Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Shakespeare a mal aux dents

 | 
Marie Vrinat-Nikolov
, 
Patrick Maurus

Que traduit-on quand on traduit ?

Avant-propos : Que traduit-on quand on traduit ?

What do we translate when we translate?

Какво превеждаме когато превеждаме ?

Résumé

Afin de comprendre ce qu'implique l'acte de traduire, il convient de déconstruire le processus dans tous ses états, car il s'avère essentiellement pluriel.
Où traduit-on? Les champs de l'édition, de la critique et de l'université se disputent une autorité qu'ils refusent aux traducteurs, priés de faire preuve de modestie et de rester transparents.
Qui traduit quand on traduit ? Les acteurs de la traduction sont étrangement nombreux, qui interviennent non seulement sur le paratexte, mais dans le texte lui-même. Des conceptions obsolètes de la langue et de l'Ainsi Nommée Littérature imposent des choix qui concourent trop souvent à l'annexion de l'original.
Que traduit-on quand on traduit ? Il est temps de dégager le traduire des déterminations linguistiques pour considérer l'objet à traduire dans tous ses états: texte, livre, marchandise.
Une fois définie le « traduire » comme une opération fondamentalement littéraire, il convient de définir des méthodologies pour procéder à un transfert de socialité dans une opération unique.
A chaque trace, indice et valeur doit correspondre dans le texte traduit une trace, un indice, une valeur. Y compris ce que révèlent les rythmes, la matérialité, l'histoire des Ainsi nommées littératures, trop souvent gommés.

In order to understand what the act of translating implies, it is necessary to deconstruct the process in all its states, because it turns out to be essentially plural. Where do we translate? The fields of publishing, criticism and the university compete for an authority that they refuse to translators, asked to be modest and to remain transparent. Who translates when we translate? The actors of the translation are strangely numerous, who intervene not only In the paratext, but in the text itself. Obsolete conceptions of the language and so-called-Literature impose choices that contribute very often to the annexation of the original. What do we translate when we translate? It is time to release the translation of linguistic determinations and to consider the object to translate in all its states: text, book, merchandise.
Once 'translating' is defined as a fundamentally literary operation, we need to define methodologies to carry out a transfer of sociality in a single operation. To each trace, index and value must correspond in the translated text a trace, an index, a value. Including what reveals the rhythms, the materiality, the history of so called literatures, which are too often erased.

За да разберем импликациите на преводаческия акт се налага деконструкция на целия процес, който се оказва множествен по същество.
Къде превеждаме? Издателското, критичното и академичното поле си съперничат по авторитета, който не признават на преводачите, от които се иска да бъдат скромни и „прозрачни“.
Кой превежда, когато превеждаме? Участниците в преводите са много. Те се намесват не само в паратекста, но и в самия текст. Остарели схващания за езика и тъй наречената литература налагат преводачески избор, допринасящ твърде често за анексирането на оригинала.
Какво превеждаме, когато превеждаме? Крайно време е да освободим превеждането от езиковите определяния и да се интересуваме от предмета на превода във всичките му състояния – като текст, книга, стока.
След като определихме „превеждането“ като предимно литературен акт, остава да определим и подходящи методологии, за да осъществим трансфер на социалност.
На всяка следа, признак и стойност трябва да отговарят в преведения текст една следа, един признак, една стойност. Включително и онази често заличена част, която разкриват ритмите, материалността, историята на тъй наречените литератури.

Texte intégral

« Les traités de traductologie me laissent souvent sur ma faim, car l’abondance
des arguments théoriques n’est pas illustrée par une série suffisante d’exemples. »
Umberto Eco, Dire presque la même chose

Que traduit-on quand on traduit ?

1Cet ouvrage est né de l’ambition de combler une lacune et de montrer, par les nombreux exemples sur lesquels il s’appuie dans diverses langues généralement méconnues ou trop peu citées, qu’en matière de traduction littéraire, il n’est de théorie sans pratique, ni de pratique sans théorie, qu’il n’est non plus de réflexion sur la traduction sans histoire de la traduction, ni sans théorie de la littérature, qui s’enrichissent à leur tour et se nourrissent de la pratique traductive.

  • 1  « Il existe un espace de réflexion entre, d’un côté, la théorie totalitaire de la traducti (...)

2Le traducteur, s’il fait œuvre unique, en traduisant une œuvre unique, n’est ni le seul ni le premier. Il existe dans un monde qui possède déjà son Ainsi nommée ittérature avec tout son lot de représentations qui concernent donc la traduction. Le traducteur ne peut pas ignorer que sa pratique, avant même d’avoir commencé, est soumise à un certain nombre, voire à un nombre certain, d’implicites, de présupposés, de sous-entendus et de lieux communs. Au premier rang : l’universalisme (tout le monde a un avis autorisé sur la traduction), le relativisme (tout se vaut dans la traduction), l’empirisme (il n’y a pas de règles), le moralisme (rester modeste), le fatalisme (on ne peut pas tout traduire), l’angélisme (« je remercie Untel qui a su lire entre les lignes ») et, last but not least, l’insulte (les approches « totalitaires1 »). De ces positions, marquées par la violence et la répétitivité, il faut souligner qu’elles dominent encore de façon hégémonique les discours sur la traduction. Au traducteur d’aujourd’hui, il est sans cesse rappelé qu’il n’est pas Shakespeare, qu’il est en aval du texte original, qu’il est à son service, son serviteur, et, dès qu’il tournera le dos, qu’il n’est et ne sera jamais qu’un écrivain frustré en quête d’autorité. Bref, une sorte de passager clandestin vivant à l’ombre de chefs-d’œuvre dont il tente de tirer profit. Et en plus, il a le toupet de vouloir être rémunéré pour cela.

3Cette prise de position semble réservée au traducteur : si on attend encore maintenant de lui qu’il s’efface, on s’extasie devant une interprétation différente – donc non transparente – d’une œuvre musicale. À l’instar des lecteurs d’une traduction qui, dans la plupart des cas, ne sont pas bilingues et ne peuvent donc pas comparer le texte original et le texte traduit, quels amateurs de musique sont capables de vérifier dans la partition originale le rythme de ce qu’ils écoutent et qui leur plaît ? Bien peu, sans doute, et pourtant, il ne leur vient pas à l’idée que l’interprète (mot qui s’utilise aussi bien pour la musique que pour la littérature) puisse trahir le compositeur. Ni qu’ils puissent entendre un compositeur sans interprète. Si l’on songe qu’un grand nombre d’œuvres musicales ont été transcrites, et non écrites par le compositeur lui-même, on peut mesurer l’évolution étonnante du texte écrit : d’œuvre ouverte au Moyen Âge (et jusqu’au xixe siècle dans certaines cultures), que l’on peut adapter, modifier, commenter librement, on assiste à sa sacralisation, en même temps que change le statut de l’écrivain considéré comme un créateur.

4Si nous rejetons ces a priori aussi agressifs qu’ignorants, ce n’est évidemment pas pour prêcher le contraire : nous ne prétendons pas être Shakespeare, nous n’affirmons pas savoir toujours tout traduire et nous ne cherchons pas à imposer nos théories. Notre travail s’appuie sur une certitude : traduire est une activité (d’enseignants, de chercheurs, de praticiens), un métier. Traducteurs des littératures coréennes et bulgare, formateurs de jeunes traducteurs, nous assumons pleinement la position réflexive qui est la nôtre, cherchant à prolonger les travaux de Walter Benjamin, Henri Meschonnic, Antoine Berman, de la sociocritique. Il ne sera pas question, ici, d’exposer les diverses conceptions et théories (ou pseudo-théories) existantes sur la traduction littéraire, mais, lorsque nous les croiserons, ce ne sera jamais sans prendre clairement parti.

5Cet ouvrage ne s’adresse donc pas aux amateurs de considérations consensuelles ou éclectiques, alliant les contraires, ni à ceux qui sont à la recherche de trucs, de passe-partout ou de boîtes à outils. Il s’adresse à ceux qui sont prêts à mettre en question les idées reçues, à commencer par les leurs, la doxa, les clichés et les mythes dont on ne cesse, depuis l’école, de nous abreuver sur l’« Ainsi nommée ittérature », la « poésie », « la langue poétique », « le bon français », etc., et que les acteurs mêmes du champ traductif (traducteurs, éditeurs, préparateurs de copie, attachés de presse et médias) reproduisent encore trop.

6Notre approche n’est ni prescriptive, ni autoritaire. Nous cherchons simplement à définir une méthodologie du traduire, une démarche. Si autorité il y avait, ce ne pourrait être que celle du texte qui impose et génère sa lecture et les décisions de traduction. On ne plaque rien sur le texte, c’est lui qui dit et dicte. Nos principes de traduction, bien qu’affirmés et fondés sur la pratique et la réflexion, ne sont pas impératifs (tel texte exigera la traduction des noms propres, tel autre l’exclura) mais orientés par le texte à traduire. Notre seul impératif est de respecter la nature littéraire unique du texte à traduire : il doit garder la mémoire du travail sur la langue-littérature d’origine tout en enrichissant la langue-littérature qui l’accueille.

  • 2  Henri Meschonnic, 2007, Éthique et politique du traduire, Lagrasse : Éditions Verdier, (...)

Écouter ce qu’un texte fait à sa langue et qu’il est seul à lui faire […]. Il y a à faire dans la langue d’arrivée avec ses moyens ce que le texte a fait dans sa langue […]. C’est à cette seule condition que traduire est écrire. Sinon, traduire, c’est désécrire2.

7Désécrit le traducteur, écrit le traduisant.

8En conséquence, une traduction comme texte fait à sa langue quelque chose qu’elle est la seule à lui faire. On ne traduit pas Shakespeare, on écrit une traduction de Shakespeare, on ne lit pas Shakespeare, on lit une traduction de Shakespeare. Il est temps que la traduction cesse de faire semblant de ne pas être une traduction. Ou, comme le rappelle André Markowicz :

On a l’impression en France qu’en lisant un bouquin de Tolstoï ou Dickens, on lit Tolstoï ou Dickens : mais c’est stupide ! Pour lire Dickens, il faut lire l’anglais3 !

9C’est nous faire les avocats d’un cahier des charges, dont on peut nous reprocher la lourdeur, mais dont nous sommes les premiers à ressentir le poids. Affirmer, obéir à ces préceptes hérités de Meschonnic, ce n’est certes pas se simplifier la tâche et nous pourrions envier ceux qui, persuadés que l’on ne peut pas tout traduire, s’autorisent à ne pas tout traduire. Pour nous, on peut tout traduire d’un texte et si, in fine, tout n’est pas traduit, c’est que nous, qui écrivons aujourd’hui, nous ne pouvons en lire que ce qui est lisible aujourd’hui. Ou, en une formule, on peut tout traduire, mais on ne traduit pas tout parce qu’on ne lit jamais tout.

10Parce qu’un texte n’en finit jamais de produire de la lecture.

Paris-Sofia, 2013-2015

Notes

1  « Il existe un espace de réflexion entre, d’un côté, la théorie totalitaire de la traduction et, de l’autre, la pratique silencieuse du traduire », présentation de la revue Palimpsestes no 1.

2  Henri Meschonnic, 2007, Éthique et politique du traduire, Lagrasse : Éditions Verdier, p. 78.

3  http://oeil.electrique.free.fr/article.php?numero=14&articleid=91 [consulté le 03/03/2013].

Acheter