Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'accentuation grecque

 | 
Henri Tonnet

III. Brève histoire de l’accentuation du grec

Brief history of the Greek accentuation

Σύντομη ιστορία του τονισμού της Ελληνικής γλώσσας

Résumé

Ce chapitre indique brièvement les grandes étapes historiques dans l’évolution de l’accent en grec depuis le grec ancien jusqu’à la réforme de l’écriture de l’accent dans le système monotonique.

This chapter gives us the main historical steps in the Greek accentuation’s evolution, from Ancient Greek till the last reform of the accent script on the monotonic system.

Αυτό το κεφάλαιο παρουσιάζει τη γενική εξέλιξη του τονισμού των ελληνικών και της γραφής του από τα αρχαία ως τη μεταρρύθμιση του μονοτονικού.

Texte intégral

1. Grec ancien

1Langue indo‑européenne, le grec avait, comme le latin, un accent musical. À l’élévation de la voix (une quinte) affectant la voyelle, ou la partie de voyelle accentuée ne correspondait aucune prononciation plus intense et, surtout, aucun allongement.

  • 1 Paul Garde, 1968, l’Accent, p 137.

2Alors que l’accent indo‑européen pouvait porter, sans limitation, sur toutes les voyelles d’un mot, le grec apparaît, aussi loin qu’on puisse remonter dans la tradition de son accentuation (le texte d’Homère publié par les grammairiens alexandrins), comme une langue à « accent à liberté limitée » (P. Garde, 1968, p. 1371). Les anciennes oppositions morphologiques de l’indo‑européen, où l’accent frappait tantôt le radical, tantôt le suffixe, ne peuvent s’exercer en grec que dans une « zone accentuable » comprenant les trois dernières syllabes du mot.

3Le grec ancien connaissait, comme le latin, des voyelles longues et brèves, ce qui entraînait d’autres contraintes dans l’accentuation. Une brève n’avait qu’une accentuation possible. Une longue pouvait s’accentuer soit sur sa fin (montée de la voix), soit sur son début (passage de l’aigu au grave, comme fait une corde pincée brusquement détendue : περισπωμένη προσῳδία). La troisième syllabe en partant de la fin du mot n’admettait que l’aigu (ex. χρήσιμος), les deux autres pouvaient porter soit l’aigu (ex. ἀνθρώπου, αἰδώς), soit le circonflexe (ex. δῶρον, τιμῶ). Une voyelle longue finale ayant deux accentuations premières (pour cette notion voir infra) possibles, l’accent ne pouvait, dans ce cas, remonter plus haut que la deuxième partie d’une longue pénultième (ex. ἀνθρώπου). Cette loi reste en partie valable aujourd’hui (voir infra, V, 2).

4Nous ne connaissons pas dans le détail l’accentuation de tous les dialectes du grec ancien. Les textes classiques nous font surtout connaître l’accentuation de l’ionien‑attique et de la langue commune (koiné) qui en est issue et qui a donné naissance au grec moderne. Nous savons, cependant, qu’en éolien d’Asie mineure l’accentuation avait perdu toute liberté, puisque, dans toutes les catégories de mots, l’accent remontait aussi haut que le lui permettait la quantité de la finale.

2. Grec tardif

  • 2 Joseph Vendryès, 1945, Traité d’accentuation grecque, p. 30.
  • 3 André Mirambel, 1959, « l’Accent », in la Langue grecque moderne, p. 29.

5Vers le iiie siècle apr. J.‑C. (Vendryès, 1945, p. 302), un changement fondamental est intervenu dans l’accentuation. Sans cesser d’être musical, l’accent est devenu également intense, ce qui a entraîné un allongement relatif de toutes les voyelles accentuées et un abrègement relatif de toutes les voyelles atones. Dès lors, les voyelles n’avaient plus de quantités propres indépendantes de leur accentuation. La liaison fonctionnelle qui avait existé jusqu’alors entre la quantité de la voyelle finale et l’étendue de la « zone accentuable » cessa d’être sentie par le sujet parlant. La fixation de l’accent en cours de flexion devenait une fatalité, même si la force de la tradition, à l’écrit et dans la langue standardisée actuelle, devait beaucoup en limiter les effets. Dès cette époque, le grec n’a plus qu’un seul accent qui tient de l’aigu à l’intérieur du mot et du grave dans une finale précédent immédiatement un autre mot tonique. Il s’apparente aussi, en un sens, à l’ancien circonflexe puisqu’il affecte une voyelle relativement longue (Mirambel, 1959, p. 293), mais, contrairement au circonflexe, il ne comporte aucune modulation de la voix.

6Durant la période de l’occupation romaine, la coexistence du latin et du grec conduit à une influence réciproque. Beaucoup de suffixes latins ‑pullus, ‑átus, ‑icus, ‑ína entrent dans le grec langue populaire dont ils modifient le rythme en diminuant le pourcentage des oxytons. Les noms contenant ces suffixes latins sont qualifiés ici de « formations néo‑helléniques ».

3. Grec médiéval

7Il faut entendre par « grec médiéval » la langue vulgaire de l’époque byzantine et de l’époque moderne jusqu’au xviie siècle.

8On constate, dans cette période, la fixation de l’accent en cours de flexion pour certaines catégories grammaticales. C’est le cas de l’adjectif (Chronique de Morée – vers 1300 – : παράξενου βασιλέως, άψαλτη ἐκκλησία), de certains génitifs pluriels où l’accent « descendait » en attique (Digénis Akritasxie siècle – των απελάτων, Chronique de Morée : των στρατιώτων) et même de quelques génitifs singuliers de la deuxième déclinaison (Chronique de Morée : του σκάνδαλου). L’accent tend aussi à se fixer dans les formes passées du verbe, plus par analogie avec les formes les plus usuelles que pour obéir à la règle de limitation (pour cette notion, voir infra). On lit très fréquemment, dans la Chronique de Morée, des formes comme εκλέξαν οù l’accent est fixé par analogie avec les deux premières personnes : εκλέξαμε, εκλέξατε.

9Une tendance à l’oxytonaison, en particulier dans les mots outils, est alors sensible. Dans les subjonctifs aoristes seconds, on passe à des formes accentuées sur la finale ; peut‑être sous l’influence analogique des infinitifs correspondants (ex. ἵνα εἴπῃ > νὰ εἰπῇ analogique de εἰπεῖ[ν]). Les proclitiques : ἵνα, ὅπως, ὅπου cessent d’être paroxytons avant de devenir monosyllabiques : να, πως, που. Surtout, dans beaucoup de paroxytons qui avaient abouti à une diphtongue descendante se produit ce qu’on appelle en Grèce une synizèse. Le résultat en est la constitution d’une syllabe à premier élément yod, ce qui donne l’impression d’une descente de l’accent (ex. Poèmes Prodromiquesxiie siècle – ψωμιού < ψωμίου). Ce phénomène, qui n’est que sporadique à l’époque byzantine, devient régulier au xviie siècle dans le dialecte crétois d’Erotocritos (ex. παλατιού, καρδιά, κορμιά). Cette réduction des voyelles en hiatus est aussi responsable de violations apparentes (pour l’écriture) de la règle de limitation syllabique (pour cette règle, voir infra V, 1). L’aoriste du verbe πιάνω, qui était επίασα à l’époque de la koiné tardive (Évangile de Nicodème, ve siècle apr. J.‑C.) s’écrit désormais έπιασα et se prononce [épjasa].

4. Grec moderne

a. Dialectes

10Dans certains dialectes grecs modernes la tendance à la fixation de l’accent en cours de flexion et le désir de protéger une consonne finale fragile ont été plus forts que la règle de limitation syllabique. On peut y trouver à l’occasion des pro‑proparoxytons, comme par exemple en crétois : εκάθουντονε = en démotique καθόταν.

b. Démotique

11La nouvelle koiné orale du jeune État grec semble avoir pour base le grec du nord‑est du Péloponnèse. Cette langue a été codifiée par Manolis Triantaphyllidis dans sa Grammaire néo‑hellénique (du démotique), éditée en 1941. Malgré l’intense effort de normalisation, (en particulier dans le Dictionnaire de la langue néo‑hellénique communeΛεξικό της κοινής νεοελληνικής, 1998, de la fondation Triantaphyllidis), il apparaît dans la pratique quelques flottements dans l’accentuation première : μοναχός‑μονάχος, Σάββατο‑Σαββάτο (grec parlé), γυναίκειος (populaire) ‑γυναικείος, στέρεος‑στερεός, φωνογράφος αεροπλάνο‑ (pop.) αερόπλανο, λεμονοδάσος‑λεμονόδασος (rare).

12La normalisation de M. Triantaphyllidis s’est particulièrement exercée dans l’accentuation des formes verbales. Sa grammaire donne αγάπησαν et non αγαπήσαν qui s’entend et s’écrit.

c. Écriture de l’accent

13Jusqu’à une époque récente, on accentuait le grec moderne comme le grec ancien, selon le système de notation inventé par les grammairiens alexandrins (Aristophane de Byzance, iiieiie siècle av. J.‑C.). Mais nous avons vu que la réalité phonétique de l’accentuation avait radicalement changé vers le iiie siècle de notre ère.

14Un système d’écriture de l’accent en accord avec la prononciation a été adopté par la République grecque (décret présidentiel du 29 avril 1982). Les principes de ce système monotonique sont les suivants :

  • les anciennes notations d’aspirations (ou d’absence d’aspirations) initiales, les esprits, ne sont plus écrites au‑dessus des voyelles ou des digrammes représentant les anciennes diphtongues au début des mots ;
  • on indique la voyelle accentuée en écrivant un accent aigu (οξεία) au‑dessus d’elle (ex. άνθρωπος) ; dans le cas des digrammes, l’accent s’écrit, comme dans l’accentuation ancienne, au‑dessus de la deuxième lettre (ex. αίμα, μαθαίνω). L’accent s’écrit devant une majuscule simple (ex. Όλυμπος) mais sur la deuxième lettre d’un digramme accentué initial (ex. Αίγυπτος) ;
  • on n’accentue que les mots de deux syllabes et plus. Contrairement, donc, aux anciennes habitudes d’accentuation, les monosyllabes ne sont surmontés d’aucun signe d’accentuation.

15Par exception, sont accentués les monosyllabes suivants :

α. La forme monosyllabique

16Elle résulte d’une élision ou d’une apocope, lorsque cette syllabe était accentuée dans la forme sans élision. Exemple λίγ’ απ’ όλα où la syllabe λίγ’ reste accentuée puisqu’elle l’était dans λίγο, tandis que απ’ ne l’est pas parce qu’il n’a jamais porté d’accent.

17N.B. Contrairement à la réalité phonétique, dans un syntagme constitué par un proclitique et une forme verbale qui a perdu son initiale accentuée, par suite d’une aphérèse, on ne reporte pas l’accent écrit sur le monosyllabe.

Ex. : θα ’θελα pour θα ήθελα « je voudrais », μου ’φερε pour μου έφερε « il/elle m’a porté. »

β. Dans les syntagmes

18formés par un prémorphème de subjonctif ou de futur (να, θα) et une des formes verbales monosyllabiques : μπω, βγω, βρω, ’ρθω, lorsqu’on veut indiquer que, dans la prononciation, c’est la particule qui est accentuée.

Ex. : θά μπω/θα μπω, νά ’ρθω/να ’ρθω.

γ. Dans les groupes formés d’un impératif dissyllabique

19accentué sur sa première syllabe et de deux enclitiques monosyllabiques (par définition), le premier de ces enclitiques reçoit un accent ; on a ici, au niveau du groupe rythmique (syntagme), un phénomène comparable à celui de « l’accent d’enclise » (voir infra V, 1).

Ex. : δώσε μού το « donne‑le moi » ; en effet, si μου n’était pas accentué, le syntagme comporterait trois syllabes atones en partant de la fin.

δ. Quelques monosyllabes

20peuvent recevoir un accent écrit (signe diacritique), pour les distinguer d’homonymes de nature grammaticale différente :

  • ή conjonction de coordination signifiant « ou », par opposition à l’article défini féminin, au nominatif singulier ;
  • πού et πώς interrogatifs et exclamatifs directs et indirects, pour les distinguer du που pronom relatif invariable « qui, que » et conjonction de subordination « de ce que » et du πως conjonction de subordination.

Ex. : Ο άνθρωπος που συνάντησα δε μου είπε πού πήγες, « La personne que j’ai rencontrée ne m’a pas dit tu es allé ».

Ex. : Mου είπε πως δεν ξέρει πώς τον λένε αυτόν τον άνθρωπο, « Il m’a dit qu’il ne sait pas comment s’appelle cette personne ».

Ex. : Λυπάμαι που δεν ήσουν στο σπίτι την ημέρα που ήρθα, « Je regrette que tu n’aies pas été chez toi le jour je suis venu ».

21Ν.B. Πού est accentué dans les expressions : πού και πού « de temps à autre » et αραιά και πού, « très rarement ».

  • les formes faibles du pronom personnel (μου, σου, του, της, μας, σας, τους) complément indirect en fonction de datif et non de génitif (signifiant « me, te, lui, nous, nous, leur » et non « de moi, de toi, de lui, d’elle, de nous, de vous, d’eux, d’elles ») chaque fois qu’on pourrait les confondre avec des possessifs.

Ex. : O πατέρας μού είπε se traduit « Le père m’a dit », alors que : Ο πατέρας μου είπε se comprend nécessairement comme : « Mon père a dit ». Bien entendu, dans l’énoncé ο πατέρας μου μου είπε, aucune confusion n’est possible et le deuxième μου n’a pas à être accentué.

Notes

1 Paul Garde, 1968, l’Accent, p 137.

2 Joseph Vendryès, 1945, Traité d’accentuation grecque, p. 30.

3 André Mirambel, 1959, « l’Accent », in la Langue grecque moderne, p. 29.

Acheter

Volume papier

amazon.fr