Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Deuxième partie : le temps des institutions - Les grands procès (1945 - Mars 1946)

Circonscrire la collaboration de masse

How to Circumscribe the Mass Collaboration

Πώς να περιορίζεται ο μαζικός δωσιλογισμός

Résumé

L’examen de 1670 procès qui ont eu lieu pendant les cinq ans de fonctionnement des tribunaux spéciaux montre les moyens utilisés pour obtenir des centaines d’acquittements et une révision complète de l’histoire de l’Occupation et de la Résistance… délais irrévocables fixés pour les dépôts de plainte, mise en doute de la parole des témoins jugés non-crédibles s’ils sont d’anciens résistants, menaces sur ces témoins, déplacement des responsabilités sur des cas déjà jugés… Un livret intitulé « Au service de la Gestapo », publié par un officier de la police grecque, ne dénombre plus que 33 collaborateurs.

Texte intégral

  • 1  Léon Marc (pseudonyme de L. G. Marcantonatos), 1947, les Heures douloureuses de (...)

« Avec la disparition de toute notion de hiérarchie s’est perdu tout sentiment de discipline. Voyant que le travail présent ou passé ne rapporte pas, personne n’a plus le goût de travailler. On ne cherche que le profit immédiat, facile. Entreprendre une œuvre difficile de longue haleine ? À quoi bon, puisque personne n’est sûr pour le lendemain ? […] dans un pays où les prix montaient, celui de la vie humaine était le seul qui restait dérisoire1. »
Léon Marc

1Ces lignes écrites directement en français dans le journal intime d’un bourgeois athénien dépeignent un aspect de la réalité sociale d’Athènes à ce moment-là. L’incertitude généralisée régnait toujours et faisait du présent la simple prolongation d’un passé désolant que l’on n’aspirait qu’à laisser derrière soi. Les deux voies politiques choisies pour s’éloigner de ce passé furent la justice et le scrutin pour l’élection d’une assemblée constituante, enfin programmée à la fin du mois de mars 1946. Cette date fournit sa limite temporelle à ce chapitre où nous avons tenté de pousser nos interrogations au-delà d’une analyse de la légitimation strictement politique : quelle réalité et quelles forces sociales légitimaient cette justice d’exception ?

  • 2  Cette destruction se fit au moyen d’agressions de masse et de déplacements des populations (...)

2Une différence essentielle distingue cette période des années de l’Occupation : les villes avaient désormais regagné leur place privilégiée dans les circuits économiques par rapport à la campagne. Celle-ci, séparée à nouveau des centres urbains depuis décembre 1944, resta, pour peu de temps encore, administrée par les structures de la Grèce libre, pour connaître jusqu’au mois de septembre 1944 les ravages des bandes royalistes et voir les autorités d’Athènes se réinstaller progressivement. Dès lors les campagnes grecques firent l’objet d’attaques méthodiques qui ne s’arrêtèrent que cinq ans plus tard, une fois les structures économiques et sociales de la campagne2 détruites.

  • 3  Dans sa brochure concernant la question de la collaboration économique, Konstantínos Anghe (...)

3Le monde rural n’eut accès à la salle des TSC que comme frontière entre les deux économies antagonistes. L’activité des TSC impliquait essentiellement le monde urbain. Ce n’était pas qu’un appareil répressif ou une poignée de spéculateurs : les effectifs armés se comptaient pour Athènes seulement en dizaines de milliers en 1944, alors que ceux qui furent impliqués dans les activités de collaboration économique se comptaient en centaines de milliers3.

  • 4  Anthony Volterákis, 1944, in Gestapo Service, Le Caire : Société orientale de publicité, p (...)

4Pour suivre la version grecque, alors récurrente, du schéma de « la poignée des misérables » traîtres, on ne peut se passer du seul document à ce sujet publié par les autorités officielles du pays, et qui se réfère nommément aux collaborateurs des occupants : un livret explicitement intitulé « Au service de la Gestapo », écrit par un officier de la police grecque. Agent des autorités allemandes dès la première heure de l’Occupation, celui-ci déserta pour rejoindre le camp allié en 1943 et publia son livre au Caire un an plus tard, avec l’autorisation des autorités grecques et britanniques. En soutenant qu’il s’était engagé dans la Geheime Staatspolizei en service commandé, il fit un pamphlet de propagande de guerre dans lequel il dénonçait cette organisation de « criminels internationaux scientifiques4 » et en révélait la structure, les méthodes ainsi que les collaborateurs en Grèce. Il n’y mentionnait que trente-huit individus, dont les chefs de gouvernements et leurs principaux ministres, les chefs des organisations nazies locales, des agents étrangers (allemands et autres) et une série d’agents grecs, dépeints comme aventuriers sans principes ni scrupules.

  • 5  Anthony Volterákis, 1944, in Gestapo Service, p. 94.
  • 6  Anthony Volterákis, 1946, Στην υπηρεσία της Γκεσταπό [Au service de la Gestapo], Athènes : (...)

5Fort symptomatique de ce tournant critique du conflit mondial et de la situation interne à la Grèce, ce texte introduisait une grille criminelle au cœur d’une entreprise de délimitation du cercle des éventuels responsables. Par ailleurs, l’auteur ne manqua pas de prendre des précautions oratoires en précisant qu’« à ceux-là doivent être ajoutés certains autres, secrets et inconnus, jusqu’à ce que les conditions nous permettent de lever le voile entièrement et de rendre publiques toutes les horreurs et les atrocités qu’ils ont commises dans le monde5 ». Mais cette promesse ne fut pas tenue. Nous avons confronté ce texte avec celui de son édition augmentée parue en Grèce en juin 1946 afin d’en repérer les différences : le nombre total des pages a beau avoir doublé, celui des collaborateurs nominalement cités a été réduit à trente-trois6. Vingt mois après la libération du pays et un an après la fin de la guerre, la restriction de ce nombre déjà réduit fut le signe infaillible que l’emploi du prisme pénal pour le traitement des affaires après quinze mois de fonctionnement des TSC avait porté ses fruits pour circonscrire les collaborateurs.

6Pour « trouver les cinq différences », il a fallu comparer l’« image magique » du passé construite dans l’enceinte judiciaire et celle de la réalité passée et présente avant qu’elle n’y fût retouchée. Il a donc fallu rendre compte de l’ensemble des 1 670 procès qui ont eu lieu pendant les cinq ans de fonctionnement des tribunaux, en recensant tous les noms des accusés et les peines prononcées. Nous avons pu ainsi établir une base de données qui tient lieu de rôle d’audience à rebours. Travail ingrat mais nécessaire étant donné que les rôles d’audience originaux et les autres pièces des dossiers n’existent plus dans les archives judiciaires. Nous avons pourtant exploité environ 30 000 pages de documents officiels sténéotypés, emplis de formules juridiques fixes et répétitives décrivant le rituel judiciaire. Entre les lignes émerge tout un univers : pendant les audiences, environ 2 500 prévenus, les victimes, les avocats et quelques milliers de témoins ont été entendus par la cour. Or, à travers leurs débats, on discerne des fragments de réalité de deux mondes, le pays occupé et le pays libéré, et les moyens employés par les acteurs qui faisaient partie de l’un et de l’autre, pour rationaliser, mettre en évidence, justifier leur action et leur position.

7Afin de repérer les fortes tendances et de saisir la logique qui régissait le fonctionnement du champ judiciaire, nous avons établi des séries statistiques qui nous ont aidés à identifier et à mettre en exergue les procès les plus importants du point de vue de leur impact public ou de leur valeur de précédent judiciaire dans le traitement des dossiers.

  • 7  Voir, pour les intellectuels français au lendemain de la guerre, Tony  Judt, 1994, “Resist (...)
  • 8  Pour l’un, 59,7 % – 40,3 % et 88,1 % – 11,9 % pour l’autre, sur les près de 18 000 personn (...)

8L’essentiel du problème de la légitimation du régime sur le point de se mettre en place, au moins pour ce qui concernait la justice, avait été résolu avec le procès des gouvernements. Dans le chapitre précédent, on a vu comment la sanction du crime comme « formel » traduisait un raisonnement purement politique et idéologique mené en termes pénaux. En dissociant la responsabilité pénale des actes concrets qu’elle mettait en cause, la justice imputait en dernière analyse aux accusés le fait d’avoir choisi le camp perdant7. De ce fait, la large tranche de la population qui avait été impliquée dans la collaboration avec l’occupant pouvait se confondre avec la majorité supposée a priori innocente ou victime. À contre-pied de cette logique, le reste des dossiers fut traité avec un strict respect des règles de l’instruction pénale. Si le pourcentage des acquittements pour les affaires envoyées à l’audience dépassa largement celui des peines de toutes sortes infligées par la cour du TSC d’Athènes, cela ne représentait qu’environ 10 % de l’ensemble des plaintes déposées puisque, pour la plupart des dossiers, la poursuite cessait dès l’instruction préalable8.

  • 9  Voir Carlo Ginzburg, 2003, Rapports de force, Paris : Gallimard – Le Seuil, p. 34  (...)

9Ces chiffres invitent donc à étudier également nos sources à rebours des intentions de ceux qui les ont produites, ce que Carlo Ginzburg appelle la lecture « à rebrousse-poil9 ». Abordée dans son contexte national et international, la jurisprudence extraordinaire des TSC manifeste immédiatement son écart croissant avec une large partie de l’opinion antifasciste : c’est ce qui a incité les approches historiographiques à considérer la justice principalement, sinon exclusivement, comme composante à part entière des appareils de coercition du bloc anticommuniste. Lire les pièces comme preuves a contrario, c’est-à-dire comme indices de l’impunité et des aspects non dits ou dissimulés, permet de mesurer cet écart. La raison d’être des TSC fut d’entériner un consensus sur les limites de la nation antifasciste ; cela impose, si l’on veut déchiffrer le quiproquo durable établi par cette justice, de mener l’enquête à l’extérieur comme à l’intérieur des limites définissant cette nation. Si l’on veut établir ce qui était exclu mais aussi inclus dans le corps et la représentation de la nation antifasciste, les documents judiciaires permettent aussi que soit mesurée l’adéquation entre ce qui fut dit et ce qui fut fait.

  • 10  « Ce qui fait que le pouvoir tient, qu’on l’accepte, c’est tout simplement qu’il ne pèse p (...)

10En ce sens, s’attachant aux travaux des TSC, ce chapitre permettra de saisir les mécanismes du pouvoir en ne les considérant pas seulement comme porteurs d’une immuabilité des appareils de répression, mais aussi comme producteurs de nouveaux consensus10. À travers les TSC, la justice devenait le coordinateur de cette entreprise. L’accord unanime pour confier à la justice la tâche de réparer les crimes et régler les comptes de l’Occupation donna au judiciaire la possibilité de s’imposer comme le mécanisme à même d’établir la « vérité », passée et présente.

Réhabiliter les élites : les ordonnances de l’enquête préliminaire

  • 11  Rapport introductif de l’AC no 6, p. 25.
  • 12  Il s’agit de l’article 8 du décret-loi no 332, JO no 121 du 23 mai 1945, qui vint remplacer (...)
  • 13  L’expression est un emprunt de Luc Huyse, Steven Dhondt, 1993, la Répression des collaborations (...)

11Les « garanties majeures émanant du jugement de ces affaires par des juges indépendants », promises aux accusés par le rédacteur de la loi11, trouvèrent leur application dans l’observation la plus minutieuse des règles de la procédure pénale dès l’instruction préliminaire. Une nouvelle ligne de conduite fut adoptée par le biais de modifications successives apportées à la loi initiale. D’abord, aux anomalies des instructions de la Première Libération, constatées et sanctionnées dans la première série d’ordonnances de 1945, le législateur répondit par l’abrogation des « irrégularités » introduites dans la procédure préliminaire par l’AC no 6. Ainsi, en cédant partiellement aux polémiques qui mettaient en cause le caractère anticonstitutionnel de l’AC no 6, le ministre de la Justice annula les clauses d’urgence prévues par celui-ci, et restitua une procédure ordinaire qui garantissait aux accusés le droit de prendre connaissance du dossier avant de soumettre leur défense12. Bien entendu, cela eut des effets directs sur la vitesse d’instruction du parquet : jusqu’à fin novembre 1945, la chambre des juges du TSC d’Athènes délibéra à une faible vitesse de croisière13.

  • 14  Décret-loi no 332, article 1. Le délai fut fixé au 20 juillet pour Athènes et au 31 octo (...)
  • 15 Rizospástis, 14 juillet 1945 ; Éleuthéri Ellada, 20 juillet 1945.

12Ce rythme ralenti était dû sans doute à la réticence des juges, en raison de leurs affinités politiques ou à cause des pressions exercées sur eux par le nouveau rapport de force. Il s’avère que le politique n’a pas exercé seulement une force externe sur le judiciaire. À l’examen des modifications de la procédure et des ordonnances émises entre juin et novembre 1945, cette période de six mois apparaît comme le temps nécessaire pour adapter l’appareil judiciaire aux exigences de la nouvelle situation. Le gouvernement fit preuve de la volonté d’en finir avec la traîtrologie et de contrôler la politisation de la question, en fixant des délais irrévocables pour le dépôt des plaintes14. Cette initiative suscita d’abord l’indignation de la presse de l’EAM qui y vit des motifs politiques et considéra ces délais comme une « tentative pour amnistier les collabos » ; par la suite, elle donna lieu à une course de vitesse exceptionnelle, marquée par des appels successifs à déposer les plaintes avant le terme fixé15.

  • 16  Caractéristique de la logique de responsabilité collective qui domina : 4 000 plaintes v (...)
  • 17  Le procureur Tsiabassis fut nommé commissaire spécial du TSC, chargé de surveiller les t (...)

13Ces évolutions dessinèrent ainsi le nouveau paysage sur le fond duquel se déroula la gestion judiciaire des dossiers. L’implication directe et active de plusieurs acteurs représentant les camps politiques et sociaux du moment, qui se manifesta par une véritable marée de plaintes16, transformait de fait la fonction des chambres. Plutôt que d’« amnistier » les accusés en arrêtant l’examen des dossiers – ainsi que le prétendaient les polémiques soulevées par la gauche – la nouvelle procédure visait plutôt à diminuer l’action publique du parquet et à lui impartir un autre rôle, celui d’arbitre entre les parties opposées. C’est à l’exigence de ce rôle de médiateur qui n’aurait, bien entendu, rien d’objectif17, que répondit justement la nomination d’un nouveau procureur de l’État au poste du commissaire général des TSC à la veille de la conclusion du procès des gouvernements. Les effets ne tardèrent pas à se faire sentir.

Ordonnances de l’enquête préliminaire de juin à la fin 1945

Sentences Nombre de prévenus Ordonnances
Non-lieux (arrêt de poursuite) 457 313
Prolongation de la détention provisoire  18  14
Relaxe  11   9
Enquête supplémentaire  16   8
Incompétence du TSC  14   9
Autre (mort, chose jugée)   8   8
Total 524 361

14Comme c’était déjà le cas auparavant, l’écrasante majorité des ordonnances émises par la chambre pendant la seconde moitié de 1945 concernait encore des instructions fondées sur des lacunes dans les dossiers constitués immédiatement après le départ des troupes allemandes. L’action du parquet s’appuya souvent sur la comparution de nouveaux témoins ou sur les démentis de dépositions précédentes. Or de telles procédures n’étaient pas indispensables. En effet, en appliquant avec rigidité les principes de la procédure pénale ordinaire dans l’examen des dossiers, la chambre continuait le travail de dépolitisation, puisque le motif de la plupart des cessations des poursuites fut que les accusations étaient motivées politiquement et dénuées de fondement.

  • 18  En les distinguant de quelques cas de criminalité extrême ou de trahison trop apparente, (...)

15Il s’agissait pourtant d’une autre forme de dépolitisation que celle de la première série d’ordonnances qui, à travers l’acquittement d’inculpés ayant eu un rôle mineur18, avaient visé une dépolitisation explicite de la procédure. En passant sous silence l’aspect politique des affaires, dans cette nouvelle série d’ordonnances, la chambre a pu délibérer sur les figures majeures de la collaboration. Les actes d’instruction ne se limitèrent pas à l’énumération minutieuse des pièces manquantes et des incohérences des dossiers. La nature même des poursuites visant des hauts dignitaires de l’État et des personnages-clés de la collaboration obligeait le parquet à aller bien au-delà du seul aspect pénal. Dans le traitement des dossiers des « grands collaborateurs » se confrontaient deux interprétations du passé récent, deux conceptions de la légalité et de la communauté nationale. L’implicite ne suffisait plus ; on dut réfuter les allégations des plaignants de manière explicite. L’appareil judiciaire prenait donc encore la place de l’appareil idéologique d’État par excellence : il devait dépolitiser les affaires pour mieux les politiser puisque les exposés des motifs de ces ordonnances entérinaient les fondements de la raison d’État du nouveau régime.

Les « non-lieux » paradigmatiques

16En examinant les non-lieux émis dans les mois qui suivirent la conclusion du procès des gouvernements, on a l’impression de pénétrer le secret des mécanismes qui assurèrent la continuité de l’État. Et cela ne tient pas à la révélation de quelques scandales inédits : les affaires jugées n’ont rien de surprenant en elles-mêmes. Plusieurs des personnes visées avaient déjà un rôle prépondérant au sein de l’administration (et continueraient à en avoir un dans les années suivantes) tandis que les actes jugés relevaient des lieux communs et des discours récurrents sur l’Occupation et la Résistance. Dans ces enquêtes préliminaires, on peut observer d’abord comment l’affrontement entre l’EAM et le noyau anticommuniste de l’État s’est traduit en termes de droit.

17Les poursuites pénales contre les hauts dignitaires de l’État furent pour les forces « éamites » un moyen d’atteindre les places fortes de l’anticommunisme dans l’appareil d’État et, par là, faisant ainsi valoir leur contribution à la Résistance, de revendiquer une place légitime au sein de la communauté nationale. La haute bureaucratie anticommuniste, qui avait conservé ses postes au sein de l’appareil judiciaire, releva le défi en créant de solides précédents juridiques qui guidèrent ensuite l’ensemble du travail du parquet : prudence, lenteur, cas par cas.

  • 19  TSCA/VV/1/1945, ordonnance no 108 du 6 septembre 1945 sur l’affaire de K. Kóllias, le di (...)
  • 20  Ordonnance no 108/1945.

18Le cas le plus emblématique fut sans doute l’action menée contre les trois membres de la Commission de sécurité de la région athénienne pour leur activité sous l’Occupation. Parmi eux, on comptait Kollias, procureur général près du tribunal de première instance pendant l’Occupation et déjà promu procureur général près la Cour d’appel19. Le plaignant, un avocat athénien appartenant à l’EAM, avait été arrêté en mars 1943 et détenu en tant que « communiste dangereux » pendant huit mois dans un centre de rétention de la Sûreté spéciale ; il soutenait que cette détention avait mis immédiatement sa vie en danger puisque les communistes détenus dans les geôles de la Sûreté constituaient le « stock » dans lequel les Allemands puisaient les personnes à exécuter lors des représailles contre les actions de la Résistance. Invoquant l’alinéa 3 du premier article de l’AC no 6, le plaignant incriminait les membres de la commission pour « avoir exercé leurs fonctions afin de faciliter l’œuvre des occupants » et pour être, de ce fait, « organes conscients de l’ennemi qui agirent de manière contraignante pour le peuple hellénique » en livrant des citoyens grecs aux mains ennemies20.

  • 21  Article 9 de la loi no 4229/1929 « sur les mesures de sécurité du régime », mo (...)

19L’avocat en question avait été placé en « déplacement administratif », un régime pénitentiaire introduit dans la foulée des lois anticommunistes qui suivirent la « loi spéciale » de 192921. Cette pratique qui s’était intensifiée au cours des années 1930, a fortiori sous la dictature de Metaxás, fut maintenue durant toute l’Occupation. Afin de soutenir le chef d’accusation contre les trois membres de la Commission de sécurité, la partie civile avait aussi convoqué comme témoins des individus ayant subi un sort identique sous l’Occupation, ainsi que des parents de détenus ayant péri après avoir été livrés aux mains ennemies.

  • 22  Ordonnance no 108/1945, p. 2.

20Les juges chargés de délibérer sur la poursuite pénale de leur supérieur hiérarchique disposaient d’une marge de manœuvre extrêmement restreinte. La proposition soumise à la chambre par le commissaire Tsiabassis soutenait qu’il était « inacceptable même de supposer que trois hauts dignitaires de l’État, le préfet, le directeur de la police et le procureur Kóllias, dont l’intégrité du caractère et des sentiments ainsi que la conscience nationale limpide sont unanimement reconnues, […] aient été mus par l’ambition basse et ignoble de plaire à l’occupant22 ». Dénué de la précision qui caractérise ordinairement les syllogismes judiciaires, cet éloge conditionna la délibération de la chambre. Les accusés furent acquittés au motif que :

  • 23  Ordonnance no 108/1945, p. 9.

[…] les allégations arbitraires des témoins ne peuvent en aucune manière être retenues. Le simple accomplissement de leur fonction de la part des hauts dignitaires de l’État, imposé par les lois en vigueur, ne peut être interprété comme émanant d’un motif qui aurait un rapport quelconque avec les clauses de l’AC no 6, ou qui se différencierait des impératifs dictés par la conscience rigoureuse de la mission du fonctionnaire public23.

21Cette argumentation, qui jetait les bases d’un processus de réhabilitation politique et morale des élites traditionnelles, guida l’examen du fond pénal de l’affaire et consacra une vision du passé de l’Occupation. Le judiciaire, en vecteur principal de la continuité effective de l’État, érigea l’anticommunisme en un élément indispensable de cette continuité au point que l’Occupation finit par devenir un épisode collatéral, accidentel et d’importance secondaire. Le parquet considéra donc que la persécution des présumés communistes pour acte de résistance, étant donné qu’il s’agissait d’opposants au régime, était de toute façon légitime. Le texte introduisait même la distinction entre l’anticommunisme disciplinaire de l’État grec de l’entre-deux-guerres et l’anticommunisme de guerre de l’Occupation :

  • 24  Ordonnance no 108/1945, p. 2.

Les allégations des témoins sont fallacieuses car à l’époque où furent effectuées ces arrestations, la persécution était encore menée principalement par les autorités grecques sur la base de la législation en vigueur sans intervention de l’ennemi, laquelle commença ultérieurement avec la persécution impitoyable des communistes et les conséquences barbares et criminelles connues par tout le monde24.

  • 25  Ordonnance no 108/1945, p. 8.

22Ainsi, les autorités grecques, contrairement aux occupants, avaient mené ces opérations avec mesure et humanité. S’il était déjà paradoxal qu’un tribunal spécial créé ad hoc, c’est-à-dire pour juger les crimes commis pendant l’Occupation, réduisît à l’extrême l’importance de l’occupation étrangère, le raisonnement juridique qui forma le fond pénal de l’affaire toucha au grotesque. En ce qui concerne la justification de la plainte, le parquet la qualifia de mal fondée, arguant du fait que le plaignant ainsi que les témoins qui avaient comparu pendant l’enquête étaient toujours vivants ! Quant aux victimes qui n’avaient pas, et pour cause, pu comparaître, la chambre s’attacha à une interprétation très stricte de la loi ; ainsi, en invoquant seulement le cas d’une des victimes, l’accusation fut rejetée « car il avait été arrêté de manière arbitraire, mais cela après la fin de la période du déplacement administratif, et les témoins ne précisent pas par qui ; ensuite, il a été exécuté, mais par un officier grec de la prison dont on ignore le nom, et non pas par les Allemands25 ».

  • 26  Il s’agit de la loi no 1075/1938 qui résumait les lois, décrets, etc., en les rationalis (...)

23Ces dérobades révèlent que le parquet n’hésitait pas aller à l’encontre des règles élémentaires de l’enquête judiciaire afin d’installer l’anticommunisme au cœur de la nouvelle raison d’État. Il outrepassait même la ligne officielle du gouvernement en place, qui s’était engagé à éliminer les séquelles tant de la dictature que de l’Occupation : en justifiant l’activité du parquet sous l’Occupation sur la base de la « législation en vigueur dans le pays depuis au moins dix ans », la Chambre intégrait expressément même les lois sécuritaires de la dictature de Metaxás26.

  • 27  Ordonnance no 108/1945, p. 6.

24Cette vision permit de consacrer en termes juridiques une révision de l’Occupation. Dans l’exposé des motifs de l’ordonnance en question, « à l’allégation paradoxale des témoins que la persécution des communistes sous l’Occupation visait à l’élimination des combattants des mouvements de Résistance nationale », la Chambre répondait en mettant en cause la dignité de la foi des témoins parce que : « a) ils ne renient pas ce que confirment par ailleurs les pièces recueillies à leur sujet à cette époque par les autorités policières, à savoir qu’ils étaient communistes en effet, […] et, b) par le fait qu’aucun des éléments n’affirme non plus qu’ils ont appartenu à une organisation quelconque de la Résistance nationale27 ».

25Dans le même sens, une autre ordonnance émise un mois plus tard au sujet des activités d’un commandant en chef de la gendarmerie sous l’Occupation et son adjoint, le général Dakos, nous permet de discerner l’hégémonie écrasante des anticommunistes farouches qui avaient entre-temps consolidé leurs positions au sein de la magistrature. Avec un texte qui s’apparentait davantage à un pamphlet contre l’adversaire politique qu’à une ordonnance d’enquête préliminaire, le suppléant du commissaire réfutait d’emblée le bien-fondé de la poursuite, en commençant ainsi le dossier :

  • 28  Ordonnance no 125 du 3 octobre 1945, TSCA/VV/1945/1, p. 1‑2.

Personne, jamais, ne pourrait imaginer que les appétits partisans de ce camp politique abject que l’on connaît tous arriveraient au point de tenter – même un tant soit peu – de stigmatiser un haut officier intègre, sans souillures et à la passion patriotique incomparable28.

  • 29 Voir la même ordonnance et Konstantínos Tsátsos, 1945, Ο Δεκέμβριος του 1944 [Décembre 19 (...)

26Ces ordonnances excluent, coup sur coup, l’EAM des forces de la Résistance nationale et pourvoient un statut officiel à la ligne idéologique sur laquelle était formé le bloc anticommuniste sous l’Occupation : l’EAM ne faisait pas de la Résistance ; les armes, il ne les voulait que pour faire la révolution et s’il les a tournées parfois aussi contre l’occupant, c’était une ruse afin de s’en procurer davantage auprès des Britanniques et de rassurer les patriotes honnêtes29.

  • 30  En 1945, 80 000 mandats d’arrêt avaient été émis contre les militants de l’EAM, Polyméri (...)
  • 31  Voir Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945” (...)
  • 32  Ordonnance no 124/1945, p. 2.
  • 33  Ordonnance no 124/1945, parmi les témoins convoqués, on trouve l’ancien commandant de la (...)

27Bien sûr, une telle conception de l’occupation avait été déjà entérinée par la justice pénale dans les milliers d’enquêtes ouvertes pour assassinat ou autres violences30. Le TSC ne manqua pas par ailleurs d’affirmer l’importance du conflit de décembre 1944. Dans l’ordonnance relative à l’affaire Dakos, on reconnut la préparation de la gendarmerie « pour participer héroïquement au combat national de Décembre » comme un acte de rédemption prouvant son patriotisme profond31. La justification rétrospective de l’activité anticommuniste sous l’Occupation à travers la fiction du « combat national » jouait par rapport à la « collaboration avec l’ennemi » pratiquement le même rôle que l’EAM relativement à la « Résistance nationale » : elle en réduisait la portée et l’étendue. Ce fut d’abord un moyen pour nier tout caractère de « crime administratif » aux actes jugés : l’« œuvre nationale » des hauts dignitaires devenait d’autant plus importante qu’ils avaient été pris entre deux feux « antinationaux », les occupants et les communistes32. Cette série d’enquêtes préliminaires n’acquitta pas simplement les hauts gradés de l’administration ; elle invita aussi à comparaître les figures prééminentes de la zone grise de l’Occupation, pour témoigner en faveur des présumés collaborateurs haut placés. Sans aucun doute, le procureur Kóllias n’eut pas besoin de secours extérieur ; en revanche, durant l’enquête sur le cas du général Dakos, la cour cita vingt-cinq témoins, de la haute hiérarchie de la police, de la gendarmerie ou de l’armée, qui lui assurèrent un acquittement triomphal33.

  • 34  Fait remarquable, l’ordonnance (no 103 du 25 août 1945) le défère en tant que général et (...)
  • 35 Il s’agit de l’ordonnance no 109 du 12 septembre 1945, qui est la première ordonnance de (...)

28À cet égard, le cas de l’ancien dictateur Pángalos, quoique différent, est également symptomatique. Instigateur des BdS et activement impliqué dans leur formation, Pángalos échappa à toute punition après le jugement des gouvernements. Il fut pourtant déféré devant la justice pour propagande en faveur de l’ennemi à propos d’une série d’articles publiés dans Quadrivio, un magazine publié par les autorités d’occupation italiennes34. À la fin du mois d’août, malgré l’avis défavorable du commissaire, il fut mis en détention provisoire… très provisoire puisque le commissaire lança aussitôt une nouvelle enquête en assignant les chefs politiques de la zone grise à témoigner. Deux semaines plus tard, une nouvelle ordonnance relaxa définitivement l’accusé35.

La gestion des dossiers, une technique pour « faire s’évaporer » les responsabilités

29Les principes idéologiques anticommunistes sous-jacents dans la jurisprudence de la cour du TSC ont permis de parfaire le récit de l’Occupation. En effet, ce récit faisait intégralement sienne l’idéologie de la guerre civile défendue par l’État de collaboration contre la Résistance de l’EAM. Ainsi, l’été 1943 fut reconnu comme un tournant critique, sauf qu’à l’image d’une nation martyre – l’idée de nation étant elle-même vaguement définie –, on substitua désormais celle d’un État martyr : c’était l’État qui avait dû se défendre doublement, tant contre l’intensification de l’action révolutionnaire des communistes que contre les brutalités nazies que celle-ci provoquait.

  • 36  Dans l’ordonnance no 125, p. 5‑6, la cour adopte le scénario du démantèlement d’une ligu (...)
  • 37  Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”, op. (...)

30Ainsi, on alla jusqu’à justifier des arrestations qui, réalisées dans le cadre d’une épuration anticommuniste interne menée par Dakos à la veille du départ allemand, livrèrent finalement les individus arrêtés aux mains de l’occupant36. La participation à ce « combat national », mené sur deux fronts depuis 1943, constituait ainsi une preuve de civisme et un argument de rédemption pour absoudre les inculpés de leurs actes antérieurs37. À cet égard, le cas de Dakos fut emblématique : il fut déféré en raison des nombreuses plaintes portées contre lui (réparties selon la nature des actes ou des accusations qui faisaient l’objet de la poursuite) pour les actions de la gendarmerie menées sous son commandement tant en 1941‑1942 qu’en 1944.

  • 38  Ordonnance no 125 du 3 octobre 1945 qu’on vient de présenter et celle no 135 d (...)

31Trois autres ordonnances de non-lieu furent rendues à ce sujet dans les deux mois qui suivirent. Les deux ordonnances rendues avant la fin du mois d’octobre concernaient principalement des faits survenus au cours de son premier mandat38 ; comme on l’a vu, elles pouvaient facilement récuser le bien-fondé des plaintes en reconnaissant aux hauts fonctionnaires la volonté d’appliquer la législation en vigueur. Celles qui portaient sur les persécutions et les nombreux assassinats de résistants en 1944 ne furent pas rendues avant la fin novembre 1945. Pourquoi ?

32Dans tous les cas, le raisonnement juridique laisse deviner une tactique visant à un acquittement fondé sur un déplacement des responsabilités pénales quant aux faits jugés :

  • concernant les « déplacements administratifs » effectués avant 1943, l’aspect le plus fâcheux du chef d’accusation était le fait que les individus arrêtés avaient été détenus dans les salles de police de la capitale où ils auraient pu être saisis à tout moment (et souvent ils le furent vraiment) par les occupants. Mais la chambre décida que le lieu de rétention relevait de la responsabilité du ministre de l’Intérieur, ce qui renvoyait au procès des ministres conclu quelques mois auparavant39 ;
  • les affaires relatives aux arrestations et aux assassinats de résistants en 1944 étaient plus sensibles, puisque ces événements étaient encore récents et que quelques-uns d’entre eux étaient investis d’une forte charge symbolique40. Tel était le cas d’Iléktra Apostólou, militante du KKE/EAM arrêtée et morte sous la torture des agents de la Sûreté spéciale le 26 juillet 1944, devenue immédiatement héroïne de la Résistance. Significative de la conception politique qu’avait l’EAM de la justice, la plainte portée par son frère41 désignait comme responsables à la fois les agents de la Sûreté – auteurs directs du crime – et leurs supérieurs administratifs et politiques. Or, en répartissant les responsabilités pénales entre les dossiers des différents prévenus, le parquet neutralisait cette tentative de politisation des procès. Ainsi, même si le procureur qui avait rédigé le premier non-lieu avait été entre-temps suspendu par le ministre, même si l’ancien chef de la gendarmerie restait également publiquement stigmatisé par les forces du centre républicain42, la deuxième partie des accusations tomba tout de même, puisque le procès de la Sûreté spéciale, conclu début novembre, avait déjà délibéré à propos des crimes qui faisaient l’objet des plaintes.
  • 43  En ce qui concerne l’auto-immunité de la magistrature, voir notamment les ordo (...)
  • 44  Les cas des officiers de police et de gendarmerie acquittés à partir de fin novembre 194 (...)

33Le choix du moment pour le déroulement du procès de la Sûreté est révélateur de la conduite adoptée dans la gestion des dossiers. Bien que son ouverture fût prévue initialement début septembre, une série d’empêchements survenus au cours de l’enquête préliminaire la reportèrent à la fin du mois d’octobre 1945. Pendant ce temps, en privilégiant les témoignages des animateurs du « combat national » et en discréditant ceux des résistants qualifiés de « vagues, privés de tout indice positif découlant de l’enquête judiciaire », la chambre prononçait la cessation des poursuites pénales pour une série d’affaires qui concernait notamment les magistrats43. Le procès de la Sûreté spéciale ayant abouti à la condamnation d’une partie des officiers supérieurs, une nouvelle série d’ordonnances absolvait de hauts gradés de la police et de la gendarmerie en excipant de la chose jugée44.

  • 45  Kóllias, en franchissant à une vitesse spectaculaire les différents échelons de la magis (...)

34De toute évidence, en exploitant à l’extrême la marge de manœuvre fournie par l’examen des affaires au cas par cas, et en constituant des dossiers qui mélangeaient ou séparaient à volonté les faits jugés, le parquet voulait décomposer le récit de la Résistance et le reconstituer selon les principes idéologiques du régime. Cette façon de procéder temporisait tout en créant l’impression que l’enquête judiciaire se déroulait en bonne et due forme. Ainsi, tandis que le parquet ne faisait qu’appliquer minutieusement les lois et les procédures en vigueur, les responsabilités pénales ou politiques s’évaporaient dans les labyrinthes des différents dossiers et différentes enquêtes. La mise en œuvre de cette méthode pour assurer l’impunité des officiers de l’armée et de la police, largement employée par la haute magistrature tout au long des décennies suivantes, revint en grande partie à Kollias comme l’indiquent la précocité de son acquittement, son rôle de chef d’orchestre au cours de ces procédures, et la rapidité de son ascension au sommet de la hiérarchie judiciaire en 1945‑1946. Ce fut à lui encore, alors qu’il était avocat général près la Cour de cassation, qu’il revint de rendre tristement célèbre ce mode de gestion judiciaire lors des enquêtes sur un assassinat politique qui secoua la vie politique du pays deux décennies plus tard45. Tout cela avant de devenir le premier civil, Premier ministre de la junte des colonels en 1974.

  • 46  Robert Gordon, 1996, “Undoing Historical Injustice”, in Austin Sarat et Thomas Kearns, J (...)

35En tout état de cause, la jurisprudence des enquêtes effectuées par le TSC d’Athènes jusqu’à la fin de l’année 1945 conditionna déjà la grille d’interprétation de la loi et créa des précédents sur lesquels se fonda ensuite tout le travail des TSC à Athènes et dans tout le pays. À la différence de la notion large de crime « formel » admise pour les gouvernements, il s’agissait d’un encadrement dans un espace étroit des faits examinés, c’est-à-dire d’une justice concevant les injustices qu’elle était censée réparer comme des torts commis par des auteurs spécifiques contre des victimes spécifiques46. Une définition aussi étroite du crime de collaboration nécessitait donc, par rapport aux délits examinés, à la fois de solides pièces à conviction et des preuves à même d’établir que les prévenus avaient l’intention de servir l’Axe et de combattre le camp allié.

  • 47  Le plus caractéristique parmi les cas étudiés ici fut celui de Stamátios Merkoúris (1895 (...)
  • 48  Parmi les cas les plus connus des collaborateurs munis de certificats britanniques, il y (...)

36À cet égard, le renversement du rapport de « forces matérielles » concourut de multiples manières au travail de la justice. Fidèles à leur conception politique du crime et paralysées par la persécution officielle et officieuse qu’elles subissaient, les forces de l’EAM épuisaient les moyens légaux : en lançant quelques actions sans véritable fondement, elles fournirent au parquet de vrais prétextes pour empêcher la surpolitisation des affaires47, même si cela ne concerna qu’une infime minorité des cas. Dans le même temps, la politique de « non-intervention » militaire pratiquée par les services britanniques sur place renforçait davantage les effets du rapport de force dans le champ du judiciaire. D’un côté, leur refus d’intervenir militairement entretenait la Terreur blanche et la peur de représailles qui conduisaient de plus en plus de témoins à s’abstenir de comparaître ou, s’ils comparaissaient, à révoquer leurs précédentes dépositions. De l’autre, en dispensant avec désinvolture des attestations qui certifiaient l’engagement de plusieurs accusés et/ou témoins aux côtés des forces alliées, les services britanniques confortaient la cour dans son évaluation manichéenne : des témoignagesa priori crédibles quand ils émanaient de témoins nationalistes devenaient indignes de foi quand ils étaient déposés par des communistes (ou des individus suspectés de l’être)48.

  • 49  Katsilambros fut nommé professeur d’université en 1942 par le gouvernement Tsolákoglou e (...)
  • 50  Voir par exemple le cas de E. Mes., 22 ans en 1945, sur lequel la chambre admit qu’il av (...)
  • 51  Voir le cas d’Al. Ioán., 17 ans en 1945 (!), pour lequel le tribunal admit qu’il (...)
  • 52  Le psychiatre Vlavianós, figure prééminente de la collaboration, qui fut finalement jugé (...)
  • 53  Ordonnance no 176 du 2 novembre 1945, l’acquittement se fonda sur l’hypothèse que « les (...)

37De manière générale, les axes principaux de l’activité des TSC d’Athènes étaient déjà en place. Il s’agissait de consolider la présence militaire et de la traduire en hégémonie politique. Afin de restaurer la continuité de l’État-nation si brusquement (inter-)rompue en 1941‑1944 par la défaite militaire et le mouvement révolutionnaire, on s’est donc empressé de réhabiliter d’emblée les représentants les plus éminents des élites intellectuelles, tels que Spyros Mélas, membre de l’Académie d’Athènes, exclu un an auparavant de l’Union des écrivains, ou L. Katsilambros, professeur de l’université de Thessalonique49. Le traitement réservé aux petits poissons annonçait une réintégration générale tant des intellectuels anticommunistes que des effectifs armés. Les ordonnances de l’automne 1945 – hiver 1946 procédaient aussi à une série de non-lieux ahurissants : les acquittements des anciens membres des BdS, en général extrêmement jeunes (entre 19 et 22 ans), furent la règle ; même ceux dont la participation aux représailles nazies et aux assassinats de résistants était un fait avéré bénéficièrent de la clémence du tribunal50. Pour le reste, les acquittements concernaient des membres présumés du « noyau dur » de la collaboration : pas seulement des jeunes qui appartenaient et à la Sûreté et aux SS51, mais aussi le chef de l’organisation nazie ESPO52, ou encore 21 agents de la Gestapo inscrits dans les listes allemandes tombées entre les mains des services grecs53.

38Tout compte fait, l’entreprise visant à réduire la portée sociale et politique de la collaboration était déjà bien engagée tant avec les enquêtes préliminaires que dans les salles d’audience. Cela va nous mener à l’examen des présumés « collaborateurs économiques ».

Notes

1  Léon Marc (pseudonyme de L. G. Marcantonatos), 1947, les Heures douloureuses de la Grèce libérée, Journal d’un témoin, octobre 1944 – janvier 1945, Paris : Éditions de la Tournelle, p. 45‑46.

2  Cette destruction se fit au moyen d’agressions de masse et de déplacements des populations. Voir à ce sujet notamment Angeliki Laiou, 1987, “Population Movements in the Greek Countryside During the Civil War”, in Lars Baerentzen, John Iatrides, Ole Smith (ed.), Studies in the History of the Greek Civil War 1945‑1949, Copenhague : Museum Tusculanum Press, p. 55‑103.

3  Dans sa brochure concernant la question de la collaboration économique, Konstantínos Anghelópoulos , 1945,Φως εις το ζήτημα των «οικονομικών δωσιλόγων» [Lumières sur la question des « collaborateurs économiques »], Athènes : s. éd., p. 7‑8 (consultable dans l’archive Konstantínos Tsaldáris, Fondation Konstantínos Karamanlis, dossier 11/3/39/1), fait part d’environ 800 000 personnes. Par ailleurs Chrístos Hatziiossif, 2007, dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de combat et de résistance], in IEEA, t. C2, p. 181‑217, en suivant aussi le travail de Gabriella Etmektsoglou, 1995, Axis Exploitation of Wartime Greece, 1941‑1943, Atlanta : Université Emory, thèse inédite, qui soutient que, à partir de la fin 1943, l’économie du pays fut intimement liée à l’économie militaire allemande.

4  Anthony Volterákis, 1944, in Gestapo Service, Le Caire : Société orientale de publicité, p. 87‑96.

5  Anthony Volterákis, 1944, in Gestapo Service, p. 94.

6  Anthony Volterákis, 1946, Στην υπηρεσία της Γκεσταπό [Au service de la Gestapo], Athènes : s. éd., p. 231‑238.

7  Voir, pour les intellectuels français au lendemain de la guerre, Tony  Judt, 1994, “Resistance and Revenge”, in Past Imperfect: French intellectuals 1944‑1956, Los Angeles/Berkeley : University of California Press, p. 45‑74, spéc. p. 73‑74.

8  Pour l’un, 59,7 % – 40,3 % et 88,1 % – 11,9 % pour l’autre, sur les près de 18 000 personnes contre lesquelles fut déposée une plainte à Athènes : voir Annexe II. En ce qui concerne le taux d’acquittements à l’instruction préalable, les ordonnances de l’enquête préliminaire ainsi qu’une « liste de propositions » du juge d’instruction des TSC confirment complètement le taux de 85 % – 90 % d’acquittements dès l’enquête préalable, ce qui a été d’ailleurs établi par le gouvernement également dans un compte rendu à un comité de députés britanniques, le 5 juin 1946 : 82 % de non-lieux, 11 % de relaxes provisoires et 7 % renvoyés à l’audience : KCL/MGA/CLR1/1/59, p. 1‑2.

9  Voir Carlo Ginzburg, 2003, Rapports de force, Paris : Gallimard – Le Seuil, p. 34 ; voir aussi l’entretien avec Charles Illouz et Laurent Vidal (Charles Illouz et Laurent Vidal, « L’historien et l’avocat du diable », (entretien avec Carlo Ginzburg), Genèses, no 53, 2003 et no 54, 2004).

10  « Ce qui fait que le pouvoir tient, qu’on l’accepte, c’est tout simplement qu’il ne pèse pas seulement comme une puissance qui dit non, c’est qu’en fait il traverse, il produit des choses, il induit du plaisir, il forme du savoir, il produit du discours », in Michel  Foucault, 1994, Dits et Écrits (1976‑1979), Paris : Gallimard, p. 140‑160 et spéc. 148‑149.

11  Rapport introductif de l’AC no 6, p. 25.

12  Il s’agit de l’article 8 du décret-loi no 332, JO no 121 du 23 mai 1945, qui vint remplacer l’alinéa 6 de l’article 14 de l’AC no 6, p. 29.

13  L’expression est un emprunt de Luc Huyse, Steven Dhondt, 1993, la Répression des collaborations 1942‑1952. Un passé toujours présent, Bruxelles : Crisp, p. 127 ; de juin à novembre 140, 218 rien qu’en décembre. La chambre se réunissait sur une base hebdomadaire, c’est-à-dire qu’elle délibérait sur pas plus de 5-6 affaires par semaine. Voir TSCA/VV/1/1945 et TSCA/VV/2/1945.

14  Décret-loi no 332, article 1. Le délai fut fixé au 20 juillet pour Athènes et au 31 octobre pour le reste du pays.

15 Rizospástis, 14 juillet 1945 ; Éleuthéri Ellada, 20 juillet 1945.

16  Caractéristique de la logique de responsabilité collective qui domina : 4 000 plaintes visaient environ 18 000 personnes. Éleuthéria, 22 juillet 1945.

17  Le procureur Tsiabassis fut nommé commissaire spécial du TSC, chargé de surveiller les travaux de ces chambres dans tout le pays, à la fin mai 1945. Voir Ethnos, 26 mai 1945 ; Éleuthéri Ellada, 4 juin 1945.

18  En les distinguant de quelques cas de criminalité extrême ou de trahison trop apparente, comme dans la classification du procureur Kóllias.

19  TSCA/VV/1/1945, ordonnance no 108 du 6 septembre 1945 sur l’affaire de K. Kóllias, le directeur du Bureau des tribunaux de première instance qui monta le premier appareil officiel des TSC.

20  Ordonnance no 108/1945.

21  Article 9 de la loi no 4229/1929 « sur les mesures de sécurité du régime », modifié en matière de déplacement administratif par la loi no 5174/1931 et un décret du 16 juin 1932. Sur cette forme de sanction, voir aussi Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, p. 270‑304.

22  Ordonnance no 108/1945, p. 2.

23  Ordonnance no 108/1945, p. 9.

24  Ordonnance no 108/1945, p. 2.

25  Ordonnance no 108/1945, p. 8.

26  Il s’agit de la loi no 1075/1938 qui résumait les lois, décrets, etc., en les rationalisant, et en intégrant les nouvelles méthodes du fameux ministre de l’Ordre public, Maniadakis. Voir Nicos Alivizatos, 1979, les Institutions politiques de la Grèce à travers les crises : 1922‑1974, Paris : Pichon et Durand-Auzia, p. 352‑371.

27  Ordonnance no 108/1945, p. 6.

28  Ordonnance no 125 du 3 octobre 1945, TSCA/VV/1945/1, p. 1‑2.

29 Voir la même ordonnance et Konstantínos Tsátsos, 1945, Ο Δεκέμβριος του 1944 [Décembre 1944], Athènes : Sinchroni Epochi, p. 7‑8. Georges Papandréou, 1945, Η απελευθέρωσις της Ελλάδος, [La libération de la Grèce], Athènes : Alfa, p. 22‑25.

30  En 1945, 80 000 mandats d’arrêt avaient été émis contre les militants de l’EAM, Polyméris Vóglis, 2002, Becoming a Subject: Political Prisoners During the Greek Civil War, New York : Berghahn Books, p. 57.

31  Voir Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”, Journal of Conflict Resolution, juin, vol. 50, no. 3, p. 325 ; ordonnance no 125 du 30 octobre 1945, p. 2‑3. Dakos avait été commandant en chef de la gendarmerie pour une première fois entre octobre 1941 et décembre 1942, puis une deuxième fois entre le 21 juin 1944 et le départ des Allemands.

32  Ordonnance no 124/1945, p. 2.

33  Ordonnance no 124/1945, parmi les témoins convoqués, on trouve l’ancien commandant de la capitale, Spiliotópoulos, le chef de la police, Evert, ainsi que des politiciens royalistes ou libéraux.

34  Fait remarquable, l’ordonnance (no 103 du 25 août 1945) le défère en tant que général et ancien président de la République, poste qu’il avait occupé durant quatre mois après un référendum truqué pendant sa dictature (juin 1925 – août 1926).

35 Il s’agit de l’ordonnance no 109 du 12 septembre 1945, qui est la première ordonnance de cette série à provoquer des réactions publiques. Voir Rizospástis et Éleuthéria du 26 août et du 16 septembre 1945.

36  Dans l’ordonnance no 125, p. 5‑6, la cour adopte le scénario du démantèlement d’une ligue secrète (Organisation communiste de la gendarmerie) préparant un complot communiste pour décomposer le corps. Scénario peu probable, puisqu’on n’en trouve aucune trace ailleurs, probablement l’une des théories du complot évoquées à l’époque contre l’ennemi interne de l’EAM.

37  Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”, op. cit., p. 324‑340.

38  Ordonnance no 125 du 3 octobre 1945 qu’on vient de présenter et celle no 135 du 15 octobre 1945.

39  Ordonnance no 125 du 3 octobre 1945

40  Il s’agit des ordonnances no 206 du 21 novembre 1945 et no 246 du 8 décembre 1945.

41  Leftéris Apostólou, membre de la direction du KKE, et auteur d’un ouvrage sur les procès des gouvernements de collaboration.

42  Voir l’allusion de K. Tsátsos aux contestations à l’égard du passé de Dakos, Konstantínos Tsátsos, 1945, Δια να γίνωμεν κράτος, Η εργασία του υπουργείου Εσωτερικών από 19 Απριλίου έως 10 Αυγούστου 1945, [Pour devenir un État, le travail du ministère de l’Intérieur du 19 avril au 10 août 1945], Athènes : Papazisis ; voir aussi Éleuthéria, 18 novembre 1945, au sujet des affinités politiques des juges qui l’acquittèrent.

43  En ce qui concerne l’auto-immunité de la magistrature, voir notamment les ordonnances no 105 du 30 août 1945 qui acquittaient sept magistrats dénoncés pour avoir empêché la libération de prisonnières agentes des Alliés par une directrice des prisons féminines d’Athènes (voir à ce sujet Éleuthéri Ellada, 6 novembre 1945, qui cite cette affaire une fois le magistrat réintégré), no 128 du 2 octobre 1945 acquittant un procureur près la cour d’appel de Corfou, no 157 du 30 octobre 1945 acquittant un procureur d’Athènes (TSCA/VV/1 et 2/1945).

44  Les cas des officiers de police et de gendarmerie acquittés à partir de fin novembre 1945 abondent. À titre indicatif, les ordonnances nos 259, 268, 269, toutes du 15 décembre 1945 ; le texte est identique, seul le nom change. Un des acquittés était D. Papadongonas, neveu du chef des BdS du Péloponnèse et protagoniste de la fusillade des premiers jours de la Libération, Voir Éleuthéria, 19 octobre 1944. Voir aussi, au sujet des autres officiers de police acquittés, les ordonnances nos 285 du 17 décembre 1945 et 346 du 29 décembre 1945, no 285 du 17 décembre, no 346 du 29 décembre 1945.

45  Kóllias, en franchissant à une vitesse spectaculaire les différents échelons de la magistrature, fut promu rapidement : il devint vice-procureur à la Cour d’appel en février 1946 et fut de nouveau promu à la Cour de cassation en novembre de cette même année. Ce fut au sujet de l’assassinat du député de gauche Lambrákis par des bandes paraétatiques en mai 1963 (voir le film de Costa-Gavras, Z, 1969) qu’il s’impliqua personnellement en essayant de « séparer » le dossier du chef de la police de Thessalonique (lieu du meurtre). Sur la sanction disciplinaire qui lui a été imposée par la direction de la Cour de cassation, voir Éleuthéria, 27 mars 1965.

46  Robert Gordon, 1996, “Undoing Historical Injustice”, in Austin Sarat et Thomas Kearns, Justice and Injustice in Law and Legal Theory, Chicago : University of Michigan Press, p. 35‑76.

47  Le plus caractéristique parmi les cas étudiés ici fut celui de Stamátios Merkoúris (1895‑1967) qui, à la différence de son frère Georges, chef d’un petit parti « national-socialiste » grec, avait été aussi nommé directeur de la Banque de Grèce en 1943 et avait créé un petit réseau en contact avec les services britanniques.

48  Parmi les cas les plus connus des collaborateurs munis de certificats britanniques, il y avait encore Dakos, (ordonnance no 125) ainsi que le fameux agent de la Sûreté spéciale qui acquit son certificat dans la mêlée de Décembre ; plus tard, au procès de la Sûreté spéciale, un agent britannique admit qu’il ne savait pas vraiment de qui il s’agissait.

49  Katsilambros fut nommé professeur d’université en 1942 par le gouvernement Tsolákoglou et publia plusieurs articles faisant l’éloge de celui-ci et des forces de l’Axe ; voir ordonnance no 233 du 8 décembre 1945 ; Mélas, le plus célèbre peut-être, accusé et humilié un an auparavant à l’Union des écrivains, fut acquitté par l’ordonnance no 381 du 31 décembre 1945.

50  Voir par exemple le cas de E. Mes., 22 ans en 1945, sur lequel la chambre admit qu’il avait participé aux bloka de quartiers menés en commun par les BdS et les troupes allemandes, aux arrestations, tortures et même assassinats des citoyens grecs : « […] toutefois, des faits établis il s’ensuit que l’accusé ne procéda pas aux arrestations pour livrer les témoins aux Allemands, mais pour les mettre en garde à vue par les services des BdS […] puis, il a effectivement commis les actes de violence qui lui sont attribués, mais il s’ensuit que ceux-ci n’étaient pas commis à cause de l’activité des victimes contre l’occupant », ordonnance no 346 du 29 décembre 1945.

51  Voir le cas d’Al. Ioán., 17 ans en 1945 (!), pour lequel le tribunal admit qu’il l’a fait pendant « une courte période » ce qui, en combinaison avec son âge, « ne justifie pas son renvoi à l’audience », ordonnance no 205 du 26 novembre 1945.

52  Le psychiatre Vlavianós, figure prééminente de la collaboration, qui fut finalement jugé seulement pour sa nomination en tant que maire de la petite commune de Kifissia, ordonnance no 366 du 31 décembre 1945 ; procès nos 558 et 559, TSCA/VA/3/1945.

53  Ordonnance no 176 du 2 novembre 1945, l’acquittement se fonda sur l’hypothèse que « les Allemands mettaient en circulation des fausses listes pour dissimuler leurs vrais agents ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search