Version classiqueVersion mobile

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Que traduit-on quand on traduit ?

Où traduit-on ?

Texte intégral

1« Comment saviez-vous qu’il y avait un cheval dedans ? » demandait un enfant au sculpteur qui venait de travailler un bloc de marbre.

2Le traducteur est, ou devrait être, semblable à cet enfant et ériger comme règle absolue de laisser parler les textes : les choix à effectuer dépendent de la logique et de la cohérence du texte à traduire. D’elles et non d’un quelconque relativisme mou ou d’un sentiment personnel sans justification.

  • 1  Désormais un pléonasme.

3Il existe une autre règle absolue, et il n’y en a pas d’autre, c’est de laisser le texte au texte, laisser le texte à son environnement, ses fonctions, ses échos, sa musique. Il s’agit d’un texte littéraire1, qui doit le rester, mais il s’agit surtout d’un texte littéraire bulgare ou birman et qui doit rester tel. Il ne saurait être question de franciser les lettres bulgares ou birmanes.

4Le premier et meilleur moyen pour y parvenir est de considérer que la traduction littéraire n’est pas une opération linguistique, mais une opération littéraire à dimension linguistique. Le texte birman doit rester, en français, textuellement birman. Et il doit le rester par tout ce qui fait sa birmanité : ses représentations, ses thèmes, ses techniques, ses sonorités, ses rythmes.

5La soumission habituelle, apprise, exigée et postulée, du monde de la traduction au « bon français », à la « clarté », à « l’équilibre » ainsi qu’aux canons de l’« Ainsi nommée littérature française » est le plus sûr moyen d’interdire à un texte birman de rester textuellement birman. Tout en découle, à condition de ne jamais perdre de vue qu’il faut retrouver « le cheval dans le marbre ».

Les champs et la traduction

  • 2  Nous ne rejetons pas les réflexions de Walter Benjamin sur l’aura, nous les historicison (...)

6Par quel miracle l’objet traduit échapperait-il au monde ? Par quel miracle ne serait-il pas un livre, une marchandise, un produit, une valeur d’usage et d’échange, un sujet d’études ? Et par quel autre miracle échapperait-il à ce qui vaut pour tout autre objet de même nature matérielle : un discours lénifiant, idéaliste, dématérialisant, le discours général sur l’art et sur le créateur, pur esprit prié de ne pas parler pognon mais que l’on convoque à l’occasion pour parler à la télévision des histoires de fesses des présidents2 ?

7S’il échappe au monde, l’objet traduit est plus aisément contrôlable une fois nié. Et, pour le nier, il faut lui nier un espace propre.

  • 3  Un problème majeur, mais qui ne peut être résolu de façon générale : chaque littérature (...)
  • 4  Même si, nous le verrons plus loin, la confrontation traduction/traduire peut être resse (...)

8La traduction, qui est, on le répète, histoire de la traduction, induit (et bénéficie) des comportements qui sont générés par la situation du champ (autonome) littéraire3. Lequel ralentit l’émergence d’un champ (spécifique) de la traduction4.

9Ce sont donc, nous en émettons l’hypothèse, les trois champs proches qui en règlent la pratique, ensemble et de façon contradictoire : l’Université, la presse et l’édition.

Tradition, trahison ?

10L’Université, une fois qu’elle a déterminé un domaine minimal fait de références canoniques, lui nie toute véritable existence : l’original seul fait loi, puisqu’elle en a un accès quasi unique. L’histoire des universités est aussi celle de la préservation des domaines spécifiques. Savoir = pouvoir. La situation est complexe, une évidence pour un champ, puisque le champ restreint de l’Université, le gardien des règles propres, peine à exister dans un système au moins duel (grandes écoles/universités), lui-même mis à mal par la privatisation de facto de certaines universités.

  • 5  Voir Pierre Bourdieu, 1979, la Distinction. Critique sociale du jugement, (...)

11L’original seul fait foi, dit-elle donc, concrètement : « On ne met pas ses traductions dans son CV », « ce n’est pas au traducteur de faire la préface ». Le discours étant intenable, elle fabrique son propre objet, l’édition savante ou scientifique, qui, dans le domaine de la traduction, est exempte d’objectifs proprement littéraires, c’est-à-dire qu’elle est une négation de l’opération de traduction. Savoir et littérature seraient ainsi, par nature, deux termes antinomiques. L’Université est faite, on le voit avec Pierre Bourdieu5, de classeurs classés par leurs classements. Nul doute qu’on trouvera ici ou là des chercheurs s’interrogeant sur ces notions consensuelles de la traduction, ainsi que sur les données matérielles de l’exercice du métier (méthode ou alibi ?). Il va de soi (?) que notre réflexion porte sur des pratiques et des habitus, pas sur des motivations individuelles.

12D’ordinaire très modéré dans ses propos, Berman se laisse aller à une bien compréhensible véhémence à la fin de la Traduction et la Lettre, lorsqu’il dénonce « l’emprise philologique » qui règne largement sur le champ universitaire, mais aussi sur le champ journalistique, d’abord par sa force intimidante :

  • 6  Disons alors qu’elles ont une ambition institutionnelle. C’est sur elles que s’appuien (...)
  • 7  Antoine Berman, 1991, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, Paris : Le (...)

La philologie ne fait pas qu’établir et fixer les textes (voir l’élimination des parties apocryphes, etc.) : elle en publie des traductions accompagnées d’un « appareil critique ». Tel est le cas, en France, de la collection Budé pour les Grecs et les Latins, et, à un moindre degré, les collections allemandes, anglaise ou espagnole d’Aubier-Montaigne. Ces traductions n’ont pas d’ambition littéraire6 ; elles visent simplement à restituer le sens des textes. Dans les faits […] cela se manifeste par une certaine littéralité, ou en tout cas par un souci de « serrer le texte de près » dans un mot à mot correct (sans contresens). Le philologue ne prétend pas être « élégant » ou « poétique », mais correct (côté langue traduisante) et exact (côté langue à traduire). Il veut fournir la traduction la plus exacte possible d’un texte établi le plus exactement possible, en s’appuyant sur un savoir non moins exact des langues de départ. Tout cela en réaction contre les traditions antérieures, qui étaient la transmission libre (inexacte) d’un texte mal établi7.

  • 8  En nombre très limité.

13La philologie étant instituée et la traduction ne l’étant pas (encore moins la traductologie), c’est sur ces solides bases académiques que la philologie et ses alliées (littérature comparée, langue et littérature de tel pays8) jugent les traducteurs et les traduisants, n’acceptant jamais qu’il y ait d’autres approches valables : elles ne peuvent être qu’inférieures à la philologie. Comme les philologues sont des spécialistes, Berman le dit avec humour, les autres ne peuvent être que des non-spécialistes. Et on ne peut pas être non-spécialiste de quelque chose !

14D’où les deux types de traduisants, bien minoritaires, qu’on peut à l’occasion rencontrer : ceux qui ont revêtu les toges universitaires pour pouvoir renvoyer à l’Université les biographèmes qu’elle exige, et les francs-tireurs qui utilisent les contradictions de l’édition ou de la presse, voire qui se constituent un pedigree dans ces deux autres champs. Difficile de dire quelle catégorie subit le plus les coups de l’Université. Avec une prédilection commune à l’Université et aux journaux : la critique mot à mot ! Que d’erreurs et de contresens ainsi soulignés, qui ne sont la plupart du temps que des choix conscients d’effets littéraires, ce que les champs ne peuvent comprendre. Chateaubriand, après en avoir fini avec sa traduction du Paradis perdu, annonçait Edgar Poe et son « Nevermore » : « Je ne recommencerai pas un pareil travail. » Et encore, il n’avait pas subi ce que Pierre Klossowski, André Markowicz ou Cécile Wajsbrot ont pu subir. Nous allons le voir.

  • 9  Prétention excessive, que tous les latinistes en herbe ont pu dénoncer chaque fois qu’ (...)
  • 10  Nous n’utilisons pas l’expression comme elle l’a été pour désigner l’écriture de (...)

15La philologie a donc donné naissance à l’édition savante, qu’elle monopolise, en particulier pour les textes en langues mortes9. Il serait dangereux de ne pas en souligner le danger, car il ne s’agit pas seulement de la propriété de la parole et de l’institution-concours, il s’agit aussi de la mise en place d’un paradigme de la traduction. Il existe une incorrigible prétention silencieuse à bien écrire en écrivant blanc10. Le danger, c’est qu’avec sa position dominante, la traduction philologico-universitaire n’impose aussi ses normes inversées à la traduction non universitaire. À elle le vrai, à l’autre le joli. À elle le savant, à l’autre le supplément, le style. Pas étonnant alors qu’elle se satisfasse de la plupart des traductions quadrumanes : soit un mot à mot revu par un « véritable écrivain », soit un autre mot à mot autochtone, revu par le francophone de service. Elle se réjouit de l’exercice de la traduction à rebours, qui, puisqu’elle n’est pas effectuée par le même traducteur (ce qui serait le comble de l’absurde), ne tombe jamais pile sur le texte de départ, preuve, pour elle, que la traduction première était imparfaite, et donc que toute traduction est imparfaite. Laissez donc faire les spécialistes.

  • 11  De ce point de vue, la prééminence économique de l’anglais est un argument (...)

16La philologie et l’Université sont coupables, coupables d’avoir sécrété l’ennui, coupables d’avoir inventé les littératures mortes là où même des langues mortes pouvaient encore agir. De ce point de vue, et parce que l’anglais profitait et profite d’une force économique venue d’ailleurs, les collections de langues mortes ou rares qui se plaignent de la prééminence de l’anglais participent en fait largement à son hégémonie. Il n’y a pas de langue-littérature mal représentée en elle-même, il n’y a pas, pour elle, de droit à être représentée, il y a un devoir à bien se présenter, à être bien traduite11.

  • 12  Ce qui est un constat et non un critère de qualité, comme on l’aura compri (...)
  • 13  De tous les « enseignants de traduction » et non particulièrement ceux de (...)
  • 14  On traitera à part le texte de théâtre, d’une part parce que la notion de (...)

17Parmi les prescripteurs de l’Université, combien d’anglicistes et de germanistes ? 95 % peut-être12 ? Et, parmi eux, combien traduisent et enseignent à égale dignité d’intérêt et de temps de travail, cherchant à enrichir chacune de ces deux pratiques par l’autre ? 5 % peut-être13 ? D’où un constat amer : plus la littérature est canonique, plus elle sera mal traduite14.

  • 15  Les victimes les moins évoquées. Les victimes programmées étant les enseignants qui (...)
  • 16  Master de traduction littéraire créé au sein de l’Institut national des langues et (...)

18Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt, les rapports au sein d’un champ sont des rapports de force, et les victimes qui restent sur le terrain sont les étudiants, c’est-à-dire les traducteurs du futur15. En témoigne ce cri d’alarme d’une étudiante de master16 qui nous a fait part de ses problèmes avec son enseignant référent, linguiste et traductrice non littéraire :

On n’a pas la même perception du texte, on n’a pas la même perception de la langue non plus, je vois des figures de style là où elle n’en voit pas, et je ne peux pas le lui prouver. Comme avec les répétitions. Ces fameuses répétitions ! On dit que les Français n’aiment pas les répétitions. Il s’avère que les Russes non plus. N’empêche qu’Éric-Emmanuel Schmitt, auteur français, a écrit un texte qui abonde en répétitions, c’est même une des figures de style centrales dans ce roman. S’il répète trois fois le même mot au sein d’une phrase, c’est évident que c’est voulu !!! Il ne faut pas faire une formation en littérature pour comprendre ça. Non, pour mon professeur, ce n’est pas évident. Mais comment lui prouver ça ? Sinon, comment expliquer ça autrement ? Ce jour-là l’auteur avait mal à la tête, il ne s’en rendait pas compte ? Ou peut-être tout simplement, il ne sait pas compter jusqu’à trois ? Mais nous, on est trop intelligents pour faire les répétitions que l’auteur a eu la bêtise de faire, surtout que ça ne sert à rien ? Et elle m’a répondu que c’était de la linguistique mathématique, on compte le nombre de fois où le mot se répète par page. Mais c’est quand même incroyable ! Je lui parle de la répétition en tant que figure de style, et elle me parle de linguistique mathématique ! Décidément, un traducteur littéraire et un traducteur économique, ils ne se comprendront jamais. Et on n’a pas la même perception de la langue non plus… Son argument essentiel est toujours le même : « Moi, je ne dirais pas comme ça dans la vie. » Quand même, c’est Éric-Emmanuel Schmitt, c’est pas Anna Gavalda ! Pareil pour la syntaxe et la ponctuation. Pourquoi on ne peut pas garder la même répartition des phrases et la même ponctuation en russe ? Sinon, on casse tout ! Là où on respire, on s’arrête en lisant ces phrases, on réfléchit enfin. Il y a un accent rythmique qui marque la fin de la phrase. Là, on efface tout, allez, on met tout dans le même panier ! Tant qu’on peut garder la syntaxe, on garde la syntaxe !

19Le paradoxe auquel on assiste actuellement, c’est qu’il y a en effet développement, progrès quantitatif de la « réflexion traductologique », et des formations à la traduction dont le contenu, cependant, repose encore sur des prémices qui annulent la traduction. Rappelons, pour un ordre de grandeur, que de la douzaine de formations de masters à la traduction, il sort chaque année environ 200 diplômés. Pour mieux évaluer la signification de ce chiffre, il faut savoir qu’on compte en France environ 750 « traducteurs professionnels » (comprendre : ceux qui sont inscrits à l’Agessa – la sécurité sociale des auteurs – et tirent de la traduction leurs revenus principaux). Sur ces 200 diplômés, moins de un quart entre sur le marché.

20Mais comment s’en étonner quand les programmes de formation à la traduction littéraire (masters) des universités sont encore en majorité fondés sur la stylistique, la linguistique et la pragmatique ? Quand on trouve normal de procéder à « la complète réécriture » du texte original ? Comme au bon vieux temps des « belles infidèles » :

  • 17  Pourquoi seulement de grande diffusion ? C’est une acceptation passive des leçons du (...)
  • 18  Ateliers thématiques – Traduire les littératures de grande diffusion, Karine Reignier (...)

La traduction d’œuvres de grande diffusion17, qu’il s’agisse de fictions, d’essais, de récits ou de documents, nécessite une grande faculté d’adaptation à des genres, des styles, des auteurs et des thématiques d’une extrême variété, mais toujours en prise avec l’actualité et les attentes du public. Si l’éditeur impose, peut-être plus qu’ailleurs, ses contraintes (notamment stylistiques) au traducteur, il exige aussi de sa part une grande capacité d’initiative, un solide esprit critique et une prise en main du texte qui peut aller jusqu’à sa complète réécriture. Le travail en ateliers nous permettra d’aborder cet exercice complexe sous tous ses aspects à travers un large éventail de textes publiés ou à paraître18.

21Le vernis moderne dont se pare le programme proposé par Angers consiste à réduire la traduction à de la langue et à renvoyer la littérature à un contexte :

Écriture et traduction : Ce cours propose aux étudiants du M1 un accompagnement stylistique à la traduction. Comment alléger le style, équilibrer les phrases, viser l’élégance de l’expression, traquer les constructions contraires à l’esprit de la langue d’arrivée, éviter les chausse-trapes du lexique, les répétitions, les redondances, et maîtriser quelques subtilités grammaticales ? Comment lisser la langue pour qu’elle ne « sente » pas la traduction ?

Linguistique appliquée : Le cours de linguistique appliquée à la traduction proposera une introduction à l’analyse des procédés de traduction de textes littéraires français vers la langue source et vice versa. Plus qu’une simple comparaison des structures des deux langues (agencement des phrases, temps des verbes, détermination nominale, modification, etc.), le cours cherchera à sensibiliser l’étudiant à la dimension pragmatique de la traduction : l’expression du point de vue, l’orientation spatio-temporelle, la focalisation, la thématisation, l’ancrage déictique.

  • 19  www.univ-angers.fr/_resources/…/TradM1_14-15-Prog%2520MCC.pdf

Séminaires de littérature et civilisation : Ils correspondent globalement à la nécessité de faire travailler les étudiants dans le contexte habituel du traducteur : une connaissance approfondie de la littérature de la langue source et des pays dans lesquels elle est parlée19.

22Tout donne l’impression que l’Université est allée aussi loin qu’elle le pouvait, à de rares exceptions près. Elle n’est pas disposée au tournant épistémologique nécessaire et n’a rien de plus pressé que de discréditer par avance ceux qui s’emploient à le problématiser. En témoigne le texte de présentation du numéro°20 de la revue Palimpsestes (2007), émanation du Centre de recherches en traduction et stylistique comparée (Sorbonne Nouvelle) :

Créé en 1983, le Centre de recherches en traduction et stylistique comparée de l’anglais et du français a commencé par exprimer sa défiance envers certaines démarches et certains a priori : discours théoriciste coupé des problèmes concrets qu’affronte tout traducteur, considérations impalpables de traductologie aussi difficiles à démontrer qu’à réfuter, schémas théoriques séduisants mais en fait rigides comme des carcans. Il existe un espace de réflexion entre, d’un côté, la théorie totalitaire de la traduction, et, de l’autre, la pratique silencieuse du traduire.

23Ce texte appelle plusieurs commentaires. Il s’agit, dit-on, de se situer entre théorie et pratique. Or, seule la théorie est attaquée sous des appellations qui interdisent tout débat : « discours théoriciste », « carcans rigides », « considérations impalpables » et, cerise sur le gâteau, « théorie totalitaire ». De la part de chercheurs en traduction et en stylistique comparée de l’anglais et du français, il est étrange de ne pas avoir davantage conscience du poids de certains mots.

Négation, trahison ?

  • 20  Les traductions de Courrier international sont le modèle de cette uniformisation.
  • 21  Dans Charlie Hebdo. Les traducteurs mangent-ils ? avons-nous demandé. Les critiques ma (...)

24La critique littéraire est dépendante du champ de la presse qui, lorsqu’elle traduit, lui impose ses lois, baptisées « contraintes éditoriales ». A-t-on jamais vu un discours rapporté authentique, malgré l’usage des guillemets, hormis pour le ridiculiser ? Qui sont pourtant tous ces extra-terrestres qui parlent tous en phrases écrites complètes ? Quant aux articles traduits, ils sont l’objet d’un rewriting systématique, privilégiant le fond sur la forme20. Et, quand la presse fait œuvre critique, où justifie-t-elle ses « excellente traduction » ou « traduction laborieuse » ? La critique s’attribue la Parole (ainsi Michel Polac s’autorisant à traiter d’engeance le traducteur osant rédiger une préface non hagiographique21).

  • 22  Pierre Assouline, 2011, la Condition du traducteur, Paris : CNL.
  • 23  Nous considérons comme tout à fait pertinent d’envisager ce genre de formation actuell (...)

25La première attitude de la presse (le singulier est une chose singulière : le champ est par nature multiple, contradictoire et fait de rapports de force. La presse considérée comme un tout est un terme qui facilite les attaques poujadistes d’un côté et renforce les défenses corporatistes de l’autre), la première attitude de la presse, donc, vis-à-vis de la traduction, est le silence, l’ignorance, la non-prise en considération. C’est d’ailleurs le constat dressé par Pierre Assouline dans son rapport sur la condition du traducteur22. Il recense plusieurs réactions inacceptables, imputables d’une part au sentiment d’impuissance des journalistes qui ne sont pas formés à la lecture de traductions lorsque la langue dans laquelle a été écrit l’original n’est pas connue (c’est-à-dire la majorité des cas23) ; de l’autre à une indifférence qui frise le mépris, comme en témoigne l’exemple suivant : Françoise Wuilmart – traductrice de l’allemand et consciente du capital symbolique qu’elle a acquis par son statut de directrice d’un collège de traducteurs –, qui s’émouvait à bon droit que son nom n’ait pas été mentionné lors d’une émission consacrée à une pièce qu’elle avait traduite (alors qu’une actrice jouant dans cette pièce était l’invitée de l’émission), a reçu la réponse suivante qui la remettait à sa place de besogneuse dans l’ombre :

  • 24  Lors de l’émission « L’humeur vagabonde », animée par Kathleen Evin. Cité (...)

Chère Madame,
L’objet de l’émission était la pièce de théâtre actuellement à l’affiche du Théâtre du Rond-Point, et à cette occasion nous avons cité le livre et vivement recommandé aux auditeurs de le lire. Nous sommes d’autre part libres du choix de nos invités, en l’occurrence Isabelle Carré pour parler du spectacle dans lequel elle joue.
Et enfin excusez-nous d’avance, cela va certainement heurter votre sensibilité, nous ne reconnaîtrons jamais les traducteurs comme des « écrivains à part entière ». Nous pouvons considérer qu’il y a de bons, de moyens ou de mauvais traducteurs. Mais les traducteurs ne sont pas écrivains.
Vous avez SU restituer la parole de cette femme, et c’est là votre métier de traductrice, mais pas d’écrivain24.

26Commentaire de Pierre Assouline qui enfonce le clou :

  • 25  Ibid., p. 114.

On se demande alors ce qui l’emporte, de l’indifférence ou de l’ignorance. Inutile de préciser qu’à l’issue de cette émission, comme de toutes les émissions de radio du service public, un long générique déroulait les noms de tous les techniciens qui y avaient participé25.

27Autre réplique édifiante :

  • 26  Ibid., p. 114.

Ayant été l’invité de la station de radio TSF-Jazz, j’ai assisté en studio à la chronique littéraire de Willy Persello, un bon critique. Il consacra la poignée de minutes qui lui étaient dévolues à louer haut et fort Dans le musée de Reims, un roman de Daniel del Guidice. Comme je lui demandais pourquoi il ne précisait pas que le livre avait été traduit de l’italien par Jean-Paul Manganaro, alors qu’il avait tout de même signalé le nom de l’éditeur, il me répondit : « Pas le temps, regrettable, mais c’est ainsi26. »

28Mais Pierre Assouline ne résiste pas, lui non plus, à mettre en garde contre le délit d’immodestie qui menacerait sans cesse les traducteurs : s’ils peuvent être visibles et reconnus (s’il est souhaitable qu’ils le soient, selon lui), ils doivent tout de même demeurer discrets :

  • 27  Ibid., p. 118.

Or, ces hommes et ces femmes invisibles doivent cesser de l’être si l’on ne veut pas voir leur situation se dégrader. Cela ne signifie pas qu’ils doivent se ruer sur les médias ; mais s’ils veulent obtenir une plus grande reconnaissance, et voir évoluer leur statut, ils doivent assumer une part de l’exigence qu’entraîne la notoriété de l’auteur. Sinon, d’autres le font à leur place […]. Il ne s’agit pas de proposer au traducteur de se livrer à un exercice d’ego-histoire à chacune de ses traductions, mais de le faire en de grandes occasions, notamment la retraduction d’un classique, ou le dernier livre d’un auteur disparu, ou la fin d’un cycle. Juste pour inscrire dans l’esprit du lecteur le point obscur et lumineux où se noue l’intimité entre l’auteur et son traducteur. La mise au jour de cette osmose serait profitable à tous sans que nul ne la juge narcissique27.

29Enfin, « pour que cela change », il recommande notamment aux pouvoirs publics :

  • 28  Quels traducteurs ont fait preuve d’arrogance ou de triomphalisme ? Des noms ! Pourquo (...)
  • 29  Mais pourquoi faut-il donc aller chercher à l’extérieur un « rapporteur » ? Les (...)

[de] rendre leur visibilité à ceux que la doxa a longtemps voulu draper dans l’invisibilité. Sans arrogance, sans triomphalisme28, mais dans la conviction tranquille qu’un traducteur est aussi un auteur. Non à la place de l’écrivain mais à côté, puisque sans le travail de l’un, l’œuvre de l’autre demeurerait inaccessible au lecteur. Puisqu’ils sont indissociables, il est temps de les lier aux yeux du plus grand nombre et de renverser l’idée reçue selon laquelle c’est un métier de l’ombre « par goût et peut-être aussi par vocation ». Il suffit de décréter enfin que cette ombre n’est pas une fatalité29.

30Il est tentant de signaler qu’il semble en aller de même un peu partout, mais est-ce pour autant rassurant. En Italie, les traducteurs sont victimes d’une telle négation de leur existence qu’une protestation collective a été adressée par les « Chevaliers errants de la littérature » aux médias, accessible sur le site www.biblit.it, portail de ressources concernant la traduction et les traducteurs littéraires :

  • 30 www.biblit.it/cavalieri_erranti_francese.htm [consulté le 12 juillet 2014]. Consultable (...)

Lorsqu’il lit un livre en français qui n’a pas été pensé dans sa langue, le lecteur normal est loin d’imaginer que quelqu’un a dû consacrer plusieurs mois de son existence à traduire ces pages… or il n’en va pas de même pour « les professionnels du secteur » – critiques, rédacteurs des pages culturelles, journalistes et présentateurs d’émissions radiotélévisées où l’on discute de livres à quelque titre que ce soit –, envers qui nous avons moins le cœur à être indulgents.
Car nous aussi sommes présents, nous aussi faisons partie intégrante du processus qui donne le jour à ces objets si importants : les livres ! Livres où l’on parle de rires et de larmes, d’amour et de souffrance, de savoir et d’évasion, ces livres qui d’une manière ou d’une autre touchent le cœur et l’esprit des lecteurs, c’est aussi à nous qu’on les doit. Nous souhaitons par conséquent que notre nom y figure également, pour confirmer que notre œuvre ne sera plus passée sous silence.
Quant aux critiques qui ne tarissent pas d’éloges sur le style, les choix lexicaux et les acrobaties linguistiques de l’auteur, ils ne devraient pas manquer, s’ils ont lu le livre original, d’apprécier la façon dont il a été rendu en français ; et s’ils ne l’ont découvert qu’en français, qu’ils se rappellent donc qu’ils ont lu les mots, les phrases et les rythmes qu’aura préférés le traducteur.
Tout comme nous sommes prêts à accepter les critiques compétentes et motivées, nous voulons seulement que les traducteurs soient reconnus à leur juste valeur30.

31Dans le champ français, il n’est absolument pas admis que ce n’est pas Shakespeare qu’on lit mais une traduction de Shakespeare. Cet exemple n’est pas excellent, ou plutôt il est complexe, dans la mesure où les « vaches sacrées » sont les seules pour lesquelles la mention de la traduction est de rigueur, mais bien rarement au cœur de la problématique. Ces derniers temps, quelques articles, pour cela mémorables, ont présenté des textes comme des retraductions. Car il serait injuste, parce que inexact, d’en rester à cet instantané. La critique de traduction, comme tout objet social, est mobile, mouvante, historique. L’attention nouvelle portée à la question est parallèle à l’évolution de la profession.

32Le quotidien Libération a consacré plusieurs pages à la réédition des Œuvres de Raymond Chandler (23 novembre 2013), avec une finesse d’analyse qui portait autant sur Chandler que sur sa traduction, un peu comme si la réévaluation tardive du roman noir allait de pair avec celle de l’acte de traduire, l’un et l’autre enfin reconnus.

Traduire cette langue, riche, ultraréférencée ou bourrée de pièges, est une entreprise de longue haleine. Dans cette édition, plutôt que de verser dans une équivalence plus ou moins casse-gueule, la préférence a souvent été donnée au sens plutôt qu’à la formule. Un exercice délicat, parfois un peu trop neutre. Par exemple, quand Marlowe se lance, dans la Petite Sœur, dans une évocation du Los Angeles de sa jeunesse, il dit que cette ville n’a, désormais, pas plus de personnalité qu’un « papercup », un gobelet en carton dont les Américains font usage en toutes circonstances. Ici, la phrase devient « une ville sans cachet ». Plus loin, à propos de la Californie qu’il compare à un grand magasin, il écrit : « The most of everything and the best of nothing », traduit par : « On y trouve tout, surtout le meilleur du pire. »

33On comprendra vite que nous ne partageons pas grand-chose de la conception du journaliste (Bruno Icher), mais on y trouve ce que TOUT article portant sur un texte traduit devrait contenir : une réflexion sur la nature du texte qui est traduit.

  • 31  Libération du 14 janvier 2014.

34Le processus reste irrégulier et contradictoire. Peu après, un article sur la traduction du Canard sauvage d’Ibsen retombe dans les travers connus31. Le traducteur, Éloi Recoing, affirme avoir fait « le choix de ne pas enfermer la pièce dans son époque, en assumant parfois l’utilisation d’expressions françaises contemporaines à la place de formulations qui, pour un Norvégien, apparaissent désuètes ». Crime avoué, mais pas pardonné. Certes partagé : à la remarque du traducteur soulignant l’existence de deux « langues » en Norvège, le bokmål et le néo-norvégien, l’interviewer intervient avec un trop prévisible : « Ce qui est bien sûr impossible à rendre en français… » « Oui », répond le traducteur.

  • 32  Un hebdomadaire n’est sans doute pas le lieu de souligner le fait qu’une f (...)
  • 33  Janvier 2014. Il faut signaler qu’il s’agit de neuf pages, signées Carla B (...)
  • 34  Vanity Fair no 7, janvier 2014, p. 102.

35« La » presse, lorsqu’elle évoque la question ou lorsqu’elle l’évoque autrement que par son sempiternel « excellente traduction », que fait-elle ? Un numéro récent de Vanity Fair évoque la retraduction (« pour en revenir au texte originel32 ») de l’œuvre d’Italo Calvino33, ce qui est en soi très rare. L’amorce est inquiétante puisqu’il s’agit de « la réviser complètement et de la restituer aux lecteurs français dans une forme plus contemporaine – en tout cas plus désirable […]34 ». Originelle, contemporaine ou désirable ? Le grand flou. Ce qui est sans doute expliqué juste après :

Les détracteurs voient là une opération de marketing orchestrée par un agent américain qui veut faire de cet auteur une marque mondialement connue, capable de s’imposer sur les marchés des nouveaux riches, la Chine ou l’Amérique du Sud. Les autres admirent l’amour d’une fille pour son père, trop tôt disparu en laissant derrière lui une énorme œuvre littéraire à gérer.

36Bref, on nous explique que la fille de Calvino considère, plus d’un quart de siècle après sa mort, que ses œuvres sont mal traduites. Ce n’est pas du tout l’argument de l’éditrice de Gallimard, qui affirme : « Les traductions vieillissent. » Ce qui est indiscutable à condition d’ajouter « car toute œuvre vieillit ». D’où l’inquiétude que provoque l’expression une « forme plus contemporaine ». Arguments qui n’expliquent ni pourquoi Calvino ne s’est pas fait éditer ailleurs qu’au Seuil, ni pourquoi il faut aujourd’hui quitter cet éditeur. Mais on nous dit qu’on n’a « jamais eu affaire à des héritiers aussi épris de l’œuvre d’un romancier disparu ». Juste après nous avoir annoncé (humour ?) « sans doute contre un chèque de plusieurs millions d’euros ». Amour, quand tu nous tiens.

  • 35  Dernier point, l’article de Vanity Fair propose de façon assez exceptionnelle pour un (...)

37On aura compris notre raisonnement. La détermination en dernière instance est ici éditoriale35.

38C’est dans ses pages spécialisées que la presse, à l’occasion, mais peut-être un peu plus ces derniers temps, évoque la question de la traduction. Cela par quelques lignes, quelques mots, ou le coup de pied de l’âne en fin d’article. Le traducteur passe après l’auteur, auquel il semble que le critique ait toujours un accès direct. S’il s’agit de littérature anglo-américaine, tout critique est compétent par nature. Pour d’autres, la tentation du silence est plus forte, mais pas suffisamment pour pratiquer une véritable lecture de traduction, ce qu’incidemment les étudiants apprentis traducteurs pratiquent tous… Quel bel exemple que cette réflexion de Polac, encore lui :

  • 36  Critique de Munyôl Yi, 1990, Notre Héros défiguré, Arles : Actes Sud, traduction de Ch (...)

Son art est discret, son écriture sans grande séduction ni habileté, la traduction est peut-être fautive, et j’ai failli abandonner ce Héros. J’aurais eu tort car une fois encore, il pose des questions essentielles36.

39Tout est dans le « peut-être ».

40On a presque envie de proférer un « excellente critique », comme les critiques osent leur « excellente traduction ».

  • 37  Cette pratique est très répandue (majoritaire ?), elle est même enseignée ! La primaut (...)

41En décembre 2013 a paru un ouvrage qui, bien que relativement spécialisé, a su faire parler de lui, servi notamment par l’efficace promotion de la librairie Le Phénix, à Paris. Il s’agit d’une « traduction » (adaptation plutôt) d’un classique de la littérature chinoise, dont le titre est généralement traduit comme les Trois Royaumes, publié par les jeunes éditions Fei sous forme de Lianhuanhua (bande dessinée traditionnelle en Chine). La librairie a organisé une soirée spéciale pour le lancement de l’ouvrage, et les traducteurs, Si Mo et Nicolas Henry, étaient invités à venir parler des « difficultés de traduction » (comme indiqué dans la plaquette publicitaire de l’événement). Par la suite, l’ouvrage a été chroniqué dans plusieurs journaux, parmi lesquels le Figaro. Après une présentation de l’ouvrage, qui établit un parallélisme avec les épopées grecques, est évoqué en une phrase le travail des traducteurs : « Les traducteurs n’ont pas hésité à raccourcir ce texte-fleuve pour en extraire les épisodes les plus marquants, simplifiant le nom des personnages et des lieux sans sacrifier à la qualité du texte37. »

  • 38  Guillaume Tion, « Une épopée en linhuanhua », Libération, 4 janvier 2014. (...)

42Ici encore, il y aurait une « qualité » du texte hors du texte, en quelque sorte. Le travail de traduction est donc clairement résumé comme une adaptation habile qui mettrait « à la portée » du lecteur français l’univers épique chinois. Le journal Libération, quelques semaines plus tard, consacre lui aussi une quinzaine de lignes aux Trois Royaumes, mais sans aucune mention du travail de traduction cette fois38. Ce n’est bien sûr qu’un exemple parmi beaucoup d’autres d’absence de toute mention de la traduction, voire du nom du traducteur, dans une critique de littérature chinoise parue dans la presse. Ainsi, deux chroniques publiées dans l’Express Livres, respectivement sur le roman coréen Princesse Bari de Hwang Sok-yong, et sur le dernier roman de Mo Yan (le Grand Chambard) ne soufflent pas mot de la traduction, et leur auteur, André Clavel, n’indique pas l’identité des traducteurs. Il en va de même dans les critiques du Monde, où Nils C. Ahl consacre un long article au dernier roman traduit de Yan Lianke (la Fuite du temps). Il ne dit rien du travail de traduction, le nom de la traductrice, Brigitte Guilbaud, figurant tout juste dans les mentions officielles. Cette omission semble d’autant plus étonnante que, dans plusieurs de ces chroniques, le journaliste a choisi de publier en exergue un extrait du texte traduit, en se dispensant toutefois de tout commentaire un tant soit peu littéraire, de toute reconnaissance du talent du traducteur, qui est bien l’auteur d’un extrait paraissant ici « sorti de nulle part », bien que le journaliste l’ait apprécié et valorisé.

  • 39  Patrick Ourednik, 2012, Classé sans suite, Paris : Allia, traduit du tchèque par (...)

43Et même lorsque les critiques veulent rendre hommage au travail de création des traducteurs, souligner leur rôle de premier plan (le plus souvent, on l’a vu, lors de retraductions), ils évitent rarement l’écueil consistant à répéter les vieux clichés (« traduttore, traditore ») et les traditionnelles dichotomies (sourciers/ciblistes) qui doivent sans doute donner l’illusion de compétence, voire de « scientificité ». C’est le cas de Jean Montenot, enseignant de philosophie, par ailleurs postfacier de la traduction en français du roman Classé sans suite, de l’écrivain tchèque Patrick Ourednik,39 qui a consacré aux traducteurs (« ces créateurs de seconde main de premier ordre ») et au « boom de la traduction » un article paru dans l’Express :

Ces trente dernières années ont vu une explosion des traductions des auteurs étrangers et des grands classiques revisités. Dans certains pays, le traducteur est considéré à l’égal de l’auteur. Grâce à eux, des chefs-d’œuvre de la littérature mondiale sont accessibles malgré la langue et survivent au temps.

« Traduttore, tradittore [sic]». L’adage italien était déjà connu par Joachim du Bellay au xvie siècle. Toujours est-il que, si la formule n’a pas perdu sa pertinence, le traître – le « traditeur », disait le poète – est, lui, en train de conquérir la reconnaissance et la notoriété qu’il mérite. […] L’équation fondamentale de la traduction n’a pas changé. Tout traducteur doit peu ou prou « naviguer » entre deux pôles. Soit être de ce type de traducteurs que certains linguistes ont appelés les « sourciers » et qui ont à cœur de serrer au plus près le texte original et les structures de la langue dans laquelle il a été écrit, au point de parfois sacrifier l’élégance à la littéralité. Soit au contraire se ranger du côté des « ciblistes », terme employé pour désigner ceux qui, au risque de se laisser aller aux voluptés charmantes et dangereuses des « belles infidèles », prennent des distances avec la lettre pour mieux rendre l’esprit de l’œuvre dans la langue « cible », entendons la langue des destinataires. Bien sûr, cette attitude a, comme la première, ses écueils. S’adapter au lecteur n’autorise pas à mettre Platon, Shakespeare ou Cervantès à n’importe quelle sauce à la mode. Un bon « cibliste », sous prétexte qu’il viserait un public de « djeuns », n’ira pas jusqu’à dire que Roméo « kiffe à mort » Juliette ou que Don Quichotte est un « chevalier au look triste ». En revanche, un « sourcier » comme André Chouraqui, ayant entrepris de faire sentir le plus possible l’origine hébraïque du texte biblique, peut, au risque de donner dans le pittoresque, traduire le deuxième verset de la Genèse (rebaptisée Entête) : « Au commencement la terre était tohu-bohu. » […]

Les récentes retraductions d’œuvres classiques de la littérature (la Bible par l’équipe de Frédéric Boyer, Shakespeare par Jean-Michel Déprats, Dante par Jacqueline Risset, Cervantès par Aline Schulman, Dostoïevski par André Markowicz, Kafka, Joyce, Nabokov, Musil, etc.) sont à saluer comme d’authentiques événements littéraires. Ces traducteurs, par leur talent, leur invention, par leur aptitude aussi à préférer une sortie vers le haut à l’alternative classique entre proximité de l’original et lisibilité, ont su (re)donner force à des textes dont le statut de « classiques » tendait à en faire des pièces de musée40.

44Que de termes très vagues et convenus, qui s’appuient sur des réflexions et critères inexistants : « traduction inspirée », « traduit avec un soin exemplaire », « travail impressionnant », « très belle traduction », « traductions d’une qualité cristalline et d’une persévérance émouvante [sic !] », « traduction fidèlement réalisée ». Avec des perles, comme : « Le recueil est traduit de l’arabe par le poète Jean-Charles Depaule qui a su préserver la fraîcheur atypique et la loyauté nue de l’intonation première propre à Habache41. » Ou, si elles sont développées, elles reposent généralement sur des considérations lexicales, linguistiques :

On imagine aisément que la traduction de l’arabe, fidèlement réalisée par Rania Samara, a dû relever par moments de l’acrobatie, l’auteur ayant privilégié l’arabe dialectal libanais, difficile à vérifier dans les dictionnaires. Ainsi, seul un Libanais peut comprendre ce que signifie le mot zankha. Tout le champ lexical olfactif français ne satisferait pas à rendre de manière précise cette odeur que laisse un œuf cassé ou un poulet de fraîcheur douteuse, telle qu’on la perçoit sous nos cieux42

45Certaines critiques, cependant, s’appuient sur des critères littéraires (quoique fort impressionnistes) et sont manifestement le fait de connaisseurs de la langue et de la littérature originales. Elles sont le plus souvent écrites lorsque le texte traduit est poétique (ce qui corrobore une autre idée reçue, selon laquelle traduire de la poésie et traduire de la prose seraient deux activités très différentes) :

Les traductions accomplies par Vuong et Mégarbané sont d’une qualité cristalline et d’une persévérance émouvante : elles restituent avec justesse les mètres complexes et les rimes intensives ou changeantes des poèmes. Elles respectent les jeux formels et s’écoulent en recréant à l’oreille du lecteur bilingue une résonance surprenante avec la langue arabe, toute de mélodies et de rondeurs sororales43.

46Si les blogs spécialisés sont ceux qui font apparaître le plus de considération par rapport au travail de traduction, et si Bertrand Mialaret et Brigitte Duzan, en particulier, consacrent des billets spécifiques aux principaux traducteurs du chinois (dont ils publient même des photos, preuves s’il en est de leur non-invisibilité !), des développements sur l’écriture, des commentaires touchant au « respect » d’une sinité du rythme et du texte, par exemple, manquent toujours à leurs articles. Ici, la traduction existe mais ne semble pas poser question à ces lecteurs assidus, qui disposent pourtant de toutes les connaissances (y compris linguistiques cette fois !), pour peut-être interroger ne serait-ce que la nature de ce qu’ils apprécient quand ils « aiment » un roman chinois en français…

47Qu’en conclure ? Que s’il existe une pédagogie de l’édition, personne n’a jamais appris quoi que ce soit à la lecture de l’un de ces critiques de traduction.

48Quant à la critique qui se déploie en dehors du champ de la presse, donc dans des revues et ouvrages spécialisés, le constat que Berman faisait en 1995 (il y a vingt ans déjà) n’a rien perdu de son actualité :

  • 44  Antoine Berman, 1995, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris : Gallimar (...)

Non seulement la critique des traductions s’est peu développée, mais, quand elle l’a fait, ç’a été, surtout, dans une direction essentiellement négative : celle du repérage, souvent obsessionnel, des « défauts » des traductions même réussies. La critique positive est restée, jusqu’à il y a peu, très rare – surtout à l’état pur (sans éléments négatifs). Mais de toute façon, les deux formes de critique se meuvent la plupart du temps – se mouvaient jusqu’il y a peu (à l’exception des études érudites de traductions anciennes) – dans le même espace, celui du jugement, alors que la critique des œuvres, elle, tout en gardant cette possibilité (par exemple dans la presse), se déploie dans une multiplicité de dimensions et de discours qui fait toute sa force et sa richesse44.

Édition, trahison ?

49Le troisième champ, l’édition, est peut-être le plus important, il est de toute façon celui auquel se rattache le traducteur, quel que soit son statut, en l’absence d’un champ propre. L’édition reste maîtresse de l’objet-livre et du processus. Il y a là un problème de taille, qu’exprime la place du traducteur dans l’institution littéraire, dans l’institution critique et dans l’institution universitaire. C’est à peine schématiser que de le décrire comme un chien dans un jeu de quilles, car il n’est jamais à sa place ou, plus exactement, jamais détenteur d’un pouvoir reconnu et légitime. L’éditeur garde donc la haute main sur le paratexte (quand ce n’est pas sur le texte lui-même, qui peut être lourdement corrigé, on le verra). L’objet publié présente les caractéristiques inverses de l’édition savante, tout étant fait pour faciliter la lecture. Niagara de notes d’un côté, rien de l’autre. Division des tâches.

50Pour en rester au seul éditeur, c’est en premier lieu le matériau paratextuel qui définit à la fois le texte proposé et le public visé. Là, il n’y a pas de miracle. La valeur d’échange s’impose. Pour trouver un marché à cette marchandise, la ligne la plus droite est celle de la reproduction du produit, c’est-à-dire l’offre, sous un emballage discrètement exotique, d’un roman standard interchangeable de 250 pages. Quel est donc ce roman qui se donne comme universel ? Tout ce qui affleure rend compte d’une conception de la littérature. C’est-à-dire soumet le texte littéraire traduit aux conceptions et aux canons du champ français aujourd’hui. Le résultat est celui d’une annexion complète, comme disait Walter Benjamin. Autrement dit, une pratique interculturelle qui ne s’interroge pas sur la traduction et annule son objet même. Tout est fait pour gommer l’épaisseur de la traduction, or c’est cette épaisseur même qui dit : Ceci est de la littérature.

51Nous sommes en droit de dire à l’édition savante qu’elle est mauvaise quand elle gomme le plaisir de lecture, nous sommes en droit de dire à l’édition courante qu’elle est mauvaise quand elle gomme les difficultés de lecture. L’état du champ fait que, en fonction de la place occupée, ces mêmes problèmes seront revendiqués comme valeur par le champ restreint et le champ large, sous forme inversée.

52Par définition, le champ littéraire charrie des normes opposées, selon qu’on se trouve dans le champ restreint (celui qui privilégie les règles propres) ou dans le champ large (celui qui privilégie les règles économiques). Cela est de première importance pour le traducteur en début de carrière. Le désir et le besoin d’être publié conduisent trop fréquemment le débutant à accepter les conditions de publication médiocres offertes par le champ large et qui risquent fort de se transformer en autant de handicaps pour se faire un nom ou, si l’on préfère, acquérir un capital symbolique.

  • 45  Nouvelle édition de Jean Rhys, 2014, Bonjour minuit, Paris : Denoël, tradu (...)

53La distinction bourdieusienne entre champ restreint et champ large est évidemment fluctuante, parce que les maisons d’édition sont l’objet d’achats et de ventes, et donc qu’un éditeur, malgré toutes les précautions d’usage, court toujours le risque de subir les diktats d’un groupe aux exigences financières pressantes. Il serait vain de penser que les traits caractéristiques des éditeurs exigeants et des maisons à la poursuite des best-sellers soient tous spécifiques et exclusifs. Mais que gagnent les premiers à adopter les méthodes des seconds ? Un volume récemment publié annonce fièrement une préface de Fanny Ardant, car « la sensibilité d’une artiste comme Fanny Ardant s’imposait pour présenter Jean Rhys, l’une des plus remarquables romancières britanniques du xxe siècle45 ».

  • 46  Préface de Yi In-hwa, 2000, l’Éternel Empire, Paris : Maisonneuve et Laros (...)

54L’état des lieux que l’on peut dresser est que l’édition décide des conditions d’exercice de la traduction. Sans grands problèmes, semble-t-il. Elle peut laisser dire ceci : « À J. A. qui a corrigé ma traduction et qui a su deviner le sens et lire entre les lignes coréennes46. »

  • 47  Faut-il alors s’étonner qu’en France, comme en Corée, on puisse confier un cours de tr (...)

55Quelle touchante manifestation de respect interculturel réciproque que ce remerciement en tête d’une traduction récente ! On sait, hélas ! que bien des traductions (coréennes ou autres) sont encore trop souvent des thèmes laborieux, ânonnés par des semi-francophones, corrigés par des Français ignorant tout de la langue de départ et plus encore de la littérature de départ. L’état désastreux du champ est illustré par le fait que, loin d’occulter ce genre de pratique, on peut même aller jusqu’à s’en vanter47. Qui donc, ne peut-on s’empêcher de demander, prendrait un avion piloté par quelqu’un ne sachant que deviner les indications fournies par les cadrans, qui oserait se faire opérer par un chirurgien sachant lire entre les lignes les résultats d’examens ?

56Réflexions positivistes ? Et pourquoi donc ? Parce que la littérature serait quelque chose de moins sérieux ? Si vous le pensez, faites donc autre chose. Et vous ne nous empêcherez pas de penser que la traduction impressionniste, au feeling, ne peut que sécréter ce type de comportement.

  • 48  Aussi parce que le lieu d’expression de ces âneries n’est guère visible.

57S’agit-il ici d’un cas limite ? En rien, peut-être en réalité de quelqu’un d’assez simplet pour dire un peu trop fort ce que bien d’autres pratiquent48. Mais pourquoi un tel comportement éditorial est-il possible ? Parce qu’il est fondé sur une conception obsolète de la traduction dont la valeur d’échange est simple à définir.

58En fait, en raison de l’état des trois champs et de leurs contradictions, la meilleure stratégie pour un traducteur qui ne peut pas travailler régulièrement avec un éditeur spécialisé dans les littératures étrangères consistera peut-être à se livrer aux figures imposées en s’attaquant à un monstre sacré des Lettres : Homère, Virgile, Shakespeare, Virginia Woolf, Franz Kafka. Il y récoltera des coups, au motif qu’il a osé proposer une nouvelle traduction après Maurice Edgar Coindreau, Pierre Leyris, Alexandre Vialatte, Philippe Jaccottet, et donc, par nature, qu’il en nie la valeur. C’est oublier qu’un texte qui ne se retraduit pas est un texte qui ne se relit pas, qui n’existe plus, et que le premier traducteur lui-même est le premier à vouloir revoir son travail vingt ans après (il n’est plus le même lecteur).

  • 49  Nous ne voulons pas étudier la place du traducteur dans un non-champ, mais sa non-plac (...)

59Notre propos n’est pas une étude sur les champs universitaire, éditorial et journalistique, d’autant que ceci n’est pas une étude sociologique qui ne pourrait pas nous dire ce qu’est un texte, a fortiori une traduction. Nous nous intéressons à ce qui détermine des choix et des attitudes textuels49. À commencer par les nôtres. Ainsi, lorsque tant de traducteurs, quand nous affirmons que la relation entre éditeur et traducteur est aussi pédagogique, nous objectent la condescendance caractérisée (qu’on nous dit majoritaire) à laquelle ils ont droit, nous ne pouvons que nous interroger, comme tout chercheur en sciences sociales, sur la façon dont notre place dans le champ détermine notre approche. Notre certitude que les corrections proposées par l’éditeur peuvent avoir une valeur didactique inégalable est loin d’être partagée. Il s’agit là aussi de conflits et de contradictions à l’intérieur du monde de la traduction, indices généralement de mouvements à l’intérieur d’un champ.

60Mais existe-t-il un champ du traduire ?

61Poser la question, c’est courir le risque de désespérer les traducteurs si la réponse était négative. Ce serait un double contresens, dans la mesure où la formulation de notre question implique une réponse positive, puisqu’elle postule l’existence d’une diffraction du champ en traduction et traduire.

  • 50  Ni à strictement parler celle d’une Ainsi nommée- ittérature constituée.
  • 51  La formule n’est pas excellente, car il n’y a aucune raison qu’une littérature donnée (...)

62Il convient pourtant de préciser que l’existence de traductions n’implique pas nécessairement celle d’un champ de la traduction. Pas plus que celle de textes à traduire n’implique celle d’un champ littéraire50. Ce n’est ni nier une vie littéraire, ni la considérer de façon condescendante et néocoloniale, comme on a bien souvent le sentiment de le faire lorsqu’on constate que telle littérature ne connaît pas de « roman51 ». Rappelons donc une fois de plus qu’un champ n’est pas un domaine ou une « matière », mais un espace (de rapports de force) relativement autonome, c’est-à-dire essentiellement défini par des règles propres, ou plutôt par le conflit entre les règles propres et les règles économiques générales. Il est donc important de savoir à quoi on a affaire, puisque des règles différentes vont s’appliquer à l’objet à traduire.

  • 52  « Le critique nous parle de l’oralité de Cervantès. Or, qui peut savoir, à part Dieu, (...)

63Bien des éléments peuvent donner à penser qu’un champ de la traduction s’est mis en place : oppositions d’approches (sinon d’écoles), pratiques variées du métier, conflits internes52. Mais aussi fortes que soient les lois d’airain de la presse, de l’Université et de l’édition, rien n’oblige les traducteurs à s’y plier jusqu’à la fin des temps. Pourtant, c’est dans leur attitude même que l’inexistence d’un champ autonome se révèle le plus clairement : ils sont les premiers porteurs du discours dévaluant. Existe-t-il une pratique qui soit à ce point décriée ou minimisée par ses propres praticiens ? Existe-t-il un métier dont l’immense majorité des praticiens ne cesse de répéter que sa pratique est insuffisante, seconde, imparfaite, impossible, etc. ? Même les plus malins :

  • 53  Claude Esteban, « Traduire », Argile, no 22, printemps 1980, p. 72.

Je n’entends pas proposer ici, après beaucoup d’autres, une théorie de la traduction. L’expérience que j’ai poursuivie en la matière m’inclinerait plutôt à rejeter toute explicitation conceptuelle et à m’en tenir, bon gré mal gré, à une sorte d’empirisme évasif. […] Le Malheur, ou peut-être le Bonheur de la poésie, veut toutefois que les théoriciens ne mettent pas en pratique leur savoir si péremptoire et que les poètes, prisonniers de leur expérience particulière, ne songent guère à élaborer une théorie de la traduction53.

64Le Malheur ou peut-être le Bonheur ?

65En quoi est-il problématique que la traduction s’appuie sur ces trois champs ? Parce que ce n’est justement pas assez problématique, parce que ces trois champs imposent leurs questions, parce que en raison de sa place dans ces trois champs, le traducteur se plie à leurs leçons. Il n’y a pas d’autonomie du traduire, disent-ils, il reste toujours de l’intraduisible. Et les traducteurs le répètent à l’envi.

  • 54  Nous avons souvent pu constater à quel point l’Université (qui aime se réf (...)

66Comment échapper à la dictature des trois champs ? Pas par un slogan, ni même par une intention (qui sera de toute façon nécessaire). D’abord par l’appartenance aux trois ! Plus facile à dire qu’à faire, aussi ne nous appuyons-nous que sur les faits. Car le repli corporatiste54, accentué par d’inévitables difficultés matérielles et financières, ne peut que renforcer les conflits entre les champs : traducteur contre éditeur, universitaire contre critique, etc. Ce qui est, par nature, dépourvu de sens et d’intérêt. Le professeur ne sait pas écrire, l’écrivain (ou le traducteur) est caractériel, l’éditeur est un marchand de soupe, et ainsi de suite, que de fois nous avons entendu ces remarques, appuyées sur tel ou tel exemple, parfois authentique, mais qui ne vaut que pour lui-même et ne devrait autoriser aucune généralisation. Mais qu’il est courant d’entendre le genre de remarque auquel même un Guillevic peut se laisser aller :

  • 55  Règle fréquemment assénée de l’Ainsi nommée littérature.
  • 56  Préface à Georg Trakl, 1986, Poèmes, Bussy-le-Repos : Obsidiane, traduits et présentés (...)

Comme principe, je pose que seuls des poètes peuvent traduire d’autres poètes. Quand j’ai écrit cela dans la préface de Mes Poètes hongrois, les professeurs n’étaient pas du tout d’accord ! Il est difficile d’admettre que les diplômes ne donnent pas de talent… Ainsi, quand j’ai traduit le poète hongrois Attila Jozsef, il y avait textuellement : « Voilà une semaine que je pense à maman » : afin d’éviter les deux « e » muets55 (une semaine) j’ai traduit par « Voilà huit jours que je pense à maman » ; un professeur de la Sorbonne m’a reproché cette traduction sous prétexte qu’une semaine ne compte pas huit jours56 !

67Que signifie « l’appartenance aux trois champs » ? Nous postulons que le traducteur ne peut effectuer correctement son travail que lorsqu’il a accès à l’ensemble des domaines convoqués par l’acte de traduire. Est-il propice à la traduction que le traducteur puisse effectuer tous les choix qu’exige un texte uniquement s’il va pêcher ailleurs la notoriété qui autorisera ces choix ?

68Nous tenons pour essentiel et pour essentiellement acquis que la pensée du traduire s’appuie sur la pratique du traduire, et que là même se trouve sa spécificité. S’il est possible d’analyser un « roman » sans en avoir écrit, d’être cancérologue sans être cancéreux, parler de traduction sans traduire est une contradiction dans les termes, puisque ce transfert de socialité s’opère par une lecture-écriture. Écrire sans lire, lire sans écrire, cela ne devrait plus avoir aucun sens.

69N’est-ce pas une farce que tant de cours de traduction soient proférés par tant d’universitaires qui n’ont jamais traduit un livre ? Qu’ils passent en revue les théories des autres, admettons (malgré Lichtenberg : « Que Dieu me protège de faire un livre sur les livres des autres ! »), mais lire et critiquer des traductions sans être passé soi-même à l’établi ! Que peut-on trouver à dire ? Rien de l’intensité des textes, à coup sûr. Que de séminaires auxquels nous avons assisté, qui consistaient à lire deux ou trois traductions, pour les détruire, sans la moindre pensée historique, et conclure par l’apothéose de ce que l’enseignant aurait fait, et qu’il n’a jamais fait, le tout devant le redoutable mutisme d’un quarteron d’étudiants perdus pour le métier.

70Effet de champ ? Probablement. L’Université réagit en Université devant le « mystère » de la traduction et délègue ses chevau-légers, enseignants de langue, qui vont chercher la langue, bardés de la certitude que leur usage est l’Usage.

71Le pire, dans toutes ces pratiques, c’est qu’elles confirment l’impossibilité de constituer un champ. Les champs concernés ont besoin de ne pas considérer le traduisant comme auteur, c’est-à-dire comme lecteur-écrivain (comme pratiquant un transfert par la lecture-écriture). Le traducteur qui n’écrit pas fait de la traduction. Le traduisant qui écrit pratique le traduire.

  • 57  La littérature japonaise n’est pas la « littérature » du Japon, c’est une (...)

72Intérêt de la triple pratique ? Le transfert de notoriété, de capital symbolique, de réputation. Certains auteurs et certaines pratiques novatrices exigent un truchement solide pour s’imposer. Cela, et un dialogue constructif avec un éditeur bien situé dans son champ. N’est-ce pas un combat perdu d’avance que d’argumenter avec un éditeur qui n’a pas su imposer sa propre image d’éditeur de littérature « étrangère » ? En revanche, un éditeur qui pense les « littératures étrangères » autrement que par une simple définition géographique57, une université qui confie les cours de traduction à des enseignants-chercheurs-traducteurs, et une presse qui prend l’habitude de présenter systématiquement une œuvre étrangère comme une œuvre traduite sont les conditions préalables à l’émergence d’un champ (autonome). Gageons qu’il prendra la forme d’une opposition entre champ restreint du traduire et champ large de la traduction, entre le champ restreint d’une lecture-écriture et le champ large d’une traduction effaçante.

73S’il peut être tentant de déverser sur la traduction les leçons du champ littéraire (cela semble être assez systématiquement le cas de la presse), une pratique même brève du métier montre que les éditeurs à fort capital symbolique ne sont pas très convaincants en la matière. En bref, être publié (comme traducteur) chez Gallimard ne garantit rien. En revanche, la place des petits éditeurs indépendants semble déterminer au moins une capacité à cerner les problèmes. Et quand ils ont grandi, ils conservent cette sorte de culture d’entreprise qui les rend réceptifs à la nécessité d’accueillir l’étranger (de l’héberger = de le traduire) sans lui demander ses papiers.

  • 58  L’expression est de Pierre Bourdieu. Elle désigne un niveau d’exigence. Pour avoir le (...)
  • 59  Jean-René Ladmiral est certes traducteur (d’ouvrages de sciences humaines écrits en an (...)

74Il est clair à nos yeux que la situation sociologique de la traduction (aussi sociologiquement ancillaire qu’elle l’est intellectuellement) est la cause première des obstacles à la mise en forme, puis à la diffusion, d’une pensée du traduire. Celle-ci (mais même la pensée de la traduction) est le fait de penseurs « venus d’ailleurs », c’est-à-dire d’intellectuels qui ont acquis leur capital symbolique ailleurs et qui, en retour, en font bénéficier la traduction. Benjamin, José Ortega y Gasset, Georges Mounin, George Steiner, Meschonnic, Berman, Umberto Eco, toutes tendances confondues. Certains étaient aussi traducteurs, mais c’est ailleurs qu’ils se sont acquittés de leur droit d’entrée58, qui est valable pour la traduction, puisqu’il n’existe pas de champ. Là encore la situation n’est pas et ne peut pas être fixe et fixée. Il est certain que le nombre d’intervenants dans le débat qui sont aussi traducteurs augmente. Mais cela ne garantit en rien contre l’empirisme. Et cela ne change pas encore grand-chose au fait que les intervenants non traducteurs littéraires, comme Paul Ricœur, Jean-René Ladmiral, Michaël Oustinoff, traducteurs dans leur domaine de compétence (philosophie et, plus largement, sciences humaines) restent légion59.

75Aux penseurs de la traduction se sont associés des praticiens souvent occasionnels qui ont aussi transféré leur capital dans la pratique, à savoir des écrivains connus.

76Raisonnons positivement. L’intervention des chercheurs non traducteurs n’est pas un scandale. C’est même une marque historique. Même si cette pratique n’est plus ou ne devrait plus être possible aujourd’hui, cette intervention a pu jouer un rôle essentiel. Pensons par exemple au travail de Mounin sur lequel nous reviendrons un peu plus loin pour souligner qu’il a joué un rôle essentiel dans la reconnaissance de la dimension, de l’épaisseur, de l’existence même de la traduction. Ses ouvrages ont été fondamentaux pour la définition d’un périmètre de la traduction. Certes, il ne s’agit pour lui que de langue, certes il profite d’un malentendu (qui le dépasse), l’impression de scientificité que conférait l’irruption de la linguistique dans toutes les études littéraires de l’époque. Il n’en reste pas moins qu’avec lui la traduction pouvait se penser en France, la démarche de traduction pouvait se fonder sur autre chose que le sentiment personnel. Même si, une fois encore, la traduction recevait l’onction d’une autorité extérieure à elle-même, elle profitait à plein de cette autorité universitaire. Sans compter le diplôme de modernité, essentiel dans la résistible assomption du traduire.

77Précisons, pour ceux qui liront trop vite, que le traducteur-traduisant n’est pas la victime malheureuse de trois champs malintentionnés. Nous évoquons les contextes sociologiques dans le seul but de comprendre ce qui se passe dans le texte nommé traduction (qui écrit quand on écrit ?). Il s’agit ici de positions dans un ou des champs, pas de mauvaises intentions, de complots ou de paranoïas. S’il fallait psychologiser la question (ce qui est très souvent pratiqué pour décrédibiliser), il faudrait tout autant psychologiser le traducteur.

78Et les conditions matérielles ?

79Les conditions matérielles du travail participent de toute façon au problème, et il ne nous semble pas possible de débattre des questions de traduction en restant dans le vert paradis de la langue pure ou de la littérature éthérée.

80On l’a vu, il y a en France environ 750 traducteurs « professionnels », c’est-à-dire encore qui tirent l’essentiel de leurs revenus de la traduction. C’est très peu, en regard du monde à explorer, en regard du nombre de livres traduits. Autrement dit, il existe un nombre non négligeable de traducteurs effectuant un autre travail à côté, ou même avant la traduction. Par choix quelquefois (pour éviter la dépendance à des commandes), par obligation (pas assez de livres à traduire), par hasard (la possibilité de traduire est arrivée tard dans leur vie), qu’importe ici. Pour une partie d’entre eux, cela se traduit (!) par une attitude différente, si ce n’est par rapport au texte, du moins par rapport au travail, ce qui n’est pas sans effet. À 20-23 euros le feuillet (qui fait trop souvent plus de 1 500 signes), le ce-qui-doit-être-traduit quotidiennement ne permet guère de s’étendre en recherches ou de multiplier les interrogations sur le texte. Cela induit-il une hiérarchie de fait entre traducteurs, les qui-traduisent-vite-donc-mal et les qui-pensent-avant-de-traduire-donc-qui-traduisent-bien ? La diffraction du champ introduira inévitablement ce genre de comportement, avec le modèle inverse, les qui-traduisent-professionnellement-alors-ils-savent et les professeurs-dilettantes-qui-ne-connaissent-pas-le-métier.

81Pour ce qui nous concerne, comme traduisants, comme enseignants, comme chercheurs, nous n’avons pas de réponse définitive à apporter à cette question (qui nous semble de toute façon mal posée), car nous ne savons que trop que le cahier des charges que nous définissons pour la pratique de la traduction est excessivement lourd et ne permettrait pas de vivre de ce métier s’il était appliqué. Mais que faut-il en conclure ? Qu’il faut renoncer à approfondir sa démarche ou qu’il faut se battre pour que cette démarche approfondie soit rémunérée pour ce qu’elle est ? La question contient la réponse.

82La mise en place progressive d’un statut du traducteur en France, la reconnaissance progressive de cette activité, l’autonomisation du champ créent de nouvelles contradictions qui alimenteront rapidement les positions caricaturales évoquées ci-dessus, au point qu’elles deviendront fréquentes.

  • 60  Marco Pajevic, « Henri Meschonnic et Paul Celan », Europe, mars 2012, p. 1 (...)

83Restons logiques : l’autonomisation du champ n’est pas une garantie pour limiter le nombre d’intervenants dans le processus. Qui traduit quand on traduit ? Beaucoup de monde. Il faut aussi tenir compte, par exemple, des ayants droit. Marco Pajevic affirme que c’est la veuve de Paul Celan qui a refusé la proposition de Gallimard de confier la traduction des œuvres complètes de son mari à Meschonnic, car elle préférait « le parti de la diversité des traductions de l’œuvre de son mari60 ». On admettra volontiers que cette information sociologique influe directement sur le texte traduit.

Le champ littéraire international

  • 61  Pascale Casanova, 1999, la République mondiale des Lettres, Paris : Le Seuil. (...)
  • 62  Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire – La (...)

84Depuis les travaux d’un petit groupe de chercheurs en sociologie de la traduction (Pascale Casanova, Gisèle Sapiro entre autres), on sait l’importance des rivalités qui se jouent au sein de ce que Casanova a nommé « République mondiale des Lettres61 » ou « champ littéraire international62 » et le rôle de premier plan acquis par la traduction au sein de cette arène :

  • 63  Ibid., p. 9‑10.

85Les inégalités et les hiérarchies, tant littéraires que linguistiques, qui ordonnent le champ littéraire mondial font apparaître une autre économie des échanges linguistiques loin d’être l’échange horizontal ou le transfert pacifié souvent décrit, la traduction ne peut être comprise, au contraire, que comme un « échange inégal » se produisant dans un univers fortement hiérarchisé. Du même coup, elle peut être décrite comme l’une des formes spécifiques du rapport de domination qui s’exerce dans le champ littéraire international ; et aussi, de ce fait, comme un enjeu essentiel des luttes pour la légitimité qui se livrent dans cet univers, c’est-à-dire comme l’une des voies principales de consécration des auteurs et des textes. Ce point de vue pourrait aussi permettre de dépasser la conception de la traduction comme relation singulière entre un texte et sa transcription, en réinscrivant chaque traduction dans le réseau mondial des relations de domination littéraire dont elle est l’une des formes63.

86Si, encore une fois, la sociologie de la traduction n’est pas notre propos, en revanche, on ne saurait faire l’impasse de cette double hiérarchie à laquelle est soumis le traducteur, qu’il s’en rende compte ou non (et mieux vaut pour lui qu’il s’en rende compte) : celle des champs littéraires « nationaux » dans lesquels s’inscrivent à la fois le texte à traduire et sa traduction, mais aussi celle du champ littéraire international. Une chose est, quand on est un traducteur français, de traduire un texte américain qui vous a été demandé par un éditeur, autre chose est de proposer et de traduire un texte coréen ou russe, et c’est encore tout autre chose lorsqu’il s’agit d’un texte écrit en bulgare ou en swahili. À capital symbolique d’origine à peu près équivalent, l’accueil que réserveront éditeurs, critiques et public au texte et à son traducteur ne sera pas le même.

87Et le lecteur ?

88Le sacro-saint lecteur, celui au nom duquel tout se fait, se dit et s’affirme ? Le lecteur qui-n’aime-pas-les-nouvelles, le lecteur qui-n’aime-ni-les-notes-ni-les-préfaces, le lecteur qui-veut-un-texte-fluide, bref le lecteur qui n’existe pas, puisque LES lecteurs sont déterminés par leur position dans leur champ et par les pratiques culturelles qui en découlent. Mais nous y reviendrons.

  • 64  Nous citons pour ce passage un travail effectué par Laura Costa, master LITTOR.

89La traduction, qui continue à se voir refuser toute place conséquente, c’est-à-dire tout simplement sa place, n’en reste pas moins la cible d’une quantité appréciable de lieux communs, d’autant plus benêts qu’ils ne s’appuient sur aucune expérience. Malheureusement, on l’a vu, même les praticiens débitent les mêmes sornettes. Qu’y a-t-il de plus rabâché que le fameux traduttore-traditore. Quand en sortirons-nous ? Quitte à rapporter un dicton d’Italie avec un David en plastique, pourquoi pas traduttore-braghettone ? Pour le dédier au traducteur qui, visitant la chapelle Sixtine, pourra admirer les caleçons ajoutés par Daniele de Volterra aux corps peints par Michel Ange, sans se rendre compte qu’il fait subir le même braghettage aux textes64 ?

De la translation à la traduction, de la traduction au traduire

90Dans un article intitulé « De la translation à la traduction », Berman souligne le passage d’une activité indistincte (il rappelle qu’au Moyen Âge, on ne distingue guère entre traduire et écrire, entre la parole de l’autre et sa propre parole) à une activité qui se définit. Il le relie au changement de nom attribué à cette activité, de translation à traduction, changement qu’il situe à la Renaissance, période d’accroissement massif en France du volume et de l’éventail des traductions. Désormais, trois modes d’écriture coexistent : celle dans une langue étrangère, la traduction dans la langue dite « maternelle » et l’écriture originale dans cette dernière.

91Pour Berman, ce changement noterait l’émergence d’un agent de la traduction :

  • 65  Antoine Berman, « De la translation à la traduction », TTR, vol. 1, no 1, 1er  (...)

La traduction est une activité qui a un agent, alors que la translation est un mouvement de passage plus anonyme. Et c’est justement parce que l’opération traduisante est conçue, à partir de la Renaissance, comme un acte, et comme un acte spécifique, qu’on se met à l’appeler traduction65

92La traduction vient rejoindre le commentaire et entrer dans la catégorie des textes seconds, par rapport aux notions d’auteur et d’original qui apparaissent elles aussi. Elle entre donc dans le genre plus vaste de l’imitation. Imitation, donc non-création. Donc ancillarité qui n’en finit pas de coller à la peau de la traduction. Sur ce statut – ou plutôt ce non-statut – de la traduction jusqu’au xxe siècle, Berman conclut :

Dans tous les cas, cette subordination de la traduction à un genre plus vaste s’est avérée dangereuse pour elle. Car, à chaque fois, elle risque de n’être considérée que comme une sous-imitation, une sous-critique, une « sous-écriture » ou de la simple « linguistique appliquée ».

  • 66  Voir Berman, 1991, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, Paris : Seuil et (...)

93Faire sortir l’activité traduisante d’autres disciplines qui l’englobent en lui imposant une méthode et des concepts plaqués a été l’objectif que s’est assigné la traductologie. Les traductologies, devrait-on dire, car, de la traductologie définie et appelée de ses vœux par Berman à celle que revendique Ladmiral, il y a tout un monde66. Aussi estimons-nous plus prudent et plus clair de ne pas, de ne plus, employer les mêmes mots que d’autres approches.

  • 67  Antoine Berman, « La traduction et ses discours », Meta : journal des traducteurs/Meta: Translator (...)

94Dans un autre article, « La traduction et ses discours », Berman distingue ce qu’il appelle « le discours traditionnel sur la traduction » – ou discours intuitif des traducteurs qui se méfient des théories –, les « discours objectifs liés à des disciplines définies » (essentiellement linguistique et littérature comparée), les « discours objectifs généraux ou théories générales de la traduction » reposant sur l’herméneutique et la linguistique et débouchant sur des propositions d’ordres prescriptif et méthodologique (dont il fait d’ailleurs remarquer qu’elles émanent souvent de personnes qui ne traduisent pas elles-mêmes), enfin la traductologie : « La traductologie est la réflexion de la traduction sur elle-même à partir de sa nature d’expérience […] et non une théorie qui viendrait décrire, analyser et éventuellement régir celle-ci67. » C’est d’ailleurs en cela que Berman se démarque de la traductologie de Ladmiral qui ressortit à cette dernière « théorie » et propose des « théorèmes » (des outils, dirions-nous, ou des recettes, encore ancrés dans une conception de la traduction comme communication et passage entre des langues).

95Sans confondre la traductologie de Berman avec celle de Ladmiral, nous faisons nôtres les objections de Meschonnic :

  • 68  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 175.

C’est pourquoi une traductologie autonome, considérée comme elle-même et pour elle-même, est vouée à une technicité empirique, qui est un obstacle épistémologique à la théorie, au lieu que la traduction, terrain par excellence de l’interaction entre le culturel et la poétique, entre les pratiques et la théorie, est l’expérimentation réciproque de la théorie du langage et de la littérature68.

96C’est parce que le terme de « traductologie » laisse entendre une énième théorie extérieure venant se plaquer sur la traduction au lieu de s’y articuler et d’en sortir pour y revenir toujours, parce qu’il est repris, voire revendiqué, dans des acceptions contradictoires, parce que actuellement il est investi majoritairement par la linguistique appliquée, la pragmatique, la stylistique et autres disciplines qui ont pour objet les langues et non les textes-en-langues, que nous tenons aux néologismes « le traduire » et « le traduisant » qui, par leur difficulté même, nécessitent d’être définis chaque fois qu’ils sont utilisés. Nous considérons que le néologisme « le traduire », forgé par Meschonnic, n’en est plus un et qu’il désigne de façon adéquate la pratique de tous ceux qui se réclament d’une lecture-écriture, c’est-à-dire les traduisants.

  • 69  La notion de « sociotexte », mise en œuvre par la sociocritique, permet de lier à (...)

97Le traduire est évidemment l’héritier de la réflexion qui s’est fait jour de Benjamin à Meschonnic. À l’articulation entre expérience et réflexion, il ajoute la transmission. Aux apports incontestables et « incontournables » – du moins en apparence, car s’ils sont souvent convoqués et évoqués, ils n’en sont pas moins souvent détournés – de Meschonnic (prise en compte de l’altérité, de l’historicité, du rythme, de l’oralité), le traduire ajoute celui de valeur (littéraire) d’une œuvre ouverte, devant rendre compte de l’objet textuel, et qui est toujours à définir69. Là où il n’y a pas de sujet traduisant, réfléchissant sur sa pratique et transmettant sa réflexion, il n’y a pas de traduire. Là où, consciemment ou non (précisément parce qu’il n’y a pas de théorisation), on considère traduire des langues et non des livres inscrits dans une historicité, une subjectivité, une socialité et une matérialité, il n’y a pas de traduire.

98Mais gardons-nous d’y voir le résultat d’un mouvement linéaire et inéluctable. Beaucoup, ici ou ailleurs, ont posé des jalons qui, de du Bellay à Chateaubriand, nous semblent étonnamment modernes. Que penser de l’introduction du savant arabe Ibn Qutayba (ixe siècle) à son ouvrage encyclopédique ‘Uyûn al-akhbâr, dans lequel l’auteur s’inscrit en faux à la fois contre la censure grammaticale et contre les conventions consensuelles et moralisatrices, et qu’on peut verser au dossier de l’analytique et de l’éthique de la traduction :

  • 70  Texte introduit et traduit ici par Kadhim Jihad Hassan qui précise :
    « أأكل لحوم الناس (...)

Mon ouvrage que voici te conduira au chapitre de la plaisanterie et de l’humour, et te présentera des histoires racontées d’après les pionniers et ceux qui font autorité en la matière. Si tu rencontres, ô [lecteur] rigoriste, un propos que tu jugerais agréable ou beau, ou qui provoquerait ton étonnement et ton rire, tâche alors d’en connaître le fondement et ce que nous voudrions communiquer à travers lui.
Sache que, si ta dévotion te permet de te passer d’un tel propos, d’autres en ont besoin qui s’autorisent ce en quoi tu te montres inflexible.
Sache aussi que cet ouvrage n’est pas fait pour toi seul et n’est donc pas façonné selon tes préférences affichées.
Si, en l’écrivant, on avait tenu à ménager les rigoristes, il perdrait une bonne part de son éclat et de son charme, et s’éloigneraient de lui ceux qu’on aimerait voir venir vers lui en même temps que toi.
En vérité, cet ouvrage est comme un banquet où les saveurs des plats sont aussi différentes que les désirs et appétits des convives.
Si tu y rencontres un propos mentionnant une partie honteuse, un organe intime ou un vice, ta piété réelle ou feinte ne devra pas te pousser à grimacer ou à détourner le visage.
Ce ne sont pas les noms des organes corporels qui sont source de faute, mais le fait de s’en prendre à l’honneur des gens, de proférer des faux témoignages et des mensonges et de se repaître de la chair d’autrui (le calomnier)70 en son absence. Comprends donc ceci et cela et sache distinguer entre les deux choses.
Si je t’ai autorisé à prononcer des paroles licencieuses ou salaces, ce n’est pas pour que tu en fasses une coutume, une habitude ; j’en autorise plutôt l’usage dans une histoire que tu raconteras ou une matière que tu transmettras et que l’allusion et l’insinuation menaceraient de diminuer et d’affadir.
Je voulais aussi que, recourant à cela avec économie, tu fasses comme nos vénérables ancêtres, qui suivaient leur instinct et évitaient de contracter feinte et hypocrisie.
Ne va pas croire qu’ils étaient pécheurs et que tu es intègre ; qu’ils ont dérogé à leur foi et que toi, tu respectes la tienne.
De même pour les fautes de langue, si tu en rencontres ici dans certaines anecdotes, n’oublie pas que nous les avons introduites délibérément, et que nous voulons que tu fasses de même ; car la correction grammaticale peut priver une parole de beaucoup de son charme, et une anecdote d’une bonne part de sa saveur…
Ne vois-tu pas que, déclinés et vocalisés comme il faut, de tels vocables perdraient leur éclat et seraient jugés laids par l’auditeur ? Et que le mieux qui pourrait leur arriver est que la subtilité de leur signification compense leurs défauts de construction ?

Lieux de l’effacement : à la recherche du traducteur et de la traduction

  • 71  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit. (à plusieurs endroits, dont p (...)

99Nombre de traductions, parce qu’elles sont effectuées sans réflexion sur la traduction, parce qu’elles ne mettent pas en œuvre un traduire, sont ce que Meschonnic appelait des « effaçantes71 ». Elles effacent l’Autre, elles croient effacer le traducteur qui se conçoit dans la transparence. Et parce qu’elles effacent l’altérité, elles rendent la traduction inutile.

Logocentrisme et négation de l’Autre

  • 72  Mais le traducteur du passé, avant d’être jugé, a tout autant le droit qu’on se demand (...)

100Rien ne manifeste autant au grand jour la relation à l’Autre, à l’étranger, bref à l’altérité, que la traduction72. Et nous avons en France (pas seulement, d’ailleurs) une longue et lourde tradition d’oblitération de l’altérité ou de condescendance à son égard. Le point culminant en est, bien entendu, la pratique des belles infidèles qui sont adaptation, et non traduction, au nom du bon goût, de la décence, de la belle langue, caractéristiques, croit-on, du « génie » français. Or, depuis Berman, on sait que c’est le fondement même de la traduction ethnocentrique :

  • 73  Antoine Berman, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit., p. 34.

Fondée sur la primauté du sens, elle [la traduction] considère implicitement ou non sa langue comme un être intouchable et supérieur, que l’acte de traduire ne saurait troubler73.

  • 74  « Lorsque la version de Lucien de M. d’Ablancourt parut, bien des gens se plaignirent (...)

101C’est bien ce que proclame, au xviie siècle, un Perrot d’Ablancourt, qui serait involontairement à l’origine de l’expression « belles infidèles74 » : il n’hésite pas à juger de haut le style des auteurs qu’il traduit, et justifie ainsi les libertés qu’il prend par rapport au texte original : 

Je me contenterai de dire qu’il y a une si grande quantité de noms propres dans cette Histoire que j’ai été contraint d’en rejeter une partie dans les marges ou dans les remarques. […] Ceux qui s’y connaissent en éloquence verront bien la raison que j’ai eue d’en user de la sorte et d’abréger quelques endroits trop languissants, outre que cet auteur est sujet à des répétitions fréquentes et inutiles que ma langue ni mon style ne peuvent souffrir. (Préface à sa traduction des Guerres d’Alexandre d’Arrien, 1646.)

  • 75  Antoine de Rivarol, 1998, l’Universalité de la langue française, Paris : A (...)

102Au xviiie siècle, on se rappelle que, pour un Antoine de Rivarol, « ce qui n’est pas clair n’est pas français75 ». Et l’on est toujours dans cette condescendance vis-à-vis de l’Autre au xxe siècle, comme en témoigne la préface écrite par Marc Chapiro à sa traduction des Frères Karamazov, en 1956 :

Il est de notoriété publique que Dostoïevski écrivait mal. Sa phrase est le plus souvent longue et lourde, pleine de répétitions, coupée d’incidentes, et se trouve, de ce fait, complètement dépourvue d’harmonie. On a, en effet, l’impression de s’y embourber à mi-chemin. Il ne serait pas exagéré de dire qu’un collégien écrivant de la sorte n’obtiendrait pas son baccalauréat. […] La lourdeur du style de Dostoïevski pose au traducteur un problème quasi insoluble. Il aurait été impossible de reproduire ses phrases broussailleuses, malgré la richesse de leur contenu. […] Une autre difficulté de la traduction est inhérente au génie de la langue russe, qui, comme la plupart des langues jeunes, est éminemment suggestive. Beaucoup de choses sont contenues dans la phrase russe, sans être expressément formulées. Le français, au contraire, comme toute langue évoluée, est essentiellement explicite. Pour rendre les suggestions de la phrase russe, il faut souvent la compléter.

103C’est une double altérité qui est jugée ici : celle de l’écriture de Dostoïevski et celle du « génie » de la langue russe. Sans qu’on daigne d’ailleurs nous expliquer l’intérêt qu’il y aurait à traduire un écrivain « qui écrivait mal ».

Linguistique et « intraduisibilité »…

  • 76  Georges Mounin, 1963, les Problèmes théoriques de la traduction, Paris : G (...)

104Toujours au xxe siècle, le premier, en France, à écrire un ouvrage théorique sur la traduction est Mounin, linguiste et traducteur à qui il faut rendre ce caractère de pionnier, avec sa thèse publiée en 1963 sous le titre les Problèmes théoriques de la traduction76 (il était déjà l’auteur d’un ouvrage sur la traduction, les Belles Infidèles, essai sur la traduction, paru en 1955). Avant lui, Valery Larbaud avait publié en 1947 Sous l’invocation de saint Jérôme, œuvre d’un traducteur et critique littéraire aux perceptions et intuitions très fines, qui contenait des remarques et observations justes et intéressantes mais ne prétendait pas à une « rigueur scientifique ».

105L’avant-propos des Problèmes théoriques de la traduction, rédigé par Dominique Aury, écrivaine et traductrice, est révélateur, par son ton qualifié de « servile » par Berman (1995), de l’époque de sa parution, et il n’est pas sans évoquer certaines préfaces de traducteurs du xvie siècle (sinon du Moyen Âge), par la présence du topos de l’humilité, du labeur ingrat, etc. :

  • 77  Ibid., p. VII, VIII, XII.

Dans l’armée des écrivains, nous autres traducteurs, nous sommes la piétaille ; dans le personnel de l’édition, nous sommes la doublure interchangeable, le besogneux presque anonyme. […] L’opération par laquelle un texte écrit dans une langue se trouve susceptible d’être lu dans une autre langue est sans doute un acte vaguement indécent, puisque la politesse exige qu’on ne le remarque pas. Là-dessus tout le monde est d’accord, et aussi bien les critiques que les lecteurs. Quelques maniaques tentent parfois de signaler des merveilles (il y en a) et plus souvent de crier au massacre, mais ces maniaques sont toujours des traducteurs, et qui les écoute ? D’autres traducteurs… Nous vivons en circuit fermé. […] Où est l’obstacle ? Une chose est de le forcer, de le tourner, de l’effacer, enfin d’en venir à bout, à quoi chacun de nous tâche à l’aveugle de parvenir, une autre de le connaître. Personne, apparemment, en dehors de quelques rares traducteurs, ne s’était avisé de poser le problème. Pour la première fois chez nous un linguiste fait aux traducteurs l’honneur de prendre leur activité au sérieux. C’est Georges Mounin. […] Le livre de Georges Mounin est passionnant pour nous, ne serait-ce que parce qu’il nous délivre de l’inquiétude muette ou criante à laquelle notre travail nous voue : ce n’est pas nécessairement notre maladresse qui est en cause. Un métier qu’on fait d’instinct, comment en avoir une vue juste ? Nous ne savions rien sur les fondements de notre métier. Avec les Problèmes théoriques de la traduction, notre univers familier devient un nouveau monde77.

106Cet avant-propos éclaire indirectement le besoin qu’il y avait de faire advenir dans l’horizon épistémologique du xxe siècle une pensée de la traduction.

107L’ouvrage de Mounin se donnait pour objectif de déterminer la possibilité ou l’impossibilité de la traduction :

  • 78  Ibid., p. 278.

Au lieu de dire, comme les anciens praticiens de la traduction, que la traduction est toujours possible ou toujours impossible, toujours totale ou toujours incomplète, la linguistique contemporaine aboutit à définir la traduction comme une opération relative dans son succès, variable dans les niveaux de la communication qu’elle atteint78.

  • 79  Sans compter que l’on reste dans le lexique uniquement et pas dans la langue. Le (...)

108C’est la démarche même qui, parce qu’elle est linguistique et qu’elle envisage la traduction comme passage de langue à langue, aboutit à un paradoxe : d’une part, Mounin s’appuie sur les travaux des linguistes pour démontrer les différences profondes entre les langues et étayer ainsi la thèse de l’impossibilité théorique de la traduction (ses développements sur le vocabulaire de la neige chez les Inuits ou du pain chez les Français frappent toujours les esprits… mais il faut avouer que l’on trouvera rarement des traités sur la neige, le pain, les couleurs et autres listes lexicales dans des œuvres littéraires, même postmodernes79 !) ; de l’autre, pour tenter de comprendre pourquoi, cependant, on traduit depuis si longtemps, pourquoi, dans la pratique et dans les faits, la traduction est possible puisque avérée, il argumente à partir des universaux que recherchent les linguistes.

109Or que sont ces universaux sinon la recherche du Même derrière des structures en apparence différentes ? Et rechercher le Même, c’est effacer l’altérité. Rester dans le Même et effacer l’altérité, c’est rendre vaine la traduction. On ne traduit que dans l’altérité, on ne traduit pas le Même. D’un autre côté, si Mounin redorait le blason de traducteurs peu considérés, dans la mesure où postuler une impossibilité théorique de la traduction c’était mettre l’accent sur les difficultés de la pratique, la démarche linguistique qui était la sienne ne pouvait aboutir qu’à l’idée de perte qui nous semble peu pertinente : changement il y a, forcément, mais pourquoi faire du changement une perte, sinon parce qu’on sacralise le texte original ?

110Sans compter que les traductologues s’appuyant sur la linguistique répètent un défaut des linguistes : citer de sempiternels exemples (« It’s raining cats and dogs » ou « Ciel mon mari/Sky, my husband » pour ne citer qu’eux) que l’on rencontre assez rarement dans des textes littéraires… ni même, comme les linguistes l’ont signalé, dans la langue. Nous verrons d’ailleurs que, dans l’ordre de ce qui fait valeur, et non pas dans l’ordre linguistique, si le texte précis y autorise (et seulement lui), nous ne voyons pas pourquoi on ne pourrait traduire littéralement (adverbe obscène !) par : « Il pleut des chats et des chiens. » Et que l’on ne nous objecte pas que « ce n’est pas français » et que le lecteur ne comprendra pas…

111Et d’ailleurs, LE lecteur généralement invoqué, qui est-il ? Cet hyperlecteur (comme Berman parle d’hypertexte) fermé à l’Autre, incapable de curiosité, qui ne cherche que le Même, le « linguistiquement correct », le sujet-verbe-complément, les images, métaphores, expressions figées bien françaises ? Qui croit naïvement qu’il tombe réellement du ciel des chats et des chiens ? Comment expliquer, dans ce cas, le succès d’écrivains comme Chamoiseau, Glissant, dont le français porte la richesse d’un plurilinguisme, d’une altérité constitutifs…

Transparent tu seras

112Tout concourt à la transparence du traducteur, comme si le texte traduit avait été écrit dans la langue de réception, en premier lieu le discours des traducteurs eux-mêmes. Mais avant de passer en revue quelques perles (y compris les nôtres car il est bon de reconnaître ses « péchés » de jeunesse), il y a lieu de se demander pourquoi, encore maintenant, on exige du traducteur de n’être qu’un passeur, (nous aurons l’occasion, d’ailleurs, de développer ce mythe) donc quelqu’un de transparent, et surtout pas une subjectivité qui s’assume dans son traduire.

  • 80  Les éditions Buchet‑Chastel font partie du groupe Libella présidé par Vera Michalski‑H (...)

113Il est même si transparent que, lorsque la fondation Jan Michalski pour l’Écriture et la Littérature a attribué en 2013 le prix Jan Michalski (et pas des moindres : 50 000 francs suisses) à l’écrivain iranien Mahmoud Dowlatabadi pour son superbe roman le Colonel, publié dans sa traduction française aux éditions Buchet‑Chastel80, son traducteur, Christophe Balaÿ, n’en a pas été informé et n’a pas été invité à la remise du prix…

Champs et acteurs de la traduction sont unanimes : les hommes de l’ombre

114Du côté des traducteurs, on n’a que l’embarras du choix, plus qu’un florilège, c’est un puits sans fond que le répertoire des litanies des traducteurs se vantant ou se plaignant de travailler dans l’ombre, selon l’image la plus récurrente, dans la bonne vieille tradition d’humilité :

Un traducteur n’est qu’un écrivain en second, en italique, entre parenthèses. Il n’existe que dans les notes de bas de page, sous la forme d’abréviations (N.d.T.), en italique dans la voix de l’autre, entre parenthèses pour la voix de l’autre. J’ai souvent répété à mes étudiants que, pour devenir un bon traducteur, il faut mettre son ego en veilleuse.

115C’est ce que confie Claude Demanuelli, prix Baudelaire de la traduction 2010, dans un entretien intitulé « Un traducteur est un écrivain de l’ombre81 ».

116Quant à Brice Matthieussent, lors de la journée sur la traduction organisée à l’occasion du salon du livre de 2011, il énumère les qualités que doit posséder, selon lui, le traducteur, « travailleur de l’ombre » : effacement, rigueur et fidélité. Olivier Cohen manifeste son désaccord sur l’exigence d’effacement. Rappelant avec un plaisir évident la légende de saint Jérôme (patron des traducteurs) et de son lion, il caractérise le traducteur comme un « grand fauve », « auteur à part entière de son texte ».

  • 82  Brice Matthieussent, 2009, Vengeance du traducteur, Paris : P.O.L.

117C’est d’ailleurs cet effacement, cette ombre, cette transparence du traducteur qui constituent la trame narrative d’un roman justement de Matthieussent : Vengeance du traducteur82. Tout y est, cette fois, sur le mode ironique, semble-t-il : les mythes liés à la traduction et au traducteur (passeur, humble serviteur, transparent, etc.). Tout en livrant un véritable roman, une double mise en abyme (le narrateur est le traducteur de l’anglais en français d’un roman, Vengeance du traducteur, dans lequel le héros est un traducteur qui traduit en anglais un roman, [N.d.T.], écrit en français), il finit par occuper tout l’espace de la page, franchissant de plus en plus la ligne de la note de bas de page. Jubilatoire, drôle, mais offrant aussi matière à réflexion… par exemple par ce P.S. d’une lettre écrite par un auteur à son traducteur :

Surtout, n’ajoutez aucune note à mon texte. Dans votre travail de traducteur, la plus grande rigueur s’impose : demeurez invisible, muet, irréprochable. Pas le moindre « en anglais dans le texte original », « jeu de mots intraduisible » (suivi de pesantes explications), « citation de Flaubert/Proust/Stendhal, etc. ». Non, tous ces ajouts sont le fait des seuls cuistres.

  • 83  Sylvie Durastanti, 2002, Éloge de la trahison, notes du traducteur, Paris  (...)

118Il y a même des traducteurs qui consacrent des ouvrages entiers à cette transparence qui semble faire l’objet, le plus souvent, d’un étrange rapport de revendication/rejet… toujours cette peur de se mettre en avant, toujours cette modestie inculquée depuis des siècles, dont ils voudraient bien s’affranchir, mais sans oser sauter le pas ! Ainsi d’Éloge de la trahison, notes du traducteur, de Sylvie Durastanti83qui envisage la tâche du traducteur comme « transparence absolue » :

  • 84  Ibid., p. 18.

Pardonnerait-on au traducteur une fierté de technicien s’il se flatte aussi de savoir écrire ? La lui pardonnerait-on plus aisément si cette fierté est tempérée de modestie ? Il peut se flatter de savoir écrire… Tant qu’il ne transcrit que les textes des autres, c’est que lui n’a rien à dire. Le voilà donc remis à sa place, étroite et inconfortable, mais surtout invisible. Il doit se résoudre à œuvrer dans la clandestinité, il se fait donc discrète doublure, vouée à d’éternelles coulisses, tapie dans l’ombre de l’auteur84.

119Et de renchérir sur un florilège de lieux communs allant généralement de pair avec l’effacement du traducteur :

  • 85  Ibid., p. 21.

Oui, comme on fait son lit, on se couche. Oui, comme on fait sa phrase, on s’écrit. C’est pourquoi il faut se garder des traductions serviles, trop dévotieusement attachées à la lettre. C’est pourquoi il faut serrer son style, en retrancher toutes les superfluités, en gommer les flagrantes maladresses, en travailler la souplesse, en affiner la fluidité. Bref, en contrôler le débit, le flux, le cours, l’ondoiement. Évidemment, pas question d’échapper aux contraintes de toute langue, à la quadrature propre du français, cloué entre les vingt-six piquets de son alphabet, étranglé par les rigueurs de sa grammaire, dont les ressources n’éclatent qu’à la lumière offerte par les dictionnaires85.

  • 86  Même si le ton peut suggérer le second degré, il n’y a pas d’alternative à (...)

120Suit une longue suite de métaphores sur les mauvaises traductions : infâmes ragougnasses, lamentables soupes, ingrédients mal choisis surnageant tristement dans une écume grise, vagues badigeons de style ; sur l’inutilité de la théorie et de la transmission, car traduire, c’est bien connu, s’apprend tout seul, c’est une vocation… Et, pour finir, cette magistrale conclusion : « Pour en revenir à la tâche première du traducteur, il n’y a pas lieu de l’auréoler de mystère, car elle est limpide : c’est la transparence absolue86. »

Discours relayé par le champ de la « critique »

Cet orfèvre de la traduction a fait connaître, au-delà des frontières de l’Albanie, Ismaïl Kadaré. Aristocrate volubile, persécuté par le régime communiste, Vrioni se réfugiait la nuit dans l’œuvre de l’écrivain. Double discret et heureux d’être méconnu.

121C’est ainsi que l’on présente Yusuf Vrioni dans Libération87 : à la fois « orfèvre » (cela veut dire quoi, au juste ?) de la traduction et « double discret », doublement (sans vouloir faire de jeu de mots facile) justifié par l’essence même de ce qu’est supposé être un traducteur, et par la discrétion imposée par la dictature communiste. Tout va donc pour le mieux.

122« Artisan de l’ombre précieux, il arrive au traducteur de se passionner pour une œuvre au point de constituer avec l’auteur un tandem très complice », constate Marianne Payot dans l’Express, avant d’ajouter : « Travail, abnégation, et bien sûr, maîtrise du français, bonne culture générale… les qualités requises sont innombrables pour une moyenne de… 22 euros le feuillet de 1 500 signes. D’où les médiocres traductions qui font florès88. »

123On appréciera au passage ce « il arrive au traducteur de se passionner » : maladresse, naïveté, ignorance, étonnement ou léger mépris ? Peut-être un peu de tout cela. Et, toujours, la traduction comme œuvre d’artisan (on peut d’ailleurs dire qu’« artisan précieux » et « orfèvre » se font involontairement écho) et non de créateur.

124La pêche, sur le Net, est abondante : « Les traducteurs littéraires, ces écrivains de l’ombre », « Dans l’ombre des auteurs, les traducteurs remis à l’honneur, belle récompense pour un travail de l’ombre » (RE-mis à l’honneur ? Quand y ont-ils été mis ?), « Interprètes de l’ombre », « Les traducteurs doivent sortir de l’ombre », etc. Ou alors, pour qu’ils sortent de l’ombre, ils doivent s’attaquer aux « vaches sacrées » en les retraduisant à rebours des traductions précédentes, les cas, développés plus loin, des retraductions de Dostoïevski par Markowicz, ou de Dashiel Hammett par Natalie Beunat et Pierre Bondil, étant emblématiques.

125Même le champ universitaire s’en fait l’écho : conférences « Traduction, écriture de l’ombre », « Les traces du traducteur », etc. C’est d’ailleurs un universitaire, Mounin, qui, empruntant cette image à Gogol, a recours (semble-t-il le premier) à la métaphore des verres transparents pour qualifier la traduction qui s’efface et veut donner l’illusion que le texte traduit a été écrit dans la langue d’accueil sans traduction :

  • 89  Georges Mounin, 1994, les Belles Infidèles, Presses universitaires de Lill (...)

Nous examinerons d’abord la première classe de ces traductions, celles qui traduisent l’œuvre sans lui garder la coloration de sa langue, ni de son époque, ni de sa civilisation originelle ; celles qui répondent en somme à l’idéal du traducteur ainsi défini par Gogol : « Devenir un verre si transparent qu’on croie qu’il n’y a pas de verre ». […].
Les contraires de ces verres si parfaitement transparents dont nous venons d’analyser la fabrication, ce sont des verres aussi translucides mais colorés : des traductions telles que, quoique impeccablement françaises, nous ne puissions jamais oublier un seul instant la couleur de leur langue originelle, de leur siècle originel, de leur civilisation originelle89.

Transparence, mais quelle transparence ?

  • 90  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 27.

126Concluons sur ce paradoxe (souligné avant nous par Meschonnic) concernant la prétendue transparence du traducteur : plus celui-ci tentera de s’effacer pour laisser libre cours à un français réputé correct mais finalement insipide au point de friser maintes fois le cliché, et moins il sera transparent. Quelle que soit l’oralité du texte traduit, quelles que soient les différences entre les textes traduits, elles disparaîtront derrière une sorte de vague « style » uniforme qui sera celui du traducteur. Voulant s’effacer derrière l’auteur, il ne laissera finalement entendre qu’une voix dépourvue d’oralité, une voix sans sujet, donc toujours la même : « Plus le traducteur s’inscrit comme sujet dans la traduction, rappelle Henri Meschonnic90, plus, paradoxalement, traduire peut continuer le texte. C’est-à-dire, dans un autre temps et une autre langue, en faire un texte. Poétique pour poétique. »

127C’est là que se trouvent le traduire et le traduisant. Lorsqu’il y a une écriture pour une écriture. Deux écritures qui se cherchent, qui se trouvent, qui se dé-trouvent et se retrouvent, d’où la belle métaphore d’Édouard Glissant sur la traduction comme art de la fugue :

  • 91  Édouard Glissant, 1996, Introduction à une poétique du divers, Paris : Gallimard, p. 4 (...)

Art de la fugue d’une langue à l’autre, sans que la première s’efface et sans que la seconde renonce à se présenter. Mais aussi art de la fugue parce que chaque traduction aujourd’hui accompagne le réseau de toutes les traductions possibles de toute langue en toute langue. S’il est vrai qu’avec toute langue qui disparaît, disparaît une part de l’imaginaire humain, avec toute langue qui est traduite s’enrichit cet imaginaire de manière errante et fixe à la fois. La traduction est fugue, c’est-à-dire si bellement renoncement. Ce qu’il faut peut-être le plus deviner dans l’acte de traduire, c’est la beauté de ces renoncements91.

128Qu’en est-il, dans ces conditions, des notes du traducteur, qui, comme le montre leur nom, sont la seule trace de paratexte qui soit accordée au traducteur ?

Du côté des (N.-d.-T)...

129Dominique Aury notait dans sa préface aux Problèmes théoriques de la traduction de Mounin (1963) :

Même lorsque les disparates sont moins éclatants, l’ensemble de l’expérience pour un peuple ou pour un pays donné, que les ethnologues appellent culture, ne recouvre jamais entièrement un autre ensemble, fût-ce dans l’ordre seulement matériel : on ne traduit pas dollar, on ne traduit pas rouble, parce que la chose en France et en français n’existe pas ; […] alors que faire ? Mettre une note en bas de page, avec description, recette de fabrication et mode d’emploi ? La note en bas de page est la honte du traducteur…

130Yves Hersant, universitaire et traducteur, auteur d’une communication intitulée « N.d.T. », produite lors d’un colloque à Sofia, en 1993, sur « violence et traduction » va encore plus loin dans son horreur de la note :

  • 92  Yves Hersant, 1995, « N.d.T. », in Violence et traduction, actes du colloq (...)

Longtemps j’ai détesté ces trois lettres ; [petit clin d’œil proustien facile ?] et parmi nos contemporains, bien peu les lisent sans agacement. Car l’intrusion qu’elles annoncent n’est pas moins brutale qu’hypocrite. […] Sournois, le traducteur qui les inscrit feint de conserver l’anonymat ; mais n’est-ce pas pour dire « je », pour faire entendre sa propre voix qu’il emploie cette ruse grossière92 ?

131On pourrait percevoir dans ces lignes un brin d’autodérision sympathique si, un peu plus loin, dans une note, l’auteur ne se vantait de n’en « confesser que deux, moins explicatives que défensives », se désolidarisant un peu plus de ceux qu’il fustige. Il développe ensuite le type de notes incriminées : techniques, commentaires de mots polysémiques, et surtout l’« exaspérante » et la plus fréquente : « jeu de mots intraduisible en français ».

132L’hypothèse d’Hersant est que le traducteur, désireux d’oublier – et donc de transgresser – sa condition ancillaire, en mal d’auctoritas, se fait critique et auteur par la note, bref, elle flatterait son ego.

133Jacqueline Henry, universitaire et traductrice, consacre elle aussi un article à la note du traducteur (2000) qui va dans le même sens :

  • 93  Jacqueline Henry, 2000, « De l’érudition à l’échec : la note du traducteur », Meta, XL (...)

Et pour finir, il faudra bien risquer une réponse à la question implicite dans le titre de cet article : la note du traducteur est-elle admissible ou à bannir, s’agit-il d’un ajout érudit justifiable, ou d’un aveu d’échec qui jette l’opprobre sur le traducteur93 ?

134Elle passe elle aussi en revue les différentes fonctions des notes examinées et suggère d’autres solutions : laisser des termes tels quels dans le texte, transposer directement, maintenir le terme avec transposition entre parenthèses ou virgules, ce qui, selon elle, aurait l’avantage de ne pas briser la linéarité du texte, trouver des équivalences (par exemple, à une citation cachée de Shakespeare, y substituer une de Racine), insérer ailleurs dans le texte un élément explicatif. Elle ajoute :

  • 94  Ibid.

Or c’est à lui qu’incombe de rendre possible la rencontre de l’Autre, et donc de choisir tantôt d’expliciter, par différents moyens, dont la note du traducteur, tantôt de laisser au texte proposé à son lecteur une part d’ombre et d’étrange, tantôt de gommer l’altérité en « naturalisant » ou « acclimatant » l’œuvre94.

135Et ce, au nom de deux arguments : d’une part le contrat moral passé entre le traducteur et l’auteur (si l’auteur n’a pas cru bon d’ajouter quelque chose, le traducteur ne devrait pas le faire), d’autre part, encore et toujours, l’invisibilité, l’effacement du traducteur.

136Enfin, en 2007, dans un article intitulé « De la note du traducteur comme commentaire : entre texte, paratexte et prétexte », dans le numéro de la revue Palimpsestes « De la traduction comme commentaire au commentaire de traduction », Pascale Sardin, universitaire et traductrice, à son tour dit de la note :

  • 95  Pascale Sardin, 2007, « De la note du traducteur comme commentaire : entre texte, (...)

En rompant l’unité du texte et en le décentrant, elle lui fait violence et manifeste une crise de la traduction à être homologique, identique à soi, self-contained. […] Lieu de surgissement de la voix propre du traducteur, elle trahit, au plus près du texte, la nature dialogique du traduire et le conflit d’autorité qui s’y trame. La note est scandaleuse car elle révèle au grand jour que « la disparition illocutoire du traducteur » (Ladmiral 1994:230) n’est qu’un leurre, que le traducteur ne s’efface jamais derrière l’auteur, mais qu’il imprime au contraire le texte de sa subjectivité et des présupposés du contexte socioculturel dans lequel il évolue95.

137Ces articles appellent des commentaires.

138Violence, écrit Hersant, quelle violence ? Après tout, nul n’est obligé de lire les notes du traducteur, suffisamment bien détachées du texte, et l’incursion est bien plus discrète qu’il ne le déclare. En ce sens, la suggestion d’Henry, de placer des explications en incise, dans le texte, pour ne pas briser la linéarité, est un peu étonnante : elle invite le traducteur à mêler directement sa voix à celle de l’auteur. Quant au contrat passé avec l’auteur, certes il existe bel et bien, mais pas en ces termes : ce qui est supposé comme étant connu du lecteur 1 peut être amené à être explicité pour le lecteur 2 qui ne partage pas forcément (ou forcément pas !) sa culture (japonaise, yoruba, coréenne, etc.).

139Quant au caractère dialogique de la traduction, il doit être revendiqué, justement ! Et ce serait méconnaître le texte littéraire que de ne pas voir que tout texte est dialogique dans son essence, polyphonique (voir Mikhaïl Bakhtine). Enfin, avec Meschonnic, revendiquons aussi que le traducteur soit l’auteur de sa traduction et qu’il s’affirme comme tel au lieu de se placer encore et toujours dans une position d’après, d’inférieur, de subalterne, de serviteur d’un grand créateur et d’un grand texte.

  • 96  « Le cotexte, c’est ce qui travaille en même temps, ce qui est écrit en mê (...)

140Il ne s’agit pas d’opposer une obligation de la note à une interdiction de la note. Nous revendiquons simplement un droit à la note, laquelle sera justifiée in fine par le texte et par lui seul. Car tous ces opposants à la note du traducteur ne nous parlent jamais du texte concerné, mais de la note en elle-même, apparemment monstrueuse dans tous les cas. Pour nous, auteurs de la traduction, il s’agit simplement mais complètement de dire au lecteur français ce que X. a dit au lecteur croate. La note complète en français ce qui est évident en croate : dans un texte littéraire croate, on l’aura compris. En d’autres termes, la note peut éclairer un cotexte obscur96.

  • 97  Constatons  la grande diversité des pratiques. Ainsi, la traduction du Paumé, de (...)

141En ce qui concerne le type de notes rencontrées97, il s’agit principalement de notes érudites (références historiques, bibliques, géographiques ou littéraires éclairant le texte), explicatives (jeu sur des noms propres et autres jeux de mots), linguistiques (mots laissés tels quels, dans la langue de l’original ou une langue tierce, expliqués en note de bas de page ; particularités de prononciation, explication d’abréviations et de sigles), ethnographiques-civilisationnelles (références politiques, culinaires, rites, coutumes, realia inconnus dans la langue d’accueil), conventionnelles (« en français/anglais/etc. dans le texte »). La grande majorité d’entre elles sont utiles, dans la mesure où elles rapprochent le lecteur de la traduction du lecteur du texte original.

142Quant à la fameuse note « jeu de mots intraduisible », réputée la plus fréquente par Hersant, on ne la rencontre pas si fréquemment, les traducteurs essayant généralement (et ce n’est pas aussi difficile qu’on le croit habituellement) de jouer eux aussi avec les mots. De ce point de vue, on peut saluer l’ingéniosité de Luba Jurgenson, qui a traduit du russe le truculent roman Pénélope prend son bain, de l’écrivaine arménienne Gohar Marcossian (une vraie gageure : un monologue de 340 pages, dont on oublie totalement que c’est un monologue, regorgeant de jeux de mots filés) : que de jeux de mots très drôles en français, et souvent des plus difficiles, car jouant sur des noms propres, ce qui est une contrainte supplémentaire ! Par exemple dans ce passage :

  • 98  Gohar Marcossian, 2002, Pénélope prend son bain, Paris, Belfond, traduit d (...)

Non, cela ne valait certainement pas le coup, la librairie devait offrir un spectacle lamentable !… L’âme en table ? Qui avait inventé ce mot ? Sans doute des sceptiques comme Pénélope, qui ne surestimaient point le paradis, car c’était précisément dans ce lieu lamentable que l’âme se mettait en table. Cela aurait pu être un nom de taverne ou de bar. « À l’âme en table ». […] De la bière avant qu’on ne nous mette en bière », disait son cousin à une époque où il était encore là. Plus tard il partit aux antipodes. Les antipodes n’étaient pas des apodes ni des antilopes, c’étaient ceux qui, au lieu de se produire sur le podium le faisaient sous le podium98

143Les 26 notes ont pour objectif d’expliquer des références littéraires ou politiques, historiques, ou quelques expressions laissées telles quelles dans le texte.

  • 99  Virginia Woolf, 1993, Mrs Dalloway, Paris : Le livre de poche, traduit de l’anglais pa (...)

144Sans doute peut-on considérer un grand nombre de notes érudites comme inutiles (explicitation de noms de rues, de quartiers, de villes, etc.). Il en est, de plus en plus rares, des agaçantes, lorsque le traducteur procède à des explications de texte qui n’ont rien à voir avec la traduction : par exemple, dans la traduction française de Mrs Dalloway (97 notes pour 200 pages) et des Notes de l’hiver 1039. Dans la première, on trouve : « Virginia Woolf évoque souvent l’état de l’Angleterre par rapport à la civilisation moderne, soit avant son apparition, soit après sa disparition99 » (p. 40, note 2) ; « Nous passons sans transition du monologue intérieur de Rezia à celui de Septimus » (même page, note 3) ; « Virginia Woolf introduit ici une simultanéité de perspectives, montrant tour à tour les observations de Rezia et de Septimus l’un vis-à-vis de l’autre, puis le regard porté par Maisie sur les Warren Smith, et enfin les réflexions auxquelles se livre une autre passante, Mrs Dempster, en regardant Maisie Johnson » (p. 43) ; « Peter triche un peu sur son âge. On apprend plus loin qu’il a six mois de plus que Clarissa. Puis, page 93, nous apprenons qu’il a cinquante-trois ans (P.M.) » (p. 60). Au passage, un fait surprenant mérite d’être mentionné : certaines de ces notes sont suivies des initiales de la traductrice, P.M., les autres non : de qui sont-elles le fait ? Ce n’est indiqué nulle part dans le livre, or par leur ton et leur contenu, elles rappellent les autres. On pourrait multiplier, dans ce roman, les citations de ce genre de notes parfaitement inutiles, car le lecteur se sera aperçu de tout cela… à moins qu’on ne postule, encore et toujours, un « hyperlecteur » stupide à qui il faut tout expliquer et qu’il faut guider pas à pas dans sa lecture.

145Le traducteur, ou plutôt le traduisant, existe bel et bien, il est présent, il a fait sien le texte avec toute la culture explicite et implicite qu’il contient, et c’est de tout cela qu’il veut faire don à son lecteur : de la jouissance qu’il a eue à traduire une voix. Il n’a pas besoin de se cacher, de se réfugier derrière une (fausse) modestie. Par cet acte même, il a le droit – sinon le devoir – de dialoguer avec son lecteur, comme on accorde le droit à l’écrivain d’entrer en dialogue avec le sien (par les introductions, les épigraphes, fictives ou citations, les notes : qui s’insurge contre les notes de l’auteur ?). Que de choses, d’ailleurs, ne permet-on pas à l’écrivain et que l’on interdit au traducteur ! N’en déplaise à l’auteur de « N.d.T. », le traducteur est un auteur, l’auteur de sa traduction, qui s’adresse à son lecteur, lequel a l’entière liberté de lire ou de passer les notes de bas de page destinées à conserver une part d’étrangeté du texte tout en le rendant accessible. C’est ce qu’exprime aussi Jean-Louis Cordonnier dans son article « Aspects culturels de la traduction : quelques notions clés » :

  • 100  Jean-Louis Cordonnier, « Aspects culturels de la traduction : quelques notions clés », (...)

Le langage est culture et inversement, la culture est langage. […] Le degré de méconnaissance de la culture étrangère est directement proportionnel au degré de résistance de la traduction. Plus cette méconnaissance est grande et plus cette résistance l’est aussi. […] En fait, les résistances à la traduction révèlent l’état des interactions culturelles. Plus les interactions s’intensifient, plus les résistances reculeront. Cela suggère la nécessité de l’explication, parallèlement à la traduction, de la culture100.

146Il ajoute :

  • 101  Ibid.

Ainsi, si l’on n’en fait pas un usage immodéré, la note en bas de page (ou ailleurs) n’est pas considérée par nous comme la défaite du traducteur. Elle se situe dans la complémentation. Elle montre le non-dit et l’inconnu de l’Autre. […] Dans le traduire, son rôle est d’informer sur la culture de l’Étranger. Elle doit se limiter à cela, et si elle va au-delà, elle dépasse la traduction et devient commentaire. La note n’est donc pas, comme on l’entend parfois, « la honte du traducteur »101.

Notes

1  Désormais un pléonasme.

2  Nous ne rejetons pas les réflexions de Walter Benjamin sur l’aura, nous les historicisons. La perte de l’aura n’ouvre pas sur l’époque de la création-produit, mais sur une réalité hybride où la pratique nouvelle se pare des justifications de l’ancienne, comme les aristocrates après la victoire bourgeoise, sous la plume de Balzac.

3  Un problème majeur, mais qui ne peut être résolu de façon générale : chaque littérature ou phénomène de nature littéraire n’est pas nécessairement le produit d’un champ (autonome). La situation sociale d’un lettré chinois (chaque mot mériterait précision) n’est en rien celle d’un écrivain français, et encore lequel : un pensionné du xviie siècle ou un intellectuel du xxe ?

4  Même si, nous le verrons plus loin, la confrontation traduction/traduire peut être ressentie comme un indice de mise en place d’un champ.

5  Voir Pierre Bourdieu, 1979, la Distinction. Critique sociale du jugement, Paris : Éditions de Minuit.

6  Disons alors qu’elles ont une ambition institutionnelle. C’est sur elles que s’appuient les épreuves de l’agrégation, jouant sur les deux tableaux : nous sommes ouverts aux littératures du monde, et l’original est toujours là pour remettre la traduction à sa place. On ira voir avec profit la traduction du Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen, qui, comme on le sait, se déroule sur fond de guerre de Trente Ans, donc de religions, et mélange allègrement en maints endroits prêtre et pasteur… (Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen, les Aventures de Simplicius Simplicissimus, 1963, Paris : Aubier Montaigne, traduit par Maurice Colleville).

7  Antoine Berman, 1991, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, Paris : Le Seuil, p. 119.

8  En nombre très limité.

9  Prétention excessive, que tous les latinistes en herbe ont pu dénoncer chaque fois qu’ils sont allés chercher une « traduction » pour éviter de faire leur version latine hebdomadaire.

10  Nous n’utilisons pas l’expression comme elle l’a été pour désigner l’écriture de Camus.

11  De ce point de vue, la prééminence économique de l’anglais est un argument à double tranchant : d’un côté une force échappant aux conservatismes bien ancrés du champ littéraire français, de l’autre les niveleurs de la valeur d’échange.

12  Ce qui est un constat et non un critère de qualité, comme on l’aura compris.

13  De tous les « enseignants de traduction » et non particulièrement ceux de l’anglais ou de l’allemand, comme on l’aura compris.

14  On traitera à part le texte de théâtre, d’une part parce que la notion de « répertoire » est particulière, d’autre part parce qu’il dépend d’un autre champ.

15  Les victimes les moins évoquées. Les victimes programmées étant les enseignants qui ne respectent pas les règles qui sont celles de l’endroit du champ où se trouve leur université. Dans ce cas précis, on peut parler d’institution, c’est-à-dire de portion du champ qui n’a plus de fonction, qui n’a plus de raison d’être, si ce n’est être.

16  Master de traduction littéraire créé au sein de l’Institut national des langues et civilisations orientales.

17  Pourquoi seulement de grande diffusion ? C’est une acceptation passive des leçons du champ. Qui dit grande diffusion dit enjeu économique et donc élimination des problématiques de traduction et du traducteur. Pour celui-ci, comme pour les autres bannis (poètes, typographes), il reste le terrain de jeu des revues de poésie.

18  Ateliers thématiques – Traduire les littératures de grande diffusion, Karine Reignier – traductrice. http://www.univ-paris-diderot.fr/EtudesAnglophones/pg.php?bc=CHVFENG&page=M2ProTradLit [consulté le 5 mai 2014].

Si nous comprenons bien la démarche de ces formateurs, ce qu’on appelle apprendre la traduction, c’est en réalité apprendre la détraduction (contrainte, prise en main, réécriture).

19  www.univ-angers.fr/_resources/…/TradM1_14-15-Prog%2520MCC.pdf

[consulté le 5 mai 2014].

20  Les traductions de Courrier international sont le modèle de cette uniformisation.

21  Dans Charlie Hebdo. Les traducteurs mangent-ils ? avons-nous demandé. Les critiques mangent-ils ? S’agit-il d’êtres humains dotés de sentiments ? Manifestement, malgré leur évidente « objectivité ». Le traducteur-engeance ainsi visé avait osé signaler l’évolution rapide d’un auteur sud-coréen, Yi Munyôl, vers la droite fascisante. Quelques années plus tôt, Polac en avait fait un éloge convaincu, à la suite d’une lecture manifestement superficielle. La faute au traducteur (P. M.) !

22  Pierre Assouline, 2011, la Condition du traducteur, Paris : CNL.

23  Nous considérons comme tout à fait pertinent d’envisager ce genre de formation actuellement inexistante.

24  Lors de l’émission « L’humeur vagabonde », animée par Kathleen Evin. Cité par Pierre Assouline, la Condition du traducteur, op. cit., p. 113‑114.

25  Ibid., p. 114.

26  Ibid., p. 114.

27  Ibid., p. 118.

28  Quels traducteurs ont fait preuve d’arrogance ou de triomphalisme ? Des noms ! Pourquoi toujours ce soupçon ou cette crainte ?

29  Mais pourquoi faut-il donc aller chercher à l’extérieur un « rapporteur » ? Les traducteurs sont-ils incapables eux-mêmes de faire le bilan de leur situation ? Ni écrivains, ni rapporteurs ? Doivent-ils être toujours « représentés », comme les Indiens dont parle Marx. Et puisqu’ils persistent à se faire entendre, doit-on les enfermer dans le seul syndicat acceptable par l’institution, celui des cochons et charcutiers réunis ?

30 www.biblit.it/cavalieri_erranti_francese.htm [consulté le 12 juillet 2014]. Consultable également en pdf : Pierre Assouline, « La condition du traducteur », p. 121. www.ladocumentationfrancaise.fr.

31  Libération du 14 janvier 2014.

32  Un hebdomadaire n’est sans doute pas le lieu de souligner le fait qu’une fois qu’un texte a été traduit (continué), il ne peut être qu’à nouveau continué. C’est une tentation permanente des études sociales que de chercher le « vrai Jésus » ou de se demander « ce que Marx a vraiment dit », mais c’est là tout autant une démarche intellectuellement valable et sans cesse réactivée qu’un objectif inaccessible et illusoire. C’est nier l’histoire.

33  Janvier 2014. Il faut signaler qu’il s’agit de neuf pages, signées Carla Bardelli.

34  Vanity Fair no 7, janvier 2014, p. 102.

35  Dernier point, l’article de Vanity Fair propose de façon assez exceptionnelle pour un périodique trois exemples d’écarts de traduction.

36  Critique de Munyôl Yi, 1990, Notre Héros défiguré, Arles : Actes Sud, traduction de Ch’oe Yun et Patrick Maurus, parue dans l’Événement du jeudi, 1er novembre 1990. Le texte est qualifié plus loin de « grande subtilité », laquelle, si on comprend bien notre critique, proviendrait d’autre chose que de la langue du traducteur. Le critique est mort trop tôt pour nous apprendre ce qu’il y a d’autre, dans une traduction, que la langue du traducteur… Sans compter que le « grand roman, malgré la traduction » est un truisme parmi les plus navrants que continue à véhiculer la critique.

37  Cette pratique est très répandue (majoritaire ?), elle est même enseignée ! La primauté du sens (réduit au compréhensible à la portée du confort du lecteur) règne. Nous nous souvenons, parmi 1 000 exemples, d’une séance de séminaire pendant laquelle on se penchait sur une phrase « intraduisible » de De la mère et de la patrie, de Bożena Keff (2008) : « Widzew żydy!!! Legia żydzi!!! I Polo-nia żydki!!! » Il s’agit de hurlements antisémites de supporters de football qui s’en prennent à des clubs : « Widzew youpins !!! Legia youpins !!! Polonia youpins !!! » Un traducteur chevronné proposait de traduire la litanie des noms de clubs de football polonais par… PSG et OM !

38  Guillaume Tion, « Une épopée en linhuanhua », Libération, 4 janvier 2014. Tout ce passage est rédigé par Eva Fischer, master LITTOR, parcours chinois.

39  Patrick Ourednik, 2012, Classé sans suite, Paris : Allia, traduit du tchèque par Marianne Canavaggio.

40  Disponible sur : http://www.lexpress.fr/culture/livre/le-boom-de-la-traduction_810708.html#1TsvLobBYbr2MpFr.99 [consulté le 10 mai 2014].

41 http://lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=15&nid=3319 [consulté le 17 mars 2014]. Recherche effectuée par Nourdine Boucetta, étudiant en master LITTOR.

42 http://lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=14&nid=4335 [consulté le 17 mars 2014]. Recherche effectuée par Nourdine Boucetta, étudiant en master LITTOR.

43 http://lorientlitteraire.com/article_details.php?cid=15&nid=3425 [consulté le 17 mars 2014]. Recherche effectuée par Nourdine Boucetta, étudiant en master LITTOR. Nous ne commenterons pas les « rondeurs sororales » d’une langue…

44  Antoine Berman, 1995, Pour une critique des traductions : John Donne, Paris : Gallimard, p. 41.

45  Nouvelle édition de Jean Rhys, 2014, Bonjour minuit, Paris : Denoël, traduit de l’anglais par Jacqueline Bernard, préface de Fanny Ardant.

46  Préface de Yi In-hwa, 2000, l’Éternel Empire, Paris : Maisonneuve et Larose, traduit du coréen par Tcho Hye-Young.

47  Faut-il alors s’étonner qu’en France, comme en Corée, on puisse confier un cours de traduction à des non-pratiquants ?

48  Aussi parce que le lieu d’expression de ces âneries n’est guère visible.

49  Nous ne voulons pas étudier la place du traducteur dans un non-champ, mais sa non-place dans un champ, sa situation xénique dans le champ d’un autre. Le traducteur épouvantail.

50  Ni à strictement parler celle d’une Ainsi nommée- ittérature constituée.

51  La formule n’est pas excellente, car il n’y a aucune raison qu’une littérature donnée connaisse le « roman ».

52  « Le critique nous parle de l’oralité de Cervantès. Or, qui peut savoir, à part Dieu, ce qu’est l’oralité de Cervantès ? C’est idiot d’écrire une chose pareille ! » disait un participant aux Assises de la traduction, à Arles, s’attirant le soutien amusé de Pierre Assouline, pourtant par ailleurs souvent convoqué pour parler au nom des traducteurs…

53  Claude Esteban, « Traduire », Argile, no 22, printemps 1980, p. 72.

54  Nous avons souvent pu constater à quel point l’Université (qui aime se réfugier dans la posture du désintéressement et de la transmission non lucrative des savoirs) méconnaît l’édition et son fonctionnement. Ce qui ne facilite pas la tâche des universitaires traducteurs.

55  Règle fréquemment assénée de l’Ainsi nommée littérature.

56  Préface à Georg Trakl, 1986, Poèmes, Bussy-le-Repos : Obsidiane, traduits et présentés par Guillevic.

57  La littérature japonaise n’est pas la « littérature » du Japon, c’est une autre « littérature », qui ne correspond pas aux représentations hic et nunc de la littérature.

58  L’expression est de Pierre Bourdieu. Elle désigne un niveau d’exigence. Pour avoir le droit à la parole en sciences sociales, il faut avoir effectué des travaux selon des normes précises et reçu l’approbation de ses pairs. En échange, il faut aussi se plier à un devoir de sortie, c’est-à-dire rendre ce savoir au public qui a permis ces recherches.

59  Jean-René Ladmiral est certes traducteur (d’ouvrages de sciences humaines écrits en anglais ou en allemand), mais pas traducteur littéraire.

60  Marco Pajevic, « Henri Meschonnic et Paul Celan », Europe, mars 2012, p. 159.

61  Pascale Casanova, 1999, la République mondiale des Lettres, Paris : Le Seuil.

62  Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire – La traduction comme échange inégal », Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 144, septembre 2002. Traductions : les échanges littéraires internationaux, p. 7‑20. Consultable à l’adresse : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_2002_num_144_1_2804.

63  Ibid., p. 9‑10.

64  Nous citons pour ce passage un travail effectué par Laura Costa, master LITTOR.

65  Antoine Berman, « De la translation à la traduction », TTR, vol. 1, no 1, 1er semestre 1988, p. 23‑40.

66  Voir Berman, 1991, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, Paris : Seuil et Jean-René Ladmiral, 1979/1994, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris : Gallimard, « Tel », 2e éd.

67  Antoine Berman, « La traduction et ses discours », Meta : journal des traducteurs/Meta: Translators’ Journal, vol. 34, no 4, décembre 1989, p. 675‑676.

68  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 175.

69  La notion de « sociotexte », mise en œuvre par la sociocritique, permet de lier à la fois le monde créé par le texte et le texte dans le monde. Voir Claude Duchet, Patrick Maurus, 2011, Un cheminement vagabond, Paris : Honoré Champion, (en particulier, p. 42‑46). Pierre Popovic, « La sociocritique. Définition, histoire, concepts, voies d’avenir », Pratiques, no 151/152, décembre 2011, p. 7‑38.

70  Texte introduit et traduit ici par Kadhim Jihad Hassan qui précise :
« أأكل لحوم الناس بالغيبب » : par cette métaphore d’origine coranique, les Arabes nomment la calomnie et les racontars pratiqués « dans le dos » des gens. J’ai tenu à en garder le sens littéral, quitte à en signaler le sens « réel » ensuite.

71  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit. (à plusieurs endroits, dont p. 19).

72  Mais le traducteur du passé, avant d’être jugé, a tout autant le droit qu’on se demande « qui a traduit quand il a traduit ? ».

73  Antoine Berman, la Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain, op. cit., p. 34.

74  « Lorsque la version de Lucien de M. d’Ablancourt parut, bien des gens se plaignirent de ce qu’elle n’était pas fidèle. Pour moi, je l’appelai la belle infidèle, qui était le nom que j’avais donné étant jeune à une de mes maîtresses », Gilles Ménage, 1740.

75  Antoine de Rivarol, 1998, l’Universalité de la langue française, Paris : Arléa.

76  Georges Mounin, 1963, les Problèmes théoriques de la traduction, Paris : Gallimard.

77  Ibid., p. VII, VIII, XII.

78  Ibid., p. 278.

79  Sans compter que l’on reste dans le lexique uniquement et pas dans la langue. Le première partie des Problèmes théoriques de la traduction est intitulée « Linguistique et traduction », la deuxième « Les obstacles linguistiques », la troisième « Lexique et traduction », la sixième « Syntaxe et traduction ». Le nom de Walter Benjamin ne figure pas dans l’index.

80  Les éditions Buchet‑Chastel font partie du groupe Libella présidé par Vera Michalski‑Hoffman qui a créé la fondation.

81 http://www.lecerclepoints.com/entretien--traducteur-est-ecrivain-ombre-rencontre-avec-9.htm [consulté le 25 juillet 2013].

82  Brice Matthieussent, 2009, Vengeance du traducteur, Paris : P.O.L.

83  Sylvie Durastanti, 2002, Éloge de la trahison, notes du traducteur, Paris : Le Passage.

84  Ibid., p. 18.

85  Ibid., p. 21.

86  Même si le ton peut suggérer le second degré, il n’y a pas d’alternative à cet effacement.

87 http://www.liberation.fr/portrait/1994/12/14/yusuf-vrionile-traducteur-de-l-ombre-d-ismael-kadare_115476 [consulté le 3 janvier 2014].

88  http://www.lexpress.fr/culture/livre/ecrivain-et-traducteur-pour-l-amour-du-livre_1011848.html [consulté le 3 janvier 2014].

89  Georges Mounin, 1994, les Belles Infidèles, Presses universitaires de Lille, p. 91 (première édition : Cahiers du sud, 1955).

90  Henri Meschonnic, Poétique du traduire, op. cit., p. 27.

91  Édouard Glissant, 1996, Introduction à une poétique du divers, Paris : Gallimard, p. 46.

92  Yves Hersant, 1995, « N.d.T. », in Violence et traduction, actes du colloque de Melnik, Bulgarie, 7‑10 mai 1993, Sofia : Sofita, p. 41‑52.

93  Jacqueline Henry, 2000, « De l’érudition à l’échec : la note du traducteur », Meta, XLV, 2, p. 228‑240. On notera une fois de plus que le pire vient souvent des traducteurs eux-mêmes et que le dédain de la traduction va de pair avec le dédain du lecteur, manifestement trop bête pour comprendre dollar et rouble tout seul.

94  Ibid.

95  Pascale Sardin, 2007, « De la note du traducteur comme commentaire : entre texte, paratexte et prétexte », Palimpsestes, no 20, p. 121‑136.

96  « Le cotexte, c’est ce qui travaille en même temps, ce qui est écrit en même temps, ce qui évolue en même temps, et ce qui est lu en même temps. Tout en n’étant pas de même nature », Claude Duchet, Patrick Maurus, Un cheminement vagabond, op. cit., p. 44.

97  Constatons  la grande diversité des pratiques. Ainsi, la traduction du Paumé, de Fatos Kongoli (albanais) contient cinq notes seulement, pour 180 pages de texte traduit, celle du Lièvre de Vatanen, du Finnois Arto Paasilinna, une seule pour 195 pages, celle d’Austerlitz, de l’Allemand W. G Sebald, trois notes pour 340 pages, la traduction de la Ballade pour Georg Henig, de l’écrivain bulgare Viktor Paskov, quatre notes pour 169 pages. À l’autre extrême, les Notes de l’hiver 1039, du Japonais Fujiwara no Sukefusa, qui contiennent dans leur traduction en français plus de notes que le texte n’a de pages, soit respectivement 114 et 111 ; la Confession frivole, de Miklós Szentkuthy, traduite du hongrois, avec ses 254 notes pour 680 pages.

98  Gohar Marcossian, 2002, Pénélope prend son bain, Paris, Belfond, traduit du russe par Luba Jurgenson.

99  Virginia Woolf, 1993, Mrs Dalloway, Paris : Le livre de poche, traduit de l’anglais par Pascale Michon.

100  Jean-Louis Cordonnier, « Aspects culturels de la traduction : quelques notions clés », Meta, XLVII, 2002, p. 38‑50.

101  Ibid.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search