Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Deuxième partie : le temps des institutions - Les grands procès (1945 - Mars 1946)

Le procès : la mise en scène de la nation martyre et combattante

The Staging of the Fighting Nation’s Martyrdom

Η σκηνοθεσία ενός μαχόμενου και βασανισμένου Έθνους

Résumé

Du 28 février au 27 mars 1945 se tint l’audition des 27 témoins de l’accusation, parmi lesquels ne figurait aucun résistant. De longs articles couvrirent les audiences, mais les procès-verbaux n’étaient jamais publiés intégralement. Les accusations principales étaient : la capitulation signée par le général Tsolákoglou face à l’invasion allemande en avril 1941 sans aucun ordre du gouvernement, l’accusation de collaboration avec l’occupant et la création des Brigades de sécurité. Ce fut l’occasion pour les accusés de construire leur défense et leur nouveau récit national : la capitulation a sauvé la vie de 30 000 soldats, la collaboration n’était que « formelle », les BdS étaient faits pour combattre le communisme, pas la Résistance. Ou traîtres ou sauveurs de la Nation ?

From February 28 to March 27, 1945, stood the hearing of the witnesses for the prosecution, among which none had been part of any Resistance movement. The press covered the hearings in lengthy papers but the minutes were never published in full. The main accusations were: the capitulation General Tsolakoglou signed before the German invasion in April 1941 without any Government order, the collaboration with the Occupants, and the creation of the Security Brigades. For the accused, it was the opportunity to build their defence, and their new National Myth: the capitulation saved the life of 30,000 soldiers, the collaboration was only “formal” and the Brigades were meant only to fight communists and not Resistance. Either traitors or Nation Saviors?

Από τις 28 Φεβρουαρίου ως τις 27 Μαρτίου 1945, έγινε η ακρόαση των 27 μαρτύρων της κατηγορίας, μέσα στους οποίους δεν βρισκόταν κανένα μέλος των οργανώσεων της Αντίστασης. Οι εφημερίδες κάθε μέρα έγραφαν για τις ακροάσεις αλλά τα πρακτικά δεν δημοσιεύτηκαν ποτέ ολόκληρα. Οι κύριες κατηγορίες ήταν οι εξής : η συνθηκολόγηση του στρατηγού Τσολάκογλου μπροστά στη γερμανική εισβολή τον Απρίλη του 1941 χωρίς καμιά κυβερνητική απόφαση, η συνεργασία με τους κατακτητές και η δημιουργία των Ταγμάτων Ασφαλείας. Οι κατηγορούμενοι βρήκαν την ευκαιρία να χτίζουν την υπεράσπισή τους και το καινούργιο Εθνικό Μύθο : η συνθηκολόγηση έσωσε τη ζωή χιλιάδων στρατιωτών, η συνεργασία με τον κατακτητή ήταν μόνο «τυπική» και τα Τάγματα είχαν σκοπό τον αγώνα εναντίον των κομμουνιστών και όχι εναντίον της Αντίστασης. Ή προδότες, ή σωτήρες του Έθνους...

Texte intégral

  • 1  Voir Rizospástis du 1er mars 1945 sur Monédas, Avgéris, qui avaient déjà été condamnés par (...)

1Début mars, l’ELAS avait déjà commencé à rendre ses armes, et les premières audiences des cours d’assises jugeant les « insurgés » de Décembre, dont les crimes ne furent pas considérés comme purement politiques, avaient déjà débuté1. Une fois les obstacles formels résolus, au moins temporairement, on pouvait passer à la première partie de la procédure : l’audition des témoins de l’accusation. Cette étape du procès, dans laquelle furent développés les différents chefs d’accusation et formulés les récits des crimes jugés, fut essentiellement une mise en scène officielle de la « nation combattante » et fut de fait largement rendue publique.

2Compte tenu de la taille de la salle et de l’absence d’autres moyens, les comptes rendus des audiences qu’offraient les journaux étaient la seule manière pour l’opinion d’avoir accès au procès. Pendant un mois, du 28 février jusqu’au 27 mars, le procès fit inlassablement la une des journaux. De longs articles couvrirent la majeure partie des audiences. Bien entendu, les procès-verbaux n’étaient jamais publiés intégralement : les sélections étaient effectuées selon les affinités politiques du groupe éditorial, les sensibilités et les facultés narratives du chroniqueur.

  • 2  Voir la liste des témoins dans Éleuthéria, 28 février 1945.
  • 3  M. Kýrkos journaliste, ex-ministre et successivement député pendant l’entre-deux-g (...)

3Le choix d’une publicité contrôlée préservant les secrets d’État n’est qu’un des nombreux indices témoignant du fait que l’un des objectifs principaux du gouvernement était de faire renaître la confiance en l’autorité étatique. L’indice le plus emblématique fut le choix des témoins de l’accusation. Le commissaire gouvernemental choisit finalement 27 personnes, sans les répartir par accusé. Chacun était censé témoigner pour l’ensemble des actes examinés, afin de soutenir les charges principales et de formuler la version officielle du passé récent selon laquelle la nation résistante allait châtier ses traîtres. Parmi ces témoins, on comptait : huit hauts fonctionnaires des ministères principaux ; sept hommes d’État, ministres ou Premiers ministres de l’entre-deux-guerres ; quatre officiers supérieurs de l’armée ; trois journalistes de la presse anticommuniste résistante, rédacteurs en chef ou directeurs de journaux ; deux professeurs d’université ; deux directeurs des deux plus grandes banques du pays et, finalement, un seul représentant de l’Association des invalides de la guerre de 1940‑19412. Cependant, les représentants de la presse clandestine mis à part, aucun représentant des groupes de partisans ni aucun membre des mouvements de Résistance ne fut appelé à témoigner. Quant à l’EAM, une seule personne fut assignée pour le représenter au tribunal3

  • 4  Déposition de Tabakópoulos, Éleuthéria, 2 mars 1945.
  • 5  Aléxandos Korizís, Premier ministre du 29 janvier 1941 (après la mort de Metaxás) au 18 av (...)
  • 6 Éleuthéria, Empros, Ethnos, 4 et 5 mars 1945.

4Le premier axe de la recomposition pénale de l’événement « Occupation » était de renouer le fil qui liait l’épopée de l’Albanie et la résistance populaire pendant cette période. La discussion concernant la « haute trahison » des généraux qui avaient signé l’armistice permettait par ailleurs d’opérer la jonction entre ce tribunal spécial et la loi pénale ordinaire du pays. Les premières questions portèrent donc sur la signature de l’armistice sur le front et la capitulation signée par le général Tsolákoglou face à l’invasion allemande en avril 1941. Les individus les plus à même de décrire ces événements furent interrogés les premiers. Toutefois le bilan de ces récits fut fortement mitigé : en adoptant la ligne de la défense, Tabakópoulos, ministre de la Justice sous la dictature de Metaxás, déclara d’emblée que Tsolákoglou devait être jugé pour ces actes militaires par une cour martiale4. Le général Gyalistras, envoyé par l’état-major au front pendant les jours tragiques qui précédèrent la capitulation, décrit une déroute générale où la quasi-totalité des divisions étaient coupées de leurs bases, et où le haut commandement de l’armée se trouvait privé de direction politique après le suicide du Premier ministre Korizís5. Le directeur du bureau du général en chef à Athènes confirma ces propos en faisant part d’une situation qui avait échappé à tout contrôle bien avant la signature formelle de l’armistice. Quant au chef d’état-major Melissinos, il insista longuement sur le fait que Tsolákoglou avait désobéi aux ordres. Cependant, il admit qu’en dépit de rapports répétitifs faisant part d’une situation désespérante sur le front, des demandes de capitulation du commandant des divisions, des désertions de plus en plus nombreuses, les ordres restèrent inchangés : « Continuez le combat. » Selon cette version des faits, le crime des généraux était d’avoir désobéi aux ordres en sortant de leur mission militaire pour « faire de la politique6 ».

5Les audiences prirent alors un tournant périlleux : après avoir posé comme prémices la désorganisation totale de l’état-major à Athènes et la dérive du gouvernement, l’argument du bouclier devenait très plausible. Tsolákoglou ne cessa jamais de prétendre qu’il avait signé la capitulation afin de sauver la vie de 30 000 soldats et de préserver l’honneur de l’armée victorieuse en Albanie. Étrange argument et difficilement tenable sur le plan de la discipline militaire – mais le général se montra prêt à invoquer tous les faits qui pouvaient prouver que la décomposition de l’appareil central avait précédé la capitulation, mettant ainsi en lumière des aspects qui discréditaient complètement les dirigeants politiques et militaires de 1940‑1941. Ses coaccusés vinrent à son secours ; Rállis, le premier, donna à la discussion une dimension grotesque : « Vous osez parler, vous, un ex-membre d’un gouvernement tyrannique ! » cria-t-il au ministre de la Justice de Metaxás ! « Nous, pourtant, nous avons été un gouvernement hellénique, et pas allemand », lui rétorqua celui-ci.

6La question principale, sur le plan pénal, consista à se demander s’il y avait eu intelligence préalable avec l’ennemi, ce qui, d’après le modèle de Quisling, aurait constitué une haute trahison. Sur ce point, les témoins de l’accusation répondirent unanimement par la négative. Non, il n’y avait pas eu de contacts antérieurs avec les forces de l’Axe, les gouvernements grecs n’avaient pas été des quislings. C’est ce qu’affirma à plusieurs reprises Tsolákoglou, et ce que reconnurent aussi les généraux qui admirent que le général en chef sur le front avait favorisé la capitulation sans en assumer la responsabilité. Kanellópoulos, témoignant en tant qu’officier réserviste de la guerre d’Albanie, en liaison avec l’état-major et le front pendant les derniers jours des combats, ne démentit pas cette information.

7Par ailleurs, en essayant d’écarter la charge selon laquelle il aurait volontairement pris parti en faveur de l’Axe, Rállis essaya de mettre en avant ses liens avec les élites d’avant-guerre. Il n’eut pas de mal à le faire : Tsátsos, premier témoin à défiler à la barre, confirma que le chef libéral Themistoclís Sofoúlis* avait effectué une démarche formelle auprès de lui en 1943 – au moment de la formation des BdS –, en demandant la reprise dans l’armée des officiers réformés en 1935. L’appui offert à la défense de Rállis fut même inespéré : en répondant à la question du président de la cour, Tsátsos ne se contenta pas d’affirmer que « les gouvernements grecs n’étaient pas des quislings puisqu’ils n’avaient pas participé activement à l’effort militaire ennemi », mais il ajouta que « Rállis, en particulier, n’a pas aidé l’ennemi. Dans une rencontre, il m’a même confié que sa vie était un vrai calvaire. Il exprima de plus sa confiance profonde en la victoire alliée ». À la suite de quoi, Rállis se contenta de remercier le témoin de lui avoir rappelé cette conversation que lui-même avait pourtant oubliée.

  • 7  « Certains aspects de tout cela sont des secrets d’État, on ne peut pas en discuter sur la (...)
  • 8  « Pour la mémoire de l’épopée d’Albanie […] une logique de partage de responsabilités entr (...)

8Pour le nouveau régime, ces débats mettaient en jeu non seulement l’honneur de la nation au sein de la communauté internationale, mais aussi l’autorité étatique face à l’ennemi interne. À l’heure où la presse de l’EAM se réjouissait ouvertement de la « faillite » des élites traditionnelles, dans la salle du tribunal, les avertissements mutuels sur les aspects « dont il ne faut pas parler », commencèrent ainsi à aller bon train7. Même le ministre de la Justice, engagé jusque-là à ne pas s’impliquer dans le procès afin de protéger l’indépendance de la justice, intervint en recommandant la prudence en ce qui concernait les secrets d’État et songea à prendre des mesures législatives8. Les partisans du procès commencèrent même à demander qu’une distinction soit faite entre les questions relatives à la capitulation et celles concernant l’établissement des gouvernements de collaboration. Entre-temps, quoique toutes les mesures aient été prises préalablement afin d’empêcher les interruptions, une première pause de trois jours s’imposa sous prétexte d’une maladie soudaine d’un juré civil.

9Le chef d’accusation de « trahison intentionnelle » étant extrêmement fragile, une réorientation des thématiques qui structuraient les débats semblait désormais incontournable. La qualification de la collaboration comme crime « formel » donnait pourtant au tribunal une marge pour orienter les dépositions des témoins, particulièrement en ce qui concerne la deuxième question principale, posée à tous : leurs intentions préalables mises à part, les gouvernements de collaboration nuisirent-ils au combat national et allié ? Et, inversement, contribuèrent-ils à l’effort militaire ennemi ? Sur ce plan, en revanche, les témoins de l’accusation confirmèrent le chef d’accusation à l’unanimité.

Tous des victimes ?

  • 9  Déposition de Tsátsos, journaux du 1er mars 1945.
  • 10  Athanasios Sbarounis, ministre des Finances, fait le premier bilan du « pillage de (...)

10L’aspect « formel » des crimes jugés constitua désormais l’axe central des audiences et eut l’avantage de permettre la mise en avant de la nation martyrisée pendant la guerre. Chaque témoin contribua à établir l’importance des dévastations, des saccages et des pertes subis. Il s’agissait de bilans généraux, qui ne s’intéressaient ni aux conflits intérieurs, ni à l’appartenance politique ou ethnique des victimes. Par exemple, si on recensa bien les 25 000 citoyens grecs fusillés, ou les 30 000 travailleurs grecs envoyés en Allemagne, on ne procéda pas à un décompte particulier pour les Juifs grecs déportés9. Ces bilans visaient à la construction d’un récit consensuel érigeant le sacrifice en capital national, pour que la nation puisse légitimement revendiquer sa place « au sein des Nations unies de l’alliance antifasciste ». À cela s’ajoutèrent les données du coût de la guerre et de l’Occupation, présentées par les hauts dignitaires de la fonction publique10.

  • 11  À titre indicatif Gyalistras dit de D. Polýzos (général-ministre du Ravitaillement au se (...)
  • 12  Respectivement : déposition de Vakalópoulos, Éleuthéria, 23 mars 1945 ; de Grigoríou, (...)

11Ces récits de sacrifice créèrent ainsi un socle commun à la mémoire officielle de la « nation antifasciste ». L’emploi de la voie pénale visait la condamnation des gouvernements de collaboration en tant que coupables des crimes commis contre cette nation, afin de les en exclure définitivement. Cependant, cette conception s’est trouvée court-circuitée par certains témoins de l’accusation. D’abord car, par manque d’épuration administrative, les hauts fonctionnaires appelés à témoigner se trouvaient eux-mêmes complices des actes des accusés. Ensuite, parce que les dépositions des témoins de l’accusation débordèrent d’allusions à des « circonstances atténuantes » au profit des accusés. Aux jugements positifs énoncés dès le début, sur l’intégrité morale des accusés11, s’ajoutèrent les remarques des hauts fonctionnaires sur l’esprit patriotique des gouvernants. En reprenant les discours officiels sur la création des BdS, qui avaient eu pour fonction de « ramener l’ordre dans les campagnes pillées par les communistes », le directeur du ministère du Ravitaillement parla de l’immense effort de Rállis (et de Peirounakis) pour ravitailler les villes, même si cet effort n’avait pas abouti. Le directeur de la Banque de Grèce affirma que le ministre des Finances, Sotírios Gotzamánis, avait honnêtement essayé – mais en vain –de s’opposer au saccage. Le directeur du ministère des Finances évoqua la tristesse de son ministre au moment de la confiscation des stocks de tabac par les occupants12.

  • 13  Témoignage de Triantafyllópoulos, professeur à l’université d’Athènes.
  • 14  Témoignage de Péppas, Éleuthéria, 20 mars 1945.

12Pour affirmer le caractère « formel » du crime de collaboration, les témoignages s’accordaient à montrer que l’existence des gouvernements de collaboration fournissait aux occupants une base de légitimité dont ils auraient été privés s’ils avaient nommé directement un Gauleiter13. Toutefois, pour les hauts fonctionnaires, il en allait autrement : à propos de la saisie des stocks de vivres dans les dépôts du Pirée, le directeur général de la Fiscalité refusa de répondre à la question de savoir si les gouvernements avaient sciemment aidé l’ennemi, préférant, lui aussi, réserver son jugement jusqu’à la délibération du tribunal. Puis il ajouta : « Je sais juste que les Allemands exerçaient une violence indicible et, face à cela, les ministres signaient. » « Et vous, vous l’auriez fait ? » demanda le commissaire – question à laquelle le directeur général de la Fiscalité répondit promptement : « Face à une telle violence, oui14. »

13La violence nazie devint le concept pivot autour duquel un récit national se construisit. Cette violence était condamnée sans jamais être définie, ou décrite ; on l’évoquait toujours de façon vague, évasive, sans renvoyer à ses auteurs ou aux actes concrets par lesquels elle s’était exprimée. Cela devenait plus visible encore, lorsque le débat abordait la violence civile sous l’Occupation. Les témoins refusèrent majoritairement de soutenir la charge selon laquelle le dernier gouvernement collaborationniste aurait mis les BdS au service des occupants, provoquant ainsi la guerre civile :

  • Les BdS étaient faits pour affronter le communisme, pas pour combattre la Résistance. La preuve en est qu’ils n’ont jamais frappé ni l’EDES ni l’EKKA.
  • Il est bien connu que les BdS furent créés pour frapper les prétendus bataillons de résistance de l’EAM. Le gouvernement voulait défendre l’ordre public.
  • Dès qu’ils portèrent des uniformes de gendarme, leur existence fut conforme aux règles du droit international15.

14Ce genre d’affirmations, propre aux plaidoiries de la défense puisqu’il justifiait leur argumentation à tous les niveaux, provoqua vite l’indignation d’une large partie de l’opinion, et même bien au-delà de la presse de l’EAM. Les atrocités commises par les BdS contre les populations civiles furent contournées lors des audiences – souvent au travers de silences scandaleusement explicites. Sur ce point, la déposition de Sofoúlis, chef historique des libéraux, fut symptomatique. Tsátsos – un ancien membre du parti libéral – rapporta que ce dernier avait demandé à Rállis l’« intégration» des officiers libéraux dans les BdS. Deux jours plus tard, Sofoúlis n’hésita pas à assumer entièrement son activité politique sous l’Occupation. Après qu’il eut soutenu envers et contre tout que le but des BdS n’avait été autre que le maintien de l’ordre, le commissaire s’exclama :

— Mais ne se sont-ils pas mis sous commandement allemand ?
— Ça, je ne suis pas au courant.
— Mais est-ce qu’ils pouvaient accomplir des actes contre l’intérêt national ?
— Non, je ne pense pas qu’il ait existé de Grecs qui se soient mis aux côtés des Allemands…
— Pourtant, selon les ordres qu’ils ont reçus des Allemands, ils devaient poursuivre les groupes de résistance et les équipes de sabotage…
— C’est vrai ?! C’est la première fois que j’entends ça !

15Peu après suivit un échange avec Rállis, qui révéla qu’il en savait certainement plus qu’il ne prétendait sur les BdS :

  • 16  Rizospástis, 2 mars 1945.

— Est-ce que le chef des BdS, Plytzanópoulos, vous a rendu visite, monsieur Sofoúlis ?
— Oui, je l’ai invité pour lui recommander la prudence, car j’avais reçu des protestations venant de divers quartiers de la capitale…
— […] Et parce qu’il appartenait à votre camp politique !
— Lui non, mais il y avait plusieurs officiers de mon camp dans les BdS […].
— Les Allemands allaient avec les BdS ?
— Je n’en ai rien entendu dire là-dessus16.

  • 17  Une fois rendues publiques, ces positions coûtèrent le désaveu ou créèrent la surprise m (...)

16Même si ces propos penchaient clairement en faveur des collaborationnistes, Sofoúlis voulut le lendemain y apporter une rectification : il affirma sa « condamnation de la prise en charge du gouvernement sous l’Occupation17 ». On peut voir ici comment la qualification du crime de collaboration comme « formel » permit à chacun de condamner formellement et sur tous les tons la « collaboration ». Or cette condamnation s’articulait autour de l’éthique politique anticommuniste de la collaboration. Le conflit civil déclenché sous l’Occupation se présentait ainsi comme un détour accidentel de la lutte nationale de libération, une ruse de l’histoire. Papandréou était sans doute le mieux placé et le plus compétent pour nommer les auteurs de cette « ruse » :

  • 18 Éleuthéria, 8 mars 1945.

Les communistes créèrent l’ambiance psychologique nécessaire, à travers le détournement des objectifs de la lutte pour la libération nationale ; mais cela n’empêche que les BdS aient été nuisibles. On a ainsi donné l’impression à l’étranger que des milliers de Grecs avaient accepté de se mettre au service de l’ennemi. Ce n’est pas vrai ; ni cela, ni ce que l’EAM a voulu faire croire, c’est-à-dire que le pays était divisé en deux camps, d’un côté, l’EAM qui s’identifiait au camp allié et, de l’autre, les BdS qui s’identifiaient à l’Axe18.

  • 19  Professeur Balis, Éleuthéria, Éleuthéri Ellada, Ethnos, 8 avril 1945 ; par ailleurs le t (...)
  • 20  On remarque une allusion, en passant, à la déposition du journaliste Kýrou et encore une (...)
  • 21  Les dépositions de Sofoúlis et de Kýrou sont à cet égard les plus représentatives. D’aut (...)

17Le déni de la division interne se trouve au cœur de ce récit. La nation unie, combattante aurait été martyrisée par des forces extérieures. Les atrocités des représailles collectives auraient été l’œuvre des Allemands : si les BdS s’y étaient impliqués, c’était parce qu’ils avaient été déviés de leurs objectifs initiaux. « On les a créés car les groupes de la Résistance avaient été détournés » les premiers, « mais les Allemands s’en sont mêlés et tout a mal tourné19 ». La plupart des témoins tendaient à présenter les atrocités nazies comme radicalement distinctes de la violence exercée par l’appareil collaborationniste. Les atrocités des bloka et les tortures des patriotes ne furent que rarement évoquées parmi les souffrances subies par la nation ; les récits sur l’implication directe des forces de l’ordre helléniques furent rares20. En revanche, l’attribution de la responsabilité du conflit à la « violence communiste » devint explicite, du fait de la multiplicité des allusions qui y étaient faites, et de la précision des récits. Ainsi on corrobora une vision qui considérait les deux pôles de la guerre civile comme extérieurs à la nation. L’identification de l’un avec le nazisme allemand, et de l’autre avec le slavo-communisme bolchevique renoua avec les paramètres géostratégiques dominants de l’entre-deux-guerres et mit fin officiellement, pour la première fois, à la parenthèse de la grande alliance antifasciste dans le camp des Alliés21.

18En effet, une fois évacué de la salle d’audience l’essentiel de l’expérience de la nation combattante, il ne restait plus, pour définir le conflit civil, qu’à le réduire à la dichotomie Alliés vs forces de l’Axe. En faisant abstraction de l’expérience historique concrète, on forgeait une continuité transcendantale qui permettait de réinsérer l’ensemble de la nation dans une continuité juridique restaurée. Les gouvernants collaborationnistes n’étaient plus tant jugés comme les auteurs de crimes commis sous l’Occupation, que comme complices ou mauvais gérants d’une violence venue d’ailleurs.

19Dans la confrontation entre Papandréou et Rállis qui se déroula pendant l’audience, la guerre civile entre les deux blocs sociopolitiques devint un élément mineur ; la scène, révélatrice, rappelait un bilan parlementaire beaucoup plus qu’une audience pénale. Les deux hommes d’État, un ex-Premier ministre et son successeur, étaient liés par un cordon ombilical : les effectifs de l’appareil armé de la collaboration.

  • 22 Éleuthéria, 8 mars 1945.

— La situation devint-elle meilleure ou pire avec la création des BdS ? demanda Rállis.
— Mon projet gouvernemental donne déjà la réponse à votre question, répondit Papandréou. Les communistes avaient la naïveté, pour ne pas dire la bêtise, d’attendre le soutien allié. Mais moi je les ai amenés à signer les accords du Liban et de Caserte.
— Comment se fait-il que, neuf jours avant l’attaque des prisons Averof par l’ELAS, les effectifs des BdS de Kozani aient été armés et mis aux côtés des forces britanniques…
— C’est peut-être vrai, mais c’était pour qu’ils se défendent, et non pour qu’ils participent à la répression de la rébellion. Les consignes des Britanniques étaient claires à ce sujet…
— Pourtant, même avant Décembre, un nombre considérable d’hommes des BdS avaient été intégrés dans des divisions diverses de l’armée et ont combattu contre l’ELAS.
— C’est possible, c’était dû à la confusion. C’était la transgression d’un principe de base affirmé même par le général Scobie…
— Monsieur Papandréou, j’ai eu la naïveté de croire pouvoir utiliser les BdS contre les Allemands. Mais votre naïveté de conspirer avec l’EAM, pourquoi serait-elle moins grave que la mienne ?
— Ma naïveté fut celle qui ouvrit les portes pour que la légalité puisse entrer dans le pays le 18 octobre22.

20La Libération n’y a figuré que comme une passation de pouvoir, où la vertu politique ne fut que l’art de ne pas le laisser vacant, en proie aux opposants au système social. Puisque l’envie de clore cet épisode révolutionnaire constituait a priori leur terrain commun, le caractère social du conflit disparaissait, devenait extérieur, superflu. Enfin, le champ de la « légalité » ne fut déterminé que sur la base du combat allié, encore un paramètre extérieur au conflit.

Le retour du refoulé ou le peuple résistant en tant que corps acéphale

  • 23  Caractéristique en est le dialogue rapporté par Empros, le 1er mars 1945. Au cours de l’ (...)

21Les limites de la Résistance devinrent floues dès les premiers face-à-face entre les parties. L’omission de l’expérience de la Résistance se combinait à des allusions aux années 1941‑1943 exclusivement, qui présentaient l’avantage d’être une période où l’EAM n’avait pas encore clairement pris le dessus23.

  • 24  Kóllias comparut symboliquement, par ailleurs, en tant que commissaire gouvernemental da (...)

22Toutefois, on ne pouvait pas exclure complètement l’expérience de la Résistance en tant que mouvement de masse. Les salles du tribunal ne pouvaient pas rester imperméables aux discours présents dans les autres champs de la sphère publique. L’appareil judiciaire sut faire un tri sélectif de cette expérience pour l’insérer dans d’autres cadres d’interprétation. Ainsi, deux semaines après l’ouverture du procès, on constitua une deuxième section du tribunal spécial des collaborateurs d’Athènes qui s’occupa immédiatement de la série des affaires « purement criminelles » annoncée par Kóllias24.

  • 25  TSCA/VA/1/1945, les procès nos 2, 6, 10, 12, 13, 15, 16, 18, 19, 22, 23, 26. Deux procès (...)
  • 26  Il s’agit des procès d’Exarchos et de Mandilaris.
  • 27  TSCA/VA/1/1945, procès nos 16 et 26, tous deux condamnés à 5 ans de prison ferme.
  • 28  Dans tous les cas, à l’exception d’Exarchos, les agents de la Gestapo furent jugés de ma (...)

23Les 17 premiers présumés collaborateurs furent jugés parallèlement à l’examen des témoins de l’accusation dans le procès des gouvernements25. On commença par juger deux des plus notoires agents et tortionnaires des SS et de la Gestapo26. La volonté de ne rapporter que les atrocités commises par l’ennemi extérieur devint encore plus évidente dans les affaires jugées par cette 2e section du TSC. En opérant une sélection rapide parmi les dossiers constitués depuis l’automne, on jugea ainsi une Allemande mariée à un Grec, qui avait travaillé en tant qu’interprète au quartier général allemand, ainsi qu’un tavernier d’origine italienne, séduit par le fascisme27. Parmi les autres accusés, on trouva également deux agents de la Gestapo et deux interprètes au service des occupants. Ces derniers, ainsi que le reste des accusés de cette première série, furent inculpés notamment pour avoir manifesté ostensiblement leurs convictions favorables aux forces de l’Axe ou pour avoir dénoncé des membres des réseaux d’espionnage du gouvernement du Caire ou des Britanniques28.

  • 29  Voir à ce sujet la distinction française de Marcel Déat in Philippe Burin, 198 (...)

24La distinction principale, qui était présente jusque-là dans le procès des gouvernements, entre collaboration préméditée et non préméditée, trouva son équivalent, en termes de maniement judiciaire des dossiers, dans la distinction entre collaborationnistes « convaincus », et collaborateurs « neutres » qui s’étaient mis de fait au service de l’occupant29. Cette distinction devait trouver son équivalent aussi dans les représentations de l’autre camp, où la mise en scène de la « Résistance nationale » allait se distinguer d’une « Résistance politique », éloignée des vrais buts patriotiques.

25La dimension sociale de la ligne de séparation entre Résistance et collaboration fit aussi son apparition dans le procès des collaborateurs qui entra dans une nouvelle phase. À la mi-mars, l’audition de dix témoins représentant exclusivement le personnel politique de l’entre-deux-guerres et le gouvernement du Caire prit fin. Du 16 au 27 mars furent entendus les onze membres de la haute administration ainsi que six autres témoins liés d’une manière ou d’une autre aux mouvements de Résistance.

Nation légale, nation résistante et violence d’État

  • 30  Tsironikos fut décrit comme opportuniste par Magkriótis, Péppas, Gotzamánis comme « dang (...)
  • 31 Éleuthéria, 17 mars 1945.

26Les directeurs des ministères qui comparurent comme témoins de l’accusation, tout en restant cléments avec les accusés présents dans le box, désignèrent comme responsables de tous les maux ceux qui s’étaient enfuis avec les forces allemandes30. L’adhésion au nouveau récit national à travers la désignation de boucs émissaires, tactique commune aux hauts fonctionnaires et à leurs ex-dirigeants politiques, ne s’arrêta pas aux seuls membres du gouvernement jugés par contumace. L’argument du bouclier était employé aussi dans l’autre sens, en direction de la collaboration : le refus de la responsabilité politique comprenait entre autres quelques « révélations » sur les collaborationnistes convaincus, des industriels du tabac visant à gagner de l’argent par leurs ventes au Reich ou des groupes nazis préparant un corps expéditionnaire pour le front de l’Est. En d’autres termes, on présentait l’appareil d’État comme une forteresse assiégée et le devoir d’assurer la continuité de son fonctionnement comme le seul moyen de freiner les « éléments indignes qui avaient cherché par tous les moyens à profiter des circonstances irrégulières31 ». De la sorte, l’expression légitime de la continuité légale de la nation retrouvait ainsi la continuité administrative au travers des souffrances de l’Occupation.

  • 32 Éleuthéria, 17 mars 1945.

27Les témoins liés aux forces de Résistance s’opposèrent radicalement à l’argumentation que nous venons d’évoquer. Tout d’abord, ils renversèrent totalement l’argument du bouclier, en s’appuyant sur le fait que tout gouvernement dans un pays occupé constituait a priori un acte d’usurpation contre le gouvernement légitime qui continuait le combat aux côtés des Alliés. Ainsi ils complétaient le schéma qui présentait l’État comme une forteresse assiégée, par un autre qui présentait les gouvernements comme une « tumeur » du corps national : « Ces gouvernements savaient qu’ils ne servaient pas la nation et ont tenté désespérément de trouver des complices, d’élargir le cercle des responsables », notait le 16 mars le directeur d’Éleuthéria32.

  • 33  Témoignage de Piniatoglou, Kathimeriní, Empros, Rizospástis, 17 mars 1945. Pou (...)
  • 34  Kókkas témoigne aussi sur ce sujet, voir Éleuthéria, 17 mars 1945.

28Les Bataillons de sécurité furent ainsi enfin condamnés explicitement en tant que formations auxiliaires de l’effort militaire ennemi. Bien entendu, le ton varia selon les affinités de chaque témoin. Plus réservé, Piniatoglou, rédacteur dans la presse clandestine royaliste, reprit dans sa déposition le schéma d’une collaboration par défaut, à l’encontre de ses intentions initiales, ce qui conduisit à la création des BdS. En revanche, Achilléas Kýrou – éditorialiste au même journal et inspirateur du « procès du gouvernement Rállis » un an et demi auparavant –, alla bien plus loin en développant à loisir ses positions de l’époque devant le tribunal33 : invoquant ses conversations privées avec le roi à la veille de la capitulation des généraux, il affirma que le chef de l’État s’opposait à cette perspective ; puis, décrivant « son implication dans les luttes de la Résistance », il imputa à Rállis l’alignement complet sur l’occupant. Il offrit ensuite un tableau accablant de l’activité des BdS, et exposa de manière détaillée le fait qu’ils « agissaient ensemble et en parfait accord avec la Sûreté spéciale et les Allemands ». Pour renforcer ces propos, il fit part du démantèlement d’un réseau d’espionnage allié par les forces de l’ordre grecques dont les membres furent livrés aux occupants et exécutés peu après34.

29Enfin, à propos des spéculations sur les livres-or à la Bourse d’Athènes, il dénonça le « scandale des cinq Georges », déjà révélé sous l’Occupation. Alors que la cour lui demandait des précisions, il esquiva en affirmant qu’il refusait de donner son opinion personnelle et, cachant son implication dans la rédaction de la brochure dévoilant le scandale, il déclara l’avoir découvert dans la presse clandestine. Il accepta pourtant de dévoiler les noms de famille des cinq spéculateurs, parmi lesquels figurait aussi un parent de Rállis. Blessé dans son honneur familial, Rállis protesta, et se plaignit du fait que le témoin reproduisait les calomnies de journaux orduriers.

  • 35 Éleuthéria, 17 mars 1945 : G. Maris (un cadre vénizéliste ministre de l’Économie entre 19 (...)

30« Ces journaux “orduriers”, comme vous les nommez, maintinrent vivante la flamme de notre Résistance nationale ! » rétorqua Kýrou35.

  • 36  Les journaux circulant jusqu’en janvier 1945 furent principalement des journaux de press (...)

31Ainsi, parmi les multiples acteurs des mouvements de Résistance, la presse clandestine, qui avait été la première à sortir au grand jour après la Libération36, a été également la première à faire son entrée dans la salle du tribunal. Sa force de légitimation était si grande que ses représentants déjà admis dans la salle n’hésitèrent pas à se faire le porte-parole de toute la presse résistante en demandant la convocation des représentants des « 40 journaux, royalistes, républicains, communistes, indépendants qui circulaient seulement à Athènes ».

  • 37 Il y a là un manque de recherches consacrées à la presse grecque de l’époque. (...)

Ces feuilles étaient les témoins infaillibles non seulement des crimes commis par les prévenus, mais aussi de l’opinion qu’en avait le peuple, alors que la presse au service des Allemands et des Italiens – celle qui vient de réapparaître – les louait et les complimentait37.

32Le débat sur la presse révéla la concurrence entre les différents acteurs qui affirmaient détenir « légitimement » le récit public de l’Occupation. Les audiences reflétèrent remarquablement le rapport de force qui se mettait en place au-dehors. Alors que les journalistes anticommunistes ne cessaient d’inclure les victimes du communisme dans leur récit de la nation martyre, la presse de l’EAM subissait une forte vague de répression. Ce fut dans ce contexte que comparut le seul témoin formellement affilié à l’EAM, M. Kýrkos, en sa qualité de directeur du quotidien Machi (« Combat »).

  • 38 Kýrkos, directeur de Machi, devint peu après directeur du journal officiel de l’EAM (...)
  • 39  Cet événement avait d’abord été assimilé à la Résistance de l’EAM ; dans ce sens, il s’a (...)

33En dénonçant, lui aussi, la collaboration comme crime d’État « non seulement contre les Alliés mais aussi contre les patriotes grecs », il voulut donner une réponse aux journalistes anticommunistes qui avaient restreint leurs dépositions aux « martyrs » de leur propre camp. Or, si on avait choisi Kýrkos pour représenter la base de l’EAM, ce n’était pas parce qu’il symbolisait le mieux la rupture révolutionnaire ; au contraire, en tant que député des deux partis bourgeois (libéral et royaliste) pendant l’entre-deux-guerres, il évoquait plutôt la continuité38. Il en allait de même pour Romanos, le représentant des invalides de la guerre de 1940‑1941. En témoignant notamment sur la rafle des invalides de guerre opérée par les BdS dans les hôpitaux athéniens en novembre 1943, il créa un maillon critique dans le discours établissant la continuité avec la guerre d’Albanie39.

34Qui plus est, la présence d’un témoin « martyr » parachevait le récit officiel qui était en train d’émerger. La « nationalisation » du supplice des invalides servait l’idée d’une rupture avec un régime « traître » et « répressif », afin de restaurer une continuité dans le temps national. Par ailleurs, le moment choisi pour le passage de la « Résistance nationale » à la barre des témoins fut à cet égard symbolique : entre le 15 et le 25 mars, c’est-à-dire entre la date limite fixée à l’ELAS pour déposer ses armes et la fête nationale célébrant l’indépendance de la Grèce.

« Nationaliser » la Résistance

35Afin d’avoir une vision plus large du récit national en train de se construire, il serait utile de confronter les discours articulés lors des rituels procéduraux avec ceux développés dans la presse.

  • 40  Il s’agit du général Ch. Papathanassopoulos des BdS d’Eubée alors en service en Boétie. (...)

36Les journalistes convoqués pour mettre en scène l’expérience de la nation résistante s’exprimaient en même temps à ce sujet dans leurs journaux et donnaient parfois une suite directe aux débats. La confrontation entre Rállis et le directeur d’Éleuthéria, lors de son audition, fut éloquente. Rállis avait évoqué l’existence d’un ancien général des BdS d’Eubée qui était encore en fonction dans un département voisin, afin de souligner les liens entre l’appareil du moment et celui de l’Occupation. Une semaine plus tard, le journal confirma et dénonça ce fait, révélant ainsi l’enjeu principal du moment : le contrôle des principaux appareils de sécurité de l’État40.

37Simultanément deux éditoriaux de ce journal, qui faisaient les comptes rendus des témoignages de l’accusation, offrirent un tableau célébrant la Résistance, considérée comme la « plus belle manifestation du peuple » dont le « caractère spontané a pris toutes les formes, de l’éclair de la haine dans le regard quotidien jusqu’au sabotage le plus téméraire ». Le souci primordial consistait manifestement à politiser le présent en dépolitisant le passé :

  • 41  «Οι απουσιάσαντες» [Les absents], Éleuthéria, 27 mars 1945.

L’envie de résister et la Résistance elle-même existaient déjà bien avant les efforts organisés pour la canaliser. Or la direction aveugle de l’extrême gauche n’a pas pu se hisser à la hauteur du sacrifice du peuple, et en a affaibli ses résultats – pourtant déjà admirables. Pendant ce temps, l’extrême droite fournissait des gouvernants traîtres (politiques et militaires), des lâches insouciants, amateurs repoussants de la Kultur allemande, et opportunistes. Trahison et inertie furent la contribution de l’extrême droite pendant l’Occupation. Cela explique aussi la solidarité et la sympathie émouvantes qu’ils manifestent à l’égard des traîtres et des collaborateurs41.

  • 42  Dans « Révolution » lire les combats de décembre 1944, in «Η αντίστασις» [La Résistance] (...)

38Ces derniers, « petits et indignes, n’osèrent pas apparaître immédiatement après la Libération. Mais l’occasion leur en fut donnée par la révolution imbécile (Décembre 1944). Et ils remettent en doute la valeur du combat résistant comme s’il était l’exploit des 10 000 personnes armées qui firent la révolution et non pas l’exploit du peuple entier42 ».

  • 43 Éleuthéria, 22 mars 1945.
  • 44  Entre mars et août, le journal « écrivait » au jour le jour l’histoire de l’Occupation d (...)

39En présentant la Résistance comme un mouvement populaire vaste et multiple, la rédaction du quotidien en proposait aussi une nouvelle classification tripartite : 1° la résistance armée des francs-tireurs partisans, 2° la résistance civile, c’est-à-dire les formes diverses de désobéissance civile, les manifestations et les grèves de masse et, 3° la guerre secrète à l’intérieur des villes, à savoir les réseaux d’espionnage, la presse clandestine, l’organisation de sabotages et d’évasions. Cette classification entraîna l’idée que « ceux qui travaillèrent pour la guerre de l’ombre représentent le modèle parfait et suprême du combattant national43 ». Cette évaluation entraînait ainsi un renversement de la hiérarchie des valeurs de la Résistance de l’EAM. La valeur suprême n’était plus les acteurs de la mobilisation de masse et de l’armée populaire qui, maîtres de leurs destins, avaient ouvert une brèche révolutionnaire sous l’Occupation ; c’était au contraire le combat de l’élite nationale, de ceux qui constituèrent les réseaux alliés. Et si leur supériorité morale reposait sur le fait qu’ils n’avaient pas eu le droit de revendiquer ou de célébrer leur patriotisme en public, une fois l’Occupation terminée, l’heure était venue pour eux de prendre place dans le panthéon national. L’appropriation de l’expérience résistante par ces élites fut d’ailleurs longuement présentée par ce même journal, avec une série semestrielle d’articles quotidiens sur les « Quatre ans d’histoire inconnue44 ».

40L’« armée de l’ombre » parvenait ainsi à la lumière du jour, tandis que les masses résistantes retournaient dans l’ombre. Le sujet de la Résistance devenait « la Grèce » tout court :

  • 45 Éleuthéria, 22 mars 1945.

Parmi les pays occupés, c’est la Grèce qui, la première, est entrée en Résistance. Les sages lui donnaient des conseils. Les timorés la dissuadaient. Les lâches la menaçaient. Elle n’écouta personne. Dans une élévation morale suprême, qui devrait remplir de fierté des générations de Grecs, elle donna tout sans calculs, ni petitesse. Ses chefs ont beau avoir été sages, ou timorés, ou lâches par tradition, elle les ignora45.

  • 46 Éleuthéria, 27 mars 1945.

41La nation combattante personnifiée demeurait impersonnelle. De même, le seul point de référence restait « les pays occupés » pour le passé, « les forces alliées » pour le présent. L’énorme charge utopique qui avait nourri les mouvements de la Résistance devait être canalisée, afin de permettre « la création de bases nouvelles, conformes non pas aux désirs d’une minorité mais à la vaste majorité du peuple qui, sans chefs, sans slogans, sans soutiens, s’est donnée dès le premier jour à la meilleure lutte de son histoire et l’a gagnée46 ».

42La division entre la tête et le corps de la nation s’acheva ainsi officiellement. Selon la nouvelle fiction, la nation combattante devait entrer dans l’histoire comme un corps acéphale. L’aliénation de l’expérience résistante effectuée symboliquement dans la salle du tribunal ne s’est pas diffusée immédiatement car son avenir demeurait incertain. Un écart remarquable séparait cette fiction tant de l’expérience effective de l’Occupation, que de la guerre civile en cours dont ce procès avait voulu décréter la fin.

Notes

1  Voir Rizospástis du 1er mars 1945 sur Monédas, Avgéris, qui avaient déjà été condamnés par une cour martiale extraordinaire dans un procès sommaire début février : ils seraient rejugés par la justice ordinaire.

2  Voir la liste des témoins dans Éleuthéria, 28 février 1945.

3  M. Kýrkos journaliste, ex-ministre et successivement député pendant l’entre-deux-guerres de chacun des deux partis libéraux puis du Parti populaire royaliste. Ancien ministre en 1926‑1927 d’un gouvernement de Zaïmis. Lui et V. Rouchotás, membre de l’Association des invalides de la guerre de 1940‑1941, furent les seuls témoins non anticommunistes dans ce procès.

4  Déposition de Tabakópoulos, Éleuthéria, 2 mars 1945.

5  Aléxandos Korizís, Premier ministre du 29 janvier 1941 (après la mort de Metaxás) au 18 avril 1941. Il s’est suicidé (voir chapitre 1er : Le pays occupé : une société en effervescence).

6 Éleuthéria, Empros, Ethnos, 4 et 5 mars 1945.

7  « Certains aspects de tout cela sont des secrets d’État, on ne peut pas en discuter sur la place publique », voir Éleuthéria, 2 mars 1945.

8  « Pour la mémoire de l’épopée d’Albanie […] une logique de partage de responsabilités entre les chefs politiques et militaires est un piège. Or, on n’a rien à cacher et pour cela il peut bien y avoir une cour martiale, le tribunal spécial des collaborateurs doit se concentrer et attribuer les responsabilités politiques pour la période de l’Occupation », éditorial du journal Éleuthéria, 6 mars 1945.

9  Déposition de Tsátsos, journaux du 1er mars 1945.

10  Athanasios Sbarounis, ministre des Finances, fait le premier bilan du « pillage de l’économie grecque » sous l’Occupation et offre des éléments comparatifs avec les autres pays (Éleuthéria, 18 mars 1945). Pour les bilans « chiffrés », voir surtout les dépositions de Papamagkos, directeur de la Cour de comptes, qui estime les pertes de l’État à 9,8 millions de livres-or (dont 7,3 millions pour les frais d’occupation plus 2,5 millions pour les travaux), Éleuthéria, Ethnos, 20 mars 1945 ; Grigoríou, directeur de la Banque de Grèce, estime, lui, les frais d’occupation à 7,8 millions de livres-or, Éleuthéria, 22 mars 1945.

11  À titre indicatif Gyalistras dit de D. Polýzos (général-ministre du Ravitaillement au sein du gouvernement Tsolakoglou pendant un mois et demi) : « Il est l’un des meilleurs officiers, je ne le considère pas déshonoré parce qu’il a accepté la victoire allemande. » Pareil pour Kanellópoulos sur Rállis, Tsolákoglou, « erreur militaire non pas trahison ».

12  Respectivement : déposition de Vakalópoulos, Éleuthéria, 23 mars 1945 ; de Grigoríou, Éleuthéria, 22 mars 1943. Pour le témoignage de Magkriótis sur le ministre Chatzimichalis : Ethnos, 20 mars 1943.

13  Témoignage de Triantafyllópoulos, professeur à l’université d’Athènes.

14  Témoignage de Péppas, Éleuthéria, 20 mars 1945.

15  Respectivement témoignages de politiciens libéraux (centristes) Th. Tsátsos (Éleuthéria, 28 février 1945), Sofoúlis (Éleuthéri Ellada, 5 mars 1945) et Kalfarentzos, officier dans l’aviation (Rizospástis, 11 mars 1945).

16  Rizospástis, 2 mars 1945.

17  Une fois rendues publiques, ces positions coûtèrent le désaveu ou créèrent la surprise même de ses partisans. Pour la rectification voir Kathimeriní, 4 mars 1945, p. 3, à comparer avec un autre dialogue avec Rállis : « — Savez-vous si j’ai demandé aux Allemands de me nommer chef du gouvernement ? Sofoúlis : — Non, au contraire, vous aviez des hésitations et seulement s’ils acceptaient vos conditions, vous acceptiez de former un gouvernement », in Éleuthéri Ellada, 3 mars 1945, p. 3.

18 Éleuthéria, 8 mars 1945.

19  Professeur Balis, Éleuthéria, Éleuthéri Ellada, Ethnos, 8 avril 1945 ; par ailleurs le terme « Allemands », marquant l’extériorité de ces violences, est largement préféré à « nazis », politiquement connoté.

20  On remarque une allusion, en passant, à la déposition du journaliste Kýrou et encore une autre, de Kyrkos, qui sera pourtant interrompu par le président de la cour sous prétexte d’être hors sujet (voir Éleuthéria, 7 mars 1945 et Rizospástis, 27 mars 1945).

21  Les dépositions de Sofoúlis et de Kýrou sont à cet égard les plus représentatives. D’autant plus que tous les deux, provenant de camps politiques différents (l’un libéral, l’autre royaliste), s’étaient déjà retrouvés dans la zone grise anticommuniste sous l’Occupation.

22 Éleuthéria, 8 mars 1945.

23  Caractéristique en est le dialogue rapporté par Empros, le 1er mars 1945. Au cours de l’examen du témoin Tsátsos – et encore au sujet de la saisie des vivres par les Allemands pendant l’hiver de la famine à Athènes (1941‑1942) – un avocat de la défense affirme : « Nous n’osions pas parler. — Mais si ! — Comment ? — J’étais à la tête d’une manifestation anti-allemande le 25 février où il y a eu des morts. C’est honteux de dire que nous n’avions pas le courage de résister aux ennemis — Ne me dites pas “c’est la honte”. Si vous étiez à la tête de la manifestation, j’y étais aussi présent. — Bien, voilà, pourquoi donc le cachez-vous ?! »

24  Kóllias comparut symboliquement, par ailleurs, en tant que commissaire gouvernemental dans le premier procès de la série TSCA/VA/1/1945, procès no 6.

25  TSCA/VA/1/1945, les procès nos 2, 6, 10, 12, 13, 15, 16, 18, 19, 22, 23, 26. Deux procès (nos 17, 24) furent ajournés.

26  Il s’agit des procès d’Exarchos et de Mandilaris.

27  TSCA/VA/1/1945, procès nos 16 et 26, tous deux condamnés à 5 ans de prison ferme.

28  Dans tous les cas, à l’exception d’Exarchos, les agents de la Gestapo furent jugés de manière relativement clémente et condamnés à des peines de prison ferme de 15 à 20 ans. A. Chask., 32 ans, habitante du Pirée, grecque, partisane fervente de Hitler, écopa d’une peine de 10 mois de prison ferme pour ses prises de position ostensiblement pronazies (procès no 23). L’existence de deux mesures différentes à l’égard des citoyens d’origine étrangère devient immédiatement visible si on compare cette peine à celles des cas presque similaires de la note précédente. De même, le nombre élevé de femmes (6 sur 14) indique un traitement discriminatoire. P. Mastr., dénonciateur présumé de patriotes fut acquitté ; dans le même procès, son épouse D. Mastr. et son amie S. Liv. furent condamnées à 6 ans de prison pour avoir dénoncé des membres du réseau d’espionnage allié (procès no 18).

29  Voir à ce sujet la distinction française de Marcel Déat in Philippe Burin, 1986, la Dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery, 1933‑1944, Paris : Le Seuil, ainsi que la classification de Werner Rings, 1981, Vivre avec l’ennemi, Paris : Laffont, p. 70‑118, spéc. p. 73.

30  Tsironikos fut décrit comme opportuniste par Magkriótis, Péppas, Gotzamánis comme « dangereux » par Kanellópoulos, Tavoularis fut décrit comme « le pire » par Sofoúlis.

31 Éleuthéria, 17 mars 1945.

32 Éleuthéria, 17 mars 1945.

33  Témoignage de Piniatoglou, Kathimeriní, Empros, Rizospástis, 17 mars 1945. Pour la fiction du « procès du gouvernement Rállis » (Ellinikón  Aíma, «Κομμουνισμός 1944») dont l’auteur fut probablement Kýrou.

34  Kókkas témoigne aussi sur ce sujet, voir Éleuthéria, 17 mars 1945.

35 Éleuthéria, 17 mars 1945 : G. Maris (un cadre vénizéliste ministre de l’Économie entre 1928 et 1932), G. Merkoúris (fondateur en 1933 d’un Parti national-socialiste en Grèce, il devint en 1943 directeur de la Banque nationale), G. Pologiorgis (actionnaire de nombreuses entreprises industrielles et de l’entreprise germano-grecque OSRAM), G. Rállis (de la famille du Premier ministre collaborateur, représentant en Grèce de grandes entreprises américaines), G. Zográfos (riche propriétaire terrien, dont l’hôtel particulier athénien abritait la Kommandantur et, plus tard, Siemens). Ils sont accusés par certains d’avoir joué un rôle capital dans la fixation de la valeur de la livre-or en Grèce pendant l’Occupation et à la Libération. Les traces de cette affaire semblent pourtant perdues : aucun des spécialistes de l’époque que nous avons consultés ne connaît davantage de détails.

36  Les journaux circulant jusqu’en janvier 1945 furent principalement des journaux de presse clandestine. L’association des Lithographes et des Journalistes de la presse clandestine est constituée dès octobre 1944.

37 Il y a là un manque de recherches consacrées à la presse grecque de l’époque. Ce qui est certain, c’est que plusieurs quotidiens, profitant des clauses de Varkiza sur la liberté de la presse, reparurent juste après. Ethnos, suspendu sous l’Occupation, encore sous la loi martiale le 29 janvier ; mi-février, Empros, qui avait suspendu sa publication depuis 1928. Pareillement Kathimeriní, suspendu après la Libération ; un peu plus tard, les journaux de D. Lambrákis (Ta Nea, To Víma) changèrent légèrement leur nom pour reparaître sous une ligne républicaine modérée début mai 1945. L’enquête judiciaire sur les 13 journalistes exclus de l’Union des journalistes d’Athènes et du Pirée s’ouvrit deux semaines plus tard, voir Éleuthéria, Rizospástis, 3 avril 1945.

38 Kýrkos, directeur de Machi, devint peu après directeur du journal officiel de l’EAM Éleuthéri Ellada  ; pour sa déposition, voir Kathimeriní, Rizospástis du 24 mars 1945.

39  Cet événement avait d’abord été assimilé à la Résistance de l’EAM ; dans ce sens, il s’agit d’une réappropriation de ce « haut lieu de mémoire » par l’EAM qui était quasiment exclu de la salle du tribunal.

40  Il s’agit du général Ch. Papathanassopoulos des BdS d’Eubée alors en service en Boétie. In «Πόρωσις» [Fanatisme], Éleuthéria, 23 mars 1945.

41  «Οι απουσιάσαντες» [Les absents], Éleuthéria, 27 mars 1945.

42  Dans « Révolution » lire les combats de décembre 1944, in «Η αντίστασις» [La Résistance], Éleuthéria, 22 mars 1945.

43 Éleuthéria, 22 mars 1945.

44  Entre mars et août, le journal « écrivait » au jour le jour l’histoire de l’Occupation d’un point de vue extra-territorialisé : celui du gouvernement exilé au Caire et des alliés britanniques.

45 Éleuthéria, 22 mars 1945.

46 Éleuthéria, 27 mars 1945.

Acheter