Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Deuxième partie : le temps des institutions - Les grands procès (1945 - Mars 1946)

Le grand procès des gouvernements (21 février – 31 mai 1945)

The Great Trial of Governments (21st February- 31st May 1945)

Η μεγάλη δίκη των κυβερνήσεων (21ο Φεβρουάριου- 31η Μαϊου 1945)

Résumé

Les procès des membres des gouvernements collaborateurs, le décor : comment est organisée une mise en scène qui avait pour but d’évacuer l’EAM de la scène et de justifier les actes des accusés par l’anticommunisme.

Texte intégral

  • 1  Journal Éleuthéria, 1er juin 1945.

En cent jours, Napoléon alla du triomphe de Paris au désastre de Waterloo. En cent jours, la justice grecque prouva qu’elle n’avait aucun contact avec le sens commun du peuple sur la question la plus fondamentale de la vie publique, celle de la punition des gouvernements de collaboration1.

Les cent jours de l’institution d’un régime ou un rite de passage du pareil au même

  • 2  “Unfortunate events”: Mark Mazower, 2000, After the War was Over: Reconstructing the Fam (...)

1La recherche historique n’a jeté le plus souvent qu’un coup d’œil rapide sur le procès majeur des membres des trois gouvernements collaborateurs, entre le 21 février et le 31 mai 1945. Ce n’est qu’à partir des années 2000 que certaines études ont su rompre avec l’usage de bilans sommairement négatifs, qui faisaient trop rapidement part d’un échec judiciaire. Ainsi, s’il a été inséré dans d’autres cadres d’interprétation, ce procès n’a pu, ni constituer en soi un sujet d’étude, ni éviter d’être vu comme un événement malheureux2. Le cadre idéologique incita longtemps les spécialistes à chercher les causes de l’échec de la pacification et cela explique sans doute cette attitude.

  • 3  Qui sera un discours récurrent par la suite. Pour cette décision, voir Ethnos, (...)

2Une autre raison déterminante est l’état des sources disponibles. Les autorités ont interdit d’emblée la publication des procès-verbaux officiels sous prétexte de protéger les « secrets d’État ». On imposa même la destruction des comptes rendus d’audience six mois après le procès3. Les comptes rendus des journaux athéniens furent et restent donc les seules sources disponibles. Ces journaux sont ainsi les sources les plus complètes : pendant cent jours, ce procès fut au cœur de l’actualité, inlassablement présent dans les colonnes.

3Appelé unanimement « le procès des collaborateurs » malgré le déroulement parallèle d’autres procédures, il semble avoir acquis aussitôt un caractère paradigmatique. Le choix même de commencer – et d’en finir le plus vite possible – en jugeant en bloc les membres des gouvernements, fait de l’épuration pénale grecque un cas particulier. Début février 1945, conscient de la « particularité » du pays en matière de répression des collaborateurs, à savoir que la justice officielle n’en avait puni pratiquement aucun depuis quatre mois, le nouvel exécutif installa précipitamment un dispositif judiciaire ad hoc. En position précaire et en quête de légitimation, le gouvernement lutta contre le temps ainsi que contre maints obstacles pratiques ou juridiques afin d’ouvrir les audiences au plus vite. Ce jugement, plébiscité, avait une haute valeur, tant symbolique – comme acte de clôture des comptes du passé et prologue d’un avenir de paix –, que tactique – comme concession principale pour que l’ELAS accepte de déposer ses armes.

4Pour suivre les étapes de ce procès, on se mettra à la place du lecteur des journaux de l’époque qui offrent un point de vue privilégié du rituel juridique et de ses rapports d’interdépendance avec les autres sphères de la vie publique. Pour mesurer la fonction politique et la portée sociale de cette transition judiciaire, nous rendrons également compte des travaux du TSC d’Athènes pendant cette même période – qui était, jusqu’à la fin avril au moins, le seul TSC en fonction dans le pays. Notre questionnement premier porte donc sur le plan purement événementiel : que s’est-il passé ? Ainsi, il s’agit de reconstituer l’ordre temporel des faits et les corrélations entre l’univers symbolique du tribunal et les évolutions dans l’ordre réel.

  • 4  Sandrine Lefranc, 2008, « La justice transitionnelle n’est pas un concept », Mouvements, (...)

5Les lectures, qui tendent à présenter ce procès comme un simple échec, ont le défaut de considérer comme allant de soi le fait que la justice officielle pouvait, en une fois, résoudre le conflit et régler les comptes du passé. Si on le considère suivant une grille normative, très à la mode de nos jours, laquelle étudie seulement les gains et les pertes en termes de bonne politique et de gestion de crise4, il n’y a pas grand-chose à ajouter si ce n’est répéter que ce fut en effet une parodie. Mais la question demeure : était-ce seulement une parodie ? Si c’est le cas, comment et pourquoi cette farce a-t-elle duré si longtemps ? Et, dans le cas contraire, à quelles attentes correspondait-elle et quels intérêts servait-elle ? Enfin, quelle fut son utilité, sa fonction sociale, si elle en avait une ?

  • 5  Pour cette problématique, nourrie de l’actualité des transitions postcommunist (...)

6Ces questions incitent à inverser le présupposé des analyses existantes et à mettre en avant l’hypothèse de l’efficience du procès. En tant que technique de transition, cette justice d’exception fut un moyen de reconstituer un État de droit (en théorie) démocratique5.

  • 6  Mark Osiel, 2005, «Politiche della punizione, memoria collettiva e diritto internazional (...)

7Nous considérons le procès comme un « théâtre pédagogique », dont on utilise les moments de vérité en « mettant en scène un spectacle de transition qui révèle le potentiel de transformation d’une société6 ». Cette entreprise pose deux questions principales : quelles forces constituent le potentiel national légitime capable de conduire le pays à un meilleur avenir ? Quels actes, quels aspects du passé sanctionner ?

  • 7  Voir, à la différence des autres pays européens, les contributions comparative (...)

8Les multiples temporalités qui s’articulèrent dans le temps procédural illustrent le fait que, à l’arrière-plan de la mémoire collective, avaient cours à la fois plusieurs guerres civiles. Le procès sut marquer la fin symbolique de l’une, mais pas celle qui était effectivement en cours. À la différence des autres épurations de collaborateurs en Europe, qui avaient tendance à formuler une vision manichéenne et ne laissaient pas d’espace aux « différentes nuances du gris7 », la transition grecque fut, dès le début, marquée par une sensibilité accrue à l’égard de ces nuances. C’était, en effet, une certaine éthique de la « zone grise », formée déjà sous l’Occupation qui, en dominant les audiences, avait su consacrer la narration de la transition. Comme c’est le cas de tous les rites de passage donc, ce procès n’a pas créé un nouvel ordre ex nihilo.

  • 8  Voir l’étude de Lynn Boyd Hinds, 1991, The cold war as rhetoric: the beginnings, 1945‑19 (...)
  • 9  Rudi Teitel, 2001, «La giustizia di transizione come narrativa liberale», in Marcello Fl (...)

9Tout compte fait, le « compromis historique », scellé entre les représentants des deux blocs politiques bourgeois, a su rendre licite un état des choses déjà existant, en consacrant une vérité officielle qui avait tous les traits d’une narration essentiellement libérale. Cette vérité ne constituait pas seulement la première consécration officielle de la rhétorique libérale de l’après-guerre, qui combinait l’anticommunisme et l’antifascisme pour désigner l’ennemi intérieur8 : elle revêtait aussi les traits d’une réaction thermidorienne. Cette narration ne restituait pas seulement la continuité fictive de la « nation combattante », elle en fixait aussi sa durée effective. Afin de décréter la fin de la révolution sociale, elle s’appropriait les insignes de la Résistance. En procédant à une condamnation formelle de la « tête » de l’appareil contre-révolutionnaire, elle permettait la réintégration de son « corps » social. En prétendant que la connaissance et la sanction des faits passés constituaient une condition préalable et une garantie pour que la réalité puisse être modifiée9, cette forme de justice officielle s’affirmait de fait comme un moyen légitime pour transformer la réalité.

D’Athènes à Asmara, aller et retour

  • 10 Kathimeriní, 6 et 22 février 1945 : parmi eux, autant des membres des gouvernements qui r (...)

10La prison Averof dans le centre-ville d’Athènes, qui hébergeait plus de 400 collaborateurs, dont 9 membres des gouvernements de collaboration, avait été attaquée par l’ELAS le 18 décembre 1944. Une partie du mur extérieur de l’établissement avait été démolie. Pendant les affrontements, certains détenus furent tués par les assaillants, alors que d’autres étaient pris en otage, parmi lesquels G. Bakos et G. Peirounákis, respectivement ministre des Affaires militaires et ministre du Ravitaillement, exécutés peu après. Dans la mêlée, 253 détenus s’échappèrent, les autres restèrent aux mains des Britanniques10. Rállis, le dernier et le plus haï des Premiers ministres de l’Occupation, fut mis en détention dans le port militaire de Salamis, proche de la capitale. Pour les autres membres des cabinets de l’Occupation ainsi que pour quelque 180 de leurs codétenus, commença une petite odyssée vers les camps militaires britanniques d’Afrique du Nord. Transférés du Pirée à Alexandrie et, de là, à Suez, ils eurent du mal à se démarquer de la grande masse des détenus de l’EAM (transportés là par les forces britanniques au fur et à mesure des arrestations pendant les combats de Décembre) aux yeux des surveillants des troupes coloniales. Ils furent ensuite déportés à Asmara, la capitale de l’Érythrée, d’où l’armée britannique avait délogé les Italiens en 1941. Lorsque, à la fin du mois de janvier 1945, la situation à Athènes fut stabilisée et le cadre législatif mis en place, ils furent rapatriés par avion et attendirent leur procès en détention préventive. Placés provisoirement dans la prison de Kallithéa, ils furent transférés, le 8 février, dans un immeuble du centre-ville spécialement aménagé, qui servit désormais de lieu de détention pour les ministres et les chefs des cabinets collaborationnistes. Le 14 février, Rállis y a été également transféré, détenu dans la « même pièce » que l’ex-Premier ministre Tsolákoglou.

11Entre-temps, sur fond d’exhumation des fosses communes attribuées en bloc aux « atrocités communistes », alors que la police s’adonnait à une campagne d’arrestation des membres de l’EAM et la justice, à la constitution des dossiers d’accusation contre eux, la machinerie judiciaire travaillait au ralenti. Le commissaire spécial chargé du tri de la grande masse des dossiers, Kóllias, divisa les 3 200 dossiers constitués à Athènes avant Décembre en trois catégories :

  • les cas de collaboration « économique », environ 2 000, dont seulement une trentaine concernaient de très importants profits ;
  • les présumés collaborateurs « politiques », environ un millier, fonctionnaires et dignitaires de l’État impliqués avec les occupants selon des modalités et à des degrés divers ;
  • les « actes de pure trahison » ou « proprement criminels », environ 200 affaires, concernant notamment la participation à la SS, la dénonciation de citoyens grecs, des chantages, des vols, etc.
  • 11  Voir Ethnos, 15 février 1945.
  • 12  Depuis le 28 janvier 1945 sous ordonnance du commandant militaire d’Athènes. Le 2 févrie (...)

12Cette dernière catégorie eut la priorité sur les autres. La distinction, entre une collaboration proprement dite, « identifiée aux crimes et aux délits de droit commun » et une « collaboration définie politiquement »11, officialisa une dépolitisation : on jetait les bases du programme des procès qui allaient suivre à Athènes, tout en légitimant en même temps la persécution des partisans de l’EAM qui avait déjà démarré avec la constitution de deux cours martiales extraordinaires12.

  • 13 Ethnos, 20 février 1945 ; Éleuthéria du 16 février présente ces différentes col (...)

13Le procès des gouvernements s’organisait parallèlement comme une affaire de famille. Pour rédiger les chefs d’accusation, Giorgos Papadakis, procureur de l’État, chargé de l’affaire en tant que commissaire du gouvernement, convoqua initialement 25 témoins provenant exclusivement des élites politiques ou journalistiques et de la fonction publique. Les thématiques principales concernaient essentiellement la viabilité de l’argumentation juridique mise en avant par le ministre de la Justice et par l’exécutif. Le questionnement qui allait constituer les lignes directrices de la reconstruction pénale fut d’emblée posé à ce groupe restreint d’« experts » : était-il légitime de former des gouvernements sous l’Occupation ? La qualification de ce délit comme « formel » était-elle pertinente ? Sinon, dans quelle mesure ces actes impliquaient-ils une intention de trahison ? La capitulation pouvait-elle être qualifiée de haute trahison selon les définitions déjà en vigueur de la loi pénale13 ?

14Ces lignes définirent les cinq axes du chef d’accusation, communiqués formellement aux inculpés quelques jours avant l’ouverture du procès. Centré essentiellement sur les responsabilités découlant de la gestion étatique, ce réquisitoire définit tant bien que mal une logique pénale. Afin de viser les trois gouvernements de l’Occupation, les trois premiers axes les incriminaient en bloc :

  • d’avoir pris le pouvoir politique afin de servir l’ennemi, après consentement des forces d’occupation ennemies. Cela est valable tant pour les chefs de gouvernement que pour ceux qui par intérêt ont occupé des sièges ministériels ;
  • d’avoir systématiquement fait de la propagande en faveur de l’ennemi, entretenant une attitude défaitiste dans la population ;
  • d’avoir aidé les ennemis à continuer la guerre contre la Grèce et ses alliés, tant sur le territoire national qu’au-dehors, en mettant à leur disposition la monnaie, les vivres et les ressources humaines du pays.

15Deux axes supplémentaires répartissaient les charges entre les deux gouvernements qui avaient occupé le plus longtemps le pouvoir : Tsolákoglou et les généraux de l’armée qui participèrent à son premier gouvernement furent accusés, selon la loi pénale en vigueur, de haute trahison pour avoir capitulé en 1941, Rállis et les membres de son gouvernement furent accusés d’avoir organisé « avec le concours des organes de l’armée d’occupation des actes de violence contre des citoyens grecs et alliés et surtout contre les organisations nationales de Résistance combattant l’ennemi. Ils ont ainsi provoqué la guerre civile et ont armé les citoyens à cette fin ».

  • 14  Ethnos, 20 février 1945.

16Ces axes conditionnèrent le débat qui se développa dans la salle d’audience en déterminant les enjeux des discours antinomiques sur le passé récent. À la veille de son ouverture, ce procès s’annonçait comme le « plus grand dans l’histoire judiciaire du pays14 ». Étant donné que, quatre mois après la Libération, un seul procès de collaborateur avait eu lieu, l’enjeu le plus décisif était simplement que celui-ci s’ouvre le plus rapidement possible.

  • 15  Voir «Το καρκίνωμα» [Le carcinome], Éleuthéria, 9 février 1945 et «Οι δοσίλογοι ατιμώρητ (...)

Aujourd’hui la Grèce est le seul pays où sont toujours publiés les journaux de l’occupation, où de présumés collaborateurs (dosilogoi) se trouvent dans l’Académie, l’Université, la haute fonction publique, la direction de la vie économique et dans tous les secteurs de notre vie nationale.[…] Par nos luttes et nos sacrifices, nous avons gagné le respect de l’opinion mondiale ; par notre tolérance à l’égard des collaborateurs du fascisme, tant sur le plan international que local, nous risquons de devenir antipathiques à tout le monde15.

Vers une « manifestation » des collaborateurs

  • 16  La force et le rayonnement de l’EAM étaient encore assez forts pour obliger la presse na (...)
  • 17  Voir à ce propos Éleuthéria sous le titre « Les ministres de collaboration pro (...)

17Si on jette un regard d’ensemble sur la presse, jamais les journaux anticommunistes, libéraux ou républicains, n’avaient été si unanimes sur la nécessité immédiate de procéder à la punition des traîtres : le temps était à l’union contre l’ennemi intérieur ; l’urgence qu’il y avait à restreindre l’influence de l’EAM plaidait pour l’abandon des divisions passées en passant nécessairement par la répression des collaborations16. Or les pistes étaient déjà brouillées et la riposte des collaborationnistes s’annonçait virulente. À l’annonce de la date d’ouverture et du lieu du déroulement du procès, ces derniers annoncèrent une manifestation de soutien devant le palais de justice. Par ailleurs, s’exprimant publiquement, les ex-ministres menaçaient de faire de ce procès une tribune où seraient révélés des aspects encore « inconnus », et « bien gênants », pour leurs persécuteurs. « Vous saurez plus que ce que vous ne demandez ! » rétorquait l’ex-ministre de l’Éducation, Louvaris, à la veille du procès17.

  • 18  Le fils de Rállis, Georges, entame les démarches pour son père ainsi que pour (...)

18Le nombre limité des témoins visait la clôture rapide du procès. De leur côté, les collaborationnistes qualifiaient d’illégale la longueur de la détention préventive, et demandaient leur libération immédiate18. Leurs avocats annoncèrent d’emblée des exceptions : cas de « nullité » contre l’AC no 6 et d’incompétence de la cour. Par ailleurs, les prévenus firent usage des lois à leur avantage, et exploitèrent habilement leurs failles : puisque la loi accordait, à chaque accusé, le droit de convoquer un nombre égal de témoins pour la défense et pour l’accusation, ils opposèrent aux 25 témoins de l’accusation une liste interminable de témoins de la défense. Pour calculer le nombre de ces témoins, il fallait multiplier celui des témoins de l’accusation par le nombre des accusés présents : pour les 14 membres des gouvernements détenus, environ 350 témoins furent appelés à la veille du procès. De plus, 25 témoins supplémentaires pouvaient s’ajouter pour les 19 autres accusés qui auraient pu se présenter de leur propre gré à l’ouverture du procès. Par ailleurs, avant même que le nombre total des témoins de la défense ne dépasse 500, une armée d’environ 100 avocats se déclarèrent disponibles pour se charger de la défense ; parmi eux figuraient quelques-unes des personnalités les plus notoires des élites juridique, académique et politique de l’entre-deux-guerres.

19Cette mobilisation en faveur des collaborationnistes reflétait un nouveau rapport de force. La ville avait changé de maîtres. La reprise de la chasse aux « criminels » communistes, réels ou imaginaires, fut l’aspect le plus perceptible de cette réalité. Le rapport des forces militaires assurait le fondement de légitimation nécessaire pour activer les mécanismes d’oubli. Bien entendu, ces mécanismes ne furent pas purement discursifs.

Politiciens, officiers, magistrats, industriels, incorrigibles, essayent, […], de sauver les têtes de leurs complices ou de leurs amis. […] Des hommes sombres, enrichis sous l’Occupation grâce à la collaboration avec l’ennemi, disposent maintenant de sommes énormes pour acheter les consciences et n’hésitent même pas à proférer des menaces. Dès à présent, quelques milieux suspects de la presse, profitant de l’occasion offerte par la rébellion, commencent à faire l’apologie des agents les plus abjects de l’ennemi. […] Des centaines de collaborateurs bien connus, responsables des maux, des supplices et de la mort de dizaines de milliers de Grecs, circulent librement […]. Plusieurs d’entre eux organisent des galas, et piègent ainsi des officiers anglais crédules, en espérant qu’ainsi ils pourront nettoyer l’infamie de leurs orgies avec les Allemands et les Italiens.

  • 19  Éleuthéria, 9 février 1945. C’est peut-être cette ligne, ainsi que le fait qu’« au fur e (...)
  • 20 Éleuthéria du 9 février et du 17 février 1945.
  • 21  Hypothèses pour la position de la France dans l’imaginaire national. Si la démocratie (...)

20Cet état des lieux apparut dans le quotidien libéral Éleuthéria19, organe du centre républicain. En levant de nouveau l’étendard des sanctions légales contre les collaborateurs, ses éditoriaux notaient que leur impunité représentait un « danger national gravissime et une tumeur sur le corps de la nation20 ». Cependant, les milieux libéraux qui occupaient la tête du nouvel État eurent beau parler au nom de la « nation qui pendant la guerre et l’esclavage fit preuve du plus grand courage et a peur devant quelques centaines de misérables qui essayeront peut-être de la gouverner à nouveau dans deux mois », ils se référèrent seulement à l’opinion mondiale et aux modèles de la Belgique et de la France, « pays de l’esprit, de la juste mesure et de la démocratie21 ». Pour le reste, ils se trouvaient obligés de mettre en scène cette « Grèce qui combattit héroïquement, gagna, souffrit, fut ravagée, mais donna beaucoup plus qu’elle ne le devait en tant que pays petit et pauvre », en s’appuyant sur 25 personnages qui n’avaient que peu de rapport avec l’expérience de ce « combat charnel et héroïque », si toutefois ils en avaient connu un.

21Ce nouveau rapport de force allait s’exprimer aussitôt après l’ouverture du procès, le 21 février 1945. Si les collaborationnistes n’étaient que « quelques centaines de misérables », la cour et les 25 témoins de l’accusation auraient à les affronter tous d’un seul coup dans la salle même du tribunal. Cela annonçait déjà une intrigue où l’on verrait plus d’ombre que de lumière.

Le rideau se lève : une ouverture agitée

  • 22  Kathimeriní, 22 février 1945.
  • 23  Journaux du lendemain, 22 février 1945. Éleuthéria se plaint de la taille de la (...)
  • 24  Les quatre qui se sont enfuis avec les Allemands étaient Konstantínos Logothetópoulos (...)

22Rares sont les jours de neige à Athènes. Pourtant, par ce mercredi matin d’hiver, « un triple barrage, constitué des fils de fer barbelé, des policiers et de la tempête de neige défendait au public l’accès au palais de justice de la rue Santarosa. Malgré ces obstacles, les gens s’y bousculèrent dès 8 heures du matin22 ». L’accès était réservé aux personnes munies d’un laissez-passer spécial et aux seuls journalistes. Le procès, qui était censé « toucher la nation entière », se révélait a priori inaccessible au public. La salle choisie pour le déroulement du procès avait beau être la plus grande de la chambre correctionnelle, elle ne comportait pas plus de 150 places assises. Compte tenu du nombre des prévenus ainsi que de leurs avocats et témoins, la partie des accusés dépassait à elle seule largement ce chiffre : les policiers chargés de réguler l’entrée furent vite submergés et la salle devint bientôt un énorme capharnaüm23. Sur 33 accusés, 25 étaient finalement présents. Sur les huit qui ne comparurent pas, deux étaient déjà morts et six seraient jugés par contumace ; quatre étaient toujours en fuite en Allemagne et les deux personnages clés du procès, le ministre délégué de la Défense du gouvernement Rállis, qui se trouvait encore en Érythrée, et le dernier gouverneur de l’île de Crète, emprisonné sur place, étaient toujours détenus loin d’Athènes24.

23La cour fut présidée par un des magistrats les plus anciens de l’Areios Pagos ; les cinq autres membres du tribunal ainsi que le procureur de l’État au poste d’accusateur public, nommé en l’occurrence commissaire gouvernemental, furent tous choisis parmi les effectifs de la cour d’appel. Au vu des problèmes dus à la longueur éventuelle du procès, un suppléant fut nommé pour chaque membre du tribunal afin d’éviter tout possible retard. Une fois l’ordre rétabli dans la salle, le tribunal spécial dut se constituer en désignant les trois jurés civils par tirage au sort (deux médecins et un pharmacien). Un suppléant fut nommé pour chacun de ces derniers.

  • 25  Le général Moutoússis, ministre des Transports dans les gouvernements Tsolákoglou (Premi (...)

24Cette première apparition de la société civile dans la salle trahit l’influence du camp des accusés. Deux jurés civils se montrèrent très réticents et n’acceptèrent finalement leur nomination qu’à contrecœur, après une réprimande émise par le commissaire gouvernemental qui leur reprocha de déshonorer la « tâche nationale suprême qui leur avait été assignée25 ». Les raisons de leur attitude ne tardèrent pas à apparaître au grand jour.

  • 26  Un avocat explique sa demande qui repose sur une escroquerie faite aux caisses de retrai (...)
  • 27 Rizospástis, 24 février 1945, Níkos Karkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδ (...)

25Quelques minutes plus tard, au début de la première séance de la cour, divers citoyens, dont un fonctionnaire licencié par le général Moutoússis, l’ancien ministre des Transports, demandèrent à comparaître en tant que partie civile26. Au moment même où ils soutenaient leur cause, les accusés passèrent à la contre-attaque. Moutoússis interrompit brusquement la procédure : « Il a été licencié parce qu’il pratiquait le marché noir ! Comment a-t-il l’audace de se présenter devant le tribunal ? » Ce fut le coup d’envoi. Alors que Moutoússis parlait encore, des voix se levèrent du fond de la salle. « Monsieur le président, on nous fait du chantage et on nous menace ! » crièrent quelques-uns des fonctionnaires licenciés. Un officier se présenta alors à l’audience et, assumant la responsabilité de parler au nom de ses pairs, se déclara « indigné d’entendre dire des choses pareilles sur le général, parce que cela porte atteinte aux forces armées en général27 ». Une première décision de situation fut alors utilisée pour résoudre la crise : l’officier ne fut pas sanctionné pour son comportement, les citoyens ne virent pas leur demande de comparution refusée.

  • 28  Éleuthéri Ellada, 25 février 1945 ; Éleuthéria, 22 février 1945.
  • 29  La citation qui suit est celle de maître Bakopoulos, avocat de l’ex-ministre C (...)

26Tout se passa alors comme si, à partir de ce moment-là, l’accusation avait disparu de la salle ; arriva le moment des objections annoncées. La première mettait en cause la constitutionnalité de la loi instituant le tribunal spécial. Les avocats de la défense, figures importantes du milieu juridique et du camp royaliste de l’entre-deux-guerres, se livrèrent alors à de longues diatribes. Ils ne se contentèrent pas de développer les fondements juridiques de leurs positions. Maître Kouloumvakis, représentant de la vieille garde et de l’aile extrême des royalistes, cherchant à interrompre les débats et à faire renvoyer l’affaire devant une cour d’assises ordinaire, prit la relève et expliqua qu’il pensait s’adresser à une réunion illégale, et pas à un tribunal. L’argumentation du professeur Prátsikas* fut reprise dans le procès par K. Tsoukalas, collègue de ce dernier et « parachuté » comme lui à la faculté de droit d’Athènes, qui, à travers une argumentation politique, chercha à montrer que le gouvernement en place n’était pas « révolutionnaire », mais « constitutionnel » et que, par conséquent, le tribunal était illégal et que les délits devaient être jugés par les cours d’assises ordinaires28. S’appuyant de préférence sur des ouvrages de juristes républicains qui critiquaient l’inconstitutionnalité des actes constitutionnels des derniers gouvernements d’avant-guerre, dont celui du Premier ministre de la PEEA Aléxandros Svólos*, les avocats de la défense employèrent la « théorie du bouclier29 » pour se présenter comme protecteurs de la légalité constitutionnelle :

Les gouvernements de l’Occupation furent des gouvernements accidentels, ne puisant pas leur légitimité auprès du chef de l’État. Malgré tout, ces gouvernements furent dirigés par des hommes qui ont consacré toute leur vie à servir le peuple et ont eu le courage et le patriotisme d’en assumer les responsabilités dans un moment où les autres, c’est-à-dire nous tous, sommes restés inertes par peur plutôt que par patriotisme.

  • 30  Voir les “redemption arguments” par Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fa (...)
  • 31 Empros, 22 février 1945, N. Kalyvas était ministre du Travail depuis décembre 1942 dans l (...)

27L’argument du bouclier ne fut pas simplement une tactique de la défense pour court-circuiter le dispositif légal et pour contrebalancer la gravité des actes des accusés sur le plan juridique30. Ce fut un premier pas pour entamer un éloge politique qui allait présenter les collaborateurs comme des martyrs et des fers de lance de l’anticommunisme. Le président essaya en vain d’écourter les plaidoiries successives. Dans un moment d’exaltation, au moment clé de son argumentation contre la qualification de la collaboration comme fait et délit pénal et non pas « politique », Tsoukalas fit une comparaison avec les crimes amnistiés à Varkiza : « Comment se fait-il que le même législateur qui ne considère pas ceci [le crime de collaboration] comme délit politique a pu considérer comme tels les plastiquages de maisons et les milliers d’homicides commis ? » Le rédacteur d’un quotidien royaliste rapporte que cette allusion provoqua aussitôt de vifs applaudissements dans les quatre coins de la salle. Le président interpella un individu qui applaudissait ostensiblement. « ‑ Comment tu t’appelles ? ‑ Ioánnis Lékkas, gendre du ministre de Travail Kalyvas, qui fut assassiné. » L’individu s’en sortit avec un renvoi d’un jour et, après quelques répliques narquoises de maître Tsoukalas, le public ricana ouvertement aux dépens du tribunal31.

D’un passé à l’autre

  • 32  Ce procès, et la position prise à ce sujet par les uns et les autres, est resté une lign (...)
  • 33  Pendant le Procès des Six (31 octobre – 15 novembre 1922), Tsoukalas était un jeune juri (...)

28Plusieurs avocats soutinrent que les ministres royalistes du gouvernement avaient refusé de ratifier l’Acte constitutionnel en question : selon eux, c’était une persécution « politique » dissimulée, maquillée en poursuite « pénale ». L’idée était que les libéraux voulaient répéter le « procès des Six » qui avait infligé la peine capitale aux chefs du camp royaliste au lendemain de la Catastrophe dans la guerre gréco-turque de 1919‑1922, et qui les avait fait exécuter sur-le-champ32. Cette conception s’accompagna de nombreux parallèles, non seulement des camps en présence qui étaient ainsi réinscrits dans l’histoire, mais aussi des individus immédiatement impliqués. Tsoukalas se trouvait de nouveau à la barre de la défense, alors que le général Plastíras* était de nouveau à la tête du cabinet gouvernemental. À la différence près que, alors que Plastíras conduisait un gouvernement de « rétablissement de la vie constitutionnelle », ses compagnons d’antan avaient changé ouvertement de camp33.

  • 34  Les journaux royalistes donnent des descriptions explicites de l’embarras des (...)

29Ainsi Tsoukalas, représentant Rállis, devint le « héros » de cette première séance. Son client prit ensuite la relève, retrouvant son rôle de chef politique de la collaboration. Si cette tâche les contrariait34, les policiers chargés de le surveiller lui servaient d’escorte officielle en lui donnant du « Monsieur le président ». De la même manière, ils désignaient les autres accusés par leurs titres politiques ou militaires. Ainsi, en interrompant à volonté les avocats et les membres du tribunal, Rállis n’a pas voulu simplement pratiquer son métier de juriste, mais a souhaité mettre en avant l’éthique politique de la collaboration.

  • 35 Kathimeriní, 22 février 1945.
  • 36  K. Kalkánis, ex-ministre et préfet du département de l’Épire dans les gouvernements roya (...)

30Caractéristique fut son emploi du concept de « révolution » : en déclarant avoir pris le pouvoir « de manière révolutionnaire35 », il renoua avec la culture politique de l’entre-deux-guerres, lorsque « révolution » était synonyme de transgressions récurrentes des limites constitutionnelles au moyen de coups militaires. Sur fond d’atrocités communistes, toute son action se révélait rétrospectivement justifiée. Ainsi, en invoquant le même type de légitimation que le nouveau régime, les collaborationnistes se posaient en garants du « système social » du pays. L’avocat de la défense, Kalkánis, déclarait aux juges : « Si Rállis n’avait pas créé les Bataillons de sécurité, vos têtes ne seraient pas sur vos épaules36 ! » La défense exprimait, de façon polémique, la difficulté de la situation, à savoir que les deux parties du procès appartenaient au même camp dans le conflit en cours.

  • 37  On désigne par le nom de bloko (pl. bloka) les opérations des BdS qui consista (...)

31On eut beau évoquer, dans la littérature de l’époque, la « nation martyre », sa présence dans la salle du tribunal fut restreinte. Le rejet de la Résistance comme action civile marquait l’exclusion de l’expérience résistante de la salle d’audience. Aux vagues définitions du crime de collaboration, dans le chef d’accusation, s’ajoutait désormais l’absence de référence concrète aux injustices et aux crimes commis (tortures, bloka37, abus de l’appareil étatique, extermination des Juifs).

  • 38  Voir Éleuthéria et Kathimeriní du 27 février 1945.

32À la fin de la première journée, Rállis et Tsolákoglou refusèrent de retourner dans leur « prison » sous prétexte que leur détention préventive avait été prolongée illégalement. Le lendemain, alors que le commissaire commençait à développer ses positions, il fut interrompu par un énorme vacarme venant du banc des accusés et de leurs avocats ; Rállis porta plainte pour diffamation contre le commissaire et demanda son exclusion. Le tribunal rejeta sa demande et, à la fin de cette même journée, il rejeta aussi l’objection d’incompétence de la cour. Selon cette première résolution, l’AC no 6 avait été promulgué par un gouvernement de fait, conformément aux normes constitutionnelles. La cour pouvait donc légitimement mener les débats38.

  • 39  Pour des raisons politiques (l’accord avec l’EAM au moment de la promulgation de cette l (...)
  • 40 Empros, 28 février 1945.

33À ce point du procès, forte de ses premières performances, la défense demanda l’ouverture de la salle au public. La suite fut consacrée à la deuxième objection selon laquelle la loi en question était anticonstitutionnelle et donc invalide, car elle transgressait le principe de non-rétroactivité des lois. D’autres figures éminentes du royalisme prirent la relève sur ce sujet. Les juristes libéraux livrèrent eux aussi bataille afin de soutenir la validité de l’acte, soit en rappelant la législation du gouvernement exilé, soit en invoquant une logique jusnaturaliste qui, tout en admettant la transgression des principes constitutionnels, faisait valoir que la formation de gouvernements d’Occupation avait été un acte « moralement répréhensible vis-à-vis de la conscience du peuple grec, ce qui ne pouvait pas échapper à l’entendement des auteurs de cet acte ». L’objection fut formellement rejetée. Afin d’affirmer la non-rétroactivité de la loi, la résolution du tribunal fit une concession essentielle : elle suspendait préalablement l’exécution de peines « irréparables » contre les accusés, au moins jusqu’à ce qu’un Parlement élu ratifie la validité de la loi39. La presse libérale et celle de gauche crièrent au scandale : la cour s’accordait le droit d’infliger la peine capitale, mais pas celui d’ordonner son exécution. La première phase du procès s’acheva donc sur un compromis : la poursuite du procès était à ce prix. Ce soir-là le spectre du « procès des Six » fut éloigné ; Rállis déclara malignement : « Je vivrai encore longtemps, vous voyez, j’ai signé un contrat avec le diable40. » Après un prologue laborieux, le procès venait enfin de commencer.

Notes

1  Journal Éleuthéria, 1er juin 1945.

2  “Unfortunate events”: Mark Mazower, 2000, After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, Princeton : Princeton University Press, p. 31 : les autres aussi adoptent cette évaluation ; la seule exception, peut-être, est Gabriella Etmektsoglou parlant, toujours en passant, de procédures qui voulaient créer des « convenient political images  », in 1995, Axis Exploitation of Wartime Greece, 1941-1943, p. 253.

3  Qui sera un discours récurrent par la suite. Pour cette décision, voir Ethnos, Éleuthéria, Rizospástis – avec décision du gouvernement et de la Cour. Voir Heinz Richter in John Iatrides (dir.), 1981, Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Hanovre/New Hampshire : New England University Press.

4  Sandrine Lefranc, 2008, « La justice transitionnelle n’est pas un concept », Mouvements, no 53, janvier, p. 61‑69. Aussi, Guillaume Mouralis, 2008, Une épuration allemande. La RDA en procès, 1949‑2004, Paris : Fayard.

5  Pour cette problématique, nourrie de l’actualité des transitions postcommunistes et la « démocratisation » des pays de la périphérie du monde développé, surtout en sciences politiques et dans le monde anglophone notamment, voir notre introduction et la bibliographie. Pour une vue d’ensemble, voir notamment l’approche historicisante de Jon Elster, 2004, Closing the Books: Transitional Justice in Historical Perspective, Cambridge : Cambridge University Press, mais aussi Rudi Teitel, 2000, Transitional Justice, How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes, New York : Oxford University Press. Voir Mark Osiel, 2006, Juger les crimes de masse, la mémoire collective et le droit , Paris : Le Seuil. A. James Mc Adams, 1997, Transitional Justice and the Rule of Law in New Democracies, Londres : University of Notre Dame Press, ainsi que l’ouvrage de référence édité par Neil J. Kritz (dir.), 1995, Transitional Justice: How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes, Washington : Institute for Peace.

6  Mark Osiel, 2005, «Politiche della punizione, memoria collettiva e diritto internazionale» in Luca Baldissara, Paolo Pezzino, Giudicare e Punire, Napoli : Ancora del Mediterraneo, p. 105‑118, spéc. p. 106‑111.

7  Voir, à la différence des autres pays européens, les contributions comparatives de Luc Huyse au sujet de l’ambiance qui a conditionné le choix des élites en termes de justice pénale à la suite de la Libération, in Luc Huyse, 2006, “Belgian and Dutch Purges after World War II Compared”, in Jon Elster (dir.), Retribution and Reparation in transition to democracy, New York : Cambridge University Press, p. 164‑178.

8  Voir l’étude de Lynn Boyd Hinds, 1991, The cold war as rhetoric: the beginnings, 1945‑1950, New York : Praeger.

9  Rudi Teitel, 2001, «La giustizia di transizione come narrativa liberale», in Marcello Flores (dir.), 2002, Storia, Verità, Giustiziai. I crimini del xx Secolo, Milan : Bruno Mondadori, p. 270‑271, et Rudi Teitel, 2000, Transitional Justice, How Emerging Democracies Reckon with Former Regimes, New York : Oxford University Press, p. 109‑115. Tous parlaient au nom des droits de l’Homme et de la liberté.

10 Kathimeriní, 6 et 22 février 1945 : parmi eux, autant des membres des gouvernements qui restaient libres que de hauts dignitaires de l’État de collaboration comme le maire d’Athènes, Ággelos Georgátos.

11  Voir Ethnos, 15 février 1945.

12  Depuis le 28 janvier 1945 sous ordonnance du commandant militaire d’Athènes. Le 2 février déjà, ces cours condamnèrent les deux premiers partisans d’ELAS à la peine capitale. Voir Etmektsoglou Gabriella, 1998, “Collaborators and Partisans on Trial: Political Justice in Postwar Greece, 1944-1949”, in Claudia Kuretsidis-Haider et Winfried R. Garscha (dir.), Keine „Abrechnung“, NS-Verbrechen, Justiz und Gesellschaft in Europa nach 1945, Leipzig-Wien : AkademischeVerlanganstalt, p. 231-256. Spéc. p. 246 ; après l’amnistie de Varkiza, ces peines furent suspendues et ces mêmes personnes furent traduites, parmi beaucoup d’autres, devant les cours d’assises ordinaires pour crimes connexes aux délits proprement politiques.

13 Ethnos, 20 février 1945 ; Éleuthéria du 16 février présente ces différentes collaborations, économiques, politique, et « agents » de la Gestapo.

14  Ethnos, 20 février 1945.

15  Voir «Το καρκίνωμα» [Le carcinome], Éleuthéria, 9 février 1945 et «Οι δοσίλογοι ατιμώρητοι» [Les collaborateurs impunis], numéro du 17 février 1945.

16  La force et le rayonnement de l’EAM étaient encore assez forts pour obliger la presse nationaliste à plaider en faveur d’un parti unique anticommuniste. Voir l’éditorial du quotidien Ethnos à ce sujet, sous le titre explicite «Anagki» (« nécessité ») d’union des partis « nationalement pensants », dans le numéro du 17 février 1945. Conceptions politiques (mais aussi pénales) différentes.

17  Voir à ce propos Éleuthéria sous le titre « Les ministres de collaboration promettent des révélations. Vous allez apprendre plus que ce que vous n’en demandez », 19 février 1945 ; aussi Rizospástis, 18 février 1945.

18  Le fils de Rállis, Georges, entame les démarches pour son père ainsi que pour les autres. Kathimeriní, 21 février 1945.

19  Éleuthéria, 9 février 1945. C’est peut-être cette ligne, ainsi que le fait qu’« au fur et à mesure ce journal est devenu aussi la cible de la Terreur blanche » qui font que certains chercheurs le considèrent, de manière erronée, comme un journal de gauche.

20 Éleuthéria du 9 février et du 17 février 1945.

21  Hypothèses pour la position de la France dans l’imaginaire national. Si la démocratie athénienne est le « modèle » dans le temps, la France l’est dans la contemporanéité, mais dans un autre espace. Voir Roger Milliex, 1946, À l’école du peuple grec, Moulins : Éditions du Beffroi ou Georges Théotokas, 1976, Πολιτικά κείμενα [Textes politiques], Athènes : Ikaros, texte no 64, «Ελλάδα και Γαλλία» [Grèce et France] : « Le monde entier attend avec impatience de la France une directive idéologique valable pour toute l’humanité. » Voir le journal Éleuthéria du 4 mars 1945 qui recensait pour la France ces chiffres de collaborateurs punis pour janvier 1945 : 471 peines capitales, 402 travaux forcés, 960 condamnations à de la prison ferme, 85 isolements.

22  Kathimeriní, 22 février 1945.

23  Journaux du lendemain, 22 février 1945. Éleuthéria se plaint de la taille de la salle, le chroniqueur de Kathimeriní s’amuse du désordre, Rizospástis adopte une attitude d’attentisme critique.

24  Les quatre qui se sont enfuis avec les Allemands étaient Konstantínos Logothetópoulos (Premier ministre du 2 décembre 1942 au 7 avril 1943), Hector Tsironíkos, Iason Tavoularis et Stylianós Gotzamánis. Les deux qui ont été emprisonnés en Crète étaient D. Dialetis, fortement impliqué dans la construction des BdS et I. Passadakis, champion de la propagande en faveur de l’Axe. Le général Bakos et G. Peirounakis avaient été arrêtés et exécutés sommairement par l’ELAS pendant la bataille de décembre 1944.

25  Le général Moutoússis, ministre des Transports dans les gouvernements Tsolákoglou (Premier ministre du 30 avril 1941 au 1er décembre 1942) et Logothetópoulos, Rizospástis, 22 février 1944.

26  Un avocat explique sa demande qui repose sur une escroquerie faite aux caisses de retraite et le licenciement de deux fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sous l’Occupation.

27 Rizospástis, 24 février 1945, Níkos Karkánis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], Athènes : Synchroni Epochi.

28  Éleuthéri Ellada, 25 février 1945 ; Éleuthéria, 22 février 1945.

29  La citation qui suit est celle de maître Bakopoulos, avocat de l’ex-ministre Chatzimitros, Empros, 22 février 1945, p. 3. Pour la théorie du bouclier premièrement mise en place par Robert Aron, voir Denis Peschanski, Henri Rousso, Jean-Pierre Azéma et François Bédarida (dir.), 1992, le Régime de Vichy et les Français, Paris : Fayard. Istvan Déak, Jan Gross, Tony Judt (dir.), 2000, The Politics of Retribution in Europe, World War II and Its Aftermath, Introduction, Princeton : Princeton University Press, p. 11.

30  Voir les “redemption arguments” par Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”, Journal of Conflict Resolution, juin, vol. 50, no. 3, p. 324‑338.

31 Empros, 22 février 1945, N. Kalyvas était ministre du Travail depuis décembre 1942 dans les gouvernements de Logothetópoulos et Rállis. Tenu pour responsable de la tentative de réquisition de la main-d’œuvre du pays afin d’aider l’effort allemand, il fut assassiné à Athènes en janvier 1944.

32  Ce procès, et la position prise à ce sujet par les uns et les autres, est resté une ligne de démarcation par la suite pour toute la vie des intéressés.

33  Pendant le Procès des Six (31 octobre – 15 novembre 1922), Tsoukalas était un jeune juriste, avocat de la défense ; le général Plastíras était le chef du comité de Défense nationale qui avait saisi le pouvoir lors de la déroute militaire en Asie Mineure ; Gonátas Premier ministre, Th. Pángalos avait été le juge d’instruction militaire, voir S. A., 1931, Δίκη των Έξι, εστενογραφημένα πρακτικά [Procès des Six, actes sténographiés], Athènes : Proia.

34  Les journaux royalistes donnent des descriptions explicites de l’embarras des responsables du maintien de l’ordre. « Tiens, à l’écoute même de leur nom, on tremblait jusqu’à hier, disait l’un d’entre eux » rapporte le journal Kathimeriní du 22 février 1945.

35 Kathimeriní, 22 février 1945.

36  K. Kalkánis, ex-ministre et préfet du département de l’Épire dans les gouvernements royalistes de 1934‑1935. Voir Éleuthéri Ellada, 25 février 1945.

37  On désigne par le nom de bloko (pl. bloka) les opérations des BdS qui consistaient à encercler (« blocus ») un quartier réputé rouge pour le « nettoyer » en arrêtant, grâce aux services d’un collaborateur, tous les résistants ou apparentés, qui étaient soit exécutés immédiatement sur place, soit transférés au camp de Haïdari en attente de déportation.

38  Voir Éleuthéria et Kathimeriní du 27 février 1945.

39  Pour des raisons politiques (l’accord avec l’EAM au moment de la promulgation de cette loi) ainsi que juridiques, la loi no 3211 du 31 décembre 1943 qui privait les membres des gouvernements de l’Occupation de la nationalité grecque ne fut que subsidiairement utilisée pour tomber ensuite pratiquement en désuétude. La logique qui se fonda sur la « conscience morale de la nation » fut celle évoquée par Faídon Végleris (1903‑1999) et par L. Darakis dans Éleuthéria, 22 février 1945, p. 3. Selon la résolution no 10 : « Étant donné que l’Acte constitutionnel en question peut infliger des peines irréparables, la Cour tient compte du fait que cet Acte constitutionnel est soumis à la ratification de l’assemblée constituante à venir, qui aura le droit de le modifier ; il se retient donc […] » ; pour une critique de cette décision voir Thémis, n° 1-2/1945, p. 21‑24 ; Kathimeriní, 26 février 1945 ; Éleuthéri Ellada, du même jour. Pour le grand débat entre jusnaturalisme et positivisme juridique, voir : Michel Troerr, 1994, Pour une théorie juridique de l’État, Paris : PUF ; et du même auteur, « Sur l’usage des concepts juridiques en histoire », Annales, no 6, novembre – décembre 1992. Raoul Muhm, 2004, Germania, la rinascita del diritto naturale e i crimini contro l´umanità, Rome : Vecchiarelli.

40 Empros, 28 février 1945.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search