Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L'accentuation grecque

 | 
Henri Tonnet

XII. Pour passer au système polytonique

From the monotonic to the polytonic system

Από το μονοτονικό στο πολυτονικό

Resumen

Quelques règles simples pour passer du sytème monotonique au système polytonique concernant les esprits, l’accentuation des monosyllabes, de la voyelle finale, de la pénultième et de l’antépénultième.

A few simple rules to go from the monotonic system back to the polytonic one, for spirits, the accentuation of the monosyllables, of the final vowel, the penultimate and antepenultimate syllable.

Παρουσιάζονται εδώ λίγοι απλοί κανόνες που επιτρέπουν να περάσει κανείς από το μονοτονικό στο πολυτονικό σύστημα· αυτοί οι κανόνες αφορούν τα πνεύματα, τον τονισμό των μονοσύλλαβων, του τελικού φωνήεντος, της παραλήγουσας και της προπαραλήγουσας.

Texto completo

1. Généralités

1Le système monotonique étant officiel depuis plus de trente ans, il n’y a aujourd’hui aucune nécessité pratique d’appliquer le système polytonique. Cependant la plupart des classiques de la littérature sont encore disponibles dans des éditions en « polytonique ». Il faut donc, sinon pratiquer, du moins pouvoir citer correctement des textes accentués selon ce système (grec ancien et langue savante).

2Il faut, pour passer au sytème polytonique :

  • ajouter des « esprits » sur les voyelles initiales ou la deuxième lettre d’un digramme initial ;
  • ajouter des accents aigus ou circonflexes sur presque tous les monosyllabes ;
  • transformer en accents circonflexes un certain nombre d’accents aigus des mots de deux syllabes et plus.

2. Les esprits (πνεύματα)

3Toute voyelle ou tout digramme commençant un mot (ou constituant le mot, comme dans les articles , , οἱ et la conjonction ) doit être surmonté d’un esprit, soit “doux” (ἡ ψιλή : ἀ‑) le plus souvent, soit “rude” (ἡ δασεία : ἁ‑). L’esprit s’écrit au‑dessus des minuscules simples.

Ex. : ἀδελφός, ἁλάτι, ἱκανός.

4Au‑dessus de la deuxième lettre d’un digramme (ancienne diphtongue) que l’initiale soit une majuscule ou une minuscule.

Ex. : αἰώνας « siècle », αὐγό « œuf », εὑρετήριο « index », Αὔγουστος « août », Οὗγγρος « Hongrois ».

5Au‑dessus de la première lettre d’une nouvelle diphtongue.

Ex. : ἀηδόνι « rossignol », ἀιτός « aigle ».

6N.B. Dans ce dernier cas, la position même de l’esprit indique qu’il faut lire les deux lettres comme une diphtongue moderne, et non comme la notation historique de la voyelle [ε], ce qui rend le tréma superflu.

7À gauche d’un accent aigu.

Ex. : ἄγαλμα « statue », αἴθουσα« salle », ἅγιος « saint ».

8Sous un accent circonflexe.

Ex. : εἶδος « genre », αἷμα « sang ».

9Devant et au niveau du sommet des majuscules simples.

Ex. : Ἀγγλία « Angleterre », Ἅγιο Ὄρος « Mont Athos ».

10La plupart des voyelles et d’anciennes diphtongues initiales portent l’esprit doux.

Ex. : ἄγαλμα « statue », ἀγαπητός « cher », ἀγγειοπλάστης « potier », ἀγγελία « annonce », οἰκογένεια « famille », οὐρανός « ciel ».

11Portent l’esprit rude :

  • α. Tous les ὑ‑ initiaux : ὑγρός « humide », ὑλικός « matériel », ὑμένας « membrane », ὕπαιθρος « en plein air », ὕπνος « sommeil », ὑπηρέτης « serviteur », ὑπερβολή « excès », ὑγεία « santé »,
  • β. les articles définis et indéfinis aux formes où ils ont une voyelle initiale ou unique : , , οἱ, ἕνας, ἑνα, ἑνός.
  • γ. Les noms de nombres cardinaux et ordinaux : l’esprit rude correspond là à un s‑ initial en latin.

Ex. : ἕξι « six », ἑφτά « sept » ἑξήντα « soixante », ἑβδομήντα « soixante‑dix », ἑκατό « cent », ἕκτος « sixième », ἕβδομος « septième », ἑξηκοστός « soixantième », ἑβδομηκοστός, « soixante‑dixième », ἑκατοστός « centième ».

12Font exception les nombres « huit », « neuf » et leurs correspondants dans les dizaines et les centaines, ainsi que vingt : ὀχτώ, ὄγδοος, ἐννέα, ἔνατος, εἴκοσι, εἰκοστός, ὀγδόντα, ὀχτακόσια, ἐνενήντα, ἐννιακόσια.

  • δ. Les pronoms relatifs et conjonctions commençant par un omicron ou un oméga : ὅποιος, ὁ ὁποῖος, ὅποτε, ὁπότε, ὅπου, ὅπως, ὅσος, ὅταν, ὅτι, , τι, ὡς, ὥστε.
  • ε. une centaine de noms communs usuels, parmi lesquels on distingue tous ceux qui commencent par ἡμι‑ (voir fr. semi‑) et ὁμ‑ (voir tous les mots français commençant par homo‑ et homéo‑). Outre la consultation des dictionnaires et des listes fournies par les grammaires (voir M. Triantaphyllidis, Μικρή νεοελληνική γραμματική, 1975, p. 15), la considération de l’orthographe du français est d’un grand secours pour déterminer les mots qui prennent un esprit rude. Chaque fois qu’un mot français de même origine étymologique commence par un h‑, le mot grec correspondant porte un esprit rude. Il en est de même quand il existe un mot latin ou un mot français dérivé commençant par un s‑.

Exemples de mots commençant par ὁμ‑ : ὁμάδα « équipe », ὁμαλός « régulier », ὁμιλία « causerie », ὅμιλος « association », ὁμίχλη « brouillard », ὅμοιος « semblable », ὁμόνοια « concorde », ὅμως « cependant », ὁμολογία « aveu ».

Exemples de mots pour lesquels il existe en français un mot apparenté commençant par h‑ ou s‑ : ἅγιος (voir hagiographie) « saint », αἷμα (voir hémorragie) « sang », αἵρεση « hérésie », ἁλάτι « sel » et mots apparentés ἁλυκή « marais salant », ἁλιεία (voir halieutique) « pêche », ἅλμα « saut », ἁρπάζω (voir Harpagon) « saisir », ἑαυτός (voir pour le premier élément « se » et « soi »), ἕδρα (voir fr. cathédrale) « chaire », ἕλικας « hélice », ἑρμηνεύω (voir herméneutique) « interpréter », ἑρπετό (voir serpent) « reptile », ἑσπερινός (voir les Hespérides) « du soir », ἑταιρεία (voir l’Hétairie, société secrète) « société », εὑρετήριο (voir heuristique) « index (dans un livre) », ἥβη (voir éphèbe) « puberté », ἡγεμόνας (voir hégémonie) « prince », ἡγούμενος « hégoumène », ἡδονή (voir hédonisme) « plaisir », ἥλιος (voir héliotrope) « soleil », ἡμέρα (voir éphémère « jour », τα ἥπατα (voir hépatique) « entrailles », ἥρωας « héros », ἥσυχος (voir hésychasme, doctrine mystique) « calme », ἱερός (voir hiérarchie) « saint », ἱλαρός (voir hilare) « joyeux », ἱππικό (voir hippique) « cavalerie » et mot apparenté ἱππότης « chevalier », ἱστορία « histoire », ὅμηρος (voir Homère) « otage », ὅπλο (voir hoplite) « arme », ὁπλίτης, ὅρος (voir horizon) « terme », ὅριο « limite », ὁρίζω « déterminer », ὁρμῶ (voir hormones) « s’élancer », ὥρα « heure » et mots apparentés : ὡραῖος « beau », ὥριμος « mûr ».

13Un second moyen pour déterminer les mots dont la voyelle initiale comporte un esprit rude consiste à se demander si, dans les composés prépositionnels, il y a assimilation d’aspiration (par exemple passage de ἐπ‑ à ἐφ‑ ou de κατ‑ à καθ‑).

Ex. : ἅμιλλα (voir ἐφάμιλλος « rival ») « émulation, rivalité », ἁρμόζω (cf. ἐφαρμογή « application ») « convenir», ἑλκύω (voir ἐφελκυστικός « attractif ») « attirer », ἑξῆς ( ἐφεξῆς) « à la suite », ἑστία « foyer » et mot apparenté ἑστιατόριο « restaurant » (voir ἐφέστιος « du foyer », ἡλικία (voir ἀφῆλιξ « adulte ») « âge », τὰ ἡνία « rênes » et mot apparenté ἡνίοχος « aurige » (voir ἀφηνιάζω « prendre le mors aux dents »), ἱδρύω (voir ἐγκαθιδρύω) « fonder », ἱδρώτας (voir κάθιδρος « tout en sueur ») « sueur », ἱκετεύω (voir καθικετεύω) « supplier », ὁδός (voir κάθοδος « descente ») « rue » et mots apparentés ὁδηγός « guide » ὁδόφραγμα « barricade », ὅλος (voir καθόλου) « tout » et mot apparenté ὁλόκληρος « tout entier », ὅραση (voir ἀφορῶ) « vue », ὅσιος (voir ἀφοσιωμένος « dévoué ») « saint ».

14Cependant, pour beaucoup de mots commençant par un esprit rude, il n’existe aucune règle qui puisse les faire découvrir. Seul l’usage les apprenait du temps où le système polytonique était officiel en Grèce.

C’est le cas, par exemple, de ἁβρός « tendre », ἁγνός « chaste », ἁδρός « abondant », ἅλωση « prise », ἅμα « dès que », ἁμάξι « voiture », ἁμαρτία « péché », ἁπαλός « tendre », ἁπλός « simple », ἅρμα « char » ≠ ἄρμα « arme », ἅρμη « saumure », ἁφή « toucher », ἁψἱδα « arc », ἁψίθυμος « irritable », ἁψίκορος « versatile », ἁψύς « âcre », ἁλυσίδα « chaîne », ἁλώνι « aire à battre », ἕλκος « ulcère », ἕτοιμος « prêt », ἥμερος « doux, apprivoisé », ἥττα « défaite », ἱκανός « capable », ἱμάτιο « habit », ἱστός « toile d’araignée », ὅλμος « mortier », ὁπλή « sabot d’animal », ὅρκος « serment », ὅρμος « mouillage », υἱοθετῶ « adopter ».

3. Accentuation des monosyllabes et des voyelles finales

15Contrairement à ce qui se passe dans le système monotonique, à peu près tous les monosyllabes sont accentués. Il faut aussi remarquer que sur les voyelles anciennement longues on peut écrire des accents circonflexes (περισπωμένες).

a. Les monosyllabes

16Les monosyllabes peuvent être oxytons – c’est le cas de la majorité d’entre eux, que leur voyelle soit anciennement longue ou brèves ‑, périspomènes, c’est‑à‑dire accentués du circonflexe – ce qui n’est le cas que pour les voyelles anciennement longues ‑, ou atones.

Sont oxytons

17Les articles dont la forme commence par un τ, sauf aux génitifs, et les formes correspondantes du pronom personnel faible (sauf quand ces formes sont enclitiques ; voir infra). On accentue de même les formes correspondantes où l’article est combiné avec la préposition σε : τό, τόν, τήν, τούς, τις, τά, στό, στόν, στήν, στούς, στίς, στά.

18Les formes monosyllabiques du verbe à voyelles brèves : λές, δές, πές, βρές, πιές.

19Des formes isolées qui portent aussi des esprits s’ils commencent par des voyelles : ἄν, ἄς, δά, δέν, δέ (particule signifiant « d’autre part ») , θά, καί, μά, μή, νά, ναί, πού (relatif), πώς (conj. de subordination), σάν, σέ, τί, ὥς « jusqu’à ».

Sont périspomènes

20Les interrogatifs : ποῦ, πῶς.

21Le nom de nombre τρεῖς.

22L’article défini aux génitifs : τοῦ, τῆς, τῶν.

23La forme faible du pronom personnel au génitif (en fonction de datif) quand il est placé devant le verbe (sauf τούς qui ne diffère pas de l’accusatif) : μοῦ, σοῦ, τοῦ, τῆς, μᾶς, σᾶς.

Ex. : τοῦ εἶπα « je lui ai dit », σᾶς μίλησα « je vous ai parlé », τοὺς μίλησα « je leur ai parlé »,

24Des mots isolés anciennement contractés ou comportant un allongement compensatoire : φῶς < φάwος « lumière », νοῦς < νόwος « esprit », γῆ < γάjα « terre », πᾶς < πάντς et le neutre πᾶν accentué par analogie,

25Des formes verbales monosyllabiques contractes : τρῶς < τρώγεις, πᾶς < ὑπάγεις, καῖς < καίεις, κλαῖς < κλαίεις, θὰ φᾶς < φάγῃς.

Sont atones

26L’article défini au nominatif masculin et féminin singulier et pluriel : , , οἱ (αἱ en langue savante).

27Les pronoms personnels enclitiques, soit au génitif complément du nom qui précède (= adjectif possessif), soit à l’accusatif et au génitif derrière un verbe à l’impératif, soit au nominatif, à l’accusatif et éventuellement au génitif derrière νά signifiant « voici ».

Ex. : ὁ φίλος μου « mon ami », ὁ πρόεδρός μας « notre président », πές μου το « dis‑le moi », νά τος « le voici », νά μας τες « voilà qu’elles nous arrivent ».

28N.B. Rappelons que lorsque l’impératif qui précède deux enclitiques est dissyllabique, le premier des deux enclitiques prend un accent d’enclise (voir supra ΙΙΙ.4.c.γ) : φέρε μάς τους, « amène‑les nous ! »,

29Ὡς signifiant « comme », par opposition à ὥς signifiant « jusqu’à ».

b. Les finales des polysyllabes

30Les finales anciennement brèves ne peuvent porter que l’aigu ou le grave (‑ὰ). Leur accentuation, si l’on ne distingue pas les aigus et les graves comme dans le polytonique officiel avant 1982, ne diffère donc pas de celle du monotonique.

31Il suffit donc, pour passer à l’accentuation traditionnelle, de connaître les finales qui s’accentuent du circonflexe et qui sont, pour la plupart, anciennement contractées. Le cas se présente :

  • aux génitifs singuliers et pluriels quand ils sont toniques (et que la finale est anciennement longue) ;

Ex. : τοῦ ἀδελφοῦ, τοῦ μαθητῆ, τοῦ βασιλιᾶ, τοῦ ψαρᾶ, τῆς μαϊμοῦ, τῶν στρατιωτῶν, τῶν γυναικῶν, τοῦ ἀριστεροῦ ποδιοῦ.

  • aux nominatif‑vocatif‑accusatif pluriels des masculins de la quatrième déclinaison (définition, ΙΧ, 5, a) et des adjectifs de la troisième classe (définition, IX.6.a) ;

Ex. : οἱ συγγενεῖς, οἱ συγγραφεῖς, οἱ εὐτυχεῖς.

  • au nominatif des noms et prénoms en ‑ᾶς. En revanche, les noms propres géographiques portent l’aigu ;

Ex. :ὁ Θωμᾶς, ὁ Λουκᾶς, ὁ Βηλαρᾶς, ὁ Πειραιάς, ὁ Καναδάς.

  • au nominatif et à l’accusatif pluriel des formes fortes des pronoms personnels de la première et de la deuxième personne : ἐμεῖς, ἐμᾶς, ἐσεῖς, ἐσᾶς ;
  • dans les verbes contractes, quand la finale est tonique ;

Ex. : ἀγαπῶ, ἀγαπᾶς, ἀγαποῦν, μπορεῖς.

  • dans les subjonctifs et futurs médio‑passifs, quand la finale est tonique ;

Ex. : νὰ χαθῶ, νὰ κρυφθεῖς, νὰ τιμηθεῖ, θὰ βρεθοῦν.

32Les formes invariables des passés composés (παρακείμενος, ὑπερσυντέλικος) médio‑passifs sont semblables aux troisièmes personnes du singulier des subjonctifs correspondants et donc également accentués du circonflexe : ἔχω χαθεῖ, εἶχες κρυφτεῖ, εἶχε βρεθεῖ.

  • dans les adverbes en ‑ως accentués sur la finale ;

Ex. : ἀκριβῶς « exactement », εὐτυχῶς « exactement », θορυβωδῶς « bruyamment » ;

  • dans les adverbes de lieu : ἐδῶ, ἐκεῖ, παντοῦ, ἀλλοῦ, αὐτοῦ ;
  • dans la conjonction de subordination : ἐνῶ < ἐν .

4. Accentuation de la pénultième

33Loi de la pénultième longue accentuée : « Une pénultième anciennement longue accentuée reçoit l’aigu si la finale est longue et le circonflexe si la finale est brève. »

34Les quantités de la pénultième sont semblables à celles de la finale (voir supra VI.1‑2‑3), sauf que οι et αι sont longs. On considère, par convention, que les voyelles ‑α‑, ‑ι‑ et ‑υ‑ sont brèves à la pénultième. Pour la finale, on admet, également par convention, que, lorsque la pénultième est accentuée, le ‑α‑ final des masculins et féminins de la première déclinaison (définition, IX.2.a) est long.

35Exemples de pénultième accentuée avec finale brève : οἱ στρατιῶτες « les soldats », τὰ δώρα « les cadeaux », τὸ ξενοδοχεῖο « l’hôtel », ὁ δῆμος « la commune », ὁ τελευταῖος « le dernier », τελευταῖα (adv.) « dernièrement ».

36Exemples de pénultième accentuée avec finale anciennement longue : ὁ στρατιώτης « le soldat », τοῦ δώρου « du cadeau », τοῦ ξενοδοχείου « de l’hôtel », τοῦ δήμου « de la commune », ἡ τελευταία « de la dernière ».

37Exemples de pénultième accentuée tenant compte des quantités conventionnelles de la finale et de la pénultième elle‑même.

38N.B. On donne entre parenthèse les accentuations en grec ancien, qui restent valables pour la katharèvousa : γυναίκα (gr. anc. γυναῖκα), ἥττα (gr. anc. ἧττα), μοίρα (gr. anc. μοῖρα), σφήκα (gr. anc. σφῆκα), πράγμα (gr. anc. πρᾶγμα), κύμα (gr. anc. κῦμα), κλίμα (gr. anc. κλῖμα).

5. Accentuation de l’antépénultième

39L’antépénultième ne peut être accentuée que de l’aigu. Aucun changement donc par rapport au système monotonique.

Comprar

Volumen papel

amazon.fr