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Que traduit-on quand on traduit ?

Où traduit-on ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Comment saviez-vous qu’il y avait un cheval dedans ? » demandait un enfant au sculpteur qui venait de travailler un bloc de marbre.

Le traducteur est, ou devrait être, semblable à cet enfant et ériger comme règle absolue de laisser parler les textes : les choix à effectuer dépendent de la logique et de la cohérence du texte à traduire. D’elles et non d’un quelconque relativisme mou ou d’un sentiment personnel sans justification.

Il existe une autre règle absolue, et il n’y en a pas d’autre, c’est de laisser le texte au texte, laisser le texte à son environnement, ses fonctions, ses échos, sa musique. Il s’agit d’un texte littéraire1, qui doit le rester, mais il s’agit surtout d’un texte littéraire bulgare ou birman et qui doit rester tel. Il ne saurait être question de franciser les lettres bulgares ou birmanes.

Le premier et meilleur moyen pour y parvenir est de cons...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search