Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Troisième partie : rideaux de fer, frontières transparentes (1946-1949)

Les deux Grèce antifascistes

The two Antifascist Greece

Οι δύο αντιφασιστικές Ελλάδα

Résumé

Au même moment les juges ont refusé les témoignages et les accusations portées par les membres de l’EAM, ainsi se construit une nouvelle Histoire nationale qui exclue l’EAM de la lutte antifasciste et ne donne le titre de Résistants qu’aux groupes anticommunistes.

At the same moment, the judges refuses the testimonies and the lawsuits by former EAM members, ant thus they built a new National History that excluded the EAM from the antifascist fight and gave the name of Resistant only to the anticommunist group members. In this way, two antifascist Greece are left face to face.

Την ίδια στιγμή, οι δικαστές αρνήθηκαν τις μαρτυρίες και τις κατηγορίες από πρώην Εαμίτες, και έτσι έχτισαν μία καινούργια Εθνική Ιστορία από την οποία εξαφανίστηκε το ΕΑΜ και δήλωσαν ότι μόνο οι αντικομμουνιστικές οργανώσεις στάθηκαν αντιστασιακές. Έτσι δύο αντιφασιστικές Ελλάδες βρέθηκαν αντιμέτωπες.

Texte intégral

1C’est précisément ce remaniement du passé encore récent, cette articulation de l’expérience et du récit historique par la voie judiciaire, qui constitue le caractère éminemment stratégique du travail des . Sachant que le principal enjeu politique de cette transition fut pour les élites la défense du régime face au mouvement révolutionnaire, on ne peut nier qu’une épuration, même si elle n’a pas répondu aux attentes, a eu lieu. Cela dit, on ne peut pas dire uniquement de cette justice de transition qu’elle a maintenu inchangé le passé, à savoir la présence d’un État anticommuniste et l’exclusion formelle de la Résistance. Car sa fonction essentiellement novatrice ne fut pas de déterminer qui serait exclu de la nation anticommuniste mais qui serait inclus dans la nation « antifasciste ».

2Par les peines infligées (fussent-elles réduites et d’une ampleur limitée) pour réparer les torts faits aux réseaux résistants du Caire et aux organisations nationalistes, la justice accueillait au sein de la nation antifasciste l’expérience et le « sacrifice » de ces derniers tout en validant comme vrais leurs discours sur la période. En revanche, en déclarant sans suite l’écrasante majorité des plaintes déposées par les militants de l’EAM, elle excluait de la nouvelle nation l’expérience de la composante majoritaire de la Résistance de masse. Qui plus est, elle ne l’excluait pas de la nationtout court, mais de la (fiction de la) nation antifasciste. Dans l’enceinte des tribunaux, les témoins, lorsqu’ils étaient d’anciens membres de la Résistance de l’EAM, furent absents, récusés, ou acceptés seulement s’ils démentaient leurs dépositions précédentes ou le caractère national de l’EAM. Il en résulta que, dans le récit que forgea la justice pour lier le passé et le futur de la nation, leur expérience fut formellement exclue.

3La célébration officielle du combat contre le fascisme permet de saisir à quel degré la justice participa à la formation des deux conceptions mutuellement exclusives de la nation antifasciste. Choisi « officieusement » depuis 1941 comme jour de commémoration et date anniversaire du début de la guerre gréco-italienne de 1940, officialisé en 1944 quelques jours après la libération d’Athènes, le 28 octobre coïncidait en 1945 avec le grand procès de la Sûreté spéciale. Le gouvernement organisa de grandes parades militaires dans le centre de la capitale et dans les grandes villes du pays. Pour sa part, l’EAM appela au boycott de ces festivités, suscitant une forte mobilisation populaire dans les quartiers excentrés :

  • 1 Rizospástis, 26 octobre 1945.

Car il y a deux 28 octobre. À la date de l’un, on trouve la capitulation, les infamies de la « X » et de la Sûreté spéciale qu’on fait semblant de juger aujourd’hui. […] C’est la fête de l’oligarchie de la richesse, qui commença par un coup d’État, passa par la capitulation et la trahison, et s’achève aujourd’hui avec l’État d’après-Décembre. […]
Face à cela s’érige le 28 octobre du peuple, l’éveil de la Résistance, le soulèvement national, la lutte unanime. Elle commença discrètement mais rigoureusement quand les travailleurs combattirent la dictature du roi, arriva à un sommet glorieux le 28 octobre […], puis continua par le miracle de la deuxième renaissance grecque moderne, quand hommes et femmes, jeunes et enfants, tout le peuple a pris les armes, lui, une poignée contre deux puissances mondiales, et a vaincu en pourchassant, avec ses propres forces, l’envahisseur nazi/fasciste.
Entre les deux, il existe un abîme, une haine meurtrière, inconciliable. Il ne peut pas y avoir de compromis, comme il n’y en a pas entre la Vie et la Mort 1.

  • 2  Voir Giórgos Margarítis, 1986, « De la transcription à la recréation de l’histoire : le pa (...)
  • 3 Éleuthéria, 28 octobre 1945.
  • 4 Empros , 28 octobre 1945.
  • 5  À la veille du nouvel an : diffamé et humilié un an auparavant, expulsé violemment de l’As (...)

4« Éveil », « miracle », « deuxième renaissance » : allusions à une mutation qualitative du temps et un retour de l’Histoire. Signes d’une expérience révolutionnaire devenue déjà mythe fondateur d’un espace politique de masse2. Alors que, selon cette conception, le 28 octobre n’est que le déclencheur de la véritable expérience de l’histoire, cette expérience de l’histoire est totalement absente des autres récits commémoratifs. Dans la presse des libéraux républicains, soucieux de revendiquer l’hégémonie en deçà des limites de la nation antifasciste officielle, c’est le combat du peuple opposé au roi et à la dictature qui avait écrit la « page la plus glorieuse de la nation combattante », dans un récit qui s’arrêtait à la guerre d’Albanie pour recommencer après la Libération3. Dans la presse royalise, on se contenta d’un récit héroïque dans lequel le 28 octobre devenait « fête de la bravoure, ivresse de gloire nationale, qui préfigurait la victoire4 ». L’auteur de ces lignes était l’écrivain Sp. Mélas, accusé de collaboration, notamment pour une série d’articles en faveur de la victoire de l’Axe, écrits quelques mois après ce jour glorieux : son ordonnance de non-lieu lui serait délivrée en cadeau de Noël peu après5.

5Le rapport du judiciaire avec le monde profane avait donc une double vocation. En tant que forme d’ingénierie sociale, d’une part, il régulait la réintégration des anciens collaborateurs dans l’appareil étatique, et, d’autre part, il arbitrait la compétition entre les différentes parties des classes possédantes, sachant que, dans un cas comme dans l’autre, elles utilisèrent ces procédures comme moyen pour former le nouveau bloc du pouvoir. En ce qui concerne la représentation de la réalité, il accueillait la quasi-totalité des discours récurrents, ne reconnaissant et n’exploitant comme énoncés de vérité qu’une partie d’entre eux. En adaptant le vieil anticommunisme d’avant-guerre et de la collaboration au nouveau récit national antifasciste, il veillait à ce que l’expérience révolutionnaire de la Résistance fût formellement exclue de la mémoire nationale.

  • 6  Voir la contribution récente de Polyméris Vóglis, 2008, «Οι μνήμες της δεκαετίας τ (...)

6La fiction d’une nation résistante, dont le corps se composait essentiellement des effectifs de la collaboration, mettait au jour un régime mémoriel schizophrène qui pourrait bien être l’effet le plus durable qu’ait produit cette forme de justice dans l’après-guerre : une mémoire divisée, des années 1940 jusqu’à nos jours6. Tournée vers le passé des crimes commis sous l’Occupation, la face répressive de cette justice/Janus afficha d’emblée trop de faiblesse pour laisser espérer qu’elle réponde à la demande de justice. Or la tentative d’imposer une amnésie collective sur toute une sphère de l’expérience passée ne fut pas l’unique paramètre pour déterminer les écarts entre la réalité et sa représentation. L’acquittement de la majorité des prévenus pour « doutes raisonnables » mina les catégories mêmes de collaboration et de Résistance ; il mit en doute ce que la cour était censée défendre en acceptant la quasi-totalité des arguments de la collaboration : collabos ou honnêtes patriotes anticommunistes ? Résistants ou révolutionnaires criminels ? En représentant par excellence la sphère publique par rapport à laquelle les différents acteurs de l’Occupation cherchaient à se légitimer, la justice provoqua aussi de multiples effets d’hypermnésie.

7Pour les libéraux du centre, ce fut l’amnésie de la Résistance de l’EAM et l’hypermnésie des crimes impunis des collaborateurs ; pour les collaborateurs, l’hypermnésie de l’activité guerrière de l’EAM justifia l’amnésie de leurs crimes ; pour l’EAM, ce fut une double hypermnésie du mouvement de la Résistance et des crimes des collaborateurs.

  • 7  Sur la base élémentaire d’un « jamais plus », voir Rudi Teitel, Transitional Justice, (...)
  • 8  Dans les neuf mois qui séparent la pacification de Varkiza du procès de la Sûreté (...)

8Or si l’incorporation d’une partie seulement du passé pour faire face aux enjeux de l’avenir est un trait commun à toute justice de transition, l’écart le plus critique fut celui qui séparait la fiction de la nation résistante de sa réalité présente. Les narrations produites par les différentes formes de justice de transition relèvent généralement d’une politique de reconnaissance du passé, reconnaissance partiale par définition. Cependant, même les formes totalement privées de compétences punitives pour réparer les torts du passé, telles que les TSC, ont souvent présenté l’intérêt de constituer, fût-ce symboliquement, une limite dressée face aux violences et aux atrocités du régime précédent7. En l’occurrence, la justice établissait une limite, mais elle ne mettait pas fin aux brutalités du conflit civil : l’activité meurtrière des anciens collaborateurs perdurait à des rythmes invariables, sous une forme « légale » ou paramilitaire8. Si l’ineffectivité même des rares sanctions infligées pouvait être un signe de contraintes indépassables pour la justice, l’autre volet de son activité, l’impunité de crimes réels et le « concours » offert à cette activité à travers les poursuites judiciaires ouvertes contre des résistants furent des preuves de sa complicité avec la Terreur blanche.

  • 9  Voir Éleuthéria, 21 et 29 janvier 1946, Rizospástis, 21 et 23 janvier 1946 et Michális Lym (...)

9Un épisode qui se déroula à Kalamata le 20 janvier 1946 met en évidence tous les aspects de la « nouvelle » réalité. Par un coup de force, une bande armée d’environ 3 000 royalistes dont le chef était déjà condamné pour collaboration, « neutralisa » la garde locale et libéra les collaborateurs ; puis elle entra dans le bureau du juge d’instruction, détruisit les dossiers et prit le contrôle de la ville pendant presque 24 heures en semant la terreur sans distinction parmi les partisans de l’EAM et ceux du centre républicain. Après l’annonce de l’arrivée de troupes envoyées d’Athènes, la bande repartit en emmenant 150 otages, assassinant 14 d’entre eux. Le commandant en chef de la région, lui-même ancien adjoint de Tsolákoglou, minora la portée de ces événements ; aucune suite judiciaire ne fut donnée à l’affaire. Quand, durant ces événements, le directeur du ministère de Justice essaya de joindre le quartier général de la Sûreté, il tomba sur Lambou, condamné quelques mois auparavant. Celui-ci devait alors être jugé à nouveau avec ses collègues, après recours du ministre qui avait estimé la décision du tribunal trop clémente mais le procès n’eut jamais lieu, car… le dossier judiciaire avait été perdu9.

10Qu’il ne fût pas capable de dissiper l’ombre des crimes passés n’est donc qu’une spécificité de ce travail judiciaire. Faisant partie de la zone grise de l’Occupation, et ayant validé la vérité de cette zone grise, la justice devint elle-même partie intégrante de la nouvelle zone grise, celle-là même qui perpétuait le conflit hors des limites de la légalité. Prétendre régler les comptes du passé, tout en l’entérinant : telles furent sa contradiction principale et sa particularité.

11Cette justice/Janus fut en quelque sorte le fer de lance et le maillon fort de la mise en place du nouveau pouvoir. Primo, car, dissimulant et disculpant la violence des collaborateurs, elle les intégra dans le corps de la nation. Deuxio, car elle a pleinement exercé son autorité pour construire un récit du passé : à travers la gestion des milliers de dossiers, les TSC mirent à la place d’un avant encore vaguement défini lors du procès des gouvernements, un après qui mettait un terme formel à l’expérience révolutionnaire de la Résistance et l’excluait de la mémoire officielle. Tertio, car en synthétisant les différents discours inclus dans le nouveau récit national, les TSC créèrent la première représentation publique et officielle de la nouvelle nation « antifasciste ». Le judiciaire disposait et offrait ainsi les moyens pour transformer, avant même l’élection d’un Parlement, une guerre civile tacite et non déclarée en guerre civile légale.

  • 10  Le 28 octobre fut choisi symboliquement pour la déclaration de la création de l’Armée démo (...)

12Avec la première commémoration officielle de la lutte antifasciste apparut la fragilité de cette unité nationale. Avec la deuxième, en 1945, la fracture profonde et irréparable qui la divisait se fit sentir. Quant à la troisième, le 28 octobre 1946, jour de la déclaration de la transformation des groupes partisans dispersés de la gauche en une « Armée démocratique » dont le but était « le renversement du régime monarcho-fasciste », elle marqua le recours ouvert à l’action militaire pour la résolution du conflit10. Elle signalait l’entrée dans la dernière et la plus dramatique phase de la guerre civile qui s’acheva avec l’écrasement de la guérilla procommuniste par les forces gouvernementales, en août 1949. Cette période, qui détermina la reconfiguration de la nation antifasciste et son entrée dans le monde de l’après-guerre, coïncide aussi avec la dernière phase du fonctionnement des TSC. C’est pourquoi notre attention s’écarte de la capitale pour tenter de tirer un bilan de l’activité des TSC à travers le pays, y compris dans les régions les plus proches des combats de la guerre civile, et de la replacer dans son contexte historique national et international.

Refaçonner la « nation antifasciste »

13La fiction officielle de la nation antifasciste avait déjà été corroborée par les TSC avant les élections. Vecteur de la mémoire nationale, la justice opéra un tri parmi la multiplicité des expériences contradictoires de la guerre et de l’Occupation, en élaborant un récit unificateur dont les traits principaux pourraient se résumer aux trois axes suivants.

  • 11  Un motif commun à ce moment-là en Europe, voir les conclusions de Pieter Lagrou, 2003, (...)

141) Le schéma du « petit pays pris dans le tourbillon de la guerre des Grands » devint le fil rouge de l’héroïque saga de l’« épopée d’Albanie » et structura la victimisation de la « nation martyre ». Il fit son apparition dès le procès des gouvernements et servit ensuite de justification tant pour la position qu’adopta la défense que pour la clémence des sentences prononcées par la cour. C’est ce même schéma qu’on a déjà observé avec la représentation courante de l’Occupation comme « cosmogonie » : un malheur venu de l’étranger, le partage et, somme toute, la dissolution des responsabilités dans une collaboration économique causée finalement par la seule pénurie générale, le consentement à l’argument juridique du « bouclier » pour toute une série de fonctionnaires publics nommés par des quislings11.

  • 12  Entérinée par le professeur Prátsikas au lendemain de la bataille de Décembre.

152) L’affirmation selon laquelle l’EAM avait déclenché à partir de 1943 une guerre civile qui avait coupé en deux le pays durant l’Occupation fut la pierre angulaire de l’interprétation judiciaire. En désignant l’EAM comme l’instigateur de la guerre civile, on pouvait séparer le bon grain de l’ivraie, déterminer qui était dans la nation martyre ou en dehors de celle-ci. Introduite dans le discours judiciaire au lendemain de la bataille de décembre 1944, la théorie du complot slavo-communiste guida l’application de la loi lors des procès, et pas seulement ceux des TSC12. Tandis que les cours d’assises ordinaires criminalisaient l’activité résistante sous l’Occupation, les TSC, quant à eux, en identifiant les résistants aux « bourreaux » et en excluant l’un des deux pôles du conflit, renvoyaient un reflet totalement inversé de cette activité. Ainsi, la disculpation officielle des BdS lors du procès des gouvernements ne fut que le sommet de l’iceberg, la partie la plus visible de ce vaste processus d’assimilation officielle à la « nation victime » du corps social de la collaboration, corps réintégré ensuite à la nation à travers l’acceptation sans exception comme circonstance atténuante ou cause d’absolution de l’argument de la « persécution par l’ELAS » ou de la « vindicte pour les crimes communistes ».

  • 13  La discussion est ouverte dans les procès-verbaux du Parlement entre le 17 et le 23 mai  (...)
  • 14  Décret-loi no 844, JO no 324, 24 décembre 1948, p. 1863‑1866. Définition des « groupes e (...)

163) L’autre trait de ce « reflet inverse » fut l’identification exclusive de la Résistance nationale à ses composantes anticommunistes, c’est-à-dire l’intégration au corps de la nation victime d’une minorité d’acteurs de la Résistance. Éloignée de la réalité pourtant toute récente, cette fiction devait la métamorphoser en une expérience « anonyme » et/ou « universelle ». Ainsi, peu de temps après les élections, le travail entamé par les TSC à partir de 1945 fut-il couronné par une résolution solennelle du Parlement qui formulait la base juridique d’une « reconnaissance de l’activité des groupes partisans nationaux de l’intérieur comme actes dignes de la patrie et de la gratitude de la nation13 ». Cette résolution ouvrit la voie à une série de lois postérieures qui, jusqu’à la fin des hostilités en 1949, permirent de définir les « groupes de résistance intérieure » dignes de « récompenses morales » : ce furent les réseaux d’espionnage pour le compte des Alliés et du cabinet du Moyen‑Orient, les effectifs armés de ce dernier ainsi que la « Résistance intérieure » des partisans de Zérvas et d’autres bandes et organisations anticommunistes qui avaient, pour le moins, mené double jeu14.

  • 15  Luca Baldissara, 2005, «Giudizio e castigo. La brutalizzazione della guerra e le (...)

17La « découverte de civils » et la fiction d’une nation « unanimement résistante » constituèrent les motifs communs aux récits nationaux forgés par les différentes formes de justice en cette sortie de guerre15 : ils favorisèrent l’inclusion des non-résistants ou des « résistants de la dernière heure » dans la communauté nationale. En revanche, l’exclusion d’une partie de la Résistance fut une particularité grecque : elle a d’ailleurs conduit la plupart des chercheurs à ne pas étudier ces procédures qu’ils assimilèrent à une épuration exceptionnelle, épuration dont ils pensèrent que, à cause de la guerre civile en cours, elle avait adopté un biais idéologique à même de neutraliser largement les effets des dispositifs légaux. Cela fut-il effectivement le cas ? Les éléments plaidant pour la réfutation de cette impression erronée sont multiples.

18Lors du déchaînement des violences civiles, la force fait loi, et la justice se trouve a priori contrainte de suivre les basculements des rapports de force militaires. Jusqu’ici, nous avons suivi comment, par sa mise en place, l’épuration grecque légitima, puis cristallisa la suprématie militaire du bloc anticommuniste. Dans le présent chapitre, nous allons suivre comment, par la suite, cette épuration devint le véhicule à travers lequel la justice établit une légalité qui, en même temps qu’elle prenait le pas sur la violence, déterminait l’insertion du pays dans le contexte international de l’après-guerre.

  • 16  Jan Patočka, 1999, « Les guerres du xxe siècle et le xxe siècle en tant que guerre », in Essais hé (...)

19On assiste alors à la formation d’un temps homogène dissimulant derrière des « rideaux de fer » les aspects fâcheux de l’expérience récente, tout en favorisant le franchissement des limites transparentes du présent et la transformation du passé de la guerre en « une chose bizarre qui ne ressemblait désormais ni à la guerre ni à la paix16 ».

D’un état d’exception à l’autre

  • 17  Nicos Alivizatos, 1995, “The executive in the Post-Liberation Period”, in John Latrides (...)
  • 18  Chrístos Hatziiossif, 2007, Δεκέμβρης του 1944, Τέλος και Αρχή [Décembre 1944, fin et co (...)

20Le début de la période étudiée ici avait été marqué par le rétablissement définitif d’une monarchie pseudo-parlementaire en 1935. Ainsi, les élections du 31 mars 1946 d’abord et puis, cinq mois plus tard, le 1er septembre, le référendum – massivement truqué – sur le retour du roi Georges II qui restaura la monarchie mirent une fin formelle et définitive au conflit entre royalistes et libéraux qui avait marqué l’histoire politique du pays depuis la Première Guerre mondiale. Or les gouvernements continuèrent à être aussi instables qu’avant les élections, tout au long du mandat quadriennal de la nouvelle Assemblée. Aucun signe de récupération pour l’économie non plus : son sort était toujours confié à l’aide extérieure et au pilote automatique d’une autorégulation du marché, largement dominée par les mécanismes de coercition étatiques ou paramilitaires. Par ailleurs, après la victoire contestée des royalistes aux élections et lors du référendum, la violence n’épargnait aucun de leurs adversaires. Dans un pays en proie à la guerre civile, où les gouvernements fonctionnaient sous tutelle et où le Parlement ne se réunissait qu’occasionnellement17, l’appareil judiciaire fut le seul mécanisme du pouvoir qui fonctionna de manière stable afin d’assurer l’insertion du pays dans « le camp occidental de l’alliance victorieuse de la guerre mondiale et consolider les appareils de l’alliance sociopolitique interne qui mena, et gagna la guerre civile18 ».

  • 19  L’alliance des partis royalistes (Inomeni Parataxis Ethnikofronon  – Camp uni des nation (...)
  • 20  Lynn Boyd Hinds, 1991, The cold war as rhetoric: the beginnings, 1945‑1950, New York : P (...)
  • 21  AMFOGE (Allied Mission for Observation of the Greek Elections), deux fois (une pour les (...)

21Les élections du 31 mars furent marquées par un très fort taux d’abstention (40 %). À l’exception du centre républicain, toutes les autres parties concernées avaient une victoire à célébrer le lendemain : les royalistes qui avaient obtenu une majorité écrasante à l’Assemblée ; l’EAM qui revendiquait pour son compte l’ensemble de l’abstention et s’autoproclama « première force politique du pays » ; les services anglo-américains qui virent le taux de participation dépasser la limite symbolique de 50 %19. À peu de jours près, en même temps que ces élections, survinrent le « discours de Fulton » de Churchill et le « long télégramme » de Kennan à Washington qui signalaient le tournant décisif pris avec une « soudaineté remarquable20 » par la politique états-unienne à l’égard de leur allié soviétique. Face à une telle conjoncture, malgré les violences et les nombreuses irrégularités, les alliés occidentaux reconnurent la validité de la procédure21.

  • 22  Les sources britanniques de l’époque estimaient l’EAM à environ 30‑35 % avant (...)

22L’œuvre des deux missions alliées chargées d’observer les élections et le référendum devait parachever un processus de légitimation officielle qui permettrait à la fois d’accueillir le pays dans la communauté internationale du camp vainqueur ouvert un an auparavant et de sceller définitivement l’histoire politique à venir du pays. Beaucoup plus qu’un simple escamotage des chiffres, le pourcentage contestable de 9,3 – estimation officielle de l’« abstention politique » de l’EAM – offrait une justification pour imposer un nouvel état d’exception excluant le tiers de la population du système politique22. Si la justice fut la première à mettre en œuvre de manière officielle cette exclusion dans l’enceinte des tribunaux, il lui revenait encore d’appliquer les mesures exceptionnelles qui allaient déplacer le centre de gravité idéologique du nouveau régime.

  • 23  P. Poulítsas pour deux semaines.
  • 24  Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946- (...)
  • 25  Décret du 4 mai 1946, lors de la première semaine du nouveau gouvernement, intitulé « Po (...)

23Un indice infaillible de l’autorité pleinement rétablie du pouvoir judiciaire fut que, durant la courte période qu’il fallut aux experts et aux instances officielles pour « valider » le résultat, le poste de Premier ministre de service avait été confié au président du Conseil d’État23. Aussitôt après, le gouvernement royaliste, qui lui succéda, employa une stratégie de la tension. D’abord, en brandissant l’épouvantail d’une « crise constitutionnelle » en cas de vote négatif24, il organisa un plébiscite sur la personne de Georges II au lieu du référendum sur la forme de la Constitution. En même temps était inversé l’ordre prévu référendum/retour ou non du roi, avant la Libération, faisant ainsi de son retour une nécessité. Le poids politique du pouvoir judiciaire se trouva renforcé dès la toute première mesure d’urgence prise par le gouvernement qui réintroduisit la sanction du « déplacement administratif », formellement abrogée en 1945 : les modalités de son application restaient inchangées (depuis Metaxás) à la différence près que les organes chargés d’appliquer cette forme de persécution extrajudiciaire étaient désormais composés majoritairement par des magistrats25.

24En l’espace de quatre mois, le nouveau Parlement adopta un dispositif d’exception qui rendit possible la persécution en masse des adversaires politiques du régime. À suivre la mise en place graduelle de ce dispositif, on constate un brusque glissement institutionnel : l’état d’exception antifasciste formel allait servir de base à l’institution d’un état d’exception effectif qui mettrait l’EAM hors la loi. La résolution no 9, adoptée à la veille du plébiscite, est à cet égard emblématique. Inscrite dans un plan d’« assainissement » des services publics, cette loi d’épuration avait un caractère « technique » et politique à la fois. Les fonctionnaires seraient évincés pour cause de « déficience en qualifications scientifiques ou techniques ou professionnelles », ou pour : collaboration intentionnelle et consciente avec les envahisseurs du pays, dans le but de les assister dans leurs objectifs ou de tirer des bénéfices de toutes sortes, toute participation ou complicité à l’insurrection du 3 décembre 1944 au 12 février 1945 et toute activité poursuivie depuis lors contre l’ordre légal étatique.

  • 26  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les (...)

25Le contraste entre la « collaboration intentionnelle et consciente » et « toute participation » aux activités de l’EAM est éloquent. Dans les débats parlementaires pour le vote de la loi en question, la majorité plaidait en sa faveur afin de « licencier tout élément appartenant au camp communiste » et « créer un État nationalement-pensant »26. Le caractère « antifasciste » de l’État n’était plus qu’un prétexte légitimant une politique qui rétablissait et renforçait le dispositif autoritaire de l’avant-guerre.

  • 27 Le traitement de cinq membres de l’EAM à Patras, jugés à la veille de l’adoption de la r (...)

26Ce fut à la faveur de cet état d’exception antifasciste qu’on prépara le terrain pour la mise en place de nouvelles lois d’urgence. Les TSC ont encore joué un rôle de précurseur. Dans la première moitié de 1946, avant que la résolution n° 3 ne procure d’autres voies pour faciliter l’œuvre de la justice, les TSC effectuèrent eux-mêmes, avant la lettre, le glissement d’un état d’exception à l’autre en jugeant des chefs locaux de la Résistance pour avoir aidé l’effort militaire de l’ennemi en attaquant des membres de groupes nationalistes, en l’occurrence des membres des BdS locaux. Cela demanda un cadre législatif réglementant les poursuites anticommunistes27.

  • 28  Kyriakós Lykourínos, 2006, «Ο δωσιλογισμός στη βουλγαροκρατούμενη Ανατολική Μακεδονία, Δ (...)
  • 29  Le procureur de Patras avait avancé plusieurs propositions de non-lieux à propos de prés (...)

27La fonction essentielle de cette justice de transition se révéla justement là où les frontières de la guerre civile et de la guerre froide se rapprochaient dangereusement. Entre décembre 1945 et janvier 1946 furent traduits devant le TSC de Kavala sept chefs de la Résistance en Macédoine orientale, accusés d’avoir pris les armes pour les utiliser contre des nationalistes grecs28. Bien qu’ils n’aient donné lieu à aucune condamnation, ces premiers jugements de résistants présumés collaborateurs illustrent comment, au sein des TSC, s’est opéré concrètement le glissement d’un état d’exception « antifasciste » à cet état d’exception « anticommuniste ». Les mesures de pacification et de décongestion des prisons mises en vigueur avant les élections limitant drastiquement la poursuite des résistants par la voie pénale ordinaire, le judiciaire fit du zèle en imposant l’état d’exception anticommuniste avant la lettre. Loin de la frontière nord, dans le Péloponnèse, fief traditionnel du bloc royaliste, le TSC condamna cinq dirigeants locaux de l’EAM pour avoir attaqué les effectifs des BdS29.

  • 30  Résolution no 3, JO no 203, 16 juin août 1946, voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions polit (...)

28Trois mois après les élections, la résolution n° 3, entrée en vigueur le 16 juin 1946, donna intégralement au gouvernement le pouvoir de sanctionner (même par la peine de mort) « quiconque, dans le but de retrancher une partie du territoire de l’État ou de faciliter des plans visant à cet objectif, avait comploté ou incité à la rébellion, ou s’était mis en contact avec des étrangers, ou avait constitué des groupes armés ou participé à de tels groupements traîtres30 ». Pour désigner l’ensemble de ces actes, ladite loi introduisait une nouvelle catégorie juridique, celle des « délits antinationaux ».

  • 31  Dans ce sens, les tribunaux militaires étaient maintenant chargés de résoudre une fois (...)

29Dans une logique de répression des menées séparatistes dans le nord du pays, zone qui, au même moment, devenait la frontière entre les deux blocs mondiaux de l’après-guerre, cette loi érigeait la théorie du slavo-communisme en idéologie officielle du régime. À travers la « question macédonienne », héritage des guerres balkaniques de 1912‑1913 et de la Première Guerre mondiale, cet anticommunisme local s’intégrait ainsi dans la vision globale du camp occidental qui était sur le point de naître31.

30Parce qu’elle constituait alors la frontière géopolitique du camp occidental, la Grèce offre une vue privilégiée à l’historien. La résolution n° 3 contenait déjà tous les traits essentiels de la série des lois excluant en bloc les forces de l’EAM. Elle inaugurait en effet l’identification des ennemis intérieurs et extérieurs de la « nation », en mettant la guerre civile, le déni total de la Résistance « éamite » et l’annihilation de l’ennemi intérieur au cœur de l’arsenal légal du régime. Bien qu’encore implicite dans le texte de cette loi, le schéma manichéen « droite/royalistes = patriotes et KKE/EAM = traîtres/organes de Moscou » s’imposa et devint de plus en plus explicite. Cette évolution révèle la mise en place d’un appareil de répression de plus en plus complexe qui devait mener à une guerre civile légale sur tous les fronts. Le « rideau de fer » intérieur ne s’abattit pas seulement avec le déclenchement de la guerre antipartisans dans les montagnes ou avec l’intensification de pratiques de répression de plus en plus cruelles et massives : l’idée se propageant dans plusieurs sphères de la vie sociale et politique, il prit aussi une tournure « totalitaire ».

  • 32  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1 (...)
  • 33  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les (...)

31Les aspects les plus emblématiques en furent la restriction sévère de la liberté d’expression et l’établissement d’un Berufsverbot institutionnel, à travers un système de « certificats de convictions politiques » et de « déclarations de rétractation publique du communisme »32. Les deux épurations majeures du secteur public entre 1946 et 1948 sont à ce titre très édifiantes pour qui veut retracer le mouvement par lequel la Grèce fut érigée en frontière au cœur de la guerre froide. Si la première épuration, conduite par le camp royaliste en vue de s’emparer complètement de l’appareil étatique, puisait dans la tradition légale nationale d’avant-guerre, la deuxième, mise en place peu après l’annonce de la doctrine Truman et l’emprise totale des États‑Unis sur la Grèce, puisait quant à elle directement aux sources de la tradition légale américaine. L’introduction dans le vocabulaire juridique grec de la notion de « loyauté » au régime, qui constitua le fondement de l’épuration de 15 % des fonctionnaires publics, copiait presque à la lettre le Hatch Act, promulgué aux États‑Unis en 1939 et repris à ce même moment afin de lancer les persécutions de l’ère maccarthyste33.

  • 34  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1 (...)
  • 35  Loi no 509 « sur la sécurité du régime », JO no 293, 27 décembre 1947.

32Si la première épuration avait répété le schéma antitotalitaire américain, en condamnant conjointement fascisme et communisme, la deuxième criminalisait exclusivement ceux qui « [croyaient] à l’endoctrinement des agents et des auteurs de la rébellion » ou « [faisaient] de la propagande en faveur du parti communiste ». Pourtant, tandis que la première avait rencontré l’opposition de la minorité républicaine au Parlement, la seconde fit l’unanimité34 : là, à l’été 1947, les jeux étaient faits. La reprise officielle de la lutte armée en octobre 1946 avait fourni au régime le prétexte pour s’affranchir de l’antifascisme, de la même manière, à la fin de l’année, la proclamation d’un « gouvernement démocratique provisoire de la Grèce libre » permettrait à la persécution légale de la gauche éamite de s’intensifier et d’arriver en quelque sorte à son comble avec la déclaration formelle que le KKE, l’EAM et toute organisation ou personne collaborant avec eux étaient hors la loi35.

  • 36  Dans les opérations militaires, 60 000 morts et 700 000 déplacés.
  • 37  Au fur et à mesure que le KKE et le DSE devinrent dépendants, ils s’identifièrent, de fa (...)

33Le conflit civil qui suivit fut le plus meurtrier dans l’histoire moderne du pays36. Or les effets culturels de ce dispositif, qui resta en vigueur durant presque trois décennies, allaient persister bien davantage. En vingt mois, le rideau de fer, qui s’était abattu entre les deux conceptions antagoniques de la nation, parvint aussi à séparer la réalité de sa représentation officielle. Et cela fut effectif tant pour le passé récent, l’expérience vécue de l’Occupation et de la Résistance, que pour le présent : non seulement l’EAM se déclara ouvertement contre toute revendication sur les territoires grecs mais, en plus, il fit de la surenchère sur les visées irrédentistes des nationalistes. Et pourtant, la loi identifia sa politique avec celle des voisins du Nord37.

  • 38  Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil W (...)

34Les TSC n’étaient qu’une composante du champ judiciaire visant à dépouiller de leur sens les mots décrivant la nation antifasciste, à les vider de leur contenu historique. L’effet le plus connu et le plus étudié est celui des anciens combattants qui, soumis de plus en plus massivement à la répression, forgèrent leur identité « résistante » en revendiquant notamment le statut de « prisonnier politique38 », à l’encontre des discours officiels qui les présentaient comme criminels ou espions.

35Dans le pays, il n’y eut pratiquement plus de place pour une opposition politique. À partir du milieu de l’année 1947, une fois que les États‑Unis eurent acquis un contrôle total sur le pays, contrôle qui s’étendit jusqu’à placer des citoyens américains à des postes élevés de la fonction publique, on opta pour des cabinets dits « œcuméniques » sous la présidence (plutôt virtuelle) de l’octogénaire Sofoúlis. Ces gouvernements de coalition furent plutôt une façade libérale-républicaine : en fait ils dépendaient directement des États‑Unis et consultaient le Parlement très rarement. Avec le regroupement de toutes les « forces nationales » sous le drapeau des valeurs de la liberté et de l’intégrité territoriale, la déclaration de guerre « au banditisme », à la « rébellion anarcho-communiste » et aux « agents du slavo-communisme », la frontière de la guerre civile devenait aussi frontière dudit « Monde libre ».

  • 39  Voir Tony Judt, 2010, Postwar: A History of Europe Since 1945, Londres : Vinta (...)
  • 40  Le silence le plus explicite et le plus frappant de la guerre civile grecque est justeme (...)

36Le niveau explicite du discours de la « pensée nationale » était doublé d’un envers obscène. Sous un état d’exception permanent, l’exclusion des opposants devint totale, physique aussi : pour les milliers d’exilés et de prisonniers s’ouvrirent les premiers « camps de concentration », un aspect emblématique du tournant totalitaire pris par le nouveau régime39. L’enjeu, outre l’expression publique de l’adversaire, c’était le sens, la mémoire même de l’expérience de la Résistance, jusque dans la sphère la plus intime des individus. Par la torture, le travail forcé et les discours hygiénistes, on obtenait la repentance et le déni de soi-même : dans ces centres de rééducation, des milliers d’anciens militants de l’EAM furent préparés à combattre contre leurs anciens camarades40.

  • 41  Voir notamment Thanásis Sfíkas, 2001, “War and Peace in the Strategy of the Co (...)

37Par la force des choses, la réalité finit par se conformer à la fiction idéologique. Les effectifs armés de l’Armée démocratique, limités aux territoires montagneux du nord du pays, devenaient de plus en plus dépendants de leurs voisins communistes. À l’instar du gouvernement, les dirigeants politiques de cette « deuxième Résistance » créèrent un « double idéologique » de leur situation matérielle. Le « renversement du régime monarcho-fasciste » et l’établissement d’une « démocratie populaire » devinrent leur objectif stratégique déclaré quand ils n’attendaient de la lutte armée que leur intégration dans le corps politique de la nation. Affaibli par les coups successifs qui lui furent assénés dans les territoires contrôlés par le régime d’Athènes, l’EAM/KKE abandonna la recherche d’un compromis avec les forces républicaines qui aurait dû aboutir à la tenue de nouvelles élections et, par là même, aurait permis son insertion dans le système politique41. Ainsi, sur le plan militaire, il ne chercha pas de gains territoriaux durables, mais des exploits spectaculaires afin d’imposer un compromis en acquérant la reconnaissance de la communauté internationale.

  • 42  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les (...)

38Par ailleurs, l’implication directe du facteur international est sensible dans les ultimes mesures législatives prises par le gouvernement pendant la guerre civile. Les décrets de « déchéance de la nationalité hellénique » étaient destinés aux ressortissants grecs domiciliés à l’étranger (d’une façon durable ou temporaire) qui « pendant la présente rébellion avaient agi manifestement d’une manière antinationale ou contribué d’une façon quelconque à la lutte menée par les rebelles contre l’État » : autrement dit, ces décrets visaient les minorités ethniques dont on parlera ci-dessous et ceux qui faisaient de la propagande en faveur des « rebelles » à l’étranger42. La combinaison d’un conflit armé sanglant à l’intérieur du pays et du rôle prépondérant qu’y tenait la communauté internationale en tant que cadre de référence indique que l’entreprise d’identification de la nation résistante exclusivement avec le camp allié, initiée par les TSC, avait porté ses fruits. Or dans ce nouveau contexte, les TSC avaient encore un rôle à jouer.

Notes

1 Rizospástis, 26 octobre 1945.

2  Voir Giórgos Margarítis, 1986, « De la transcription à la recréation de l’histoire : le passé et son enseignement à l’époque de l’EPON », Actes du colloque international : « Historicité de l’enfance et de la jeunesse », 1er‑5 octobre 1984, Athènes : Édition des Archives historiques de la jeunesse grecque, p. 559‑565. Pour l’expérience révolutionnaire voir Giorgio Agamben, 2001, Infanzia e storia. Distruzione dell’esperienza e origine della storia, Torino : Einaudi, p. 111.

3 Éleuthéria, 28 octobre 1945.

4 Empros , 28 octobre 1945.

5  À la veille du nouvel an : diffamé et humilié un an auparavant, expulsé violemment de l’Association des écrivains, il fut acquitté par l’ordonnance no 381 du 31 décembre 1945, stipulant que les articles furent en effet publiés, mais pas dans une intention de trahison, seulement par mesure de précaution et camouflage. Voir son argumentation dans l’épisode de novembre 1944, rapportée par Georges Théotokas, 1987, Τετράδια, ημερολόγιο [Cahiers d’Occupation], Athènes : Estia, p. 506‑508.

6  Voir la contribution récente de Polyméris Vóglis, 2008, «Οι μνήμες της δεκαετίας του 1940 ως αντικείμενο ιστορικής ανάλυσης: μεθοδολογικές προτάσις» [Les souvenirs de la décennie de 1940 comme objet d’analyse historique : considérations méthodologiques] in Riki van Boeschoten, Tasoúla Vervenioti et al., Μνήμες και λήθη του Ελληνικού εμφύλιου πολέμου [Souvenirs et oublis de la guerre civile grecque], Athènes : Epikentro, p. 61‑81.

7  Sur la base élémentaire d’un « jamais plus », voir Rudi Teitel, Transitional Justice, New York : Oxford University Press ; Charles Maier, 2000, “Doing History, Doing Justice: The Narrative of the Historian and of the Truth Commission”, in Robert Rotberg et Dennis Thompson, Truth v. Justice, The morality of Truth Commissions, Princeton : Princeton University Press, p. 261‑278. Voir aussi James Booth, 2001, “The Unforgotten, Memories of Justice”, The American Political Science Review, no. 4, vol. 95, décembre, p. 777‑791.

8  Dans les neuf mois qui séparent la pacification de Varkiza du procès de la Sûreté – à la veille de la prise en charge du gouvernement qui mena le pays aux élections quatre mois plus tard –, la Terreur blanche avait déjà fait 780 victimes, et la justice, ordonné 70 000 arrestations. Rizospástis, 14 novembre 1945, EAM, Λευκή Βίβλος 3, p. 23‑26. Trois mois plus tard, les arrestations avaient « freiné », surtout après une loi sur l’amnistie des crimes commis avant la fin de l’Occupation pour décongestionner les prisons, mais le nombre des meurtres s’élevait déjà à 1 200 : voir Rizospástis du 12 février 1946 et BLM, p. 17‑18.

9  Voir Éleuthéria, 21 et 29 janvier 1946, Rizospástis, 21 et 23 janvier 1946 et Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], Athènes : Vivliorama, p. 628‑629.

10  Le 28 octobre fut choisi symboliquement pour la déclaration de la création de l’Armée démocratique de la Grèce, voir Giórgos Margarítis, 2001, Ιστορία του Ελληνικού Εμφύλιου Πολέμου 1946-1949 [Histoire de la guerre civile grecque, 1946‑1949], Athènes : Vivliorama, 2 tomes, t. 1, p. 23. Níkos Kyrítsis, 2003, Δημοκρατικός Στρατός Ελλάδας, Βασικοί σταθμοί του Αγώνα [L’Armée démocratique de Grèce, les étapes fondamentales du combat], Athènes : Synchroni Epochi.

11  Un motif commun à ce moment-là en Europe, voir les conclusions de Pieter Lagrou, 2003, Mémoires patriotiques et Occupation nazie, Paris : Complexe, p. 289‑292.

12  Entérinée par le professeur Prátsikas au lendemain de la bataille de Décembre.

13  La discussion est ouverte dans les procès-verbaux du Parlement entre le 17 et le 23 mai 1946 par les figures qui, quoique minoritaires dans l’Assemblée, avaient participé en effet du côté allié (telles que Zérvas, Kanellópoulos, ou le Crétois Kothris). Voir les Procès-verbaux des séances du Parlement, 4/17.5.1946, pp. 9‑12, 5/18.5.1946, p. 17‑20, 30-316/20.5.1946, p. 42‑45, 55 ; 7/22.5.1946, p. 60‑77, 8/23.5.1946, pp. 75‑80 ; face à la réticence du Premier ministre royaliste Tsaldáris. Résolution no 7, JO no 229, 31 juillet 1946.

14  Décret-loi no 844, JO no 324, 24 décembre 1948, p. 1863‑1866. Définition des « groupes et organisations résistantes » : articles 1 à 5 ; ensuite, en matière de Résistance nationale suivirent la loi no 971/1949, le décret-loi no 1104/1949 et la loi no 2272/1952.

15  Luca Baldissara, 2005, «Giudizio e castigo. La brutalizzazione della guerra e le contradizioni della “giustizia politica”», in Luca  Baldissara, Paolo  Pezzino, Giudicare e Punire, Napoli : Ancora del Mediterraneo, p. 5‑76, spéc. p. 21‑32.

16  Jan Patočka, 1999, « Les guerres du xxe siècle et le xxe siècle en tant que guerre », in Essais hérétiques sur la philosophie de l’histoire, Paris : Verdier, p. 153‑174, spéc. p. 153.

17  Nicos Alivizatos, 1995, “The executive in the Post-Liberation Period”, in John Latrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, University Park : The Pennsylvania State University Press, p. 157‑172.

18  Chrístos Hatziiossif, 2007, Δεκέμβρης του 1944, Τέλος και Αρχή [Décembre 1944, fin et commencement], Athènes : Sinchroni Epochi, p. 389.

19  L’alliance des partis royalistes (Inomeni Parataxis Ethnikofronon  – Camp uni des nationalement-pensants) acquit une majorité de 55 % (206 sièges sur 354), contre 34 % pour les deux principaux partis libéraux (68 et 48 sièges respectivement). Le reste des voix fut partagé entre le parti de Zérvas (5 %) et d’autres candidats locaux. Voir Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946-1967 [La démocratie cachectique, partis et élections, 1946‑1967], Athènes : Pataki, p. 71‑75.

20  Lynn Boyd Hinds, 1991, The cold war as rhetoric: the beginnings, 1945‑1950, New York : Praeger, p. 121‑123.

21  AMFOGE (Allied Mission for Observation of the Greek Elections), deux fois (une pour les élections, la seconde à partir de l’été pour le référendum), Iliás  Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946-1967 [La démocratie cachectique, partis et élections, 1946‑1967], Athènes : Pataki, p. 53‑94. Plus récemment : Grigórios Psallídas, 2008, Οι εκλογές του 1946, Σταθμός στην ιστορία της Σύχρονης Ελλάδας [Les élections de 1946, une étape dans l’histoire de la Grèce contemporaine], Actes du colloque organisé par la fondation Mitsotakis, Athènes : Patakis. Raymond J. Jessen, Oscar Kempthorne, Joseph F. Daly et W. Edwards Deming, 1949, “Observations on the 1946 Elections in Greece”, American Sociological Review, no. 1, vol. 14, février, p. 11‑16.

22  Les sources britanniques de l’époque estimaient l’EAM à environ 30‑35 % avant les élections ; tous les spécialistes de la période estiment l’influence électorale de l’EAM entre 25 % et 35 %. Nikolakópoulos établit de manière convaincante le taux de l’« abstention politique » à 25 % ou légèrement au-dessus (Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946-1967 [La démocratie cachectique, partis et élections, 1946‑1967], op. cit., p. 77‑85). Cette estimation concerne le « corps électoral », c’est-à-dire les personnes de sexe masculin âgées de plus de 21 ans : si l’on prend en compte le taux de soutien élevé dont jouissait l’EAM chez les femmes et les jeunes, on arrive facilement à un chiffre de l’ordre de 30 % ou légèrement supérieur.

23  P. Poulítsas pour deux semaines.

24  Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946-1967 [La démocratie cachectique, partis et élections, 1946‑1967], op. cit., p. 86‑87 ; d’un point de vue juridique voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, Paris: Pichon et Durand-Auzias, p. 116‑117 et p. 167‑169 ; voir aussi la thèse d’État d’Evanghelos Voloudakis, 1977, Recherche sur le suffrage politique en Grèce, 1910‑1975, Thèse d’État, Université de Paris‑II, p. 179‑188 et p. 216‑219.

25  Décret du 4 mai 1946, lors de la première semaine du nouveau gouvernement, intitulé « Pour la composition des commissions de sécurité ». Voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, op. cit.

26  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, op. cit.

27 Le traitement de cinq membres de l’EAM à Patras, jugés à la veille de l’adoption de la résolution no 3, en mai 1946, démontre par ailleurs le caractère de transition de ces procès. Les mêmes accusés, condamnés comme collaborateurs en mai, seraient rejugés et recondamnés en septembre par des cours d’assises pour « activités antinationales » selon la résolution no 3.

28  Kyriakós Lykourínos, 2006, «Ο δωσιλογισμός στη βουλγαροκρατούμενη Ανατολική Μακεδονία, Δίκες στο Ειδικό Δικαστήριο Δωσιλόγων Καβάλας (1945-1956)» [La collaboration dans la Macédoine orientale occupée par les Bulgares, 1945-1956], EET, p. 354‑358.

29  Le procureur de Patras avait avancé plusieurs propositions de non-lieux à propos de présumés collaborateurs, fondées sur le syllogisme que la dénonciation de membres de l’EAM ne tombait pas dans la juridiction de la loi, puisque ces derniers avaient cessé d’être des « Grecs ». Pour le jugement des chefs de l’EAM des régions d’Étoloacarnanie et d’Achaïe par le TSC de Patras en avril – mai 1946, voir Pávlos Délaportas, 1978, Το σημειωματάριο ενός Πιλάτου [Le carnet d’un Pilate], Athènes : Themelio, p. 186‑188 et Rizospástis, 22 mai et 10 septembre 1946.

30  Résolution no 3, JO no 203, 16 juin août 1946, voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, Paris : Pichon et Durand-Auzias, p. 383‑389.

31  Dans ce sens, les tribunaux militaires étaient maintenant chargés de résoudre une fois pour toutes une division effective du pays entre la « Vieille Grèce » (la Grèce de 1830) et les « nouveaux territoires » (obtenus à la fin des guerres balkaniques) de la Macédoine, un enjeu parmi les nouveaux États balkaniques depuis le traité de San Stefano en 1878 et les guerres balkaniques de 1912‑1913. Voir Kóstas Kostís, 2008, « La paix introuvable : le cas grec », in Stéphane Audoin-Rouzeau et Christophe Prochasson, Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après-1918, Paris : Tallandier et Evangelos Kofos, 1995, “The impact of the Macedonian Question on Civil Conflict in Greece, 1943‑1949”, in John Iatrides et Laura Wrigley, Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, op.cit., p. 274‑318.

32  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, Paris : Pichon et Durand-Auzias, p. 473.

33  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, op.cit. Ainsi le pays ne devenait pas seulement le champ d’essai des premières bombes au napalm, mais aussi celui des techniques de gouvernance ; voir aussi Mary Sperling McAuliffe, 1978, Crisis on the Left: Cold War Politics and American Liberals, 1947‑1954, Amherst : University of Massachusetts Press.

34  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, op. cit., p. 474‑475.

35  Loi no 509 « sur la sécurité du régime », JO no 293, 27 décembre 1947.

36  Dans les opérations militaires, 60 000 morts et 700 000 déplacés.

37  Au fur et à mesure que le KKE et le DSE devinrent dépendants, ils s’identifièrent, de fait, notamment avec la Yougoslavie de Tito. Voir Giórgos Margarítis, 2001, Ιστορία του Ελληνικού Εμφύλιου Πολέμου 1946-1949 [Histoire de la guerre civile grecque, 1946‑1949], t. 2, Athènes : Epikentro, p. 232‑237. Evangelos Kofos, 1995, “The impact of the Macedonian Question on Civil Conflict in Greece, 1943‑1949”, in John Iatrides et Laura Wrigley, Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, op.cit. Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, op. cit.

38  Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil War ; du même auteur en 2002, “Political Prisoners in the Greek Civil War, 1945–1950: Greece in Comparative Perspective”, Journal of Contemporary History, vol 37 (4), p. 523–540.

39  Voir Tony Judt, 2010, Postwar: A History of Europe Since 1945, Londres : Vintage books, chap. VII, spéc. p. 214‑217. Voir aussi la brochure de Georges Lambrinos, 1949, Makronissos: the American Dachau in Greece, Sydney : H. Gorton Pty.

40  Le silence le plus explicite et le plus frappant de la guerre civile grecque est justement l’absence totale de cette expérience des discours (publics ou semi-publics) articulés. Pour le cadre de perception du camp rebelle voir Ole Smith, 1995, “Communist Perceptions, Strategy, Tactics, 1945‑1949”, in John Iatrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, op.cit., p. 90‑121. Pour les aspects de mémoire voir Dimitris Kousouris, 2003, Temps de défaite : l’oubli mémorable. Représentation du temps chez les vaincus de la guerre civile grecque de 1949 à 1967, Mémoire de DEA inédit, EHESS.

41  Voir notamment Thanásis Sfíkas, 2001, “War and Peace in the Strategy of the Communist Party of Greece, 1945‑1949”, Journal of Cold War Studies, no. 3, p. 5‑30.

42  Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les Crises : 1922-1974, op. cit ., p. 387.

Acheter