Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'accentuation grecque

 | 
Henri Tonnet

V. Lois de limitation

Laws of limitation

Οι κανόνες της τρισυλλαβίας και της τριχρονίας

Résumé

La loi de limitation syllabique et la limitation quantitative.

The three syllables limitation rule and the quantitative limitation (short or long vowels).

Ο κανόνας της τρισυλλαβίας και της τριχρονίας.

Texte intégral

1. Loi de limitation syllabique : seules les trois dernières syllabes d’un mot peuvent être accentuées

1Par suite, tout proparoxyton qui s’accroît d’une syllabe vers la fin, en cours de flexion, voit son accent se déplacer d’au moins une syllabe vers la fin. Ceci est valable pour la riche catégorie des neutres en ‑μα, ‑ματος de la troisième déclinaison (selon les catégories morphologiques du grec ancien que l’on suit ici) et pour de rares imparisyllabiques de la première déclinaison.

Ex. : μάθημα, μαθήματος « leçon », φούρναρης, φουρνάρηδες « boulanger ».

2Pour éviter une suite de syllabes atones après l’accent, les proparoxytons suivis d’enclitiques, acquièrent un accent supplémentaire sur leur finale (accent d’enclise).

Ex. : ο πρόεδρός μας « notre président », άφησέ με ! « Laisse‑moi ! ».

3C’est pour la même raison que lorsqu’un impératif paroxyton est suivi de deux enclitiques, le premier des deux doit recevoir un accent (voir supra, III, 4, γ).

Ex. : φέρε μάς τους ! « Amène‑les nous ! »

4N.B. On remarque que la loi de limitation syllabique ne s’exerce pas de la même façon à l’intérieur d’un mot proprement dit et dans le cadre du groupe rythmique (mot + enclitique[s]). Dans le mot, l’accent peut se déplacer ; dans le groupe rythmique, il ne le peut pas. Dans le cas du groupe rythmique, la loi de limitation syllabique peut se trouver respectée grâce à l’adjonction d’un accent supplémentaire.

2. Loi de limitation quantitative

5À côté de la loi de limitation syllabique, qui joue toujours en grec démotique (pour les exceptions dans les dialectes, voir supra, III, 4. a), il existe une loi de limitation plus stricte, héritée de la tradition d’accentuation du grec ancien, qui s’applique très souvent, mais n’est pas fonctionnelle. Elle est seulement lexicale et les sujets parlants n’ont pas conscience de son fonctionnement. Elle repose sur la distinction entre voyelles finales « longues » et « brèves », alors que les quantités intrinsèques des voyelles n’existent plus depuis longtemps (voir supra, III, 2).

6Cette loi peut se formuler ainsi : sauf cas de fixation de l’accent, quand la voyelle finale est anciennement longue, l’accent ne peut dépasser l’avant‑dernière syllabe.

7Cette loi s’applique aux verbes et à beaucoup de substantifs, mais normalement pas aux adjectifs.

Acheter

Volume papier

amazon.fr