Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Troisième partie : rideaux de fer, frontières transparentes (1946-1949)

Fin de partie : la réalité et son double judiciaire, une épuration ordinaire ?

End of the Game: the Reality and its Judicial Double, an Ordinary Purge?

Τέλος του παιγνιδιού, η πραγματικότητα και το δικαστικό διπλό της, μια απλή εκκαθάριση ?

Résumé

La distance qui sépare la réalité de sa représentation officielle avec l’aide des juges : pour chaque collaborateur condamné, il y eut 140 communistes exécutés…

The gap between reality and the representation of reality with the help of the judges: for each condemned Quisling, 140 communists were executed…

Η απόσταση μεταξύ της πραγματικότητας και της αντιπαράστασή της : για κάθε καταδισκαμένο δωσίλογο, 140 κομμουνιστές εκτελέστηκαν…

Texte intégral

  • 1  Pierre Vermeylen, 1946, “The Punishment of Collaborators”, Annals of the American Society (...)
  • 2 Ce fut le cas de Travlós, ancien officier et attaché de presse de l’état-major nommé en 19 (...)
  • 3 Témoignage de K. Oik, président du comité de discipline, TSCA ; pour le procès de Thessalo (...)

1La frontière la plus significative, à l’est et à l’ouest du continent, fut peut-être celle qui séparait la réalité de sa représentation. Un aspect insolite de l’épuration pénale en Grèce révèle le caractère capital qu’a eu pour le judiciaire cette scission entre la réalité et son image : ce fut le traitement des journalistes, profession toute désignée pour produire le récit des événements. Alors qu’ailleurs, politiquement et publiquement identifiés à l’occupant, à l’instar des hommes politiques1, les journalistes en tant que collaborateurs furent une cible privilégiée, en Grèce ils bénéficièrent d’une clémence exemplaire. À Athènes, au lendemain de l’Occupation, parmi les cinq membres du Syndicat des journalistes exclus pour avoir systématiquement soutenu l’occupant, seul l’un d’entre eux fut finalement condamné, le seul qui fut jugé avant les élections. La procédure de jugement du directeur d’un journal conservateur à grande diffusion tout autant que sa condamnation symbolique à un an de prison ferme démontrent2 que le crime de « propagande en faveur de l’ennemi » n’était pas réellement en cause. Même les témoins de l’accusation, et parmi eux le propriétaire du journal qui, entre-temps, avait assumé les fonctions de directeur, ont soutenu que le journalisme était un travail comme un autre et que le pratiquer sous la tutelle de l’ennemi n’était qu’un moyen pour survivre. Le président du comité de discipline qui avait exclu l’accusé du syndicat au lendemain immédiat de la Libération s’excusa de l’avoir fait « sous l’influence de la gauche ». Par ailleurs, à Thessalonique où les responsables de deux journaux collaborationnistes de la ville avaient été jugés par le TSC, les instances officielles de la profession affichèrent de manière exemplaire leur solidarité avec les journalistes accusés de collaboration : leurs collègues qui comparurent comme témoins de l’accusation maintinrent qu’ils étaient devenus les instruments de la propagande ennemie « car ce n’était pas facile d’être un héros3 ».

  • 4  Le cas le plus frappant est celui de Kambanis, rédacteur en chef du journal Hellas publié (...)

2Ces deux procès, tenus respectivement en juillet et en septembre 1945, furent les seuls qui aboutirent à la condamnation de journalistes professionnels. Leur déroulement et leur conclusion permettent de saisir quel fut en réalité leur rôle : ils servirent à rétablir la confiance du public dans les journaux qui continuaient à circuler grâce aux subventions de l’État. Dès lors, un seul journaliste, qui s’était enfui à la Libération et fut jugé par contumace, fut condamné pour avoir occupé le poste d’attaché de presse du bureau du Premier ministre sous l’Occupation. Parmi les autres journalistes initialement exclus du syndicat et qui avaient cependant repris leur activité professionnelle, aucun ne fut condamné pour délit d’opinion. Ceux qui ne bénéficièrent pas immédiatement d’un non-lieu ne furent jugés qu’à la fin de l’année 1947 et acquittés au motif que, dès l’Occupation, ils avaient mis leur plume « au service du combat contre le communisme4 ». La fin de ces procès coïncida avec la mise au ban définitive de la presse de gauche. Ainsi, en même temps que la justice consacrait la fiction d’un État de droit en situation de défense contre le banditisme organisé, elle garantissait au régime les conditions nécessaires non seulement à la diffusion de cette représentation, mais aussi à l’exclusion de toute vision et tout aspect de la réalité qui pouvaient mettre en doute cette représentation.

  • 5  Vidalis fut journaliste à Kathimeriní avant la guerre, après quoi il travailla au journal (...)
  • 6  Les archives de la CIA ont récemment communiqué la « perte de documents classifiés concern (...)

3Le sort des journalistes qui voulurent transgresser ces frontières étanches entre la réalité et sa représentation, entre les événements et leur récit, est riche d’enseignements. Quand, deux mois après l’entrée en vigueur des premières lois anticommunistes, un rédacteur de Rizospástis, Kostas Vidalis, voulut « couvrir » pour son journal le climat de terreur qui régnait dans la région de Magnésie à la veille du plébiscite, il fut cruellement assassiné par les bandes paramilitaires royalistes. Les auteurs ne furent jamais identifiés, ni arrêtés5. Vingt mois plus tard, le 16 mai 1947, la presse de gauche étant alors clandestine, on retrouva le cadavre de George Polk, journaliste de la chaîne américaine CBS, dans la baie de Thessalonique : avant sa mort, il était sur le point de rejoindre les territoires contrôlés par l’Armée démocratique pour interviewer son commandant en chef. Très rapidement, on procéda à l’arrestation d’un journaliste procommuniste qui fut forcé d’avouer son implication dans ce crime. Si plus tard les recherches révélèrent qu’il avait été perpétré par des paramilitaires d’extrême droite, puis couvert par les services américains ; les détails de cette affaire sont demeurés jusqu’à aujourd’hui mystérieux : la loi du silence s’étendant cette fois bien au-delà des frontières nationales, jusqu’en Amérique du Nord6.

  • 7 Activité des cours martiales extraordinaires selon la résolution no 3 et la loi no 509 de 1 (...)

4Cet assassinat fut commis à un moment critique, au point d’aboutissement de cette démarche, inaugurée par des TSC, qui avait consisté à décréter une guerre civile légale : la justice ne se contentait plus de dissimuler tacitement le côté criminel du régime mais devenait partie prenante de la « guerre contre le banditisme » en infligeant en moyenne cinq à sept peines capitales par jour. C’est ce que montrent les chiffres de l’étude de Níkos Michiótis recensant les archives des cours martiales extraordinaires de 22 départements du pays7 :

Condamnations par les cours martiales extraordinaires dans vingt-deux départements

1946 1947 1948 1949 1950 1951 Total
Personnes déférées 1 313 7 504 16 494 21 710 1 630 1 002 49 653
Peines de mort    55   671  1 676   2 251    116     49   4 818

5Cette contradiction entre une justice antifasciste virtuelle et une justice anticommuniste réelle a été habituellement considérée comme une particularité grecque, celle-là même qui explique que fut étouffée dans l’œuf la tentative de punir les collaborateurs.

6En fut-il ainsi effectivement ? Sans doute, cet aspect constitue le principal trait distinctif de l’épuration grecque. En revanche, le nombre des complicités et les parallèles qu’on peut établir avec des processus analogues simultanément mis en œuvre ailleurs en Europe mettent en doute l’impression dominante qu’il s’agit là d’un cas exceptionnel d’impunité et de clémence. La précocité avec laquelle sont apparus ces traits distinctifs pourrait nous inciter davantage à y déceler plutôt les signes d’un caractère exemplaire. Ces questions guideront la partie finale de ce chapitre où nous tenterons de tirer un bilan de l’épuration et, en les considérant dans leur synchronie, de cerner les limites que la fiction judiciaire s’est fixées.

Frontière

  • 8 Voir Dan Diner, 2001, Raccontare il novecento, Una storia politica, Milan : Ga (...)

7Avant de devenir une frontière de la guerre froide, la Grèce s’était trouvée à deux reprises à la frontière des guerres mondiales. Les verdicts des TSC, dans la mesure où ils visèrent majoritairement les populations albanaises et slavophones des régions frontalières du nord, reflètent directement cet aspect qui illustre de diverses manières un caractère ordinaire, sinon exemplaire, de cette épuration8.

  • 9 Comme cela fut déjà le cas. Conforme à la justice des vainqueurs fondée sur le (...)

8Les différends territoriaux autour des provinces du nord du pays, comme la composition ethnique de celles-ci, furent autant de problèmes hérités du processus de décomposition des empires multiethniques européens, déclenché par la Grande Guerre de 1914‑1918 et dont les guerres balkaniques de 1912‑1913 avaient été le prélude. Ces vieux comptes, en attente d’un règlement qui se voulait « définitif », ne furent pas un cas isolé : il suffit de rappeler ici, par exemple, les expulsions de millions d’Allemands ethniques des pays d’Europe centrale. Ce phénomène est typique de la morale politique des vainqueurs au sortir de la guerre : même si les degrés de politisation variaient, l’emploi de la voie légale après la fin des hostilités en vue de cristalliser le statu quo et de neutraliser les contradictions acquérait une valeur en soi. Se fondant sur le principe « nous ne sommes pas comme eux9 », la voie légale autorisait les vainqueurs à affirmer leur supériorité morale.

  • 10 Voir l’Introduction de cet ouvrage
  • 11 Il s’agit des fameux « décrets Beneš », (voir Benjamin Frommer, 2005, National Cleansing (...)

9L’emploi des procédures pénales ordinaires en droit pénal international fut un trait distinctif majeur du passage à l’après-guerre : avec l’adoption du principe de la responsabilité individuelle, le camp vainqueur sut dépasser les contraintes préexistantes et imposer ainsi une représentation sélective légitimant sa victoire même à l’intérieur des pays vaincus10. À cet égard, observer la frontière grecque permet de mesurer l’extrême plasticité de la voie légale : en même temps qu’en justifiant des expulsions faites manu militari, on confirmait la vieille frontière géostratégique, on la redéfinissait en l’adaptant aux nouveaux clivages idéologiques de la guerre froide. En Tchécoslovaquie, pays-frontière qui se trouvait de l’« autre côté », le transfert des Sudètes vers les territoires allemands s’effectua conformément aux décrets de l’exécutif, approuvés par la conférence de Potsdam11. En Grèce, c’est d’abord à la justice qu’incomba la responsabilité d’identifier l’ennemi national à l’« agresseur fasciste ». Si on lui compare les décrets d’un pouvoir centralisé de caractère révolutionnaire, le choix de la procédure pénale apparaît comme ayant été conforme à la distinction des pouvoirs : il assurait ainsi, au moins dans la forme, une transition adaptée aux principes fondamentaux du libéralisme politique.

La base sociale du nouveau régime

Réparations

  • 12  AC no 114 « sur le sort des biens immobiliers vendus pendant l’Occupation ennemie », J (...)
  • 13  Alors que le ministre Alexandrís proposait surtout des mesures visant la réduction des (...)
  • 14  Loi no 1323 « sur les transactions immobilières pendant l’Occupation », JO no 323, 2 d (...)
  • 15  La remarque et la comparaison sont empruntées à Jon Elster, 2006, “Redemption for Wron (...)

10Le caractère libéral du régime fut donc un leurre, mais un leurre qui eut une portée réelle. Le nombre limité des accusés concernés par l’épuration, et par conséquent celui de leurs victimes ayant bénéficié de réparations par la voie pénale, nous oblige à procéder à un bref examen des autres moyens légaux et des tactiques électorales utilisées par les élites politiques pour s’assurer de la base sociale du régime. La dimension de masse des règlements de comptes avec le passé apparaît avec les lois sur les réparations des injustices commises contre les vendeurs de biens immobiliers sous l’Occupation : l’affaire concernait 300 000 transactions impliquant plus de un million de citoyens, soit 15 % de la population du pays. Symptomatiquement, la mise en place de cette législation fut l’acte ultime du ministère libéral, à la veille même des élections de mars 194612. Avec l’objectif de « restituer les valeurs d’un marché sain », on privilégia d’abord une solution qui protégeait les petits propriétaires, prévoyant l’annulation des transactions de valeur petite ou moyenne et le rachat des biens vendus au prix de vente initial. Aucune des parties ne fut satisfaite et, durant toute la seconde moitié des années 1940, l’affaire fit l’objet d’un lobbying intense de la part des associations rivales des « vendeurs » et des « acheteurs ». Les négociations s’éternisèrent : deux professeurs de droit civil publièrent des manuels interprétatifs, trois ministres de la Justice, l’un après l’autre, préparèrent des projets de loi modifiant la loi initiale, autant de députés publièrent des monographies où ils essayaient de défendre les revendications de leur base13. L’affaire se poursuivit bien après, présentant de nombreuses ramifications qui mériteraient une étude spécifique. Nous nous contenterons de mentionner qu’une nouvelle loi, décrétée à la veille des élections suivantes, prolongea l’affaire jusque dans les années 195014. Ainsi droite et centre tissaient les réseaux de leur clientèle électorale avec la promesse d’une réparation des injustices. Cependant le succès dans la promotion des intérêts de leurs clients supprimerait toute raison pour eux de rester leurs clients : la base sociale du régime était consolidée autour d’une perspective perpétuellement orientée vers un avenir qui ne se réalisait pas ; cela révèle un aspect essentiel de ce processus de restauration des anciennes élites qui renvoie directement à la Restauration française15.

Questions de classe

  • 16  Voir respectivement pour ces deux citations le rapport introductif de la loi de 1949 p (...)
  • 17  Dans la première période, en 1945, quand les femmes furent une cible préférée tant de (...)
  • 18  Voir le tableau de Geórgios Stathákis sur la composition sociale des villes, 2003, «Οι (...)

11L’impératif moral qui guida l’activité des « vendeurs » tout au long du mandat de la première Assemblée de l’après-guerre, et fut généralement accepté comme base des négociations par toutes les parties impliquées, avait pour objet de « restaurer les bonnes mœurs dans le marché et dans la société ». C’est en vertu de ce principe qu’une vague d’opposition se dressa contre la limitation des réparations aux plus faibles : « plus grande la valeur du bien vendu, plus grande l’injustice16 ». En lisant entre ces lignes, on devine aisément que, parmi les centaines de milliers de victimes de cette catégorie, ce furent les plus aisées d’entre elles avant guerre qui prirent le pouvoir au sein de cette fédération, espérant ainsi exploiter leur influence politique et revendiquer le retour au statu quo ante. Tout compte fait, cette quête d’une « remise à zéro » (symbolique puisqu’en effet impossible) apparaît comme un fil rouge qui lie l’ensemble de ces procédures d’épuration. Comme on l’a déjà observé, la tendance à considérer l’Occupation comme une période ordinaire, et cela dans la perspective de colmater la brèche révolutionnaire de 1943‑1944, fut un trait récurrent des jugements pénaux. Les données statistiques disponibles concernant le sexe ou le statut social des condamnés par voie pénale confirment doublement cette tendance. D’une part, le taux des femmes et des étrangers signale un retour aux valeurs dominantes traditionnelles, à forte nuance patriarcale et xénophobe, et la défense des intérêts de l’Église orthodoxe17. D’autre part, la position sociale des condamnés, reflétant globalement la composition de la société urbaine de la capitale, réfutait les conceptions d’une collaboration d’État ou de classe avancées par l’EAM au lendemain de la Libération, et révélait une logique de classe inversée : la justice, rendue en fonction du statut social plutôt que de la gravité du crime, n’était autre qu’un dispositif ordinaire de reproduction des hiérarchies sociales18.

12Écrits souvent à la va-vite, les matériaux du TSC d’Athènes n’offrent pas d’informations systématiques sur le métier des accusés, surtout jusqu’à la mi‑1946. Toutefois, à partir d’un échantillon de 374 de ces accusés (environ 15 % de l’ensemble), on a pu établir la répartition suivante qui est indicative de la tendance générale, même si elle n’est pas représentative :

Origine sociale des accusés jugés par le TSC d’Athènes (échantillon de 374 personnes)

Couches populaires (ouvriers, salariés du privé, petits commerçants, paysans) 49 %
Fonctionnaires du public (militaires et civils) 29 %
Professions libérales (avocats, médecins, ingénieurs) 15 %
Industriels, gros commerçants 6 %

13Dans la première catégorie, les ouvriers et les salariés du privé représentent les deux tiers (le reste étant surtout des petits commerçants). Les agents de la police ou de l’armée occupant ordinairement des postes au bas de la hiérarchie sont présents dans le même pourcentage (deux tiers) dans la deuxième catégorie ; 8 % sont des fonctionnaires de l’administration (maires de commune, etc.). Dans la troisième catégorie, la majorité (8 sur 14 %) sont des ingénieurs impliqués dans les travaux publics et enfin, dans la dernière catégorie (où le taux de condamnation est le plus bas), il s’agit plutôt de petits industriels ayant fourni des services aux occupants.

14L’ensemble est conforme à la composition sociale des sociétés urbaines grecques, en tenant compte de l’exception d’Athènes où le taux de fonctionnaires est élevé.

Restauration et réhabilitation

Restauration

  • 19  Voir Jon Elster, 2004, Closing the Books: Transitional Justice in Historic (...)

15Comme en France, en Italie et en Allemagne notamment, en Grèce, l’épuration eut affaire et aux collaborateurs et aux élites d’avant-guerre : ce trait était pour ainsi dire inscrit dans le texte des lois d’épuration administrative visant le personnel de la dictature de 1936‑1941. Ce type d’épuration se caractérisa par le maintien en fonction de la grande majorité des effectifs de la magistrature19. Les membres de la classe judiciaire qui avaient la maîtrise des mécanismes juridiques, mais aussi une certaine idée du libéralisme quant à l’interprétation des lois, surent en premier lieu garantir l’immunité en profitant du dualisme étatique toujours effectif plusieurs mois après la Libération. Le consensus global sur la primauté de la voie légale pour le règlement des comptes du passé permit à l’ordre judiciaire de créer un espace qui fut, plusieurs mois durant, l’unique espace public officiel légitime reconnu par tous les camps, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. L’adoption d’une stricte neutralité positiviste dans l’interprétation de la loi permit au parquet de l’instrumentaliser et d’établir ainsi graduellement au cœur de cet espace les piliers idéologiques du nouveau régime en voie de formation.

16Accomplissant une sorte de rite de passage moderne, la justice a su instituer un nouvel ordre symbolique. Cependant, à limiter notre regard à l’aspect rituel, nous aurions perdu de vue un autre aspect de la justice, sa fonction effective, matérielle. Dans l’enceinte judiciaire, nous avons non seulement pu observer comment le rapport des forces politiques dans le monde profane s’était cristallisé symboliquement dans le rituel des procès, mais nous avons pu également rendre compte de la formation du nouveau bloc sociopolitique du pouvoir. Incarnation de la continuité de l’État par excellence, l’espace judiciaire fut le maillon critique qui permit aux vieilles élites économiques et étatiques de s’allier avec les plus puissants des profiteurs et d’intégrer les effectifs armés de la collaboration. En ce sens, avec la création, puis l’expansion graduelle, d’un espace public qui s’appropria la victoire antifasciste, l’épuration peut aussi être décrite comme un processus de transformation de la suprématie militaire des anticommunistes en hégémonie politique.

Réhabilitation

  • 20  Ces débats ont eu lieu quasi simultanément avec la « conférence des 21 nations », fin (...)
  • 21  Résolution no 19 « sur la modification des clauses de la loi no 533/1945 », (...)

17Dès l’été 1946, parmi les premières motions législatives discutées par le « comité de délégués », il y eut l’abrogation totale de l’AC no 6, « la loi dictée par les communistes », et la révision de tous les procès pour collaboration selon la loi pénale ordinaire. Symptomatiquement, pendant ces débats parlementaires, les objections opposées portèrent surtout sur l’image du pays à l’étranger et au regard de la conférence de paix qui devait avoir lieu à la même époque. Pourtant, la proposition reçut l’approbation de plusieurs députés de la majorité et même celle de Gonatás qui, depuis quelques jours, faisait fonction de Premier ministre20 : si elle avait été mise au vote pendant une séance plénière, elle aurait sans doute été adoptée. Néanmoins, la décision fut reportée et finalement ce fut la résolution no 19, promulguée directement par l’exécutif en décembre, qui offrit une solution de compromis : la loi no 533/1945 codifiant les clauses concernant la sanction pénale des collaborateurs restait en vigueur ; en revanche, des garanties supplémentaires permettaient aux accusés – et même à ceux qui avaient déjà été condamnés –, de faire opposition contre le jugement rendu et de demander l’annulation de la décision du TSC ou la révision du procès, ouvrant ainsi la voie pour l’annulation, lentement et discrètement, des effets de cette législation21.

  • 22  “The concentration of the legislative functions in the hands of the executive and the (...)
  • 23  Voir, dans les comptes rendus des débats parlementaires, Psyn, séance no 1 (...)
  • 24  Voir le pamphlet «Δωσιλογισμός και Έλλας» [Collaboration et Grèce], publié en janvier  (...)
  • 25  Après Rállis, Tsolákoglou est mort en mars 1948. À part le recueil de textes du (...)

18Relativement à un mode de légiférer qui renforçait la séparation étanche entre la réalité et sa représentation officielle, de toute évidence, la collaboration faisait partie des « zones interdites » confiées au pouvoir discrétionnaire d’un exécutif chargé de l’intégration du pays dans le camp occidental22. Cependant, au sein de cette sphère publique libérale, ceux qui soutenaient les collaborateurs exploitèrent toutes les marges de manœuvre disponibles pour revendiquer leur réhabilitation dans la communauté nationale. Tandis qu’un groupe parlementaire important veillait à la bonne application de la résolution no 19 par le parquet23, des comités se mobilisaient pour soutenir les collaborateurs poursuivis. Début 1947 apparut pour la première fois un « Comité des poursuivis comme collaborateurs », encadré peu après par une « Organisation de défense des droits des citoyens ». Reprenant totalement à leur compte la polémique politico-juridique sur la rétroactivité de la loi, ces initiatives brandirent l’étendard de la défense de l’État de droit et des « principes séculaires de la culture juridique libérale24 ». Peu après, les deux principaux Premiers ministres de l’Occupation (Tsolákoglou et Rállis) moururent dans les cellules de luxe du palais Zélioti où ils étaient restés emprisonnés, mais leurs collègues continuèrent le combat. À partir de 1947, Logothetópoulos, le troisième Premier ministre collaborateur, et deux autres ministres publièrent des brochures et des pamphlets dénonçant l’injustice commise à leur encontre. Profitant de la psychose sécuritaire régnant dans les milieux urbains à l’heure où, dans les campagnes, les heurts militaires faisaient rage, ils y défendaient leur œuvre gouvernementale en se présentant comme les précurseurs et les premiers combattants de la « lutte du monde libre contre la tyrannie communiste25 ».

  • 26  Parmi les instigateurs des motions parlementaires sur le sort des collaborateurs, on r (...)
  • 27  Tourkovassílis fut chef du petit parti de Pensée-nationale [Komma Ethnikoofronon]. Un (...)

19Or ce mouvement de réhabilitation offrait aussi un aspect moins apparent. Les députés défenseurs des droits des collaborateurs, dont certains avaient déjà été leurs avocats, faisaient aussi « la navette » entre la prison et la société civile26. Les ministres emprisonnés essayaient de mobiliser en leur faveur les liens qu’ils avaient entretenus avec les membres des élites étatiques en invoquant la solidarité anticommuniste ou en rappelant leurs mandats parlementaires et leur passé patriotique. Quant aux condamnés pour collaboration moins en vue, soit la grande majorité d’entre eux, ils faisaient appel à la solidarité anticommuniste en se déclarant prêts « à reprendre le combat contre la rébellion dans les rangs de l’armée nationale ». D’anciens officiers des BdS, membres de la Sûreté spéciale, collaborateurs politiques ou économiques venant de tout le pays, et même Poúlos, le chef de la bande nazie de Macédoine, se rassemblèrent à partir de 1948 autour du député Tourkovassílis qui se fit leur porte-parole officiel et soutint obstinément un projet de loi pour leur accorder l’amnistie. Fait significatif : dans les lettres que lui adressèrent les condamnés, ces derniers l’appelaient « chef » et se disaient prêts à travailler pour son parti une fois libérés27.

Bilan

  • 28  À partir de 1948, ce fut le député Tourkovassílis qui leva l’étendard de la libération d (...)
  • 29  Alors que les protestations internationales contre la cruauté des exécutions faisaient r (...)

20À la différence de la plupart des autres processus d’épuration, en Grèce, aucune loi d’amnistie pour les collaborateurs ne fut votée. Reposant sur une argumentation similaire à celle qui justifia les lois d’amnistie en France ou en Italie, les deux tentatives des partisans d’un acte de clémence échouèrent coup sur coup, en 1948‑1949, bien qu’ils aient disposé d’une majorité parlementaire. L’Assemblée ne se réunissait plus en séances plénières. Au sein du comité de députés qui s’y substituait, une minorité des députés du centre différait les débats tandis que, contraint surtout par les engagements pris auprès des États‑Unis et par les pressions qu’exerçaient ces derniers, le gouvernement s’abstenait de promulguer une telle loi28. La répression de la gauche pendant cette période de la guerre civile, la dernière et la plus cruelle, fut tellement acharnée que tout pardon officiel aux collaborateurs aurait paru scandaleux. Pour faire face au problème aigu de la surpopulation des prisons, on recourut principalement à deux solutions : passer par les armes des centaines de militants de gauche emprisonnés et modérer régulièrement les peines par le Conseil des grâces. Le nombre des collaborateurs qui bénéficièrent de ses actes de clémence pendant la guerre civile s’élève à quelques centaines29.

  • 30  L’article 4 de la loi no 1829, JO no 151, 28 mai 1951, prescrivait les « peines de corre (...)
  • 31  Loi no 2057 « sur la suspension de la poursuite de certains délits et la libération prov (...)

21La question d’une amnistie fut renvoyée après les élections de mars 1950 : dans le cadre des « mesures de pacification » à prendre après la fin des hostilités, on devait discuter conjointement d’une amnistie pour les prisonniers collaborateurs, pour les militants de gauche et pour les paramilitaires de droite condamnés par les cours pénales ordinaires. Les deux Assemblées élues entre 1950 et 1952, à majorité centriste, ont été marquées par la présence parlementaire d’un parti légal de gauche pour la première fois de l’après-guerre. Les premières lois « sur les mesures de pacification » adoptées par les gouvernements du centre représentaient une avancée prudente, et cela tant à l’égard des anciens résistants qu’à celui des collaborateurs. Ainsi, parce qu’elle corroborait la distinction entre collaboration « politique » et collaboration proprement « criminelle », une clause profita notamment (sinon seulement) aux ministres condamnés à des peines de réclusion moyennes30. Finalement, ce ne fut qu’à partir d’avril 1952 que les collaborateurs bénéficièrent de mesures de clémence et cela de la même manière que pendant la guerre civile : discrètement, grâce à des clauses comprises dans des textes qui visaient principalement des catégories de prisonniers plus nombreuses. La loi no 2057/1952 « sur la suspension de poursuite de certains délits » rétablissait le droit de recours pour les personnes condamnées par les cours martiales extraordinaires, et essayait d’en finir une fois pour toutes avec la décennie précédente en rendant possible la libération (« provisoire » et « conditionnelle ») des « détenus de gauche, des paramilitaires de droite, des collaborateurs et des criminels de guerre31 » !

  • 32  3 000 détenus en 1950 aux Pays‑Bas ; 6 115 en Belgique qui avaient une population simila (...)

22Comme dans la plupart des autres pays d’Europe, ce fut donc à partir de ce moment, c’est-à-dire peu après que les alliés occidentaux eurent déclaré formellement la fin de l’état de guerre avec l’Allemagne, que la plupart des collaborateurs emprisonnés, dont les derniers des ministres condamnés en 1945, furent libérés, alors qu’un an plus tôt, 1 275 collaborateurs étaient encore détenus dans les prisons grecques. Sur l’ensemble de la population, ce nombre correspond à un taux remarquablement plus bas que celui de la Belgique ou des Pays‑Bas à la même époque, mais sensiblement plus élevé que celui de la France ou de l’Italie32. S’il ne nous est donné à connaître qu’un ordre de grandeur fort relatif, compte tenu des multiples particularités nationales qui conditionnèrent ces processus parallèles, toute conception de l’épuration pénale grecque comme une « exception d’impunité » s’en trouve cependant définitivement réfutée.

  • 33 Nous utilisons ici les éléments empruntés pour le tableau chez Hans Fredrik Da (...)

23Il en va de même pour le nombre des condamnations. Le taux « régulier » des épurations effectuées dans les autres républiques libérales d’Europe n’étant pas lui-même très homogène, comme on le voit dans le tableau suivant, la Grèce ne fit pas exception à cette « régularité »33.

Nombre des condamnés pour collaboration pour 100 000 habitants

France  90
Danemark 333
Belgique 582
Pays‑Bas 553
Norvège 573
  • 34 Tableau réalisé sur la base du recensement de 1940 : ESYE (Service national de (...)

24Si la diversité fut une règle, la Grèce la porta à son comble. En ce qui concerne l’épuration grecque, les éléments disponibles par région sont, en règle générale, soit supérieurs soit inférieurs aux deux valeurs extrêmes du tableau 1 (90 et 582). À Athènes où la clémence régit les procédures et où la question de la réhabilitation des effectifs militaires et des élites administratives avait paru urgente, comme à Kavala qui ne fut pas directement concernée par les poursuites systématiques contre les slavophones, ce taux est légèrement inférieur à la moyenne française qui, à son tour, correspond au taux le plus bas parmi ceux des pays mentionnés dans le tableau 1. En revanche, les taux correspondant aux épurations les plus « profondes », en Belgique ou en Norvège, semblent faibles au regard de ceux des régions grecques où les TSC furent chargés de la défense de la frontière de la guerre froide au nord du pays. Thessalonique, où le travail des TSC comprit ce double mouvement de réhabilitation des élites et de persécution des minorités ethniques, présente un cas intermédiaire légèrement au-dessus du taux français, le plus faible de tous34.

Grèce : condamnés pour collaboration pour 100 000 habitants et par région

Athènes    75
Kavala    65
Dráma 1 175
Thessalonique     95
Thesprotie 3 080
  • 35  Si on ajoute au nombre ci-dessus environ 200 condamnés par les tribunaux de Larissa (...)

25Sur un total de 30 000 à 40 000 personnes qui firent l’objet d’enquêtes de la cour, le taux total des condamnés en Grèce, sans jamais s’écarter des limites statistiques, est plutôt proche du taux national le plus faible parmi ceux des autres États libéraux. Dans les cinq régions citées dans le tableau ci-dessus, les seules pour lesquelles on dispose d’éléments précis, diverses peines criminelles (prison, réclusion, mort, expulsion) furent infligées à l’encontre de 5 102 individus, soit un taux de 182 pour 100 000 habitants. La population de ces régions, environ 40 % de la population totale du pays, n’en constitue pourtant pas un échantillon représentatif, car cette zone comprend deux des régions les plus touchées par les politiques de nettoyage ethnique. Les 18 TSC restants exerçaient leur juridiction sur une zone incluant les régions du Péloponnèse, fief des vieilles élites étatiques du pays, la Crète, les îles de la mer Ionienne et celles de l’Égée, mais aussi la frontière de la Macédoine grecque et yougoslave, où se joua le dernier et le plus long acte du nettoyage ethnique mené à l’encontre des slavophones, passés du côté de la guérilla communiste en 1946‑1949. En nous fondant sur les informations disponibles relatives aux travaux de ces TSC, quoique éparpillées et souvent contradictoires, nous pouvons estimer, sans grande marge d’erreur, que le taux de citoyens condamnés en Grèce pour collaboration avec l’ennemi se situa entre 95 et 100 individus pour 100 000 habitants35.

  • 36 Chef de l’EES (Poulos Verband). Détenu à Athènes, et parmi les correspondants (...)
  • 37 En Grèce, 25 collaborateurs seulement avaient été exécutés au début de 1949 (v (...)

26Si un point de vue purement statistique se révèle insuffisant pour établir une mesure commune à des traditions politiques et à des expériences fort dissemblables, il permet cependant de cerner les véritables particularités de cette épuration. En ce qui concerne la sévérité des peines prononcées, le taux des peines capitales est élevé, surtout en raison des condamnations collectives des minorités ethniques. Toutefois, le taux des peines effectivement exécutées fut tout de même inférieur à celui des pays où la peine capitale avait été abolie bien avant la guerre et rétablie exceptionnellement pour punir les collaborateurs et les criminels de guerre. Ainsi, alors qu’ailleurs en Europe, ces exécutions ont eu et conservé un caractère exemplaire, en Grèce où, à l’exception de Poúlos36, aucune figure majeure du monde de la collaboration ne fut passée par les armes, nous n’avons que peu de choses, si ce n’est un chiffre37.

Exécutions de peines de mort pour collaboration pour 100 000 habitants

Belgique 3   
France 2   
Norvège 1   
Danemark 0,7 
Pays‑Bas 0,4 
Grèce 0,35
  • 38  Selon les estimations de Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce (...)
  • 39  Le nombre de 7 700 condamnations, estimé par Polyméris Vóglisin Mark Mazower, 2000, Afte (...)

27Les raisons de ce silence résident certainement dans les liens contradictoires qui les unissent aux raisons de la violence anticommuniste. Si les sanctions administratives ou civiques contre les collaborateurs, qui ailleurs ont été infligées par centaines, furent en Grèce presque inexistantes, les limogeages des sympathisants de l’EAM s’y comptent en revanche par milliers ; le nombre des sanctions criminelles infligées aux militants de gauche fut de sept à dix fois supérieur à celui des sanctions de collaborateurs38. Last but not least, le nombre de ces exécutions dépasse de loin ceux du tableau ci-dessus. Selon l’estimation la plus modérée, sur 7 200 peines de mort prononcées entre 1946 et 1949 contre des militants de gauche, environ 3 500 furent exécutés ; le taux, de 50 pour 100 000 habitants, est de 20 à 100 fois plus grand que celui concernant les collaborateurs condamnés dans le cadre des épurations légales ailleurs en Europe39. Le fait qu’en Grèce, pour chaque collaborateur condamné et exécuté par voie légale, on compte 140 communistes exécutés, infirme toute idée d’une épuration réussie.

28À la source des silences postérieurs se trouve donc aussi l’embarras devant cet aspect sanglant de la réalité.

  • Pour le régime naissant, la punition des collaborateurs fut d’emblée un moyen de dissimuler le conflit interne, puis de passer sous silence la division, en produisant la fiction partagée de l’unité de la communauté nationale et du retour à une prétendue identité libérale de l’État40. De la même manière que, pendant la guerre civile, la répression sauvage persécuta non pas des adversaires politiques mais des « bandits » ou des « espions » à la solde des pays communistes, cette législation qui devait accompagner le système politique du pays pour trois décennies encore excluait de la vie politique les opposants au régime en invoquant ce même prétexte du banditisme ou de l’espionnage. Bien que cette « para-Constitution » apparaisse comme une perpétuation de la guerre civile par des moyens légaux, elle semble avoir été avant tout la cheville ouvrière d’un oubli institutionnalisé, car elle obligea les forces mêmes de la Résistance de gauche à prêcher l’« oubli des divisions passées » afin de « nationaliser » leur résistance et d’obtenir ainsi leur réintégration dans le corps national41.
  • En conséquence, si l’épuration antifasciste permit au pays de se ranger dans le camp occidental et scella formellement le caractère libéral du régime, la « para-Constitution » et les luttes pour sa suppression eurent pour effet de muer en un horizon d’attente indépassable la réalisation effective de ce caractère libéral. C’est cet aspect qui conditionna aussi l’indifférence durable de la recherche scientifique à la question de l’épuration. Aussi longtemps que resta en vigueur cette para-Constitution, les recherches qui, en dépit de l’insuffisance, voire de l’absence d’archives, s’attachèrent à ce sujet, essentiellement hors du pays et au sein d’institutions académiques occidentales, partageaient une même perspective libérale : dans le schéma d’une démocratisation inachevée, l’épuration ne pouvait être a priori que l’une des raisons mêmes de l’échec de ce processus de démocratisation42.

Les limites de la voie judiciaire

  • 43  Jon Elster, (ed.), 2006, Retribution and Reparation in transition to democracy(...)

29Il était important que nous procédions à l’étude des modes d’instruction car celle-ci nous a permis de mettre en évidence un processus de transition où une conception amoindrie, rétrécie, de la justice conditionna une prise de conscience collective des crimes, « des centaines de leçons d’histoire patriotique ». Le degré a peut-être varié, mais cela fut un trait commun de l’expérience européenne de l’après‑1945 : le choix d’épurations rapides et profondes oblige à constater que, le plus souvent, ces objectifs s’excluent mutuellement. Les limites et les contraintes de l’action judiciaire servirent sans doute de leçon qui, plus tard et dans d’autres contextes historiques, mena à la forme institutionnelle des TSC, un modèle de transition échangeant d’emblée la vérité contre la justice43.

  • 44  Luc Huyse, 2006, “Belgian and Dutch Purges after World War II Compared”, in Jon Elster ( (...)
  • 45  Henri Rousso et al., 1987, le Syndrome de Vichy et les Français. Guido Crainz, (...)

30Autrement dit, l’expérience effective de l’Occupation eut beau se rejouer dans l’espace judiciaire, l’écart entre la demande de justice et l’apport des procédures officielles demeura assez important pour que, plus ou moins partout en Europe, l’Occupation étrangère devînt un lieu de mémoire divisée. Même dans les pays où on enregistra un taux de punition des collaborateurs plus élevé, les fantômes ne furent pas exorcisés et ce passé allait « resurgir comme la malaria » ou comme une « fièvre chronique »44. Par ailleurs, dans les cas où les épurations durent viser non seulement des régimes éphémères mis en place sous la tutelle de l’occupant mais aussi le personnel d’appareils politiques plus intimement ancrés dans l’histoire récente des pays, elles donnèrent lieu à des « névroses incurables » et à des résurgences périodiques de la violence anomique45.

  • 46  L’indice des fascistes et collaborateurs punis à travers la voie pénale fut de 14 pour 1 (...)
  • 47  À ce sujet voir notamment Silvana Testori, 1984, « La repressione antipartigia (...)
  • 48  Pour les réactions immédiates et les tactiques électorales des partis, voir Mimmo Franzi (...)

31Sur ce point, il vaudrait la peine d’établir quelques parallèles avec un cas emblématique de cette distance constatée entre la représentation officielle et la portée réelle de la justice : il s’agit de l’Italie, où l’épuration se distingue par un taux particulièrement faible, même si on le compare à ceux correspondant aux épurations les plus limitées en Europe46. Malgré sa participation à la guerre comme l’une des forces principales de l’Axe, la chute du régime fasciste et la capitulation de Badoglio en 1943 permirent à l’Italie d’éviter l’Occupation alliée prolongée que connurent l’Autriche ou l’Allemagne, et d’effectuer une épuration « endogène », à l’instar des autres pays occupés. Pour la Grèce comme pour l’Italie, l’épuration consista en un dispositif légal mis en place afin de mettre fin aux affrontements civils qui éclatèrent après l’écroulement politico-militaire de 1943. La Grèce et l’Italie, spécialement sa partie nord occupée par les troupes allemandes, présentent une série de similitudes remarquables : une violence particulièrement élevée de l’épuration sauvage qui continua bien après la Libération, une classe judiciaire intimement liée au régime précédent, réticente à poursuivre ses très nombreux militants mais prête à instruire des procès criminels pour actes de résistance47. Il en fut ainsi en Italie jusqu’en juin 1946 où une amnistie qui distinguait la collaboration politique et administrative des actes proprement criminels fut accordée par le chef du Parti communiste italien, et ouvrit la voie, plus tôt que partout ailleurs en Europe, à la cessation de ces poursuites. Si la reconnaissance des limites de l’action judiciaire rendait immédiatement manifeste la contradiction entre la fiction de la « nation universellement résistante » et la masse que représentait la base politique du régime sortant, elle eut pour effet un apaisement graduel du conflit civil et l’intégration à part entière de la Résistance communiste dans le panthéon national et dans le système politique de l’après-guerre48.

  • 49  Au sujet des procès manqués pour l’Occupation grecque spécialement, voir Lidia Santarell (...)
  • 50  Voir Iákovos Michaïlidis, 2001, Σωτήριος Γκοτζαμάνης, ο άνθρωπος, ο πολιτικός, ο μύθος [ (...)

32Ce fut l’« échec » relatif des épurations en termes d’effectivité, c’est-à-dire leur caractère limité, qui fit leur succès en termes de représentation, en imposant l’omission, l’oubli du soutien massif dont avaient bénéficié les régimes sortants. Cela rend encore plus explicites les complicités et les silences mutuels qui lièrent les deux pays quant au passé de la guerre : le silence du côté italien après le rendez-vous manqué des procès pour les crimes de guerre commis par les troupes italiennes donna naissance, du côté grec, au mythe des « gentils Italiens », dominant dans l’historiographie et la mémoire collective grecques49. Encore plus explicite de cet état de fait est la petite histoire du ministro scomparso, Gotzamánis. Ce puissant ministre de l’Économie sous l’Occupation, bien que condamné à mort dans le procès des gouvernements, ne fut jamais emprisonné puisque, selon son biographe, il était resté en « exil forcé » en Italie jusqu’en 1952, année où il fut gracié et rétabli dans ses droits civiques. Rentré au pays peu après, il brigua le poste de maire de Thessalonique aux élections municipales de 1954, recueillant 25 % des voix au premier tour et 43 % au second50 ! Il n’empêche que le récit officiel, d’une « minorité infime » de collaborateurs et d’une majorité écrasante de résistants, est tout de même devenu, en Grèce également, le lieu commun d’une mémoire nationale pourtant divisée sur le reste.

  • 51  Eléni Paschalóudi, 2008, «Η χρήση του παρελθόντος στον πολιτικό λόγο, τα γεγονότα της δε (...)

33Bien que foncièrement fictif, ce simulacre idéologique de la réalité institutionnalisé par l’épuration pénale permit aux constructions idéologiques antagonistes de toutes les forces politiques en présence d’y rechercher et d’y trouver leur légitimation. Si la droite resta fidèle à la version officielle de ce mythe, ses différents détracteurs en utilisèrent quelques aspects pour servir leur propre cause. La gauche procommuniste utilisa ce schéma pour dénoncer la collaboration d’une « clique monarcho-fasciste » qui avait pris le pouvoir avec le soutien des impérialistes anglo-américains et avait revendiqué ainsi une majorité fictive au sein de la nation résistante ; le centre l’utilisa pour condamner la « droite collaborationniste » (dosilogos dexia) à chaque fois qu’il tenta de gagner le soutien électoral du mouvement « éamite ». C’est ainsi que le mot consacré pour désigner les collaborateurs, « dosilogos », initialement un terme technique juridique qui, dans un esprit de consensus à même de favoriser la transition démocratique, avait été choisi pour remplacer le terme de « traître », devint à son tour une étiquette employée par tous les camps pour stigmatiser leurs adversaires politiques respectifs51.

  • 52  Voir la typologie d’Elster, surtout en ce qui concerne les variables indépendants, (...)

34Tout compte fait, l’épuration grecque ne se différencia véritablement de celle des autres pays européens ni par sa forme, ni par son caractère massif, mais par ce que, a posteriori, furent son apport et ses effets. Dans un contexte international favorisant le recours aux règlements de comptes violents, l’épuration a échoué en tant que processus de pacification et de libéralisation du régime. Comme cela avait été le cas avec les « procès de Leipzig » au lendemain de la Première Guerre mondiale, ce fut encore une fois la distance entre les déclarations de principe de ce modèle libéral de transition et ses résultats réels qui a déterminé l’omission de cette épuration dans la littérature en matière de justice transitionnelle52.

  • 53  Dans une littérature pourtant florissante sur la justice de transition, sur le (...)

35Si, pendant la guerre froide, le libéralisme grec entacha quelque peu la représentation idéologique libérale du camp occidental, avec la fin de la guerre froide, quand le libéralisme s’érigea en horizon unique de l’histoire universelle, le sujet de l’épuration grecque rendait problématique toute approche « progressiste » ou « libérale » de l’histoire, – approche tendant à extraire de ces processus politico-judiciaires un remède aux injustices et une fin définitive imposée aux violences du passé. C’est pourquoi l’unique épuration grecque jugée digne de faire l’objet d’un débat fut celle de 1974 qui, malgré sa portée beaucoup plus étroite, atteignit pourtant le but de rétablir pleinement un régime parlementaire53.

36Il apparaît toutefois que, dans le domaine de sa juridiction et justement pour faire face aux nombreuses contraintes qui le limitaient, la justice fut amenée à s’allier graduellement aux détenteurs de la « force matérielle » et, par là, en instaurant un simulacre idéologique distant de la réalité, à exercer pleinement son pouvoir prophétique, sa force créatrice de représentations. Ce simulacre grec partage de nombreux traits avec ceux produits par des pays aussi différents que la Tchécoslovaquie, la France, l’Italie ou l’Allemagne, mais cette analogie s’explique par le fait que, lors de cet accouchement tumultueux du monde de l’après-guerre européen, la Grèce devint une frontière à double titre, tant d’un point vue géographique que temporel.

37C’est pourquoi l’épuration grecque présenta tous les traits typiques, voire exemplaires, de la réalité d’alors, par leur nombre et par la précocité de leur manifestation, et cela dès sa mise en œuvre et jusqu’à ce qu’elle s’achève. Dans la mesure où le premier épisode de la guerre froide se déroula en Grèce en décembre 1944, avant même que le conflit mondial ne fût conclu, on comprend que les discordes et les divisions qui allaient couper en deux le monde de l’après-guerre furent inscrites aux origines de cette épuration. Si l’intervention britannique donna le signal de l’attaque pour écraser le corps social du mouvement de la Résistance, elle détermina également la nature de cette frontière qui allait séparer le monde de l’après-guerre.

  • 54  Dans la théorie du totalitarisme neumannienne, « révolution » signifie à la fois les cou (...)

38Conformément à la conception libérale de Neumann, à partir de 1947, la frontière de la « guerre civile internationale » fut désormais déterminée par l’ERP qui devenait la force de frappe « to destroy the mass basis » de la révolution internationale. Si le plan Marshall fut fondé sur un principe de prévention des assauts révolutionnaires, il suivit la doctrine Truman qui vint relever le défi de ce qu’elle concevait comme une révolution en cours en Grèce. En 1949, Sigmund Neumann avait par ailleurs bien tiré la leçon que « timing is of the essence in great periods of transition. […] The great decisions can be fatal if the democraties merely let themselves be pushed into a tardy defense of the status quo and an alliance with the forces of reaction54 ».

  • 55 Luca Baldissara, 2005, «Giudizio e castigo, La brutalizzazione della guerra e le (...)
  • 56  Dans les textes produits par les comités Greek fascism and antifascism, Neo-fascism in G (...)

39Pour autant que cette frontière traversât non seulement la société mais aussi le territoire national, la sphère de juridiction des TSC se tenait en deçà. Si l’aide matérielle du plan Marshall qui commençait à affluer renforçait progressivement la « mass basis » du régime, la punition d’un certain nombre de collaborateurs légitimait, quant à elle, la restauration du statu quo politiqueante bellum en s’appropriant les valeurs de la victoire antifasciste de 1939‑194555. L’opposition entre la vision de la Grèce comme un pays démocratique libre en défense légitime et celle d’un État fasciste n’était en ce sens qu’une expression de la transition vers une nouvelle étape de la guerre civile internationale où désormais l’idéologie antifasciste devait permettre et encourager l’établissement de tableaux de valeurs antagonistes56.

  • 57  Cette loi, promulguée par un gouvernement de droite (JO no 282, 8 octobre 1955), fut pro (...)

40Dans sa dimension géographique, la frontière grecque portait en elle les traits essentiels de ces tableaux de valeurs. À l’instar des révolutions européennes advenues sous l’occupation soviétique, la victoire de la contre-révolution en Grèce fut un des premiers symptômes de l’« institutionnalisation » de la révolution internationale et du passage à un nouveau paysage où les frontières des camps géostratégiques devaient conditionner le caractère et les effets des antagonismes entre classes sociales et courants idéologiques rivaux. Si l’essentiel de l’épuration en Grèce se consacra à la transformation de la frontière nationale en frontière du « Monde libre », elle finit par défendre cette double frontière jusqu’au bout. Le décret-loi no 3423 de 1955 supprimait toutes les retombées légales de la plupart des condamnations pour collaboration et réintégrait dans leur poste les membres des forces de l’ordre réhabilités, à une seule condition : qu’ils fussent Grecs de souche, « Ellines to genos », une formule juridique obsolète, employée depuis lors sans exception pour proroger les effets des lois des années 1940 et les appliquer aux membres et aux descendants des minorités ethniques expulsées57.

  • 58  Mark Mazower, 2000, Dark Continent, Europe’s Twentieth Century, New York : Vin (...)
  • 59  Luca Baldissara et Paolo Pezzino, 2005, Giudicare e punire, p. 11.

41Si cette épuration, à son commencement, laissait voir comment, au sein de l’unité contre l’ennemi commun, s’insinuaient les formes d’une division, elle s’acheva par sa participation à la création de « mythes posés aux fondements mêmes d’une Europe déconnectée de l’histoire ; ceux-là mêmes qui expulsèrent les mémoires malencontreuses, et affirmèrent le caractère inévitable de la liberté58 ». En d’autres termes, en arrêtant une certaine image des expériences de la guerre, en fixant ces expériences multiples et diverses dans une narration unitaire, ces procès établirent un écran qui masquait les aspects fâcheux d’une guerre totale plus destructrice qu’aucune autre ne l’avait été, une guerre dont « les divisions recouvraient les multiples fractures sillonnant les communautés nationales et jusqu’aux failles culturelles et identitaires les plus éloignées59 ». De la même manière que les procès prolongèrent les lois exceptionnelles de la guerre dans le droit du temps de paix, cet écran restituait symboliquement l’ordre politique et moral précédent et rendait possible la persistance de ce passé dans le présent.

  • 60  À propos du mythe d’Ulysse voir l’« Omero antimilitarista » d’Italo Calvino da (...)
  • 61  Voir Hans Joas, 2003, “The dream of a modernity without violence”, in War and Modernity, (...)

42En élaborant une mémoire publique qui considérait le nazisme et le fascisme comme une « aberration », la justice contribua à créer, pour répondre aux préoccupations produites par le traumatisme collectif, une fiction de l’histoire de la civilisation européenne, un point originel fictif pour le « retour d’Ulysse » dans sa patrie60. Ce fut le retour à un rêve qui avait été commun aux Lumières, au libéralisme et au marxisme – les courants idéologiques qui sortirent vainqueurs de cette guerre –, le rêve d’un monde dans lequel la violence était désormais en voie de disparition61.

  • 62  La justice de l’immédiat après-guerre en tant que composante de l’expérience « présentis (...)

43Pour construire ce « pont » avec le passé, il a fallu faire abstraction de l’historicité de la guerre : la justice se trouve ainsi dans les prémices d’une expérience « présentiste » du temps historique où la conscience d’une mutation toujours accélérée du présent cohabite avec la persistance de plusieurs passés en son sein. En ce sens, ce n’est qu’après avoir pris acte de cette temporalité qui est aussi la nôtre qu’on devient capable de saisir cette épuration grecque (qui clôt une guerre en plein milieu d’une guerre civile) en tant qu’un des exemples les plus marquants de la « simultanéité du non-simultané »62.

Notes

1  Pierre Vermeylen, 1946, “The Punishment of Collaborators”, Annals of the American Society of Political and Social Science, no. 247, septembre, p. 73‑77. Alice Kaplan, 2003, Intelligence avec l’ennemi, le procès Brasillach, Paris : Folio Gallimard.

2 Ce fut le cas de Travlós, ancien officier et attaché de presse de l’état-major nommé en 1943 à la tête du journal royalisteKathimeriní : TSCA/VP/3/1945, procès nos 269 et 269b.

3 Témoignage de K. Oik, président du comité de discipline, TSCA ; pour le procès de Thessalonique, voir Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946”, in Mark Mazower (ed.), After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, Princeton : Princeton University Press, p. 52‑53.

4  Le cas le plus frappant est celui de Kambanis, rédacteur en chef du journal Hellas publié directement par les autorités d’occupation, acquitté en août 1947 (TSCA/VA/5/1947, procès no 907) ; Eftaxías, membre d’une famille d’hommes politiques et d’intellectuels royalistes fut acquitté peu après, en décembre (TSCA/VA/9/1947, procès no 1623). Caractéristiques sont le cas de l’académicien Mélas qui fut éditorialiste principal au journal Empros, et l’aplomb de Mamakís, acquitté lui aussi, qui contre-attaqua en portant plainte pour diffamation contre ses adversaires politiques à l’été 1947 (voir Empros, 28 juillet 1947).

5  Vidalis fut journaliste à Kathimeriní avant la guerre, après quoi il travailla au journal du KKE Rizospástis. Son assassinat à la fin août 1946 fit tellement sensation dans le monde journalistique grec qu’il provoqua une vague de protestations internationales. Voir Rizospástis, Éleuthéria, Bulletin de presse de l’EAM in KCL/MGA/INFO II.

6  Les archives de la CIA ont récemment communiqué la « perte de documents classifiés concernant l’affaire Polk » (voir http://www.gwu.edu/~nsarchiv/NSAEBB/NSAEBB226/index.htm). Selon les recherches publiées jusqu’à présent, il y a deux hypothèses principales : un assassinat pour empêcher Polk d’effectuer l’interview ou pour stopper ses enquêtes sur l’implication d’agents américains dans des circuits de contrebande avec les paramilitaires ; voir Edmund  Keeley, 1989, The Salonica Bay Murder: Cold War Politics and the Polk Affair, Princeton : Princeton University Press. Kati  Marton, 1990, The Polk Conspiracy, New York : Farrar, Straus & Giroux. Elias Vlanton et Zak Mettger, 1996, Who Killed George Polk?, Philadelphia : Temple University Press.

7 Activité des cours martiales extraordinaires selon la résolution no 3 et la loi no 509 de 1947 (1946‑1951), d’après l’étude de Níkos Michiótis, 2007, Έκτακτα Στρατοδικεία της περιόδου 1946‑1960, εν ονομάτι του βασιλέως [Tribunaux extraordinaires de la période 1946‑1960, au nom du roi], Athènes : Synchroni Epochi, p. 187‑253.

8 Voir Dan Diner, 2001, Raccontare il novecento, Una storia politica, Milan : Garzanti (titre original : 1999, Das Jahrhundert verstehen. Eine universal historische Deutung, Munich : Luchterhand Literaturverlag), p. 212‑214.

9 Comme cela fut déjà le cas. Conforme à la justice des vainqueurs fondée sur le principe « nous ne sommes pas comme eux », voir Donald Bloxham, 2003, Genocide on Trial: War Crimes Trials and the Formation of Holocaust History and Memory, New York : Oxford University Press, p. 225‑228.

10 Voir l’Introduction de cet ouvrage

11 Il s’agit des fameux « décrets Beneš », (voir Benjamin Frommer, 2005, National Cleansing, Retribution against Nazi Collaborators in Postwar Czechoslovakia, New York : Cambridge University Press) qui, depuis les années 1990 notamment, sont redevenus une pomme de discorde après les recours des descendants des familles expulsées des Sudètes, Radomir Luza, 1962, The Transfer of the Sudeten Germans: a Study of the Czech-German Relations, 1933‑1962, New York : New York University Press, p. 267‑300. Antonin Liehm, 1996, « Tourner la douloureuse page des Sudètes », Le Monde diplomatique, février, p. 29. Voir aussi le documentaire de Sebastian Dehnhardt et Christian Frey, 2001, Die Verlorene Heimat – Flucht Und Vertreibung, Allemagne, et le working paper de l’Institut universitaire européen : Steffen Prauser, Edward Arfon Rees (dir.), 2004, The Expulsion of the “German” Communities from Eastern Europe at the End of the Second World War, Florence : IUE.

12  AC no 114 « sur le sort des biens immobiliers vendus pendant l’Occupation ennemie », JO no 119, 29 mars 1946.

13  Alors que le ministre Alexandrís proposait surtout des mesures visant la réduction des transactions à annuler, ses deux successeurs (Ch. Ladas et G. Mélas) essayaient d’y introduire une dimension fiscale visant les acheteurs. Le livre du professeur Chrístos Prátsikas, 1950, Ο αναγκαστικός νόμος 1323 [La loi de contrainte 1323], Athènes : Sakkoulas, fournit un historique détaillé des travaux préparatifs et des propositions, p. 23‑250. Voir notamment le rapport du député Dimítrios Chatziyánnis, 1949, Αγοραπολισίαι ακινήτων επί κατοχής [Ventes et achats de biens immobiliers pendant l’Occupation], Athènes : s. éd. Avraám Makrídis, 1951, Η νομική και βάσει κανονός δικαίου λύσις των επί κατοχής γενομένων αγοραπωλισιών ακινήτων [La solution légale et sur la base du droit des ventes et achats immobiliers ayant eu lieu pendant l’Occupation], Athènes : s. éd. Les mémorandums de la Fédération des associations locales de vendeurs, qui fut la plus active pendant toute cette période, offrent une vue d’ensemble de la dimension de l’affaire et de leurs revendications ; voir notamment : Panellinos Omospondia Polisanton Akinita epi Katochis, Συνοπτικό υπόμνημα προς επέκτασιν και εφαρμογίν της 114.46 συντακτικής πράξεως [Mémoire synoptique pour l’extension et l’application de l’Acte constitutionnel 114/46], Athènes : s. éd., juin 1946. La Banque nationale, qui fut un des plus grands acheteurs, fit face à ces revendications et fut aussi impliquée dans l’affaire, plutôt dans le camp adverse ; voir notamment le statut de la Fédération des vendeurs dans les archives de la BNG (désormais : ABNG), 1/40/67/1761, ainsi que le rapport du service judiciaire de la banque sur l’affaire : ABNG 1/39/36/6.

14  Loi no 1323 « sur les transactions immobilières pendant l’Occupation », JO no 323, 2 décembre 1949.

15  La remarque et la comparaison sont empruntées à Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”, Journal of Conflict Resolution, juin, vol. 50, no. 3, p. 247‑248 ; à la fois pour l’expérience du temps et pour la problématique de la base sociale dans les périodes de transition, voir Arthur Stinchcombe, “Lustration as a Problem of the Social Basis of Constitutionalism Source”, Law & Social Inquiry, vol. 20, no. 1, p. 245‑273.

16  Voir respectivement pour ces deux citations le rapport introductif de la loi de 1949 par Theódoros Oikonómou, 1949, Εισηγητική Έκθεσις εις το σχέδιο ψηφίσματος περί των επί κατοχής αγοραπωλισιών ακινήτων [Exposé introductif au projet de loi sur les ventes et achats immobiliers pendant l’Occupation], Athènes : s. éd., p. 4, et Panellinos Omospondia Polisanton Akinita epi Katochis, Συνοπτικό υπόμνημα προς επέκτασιν και εφαρμογίν της 114.46 συντακτικής πράξεως [Mémoire synoptique pour l’extension et l’application de l’Acte constitutionnel 114/46], p. 5‑9.

17  Dans la première période, en 1945, quand les femmes furent une cible préférée tant de la gauche que de la droite, elles représentaient environ 14 % des condamnés, le double du taux courant dans les cours d’assises (concernant les rythmes réguliers pour l’avant-guerre par les données officielles, voir ESYE, Statistique de la justice civile et commerciale, p. 45‑48) ; pour le traitement par la dérision humiliante des femmes auparavant tondues pour « collaboration horizontale », voir Pávlos Délaportas, 1978, Το σημειωματάριο ενός Πιλάτου [Le carnet d’un Pilate], p. 170‑171, qui, en tant que procureur général, les absolvait considérant qu’elles « prirent du service seulement dans le cœur d’Italiens érotomanes ». De même, les ressortissants étrangers ou les groupes ethniques minoritaires représentent 4‑5 % des accusés avant la guerre, 11 % des condamnés par le TSC d’Athènes. En ce qui concerne l’Église, il est caractéristique que, parmi les collaborateurs économiques peu nombreux sanctionnés par le TSC après 1945, on trouve plusieurs affaires de commerçants de bois ou de bûcherons ayant exploité la propriété du monastère du mont Pentélique : TSCA/VA/2/1946, procès nos 163-166 ; TSCA/VA/9/1946, procès no 1267 ; TSCA/VA/10/1946, procès nos 1481 et 1497 ; TSCA/VA/4/1947, procès no 711. Pour la reproduction (et la transformation graduelle) des valeurs morales dominantes par la justice pénale dans les premières décennies de l’après-guerre, voir l’étude, sur les crimes d’honneur, d’Éfi Avdelá, 2002, Δια Λόγους τιμής, Βία, συναισθήματα και αξίες στην μετεμφυλιακή Ελλάδα [Violence, sentiments et valeurs dans la Grèce d’après la guerre civile], Athènes : Néféli, spéc. p. 184‑200.

18  Voir le tableau de Geórgios Stathákis sur la composition sociale des villes, 2003, «Οικονομία και Θεσμοί, από την προπολεμική βιωσιμότητα στην μεταπολεμική εκβιομηχανηποίηση» [« Économie et Institutions du viable d’avant-guerre à l’industrialisation d’après-guerre »] in Hagen Fleischer, 2003, Η Ελλάδα 36-39, από την δικτατορία στον Εμφύλιο, τομές και συνέχειες, [La Grèce 36-39, De la dictature à la guerre civile, Ruptures et continuités], Athènes : Kastaniotis, p. 357.

19  Voir Jon Elster, 2004, Closing the Books: Transitional Justice in Historical Perspective, New York : Cambridge University Press, p. 213‑215 ; pour l’Italie, voir Mimmo Franzinelli, 2007, l’Amnistia Togliatti, 22 giugno 1946: colpo di spugna sui crimini fascisti, Milan : Mondadori, p. 9‑18, ainsi que Pietro Saraceno, 1999, «I magistrati italiani tra fascismo e repubblica. Brevi considerazioni su un’epurazione impossibile», Clio, 35, 1, p. 65‑78 ; pour le cas français, voir Alain Bancaud, 2002, Une exception ordinaire : la magistrature en France 1930‑1950, Paris : Gallimard ; du même auteur, en 2003, « L’épuration des épurateurs », in Marc‑Olivier Baruch, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Deuxième Guerre mondiale, Paris : Fayard, spéc. p. 191‑192, où l’auteur relate les cas de juges punis après la Libération, ainsi que Liora Israël, 2005, Robes noires et années sombres. Avocats et magistrats en résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris : Fayard. Pour une critique d’ensemble des effets de ces épurations, voir Sophie Wahnich, 2008, « Allemagne, Italie, France. Le devenir de la valeur “justice” dans la justice de transition en Europe occidentale », Mouvements, no 53, 1, p. 175‑181.

20  Ces débats ont eu lieu quasi simultanément avec la « conférence des 21 nations », fin juillet 1946. Voir les comptes rendus des débats parlementaires, 4e Parlement de révision, Praktika Synedriaseon (désormais PSyn), 54e séance du 30 juillet 1946, p. 603-605. Gonatás occupa ce poste insolite, distinct de celui de Premier ministre et inexistant pour le reste de la tradition politique grecque et se chargea, périodiquement, du dossier de la justice jusqu’à la mi‑1947.

21  Résolution no 19 « sur la modification des clauses de la loi no 533/1945 », JO no 356, 20 décembre 1945. Cette loi ne fut pourtant pas la première à offrir ce droit aux accusés : une loi promulguée discrètement un an auparavant, la loi no 797, JO no 323, 31 décembre 1945, donnait aux accusés jugés par contumace (et à leurs parents au premier degré) la possibilité de faire opposition au jugement. La différence des deux lois est que la première confiait la décision de la révision du procès au pouvoir discrétionnaire du commissaire spécial, tandis que selon la résolution no 19 les effets de l’opposition étaient immédiats et conduisaient directement à la révision du procès, ou à l’annulation de la décision.

22  “The concentration of the legislative functions in the hands of the executive and the decline of the parliament’s constitutional role, resulted in the emergence, for the last time in a lasting way, of impermeable or out-of-bounds areas on which no parliamentary debate or public discussion was permited”, Nicos Alivizatos, 1995, “The executif in the Post-Liberation Period”, in John Iatrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, University Park : The Pennsylvania State University Press, p. 162‑163, où il discute le modèle des « lois obscures » à travers l’investissement de l’exécutif avec des pouvoirs exceptionnels.

23  Voir, dans les comptes rendus des débats parlementaires, Psyn, séance no 112 du 12 mai 1947, p. 1207, 1211 et séance no 122 du 28 mai 1947, p. 1279 et p. 1282‑1286.

24  Voir le pamphlet «Δωσιλογισμός και Έλλας» [Collaboration et Grèce], publié en janvier 1947, ELIA, Archive Tourkovassílis.

25  Après Rállis, Tsolákoglou est mort en mars 1948. À part le recueil de textes du Premier ministre Konstantínos Logothetópoulos, 1948, Ίδου η αλήθεια [Voici la vérité], Athènes : s. éd. Voir aussi le livre du ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement en 1941‑1942 Ioánnis Karamános, 1947, Πλάναι και αλήθειαι [Erreurs et vérités], Athènes : s. éd. Pourtant, le plus explicite de tous était le directeur général de la Crète en 1943‑1944 Ioánnis Passadákis, 1948, Πολιτική απολογία ενώπιον του Κριτικού λαού [Apologie politique auprès du peuple crétois], Athènes : s. éd., qui se félicite de son « génie sociologique qui [lui] permit de [se] rendre compte du péril communiste dès 1942 » (p. 20‑21), d’où vient aussi la phrase citée dans notre texte. Ces documents sont consultables dans les archives de leur codétenu Platon Chatzimichalis, ministre des Finances en 1941‑1942 et industriel, qui n’a pourtant pas publié de brochure : ELIA, Archive Chatzimichalis.

26  Parmi les instigateurs des motions parlementaires sur le sort des collaborateurs, on retrouve certains élus qui avaient été avocats de la défense des présumés collaborateurs dans les procès (Kalkánis, Kouloumvakis, et autres) ; le journal O Politikós, publie entre décembre 1946 et janvier 1947 (notamment dans la dernière semaine de janvier) une série d’articles sur le sujet qui témoignent de son implication directe dans lesdits comités. Voir aussi la lettre de Chatzimichalis à l’épouse du député Averof, datée de mai 1949, qui se réfère à sa correspondance avec d’autres hommes politiques : ELIA, Archive Chatzimichali.

27  Tourkovassílis fut chef du petit parti de Pensée-nationale [Komma Ethnikoofronon]. Un dossier d’environ 80 lettres de détenus le félicitant de parler en faveur d’une amnistie dans la séance parlementaire du 9 décembre 1948 se trouve dans son archive : ELIA, Archive Tourkovassílis.

28  À partir de 1948, ce fut le député Tourkovassílis qui leva l’étendard de la libération des collaborateurs en commençant par les ministres : voir les comptes rendus parlementaires, Psyn, séance no 65 du 24 février 1948, p. 759, 770, séance no 69 du 14 juin 1948, p. 816‑817 ; séance no 82 du 21 juillet 1949, p. 868, 872. Or, symptomatiquement, le comble des efforts pour la libération unilatérale des collaborateurs eut lieu au lendemain immédiat des combats militaires de la guerre civile, en octobre 1949. Dans les réunions du comité des députés composé de 50 membres, 14 introduisirent une proposition d’annulation des séquelles de l’AC no 6, revendiquant la libération des « patriotes stigmatisés comme traîtres, alors que les vrais traîtres n’étaient pas si nombreux » (intervention du député Béis‑Antonopoulos, PSyn, séance no 33 du 17 octobre 1949, p. 378‑382). Selon les déclarations de ses membres, « la volonté unanime du comité [fut] que les ministres, au moins, soient immédiatement libérés » (intervention du député Varvitsiótis, PSyn, séance no 35 du 21 octobre 1949, p. 417). Finalement, une majorité de 40 sur 50 députés vota, à l’encontre de la position du ministre de la Justice centriste-libéral G. Mélas, en faveur de l’application des bénéfices de la loi no 811 de 1917 pour les condamnés de la collaboration. Fait significatif des temporalités législatives : ladite loi (« sur la relaxation provisoire de prisonniers », JO no 183, 2 septembre 1917) avait été promulguée pour la décongestion des prisons et l’apaisement de l’autre conflit civil de 1916‑1917. Pour l’ensemble de ces débats, voir PSyn, séance no 28 du 5 octobre 1949, p. 289, 297‑300 ; séance no 33, du 17 octobre 1949, p. 373‑382 ; séance no 35 ; séance no 36 du 24 octobre 1949, p. 423, 464‑467 ; séance no 37 du 29 octobre 1949, p. 468, 475.

29  Alors que les protestations internationales contre la cruauté des exécutions faisaient rage, voir notamment les campagnes de la League for Democracy in Greece, in KCL/MGA/INFO I‑III.

30  L’article 4 de la loi no 1829, JO no 151, 28 mai 1951, prescrivait les « peines de correction » et toutes les conséquences qui en découlaient pour les condamnés pour collaboration politique ou administrative (alinéas 1er à 4 de la loi no 533/1945) en les séparant du reste, à savoir des espions, condamnés pour collaboration économique ou participation aux organisations nazies. Le reste de ces lois se limitaient à mettre fin aux aspects les plus cruels de la répression anticommuniste (camps et plusieurs lieux d’exil) et à faciliter la libération des paramilitaires et d’une petite partie des prisonniers de gauche, voir loi no 1817 in JO no 148, 26 mai 1951 modifiant la loi no 1504 du 30 septembre 1950, publiée dans le JO no 225 du 9 octobre 1950.

31  Loi no 2057 « sur la suspension de la poursuite de certains délits et la libération provisoire de quelques détenus », JO no 95, 18 avril 1952. Voir notamment, pour les collaborateurs, l’article 13, alinéa 1b, et pour les criminels de guerre le 3e chapitre (art. 20‑24). Voir, pour l’aspect « subsidiaire » de ces clauses, l’analyse juridique de Iákovos Zagarolás, 1952, «Τα μέτρα ειρηνευσέως» [Les mesures de pacification], Poinika Chronika, B, p. 205‑208 in MGA/INFO I.

32  3 000 détenus en 1950 aux Pays‑Bas ; 6 115 en Belgique qui avaient une population similaire à la Grèce ; en France, pays dont la population était 6 à 7 fois supérieure à la population grecque, seulement 8 000 collaborateurs étaient encore emprisonnés à la fin 1949 ; fin 1951, en Italie, on n’en comptait que 442 en prison. Pour ces chiffres, voir David Close, 1993, “Reconstruction of a Right‑Wing State”, in The Greek Civil War, 1943‑1950. Studies of Polarization, p. 156‑189 ; pour une vision chiffrée comparée, voir notamment Mimmo Franzinelli, 2007, l’Amnistia Togliatti, 22 giugno 1946 : colpo di spugna sui crimini fascisti, p. 253‑267 et Herbert Lottman, 1986, l’Épuration 1943‑1953, Paris : Fayard, p. 468‑474. On pourrait opposer à ce chiffre provenant des rapports alliés sur la situation en Grèce, pris par les autorités, que les nombreux indices de non-exécution de peines en font un nombre plutôt fictif. Toutefois, du fait : a) qu’ils furent de toute façon minoritaires, b) que l’importance des centres pénitentiaires fut stratégique, car ils furent les lieux principaux de reconstitution de l’appareil clandestin du parti communiste et, c) que d’après les nombreuses informations sur le rôle des prisonniers de droite dans l’équilibre de la vie des prisons, on n’a pas de raison de croire que le vrai nombre est très différent.

33 Nous utilisons ici les éléments empruntés pour le tableau chez Hans Fredrik Dahl, 2006, “Dealing with the past in Scandinavia. Legal Purges and Popular Memories of Nazism and World War II in Denmark and Norway after 1945”, in Jon Elster (ed.), 2006, Retribution and Reparation in transition to democracy, New York : Cambridge University Press, p. 147‑163, spéc. p. 148.

34 Tableau réalisé sur la base du recensement de 1940 : ESYE (Service national de statistique), 1950, Population de la Grèce [d’après le recensement du 16 octobre 1940], Athènes : Imprimerie nationale. Pour Athènes, 850 condamnés, si l’on fait l’estimation sur l’ensemble de la population de la région de l’administration de la capitale en ôtant la population du Pirée, où un TSC siégea occasionnellement, jugeant un petit nombre de collaborateurs et dont les archives sont toujours inaccessibles ; les éléments pour les TSC d’Athènes sont tirés de notre recherche, voir Annexe II. Pour les autres régions, voir Kyriakós Lykourínos, 2006, «Ο δωσιλογισμός στη βουλγαροκρατούμενη Ανατολική Μακεδονία, Δίκες στο Ειδικό Δικαστήριο Δωσιλόγων Καβάλας (1945‑1956)» [La collaboration dans la Macédoine orientale occupée par les Bulgares, 1945‑1956], Vassilis Ritzaléos, 2006, «Ειδικό δικαστήριο Δράμας (1945‑1966), Δυσκολίες και προβλήματα στη μετακατοχική απόδοση της δικαιοσύνης» [Le tribunal spécial de Dráma (1945‑1966), difficultés et problèmes pour rendre la justice après l’Occupation], Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946”, in Mark Mazower (ed.), After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, Princeton : Princeton University Press.

35  Si on ajoute au nombre ci-dessus environ 200 condamnés par les tribunaux de Larissa (principalement) et d’Ioannina pour leur engagement aux côtés de la « Légion romaine » des Valaques ou dans la bande collaborationniste EASAD de Thessalie, les éléments dont on dispose avec certitude, c’est-à-dire directement tirés des archives des TSC, donnent le chiffre de 5 300 condamnés, soit 75 pour 100 000 habitants. (Stéfanos Papayánnis, 1998, Τα παιδιά της Λύκαινας, οι επίγονοι της 5ης ρωμαϊκής λεγεώνας κατά τη διάρκεια της κατοχής [Les enfants de la Louve, les épigones de la Ve légion romaine pendant la durée de l’Occupation], Athènes : Sokolis, p. 18‑22 et 347‑350). Pour le reste, le point le plus obscur est celui de la Macédoine occidentale. La recherche grecque ne nous offre pas d’éléments chiffrés sur les TSC. Voir, par exemple, Ioánnis Koliópoulos, 1995, Λεηλασία Φρονημάτων, Το μακεδονικό ζήτημα στην περίοδο του εμφύλιου πολέμου 1945‑1949 [Pillage des pensées : la question macédonienne pendant la période de la guerre civile 1945‑1949], Thessalonique : Vanias ; les sources macédoniennes ou bulgares font part d’environ 2 000 condamnations et confiscations de propriétés selon la loi no 533/1945, chiffre comparable à celui des régions frontalières voisines. Or, même si ce chiffre est gonflé, avec l’estimation la plus basse (en prenant en compte la moitié du chiffre et l’indice minimal de 50 pour 100 000 habitants pour le reste du pays) les TSC énoncèrent un minimum de condamnations supplémentaires oscillant entre 1 500 et 2 000. Voir le travail de Giórgos Nikitópoulos sur le TSC de Patras, 2007, Η διώξη των δωσιλόγων της κατοχής στην Πάτρα [Les poursuites contre les collaborateurs de l’Occupation à Patras], Mémoire de master inédit, Athènes : Université Panteio. Nous arrivons donc à un total de 6 800‑7 300 condamnations pour une population de 7 344 850 habitants.

36 Chef de l’EES (Poulos Verband). Détenu à Athènes, et parmi les correspondants du député Tourkovassílis jusqu’au début 1948, il fut exécuté à la veille de la fin de la guerre civile, le 6 juin 1949 : Strátos Dordanás, «Αντικομμουνιστές Οπλαρχηγοί στην γερμανοκρατούμενη Κεντρική Μακεδονία» [Chefs en armes anticommunistes dans la Macédoine centrale occupée par l’Allemagne] in Νíkos Marantzídis (dir.), 2005, Οι άλλοι καπετάνιοι [Les autres Kapetanios], Athènes : Estia, p. 63‑125. spéc. 109, 122‑123.

37 En Grèce, 25 collaborateurs seulement avaient été exécutés au début de 1949 (voir Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946”, in Mark Mazower (ed.), After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, p. 54, 60, no 43), ce qui, ramené à 100 000 habitants, donne le taux de 0,35 %. Cela nous permet de compléter ainsi le tableau de H. F. Dahl. La peine capitale avait été abolie pour les crimes ordinaires, en 1870 aux Pays‑Bas, en 1902 en Norvège et en 1933 au Danemark.

38  Selon les estimations de Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, et Prokopis Papastratis, 1984, British Policy towards Greece during the Second World War, 1941-1944, Cambridge : Cambridge University Press, 15 000, donc 205 pour 100 000 habitants, près de la limite des taux de sanctions signalées dans les autres pays.

39  Le nombre de 7 700 condamnations, estimé par Polyméris Vóglisin Mark Mazower, 2000, After the War Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, p. 81‑83 et in Amicam Nachmani, 1990, “Civil War and Foreign Intervention in Greece: 1946‑1949”, Journal of Contemporary History, vol. 25, p. 95‑98, à partir des archives britanniques et américaines s’accorde avec le recensement de Michiótis (voir ci-dessus no 122) qui fait part de 5 000 condamnations seulement par les cours martiales sans prendre en compte les jugements des cours d’assises ordinaires sur lesquelles il n’y a toujours pas d’étude spécifique.

40  Voir Nicole Loraux, 1997, la Cité divisée : l’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris : Payot, « De la justice comme division », p. 137‑154. Rudi Teitel, 2007, Transitional Justice, How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes, op. cit., p. 225‑228.

41  Voir notamment Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil War, sur les prisonniers politiques. Nous nous permettons aussi de renvoyer à nos travaux puisque cet oubli explicite fut le sujet de nos recherches précédentes (Dimitris Kousouris, Temps de défaite : l’oubli mémorable. Représentation du temps chez les vaincus de la guerre civile grecque de 1949 à 1967).

42  Pour la mémoire démocratique et la direction de l’historiographie voir Antónis Liákos, 2006, « L’historiographie grecque moderne (1974‑2000). L’ère de la tradition, de la dictature à la démocratie », Rue Descartes, no 51 ; ainsi que Polyméris Vóglis, 2008, 2008, «Οι μνήμες της δεκαετίας του 1940 ως αντικείμενο ιστορικής ανάλυσης: μεθοδολογικές προτάσεις» [Les souvenirs de la décennie de 1940 comme objet d’analyse historique : considérations méthodologiques] in Riki van Boeschoten, Tasoula Vervenioti et al. (dir.), 2008, Μνήμες και Λήθη του Ελληνικού Εμφύλιου Πολέμου [Mémoires et oublis de la guerre civile grecque], Athènes : Epikentro, p. 61‑80.

43  Jon Elster, (ed.), 2006, Retribution and Reparation in transition to democracy, “Belgian and Dutch Purges after World War II Compared”, p. 212‑213. Donald Bloxham, 2003, Genocide on Trial: War Crimes Trials and the Formation of Holocaust History and Memory, p. 227‑228. Woller à propos des peines clémentes et les non-exécutions en Italie de 1945‑1946, Hans Woller, 1996, I conti con il fascismo, L’epurazione in Italia, 1943‑1948, p. 419‑423. Voir les conclusions de Rudi Teitel, Transitional Justice, How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes, p. 213‑228. Charles Maier, 2000, “Doing History, Doing Justice: The Narrative of the Historian and of the Truth Commission”, in Robert Rotberg et Dennis Thompson, Truth v. Justice, The morality of Truth Commissions, Princeton : Princeton University Press, p. 261‑278.

44  Luc Huyse, 2006, “Belgian and Dutch Purges after World War II Compared”, in Jon Elster (ed.), Retribution and Reparation in transition to democracy, “Belgian and Dutch Purges after World War II Compared”, p. 77.

45  Henri Rousso et al., 1987, le Syndrome de Vichy et les Français. Guido Crainz, 1992, « Il Conflitto e la memoria, “Guerra civile” e ‘‘triangolo de la morte” », Meridiana, no 13 ; du même auteur, « La giustizia sommaria in Italia dopo la seconda guerra mondiale », in M. Flores (dir.), 2002, Storia, verità, giustizia, p. 162‑170.

46  L’indice des fascistes et collaborateurs punis à travers la voie pénale fut de 14 pour 100 000 habitants (5 928 sur une population de 47 millions) en Italie, voir Mimmo Franzinelli, 2007, l’Amnistia Togliatti, 22 giugno 1946: colpo di spugna sui crimini fascisti, p. 259. Hans Woller, 1996, I conti con il fascismo, L’epurazione in Italia, 1943‑1948, p. 5.

47  À ce sujet voir notamment Silvana Testori, 1984, « La repressione antipartigiana e la magistratura piemontese (1946‑1959) » in Guido Neppi Modona (dir.), Giustizia Penale e Guerra di Liberazione, Milan : Consiglio Regionale di Piemonte – Franco Angeli, p. 174‑206. Angela Maria Politi et Luca Alessandrini, 1990, « Nuove fonti sui processi contro i partigiani 1948‑1953 », Italia contemporanea, no 178, mars, p. 41‑62.

48  Pour les réactions immédiates et les tactiques électorales des partis, voir Mimmo Franzinelli, 2007, L’amnistia Togliatti, 22 giugno 1946 : colpo di spugna sui crimini fascisti, p. 36‑56 ainsi que le rapport introductif du ministre « de Grâce et de Justice », Palmiro Togliatti du 22 juin 1946, p. 309. Pour les résultats politiques immédiats de l’épuration en Italie, voir Han Woller, 1996, I conti con il fascismo, L’epurazione in Italia, 1943‑1948, ainsi que Romano Canosa, 1999, Storia dell’epurazione in Italia, Le sanzioni contro il fascismo, Milan : Baldini & Castoldi, spéc. p. 299‑398.

49  Au sujet des procès manqués pour l’Occupation grecque spécialement, voir Lidia Santarelli, 2004, “Muted Violence: Italian War Crimes in Occupied Greece”, Journal of Modern Italian Studies, no. 3, vol. 9, septembre, p. 280‑299, et du même auteur, 2005, Guerra e occupazione italiana in Grecia, 1940-1943, Thèse non publiée, Florence : EUI.

50  Voir Iákovos Michaïlidis, 2001, Σωτήριος Γκοτζαμάνης, ο άνθρωπος, ο πολιτικός, ο μύθος [Sotírios Gotzamánis, l’homme, le politique, le mythe], p. 76‑81 et 96‑106.

51  Eléni Paschalóudi, 2008, «Η χρήση του παρελθόντος στον πολιτικό λόγο, τα γεγονότα της δεκαετίας του 1940 στον πολιτικό λόγο των κομμάτων του κέντρου (1950‑1964)» [L’usage du passé dans le discours politique : les événements de la décennie 1940 dans le discours politique des partis du centre (1950‑1964)], in Riki van Boeschoten, Tasoula Vervenioti et al., Μνήμες και λήθη του Ελληνικού εμφύλιου πολέμου [Souvenirs et oublis de la guerre civile grecque], p. 271‑292. Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil War. Le mot fut même revendiqué comme signe distinctif d’un espace politique. Voir la lettre d’un prisonnier à Tourkovassílis qui signe en tant que « dosilogos », ou le politicien d’Eubée qui demandait aux électeurs de voter pour lui « non pas bien que je sois dosilogos, mais parce que je suis dosilogos », Níkos Karkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], p. 133.

52  Voir la typologie d’Elster, surtout en ce qui concerne les variables indépendants, Jon Elster (ed.), 2004, Closing the books: Transitional Justice in Historical Perspective, p. 7‑11. Pour le « fiasco » des procès de Leipzig qui constituèrent un contre-exemple pour la Seconde Guerre mondiale et pour leur omission de la littérature pendant la guerre froide, voir Jean‑Jacques Becker, 1996, « Les procès de Leipzig », in Annette Wieworka (dir.), les Procès de Nuremberg et de Tokyo, Bruxelles : Complexe, p. 51‑62, et dans le même ouvrage, Annie Duperchin-Gouillard, « Responsabilité et violation du droit des gens pendant la Première Guerre mondiale : volonté politique et impuissance juridique », p. 25‑28 ; voir la problématique développée par le patriarche du positivisme juridique Hans Kelsen encore pendant la guerre, 1944, Peace Through Law, Chapel Hill : University of North Carolina Press.

53  Dans une littérature pourtant florissante sur la justice de transition, sur les épurations grecques (modernes) on ne peut repérer que des études comme celle de Nicos Alivizatos et Nicos Diamandouros, 1997, “Politics and the Judiciary in the Greek Transition to Democracy”, in James McAdams (dir.), Transitional Justice and the Rule of Law in New Democracies, Notre Dame et Londres : University of Notre Dame Press, p. 27‑60 et Harry J. Psomiades, 1982, “Greece: From the Colonel’s Rule to Democracy”, in John Herz (ed.), From Dictatorship to Democracy, Westport : Greenwood Press, p. 251‑273. De même, la seule étude juridique comparative sur les transitions grecques est celle de Georges Kaminis, 1993, la Transition constitutionnelle en Grèce et en Espagne, Paris : LGDJ, toutes deux centrées sur les transitions des années 1970. À titre d’exemple pour la perspective essentiellement libérale de la littérature sur le sujet, nous évoquerons notamment Rudi Teitel, Transitional Justice, How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes, p. 225‑228 et Mark Osiel, 2005, in Luca Baldissara et Paolo Pezzino, Giudicare e punire, p. 110‑111. Pour une critique voir celle de Domenico Losurdo sur le « sophisme de Talmon », faisant, à partir de l’œuvre du penseur juif polonais, une généalogie des usages idéologiques libéraux de l’histoire du xxe siècle : Domenico Losurdo, 2007, le Péché originel du xxe siècle, Paris : Aden Éditions, p. 61‑64.

54  Dans la théorie du totalitarisme neumannienne, « révolution » signifie à la fois les coups nazi et fasciste, le modèle bolchevique ainsi que les insurrections anticolonialistes. Après avoir justifié la présence des troupes américaines « to moveacross national frontiers to win major battles », et l’emploi des armes de guerre psychologique, il ajoute : « One may wonder whether a Marshall Plan, had it followed immediately upon the end of hostilities might have prevented the spread of the revolution through positive measures at time », Sigmund Neumann, 1942, Permanent Revolution, The Total State in a World at War, p. 347‑348 et p. 349‑350.

55 Luca Baldissara, 2005, «Giudizio e castigo, La brutalizzazione della guerra e le contradizioni della “giustizia politica”», in Luca Baldissara, Paolo Pezzino, Giudicare e Punire, p. 5‑76, p. 10‑11.

56  Dans les textes produits par les comités Greek fascism and antifascism, Neo-fascism in Greece, Cambridge University Socialist Society, KCL/MGA/PM 28. Leften S. Stavrianos, 1945, “Greece: The War and Aftermath”. Voir Claudio Pavone, 1991, Una guerra civile, saggio storico Sulla moralità nella Resistenza, Turin : Bollati Boringheri, p. XII‑XIV.

57  Cette loi, promulguée par un gouvernement de droite (JO no 282, 8 octobre 1955), fut prolongée par la loi no 1285/1982 « sur la reconnaissance de la Résistance nationale » votée par le premier gouvernement socialiste, loi qui reprenait la formule « Ellines to genos » pour limiter le droit au rapatriement des réfugiés politiques des années 1940.

58  Mark Mazower, 2000, Dark Continent, Europe’s Twentieth Century, New York : Vintage, p. 13.

59  Luca Baldissara et Paolo Pezzino, 2005, Giudicare e punire, p. 11.

60  À propos du mythe d’Ulysse voir l’« Omero antimilitarista » d’Italo Calvino dans un numéro du journalUnità en septembre 1946 (cité par Claudio Pavone, 1991, Una guerra civile, saggio storico Sulla moralità nella Resistenza, p. 3‑18) : «A la storia degli otto settembre, l’Odissea, la soria degli tutti gli otto settembre della Storia: il dover tornare a casa su mezzi di fortuna, per paesi irti ed nemici» Voir, pour un traitement (à l’envers) de la naissance de l’historicité au retour d’Ulysse, François Hartog, 2003, Régimes d’historicité, présentisme et expériences du temps , Paris : Le Seuil, p. 53‑75.

61  Voir Hans Joas, 2003, “The dream of a modernity without violence”, in War and Modernity, Cambridge : Polity, p. 29‑34 ; pour le marxisme et le libéralisme en tant que descendants des Lumières et vainqueurs de la guerre mondiale, voir Éric J. Hobsbawm, 1999, l’Âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914‑1991, Bruxelles : Complexe, p. 234‑237.

62  La justice de l’immédiat après-guerre en tant que composante de l’expérience « présentiste » du temps historique (Éric J. Hobsbawm, 1999, l’Âge des extrêmes : le court vingtième siècle, 1914‑1991, p. 113‑143) est discutée par Luca Baldissara et Paolo Pezzino, 2005, Giudicare e punire, p. 5‑7. Pour la structure temporelle de la « simultanéité du non-simultané », voir Reinhart Koselleck, 1990, le Futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, Paris : EHESS, p. 119‑131.

Acheter