Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'accentuation grecque

 | 
Henri Tonnet

VIII. Accentuation des verbes

Verbs’ accentuation

Ο τονισμός των ρημάτων

Résumé

Règles de l’accentuation et du déplacement de l’accent dans les verbes, contractes et non contractes, verbes composés, participes et formes invariables. Les verbes athématiques en -μι ne sont pas ici en cause.

The main rules of the accentuation and the movements of the accent in the conjugation of verbs, athematic verbs and thematic ones, contracted verbs, composed verbs, participles, invariable forms.

Οι κύριοι κανόνες του τονισμού και της κίνησης του τόνου στα ρήματα της πρώτης και της δεύτερης συζυγίας, στα σύνθετα ρήματα, στις μετοχές και στις άκλιτες ρηματικές μορφές.

Texte intégral

1. Les verbes non contractes

1Dans les formes personnelles des verbes non contractes simples (type χάνω « je perds »), l’accent remonte aussi haut que le lui permet la loi de limitation quantitative (V, 2).

a. Pratiquement, sont proparoxytones

2Les formes dont la finale est de timbre [a] et [e] (finales anciennement brèves, voir supra).

Ex. : έχανα « je perdais », έχασα « j’ai perdu », έχασαν « ils ont perdu », χάθηκα « je me suis perdu », χάθηκαν « ils se sont perdus », χάνονταν « ils se perdaient », χανόμασταν « nous nous perdions », έχανε « il perdait », έχασε « il a perdu », χάθηκε « il s’est perdu », έχανες « tu perdais », έχασες « tu as perdu », χάθηκες « tu t’es perdu », άνοιξε « il a ouvert » ou « ouvre ! », χάνουμε « nous perdons », χάνατε « vous perdiez », χάσαμε « nous avons perdu », χάσατε « vous avez perdu », χάνομαι « je me perds », χάνεσαι « tu te perds », χάνεται « il se perd », χανόμαστε « nous nous perdons », χάνεστε « vous vous perdez », χάνονται « ils se perdent », χανόσαστε « vous vous perdiez ».

b. Sont paroxytones les formes dont la finale est de timbre [i], [o] et [u].

3En effet, le ‑ω et les anciennes diphtongues ‑ει et ‑ου sont « longues ». Ces finales figurent aux trois formes du singulier et à la troisième personne du pluriel du présent de l’indicatif actif et du subjonctif aoriste (servant aussi à former le futur), au singulier de l’impératif médio‑passif, et aux deux premières personnes du singulier de l’imparfait médio‑passif.

Ex. : χάνω « je perds », θα χάσω « je perdrai », να χάσω « que je perde », χάνεις « tu perds », θα χάσεις « tu perdras », να χάσεις « que tu perdes », χάνει « il perd », θα χάσει « il/elle perdra », να χάσει « qu’il/elle perde », χάνουν « ils perdent », θα χάσουν « ils/elles perdront », να χάσουν « qu’ils/elles perdent », χάσου « perds‑toi ! », χανόμουν « je me perdais », χανόσουν « tu te perdais ».

c. Exceptions

α. Au médio‑passif

4Le subjonctif aoriste, qui sert à former le futur momentané, est de forme contractée en grec ancien, ce qui explique son accentuation après contraction (λυθῶ < λυθήω). En grec moderne, on peut adopter la règle commode qui suit : dans les formes momentanées du médio‑passif l’accent porte sur la voyelle qui suit le θ‑ ou le τ‑, ou sur la désinence pour simplifier.

Ex. : θα χαθώ « je me perdrai », να χαθείς « que tu te perdes », θα χαθεί « il/elle se perdra », θα κρυφτούμε « nous nous cacherons », να δεχτείτε « que vous receviez », θα δεχτούν « ils recevront ».

β. Au médio‑passif, imparfait

5À la troisième personne du singulier la forme est paroxytone, par analogie avec les deux premières personnes.

Ex. : χανόταν « il/elle se perdait », accentué comme χανόμουν et χανόσουν où la finale est anciennement longue.

γ. À l’actif, impératif aoriste

6À la deuxième personne du pluriel, des verbes à occlusive, où la pénultième atone est tombée.

Ex. : ανοίξτε/ανοίχτε « ouvrez » < ανοίξατε.

δ. Au médio‑passif imparfait, troisième personne du singulier

7Dans quelques verbes d’origine savante à désinence ‑ο, comme επρόκειτο « il s’agissait », où le omicron est anciennement bref (voir VI.1).

2. Les verbes contractes

a. À l’indicatif présent et à l’imparfait

8L’accent porte sur la voyelle ou la syllabe de liaison, quand elle s’entend, et sur la désinence quand celle‑ci s’est contractée avec la voyelle de liaison.

9N.B. Nous entendons comme voyelle de liaison le son vocalique ou la syllabe (yod + son vocalique ou ‑ούσ‑ à l’imparfait actif) qui précède la désinence proprement dite. Les désinences proprement dites sont les quatre séries suivantes : pour le présent/futur actif : ‑ω, ‑ς, ‑ει, ‑με, ‑τε, ‑νε, pour le présent médio‑passif : ‑μαι, ‑σαι, ‑ται, ‑μαστε, ‑στε, ‑νται, pour tous les passés en dehors de l’imparfait médio‑passif : ‑α, ‑ες, ‑ε, ‑αμε, ‑ατε, ‑ανε, et, pour l’imparfait médio‑passif, ‑μουν, ‑σουν, ‑ταν, ‑μασταν, ‑σασταν, ‑νταν.

10Pratiquement, l’accent porte toujours sur le son vocalique qui suit la dernière consonne du radical. Dans les exemples suivants, quand il n’y a pas de contraction, nous détachons la voyelle ou la syllabe de liaison par des tirets et, quand il y a contraction, nous séparons le radical de la désinence par un crochet.

Exemples au présent actif : αγαπ‑ά‑ω/αγαπ]ώ « j’aime », αγαπ‑ά‑ς, αγαπ‑ά‑ει/αγαπά, αγαπ‑ά‑με, αγαπ‑ά‑τε, αγαπ‑ά‑νε/αγαπούν, *μπορε]ώ (pas de forme non contractée dans ce groupe) « je peux », μπορ‑εί‑ς, μπορ‑εί, μπορ‑ού‑με, μπορ‑εί‑τε, μπορ‑ούν.

Exemples au présent médio‑passif : κρατ‑ιέ‑μαι « je me tiens », κρατ‑ιέ‑σαι, κρατ‑ιέ‑ται, κρατ‑ιό‑μαστε, κρατ‑ιέ‑στε, κρατ‑ιού‑νται.

Exemples à l’imparfait actif : μιλ‑ούσ‑α « je parlais », μιλ‑ούσ‑ες, μιλ‑ούσ‑ε, μιλ‑ούσ‑αμε, μιλούσ‑α‑τε, μιλ‑ούσ‑αν.

Exemples à l’imparfait médio‑passif : κοιμόμουν « je dormais », κοιμόσουν, κοιμόταν, κοιμόμασταν, κοιμόσασταν, κοιμούνταν, αναρωτ‑ιό‑μουν « je me demandais », αναρωτ‑ιό‑σουν, αναρωτ‑ιό‑ταν, αναρωτ‑ιό‑μασταν, αναρωτ‑ιό‑σασταν, αναρωτ‑ιού‑νταν.

b. À l’indicatif aoriste actif et médio‑passif

11Les verbes contractes (type αγαπάω/αγαπώ) s’accentuent, comme les non‑contractes, en faisant remonter l’accent sur l’antépénultième. Même si le sujet parlant n’en a aucune conscience, cela s’explique historiquement par l’ancienne quantité brève de la finale. L’accent est donc remontant dans toutes les formes des aoristes des verbes contractes.

Ex. : αγάπησα « j’ai aimé », αγάπησαν « ils/elles ont aimé », αγάπησε « ils/elles ont aimé », αγαπήθηκα « j’ai été aimé », αγαπήθηκαν « ils/elles ont été aimés ».

c. Au subjonctif aoriste actif et médio‑passif et aux futurs correspondants

12L’accent est fixe, sur la dernière syllabe du radical à l’actif et sur la première syllabe de la désinence au médio‑passif. Cette différence s’explique par la « quantité » de la finale pour les formes actives et par une ancienne contraction (voir VIII, 1, c. α) pour les formes médio‑passives.

Ex. : θα μιλήσω « je parlerai », θα απαντήσεις « tu répondras », θα ρωτήσει « il/elle posera une question », να ζητήσετε « que vous demandiez », να κρατήσουν « qu’ils gardent », θα κρατηθώ « je me tiendrai », θα κοιμηθείς « tu dormiras », να κρυφτεί « qu’il/elle se cache », θα ριχτούμε « que nous nous jetions », θα ρωτηθούν « on leur demandera ».

3. Les formes invariables des temps composés du parfait

13Ces formes apparaissent, après l’auxiliaire έχω, à divers temps au parfait, au plus‑que‑parfait, au futur antérieur et au conditionnel passé. Ce sont d’anciens infinitifs aoristes qui s’accentuent comme les troisièmes personnes du singulier des subjonctifs aoristes actif, si la forme est active, ou médio‑passif, si la forme est médio‑passive. À l’actif, la forme invariable est paroxytone, au médio‑passif elle est oxytone.

Ex. : έχω χάσει « j’ai (déjà) perdu » accentué comme να χάσει, είχα μιλήσει « j’avais parlé » accentué comme να μιλήσει, είχα χαθεί « je m’étais perdu », accentué comme να χαθεί, θα έχω ρωτήσει « j’aurai demandé », θα είχα απαντήσει, « j’aurais répondu ».

4. Les participes

14Le gérondif est historiquement un ancien participe présent actif devenu invariable. C’est pourquoi nous en traitons ici. Le gérondif est proparoxyton dans les verbes non contractes et paroxyton dans les verbes contractes.

Ex. : χάνοντας « en perdant », τραγουδώντας « en chantant ».

15Au passif la plupart des participes du grec moderne sont des participes parfaits (dont la plupart ont perdu leur redoublement). Ils sont paroxytons.

Ex. : δεμένος, ‑η, ‑ο « attaché », κρυμμένος « caché », περασμένος « passé », αγαπημένος « aimé », συγκεκριμένος « concret, précis ».

16Font exception un assez grand nombre de participes présent moyens ou passifs anciens ou à l’ancienne qui sont actuellement des substantifs ou des adjectifs. Ils sont proparoxytons.

Ex. : o εργαζόμενος, « travailleur » (= « travaillant »), το περιεχόμενο « contenu », προηγούμενος, ‑η, ‑ο « précédent », χαρούμενος « joyeux ».

5. Accentuation de l’augment dans les verbes préfixés

17Même si, dans une forme idéale du démotique, les augments intérieurs auraient dû disparaître, les formes qui les contiennent sont très fréquentes à l’aoriste (et souvent à l’imparfait) actif quand l’augment y est accentué ; dans ce cas, la forme est proparoxytone.

Ex. : αναλύω « j’analyse » ανέλυσα (ανάλυσα est rare) « j’ai analysé », συνδέω « je relie » συνέδεσα/σύνδεσα « j’ai relié », συγχέω « je confonds », συνέχεα « je confondais ».

18Il existe quelques formes à augment temporel intérieur. Il s’agit de quelques verbes simples irréguliers commençant par une voyelle. Cette voyelle « s’allonge » dans le verbe simple et cette accentuation se conserve dans la forme composée. Ceci en vertu de la règle qui veut que l’accent ne dépasse jamais l’augment vers le début du mot.

Ex. : συνέρχομαι « je reprends mes esprits », συνήλθα « je me suis réuni pour une commission » et συνήρθα « j’ai repris mes esprits », υπάρχει « il existe », υπήρχε « il existait », υπήρξε « il y a eu », εξαίρω « je mets en relief », εξήρα « j’ai mis en relief », ανήκω « j’appartiens », ανήκα « j’appartenais ».

19N.B. L’impossibilité pour l’augment de dépasser l’augment temporel explique les irrégularités des verbes πάω et παίρνω à l’aoriste de l’indicatif. La différence de timbre vocalique et l’absence d’augment accentué entre πάω < ὑπάγω et πήγα < ὑπῆγα vient de l’augment temporel η allongement de α. L’aoriste πήρα de παίρνω < ἐπαίρω « je prends » et celui de son préfixé αποπαίρνω « je réprimande » αποπήρα s’expliquent de la même façon.

Acheter

Volume papier

amazon.fr