Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Deuxième partie : le temps des institutions - Les grands procès (1945 - Mars 1946)

Le procès : les témoins de la défense et la défense du régime

The Defence Witnesses and the Defence of the Political Regime

Οι μάρτυρες της υπεράσπισης και η υπεράσπιση του καθεστωτός

Résumé

La défense proposa une liste de 200 témoins, des industriels, des évêques, et même des combattants de la Résistance nationaliste ; finalement, pour accélérer la procédure, seuls 40 furent entendus et le verdict fut rendu le 31 mai 1945. La défense utilisa l’argument du bouclier extérieur et intérieur : collaborer a protégé le pays des Allemands et des communistes. Les accusés ont vécu un calvaire, victimes des violences de l’occupant et des communistes. Donc toute la nation a combattu et vécu le martyre !

The defence offered a list of 200 witnesses, industrialists, bishops and even the partisans of the nationalist groups; in the end, to speed up the procedure, only 40 were heard and the verdict was rendered on May 31, 1945. The defence used the argument of the shield outside and inside: collaboration had has protected the country from the Germans and Communists. The accused lived a calvary, victims of the violence of the occupying forces and Communists. So the whole Nation has fight and lived a martyrdom!

Η υπεράσπιση πρότεινε ένα κατάλογο με 200 μάρτυρες, βιομηχάνους, επίσκοπους και ακόμη και μαχητές της εθνικιστικής αντίστασης. Τελικά, για να επιταχύνεται η διαδικασία, ακούστηκαν μόνο 40 και η ετυμηγορία εκδόθηκε στις 31 Μαΐου 1945. Η υπεράσπιση χρησιμοποίησε το επιχείρημα της ασπίδας μέσα και έξω: η συνεργασία με τους κατακτητές προστάτεψε τη χώρα από τους Γερμανούς και τους κομμουνιστές. Οι κατηγορούμενοι έζησαν ένα σωστό Γολγοθά, που υπήρξαν θύματα βίας από τον κατοχό και από τους κομμουνιστές. Έτσι ολόκληρο το έθνος έχει αγωνιστεί και έζησε το μαρτύριο!

Texte intégral

1Une fois que les témoins de l’accusation ont été entendus, la suite du procès s’annonçait délicate. En proposant une liste de plus de 200 témoins pour la défense, parmi lesquels figuraient plusieurs hommes d’État d’avant-guerre, mais aussi des industriels, des évêques, et même des combattants de la Résistance nationaliste, les accusés considéraient que l’heure attendue des révélations qui prouveraient leur innocence était enfin arrivée.

  • 1 C’est le fait d’avoir été armé par l’occupant et mis volontairement à son service, (...)
  • 2  Il fut arrêté le 23 octobre 1944, Rizospástis, Éleuthéria, 24 octobre 1944.
  • 3  TSCA/VA/1/1945, procès no 10, voir la série d’articles in Éleuthériaet Rizospástis, les 11, 12, (...)

2Cette impression était renforcée par le jugement de l’ancien agent SS Iason Mandilaris, rendu le 10 mars 1945. À la différence du grand procès du gouvernement, les procès de la deuxième section du TSC d’Athènes étaient strictement fondés sur l’aspect pénal des affaires. Le prévenu fut accusé selon les alinéas 4, 6 et 7 de l’article premier de la loi « sur les sanctions », mais aussi selon la loi pénale pour les crimes connexes1. L’audience révéla les traits d’un criminel convaincu. Les témoins de l’accusation présents, pour la plupart des bourgeois athéniens, décrivirent un agent enrôlé comme interprète dans les divisions SS grecques, qui avait dénoncé plusieurs personnes impliquées dans les réseaux résistants et participé activement à leur arrestation ainsi qu’à des actes de torture. Six chefs d’accusation, concernant les actes mentionnés ci-dessus, furent retenus. Cependant, l’absence de témoins de l’EAM et les imprécisions d’un long réquisitoire, rédigé dans l’urgence des premiers jours de la Libération2, donnèrent à la cour la possibilité de faire une démonstration de rigueur juridique. Mandilaris fut finalement acquitté de cinq chefs d’accusation concernant principalement une série de meurtres de membres de l’ELAS pendant les rafles allemandes ou l’exécution de civils pendant les représailles collectives. Enfin, malgré la série des inculpations retenues, il fut absous, « à cause des doutes légitimes » de l’accusation d’espionnage au profit de l’ennemi, crime puni de la peine capitale. Le verdict, qui condamna l’accusé selon les clauses de l’AC no 6 à seulement vingt ans de réclusion, suscita l’indignation populaire3.

  • 4  Voir l’éditorial de Rizospástis, «Μονέδας-Αυγέρης και Μανδιλάρης-Εξαρχος», 13 mars 1945.

3Ce premier « scandale judiciaire » menaçait l’équilibre fragile entre les sentences du TSC et celles des cours d’assises ordinaires, qui émirent pendant ces mêmes jours les premières condamnations à mort pour les militants de l’ELAS4. Inquiet, le ministre de la Justice intervint immédiatement pour réprouver l’indulgence de la cour à l’égard des agents de l’occupant, évoquant les dangers émanant de la mémoire courte de « certains juges ». En renforçant la conception de la collaboration qu’on avait vu s’esquisser dans la salle des tribunaux, il remarqua qu’il « [n’avait] pas compris que tous les collaborateurs [avaient été] complices des crimes des Allemands ». De toute évidence, le dispositif législatif ne pouvait pas se permettre de clore rapidement ce chapitre de l’histoire du pays. Malgré son respect initial de l’indépendance de la justice pénale, Kolyvas abandonna ses réticences, et annonça la prise de mesures législatives afin d’accélérer le rythme des procès :

  • 5 Éleuthéria, 13 mars 1945.

Il faut en finir. La Grèce a besoin de respirer, de cicatriser ses plaies, de se reconstruire économiquement, de redevenir un État. […] Je me trouve donc dans l’obligation d’introduire au prochain Conseil des ministres une série de mesures législatives majeures pour mettre fin rapidement à ces affaires et ne pas se trouver un jour devant la surprise désagréable d’une ouverture des prisons qui libérerait aussi bien les collaborateurs que les criminels de la rébellion. Ce qui serait une faillite de l’État et surtout de la justice5.

  • 6  Traîtrologie manifestée dès les premiers jours de la Libération, voir Éleuthéria, 28 mars  (...)
  • 7 Éleuthéria, 28 mars 1945.
  • 8  Pour l’ouverture de l’enquête interne du parquet, il y a des mentions dans les journaux : (...)

4Le conflit en cours touchait ici déjà le cœur des mécanismes judiciaires. Aussi longtemps que le conflit dura, la volonté d’exclure son adversaire politique de la communauté nationale, en le qualifiant de traître, constitua une constante dans les deux camps, une variante culturelle de la société grecque d’alors6. Les garants du nouvel État durent s’y opposer. Le ministre donna comme but à la nouvelle législation « d’arrêter cette histoire de plaintes mutuelles qui submergent les bureaux des procureurs. Il ne faut pas que ces procès deviennent un spectacle ou dégénèrent7 ». À la suite de l’ouverture d’une enquête interne du parquet sur les juges qui condamnèrent Mandilaris, la loi apportant des modifications essentielles aux procédures prévues par l’AC no 6 fut ratifiée, en dix jours, par le gouvernement. Elle fut publiée et entra en vigueur à la veille du début des audiences des témoins de la défense8.

Les règles changent : une victoire à la Pyrrhus ?

  • 9  Loi no 217 du 24 mars 1945.

5La loi no 217 (29 mars 1945) prévoyait une série de mesures renforçant les effectifs afin de faciliter la constitution des TSC et de favoriser l’accélération des procès. Pour contrôler les verdicts, elle donnait au commissaire spécial9 le droit de demander unilatéralement la révision d’un jugement, sans conditions préalables, l’affaire étant par la suite rejugée par la même chambre composée d’autres juges (article 11). Au demeurant, le législateur se plaçait au cœur même des audiences, afin d’en accélérer drastiquement le processus. Face à la volubilité des juristes de la défense, la loi imposa une limite de temps à leurs plaidoiries ; de plus, elle affaiblit leur position en accordant explicitement au président de la cour « le droit de les interrompre s’il estimait qu’ils se répétaient » (article 9). Face à la déferlante des témoins de la défense, elle en fixa le nombre maximal à cinq par accusé (article 7). Enfin, la mise en détention provisoire des inculpés passait du pouvoir discrétionnaire du procureur à celui, procédural, de la cour : c’est-à-dire qu’elle devenait obligatoire – sauf avis contraire de la cour. Cela devint « valable même pour les procès en cours ; cela veut dire que, dans ce cas, un mandat d’arrêt doit être émis quel que soit le degré d’avancement de la procédure » (article 5). Autrement dit, le gouvernement ordonnait l’arrestation des quatorze anciens ministres présents au procès qui n’étaient pas encore mis en détention préventive. Cette loi était d’abord une mesure visant à rompre les liens qui unissaient le tribunal au nouveau rapport de force politique.

  • 10 Empros, Kathimeriní, 31 mars 1945.
  • 11 Kathimeriní, 31 mars 1945.
  • 12 Éleuthéri Ellada, Éleuthéria, 31 mars 1945, Ethnos, 30 mars 1945.

6En effet, le gouvernement ne pouvait pas intervenir plus directement et plus ostensiblement dans la procédure d’un procès en cours. Le bloc de la défense se souleva unanimement contre la « mise en scène judiciaire », et soutint que la loi était « antilibérale et anticonstitutionnelle », il menaça de « quitter en bloc la salle, en déclarant au monde libre que nous sommes encore des esclaves10 ». En condamnant « l’abolition des droits de l’Hommevia la voie légale », Rállis et Tsolákoglou se déclarèrent prêts « à arroser directement de leur sang l’arbre de la Liberté plutôt que de se faire complices d’une comédie judiciaire11 ». Dans ces circonstances, l’audience fut renvoyée au lendemain. Des échanges eurent lieu, cet après-midi-là, entre le président et les avocats de la défense, ainsi qu’entre le ministre de la Justice et le commissaire. Ce dernier émit aussitôt les mandats d’arrêt prévus par la loi, en autorisant le tribunal à ordonner leur exécution. La ligne uniforme des accusés sembla alors se briser, et un compromis entre les parties fut atteint : le lendemain, plusieurs accusés se présentèrent à l’audience et le tribunal leur concéda le droit à un témoin supplémentaire. Quant aux avocats, nommés de nouveau d’office, ils furent obligés de regagner leur poste pour la suite de l’audition des témoins12.

  • 13  Les questions principales tournèrent autour des délais pour le déroulement des élections (...)

7Républicains et royalistes s’affrontaient pour le contrôle de l’appareil étatique. D’un côté, les partisans du roi, convaincus de leur suprématie tant militaire que politique, demandaient l’organisation précipitée d’un référendum ; de l’autre, les républicains qui, sous la houlette de Nikolaos Plastíras, contrôlaient l’exécutif, tentaient de faire basculer le rapport de force en leur faveur en éliminant les royalistes de l’armée, dans une guerre de positions au sein de l’appareil étatique13. Les nouvelles règles imposées dans le tribunal firent partie de cet effort des libéraux, qui voulurent assimiler la droite royaliste aux collaborateurs.

8Les premiers témoins de la défense qui étaient déjà passés à la barre avant l’application de la loi no 217 mirent sérieusement en doute le récit de la nation combattante tel qu’il avait été élaboré jusque-là et provoquèrent l’embarras de l’accusation. Une nouvelle série d’anciens ministres d’avant-guerre ne fit pour l’essentiel que répéter une variante des récits des témoins de l’accusation. « Les gouverneurs de collaboration ont beau avoir été nommés par les occupants, ils n’étaient pas des quislings mais des patriotes convaincus. »

  • 14 Ethnos, Éleuthéria, Kathimeriní, 28, 29 mars 1945.

9Les aspects les plus fâcheux apparurent dans les efforts de la défense pour mettre l’accent sur le deuxième terme de cette proposition. Konstantinos Réntis, ex-ministre libéral dans le gouvernement d’Union nationale, déclara que Tsolákoglou était digne de compliments officiels pour la signature de la capitulation. Un autre ancien ministre d’avant-guerre, Giorgos Stratos, fit part des affinités entre Rállis et les cercles du Caire et d’une réunion secrète en septembre 1944 à Athènes, où les chefs des partis politiques bourgeois et certains officiers britanniques désavouèrent unanimement l’intégration des ministres de l’EAM dans le gouvernement Papandréou ainsi que la condamnation publique des BdS14. Les coups les plus décisifs de la part des accusés étaient ceux qui portaient atteinte aux hauts symboles de la nation combattante :

  • la 3e brigade de montagne, la « force de frappe grecque » aux côtés des Alliés, dont le chef, le général Tsakalótos, prit la défense de Tsolákoglou en le présentant comme un héros national qui avait assuré la cohésion de l’armée ;
  • le PEAN, une organisation emblématique de la Résistance civile bourgeoise, dont un dirigeant vint révéler qu’ils fonctionnaient avec le concours de Tsolákoglou ;
  • l’EDES, les forces nationalistes de la Résistance interne dont Konstantinos Rodokanákis, membre de son directoire athénien, vint confirmer son soutien constant au gouvernement Rállis, et présenta les détails de l’opération commune de l’EDES, de la police et des bataillons royalistes pour la réception d’armes britanniques à la veille de la Libération15.
  • 16  La reprise des audiences eut lieu le 1er avril ; les arrestations des ministres (...)
  • 17  Selon lui, ceux-ci s’arrogeaient le prestige de l’organisation : Éleuthéria, 4 avril 194 (...)
  • 18  La lettre fut publiée par le journal Ellinikón Aímale 5 avril 1945. Selon H. R (...)

10L’imposition de nouvelles normes procédurales à la reprise des audiences, ainsi que l’arrestation de tous les ministres collaborationnistes16, ne fut qu’une victoire à la Pyrrhus pour le camp républicain. Les jours suivants, d’autres chefs de l’EDES athénien vinrent confirmer leur concertation étroite aussi bien avec les ministres qu’avec les effectifs du gouvernement Rállis. Cela obligea le sous-chef de l’organisation, Komninós Pyromáglou*, à se proposer comme témoin pour rétablir la vérité et à s’adresser aussitôt à la presse : dans une lettre ouverte, il contesta l’appartenance de ces témoins à l’EDES et les qualifia de purs et simples collaborateurs17. Le lendemain, la presse royaliste publia une lettre du général Plastíras envoyée depuis la France de Vichy, en juillet 1941. Il y mentionnait, entre autres, qu’à la veille de l’invasion allemande, il avait incité l’état-major grec, « par l’intermédiaire de [son] ami M. Pyromáglou », à accepter l’entremise allemande pour la gestion (dieuthetisi) pacifique du conflit gréco-italien18. Deux jours plus tard, le gouvernement Plastíras démissionna et l’amiral Voulgaris prit la tête d’un gouvernement chargé d’organiser des élections libres et un référendum constitutionnel.

D’une guerre civile à l’autre ?

11La recherche a le plus souvent attribué à des facteurs « externes », comme l’intervention britannique, ou « extrêmes », comme la spirale autoalimentée de la violence, l’échec des tentatives de résolution du conflit civil. Or la recrudescence des rivalités entre les camps bourgeois de l’entre-deux-guerres montre que ce qui alimentait également sans cesse le conflit était aussi la multiplication des contradictions produites par la concurrence, au sein même du camp bourgeois, entre les deux pôles qui revendiquaient la possession du pouvoir étatique. Si le camp royaliste, soutenu par les Britanniques qui considéraient le roi comme seul garant de leurs intérêts, se trouva alors renforcé, c’était parce que les antiroyalistes de la veille, après avoir collaboré, étaient devenus partisans de la restauration de la monarchie. En effet, ceux-ci espéraient être acquittés en prêtant allégeance aux Alliés. Les généraux Pángalos et Gonátas, inspirateurs des BdS, furent les figures emblématiques de ce mouvement. Le second, ancien aide de camp de Plastíras, avait quitté formellement le camp républicain courant mars 1945, pour créer son propre parti royaliste : les « nationaux-libéraux ». Plusieurs dirigeants de l’« EDES de trahison », regroupés dans le même parti, passèrent à la barre pour exprimer l’éthique politique de la zone grise de l’Occupation. Pour eux, la collaboration n’avait pas simplement été un mal nécessaire, mais un choix héroïque pour sauver le régime politique.

  • 19  Lettre de Pyromáglou, lue un peu plus tard, sous forme de témoignage à distance dans le (...)
  • 20  D. Máximos (1873‑1956), économiste et homme politique, fut, entre autres, ministre des A (...)

12La défense assimila également les discours sur la nation martyre. Ils entrèrent d’abord dans une surenchère des victimes : à celles évoquées par le chef d’accusation, par l’EAM ou par l’EDES, les collaborationnistes opposaient les milliers de victimes de la criminalité communiste. Alors que la presse républicaine ou libérale présentait les militants communistes arrêtés comme des assassins sanguinaires19, dans la salle du tribunal, le camp collaborationniste passait à la contre-offensive. « Le peuple respirait quand il voyait les BdS ! » déclara l’ancien ministre Dimitris Máximos20.

  • 21  Empros, 8 avril 1945, Ethnos, 7 avril 1945. Voir Nicos  Alivizatos, 1979, les Institutions politiq (...)

13La question critique était de savoir quelle stratégie était la plus efficace pour combattre l’ennemi interne, avant et après la Libération. Konstantínos Zavitsiános*, le ministre de l’Intérieur de Venizélos qui avait introduit l’Idiónymo, sous-directeur de la Banque nationale sous l’Occupation, réprouva, lui aussi, la « légèreté de M. Papandréou qui, après tout ce qu’il [avait] dit, avant, quand il était à l’étranger, et après tout ce qu’il [avait] fait une fois rentré dans le pays, [avait laissé] l’ordre public sans défense, et pis encore, l’[avait] livré aux mains des criminels21 ». La défense s’opposait à la politique de l’Union nationale, irresponsable ou complice car elle avait joué le jeu de l’EAM en l’acceptant en tant que partenaire légitime. Cette politique ne tirait pas sa légitimation du passé de l’Occupation mais du présent : les anciens collaborateurs se présentaient comme la seule solution capable de faire face au péril communiste.

  • 22  L’apologie de Rállis dans les journaux des 1er et 2 mai ; voir aussi in George (...)

14« Mais est-il possible que ma voix soit plus forte que le fracas des armes, les détonations de mitraillettes, les sanglots et les lamentations des malheureux enfants, épouses, parents, frères et sœurs de ceux qui furent atrocement massacrés ? » s’exclama Rállis dans son plaidoyer fin avril – début mai22, résumant ainsi la ligne de la défense. En se proclamant porte-parole des victimes de l’ennemi interne, les collaborationnistes lançaient ainsi, depuis la salle du tribunal, leur cri de ralliement anticommuniste, à rebours de la conjoncture internationale où, au même moment, triomphait l’alliance antifasciste. Pour comprendre ce phénomène, il faut prendre en compte les multiples temporalités coexistant au sein des conflits en cours.

  • 23  Georges Mavrogordatos, 1983, Stillborn Republic: Social Coalitions and Party Strategies (...)

15La violence était devenue et demeurait en effet le pivot autour duquel se nouaient ou se dénouaient les alliances politiques. Plusieurs conflits civils constituaient l’arrière-plan des mémoires collectives de la période inaugurée par le « schisme national » de 1916‑1917. Sous cet angle, la thématique mémorielle des martyrs et des violences commises par l’adversaire n’appartient pas principalement à la gauche comme certains des chercheurs ont tendance à le croire. Dans son étude sur les alliances sociales et les stratégies des partis grecs entre 1922 et 1936, Georges Mavrogordatos révèle que « la loyauté sans failles aux morts et aux martyrs » fut l’élément central de l’identité royaliste pendant les années où ils restèrent loin du pouvoir . Si cet élément s’était encore révélé opératoire sous l’Occupation, ce procès renvoyait directement au symbole suprême du conflit civil précédent, « le procès et l’exécution des Six23 ». Ce procès constituait le lieu de mémoirepar excellence que le camp royaliste réactiva pour revendiquer une place légitime au sein de la nation.

  • 24  La Grande Idée fut le programme irrédentiste du nationalisme grec qui soutint toutes les (...)
  • 25  “Against radical agitation of any kind”, Georges Mavrogordatos, 1983, Stillbor (...)
  • 26  Soit à travers de simples justifications morales, soit en rapportant des actes de solida (...)

16Cette grille d’analyse n’explique pas, à elle seule, la capacité qu’a eue le bloc royaliste à se reconstituer rapidement et à se réapproprier l’appareil d’État. Les élites de l’aile conservatrice des libéraux, qui avaient érigé l’anticommunisme en idéologie étatique depuis la faillite de la Grande Idée24 en 1922, se rangèrent également dans ce camp. Si, en l’absence d’un réel péril communiste, cette législation avait été employée comme un moyen de répression contre toute sorte d’agitation radicale25, elle devint, face au mouvement de Résistance, une self-fulfilling prophecy. Les champions de la défense du système social avaient soutenu discrètement la collaboration, ils se firent aussi discrets avec le procès. Ceux qui comparurent finalement, qu’il s’agisse de directeurs de ministères et/ou d’autres membres de la bureaucratie étatique, d’hommes politiques, d’officiers supérieurs, de l’archevêque d’Ioannina, ou encore d’agents britanniques et du Caire, élargirent la portée de l’argument du bouclier à l’ennemi intérieur. Ainsi, en mettant en avant les valeurs qui constituaient la base commune des deux blocs, la solidarité corporatiste et la mémoire des souffrances et des luttes communes, ils garantissaient le « patriotisme » des accusés26. Sur le plan pénal, les dépositions de la défense n’apportèrent pas grand-chose en raison de leur caractère plus politique que factuel ; d’ailleurs, le parquet, souhaitant en finir au plus vite, ne posait plus de questions, ne signalant sa présence que par la lecture occasionnelle de documents qui soutenaient l’accusation. Cette accélération du rythme, souhaitée par le gouvernement, fut suivie aussi par la défense, qui limita le nombre total de ses témoins à une quarantaine.

  • 27 Les plus détaillés des témoignages de la défense se trouvent pourtant dans Éle (...)

17Ensuite, une loi du silence s’établit dans la presse républicaine et royaliste, au nom du secret d’État. Une fois la nouvelle procédure mise en place, les rapports du procès devinrent de plus en plus laconiques ; à la fin, on présentait les témoignages de la défense en deux paragraphes. La presse de gauche constituait, bien entendu, l’exception à cette règle. Elle continuait à remplir ses colonnes d’informations consacrées au procès, livrant les détails qui donnaient à voir le cordon ombilical liant les deux blocs anticommunistes27.

Conclusion(s) du procès

18Le changement gouvernemental dans le pays, la mort du président Roosevelt, les heurts entre les groupes armés dans les campagnes ont détourné du procès l’attention du public. Le 16 avril 1945, au lendemain du dernier témoignage de la défense, débutait le siège de Berlin par les troupes soviétiques. La guerre prenait fin en Europe. Le même jour commençaient les plaidoyers des accusés.

  • 28  La totalité de son plaidoyer se trouve surtout dans Kathimeriní des 17 et 18 avril 1945. (...)

19Ils furent échelonnés selon l’ordre chronologique de leur mandat, gouvernement par gouvernement. Le général Tsolákoglou comparut le premier. Comme ceux qui suivirent, il plaida non coupable. Son argumentation reposait sur deux axes : d’un côté, il argua du fait que la quasi-totalité des témoins avait récusé tout scénario d’intelligence préalable avec l’ennemi et, de l’autre, il rappela son combat contre les forces de l’Axe pendant la guerre d’Albanie. Tout en reconnaissant comme légitime le fait de chercher et de punir les coupables de la défaite militaire, le général insista sur la victoire grecque face à l’invasion italienne. Quoi qu’il en soit, pendant les audiences, peu de faits vinrent infirmer l’idée d’une décomposition généralisée du commandement militaire grec à la veille de la capitulation. L’essentiel du plaidoyer fut consacré à dresser un bilan détaillé de l’état dramatique du front grec face à des forces bien supérieures28 : la suite, à savoir la capitulation et la formation d’un gouvernement sous tutelle allemande, fut décrite comme le « calvaire » des véritables patriotes, mais nécessaire pour éviter les lourdes conséquences d’une défaite militaire.

  • 29 Cela n’ajouta pas grand-chose sur le plan pénal, si ce n’est qu’il fut établi que la cap (...)
  • 30 Liviératos évoqua des « actes de résistance » douteux, puisqu’il soutint qu’il avait (...)

20La thématique du calvaire s’invita à plusieurs reprises dans la salle du tribunal pendant les plaidoyers de 25 accusés, du 17 avril au 4 mai 1945. Ce fut d’abord le motif favori des officiers du gouvernement Tsolákoglou ; plus brefs et moins éloquents que celui-ci, ils répétèrent la description de la déroute et de leur abandon par les dirigeants politiques, en avril 1941 : ils présentèrent leur décision comme un choix regrettable mais indispensable pour sauver l’honneur de leurs soldats29. Ce récit des événements militaires était défendable, mais se révéla extrêmement faible face à l’accusation de collaboration politique. L’argumentation des accusés, parsemée de récits accessoires et stéréotypés sur leur patriotisme, ou les ruses dont ils avaient usé et l’audace avec laquelle ils avaient tenu tête aux occupants, semblait souvent naïve et bien faible. Ils furent par ailleurs souvent surpris par les pièces à conviction présentées par le parquet30.

  • 31 Tavoularis et Gotzamánis ne furent arrêtés qu’après la chute de Berlin, les 10 (...)

21Pour le reste, leur seul moyen de défense sur le plan pénal était de déplacer les responsabilités. Les ministres qui s’étaient enfuis pendant la retraite allemande étaient une cible idéale puisque absents et s’étant montrés les plus ostensiblement germanophiles (ou italophiles). L’anathème fut jeté sur eux, du début à la fin du procès, aussi bien par les témoins de l’accusation que par ceux de la défense31. Leur absence servit ainsi à se disculper de l’accusation de collaboration idéologique, de « fascisme ».

  • 32 Kathimeriní, 27 avril 1945
  • 33  Ce furent principalement les hommes politiques qui employèrent cette ligne de défense : (...)

22Les accusés présents mirent aussi l’accent sur la complicité de la bourgeoisie : l’heure des révélations avait sonné. « Quand nous exercions nos fonctions, toute la classe dirigeante, les politiciens, les militaires, ou les professeurs d’université, nous demandaient volontiers des services en faveur de leurs intérêts personnels, tout en restant insensibles devant les souffrances et les douleurs du peuple », notait Leonidas Tsirigotis, ministre polyvalent du gouvernement Tsolákoglou32. Et, parallèlement, ils accusaient les dirigeants de la dictature d’avoir été en intelligence avec l’ennemi33.

  • 34  Voir les « démentis » et les « rectifications » publiés dans le journal Éleuthériaentre (...)

23Ces dénonciations publiées par la presse de l’EAM devinrent gênantes pour les personnes publiques visées ; de nombreux démentis submergèrent le parquet et les rédactions des quotidiens qui, afin d’économiser l’espace et de ne pas faire du tort, décidèrent de ne publier désormais que de courtes dépêches sur le procès34.

  • 35  Pour l’exécution d’Exarchos, voir Kathimeriní, 20 avril 1945 ; pour Karathanásis, voir É (...)

24Alors que la fin du procès approchait, la division entre Résistance nationaliste et collaboration refit surface au sein du bloc anticommuniste. Les vingt jours des plaidoyers des accusés s’ouvrirent avec l’exécution de Vassilis Exarchos, premier collaborateur mis à mort par l’État. Mais trois semaines plus tard eut lieu la première réhabilitation officielle d’un collaborateur dans la nouvelle communauté nationale : des obsèques nationales furent organisées pour Giorgos Karathanásis, un des chefs des BdS en Eubée35.

  • 36  La première loi pour l’abrogation (partielle) des lois de l’Occupation ne fut (...)

25Le procès est un observatoire privilégié sur la dissolution graduelle du monde de la collaboration et les chemins de sa réinsertion. Rállis, plaidant au début de la semaine sainte du calendrier orthodoxe, employa d’emblée la métaphore du calvaire, et la reprit plusieurs fois au cours d’un discours qui couvrit deux jours d’audience. En bon juriste, il voulut récapituler les lignes principales de la défense, la sienne et celle des autres. En tant qu’homme politique, conscient de livrer son ultime combat, il n’ajouta rien de nouveau mais revint, avec une vivacité extraordinaire pour un septuagénaire, sur les éléments qu’il avait déjà fait ressortir pendant les soixante-dix jours d’audience. Dans son discours, les élites du pays n’étaient plus cet acteur passif qui avait abandonné le peuple : pendant l’Occupation, il avait obtenu leur soutien actif et explicite, puis la preuve de leur reconnaissance, puisque la quasi-totalité de sa législation se trouvait toujours en vigueur36. L’Occupation, quant à elle, n’était plus qu’un élément accessoire.

  • 37 To Víma, Empros, 3 et 4 mai 1945.
  • 38 Éleuthéria, Rizospástis, 6 mai 1945 ; Nikos Kalkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, (...)

26Rállis adopta la posture du défenseur du système social qui, sous les coups de l’ELAS, le 18 décembre 1944, avait failli tomber aux mains de ses ennemis et s’échappa de sa prison l’arme à la main en « gardant la dernière balle pour lui-même37 ». Le dernier jour de son plaidoyer, grâce à la présence de ses soutiens et partisans, il fit salle comble. Ainsi il conclut son discours en chef et en combattant, déclarant que « la providence divine [l’avait sauvé] pour dire aux générations futures comment des politiciens d’occasion [avaient mis] en danger les intérêts de la nation ». Il jeta l’anathème sur les gouvernants qui lui avaient succédé, et ne manqua pas de nommer ses successeurs à la direction du camp royaliste. Enfin, en indiquant aux magistrats qu’ils lui devaient la vie, il leur confia son honneur et reçut une salve d’applaudissements38.

  • 39  La commission siégeait exclusivement en cas de désaccord entre le juge d’instruction et (...)

27Entre-temps, derrière la scène, le tri des dossiers remis par l’EAM durant l’automne avait déjà commencé. Bien sûr, à cause de la pénurie des moyens et des effectifs du TSC d’Athènes, le rythme des délibérations de la chambre fut extrêmement lent. Pendant les trois mois et demi que dura le procès, seulement 60 arrêts concernant 80 présumés collaborateurs furent rendus. Néanmoins, les tendances principales qui allaient guider ces enquêtes préliminaires étaient nettement discernables. Que, parmi ces premiers arrêts, il n’y ait eu aucune mise en accusation n’était guère surprenant : sur ce point encore, les affaires déférées à la Commission d’enquêtes préliminaires conduisaient par définition à des non-lieux39.

Ordonnances du TSC d’Athènes jusqu’au 31 mai 1945

Sentences Nombre de prévenus Ordonnances
Non-lieux (arrêt de poursuite) 60 45
Prolongation de la détention provisoire  6  3
Relaxe  5  5
Enquête supplémentaire  4  4
Incompétence du TSC  7  3
Total 82 60
  • 40  Bien qu’en majorité affaires de collaboration, ces 5 000 dossiers concernaient (...)
  • 41  Voir par exemple les ordonnances nos 24, 37 et 39 de 1945, TSC/VV/1/1945.

28En plus de son évidente utilité, puisqu’elle allégea le travail d’un dispositif judiciaire débordé (il avait hérité de 5 000 dossiers – seulement pour la courte période d’Unité nationale à Athènes)40, le travail de cette commission refléta aussitôt une gestion proprement politique des dossiers. Ainsi, aucun nom de « grand collaborateur » n’apparut parmi les acquittés de la première heure, sans doute par mesure de précaution afin de les tenir provisoirement en otage, de limiter leurs activités publiques, et d’éviter de nouvelles réactions de l’EAM à leur égard. Pour le reste, le tri opéré dans les dossiers remis par l’EAM, ainsi que l’argumentation juridique des premières délibérations révélèrent une volonté de réintégration, notamment des participants aux organisations militaires de la collaboration. Une partie de ces dossiers concernait des fonctionnaires des collectivités locales nommés par les gouvernements de collaboration ; toutefois la majorité était liée à de présumés hommes des BdS, jeunes le plus souvent – entre 18 et 21 ans – et qui étaient déjà intégrés dans la Garde nationale. Le procès des gouvernements étant encore en cours, il n’y avait pas encore de jurisprudence qui déterminait si l’appartenance aux BdS constituait en soi un crime. Cependant, ces dossiers préparés par la section judiciaire de l’EAM, souvent dans une logique de responsabilité collective, débordaient de failles et de faiblesses. Ainsi, ces ordonnances répétaient sans exception cette formule : « l’EAM n’a pas le moindre indice attestant l’enrôlement de l’accusé dans les BdS41 ».

Justice historique et justice politique 

29À la fin de la dernière semaine des plaidoyers commença le réquisitoire du commissaire gouvernemental. Prenant la parole à la veille de la Pâque orthodoxe et de la prise de Berlin par les troupes alliées, Konstantinos Papadakis inversa la métaphore du calvaire : il évoqua la Pâque de 1941, « quand on attendait, avec le cœur saignant et le regard éploré, l’arrivée des occupants », pour célébrer la « Résurrection des peuples libres de l’Europe qui mit nos occupants d’alors dans une situation comparable ». Ensuite, il déclara que :

  • 42  Discours reconstitué par les comptes rendus d’Éleuthéria, Éleuthéri Ellada, de (...)

À l’instar de tous les peuples libres, qui arrêtent les collaborateurs et les livrent à la justice, il faut maintenant les faire payer pour leurs actes. Les peuples qui ont conscience de leur mission historique et de l’intérêt national suprême n’ont pas le droit de se montrer cléments à l’égard de certains individus qui ont transgressé les règles historiques et ont mis leurs intérêts personnels au-dessus de l’intérêt général42.

  • 43  Voir Rudi Teitel, 2000, Transitional Justice, New York/Oxford : Oxford University Press, (...)
  • 44  Éleuthéria, 6 mai 1945.

30Sur cette définition d’une justice historique43, le commissaire se trouva également obligé de répondre d’emblée à l’argumentation de la défense. « Les accusés ont voulu profiter de la division politique existante, et ont essayé de cultiver la confusion sur la nature des délits qu’ils ont commis et sur le délit de la rébellion de décembre. Il n’y a pas de confusion. La collaboration est un délit de nature historique. Le délit de rébellion est de nature politique. Par conséquent, chacun doit être puni en fonction de ses actes44. » Cette distinction était conforme à la fois à la fiction juridique qui qualifiait la collaboration de crime « formel », indépendamment du contexte et des intentions des auteurs, et à la conception transcendantale d’une nation diachroniquement combattante, mise en avant par les témoins de l’accusation. Cet exposé du commissaire tendait à l’universalisation spatio-temporelle : elle accorda cette forme de justice à « la valeur universelle de la liberté » qui devait constituer, sur le plan mondial, la cause de la lutte alliée, et sur le plan historique la mission ou la raison d’être de la nation.

  • 45  Bien entendu, après sélection préalable des extraits publiés et avec un ton différent se (...)
  • 46  Voir Michel Foucault, 1994, « Vérité et formes juridiques », Dits et Écrits, P (...)

31Sur le plan judiciaire, cela permettait d’intégrer la division politique au cœur de la justice officielle, tout en conservant la ligne d’accusation. Le commissaire soutint les chefs d’accusation, en entreprenant une longue reconstitution des faits examinés lors des audiences. En développant point par point les « preuves » apportées par les témoins à propos de la capitulation, et en réfutant les arguments de la défense, une semaine suffit pour établir la vérité présentée par tous les quotidiens, indépendamment de leurs affinités politiques45. Ce moment illustre l’institution d’un « régime de vérité totalement libéral : un dissensus exprimé pacifiquement dans la confrontation purement discursive des opinions, une vérité établie une fois reconnue la pluralité des discours légitimes46 ».

  • 47  Pour la « justification commune » des actes de rédemption comme faits de résis (...)

32Dans sa conclusion, le commissaire resta fidèle à la ligne du crime « formel », et n’imputa à aucun des accusés présents une intention préalable. Cette étape n’avait rien d’exceptionnel comparé aux autres procès de collaborateurs sur le continent, tant pour la forme juridique que pour le contenu. Malgré les outrances rhétoriques de la fin de son réquisitoire, le commissaire accepta comme circonstances atténuantes les « actes de rédemption » invoqués par certains ministres qui avaient eu un court mandat au sein des cabinets de collaboration47. Enfin, pour la plupart d’entre eux, il demanda une condamnation tenant compte du chef d’accusation, de leur position dans la hiérarchie gouvernementale et de la nature des crimes.

33Le verdict, émis le 31 mai, retint la majeure partie des propositions du procureur. Mis à part le crime de capitulation qui fut condamné selon le code pénal en vigueur, le long considérant du jugement appliqua les clauses de l’AC no 6 en condamnant comme crime « formel » la création d’un gouvernement de collaboration, le pillage des ressources naturelles et humaines du pays et leur mise au service de l’effort militaire ennemi, ainsi que la propagande en faveur de l’Axe qui avait affecté le sentiment résistant du peuple.

34La fiction d’une nation « unanimement » résistante prévalut. Seuls les bilans qui établissaient l’ampleur des dommages matériels et le nombre approximatif des ouvriers déportés en Allemagne allaient être érigés au rang des faits inoubliables. Ce capital national du sacrifice, sur la base duquel le pays devait revendiquer sa place parmi les nations libres, n’incluait pas les victimes de la collaboration armée, puisque :

  • 48 To Víma, Éleuthéria, 1er juin 1945.

La création de ces corps n’avait pas pour but l’exercice de la violence contre les Grecs en raison de leur activité contre les Allemands et les Italiens, ni la provocation d’une guerre civile, mais, d’après les objectifs de leurs fondateurs, visaient à la restauration de l’ordre dans les campagnes et dans les villes, ordre qui avait été dangereusement perturbé à partir de l’été 1942 à cause de l’activité des éléments criminels48.

  • 49  Gotzamánis, pro-italien et puis le plus convaincu des pro-Allemands (voir Mark Mazower, (...)
  • 50  C’est à perpétuité que furent condamnés les fuyards Tavoularis, ministre de l’Intérieur (...)
  • 51  Même ceux qui n’ont pas eu formellement le temps de compenser leurs actes par des actes (...)

35Sur ces bases, le tribunal émit trois peines capitales dont seulement une concernant l’un des accusés présents. Tsolákoglou fut condamné à la peine de mort, jugé responsable de la capitulation de 1941 avec Bakos, le ministre de la Défense de son gouvernement, exécuté par l’ELAS quelques mois auparavant. En reconnaissant par ailleurs son passé de combattant pendant la guerre d’Albanie, le verdict exprima parallèlement le vœu qu’il soit gracié. Les deux ex-ministres des Finances et de l’Économie nationale, Gotzamánis et Hector Tsironikos, furent condamnés par contumace. Si leur absence contribua à aggraver leur position tout au long du procès, leur condamnation témoigne de la volonté de réaffirmer la distinction entre collaboration « formelle » et « engagement militant » aux côtés des occupants, ainsi que la priorité de désigner et de condamner les responsables de la dévastation économique du pays49. Ces priorités furent aussi perceptibles dans les autres peines prononcées. Mis à part Ioannis Rállis et Konstantinos Logothetópoulos, condamnés à perpétuité, ce furent les fuyards réfugiés en Allemagne et les ministres directement liés au pillage des ressources économiques et naturelles – surtout ceux liés au premier gouvernement – qui subirent les peines les plus lourdes50. Ensuite, neuf anciens ministres furent condamnés à des peines plus légères – entre cinq et onze ans de prison ferme. Enfin, sept accusés, dont les services dans les gouvernements de collaboration avaient été les plus courts, furent acquittés51.

  • 52  Éleuthéria, Kathimerina Néa, Éleuthéri Ellada, Rizospástis, 1er juin 1945 ; parmi les jo (...)
  • 53  Voir la distinction faite par R. Teitel : elle nomme justice « politique » cel (...)

36Mais ces subtilités dans la gradation des peines passèrent largement inaperçues : ce verdict provoqua l’indignation générale. Le ministre de la Justice le considéra « particulièrement clément ». La presse républicaine réprouva « l’incapacité de la Justice à exprimer le désir populaire d’épurer » et parla d’un « verdict qui représentera à jamais l’incitation la plus explicite à la trahison ». De son côté, la presse de l’EAM, en estimant que les « quislings [avaient été] pratiquement acquittés », dénonça une « provocation de la nation » et « l’irrespect envers les Alliés ». Même certains quotidiens royalistes, qui restèrent en général discrets au nom du respect des décisions de justice, ne purent s’empêcher de commenter la clémence des peines prononcées52. Le sens de la « justice », exprimé déjà implicitement ou explicitement à plusieurs reprises, était clair : sans l’exécution d’au moins un des membres des gouvernements, il n’y avait pas d’expiation des crimes. On peut dire que cette distance, dépendante de la proportion des concessions mutuelles (trade-off) entre justice et vérité, est inhérente à n’importe quelle sorte de justice transitionnelle « criminelle » ou « historique »53. Mais la mesure fut la mémoire des morts et le sens de leur sacrifice : « Sur 27 hauts responsables, le tribunal n’en condamna qu’un seul à une peine de mort déjà infligée à 500 000 innocents. »

  • 54  Voir Pieter Lagrou, 2003, Mémoires patriotiques et Occupation nazie, Paris : C (...)

37La multiplicité des expériences de cette guerre et l’envergure des pertes subies limitaient la portée des effets réparateurs de la justice. En soulignant davantage l’insignifiance du châtiment concret que le caractère incommensurable du crime, le refus d’infliger la peine capitale exaspéra la concurrence des mémoires54.

  • 55  Voir par exemple le livre « polémique » de Nikos Kalkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχή (...)

38Si, sur le plan criminel, le grand procès des gouvernements fut perçu comme un échec, il n’en va pas de même sur le plan historique. Il n’y a pas de preuve plus incontestable du « succès » de la vérité historique produite dans ce procès, que le fait que ceux qui en étaient exclus, le camp de l’EAM, demeurèrent les plus fervents partisans de ses audiences. Et ils le restèrent pendant des décennies55. En porte-à-faux permanent entre légalité et illégalité, l’EAM tenta inébranlablement de conquérir sa place parmi les forces nationales à travers son identification à la loi et à l’autorité des poursuites pénales. Le commissaire gouvernemental jouit de son soutien moral tout au long des cent jours du procès, la presse aidant à la fonction pédagogique du procès. Le terme parodie fut employé pendant les audiences pour dénoncer les différentes formes de complicité anticommuniste, mais les formes légales appliquées ne furent critiquées en elles-mêmes qu’après la fin des audiences.

  • 56  Voir l’édition du livre de Leftéris Apostólou, 1945, Η παρωδία της δίκης των δωσιλόγων κ (...)
  • 57  Un cynisme malin pour les royalistes (« trop tard ! » écrivait G. Vláchos, le directeur (...)
  • 58  De tels gestes symboliques eurent lieu à la demande officielle de l’EAM pour que le comm (...)

39Pourtant un livre qui résumait les audiences et en présentait des preuves d’« autocondamnation de la droite », avait déjà été déposé chez l’imprimeur avant le verdict56. Car l’indignation générale à l’égard de celui-ci, quel que fût son degré de sincérité, n’était pas une surprise. Au terme des cent jours d’audiences, les chroniqueurs ne manquèrent pas de dépeindre avec cynisme un résultat attendu57. Le terrain semblait avoir été si bien préparé que, malgré les nombreuses protestations contre son résultat, un sentiment d’« irréversibilité » gagna rapidement toutes les parties concernées. Le peu d’efforts consentis pour y revenir sembla lui assurer une valeur purement symbolique, qui devint aussitôt pratique58. La formulation la plus éloquente fut peut-être celle d’un quotidien libéral :

  • 59 Kathimerina Néa, 1er juin 1945.

La décision du tribunal, qui donna une issue indigne, à l’un des chapitres les plus grands et les plus dramatiques de l’histoire du pays, est désormais soumise à la critique de tous les citoyens, car elle entre dans le domaine public (ktema koinon)59.

  • 60  Voir la définition classique du procès comme technique politique chez Otto Kir (...)
  • 61  Voir Vásilis Ritzaléos, 2006, «Ειδικό δικαστήριο Δράμας (1945‑1966), Δυσκολίες και προβλ (...)

40Autrement dit, à la suite du procès, l’existence d’une frontière séparant l’avant et l’après fut unanimement reconnue60. Car au-delà des visées particulières de chaque camp, l’adhésion unanime à cette forme de justice de transition répondait d’abord au besoin urgent de pacification, de rupture tant avec la continuité d’une violence diffuse qui faisait toujours rage, qu’avec l’héritage d’une situation économique désastreuse. Cette perspective avait été effectivement ouverte par le procès : son apport capital fut la légitimité de ce modèle de transition. La deuxième section du TSC d’Athènes procéda aux jugements des présumés collaborateurs à un rythme lent, mais qui s’accéléra après les amendements de la loi no 217/1945. En même temps, les délais impératifs laissèrent encore quarante jours pour le dépôt des plaintes à Athènes, et cinq mois pour le reste du pays, où les TSC locaux étaient sur le point de se constituer61. En ce sens, l’avenir était ouvert – et incertain.

Activité de la deuxième section du TSC d’Athènes pendant le procès des gouvernements

Sentences avant et après
la loi no 217/1945
mars 1945 avril – mai 1945
Total inculpés  19  70
Ajournements   2  20
Acquittements   2  18
> 1 an   4   2
1‑5 ans   3   7
5‑10 ans   2   7
10‑20 ans   5   9
Perpétuité   0   3
Mort   1   4
Total 38 140
  • 62  Voir Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946 (...)

41Une nette limite se dessine dans les activités de la deuxième section du TSC au moment de la promulgation de la loi no 217. Les jugements s’arrêtent le 24 mars pour ne reprendre que trois semaines plus tard, le 14 avril, le temps requis pour former le personnel sur les nouvelles normes de la procédure et préparer les nouveaux dossiers. Par ailleurs, ce fut à ce même moment qu’un deuxième TSC se mit en place, à partir du 24 avril, à Thessalonique62.

Un nouvel ordre symbolique ?

  • 63  Malgré le recours en annulation contre le procès de Mandilaris, celui-ci constituait tou (...)
  • 64  Voir TSC/VA/1/1945, procès nos 18, 36, 53, 63.

42Les services rendus par les interprètes grecs chez les SS ont été multiples si l’on en croit les présumés agents (informateurs, délateurs ou tortionnaires) des SS qui soutinrent tous qu’en tant que germanophones, ils avaient été embauchés comme interprètes. Même si, face aux témoignages de parents de victimes, ces allégations étaient peu convaincantes pour la cour, ils échappèrent tous à la peine de mort63. Par ailleurs, en matière de collaboration armée, quelques membres présumés des bandes anticommunistes de la capitale, arrêtés par l’ELAS à l’automne – et dont quelques-uns étaient déjà intégrés dans la Garde nationale – furent effectivement traduits devant le tribunal. Parmi les témoins de l’accusation, plusieurs n’ont même pas comparu ; quant à ceux qui s’étaient finalement présentés, ils retirèrent le plus souvent leurs dépositions initiales en faisant part des « conditions irrégulières dans lesquelles l’EAM avait effectué l’instruction préliminaire ». Par manque de preuves, l’accusation s’effondrait et les accusés étaient acquittés64.

  • 65  Bien entendu l’aspect « criminel » fut la délation, mais l’argument des « rapports (...)
  • 66  Ce fut le cas des procès nos 36, 37, 73, 99 à une exception près, celle d’un c (...)

43Suivant la consigne, le parquet limita sa juridiction à l’aspect strictement criminel. Ainsi le reste des affaires examinées fut des cas typiques de délinquance urbaine : des petits commerçants ou des fonctionnaires de la Croix-Rouge internationale, accusés par des policiers de marché noir avec l’occupant. Une catégorie bien distincte des accusés fut celle des femmes : accusées de « collaboration horizontale », c’est-à-dire de délation des citoyens grecs à des amis allemands, elles reçurent le plus souvent des « peines moyennes », c’est-à-dire environ six ans de prison ferme65. Peu de peines lourdes (peines capitales ou perpétuité) furent prononcées dans ce genre d’affaires, sauf pour celles qui étaient jugées par contumace, puisque le soupçon de fuite avec les occupants pesait alors sur les accusés comme une circonstance aggravante66.

44Puisque les séances de la deuxième section du TSC d’Athènes s’étaient déroulées dans l’ambiance discrète d’une salle de la cour d’appel, avec un dispositif et un degré de publicité limités, dus à la nature des affaires et à l’ombre du « grand procès », cela donna à la cour la possibilité de présenter un chiffre qui justifiait la volonté de régler les comptes avec les collaborateurs. Située au croisement entre ordres réel et symbolique, la grille judiciaire offre un point de vue privilégié pour observer ce passage à l’après-guerre, tant au niveau des évolutions dans le « monde profane » qui entourait l’enceinte des tribunaux, que dans la gestion des dossiers qui allait les classer selon les nouvelles catégories juridiques.

45Mais, afin de mieux comprendre les modalités de ce passage, essayons de repérer les coordonnées de la ligne symbolique tracée par ce rite de passage judiciaire.

46Si l’objectif déclaré de ce procès était de faire renaître le parlementarisme de l’entre-deux-guerres, cet objectif a-t-il été atteint ? Sans aucun doute : oui, si on tient compte du défilé de tous les représentants « légitimes » des élites d’avant-guerre à la barre des témoins. Et si l’objectif consistait à recréer une continuité, entre l’État légitime de l’avant- et celui de l’après-guerre, quelle ligne le procès a-t-il posée pour la transgresser symboliquement ? On répond souvent à cette question, en justifiant le bilan entièrement négatif du procès : aucune, puisqu’il n’a pas su rompre avec la continuité des blocs sociaux et des appareils de violence hérités de la guerre civile dans le pays occupé.

  • 67 Kathimeriní, 3 juin 1945, Rizospástis, 1er juin 1945, Éleuthéria, To Víma, 6 juin 1945.

47La fonction essentielle de tout rite de passage est le pouvoir de redéfinir non pas l’expérience du passé mais celle du présent afin de l’insérer dans le cadre d’un nouvel ordre symbolique, cela constitue, si l’on peut dire, la « réussite » incontestable du procès. La démarche officielle des « chefs républicains », secondés par la presse de gauche, contre la terreur des bandes de l’extrême droite, qui jusqu’à la veille du procès étaient encore désignées comme « collaborationnistes », n’eut lieu que deux jours après la clôture du procès. Au même moment, l’EAM dénonçait l’existence d’un complot « royaliste » derrière le verdict, et la presse royaliste décidait que « ceci ne faisait que compenser l’impunité des criminels d’extrême gauche67 ». Indubitablement, on eut affaire ici à un tour de passe-passe merveilleusement réussi, qui transforma les camps opposés de la Résistance et de la collaboration en « extrême gauche » et en « extrême droite » dans le nouvel ordre symbolique de la « paix ».

  • 68  Pierre Bourdieu, 1983, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la re (...)

48On pourrait objecter à cela que ces catégories existaient déjà et ne furent pas inventées au cours du procès. Mais elles furent érigées au rang de vérité officielle, au moyen d’un coup de force symbolique mais cum fundamento in re68. Il s’agit justement de la ligne de la zone grise de l’Occupation : de tous ces membres des élites politiques, intellectuelles et économiques du pays, qui avaient fait le choix de ne pas salir leurs mains en collaborant ouvertement, mais qui ne s’étaient pas non plus impliquées dans la Résistance, de ces individus qui avaient adopté une attitude attentiste en considérant l’Occupation comme un épisode passager et en érigeant en enjeu suprême la défense du régime face à la menace révolutionnaire.

  • 69  À ne pas confondre avec les anticommunistes en général – qui constituèrent la majorité (...)

49En sortant de l’ombre, ces hommes de la zone grise, ces fonctionnaires appartenant à l’État collaborateur ou ces politiciens qui avaient joué un double jeu, en comparaissant comme témoins de l’accusation ou de la défense, avaient dominé largement les audiences et y avaient étalé leur éthique politique qui en sortit triomphante69. Croisée avec l’anticommunisme inhérent à la zone grise de l’appareil judiciaire, cette éthique redéfinit les limites entre Résistance et collaboration : en condamnant la collaboration des gouvernants mais pas leur intention de trahison, ils exemptaient de poursuites tout l’arsenal idéologique qui avait dicté leurs actes.

  • 70  Enzo Traverso, 2007, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914‑1945), p. 163 (...)

50Or la question demeure : pourquoi donc, dans ce dessein, ne pas avoir exécuté un ou deux « hauts responsables » afin de contenter le peuple et, éventuellement, le dissuader de toute tentative de riposte ? Pourquoi ne pas avoir imité l’exemple des autres pays européens si abondamment évoqués par les instigateurs du procès ? C’est que, si « la sortie d’une guerre civile correspond à la création d’un nouvel ordre par les vainqueurs et à l’application – on pourrait presque dire la mise en scène de leur justice70 », la particularité grecque fut que les vainqueurs se trouvaient à la fois sur le banc des accusés et sur le siège du procureur. Les membres des élites qui venaient témoigner en faveur de Rállis, en faisant valoir l’argument du bouclier contre l’ennemi intérieur, revendiquaient ainsi leur part dans la victoire. En révélant la continuité effective des appareils de répression, ils rappelaient la « force matérielle », dont ils disposaient pour négocier leur position.

Un « compromis historique »

  • 71  Conclu en 1943, rendu licite ensuite. Voir Pierre Bourdieu, 1984, « Espace social et gen (...)

51C’est dans le parlement officieux du TSC d’Athènes que fut négocié et scellé le « compromis historique » entre les deux camps anticommunistes. Auparavant, quand ils se divisaient simplement en vénizélistes et royalistes, l’anticommunisme ne servait qu’une idéologie de guerre préventive contre un ennemi plutôt fictif ; face au soulèvement révolutionnaire de 1942‑1944, il fut la substance qui unit les factions bourgeoises rivales71. Le refus (ou l’hésitation) d’infliger et d’exécuter la peine capitale tint lieu de signature de ce compromis : on peut lire ce refus comme le rejet du paradigme du « procès des Six », symbole du conflit civil entre ces deux camps. Le refus de réitérer ce modèle clôt symboliquement ce chapitre en répétant l’histoire du procès comme une farce et comme une tragédie à la fois. Une ligne symbolique fut alors tracée, séparant l’avant- et l’après-guerre civile : non pas la guerre civile en cours, mais celle qui déchirait les deux blocs bourgeois rivaux depuis la Première Guerre mondiale.

  • 72 Voir Rudi Teitel, 2001, Transitional Justic, op. cit. La formulation la plus ex (...)

52Selon toute évidence, ce compromis solennel fut accompagné de plusieurs autres, conclus hors de l’enceinte du tribunal, et qui peuvent susciter de nombreuses questions si l’on veut faire une histoire sociale de la période. On peut dire qu’il s’agit d’un trade-off typique entre justice et vérité sur la scène du tribunal. La justice politique attendue ne fut pas rendue ; en revanche, une vérité historique fut effectivement consacrée72. Si, parmi les multiples temporalités articulées, ce fut la « longue », celle de la continuité de la nation légale, qui conditionna cette vérité, cela ne fit que traduire une suprématie matérielle en hégémonie idéologique. Car si le manque de moyens de coercition fut à la fois la condition préalable et la limite de la portée de cette forme de justice, la récupération de ces moyens fut obligatoire pour revendiquer un quelconque succès : il s’agissait de sortir de la terreur en sanctionnant celle commise par les uns et en incorporant, dans l’appareil d’État, celle produite par les autres.

  • 73  En ce sens que la conduite des acteurs observa les règles du civisme libéral, une (...)

53La vérité établie consista en une narration de transition libérale. Le contenu, délimité par les sermons au nom de la Liberté et les appels aux droits de l’Homme de la part de toutes les parties, fut libéral. La perspective politique immédiate qu’elle ouvrait, celle des élections libres pour une assemblée constituante, fut aussi libérale, tout comme la perspective historique dans laquelle elle voulait s’inscrire, celle d’un temps linéaire de progrès. La forme sous laquelle elle fut mise en place, le rituel d’une procédure pénale, fut également libérale73. La seule limite de cette justice, en dernière analyse, fut imposée par son propre succès : elle avait la prétention de mettre fin à la guerre civile, mais l’appareil judiciaire dont elle restituait la légitimité ne faisait que poursuivre cette guerre de manière légale.

  • 74  Voir Bronislaw Baczko, 2004, « Briser la guillotine. Une amnistie thermidorienne », Crim (...)

54Les 25 000 instructions criminelles ouvertes contre les militants de l’EAM et les milliers de prisonniers en détention provisoire annulaient de fait l’amnistie des crimes politiques. Cela réunit les traits d’une réaction thermidorienne qui, en appliquant une vraie/fausse amnistie politique, engage la justice en tant que fer de lance d’une entreprise multiple et complexe qui veut à la fois assurer les moyens matériels pour clore l’épisode révolutionnaire, décréter sa fin juridique, et reprendre à son compte les valeurs mêmes de cette révolution. La guerre civile continuait. Dans cet état d’urgence, monarchistes constitutionnels et républicains, sans doute toujours divisés quant à la question du type de Constitution à adopter, se consacraient comme les garants d’une pacification et d’un retour à la normale qui restaient pourtant une perspective continuellement transposée dans un avenir éloigné74.

  • 75  Voir Bourdieu parlant justement des crises révolutionnaires comme manifestation par (...)

55Comment résumer, avant de finir ce chapitre, le nouvel ordre symbolique établi par ce procès ? C’est celui de la séparation entre la tête et le corps de la nation, symbolisée par l’événement du procès lui-même, dont l’importance majeure fut simplement qu’il avait eu lieu. Les membres de la tête se concertaient et délibéraient sur la scène du tribunal. Le corps social, lui, en arrière-plan, s’adonnait à toutes sortes d’automatismes, produits des antagonismes sociaux exacerbés. L’étude du procès dans son contexte politique offre ainsi une vue d’ensemble de la réalité, présente et à venir. La magie du champ juridique y porta un coup suprême de violence symbolique : on fit entrer la « nation combattante » en la sortant de son contexte pour la réinsérer, ensuite, dématérialisée, comme élément du nouvel ordre libéral. Comme on l’a vu, ce pouvoir créateur de la représentation s’y manifeste de manière si claire, car « il annonce ce qui est en train d’advenir, ce qui s’annonce : il est moins une accoucheuse qu’un officier de l’état civil de l’histoire75 ». C’est par là justement qu’émane le caractère bien fondé de ses prévisions, en tant que descriptions anticipées : dans le cloisonnement de la crise révolutionnaire, sa séparation des aventures de l’Occupation, se trouve déjà en germe la suite des événements.

  • 76  C’est à partir du décret royal du 2 juin 1945 (publié dans le JO no 152 du 15 juin 1945) (...)
  • 77  À l’instar de la condamnation du général Tsolákoglou en tant que traître, mais la (...)
  • 78  Voir la problématique développée sur une ligne de « réhabilitation » des politiques (...)

56La juridiction du TSC, en ouvrant la voie à l’implantation du nouvel État dans les anciens territoires de la Grèce libre de l’EAM, signalait ainsi la disparition d’un monde76. Les écarts entre la mémoire officielle et l’expérience sociale effective faisaient de l’antifascisme un « signifiant flottant » dont la revendication allait avoir des effets, immédiats et durables. Les sujets de ce processus continueraient à exister mais séparés de leurs qualités, de leurs identités antérieures77. De ce point de vue, les raisons de la réticence des courants idéologiques de l’après-guerre à se revendiquer de la politique de l’un ou l’autre camp deviennent évidentes, ce qui a aussi embarrassé la recherche. Qui, après tout, dans ce tournant thermidorien, aurait pu avoir envie de s’identifier à l’usure ou à la décrépitude d’une révolution sociale, ou de s’approprier politiquement son héritage en éliminant ses cohéritiers légitimes ? En tout état de cause, le rôle ingrat qui consistait à terminer la révolution et à assurer à la République un nouveau départ78 devint désormais la tâche principale de la justice. Ce processus ne faisait que commencer.

Notes

1 C’est le fait d’avoir été armé par l’occupant et mis volontairement à son service, et d’avoir dénoncé des citoyens grecs à cause de leur activité résistante.

2  Il fut arrêté le 23 octobre 1944, Rizospástis, Éleuthéria, 24 octobre 1944.

3  TSCA/VA/1/1945, procès no 10, voir la série d’articles in Éleuthériaet Rizospástis, les 11, 12, 15 mars 1945. Voir Gabriella Etmektsoglou, 1998, “Collaborators and Partisans on Trial: Political Justice in Postwar Greece, 1944-1949” in Claudia  Kuretsidis‑Haider et Winfried R. Garscha (ed.), Keine „Abrechnung”, NS-Verbrechen, Justiz und Gesellschaft in Europa nach 1945, Leipzig‑Wien : Akademische Verlanganstalt, p. 247.

4  Voir l’éditorial de Rizospástis, «Μονέδας-Αυγέρης και Μανδιλάρης-Εξαρχος», 13 mars 1945.

5 Éleuthéria, 13 mars 1945.

6  Traîtrologie manifestée dès les premiers jours de la Libération, voir Éleuthéria, 28 mars 1945.

7 Éleuthéria, 28 mars 1945.

8  Pour l’ouverture de l’enquête interne du parquet, il y a des mentions dans les journaux : Éleuthéria, 18 mars 1945, Rizospástis, 19 mars 1945, Ethnos, 18 mars 1945. La loi no 217 du 24 mars 1945 « sur la modification et le complément de certaines clauses de l’AC no 6 » fut publiée dans le JO no 69, 29 mars 1945.

9  Loi no 217 du 24 mars 1945.

10 Empros, Kathimeriní, 31 mars 1945.

11 Kathimeriní, 31 mars 1945.

12 Éleuthéri Ellada, Éleuthéria, 31 mars 1945, Ethnos, 30 mars 1945.

13  Les questions principales tournèrent autour des délais pour le déroulement des élections et du référendum sur le retour du roi, et surtout sur l’ordre de leur réalisation. Les dirigeants du Parti populaire (royaliste) estimaient à 80 % les opinions favorables au retour du roi. Voir Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], Athènes : Vivliorama, p. 390‑398.

14 Ethnos, Éleuthéria, Kathimeriní, 28, 29 mars 1945.

15  Respectivement pour ces dépositions, voir les numéros d’Éleuthéria et Éleuthéri Ellada des 28, 29, 30 mars 1945 et ceux d’Ethnos, datés d’un jour auparavant (en tant que journal du soir, il publiait les comptes rendus le jour même). Pour l’opération commune d’armement des nationalistes, voir aussi chapitre 7.3. Pour la destruction des bureaux d’ESPO par le PEAN, et un rapport détaillé de la forte impression qu’elle avait suscitée aussitôt dans tous les camps politiques, voir notamment Eyanthis Hadjivassileiou, 2004, ΠΕΑΝ 1941‑1945 (PEAN 1941‑1945), Athènes : Syllogos Pros Metadosin Ofelimon Vivlion, p. 101‑136.

16  La reprise des audiences eut lieu le 1er avril ; les arrestations des ministres collaborationnistes eurent lieu l’après-midi du 2 avril sauf pour le général Roussopoulos à cause de son état de santé « cela ne présupposant (prokrima) aucunement le verdict » ; Ethnos, Éleutheria 2 et 3 avril 1945.

17  Selon lui, ceux-ci s’arrogeaient le prestige de l’organisation : Éleuthéria, 4 avril 1945. Cela constitue la première distinction publique entre l’EDES patriotique (ou combattante) et l’EDES de trahison que Komninós Pyromáglou fera dans son « introduction critique à l’histoire de la Résistance nationale » qu’il publiera deux ans plus tard, Komninós Pyromáglou, 1975, Η εθνική αντίσταση, ΕΑΜ-ΕΛΑΣ-ΕΔΕΣ, Κριτική εισαγωγή εις την διαμόρφωσίν της [La Résistance nationale, EAM-ELAS-EDES, introduction critique à sa formation], Athènes : Dodoni, p. 308‑309.

18  La lettre fut publiée par le journal Ellinikón Aímale 5 avril 1945. Selon H. Richter, ce furent les Britanniques qui, méfiants à l’égard des efforts de Plastíras pour monopoliser le contrôle de l’armée, donnèrent la lettre au journal. Voir Heinz Richter, 1986, British Intervention in Greece: From Varkiza to Civil War February 1945 to August 1946, Londres : Longwood, dans l’édition grecque p. 128 ; voir Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], op. cit., p. 301‑303. Papastratis aussi soutient que cet argument est plausible : voir les notes critiques d’Al. Xydis in Georges Seféris, 1985, Πολιτικό ημερολόγιο [Journal politique], Athènes : Ikaros, p. 195.

19  Lettre de Pyromáglou, lue un peu plus tard, sous forme de témoignage à distance dans le procès. Titres du genre : « On a arrêté le garde du corps de Siantos [secrétaire général du KKE, DK]. Il avait assassiné 300 nationalistes. », Empros, 8 avril 1945.

20  D. Máximos (1873‑1956), économiste et homme politique, fut, entre autres, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de P. Tsaldáris 1933‑1935.

21  Empros, 8 avril 1945, Ethnos, 7 avril 1945. Voir Nicos  Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, Paris : Pichon et Durand-Auzias, p. 270‑286.

22  L’apologie de Rállis dans les journaux des 1er et 2 mai ; voir aussi in Georges Rállis, 1947, Ο Ιωάννης Ράλλης ομιλεί εκ του τάφου, [Ioannis Rállis parle de sa tombe], Athènes : s. éd., p. 54‑55.

23  Georges Mavrogordatos, 1983, Stillborn Republic: Social Coalitions and Party Strategies in Greece 1922‑1936, Berkeley: University of California Press, p. 288‑291.

24  La Grande Idée fut le programme irrédentiste du nationalisme grec qui soutint toutes les guerres d’expansion menées jusqu’en 1922 quand la défaite dans la guerre d’Asie Mineure freina définitivement les visées irrédentistes du pays.

25  “Against radical agitation of any kind”, Georges Mavrogordatos, 1983, Stillborn Republic: Social Coalitions and Party Strategies in Greece 1922‑1936, Berkeley : University of California Press, p. 336.

26  Soit à travers de simples justifications morales, soit en rapportant des actes de solidarité ou de soutien envers d’autres membres de ces élites. À cet égard la déposition de l’archevêque de Ioánnina, lui-même impliqué dans les négociations pour la capitulation en 1941, Rizospástis , 3 avril 1945.

27 Les plus détaillés des témoignages de la défense se trouvent pourtant dans Éleuthéri Ellada, jusqu’au 15 avril. Le livre de N. Kalkánis est une copie fidèle de ces articles. Écrit dans le même esprit de révélation de trahison et de complicité des adversaires de l’EAM, ce livre ne cite pas ses sources, ce qui semble échapper aux chercheurs qui ne sont pas familiers de la documentation hellénique. (Voir par exemple l’étude bibliographique récente de Bisser Petrov, 2005, “The Problem of Collaboration in Post-War Greece, 1944‑1946”, Études balkaniques, no 3.)

28  La totalité de son plaidoyer se trouve surtout dans Kathimeriní des 17 et 18 avril 1945. Voir aussi notamment Ethnos des 16 et 17 avril 1945.

29 Cela n’ajouta pas grand-chose sur le plan pénal, si ce n’est qu’il fut établi que la capitulation et la formation du gouvernement avaient été décidées dans la ville de Ioannina, sous le patronage de l’archevêque orthodoxe local.

30 Liviératos évoqua des « actes de résistance » douteux, puisqu’il soutint qu’il avait publié des articles patriotiques dans des journaux, mais qu’il ne les avait plus. Bakoyánnis, embarrassé à la lecture d’un article de propagande pronazie, le présenta comme faisant partie de « manœuvres tactiques », voir Éleuthéria, Rizospástis, To Víma, 1er, 2 mai 1945.

31 Tavoularis et Gotzamánis ne furent arrêtés qu’après la chute de Berlin, les 10 et 11 mai en Allemagne : voir Éleuthéria, 12 mai 1945, Iákovos Chondromatidis, 2001, Η μαύρη σκιά στην Ελλάδα, Εθνικοσοσιαλιστικές και φασιστικές οργανώσεις στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου και της γερμανικής Κατοχής, [La liste noire en Grèce, Organisations nationales-socialistes et fascistes dans la Grèce de l’entre-deux-guerres et de l’occupation allemande], p. 92.

32 Kathimeriní, 27 avril 1945

33  Ce furent principalement les hommes politiques qui employèrent cette ligne de défense : en tant que membres éminents des cabinets d’Occupation, ils étaient les plus exposés aux sanctions ; en tant que membres des élites athéniennes, ils étaient les mieux placés pour le faire. Ainsi Rállis, Tsolákoglou, Liviératos attaquèrent tous le ministre de la Justice de la dictature Tabakópoulos (voir Empros, Rizospástis, 2-6 mai 1945). Mais aussi Demestichas, pour sa part, attaqua Vovolínis – le seul des trois dirigeants du groupe (et du journal) Ellinikón Aíma à ne pas avoir comparu. Karamanos attaqua Papandréou pour un article pro-italien que celui-ci aurait écrit dans le journal de propagande bilingue Quadrivio : Éleuthéria le 1er mai 1945.

34  Voir les « démentis » et les « rectifications » publiés dans le journal Éleuthériaentre le 19 et le 21 avril 1945, dont celles de l’ancien ministre de Justice Kolyvas.

35  Pour l’exécution d’Exarchos, voir Kathimeriní, 20 avril 1945 ; pour Karathanásis, voir Éleuthéri Ellada, 12 mai 1945.

36  La première loi pour l’abrogation (partielle) des lois de l’Occupation ne fut promulguée qu’à la fin juin 1945 : AC no 58, JO no 163, 27 juin 1945.

37 To Víma, Empros, 3 et 4 mai 1945.

38 Éleuthéria, Rizospástis, 6 mai 1945 ; Nikos Kalkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], disponible en pdf sur http://istorika-ntokoumenta.blogspot.fr/2013/09/blog-post_9484.html, consulté le 4 avril 2016, p. 141.

39  La commission siégeait exclusivement en cas de désaccord entre le juge d’instruction et le procureur de l’État sur la poursuite de l’action judiciaire ou la détention préventive des accusés. Cela n’empêche que le nombre total d’acquittements eût été quatre à cinq fois plus élevé que celui des affaires déférées à l’audience ; voir AC no 6, article 11.

40  Bien qu’en majorité affaires de collaboration, ces 5 000 dossiers concernaient aussi des cas criminels.

41  Voir par exemple les ordonnances nos 24, 37 et 39 de 1945, TSC/VV/1/1945.

42  Discours reconstitué par les comptes rendus d’Éleuthéria, Éleuthéri Ellada, de Kathimeriní, du 6 mai 1945.

43  Voir Rudi Teitel, 2000, Transitional Justice, New York/Oxford : Oxford University Press, p. 69‑118.

44  Éleuthéria, 6 mai 1945.

45  Bien entendu, après sélection préalable des extraits publiés et avec un ton différent selon la ligne de la rédaction.

46  Voir Michel Foucault, 1994, « Vérité et formes juridiques », Dits et Écrits, Paris : Gallimard, t. 1, p. 1402‑1445. Gérard Leclerc, 2001, « Histoire de la vérité et généalogie de l’autorité », Cahiers internationaux de sociologie, no 111, p. 205‑231.

47  Pour la « justification commune » des actes de rédemption comme faits de résistance ou repentance postérieure, souvent retenue par les tribunaux jugeant des collaborateurs après 1945 : voir Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”, Journal of Conflict Resolution, juin, vol. 50, no. 3.

48 To Víma, Éleuthéria, 1er juin 1945.

49  Gotzamánis, pro-italien et puis le plus convaincu des pro-Allemands (voir Mark Mazower, 2002, Dans la Grèce d’Hitler. Il a brigué le poste de Premier ministre, finalement jugé trop pro-Italien. Voir aussi une approche de « réhabilitation » par Iákovos Michaïlidis, 2001, Σωτήριος Γκοτζαμάνης, ο άνθρωπος, ο πολιτικός, ο μύθος [Sotírios Gotzamánis, l’homme, le politique, le mythe], Thessalonique : Vanias. Tsironikos, opportuniste, commerçant pendant l’entre-deux-guerres, figure assez sombre, chargé de dossiers multiples et vice-président du cabinet pendant la dernière année de l’Occupation.

50  C’est à perpétuité que furent condamnés les fuyards Tavoularis, ministre de l’Intérieur dans les gouvernements Logothetópoulos, Rállis et Passadakis, ministre chargé de l’Administration de l’île de Crète pendant la même période. Karamanos, ministre de l’Agriculture pendant l’hiver de la grande famine (1941‑1942), fut aussi condamné à perpétuité. Chatzimichalis, ministre de l’Économie nationale d’avril 1941 à mars 1942, fut condamné à 20 ans de réclusion pour avoir facilité la réquisition des stocks du tabac ; 20 ans aussi pour le général Deméstichas, ministre de l’Intérieur pendant cette même période.

51  Même ceux qui n’ont pas eu formellement le temps de compenser leurs actes par des actes postérieurs, les derniers des ministres collaborateurs. Sur ce plan, dans le contexte de la guerre civile grecque, un autre cas de figure devrait être ajouté à ceux énumérés par Jon Elster, 2004, Closing the Books: Transitional Justice in historical perspective, New York : Cambridge University Press, p. 335‑337 : le fait qu’ils avaient pris leur fonction après les batailles de Stalingrad et d’El Alamein, qui annonçaient la défaite des forces de l’Axe, fut reconnu comme preuve du fait qu’ils jouaient un double jeu.

52  Éleuthéria, Kathimerina Néa, Éleuthéri Ellada, Rizospástis, 1er juin 1945 ; parmi les journaux royalistes, Empros parle de clémence. Au sujet de la seule peine de mort prononcée, Ellinikón Aíma et Kathimeriní demandent explicitement que « le soldat » Tsolákoglou soit gracié.

53  Voir la distinction faite par R. Teitel : elle nomme justice « politique » celle des procès de transition et « historique » celle des Truth and Reconciliation Committees : Rudi Teitel, 2000, Transitional Justice, op.cit., p. 88‑92.

54  Voir Pieter Lagrou, 2003, Mémoires patriotiques et Occupation nazie, Paris : Complexe, IHTP/CNRS : « Qui pouvait prétendre avoir vécu la même guerre, partagé la même expérience ? » Aussi sur l’incommensurabilité de la Shoah et des crimes contre l’humanité, voir notamment Jorje E. Viñuales, 2005, « Autour du crime des crimes : au-delà des affaires humaines ? », Raisons politiques, no 17, p. 9‑30.

55  Voir par exemple le livre « polémique » de Nikos Kalkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], disponible en pdf sur http://istorika-ntokoumenta.blogspot.fr/2013/09/blog-post_9484.html, consulté le 4 avril 2016), écrit quatre décennies après cette période.

56  Voir l’édition du livre de Leftéris Apostólou, 1945, Η παρωδία της δίκης των δωσιλόγων και η αυτοκατάδικη της δεξιάς [La parodie de procès des collaborateurs et l’autocondamnation de la droite], publié en juin 1945, p. 85‑89. Technique politique de symbolisme : premier secrétaire de l’EAM – membre fondateur du KKE – et encore frère d’Électre, cadre et martyre du KKE, assassinée par la Sûreté spéciale le 26 juillet 1944.

57  Un cynisme malin pour les royalistes (« trop tard ! » écrivait G. Vláchos, le directeur de Kathimeriní, le 3 juin 1945), et amer pour les communistes (« ils ont pris une décision déjà décidée de ne condamner à mort que ceux qui sont déjà morts », commentait un verset satirique du Rizospástis du même jour).

58  De tels gestes symboliques eurent lieu à la demande officielle de l’EAM pour que le commissaire annule le verdict en appliquant la loi no 217, à l’instar du procès Mandilaris, où l’on vit des efforts pour réitérer des plaintes contre Rállis en tant qu’instigateur des atrocités commises par les BdS. (Voir Éleuthéri Ellada, 2 juin 1945, Empros, 3 juin 1945, p. 2.)

59 Kathimerina Néa, 1er juin 1945.

60  Voir la définition classique du procès comme technique politique chez Otto Kirchheimer, 1968, Political Justice, The use of Legal Proceedures for Political Ends, Princeton : Princeton University Press, p. 110‑118.

61  Voir Vásilis Ritzaléos, 2006, «Ειδικό δικαστήριο Δράμας (1945‑1966), Δυσκολίες και προβλήματα στη μετακατοχική απόδοση της δικαιοσύνης» [Le tribunal spécial de Drama [1945‑1966], difficultés et problèmes pour rendre la justice après l’Occupation], in EET. Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946”, in Mark Mazower (ed.), After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960. Loi no 217 du 24 mars 1945.

62  Voir Eleni Haidia, 2000, “The Punishement of Collaborators in Northern Greece, 1945‑1946”, in Mark Mazower (ed.), After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, p. 48.

63  Malgré le recours en annulation contre le procès de Mandilaris, celui-ci constituait toujours un précédent qui faisait qu’en règle générale, on prononçait entre 15 et 20 ans de réclusion pour les agents de l’Axe avérés. Voir TSC/VA et TSC/VP/1/1945 (1‑200), procès nos 12, 13, 30, 34.

64  Voir TSC/VA/1/1945, procès nos 18, 36, 53, 63.

65  Bien entendu l’aspect « criminel » fut la délation, mais l’argument des « rapports intimes » avec les occupants est souvent mis en avant par la partie civile, souvent constituée par la famille de l’époux. Voir procès nos 18, 43, 82.

66  Ce fut le cas des procès nos 36, 37, 73, 99 à une exception près, celle d’un citoyen arménien, présumé membre du Parti fasciste italien. La condamnation à mort d’A. Kar. fut commuée en réclusion à perpétuité après son arrestation en Allemagne et son retour dans le pays, le 30 octobre (procès no 983/1945).

67 Kathimeriní, 3 juin 1945, Rizospástis, 1er juin 1945, Éleuthéria, To Víma, 6 juin 1945.

68  Pierre Bourdieu, 1983, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, no 43, p. 58‑59.

69  À ne pas confondre avec les anticommunistes en général – qui constituèrent la majorité écrasante des témoins. Dans cet ensemble, il n’y avait pas seulement les témoins de la défense, mais aussi le tiers des témoins de l’accusation – fonctionnaires, mais aussi politiciens comme Sofoúlis, le professeur d’université Balis, ou même Papandréou qui, jusqu’à la fin 1943, faisait partie des « attentistes », en relation avec les deux camps à Athènes.

70  Enzo Traverso, 2007, À feu et à sang. De la guerre civile européenne (1914‑1945), p. 163. Pour le contexte européen, voir aussi Tony Judt, 2015, Postwar, A History of Europe Since 1945, p. 41‑62. Jon Elster (ed.), 2006, Retribution and Reparation in transition to democracy, p. 57‑178. Voir Marcello Flores, 1995, l’Età del sospetto, I processi politici della guerra fredda, Bologna : Il Mulino.

71  Conclu en 1943, rendu licite ensuite. Voir Pierre Bourdieu, 1984, « Espace social et genèse des “classes” », Actes de la recherche en sciences sociales, no 52-53.

72 Voir Rudi Teitel, 2001, Transitional Justic, op. cit. La formulation la plus explicite appartient encore à Apostólou, au moment où il définit le « programme idéologique » de son livre (Leftéris Apostólou, 1945, Η παρωδία της δίκης των δωσιλόγων και η αυτοκατάδικη της δεξιάς [La parodie de procès des collaborateurs et l’autocondamnation de la droite], Athènes : Rigas, p. 28‑29) : « Mais malgré cette sorte de mise en scène, l’ampleur de la trahison contre la nation fut telle qu’elle ne pouvait pas se cacher derrière ce procès truqué. Cette mise en scène a eu, comme on le verra ci-dessous, un autre enseignement pour la nation. Elle a révélé que les quislings sont les enfants légitimes, les misérables instruments de la réaction politico-économique locale, polycéphale, parasitique et corrompue. »

73  En ce sens que la conduite des acteurs observa les règles du civisme libéral, une sorte de « civisme d’abnégation », voir Dominique Terré, 2007, « Jean Carbonnier et la procédure pénale », Année sociologique, no 57, p. 455‑470 et Michel Foucault, 1972, « Sur la justice révolutionnaire, Débat avec les Maos », les Temps modernes, no 310, p. 355‑366.

74  Voir Bronislaw Baczko, 2004, « Briser la guillotine. Une amnistie thermidorienne », Crime, histoire & sociétés, no 2, vol. 8, p. 5‑31. Georges Lefebvre, 1937, les Thermidoriens, Paris : Armand Colin, p. 198‑199.

75  Voir Bourdieu parlant justement des crises révolutionnaires comme manifestation par excellence du pouvoir symbolique du champ juridique, Pierre Bourdieu, 1986, « La force du droit, éléments pour une sociologie du champ juridique », Actes de la Recherche en sciences sociales, vol. 64/1, p. 3-19, spéc. p. 13, ce qui fait directement écho à sa problématique (les rites d’institutions) sur l’action de nommer, de rendre licite ce qui existe déjà.

76  C’est à partir du décret royal du 2 juin 1945 (publié dans le JO no 152 du 15 juin 1945) que commence la « reconquête » des campagnes par le gouvernement d’Athènes ; l’assassinat de Velouchiótis intervient le même jour, le 15 juin 1945.

77  À l’instar de la condamnation du général Tsolákoglou en tant que traître, mais la grâce accordée au « soldat », le général Bakos, reconnu coupable en tant que cosignataire de la capitulation de 1941 par le tribunal, a pu paraître quelques jours plus tard en tête de la « liste officielle des victimes la rébellion de Décembre » (Éleuthéria, 8 juin 1945). C’est ainsi que la gauche communiste se consacra essentiellement aux discours passéistes de la martyrologie, afin de revendiquer son rôle de protagoniste de la « Résistance nationale », une pratique qui allait caractériser son existence tout au long de l’après-guerre. Voir à ce sujet notre mémoire de DEA, Dimitris Kousouris, 2003, Temps de défaite : l’oubli mémorable. Représentation du temps chez les vaincus de la guerre civile grecque de 1949 à 1967, Mémoire de DEA inédit, EHESS.

78  Voir la problématique développée sur une ligne de « réhabilitation » des politiques thermidoriennes par Bronislaw Baczko, 1989, Comment sortir de la terreur, Thermidor et la Révolution, Paris : Gallimard, p. 11‑12 et p. 353‑354.

Acheter