Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Deuxième partie : le temps des institutions - Les grands procès (1945 - Mars 1946)

Blanchir la « Terreur blanche » : la collaboration armée

To Whitewash the White Terror: the Military Collaboration

Πώς να ασπρίζει η Λευκή Τρομοκρατία : ο ένοπλος δωσιλογισμός

Résumé

Le procès des membres de la Sûreté formée de collaborateurs atteint des sommets : on a exclu des juges pour leur substituer des membres d’anciennes organisations collaborationnistes, donc on innocente les collaborationnistes et même on les réintègre.

Texte intégral

  • 1  Voir notamment David Close, 1995, “The changing structure of the right 1945‑1950”, (...)

1Si l’aile armée de la collaboration fut sans aucun doute la plus rapidement intégrée dans le nouvel appareil d’État – les hommes des BdS furent incorporés, à partir de décembre 1944, dans la Garde nationale (Εθνοφυλακή), puis graduellement dans la gendarmerie, la police et l’armée à partir du printemps suivant –, une bonne partie de ses effectifs continuait à agir hors de tout contrôle « officiel ». L’activité des bandes royalistes, d’abord déployée principalement dans les campagnes, progressivement s’intensifia dans les villes, ciblant tous les antiroyalistes, qu’ils fussent impliqués ou non dans l’EAM1. Si l’EAM se trouvait coincé entre l’application sélective de la loi criminelle pour actes de résistance sous l’Occupation et la violence nue de la Terreur blanche, il en allait de même pour les libéraux du centre et la gauche : cela donna lieu entre eux à la création d’un front informel réclamant le démantèlement et la répression des bandes collaborationnistes.

  • 2  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και (...)

2Vu le rapport de force militaire, dès l’été 1945, le camp royaliste envisageait même la perspective d’un coup d’État qui aurait restauré la monarchie avant l’élection d’une assemblée constituante. Or la diplomatie britannique, surtout après la victoire électorale du Labour Party en juillet, s’opposa avec obstination à tout projet qui aurait mis en cause la « transition démocratique » en Grèce et privilégia un projet d’alliance entre les deux grands partis d’avant-guerre afin d’isoler politiquement l’EAM2. Dans la perspective de ces élections – fortement compromises, à considérer la validité des procédures de préparation – le travail de la justice devenait à cet égard un enjeu brûlant d’actualité.

3Depuis la dépénalisation des BdS, selon la jurisprudence du procès des gouvernements et jusqu’à l’automne 1945, un petit nombre de leurs hommes furent auditionnés au titre d’« affaires criminelles », majoritairement des cas de chantages et/ou de dénonciations aux forces d’Occupation, accompagnés souvent – selon les chefs d’inculpation – d’affiliation aux services allemands. Ces procès aboutirent à des acquittements motivés par le jeune âge des accusés ou par les doutes raisonnables de la cour pour cause de non-comparution des témoins de l’accusation ou de révocation de leurs dépositions. Aussi, même en passant largement inaperçus du grand public, ils creusèrent davantage l’écart entre la demande de justice et le travail du TSC.

  • 3  TSCA/VP/3/1945, procès no 203, où N. Antonakéas, un officier éminent de l’IDEA comparut co (...)
  • 4  Il s’agit de D. Papadongonas, promu selon la loi no 1362/1944. La presse libérale releva, (...)

4Pendant les premiers mois de 1945, les officiers de la Ligue secrète des royalistes (IDEA) travaillaient encore dans l’ombre. Tout en effectuant un travail souterrain de préservation des effectifs disponibles pour pourvoir l’armée en personnel, ils comparurent en tant que témoins de la défense dans les audiences du TSC où ils apportèrent leur soutien aux hommes qui avaient été sous leurs ordres, et réaffirmèrent la légitimité de la participation aux BdS qui avaient été la « marque de fabrique grecque3 ». Or, en tirant les ficelles de l’état-major de l’armée, les royalistes commirent aussi des imprudences. La plus emblématique fut, courant août 1945, la promotion post mortem de Papadongonas, le chef des BdS du Péloponnèse, en application d’une loi promulguée pendant l’Occupation. Une fois rendue publique, l’affaire fit scandale, provoquant une colère généralisée chez les républicains et l’embarras chez une partie des royalistes – ce qui obligea le gouvernement à révoquer cette « promotion » peu après4.

  • 5  Éleuthéria, 22 août 1945, Rizospástis, 21 août 1945, à propos de Papadongonas.

5Bien que tout le monde sût que plusieurs ex-collaborateurs s’étaient hissés aux rangs les plus élevés de la hiérarchie militaire, les autres mutations administratives demeurèrent inchangées. La propagande avait déjà porté ses fruits. L’idée que les effectifs collaborationnistes faisaient partie des forces de l’ordre du nouvel État avait déjà si bien fait son chemin que pratiquement plus personne ne la mettait en doute. De plus en plus incapable d’influencer la gestion étatique et ne tenant pas non plus à recourir à l’action armée, l’EAM se contentait de condamner en bloc le « régime d’après-Décembre » comme un prolongement de l’État occupé : s’il parlait toujours au nom de la punition des traîtres, il en reportait la réalisation au lendemain des élections qui étaient censées le créditer de la majorité du vote populaire. De même, en dénonçant l’affaire en question comme le « symbole mort d’une réalité vivante », les forces du centre républicain eurent beau vouloir discréditer la complicité des gouvernements avec les collaborationnistes, elles exigèrent seulement l’exclusion de leurs éléments les plus haut placés5.

6Autrement dit, l’exigence d’éliminer « ici et maintenant » les traîtres s’essoufflait graduellement au profit de l’adhésion à la ligne officielle du judiciaire, qui exigeait que seuls les individus ayant commis des actes criminels fussent justiciables. Bien entendu, il ne s’agissait aucunement d’une adhésion inconditionnelle. L’approche de la date prévue pour les élections créait un consensus précaire, même en matière d’épuration des collaborateurs ; or le bon déroulement des élections s’annonçant de plus en plus douteux, chaque camp désormais, pour consolider sa cohésion ou limiter le contrôle de ses adversaires sur l’appareil qui préparait ce scrutin, subordonnait aux aléas de la conjoncture le ressentiment exprimé dans les premiers mois.

7Les limites étroites de ce consensus furent éprouvées pendant le jugement dit de « la Sûreté spéciale », entre le 18 octobre et le 13 novembre 1945. Ce procès, qui fut le seul à pouvoir être comparé à celui des gouvernements en termes de publicité ou de retentissement politique, consolida une fois pour toutes le modèle de la gestion judiciaire de la collaboration armée.

Bref passage par la « rue de l’Espoir » : le procès de la Sûreté spéciale

8Dans le paysage confus de cet automne 1945, peu de figures pouvaient autant que les dirigeants de la Sûreté spéciale faire l’unanimité parmi les différents courants revendiquant la légitimité de l’alliance antifasciste victorieuse. La Sûreté spéciale fut le fer de lance et le noyau dur des appareils de répression collaborationnistes d’Athènes. Diabolique euphémisme, son quartier général et son poste de rétention principal se situaient dans l’hôtel Cristal au no 4 de la rue Elpidos. La rue de l’Espoir était devenue celle de l’horreur et du supplice sous l’Occupation.

  • 6  Témoignage du lieutenant-général, adjoint au chef de la Sûreté spéciale, Lambou, (...)
  • 7  Vingt-cinq comparurent comme partie civile pour quelques-uns des crimes commis par les (...)

9Avant la guerre, la Sûreté spéciale fonctionnait comme une sorte de police politique, chargée notamment des renseignements et de l’application de la législation anticommuniste ; elle eut beau voir son rôle revalorisé sous la dictature de 1936‑1940, elle restait un service restreint, chargé de la mission singulière de surveiller les « ennemis du régime ». Si, dans la première période, elle fonctionna plutôt comme une courroie de transmission entre le gouvernement d’Athènes et les forces d’Occupation, elle conserva une autonomie relative de fonctionnement. Dès 1943, au sein du processus de formation du camp anticommuniste, elle devint le pivot autour duquel gravitaient désormais toutes ses composantes armées et tous les pôles du pouvoir en place. Sur les 1 370 inscrits sur ses registres, seulement 400 appartenaient strictement à ses services, les autres formaient une constellation composée d’agents aux appartenances souvent multiples : SS, groupes nationalistes de la zone grise, organisations nazies ou réseaux d’espionnage allemands émargèrent à son budget6. Ses effectifs augmentant et ses activités se multipliant, le département central réquisitionna l’hôtel Cristal voisin de ses bureaux, en mars 1944, et les différents groupes liés au centre de la rue de l’Espoir créèrent plusieurs petits camps de concentration renommés pour leur barbarie. Avec les 70 parents des victimes et « survivants » qui comparurent comme témoins de la partie civile ressurgirent dans la salle du tribunal les mémoires des tortures d’une cruauté inouïe, que les cris des victimes entendus dans les quartiers voisins, ou les cadavres abandonnés aux alentours de plus en plus fréquemment vers la fin de l’Occupation7, avaient déjà fait connaître.

  • 8  La durée moyenne des 16 séances de ce procès fut d’environ 10 heures. Elles commençaient (...)
  • 9  Voir à titre d’exemple les journaux To Víma, Éleuthéria du 27 octobre 1945, Rizospástis du (...)

10On pourrait remplir des centaines de pages avec les atrocités rapportées par les victimes pendant les plus de 150 heures d’audiences, riches en détails macabres sur les tortures, les chantages, les assassinats et les exécutions sommaires8. Ces atrocités, en faisant pendant un mois la une des journaux sous des titres annonçant de « nouvelles révélations sur l’activité des bêtes humaines », « sauvages » ou « assassins », encadrèrent la deuxième célébration officielle de la lutte nationale antifasciste, et alimentèrent pour longtemps les récits martyrologiques9. Les responsables de la Sûreté semblaient réunir tous les traits propres à permettre la convergence des différentes conceptions de la « collaboration ».

  • En effet, comme hauts dirigeants des forces de l’ordre, ils confirmaient que la collaboration était un « crime d’État », selon la vision « éamite ». Qui plus est, le fait qu’ils aient mené une guerre sur deux fronts, en persécutant aussi les réseaux d’espionnage du Caire et des Britanniques, permettait à la Résistance libérale de faire valoir sa hiérarchisation des formes de la Résistance nationale. Le réquisitoire comprenait quatre chefs d’inculpation pour exécutions sommaires d’un réseau d’espionnage pro-britannique démantelé, de deux militantes de l’EAM/KKE sous la torture, d’invalides de guerre évacués des hôpitaux de la capitale à l’automne 1943, et d’un groupe de 17 civils fusillés devant l’École de la gendarmerie à titre de représailles pour une action de résistance10. Ainsi, des cadres supérieurs du KKE et des membres des organisations nationalistes, toujours inconciliables sur la scène politique, comparurent pour plaider la même cause à la barre des témoins.
  • Même les élites royalistes se tinrent à distance de la Sûreté spéciale. L’infâme général Lambou, un ancien colonel antiroyaliste limogé en 1935, ayant traversé les deux premières années de l’Occupation en pratiquant le marché noir des objets en cuivre, avait été réintégré et placé à ce poste stratégique au moment de la grande fusion du bloc anticommuniste. Ayant brusquement gagné en puissance, il devint chef d’un État dans l’État et fut décrit par plusieurs témoins comme un personnage roué qui n’hésitait pas à contourner, ou à menacer, même les plus hauts responsables de la justice ou de la police qui osaient s’opposer à lui11. Plusieurs des dirigeants traditionnels de la Sûreté spéciale, ayant occupé sans interruption leurs fonctions sous l’Occupation, saisirent l’occasion pour s’innocenter en stigmatisant le régime introduit par Lambou et son zèle excessif.
  • 12  Un des accusés, Bourtzalas, avait rejoint la Wehrmacht pendant la campagne de Russie. Se (...)
  • 13  Témoignage de Poth. Pod., séance du 23 octobre, Voir Rizospástis du 26 octobre 1945 et N (...)

11Les membres de la Sûreté partageaient un même profil d’aventurier dangereux. Leur promotion au rang de chefs de brigade sous l’Occupation s’était faite en violation des procédures légales : quelques-uns n’avaient été que de simples gendarmes, d’autres n’avaient même jamais travaillé dans les services policiers auparavant. Leur ascension était donc liée à leur affiliation aux services nazis ou à leurs contacts avec les organisations anticommunistes établies dans la perspective de coordonner les différents réseaux de renseignements12. Ainsi, même les officiers royalistes qui ne voulaient pas faire valoir l’« intention de trahison » de Lambou eurent l’occasion de se plaindre attendu que « la Sûreté spéciale intégrait même les éléments criminels qu’on excluait de l’École de la gendarmerie13 ».

12Il apparaissait donc qu’on pourrait jeter, au nom des maux de l’Occupation, un anathème consensuel sur ce groupe. L’indignation suscitée par les dépositions des parents de la Résistance bourgeoise pro-britannique alla jusqu’à provoquer des démissions parmi les avocats de la défense. Il semblait donc que la nation tout entière reconnaissait les « vrais traîtres » de la Sûreté spéciale : « les 1 400 traîtres qui voulurent paralyser la lutte nationale », selon la presse libérale, les sadiques incarnant l’appareil meurtrier de l’État réactionnaire pour l’EAM, opposés aux « milliers d’innocents poursuivis pour collaboration économique » selon Konstantínos Anghelópoulos*. Or le déroulement des audiences ne tarda pas à prouver que ce consensus n’était qu’une apparence trompeuse.

  • 14  Ce fut le cas de Genissebdas, fonctionnaire de la Banque agricole et membre de (...)
  • 15  Morfis, « l’épouvantail de la rue Elpidos », servait dans la gendarmerie en Thrace ; Kas (...)

13La présence au titre de juré civil d’un fonctionnaire, ancien membre d’une organisation nazie, avait déjà soulevé des doutes quant aux critères de sélection pour la composition des listes de jurés14. De plus, à l’ouverture du procès, la moitié des accusés étaient encore absents pour la simple raison qu’ils avaient déjà été nommés à différents postes dans l’armée ou la gendarmerie et qu’aucun mandat d’arrêt n’avait été émis contre eux15. Enfin, les affinités manifestes entre les policiers présents dans la salle du tribunal et les accusés, tout comme la tolérance des affronts faits par ces derniers aux témoins et aux avocats de la partie civile incitèrent d’autant plus à la méfiance.

  • 16  Ces démarches furent entreprises dès le premier jour du procès. En même temps que le (...)
  • 17  Parmi le nombre limité des membres de ce gouvernement de service qui dura troi (...)

14Or la goutte d’eau qui fit déborder le vase fut l’attitude du parquet, composé pour la circonstance des membres les plus éminents du TSC. Les démarches répétées des témoins auprès de la cour pour obtenir des garanties de protection face à une campagne d’intimidation menée par les accusés tombaient toujours dans le vide16. Cette indifférence fut bientôt doublée de l’observation scandaleusement minutieuse des règles procédurales en matière de protection des droits des accusés : le président refusa à plusieurs reprises aux avocats de l’accusation le droit de poursuivre l’examen des témoins. Au bout d’une semaine d’audiences, les avocats de la partie civile démissionnèrent massivement en guise de protestation contre les interventions répétées du parquet en faveur des accusés. Cette réaction provoqua l’intervention du procureur de la cour et du garde des Sceaux qui remplaça par la suite le commissaire spécial17.

  • 18  En les qualifiant de « hors-sujet » et sans rapport avec le fond pénal de l’affaire : (...)

15Cet épisode mit en exergue une fonction fondamentale de la justice, celle de modérer symboliquement et de dissimuler la division profonde et à l’évidence incontestable qui caractérisait le milieu judiciaire. La cour censurait tout ce qui concernait les liens entre les autorités étatiques et les différentes composantes politiques ou militaires du bloc de la collaboration18.

  • 19  Tels furent les cas d’un colonel de l’armée, ancien membre de l’« EDES de trahison » (Ko (...)
  • 20  Les cas les plus caractéristiques furent peut-être celui d’I. Pap., chef de l’EDES de la (...)
  • 21  N. Antonakéas membre de la ligue secrète de l’IDEA et auteur en 1947 du Φως εις το σκοτό (...)

16Parmi les témoins « de l’accusation » convoqués d’office par le parquet figuraient, une fois encore, plusieurs membres des élites étatiques qui se muèrent, explicitement ou tacitement, en témoins de la défense. Ces témoins incarnaient la permanence de l’État et du bloc social de la collaboration. Des officiers collaborationnistes toujours en fonction vinrent soutenir, à l’encontre des multiples témoignages des victimes, que les accusés n’avaient poursuivi que les communistes – leur mission régulière – et que tout autre « excès » devait être attribué à la particularité de la situation plutôt qu’à une trahison intentionnelle19. Or, si ces témoins de l’accusation incarnaient la continuité de l’État, les témoins de la défense « complétaient » de leur côté ce puzzle en mettant en exergue les articulations du bloc de la collaboration. Toujours dans la même veine anticommuniste, des représentants des industriels, des officiers de l’armée et des membres des élites locales liés à l’« EDES de trahison » firent part de la coordination étroite de toutes ces forces contre l’ennemi interne20. Parmi les témoins de la défense, la figure la plus emblématique fut peut-être celle du colonel Antonakéas, membre fondateur de la Ligue secrète des officiers royalistes (IDEA). Celui-ci, en se présentant comme agent de l’Intelligence Service et chef d’une organisation résistante nationaliste, comparut à plusieurs reprises pour défendre trois des accusés en apportant comme ultime preuve de leur innocence des certificats d’appartenance aux réseaux alliés21.

17Somme toute, par sa composition, ses discours et ses prestations, la défense mettait en scène le processus de formation du nouvel État comme adoption du corps social de la collaboration par les élites royalistes traditionnellement pro-britanniques. À l’autre bord étaient les libéraux du centre qui, au cours de ces six semaines d’incertitude gouvernementale, avaient cherché à prendre le contrôle de la machine étatique, et l’EAM qui, en même temps, regroupait ses forces dans les villes à travers une forte mobilisation populaire. L’accusation réunissait comme représentants de la Résistance de masse à la fois les cadres de l’« EDES combattant », des médecins, des juristes, des fonctionnaires, des membres de la Résistance bourgeoise, des réseaux de renseignements, des cadres du KKE, et des professeurs d’université.

  • 22  À titre d’exemple se présentèrent « volontairement » au cours du procès, sans avoir été (...)
  • 23  Voir pour la première catégorie les apologies de Kourébanas, Vélissaropoulos ; (...)

18Or si, à travers ce rapprochement précaire, on chercha à freiner le contrôle total de l’appareil étatique par les royalistes, la justice demeura cependant un fief inébranlable de ces derniers. Ainsi, pour revenir à notre procès, le respect des règles procédurales ne s’appliqua qu’avec une partialité exemplaire : tout au long du procès, les accusés, qu’ils fussent ou non déjà détenus, jouirent de la permission de se présenter à volonté 22. Dans leurs plaidoyers, soit ils employèrent l’argument du double jeu – ceux qui avaient des certificats britanniques – soit ils jouèrent la carte de l’anticommunisme en se présentant comme combattants intransigeants prêts à continuer la chasse aux communistes23. Finalement, le tribunal condamna à la peine capitale le chef, Alexandre Lambou, et Dimitrios Balafas dit Poulis qui avait servi de contact avec les SS. Trois autres furent condamnés à la prison à vie pour s’être mis au service des occupants. À tous les autres, la cour accorda le bénéfice du doute et les acquitta, levant l’accusation de collaboration. Huit furent donc acquittés et trois autres condamnés à des peines de réclusion criminelle pour des crimes connexes.

  • 24  Voir le considérant et la décision du tribunal, feuilles 133‑137 ; aussi To Víma, Éleuth (...)

19Quelques aspects du considérant de cette décision constituaient un défi au sens commun : tel fut le cas pour Renos Michaléas, organisateur et commandant du peloton qui exécuta 17 citoyens grecs sans procès, en guise de représailles : il fut condamné à 16 ans de prison pour « tentative de meurtre » contre le seul survivant du groupe qui comparut comme témoin dans le procès, et fut absous pour le meurtre des autres et pour le reste des accusations24 !

Une justice Janus ?

  • 25  Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946‑ (...)

20Pendant les trois semaines de déroulement dudit procès, le pays vécut dans un vide gouvernemental. Début octobre, avant même qu’une révision des listes électorales, contestée de toutes parts, soit terminée, le Premier ministre, Voulgaris, avait convoqué les élections pour le 20 janvier 1946, alors que, selon les accords conclus avant octobre 1944, le plébiscite sur la monarchie aurait dû avoir lieu avant les élections. Aussitôt, les libéraux menacèrent de s’abstenir en bloc et de quitter leurs postes ministériels. Sur l’intervention des Britanniques, le gouvernement fut provisoirement remplacé par un gouvernement dit « de service » sous le régent Damaskinos ; au bout de quarante jours de négociations intenses et après un nouveau gouvernement qui dura deux semaines, les deux parties arrivèrent à un compromis : conscientes du caractère douteux de la procédure, elles se mirent d’accord sur une date pour les élections, sur le système électoral, ainsi que sur une répartition des sièges dans la nouvelle Assemblée, qui en excluait a priori l’EAM25.

Impunité : délimiter les justiciables

  • 26  Suivant la distinction entre les différentes formes de justice de transiti (...)

21Ce procès de la Sûreté spéciale fut « exemplaire », tout d’abord parce qu’il représente un modèle de justice pénale dont l’objectif (et l’effet) capital ne consistait pas à condamner les malfaiteurs mais à les juger tout court. Ensuite, les traits principaux de ce procès sont représentatifs de l’ensemble du travail effectué par le TSC d’Athènes dans la période étudiée. D’après la catégorisation de Jon Elster26, on a affaire ici à une forme « purement légale » qui, en matière de collaboration, a très vite pris le dessus sur les autres formes de justice politique ou administrative. Pour discerner les spécificités du cas grec, nous allons donc examiner ces traits.

  • 27  Nombre des témoins – nombre des séances : presque 4 fois plus grand (140 pour 40) pour (...)

22On a vu déjà combien les interventions directes de l’exécutif transformèrent le procès des gouvernements en une justice hybride à mi-chemin entre le « pénal » et le « politique ». La lenteur qui caractérisa le TSC durant son premier semestre de fonctionnement correspondait à la prudence avec laquelle les élites étatiques assurèrent l’entrée dans l’après-guerre durant cet incertain printemps 1945. La consolidation progressive des autorités de l’État au cours de l’été, jointe à l’échec de facto de l’épuration administrative, faisait des TSC les seules institutions restantes capables de punir les collaborateurs. Le brusque changement de vitesse en septembre indique que les effectifs de l’appareil judiciaire relevèrent ce défi. À cet égard, l’accélération spectaculaire du temps procédural dans le procès de la « Spéciale », si on le compare à l’autre « grand procès » public des gouvernements, est elle aussi symptomatique : elle est directement proportionnelle à l’accélération du rythme de plus en plus rapide d’émission des non-lieux à partir de l’automne 1945, ainsi qu’à l’augmentation du nombre des affaires renvoyées à l’audience27.

Rythme des jugements du TSC d’Athènes

Période Nombre d’inculpés
Mars – août 1945 281
septembre 1945 – février 1946 783
mars 1946 236

L’écart se creuse

  • 28  Ce taux, légèrement supérieur à la moitié en 1945 (55,7 %), oscille autour des deux (...)
  • 29  L’« indignité nationale », infligée pratiquement contre tous ceux qui furent condamn (...)

23En s’arrêtant un instant encore sur l’aspect quantitatif, le procès de la Sûreté reflète aussi ce qu’on pourrait nommer l’indice d’impunité de ces procès. Son taux d’acquittement (8 sur 16, soit 50 %) n’est que légèrement inférieur à la moyenne générale. Car, comme ce fut le cas partout, le taux d’acquittement pendant les premiers mois des procès a été plus faible que par la suite : il n’empêche que, même pendant les neuf mois de fonctionnement en 1945, le nombre d’acquittés fut supérieur à celui des condamnés à n’importe quelle peine28, y compris celle « symbolique » de l’indignité nationale29.

  • 30  Voir Leftéris Apostólou, 1945, Η παρωδία της δίκης των δωσιλόγων και η αυτοκατάδικη (...)

24Si on compte avec cet indice d’impunité le nombre des non-lieux qui allait en augmentant et si on le compare avec le nombre de plaintes restées dans les tiroirs, que l’on peut considérer comme un indice de la demande sociale de justice en matière de collaboration, on obtient une image statistique d’une disproportion étonnante. Sur environ 6 000 plaintes visant 18 000 individus, seulement pour la région de la capitale, on compte jusqu’à fin 1945 un total de 240 condamnés, dont moins d’une centaine à de lourdes peines – la plupart ayant été condamnés par contumace30. La concordance statistique entre l’ensemble des procès et celui de la Sûreté qui réunissait quelques-uns des cas les plus extrêmes et les plus frappants révèle donc combien ce dernier procès contribua à creuser davantage l’écart entre l’attente sociale de punition et la justice rendue par le TSC.

  • 31  Communiqué de la police publié dans le journal Éleuthéria du 30 octobr (...)

25Ainsi, tandis qu’à Athènes, en vue de la tenue imminente des élections, la publicité du procès et le légalisme des forces politiques donnaient lieu à la dénonciation des TSC comme « cours d’acquittement » (athoodikeia) ou à des démarches officielles – qui se limitèrent toujours à des pratiques discursives –, il n’en allait pas toujours de même ailleurs. En Crète, où les codes du droit coutumier de la vendetta étaient particulièrement présents, se produisit un événement remarquable. Le verdict du TSC d’Héracleion, concernant un groupe de 5 délateurs d’un village montagnard responsables de 31 exécutions perpétrées par les Allemands en représailles, fut jugé trop clément « et déclencha la colère des parents des victimes et de l’assistance nombreuse […]. La force de la gendarmerie sur place, renforcée par des effectifs militaires, essaya de retenir la foule et prit des mesures pour protéger la vie des condamnés. Mais la foule enragée dispersa la force policière, envahit la salle du tribunal, rompit la porte du bureau du juge d’instruction et massacra sur-le-champ tous les condamnés, dont les cadavres furent ensuite jetés sur la voie publique31 ».

  • 32  Tony Judt, 1994, “Resistance and Revenge”, in Past Imperfect: French i (...)

26Certaines normes fondamentales de la « justice légale », comme la formulation claire et sans équivoque de lois, afin de réduire la marge d’interprétation du parquet, ou le choix de juges (et de jurés) « impartiaux », pour assurer (au moins formellement) la tenue de procès équitables, sont régulièrement transgressées dans toute forme de justice de transition, et le furent particulièrement pendant les procès des collaborateurs au lendemain de la Seconde Guerre mondiale32. Si les éléments statistiques exposés ci-dessus nous donnent déjà une mesure de la portée sociale de cette justice, le caractère de ces transgressions dans le cas grec nous permet d’en saisir la fonction politique.

L’impartialité des juges

  • 33  Sur ce point un rapprochement pourrait être fait, mutatis mutandis, avec le cas de l (...)

27Si l’on admet que les conditions d’extrême polarisation au sortir de la Seconde Guerre mondiale rendaient a priori pratiquement impossible l’observation de la norme d’« impartialité des juges » dans n’importe quel pays, la particularité première de la Grèce se repéra dans le fait que la norme fut transgressée à l’envers. Bien entendu, l’épuration ratée de la magistrature et l’auto-immunité pénale accordée par celle-ci à ses membres ne sont à cet égard que des constantes communes, imposées aux élites soucieuses de remettre en marche la machine étatique. Cependant, en Grèce, à la différence des autres pays qui avaient subi l’occupation étrangère, le corps judiciaire chargé de légitimer le nouveau régime comptait un grand nombre de partisans du régime précédent : la situation s’apparentait davantage à celle des pays vaincus de l’Axe qui durent épurer les appareils étatiques de régimes bien enracinés dans l’histoire récente du pays33. La spécificité grecque résidait donc surtout dans le choix d’exclure les corps consultatifs des listes de jurés ; le procès de la Sûreté révéla qu’on n’hésita pas à leur substituer d’anciens membres d’organisations nazies. Cet état de fait manifeste le caractère idéologique de cette justice et renvoie directement aux interprétations qui dictèrent l’application de la loi.

La restriction drastique du cercle des responsables étatiques

  • 34  TSCA/VP/5/1945, procès no 589.
  • 35  Le prêtre G. Syméon qui « avait déjà été exécuté » : TSCA/VP/7/1945, procès no 932.

28En ce qui concerne la clarté des énoncés législatifs, on a déjà observé comment la définition de la collaboration économique offrait une marge d’interprétation pratiquement illimitée au parquet. On a déjà vu aussi comment l’application pernicieuse des garanties pénales donna lieu à l’acquittement des hauts dignitaires de la police et de la magistrature. Le procès des chefs de la Sûreté spéciale est aussi typique de la réduction à l’extrême du nombre des coupables parmi les effectifs des forces de l’ordre. Cette série de procès commença le 1er septembre avec l’acquittement de Zacharias Stavroulakis, un officier de la gendarmerie proche de Lambou34. Elle se poursuivit par le jugement de Christos Vassilopoulos, chef de la police nommé par le premier gouvernement de collaboration, jugement qui fut rendu en même temps que l’ouverture du procès de la Sûreté. Accusé d’avoir arrêté et livré des soldats britanniques, cet officier avait été un des seuls quinze « agents de l’ennemi » dénoncés par les services du Caire : éclipsé par le retentissant « grand procès », il fut condamné à seulement sept ans de prison ferme pour avoir été nommé à son poste ; quant à la responsabilité de l’acte, la cour, de manière grotesque, condamna à la peine capitale l’informateur de la police impliqué, pourtant déjà mort35.

  • 36  Voir “redemption arguments” selon Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The (...)
  • 37  Pour l’histoire, le président de la Cour s’appelait Golfinopoulos. Voi (...)
  • 38  Voir la lettre du juriste républicain F. Vegleris au sujet de ce procès, Éleuthéria,(...)

29Si le début fut discret et la suite grotesque, la fin de cette série de procès prit un tour « triomphal ». Une fois conclu le procès de la Sûreté s’ouvrit celui de Nikos Bouradas, chef de la section motorisée, brigade d’urgence et force de frappe de la police athénienne. Son nom était tellement associé aux atrocités de cette section qui s’était ouvertement compromise avec l’occupant et acharnée contre la Résistance, qu’il fut utilisé pour désigner de manière péjorative l’ensemble de ses effectifs (Bouradades). Accusé notamment pour ses incursions, souvent conduites aux côtés des occupants, dans les fiefs de la Résistance, qui se soldaient par des arrestations en masse ou des « disparitions » de militants, cet officier reçut l’appui inconditionnel du chef de la police, Evert. Celui-ci comparut comme témoin de l’accusation mais sa déposition suffit pour faire acquitter l’accusé. Ses arguments résument l’ensemble des « arguments de rédemption » que firent valoir les accusés pour obtenir la clémence de la cour36. La décision d’acquittement fut prise à la majorité puisqu’elle ne fut contestée que par un juge, un des rares qui surent s’opposer à l’esprit d’impunité37. Or dans la sphère publique, les polémiques ferventes des mois précédents faisaient désormais place à l’ironie : concluant la série des jugements des hauts responsables étatiques, ce procès confirmait ce qui était devenu une routine et détruisait définitivement tout espoir en la justice38.

Le nazisme à la grecque

  • 39  Voir le « profil sociologique » des chefs de l’ESPO : médecins comme Κ (...)

30De nombreux groupes offraient plusieurs débouchés au militantisme anticommuniste : c’est pourquoi aucune organisation ouvertement nazie n’a acquis une dimension de masse. Elles étaient en règle générale dirigées par des petits-bourgeois athéniens39, avec le financement des forces allemandes. Plusieurs ont été créées, seulement deux ou trois ont pu survivre jusqu’à la fin de l’Occupation : les quelques milliers d’individus qui fréquentèrent à un moment ou à un autre leurs locaux – par opportunisme ou par conviction – sont vite passés à d’autres activités. Si ces organisations traversèrent l’Occupation discrètement, changeant d’identité comme un serpent change de peau, c’est parce qu’elles fonctionnèrent comme bureaux de placement et comme points de jonction entre la vie du pays et les forces d’occupation. Si on était partisan du nazisme, on pouvait souscrire à leur idéologie ; si on était germanophone, on pouvait y chercher un poste d’interprète ; si on était spéculateur, on venait y chercher les bons contacts, et ainsi de suite.

31En 1943, même si les troupes de l’URSS avançaient victorieusement, la polarisation restait encore latente et certains hommes politiques éminents s’engagèrent dans ces organisations. Après 1943, les organisations qui demeurèrent continuèrent leur métamorphose coutumière, se muant en agents recruteurs à la fois pour le compte des services allemands et pour celui de la Sûreté spéciale : elles devenaient ainsi partie intégrante du noyau dur de l’appareil de collaboration. Ces organisations avaient été préalablement condamnées par le gouvernement du Caire, et leurs chefs nommément cités par Anthony Voltérakis (un agent de renseignements grec au service du Caire qui s’infiltra dans la Gestapo). Or leurs noms, ainsi que ceux de deux chefs de la police, manquaient à l’édition grecque de son livre en 1946.

  • 40  TSCA/VP/5/1945, procès nos 558, 559.
  • 41  TSCA/VP/6/1946, procès no 563.
  • 42  Les premiers procès ont eu lieu en août 1945, TSCA/VA/4/1945, procès nos 513, 530, 5 (...)

32Présent dans la première liste, le psychiatre Vlavianós, chef de l’ESPO (Ethniki Sosialistiki Patriotiki Organosi – Organisation nationale socialiste patriotique) en 1942, avait été condamné en août 1945 à quinze mois de prison pour avoir été nommé maire de la petite commune de Kifissia : l’accusation de participation à l’organisation nazie fut récusée comme rumeur sans fondement40. Alexandros Yannaros, fondateur d’une autre petite organisation et actif au sein des services allemands, fut acquitté en mars 194641. Jugés individuellement à partir d’août 1945, plusieurs membres de l’OEDE (Organosi Ethnikon Dynameon Elladas – Organisation des forces nationales de la Grèce) furent tour à tour acquittés ; en janvier, un groupe de dix membres fut innocenté en bloc42. Bien que le commissaire disposât des listes des personnes appartenant à ces organisations, la plupart de leurs effectifs ne furent jamais arrêtés, qu’ils aient accompagné la retraite allemande ou bénéficié d’une protection haut placée.

  • 43  Un des exemples de cette occultation concerne Louvaris, ancien ministre, chef de fil (...)

33Cependant, alors qu’un grand nombre de membres restaient simplement consignés sur les listes du commissaire spécial, une petite partie d’entre eux, probablement les plus « utiles » dans cette phase de restructuration des services de renseignements, resta en détention provisoire dans l’attente des procès dont beaucoup devraient être instruits quand le fonctionnement du TSC parviendrait à son terme. Cette évolution traduisait, à court terme, l’implication de la justice dans le remaniement du noyau dur de l’État. Mais, à moyen terme, elle laissa aussi une trace indélébile : la forte tendance de l’historiographie à considérer que l’histoire de ces organisations a pris plus ou moins fin en 1942‑1943 indique qu’en les « effaçant » du champ judiciaire, la justice occultait l’existence ou le rôle des nazis grecs dans le passé comme à l’avenir43.

Châtiment : circonscrire la « nation résistante » 

  • 44  Jusqu’à la fin mars, 391 individus condamnés, dont 41 à mort, 40 à perpétuité, et enco (...)

34Dans la première année de son fonctionnement, le TSC d’Athènes avait déjà prononcé des sentences contre 400 individus, dont environ 80 étaient des condamnations à la peine capitale ou à la prison à vie44. Qui étaient les accusés ? Quels crimes furent punis et selon quels critères ? Enfin, quelle logique, s’il y en a eu une, régit ces sentences ? À quelle demande sociale de justice voulaient-elles répondre ?

35Dans la logique pénale de ces tribunaux spéciaux créés ad hoc, le caractère juridique du crime était par définition de même nature. À l’opposé de la logique politique présidant à la condamnation des gouvernements, le parquet, pour le reste des affaires, fit montre de rigueur, observant méticuleusement les règles d’une « justice purement légale ». Selon cette conception, les gouvernements de collaboration firent en quelque sorte office d’écran séparant les forces d’occupation présentes dans le pays et leurs propres sujets : si ces derniers avaient travaillé pour le compte de l’État ou même de l’occupant, a priori c’était légitime. Ils avaient tous été contraints d’agir ainsi, soit sous la pression de l’occupant, soit à cause de la pénurie. La seule preuve suffisante justifiant l’envoi d’une affaire à l’audience était une collaboration dite « contrainte ».

36En pratique, on ne donna suite qu’aux poursuites judiciaires qui concernaient l’utilisation de la violence ou la provocation à la violence au préjudice des citoyens grecs et des Alliés. Cela signifie que les crimes ayant occupé l’essentiel des travaux du TSC concernèrent exclusivement les actes de délation, meurtre, chantage. On discutera plus tard l’appartenance sociale des 2 500 individus cités devant le TSC d’Athènes : elle se laisse aisément deviner par le caractère des actes incriminés ainsi que par l’absolution solennelle des élites. Il s’agit d’un échantillon limité et ressortissant à un domaine suffisamment restreint pour qu’on puisse en tirer facilement des généralisations ; cela n’empêche que ces 1 670 affaires citant environ 2 500 personnes (dont 2 205 furent effectivement jugées) constituent tout de même un précieux indice pour mesurer à quel point la violence joua un rôle essentiel dans les remous de la révolution et de la contre-révolution des années 1940. À la faveur du travail d’instruction du TSC furent révélés peu à peu les rapports entre les BdS et la Sûreté pour la protection des réseaux de ravitaillement entre la capitale et les campagnes ; les mécanismes d’expropriation et de spéculation mobilisés autour des biens juifs confisqués ou des propriétés vendues à une valeur très inférieure à celle d’avant-guerre ; les liens intimes noués entre fonctionnaires, organisations « nationalistes » et services des forces occupantes face à l’ennemi commun. Signes d’un monde uni par plusieurs liens de sang, que la justice ne pouvait rompre, les affaires présentées devant le TSC n’offraient sur le plan purement pénal aucun principe permettant à la cour de distinguer ce qui était « condamnable » de ce qui ne l’était pas.

37Le critère qui prévalut pour déterminer les crimes à châtier et pour réparer, fût-ce symboliquement, les injustices du passé, fut plutôt celui des qualités (et des appartenances) des victimes. La foule d’acquittements décidés dès les premiers mois pour des officiers ou des membres des forces de l’ordre n’était que l’aboutissement du travail entamé avec les affaires des « grands collaborateurs ». Dans ces procès intentés surtout par des membres de l’EAM, les accusés ne niaient pas leur passé. La réintégration officielle de l’anticommunisme comme idéologie d’État leur offrit l’occasion de revendiquer leur appartenance aux forces armées de la collaboration et d’accréditer ainsi leur anticommunisme ; quelques membres présumés des SS ou des organisations nazies ont même pu revendiquer être de simples membres des BdS.

  • 45  Voir comment cet argument fut employé par les chefs de la police et de la gendarmerie (...)

38L’argument selon lequel la « violence communiste » dont ils auraient été victimes les avait poussés à s’engager dans la « lutte nationale» de la collaboration armée suffisait largement pour provoquer les doutes raisonnables de la cour et, de fait, constitua le motif d’acquittement le plus fréquent. Dans tous les cas, l’enceinte judiciaire, et même celle du TSC, fut un lieu privilégié pour réaffirmer les discours « victimisants » devenus dominants après décembre 1944, d’abord parce que étaient devenues récurrentes l’absence des témoins de l’accusation ou la révocation de leurs dépositions (qui résultait, de toute évidence, de campagnes d’intimidation et de dissuasion), ensuite parce que les témoins de la défense, souvent officiers de la gendarmerie ou de l’armée, parfois au service du nouvel État, vinrent ajouter officiellement la « violence communiste » aux contraintes tenant lieu d’excuse absolutoire45.

39À cet égard, la comparaison entre deux affaires similaires dont l’une, à la suite d’une plainte portée par des membres de l’EAM, donna lieu à une condamnation plutôt inhabituelle, est révélatrice de la logique du parquet :

  • d’un côté on trouve le cas de P. Belk, étudiant qui aurait adhéré à l’ELAS en 1943 pour la quitter peu après en prenant conscience de ses « activités antinationales ». « Persécuté par l’EAM », il s’impliqua dans les organisations anticommunistes et dénonça plusieurs de ses anciens camarades et leurs familles, engagés dans les organisations de la Résistance athénienne. Les plaignants, victimes ou parents des victimes qui comparurent comme témoins de l’accusation, avaient été membres de la Résistance nationaliste ou de l’EAM. Ces derniers, sans nier leur appartenance précédente, surent clairement faire apparaître leur séparation d’avec l’EAM après l’Occupation, et surtout après le mois de décembre. L’accusé fut condamné à perpétuité46 ;
  • il n’en alla pas de même pour un groupe de délateurs de l’École polytechnique qui avaient infiltré le syndicat et dénoncé plusieurs de leurs collègues. Dans ce cas, parmi les plaignants figuraient des membres éminents de l’EAM, des membres de l’EPON, ainsi que le président de l’École, un de leurs appuis les plus prestigieux. Les accusés, fidèles à la ligne anticommuniste et soutenus par les professeurs nationalistes de l’institution, furent acquittés en bloc pour « doutes raisonnables47 ».
  • 48  Voir Konstantinos Tsátsos, 1945, Ο Δεκέμβριος του 1944 [Décemb (...)

40Ces deux jugements montrent que l’œuvre de la justice ne se limitait pas à disculper les anticommunistes de l’infamie de la trahison, mais elle cherchait également à ôter le titre de Résistance à l’EAM. Le TSC validait une logique qui voulait que les victimes appartenant à l’EAM aient été les victimes d’un conflit civil dont elles avaient été les instigatrices. De même que l’EAM fut considéré comme une déviation surpolitisée de la Résistance, ses témoins furent jugés récusables car ils cherchaient à politiser la justice : seuls les « gens honnêtes » qui avaient pu réaliser les « objectifs obscurs » de cette organisation pouvaient voir leurs sacrifices honorés dans le panthéon national48.

  • 49  Respectivement, commune de Tégée (procès no 1418, TSCA/VA/6/1945) où les h (...)

41Cette distinction devient visible dans deux cas de fonctionnaires de communes rurales qui adhérèrent aux BdS. Leur adhésion aux BdS faisant suite à une action armée de l’EAM, l’acte fut justifié et les accusés acquittés des faits reprochés qualifiés d’« excès » ; en revanche, dans un cas où les habitants de la commune avaient reconnu la légitimité des BdS et avaient même fait une démarche auprès de leur chef au sujet de leurs « excès », le commandant local des BdS fut condamné à mort49.

  • 50  Bourreau de plusieurs membres de la bourgeoisie athénienne impliqués ou pas dans les (...)
  • 51  Petroutsópoulos, procès no 1291, TSCA/VA/5/1945, ami de la chanteuse Diridaoua (Aikate (...)
  • 52  S’étant enfuie avec les troupes allemandes, Sitsa Karaïskaki fut jugée par contumace : (...)

42Les TSC complétaient le travail des cours d’assises qui, au même moment, sanctionnaient massivement les membres de l’EAM comme bourreaux des nationalistes. Leur véritable contribution fut de réserver les titres de la Résistance nationale exclusivement à ses membres anticommunistes. À partir de l’automne 1945, la conception strictement « pénale » du crime de collaboration qui avait servi à se débarrasser des affaires intentées par l’EAM fut maintenue afin de répondre à la demande de justice de la Résistance anticommuniste. Afin de corriger l’impression d’impunité généralisée, la cour instruisit à nouveau le procès de l’agent des SS, Mandilaris, et le condamna à la prison à vie50. Une figure emblématique des milieux mondains athéniens, un aventurier qui avait été « agent double » depuis l’avant-guerre, fut aussi condamnée à mort par contumace51. La seule personne condamnée pour collaboration politique avec l’occupant pendant cette période fut l’écrivain Sitsa Karaïskaki, nazie convaincue et responsable tout au long de l’Occupation de la Propagandastaffel allemande à la radio d’Athènes52.

43Le reste des sentences condamnatoires ainsi que la gradation des peines infligées sont éloquentes. Les 17 autres condamnations à la peine capitale, prononcées par le TSC d’Athènes entre septembre 1945 et mars 1946, concernèrent exclusivement des actes de délation auprès des autorités d’occupation, dont les victimes étaient :

  • des membres des réseaux d’espionnage pour le compte du gouvernement en exil, dont Lela Karagianni, la « mère grecque » qui fut érigée en symbole de la Résistance nationaliste durant l’après-guerre ;
  • des officiers de l’armée ;
  • des citoyens ou des agents des pays alliés53.
  • 54  Procès no 1316, TSCA/VA/7/1945, délateurs du réseau d’espionnage Midas et no 540, TSCA (...)

44Par ailleurs, ce fut exactement la même logique qui dicta les 20 condamnations à perpétuité prononcées pendant cette même période54.

  • 55  Voir Mark Mazower, 2000, Greece after Liberation, in Mark Mazower, After t (...)

45Si la multitude d’acquittements avait déjà suffi à révéler que l’application des normes pénales par les TSC avait été idéologiquement biaisée, cette série de condamnations met en pleine lumière la double nature de ce biais. Jusqu’à aujourd’hui, les bilans historiographiques ont surtout abordé les effets de la nature anticommuniste de cette justice, anticommunisme dont l’adoption ab ovo limita drastiquement la portée de la répression des collaborateurs et constitua la particularité du cas grec en la matière55. Or, si c’est là une évidence, ce n’est qu’une demi-vérité. Certes, les TSC contribuèrent à rendre licites l’intégration des collaborateurs et l’exclusion de la gauche, mais ils n’étaient qu’une instance judiciaire parmi les différentes instances judiciaires ou administratives à exécuter ce travail. La raison d’être qui les distingua et la mission dont fut exclusivement chargée cette forme de justice étaient de marquer un nouveau commencement pour la nation, de la refonder sur une base qui se disait antifasciste.

  • 56  Voir l’article de Fritz Graf, 2005, “Ianus”, Brill’s New Pauly (...)

46Ce n’est qu’en considérant l’aspect double de cette justice/Janus qu’on peut saisir sa véritable particularité et sa fonction politique. Certes la référence à Janus sert communément à exprimer la duplicité et, en effet, dans les TSC, on prétendait bien punir et excommunier les collaborateurs de la communauté nationale tout en y réintégrant en grande partie. Mais la référence à Janus renvoie également à la nature même du dieu antique : dieu des commencements et du passage, Janus était l’objet exclusif d’un culte proprement politique56. Si l’on garde à l’esprit cette autre caractéristique de Janus, il apparaît qu’ériger l’antifascisme en idéologie officielle d’État représentait la condition sine qua non pour que le pays intègre le camp des vainqueurs de la guerre et assure ainsi son passage dans le monde de l’après-guerre. Cette justice/Janus avait donc deux visages : l’un regardait vers l’avant, cherchant à ouvrir une perspective vers l’avenir ; l’autre restait tourné vers le passé, pour ne retenir de l’expérience nationale que les aspects utiles à la construction d’un récit antifasciste.

Notes

1  Voir notamment David Close, 1995, “The changing structure of the right 1945‑1950”, in John Iatrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, University Park : The Pennsylvania State University Press. Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], Athènes : Vivliorama, p. 276‑277.

2  Michális Lymbératos, 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], op. cit., p. 353‑379. Georges Mavrogordatos, 1981, “From Ballots to Bullets: The 1946 Election and Plebiscite”, in John Iatrides (ed.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Hanovre/Londres : University Press ok New England.

3  TSCA/VP/3/1945, procès no 203, où N. Antonakéas, un officier éminent de l’IDEA comparut comme témoin de la défense pour réfuter le fait que l’accusé avait été en même temps membre des SS.

4  Il s’agit de D. Papadongonas, promu selon la loi no 1362/1944. La presse libérale releva, en commun avec l’EAM, le drapeau de la « punition des traîtres ». Le gouvernement présenta ses excuses pour l’« imprudence du ministre et du Premier ministre lors de la signature des décrets ».

5  Éleuthéria, 22 août 1945, Rizospástis, 21 août 1945, à propos de Papadongonas.

6  Témoignage du lieutenant-général, adjoint au chef de la Sûreté spéciale, Lambou, témoin de l’accusation, TSCA/VP/926-930-931-933-950-951-952-953-980-999-1045-1131 et 1132/1945, feuilles 28‑33, séance du 20 octobre 1945 ; voir aussi les comptes rendus analytiques de Rizospástis, To Víma, et d’Éleuthéria du lendemain.

7  Vingt-cinq comparurent comme partie civile pour quelques-uns des crimes commis par les agents de la Sûreté spéciale, ainsi que 44 témoins convoqués par eux, pour la plupart veuves, parents, fils, frères ou sœurs des victimes ou même des citoyens qui avaient été arrêtés et puis relaxés après avoir subi un interrogatoire ; pour l’hôtel Cristal, voir notamment le témoignage de son propriétaire Ch. Kyvélos, TSCA/VP/, séance du 24 octobre, feuille 36.

8  La durée moyenne des 16 séances de ce procès fut d’environ 10 heures. Elles commençaient normalement à 8 h 30 ou 9 heures du matin et continuaient, avec deux pauses déjeuner et café, jusqu’à 20 h 30.

9  Voir à titre d’exemple les journaux To Víma, Éleuthéria du 27 octobre 1945, Rizospástis du 26 octobre 1945.

10  Voir TSCA/VP, feuilles 3‑5. Ces affaires furent examinées l’une après l’autre lors du procès, avec la comparution de témoins distincts pour chacun des actes jugés.

11  TSCA/VP, voir notamment les témoignages d’Ap. Pap., I. Skoul, séance du 21 octobre, Or. Theod., séance du 22 octobre, D. Triant., séance du 23 octobre 1945.

12  Un des accusés, Bourtzalas, avait rejoint la Wehrmacht pendant la campagne de Russie. Selon les témoignages Mandas faisait partie des SS et de l’organisation d’espionnage allemande « 3 000 » (témoignages de N. Del. et de G. Kaz., TSCA/VP, séance du 22 octobre 1945). Selon le témoignage de l’officier de l’IDEA Antonakéas, Kourebanas appartenait à l’organisation nationaliste « EE », TSCA/VP, séance du 25 octobre.

13  Témoignage de Poth. Pod., séance du 23 octobre, Voir Rizospástis du 26 octobre 1945 et Níkos Kalkanis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], Athènes : Synchroni Epochi, p. 192‑193.

14  Ce fut le cas de Genissebdas, fonctionnaire de la Banque agricole et membre de l’organisation nationale-socialiste ESPO, voir Éleuthéria du 16 octobre1945 et Λευκή Βίβλος [Livre Blanc], 2, p. 54.

15  Morfis, « l’épouvantail de la rue Elpidos », servait dans la gendarmerie en Thrace ; Kastanis au QG de la gendarmerie. Destounis était élève à l’École militaire ; d’autres avaient été intégrés à la Garde nationale.

16  Ces démarches furent entreprises dès le premier jour du procès. En même temps que le parquet les rejetait, il interrompait souvent les témoignages de l’accusation afin d’accélérer le déroulement du procès. Voir aussi Rizospástis, 21 octobre 1945, Éleuthéria, 20 et 23 octobre 1945, To Víma, 21 et 22 octobre 1945. Voir Níkos Kalkanis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], op. cit., p. 188‑192.

17  Parmi le nombre limité des membres de ce gouvernement de service qui dura trois semaines. Voir Éleuthéria, Rizospatis, To Víma du 25 octobre 1945. Remplacement de Tsiabassis, pour cause de maladie et de surcharge professionnelle le 26 octobre, huitième séance, TSCA, feuille 65.

18  En les qualifiant de « hors-sujet » et sans rapport avec le fond pénal de l’affaire : voir la lettre ouverte des avocats, Éleuthéri Ellada, Éleuthéria du 24 octobre 1945.

19  Tels furent les cas d’un colonel de l’armée, ancien membre de l’« EDES de trahison » (Komninós Pyromáglou, 1975, Η εθνική αντίσταση, ΕΑΜ-ΕΛΑΣ-ΕΔΕΣ, Κριτική εισαγωγή εις την διαμόρφωσίν της [La résistance nationale, EAM-ELAS-EDES, introduction critique à sa formation], Athènes : Themelio, p. 47), (A.P., séance du 21 octobre), du dirigeant de la section judiciaire de la Sûreté (G. Tav., séance du 22 octobre) et du directeur de la prison Chatzikosta et de l’École de gendarmerie (K. Chatz., et G. Chr., séance du 25 octobre).

20  Les cas les plus caractéristiques furent peut-être celui d’I. Pap., chef de l’EDES de la ville de Vólos, (séance du 25 octobre) et celui de K. Rodok., P-DG de la compagnie d’assèchement du lac Copaïs (séance du 30 octobre).

21  N. Antonakéas membre de la ligue secrète de l’IDEA et auteur en 1947 du Φως εις το σκοτός της Κατοχής, Εθνική Αντίσταση 1941‑1944 [Lumière sur l’obscurité de l’Occupation, Résistance nationale, 1941‑1944, Athènes : s. éd., qui comparut en tant que témoin dans les séances du 24 et du 30 octobre 1945.

22  À titre d’exemple se présentèrent « volontairement » au cours du procès, sans avoir été placés en détention provisoire, l’accusé Michaléas, le 23 octobre, et les accusés Ghaniotis et Vlissaropoulos, le 29 octobre. Par ailleurs, les 24, 26 et 30 octobre, divers accusés détenus (Manda, Kourébanas et al.) refusèrent de se présenter au tribunal au prétexte qu’ils étaient malades.

23  Voir pour la première catégorie les apologies de Kourébanas, Vélissaropoulos ; pour l’argument d’être victime des communistes, voir notamment Kastánis, Partheniou ; Poulis fut le plus explicite des combattants anticommunistes : « J’aurais dû tuer davantage de communistes, […] je vous demande de me donner l’occasion de le faire », voir TSCA/VP, feuilles 111‑124.

24  Voir le considérant et la décision du tribunal, feuilles 133‑137 ; aussi To Víma, Éleuthéria du 14 novembre 1945.

25  Iliás Nikolakópoulos, 2001, Η καχεκτική Δημοκρατία, κόμματα και εκλογές, 1946‑1967 [La démocratie cachectique, partis et élections, 1946‑1967], Athènes : Pataki, p. 57‑60. Georges Seféris, 1985, Πολιτικό ημερολόγιο [Journal politique], Athènes : Ikaros, p. 44‑74. Michális Lymbératos , 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], Athènes : Vivliorama, p. 353‑384. Heinz Richter, 1986, British Intervention in Greece: From Varkiza to Civil War February 1945 to August 1946, Londres : Longwood, p. 248‑262.

26  Suivant la distinction entre les différentes formes de justice de transition faite par Jon Elster, 2004, “The institutions of justice”, in Closing the Books: Transitional Justice in historical perspective, New York : Cambridge University Press, p. 83‑94.

27  Nombre des témoins – nombre des séances : presque 4 fois plus grand (140 pour 40) pour une période 4 fois plus courte (27 jours au lieu de 100, 16 séances au lieu d’environ 60) – bien sûr avec beaucoup moins d’avocats et des avocats moins prestigieux. Le tableau fait la somme du nombre des accusés passés par les jugements, qu’ils aient été délibérés ou ajournés. Pour les non-lieux, voir supra tableau 1.

28  Ce taux, légèrement supérieur à la moitié en 1945 (55,7 %), oscille autour des deux tiers en 1946 et 1947 (64,4 % et 67,9 % respectivement) pour revenir à 50,3 % dans le petit nombre de procès de 1948. Voir Annexe II.

29  L’« indignité nationale », infligée pratiquement contre tous ceux qui furent condamnés par le TSC, fut aussi appliquée symboliquement pour sanctionner l’intention, mais pas un crime ; on en rencontre environ 140 cas, soit 6 % de l’ensemble des prévenus.

30  Voir Leftéris Apostólou, 1945, Η παρωδία της δίκης των δωσιλόγων και η αυτοκατάδικη της δεξιάς [La parodie de procès des collaborateurs et l’autocondamnation de la droite], Athènes : Rigas, p. 12, et journal Éleuthéria, 22 juillet 1945. Dans la même période, seulement deux peines de mort avaient été exécutées dans les tout premiers procès (Exarchos et Yiannopoulos).

31  Communiqué de la police publié dans le journal Éleuthéria du 30 octobre 1945. Un autre communiqué fait aussi part de la mort de sept policiers, information qui ne fut pas confirmée. C’est un sujet d’histoire locale, puisque les cinq délateurs étaient deux femmes et trois adolescents qui indiquèrent aux Allemands le soutien apporté par les habitants du village aux partisans de la Résistance.

32  Tony Judt, 1994, “Resistance and Revenge”, in Past Imperfect: French intellectuals 1944‑1956, p. 13‑14. Jon Elster, 2004, Closing the Books: Transitional Justice in historical perspective, Los Angeles/Berkeley : University of California Press, p. 88‑90.

33  Sur ce point un rapprochement pourrait être fait, mutatis mutandis, avec le cas de l’Italie qu’Elster qualifie de justice de transition « endogène » (Jon Elster, 2006, Retribution and Reparation in the transition to democracy, Cambridge/New York : Cambridge University Press, p. 4‑5) : voir notamment l’étude de Hans Woller, 1996, I conti con il fascismo, L’epurazione in Italia, 1943‑1948, Bologne : Il Mulino.

34  TSCA/VP/5/1945, procès no 589.

35  Le prêtre G. Syméon qui « avait déjà été exécuté » : TSCA/VP/7/1945, procès no 932.

36  Voir “redemption arguments” selon Jon Elster, 2006, “Redemption for Wrongdoing: The Fate of Collaborators after 1945”. Il vaudrait la peine d’énumérer ici les arguments de la cour pour justifier cet acquittement : 1) le fonctionnement de la police sous l’Occupation fut conforme aux accords de La Haye de 1907 concernant les forces qui assurent l’ordre dans un pays occupé ; 2) la répression des manifestations était réalisée par ce corps pour éviter que les patriotes tombent entre les mains des Allemands ; 3) la participation aux rafles de quartier et aux bloka des occupants servait à éviter les excès de la Sûreté spéciale ou des BdS. L’aide d’Evert a été décisive sur le dernier point car il a affirmé que la participation de Bouradas à ces rafles avait été commandée par lui afin d’éviter les excès des autres : TSCA/VP/10/1945, procès no 1239.

37  Pour l’histoire, le président de la Cour s’appelait Golfinopoulos. Voir le considérant de la minorité TSCA/VA/6/1945, procès no 1239.

38  Voir la lettre du juriste républicain F. Vegleris au sujet de ce procès, Éleuthéria,27 novembre 1945 ; voir aussi Rizospástis, To Víma des 26 et 27 novembre 1945.

39  Voir le « profil sociologique » des chefs de l’ESPO : médecins comme Κ. Vlavianós (psychiatre), Ar. Androníkos et Stérodímos, avocats comme Triadopoulos, chef après le plastiquage des bureaux de l’organisation, ou commerçants, fonctionnaires du service public, petits entrepreneurs : Iákovos Chondromatídis, 2001, Η μαύρη σκιά στην Ελλάδα, Εθνικοσοσιαλιστικές και φασιστικές οργανώσεις στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου και της γερμανικής Κατοχής, [La liste noire en Grèce, Organisations nationales-socialistes et fascistes dans la Grèce de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation allemande], Athènes : Stratiotiki Istoria, p. 64‑66.

40  TSCA/VP/5/1945, procès nos 558, 559.

41  TSCA/VP/6/1946, procès no 563.

42  Les premiers procès ont eu lieu en août 1945, TSCA/VA/4/1945, procès nos 513, 530, 550 ; pour le jugement de membres présumés de l’organisation EEE, voir TSCA/VA/5 et 6/1945, procès nos 1053 et 1200/1945.

43  Un des exemples de cette occultation concerne Louvaris, ancien ministre, chef de file d’une telle organisation. Le poids de ces services pour remplir les objectifs allemands proprement militaires fut minime, comme le confirment également les études de Fleischer ou de Mazower. Cela n’empêche que leur rôle dans le conflit interne a été occulté de manière récurrente. Un des exemples les plus récents : Évánthis Hadjivassileíou, 2004, «Κ. Περρικός, Σκέψεις για την ελληνική ασφάλεια» [K. Perrikos, pensées sur la sécurité grecque], Kleio, no 1, p. 177‑198.

44  Jusqu’à la fin mars, 391 individus condamnés, dont 41 à mort, 40 à perpétuité, et encore 90 condamnés à des peines de réclusion criminelle supérieure à 10 ans. Voir Annexe II.

45  Voir comment cet argument fut employé par les chefs de la police et de la gendarmerie pour faire abstraction des contraintes qui découlaient des persécutions légales à leur égard, et obtenir des non-lieux.

46  TSCA/VP/10 et 11/1945, procès nos 1156, 1157 et 1207, audiences entre le 14 et le 30 novembre 1945. Voir notamment les dépositions de G. Bok., I. Kar., G. Giov., D. Kats., étudiants. Les témoins soutinrent qu’il avait intégré la Sûreté spéciale et les SS au printemps 1944.

47  TSCA/VP/11/1945, procès no 1324-1326. Le président de l’École polytechnique, Konstantínos Kitsíkis, fut limogé en 1945 ; vers la fin des années 1950 il devint député de la gauche. Son frère Nikólaos, également professeur, comparut dans le même procès pour défendre les accusés, se maintint à son poste et devint premier ambassadeur du pays à l’Unesco. Parmi les membres de l’organisation de jeunesse de l’EAM, on retrouve G. Farakos, qui devint plus tard cadre supérieur du KKE, et historien de la période à la fin de sa vie.

48  Voir Konstantinos Tsátsos, 1945, Ο Δεκέμβριος του 1944 [Décembre 1944], Athènes : s. éd., p. 17‑18.

49  Respectivement, commune de Tégée (procès no 1418, TSCA/VA/6/1945) où les habitants dénoncèrent unanimement l’action du maire de la commune, et village de Fyli (procès no 1290 TSCA/VA/5/1945) où le village se présenta dans la salle du tribunal partagé entre partisans de l’EAM et anticommunistes (neuf témoins pour chaque partie).

50  Bourreau de plusieurs membres de la bourgeoisie athénienne impliqués ou pas dans les réseaux résistants. La révision de son procès, après intervention du ministre, aboutit à sa condamnation à perpétuité (au lieu de 20 ans en mars), voir TSCA/VP/9/1945, procès no 1135.

51  Petroutsópoulos, procès no 1291, TSCA/VA/5/1945, ami de la chanteuse Diridaoua (Aikateríni Oikonómou), accusée elle aussi de collaboration sous l’Occupation, qui passa à l’EAM. Elle fut jugée dans le même procès et acquittée.

52  S’étant enfuie avec les troupes allemandes, Sitsa Karaïskaki fut jugée par contumace : deux condamnations contre elle, nos 496 et 1221 (respectivement en août et en novembre, voir TSCA/VA/3 et 6/1945). Voir une note biographique Iákovos Chondromatídis, 2001, Η μαύρη σκιά στην Ελλάδα, Εθνικοσοσιαλιστικές και φασιστικές οργανώσεις στην Ελλάδα του Μεσοπολέμου και της γερμανικής Κατοχής [La liste noire en Grèce, Organisations nationales-socialistes et fascistes dans la Grèce de l’entre-deux-guerres et de l’Occupation allemande], op. cit., p. 29‑33.

53  Parmi les procès tenus en 1945, voir procès no  818 pour les délateurs de L. Karagianni, nos 752 et 912 (affaire de délation d’un agent polonais pour le compte des Britanniques), no 916 (délation d’agents britanniques), no 946 (délation et meurtre d’un policier), no 1263 (citoyen allemand domicilié en Grèce et agent des nazis) : TSCA/VA/4,5 et 6/1945.

54  Procès no 1316, TSCA/VA/7/1945, délateurs du réseau d’espionnage Midas et no 540, TSCA/VP/6/1946, délateurs des officiers de l’armée contacts du Caire. Une exception à la clémence du parquet fut le procès no 478 TSCA/VP/5/1946, où, à l’encontre de la proposition clémente du commissaire spécial, la cour condamne à perpétuité deux délateurs – agents des SS dont le crime principal fut le meurtre d’un membre de l’EAM.

55  Voir Mark Mazower, 2000, Greece after Liberation, in Mark Mazower, After the War was Over: Reconstructing the Family, Nation and State in Greece, 1943‑1960, Princeton : Princeton University Press, p. 216‑217. Gabriella Etmektsoglou, 1998, “Collaborators and Partisans on Trial: Political Justice in Postwar Greece, 1944‑1949”, in Claudia Kuretsidis-Haider et Winfried R. Garscha (ed.), Keine “Abrechnung”, NS-Verbrechen, Justiz und Gesellschaft in Europa nach 1945, Leipzig‑Wien: Akademische Verlanganstalt, p. 231‑256.

56  Voir l’article de Fritz Graf, 2005, “Ianus”, Brill’s New Pauly , vol. 6, Leiden/Boston : Brill, col. 676‑678.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search