Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'accentuation grecque

 | 
Henri Tonnet

VI. Anciennes quantités des finales

The vowels length in Ancient Greek

Tα μακρὰ καὶ τα βραχέα φωνήεντα στα αρχαία ελληνικά

Résumé

Les finales toujours brèves, toujours longues ou tantôt brèves et tantôt longues en grec ancien.

The always long finals, the always short finals and the sometimes short and sometimes long finals in Ancient Greek.

Tα πάντοτε μακρὰ τελικά φωνήεντα, τα πάντοτε βραχέα τελικά φωνήεντα, και τα τελικά φωνήεντα με δύο ποσότητες στα αρχαία ελληνικά.

Texte intégral

1Pour appliquer la loi de limitation quantitative, on doit connaître les anciennes quantités des voyelles finales au regard de l’accentuation. Ces « quantités » expliquent les accentuations actuelles mais ne sont pas sensibles dans la prononciation du grec moderne. À ce niveau de l’histoire du grec, ce ne sont pas des phonèmes qui ont des quantités, mais des lettres. Ainsi la lettre ω est « longue », même si le phonème /o/ n’a pas de quantité.

1. Sont toujours brèves

2Les syllabes finales contenant les lettres ε et ο, soit :

  • ε, ‑ες ;
  • ο, ‑ος.

2. Sont toujours longues

  • les finales contenant la lettre ω, soit : ω et ‑ων ;
  • la finale ‑η, sauf dans les féminins en ‑ση, ‑ψη, ‑ξη (4e déclinaison dans notre système, voir infra, IX, 5, b) où la finale ‑η est une orthographe démotique (= grec moderne standard) analogique de celle des féminins de la 1re déclinaison ;
  • les finales contenant les anciennes diphtongues ει et ου, soit : ‑ει, ‑εις, ου, ‑ους et –ου ;
  • en revanche, les anciennes diphtongues finales ‑οι et ‑αι, sont depuis l’Antiquité brèves au regard de l’accentuation.

3. Sont tantôt longues, tantôt brèves les finales contenant la lettre α

  • Sont brèves les finales ‑α des neutres et, généralement, des verbes

Ex. : μάθημα « leçon », μαθήματα « leçons », πρόσωπα « visages », έχανα « je perdais », έχασα « j’ai perdu », αγάπησα « j’ai aimé », et les –αν des troisièmes personnes du pluriel : έχασαν « ils ont perdu », αγάπησαν « ils ont aimé », χάθηκαν « ils se sont perdus ».

3Les exceptions apparentes en grec moderne trouvent leur explication dans l’histoire de la langue. Elles sont dues à des contractions de la syllabe précédant le α. Les formes théoriques non contractées que l’on peut restituer pour la commodité de l’explication font apparaître que le α est anciennement bref. Ainsi dans les impératifs continus des verbes contractes : αγάπα « ne cesse d’aimer » < αγάπαε et dans les imparfaits ‑oύσα de verbes contractes.

  • Sont tantôt longs tantôt brefs, en fonction de leur origine les ‑α de la 1re déclinaison parisyllabique. Les masculins en ‑ίας, génitif ‑ία, ont un ‑α long : o ταμίας « caissier », του ταμία. Les masculins en ‑ας, génitif en ‑α, issus de la 3e déclinaison ont un ‑α bref, ο φύλακας < ο φύλαξ « gardien », του φύλακα. Les féminins en ‑α, génitif en ‑ας ont un ‑α bref quand on peut les mettre en rapport avec un adjectif en ‑ης, ‑ες : λεπτομέρεια « détail » (voir λεπτομερής, ‑ές « détaillé »).

Acheter

Volume papier

amazon.fr