Version classiqueVersion mobile

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Deuxième partie : le temps des institutions - Les grands procès (1945 - Mars 1946)

La collaboration économique

The Economical Collaboration

Ο οικονομικός δωσιλογισμός

Résumé

Les deux tiers des dossiers sont classés comme collaboration économique, mais une définition vague, la connivence des élites économiques en place et le souci de protéger l’économie moribonde du pays, eurent pour résultat une vague d’acquittement et des condamnations limitées à des cas d’enrichissement spectaculaire. Devant les nombreuses grèves des travailleurs, l’État, apeuré, choisit les élites économiques.

Texte intégral

1Les deux tiers des dossiers constitués furent classés comme affaires de collaboration économique. Particulièrement vague, tant du point de vue de la lettre de la loi que dans son acception judiciaire, cette catégorie pouvait inclure toutes sortes d’activités qui n’étaient pas strictement liées à l’administration de l’appareil étatique : les entreprises (industrie, transport, manufacture privée ou publique), les banques, la finance, les entrepreneurs de travaux publics travaillant pour le compte des forces d’occupation aussi bien que les salariés embauchés par celles-ci.

  • 1  AC no 6, article 1, alinéas 12 et 13.

2Alors que l’AC no 1 limitait les actes répréhensibles à ceux qui visaient l’exploitation préméditée d’un fait de collaboration, l’AC no 6 eut pour effet d’élargir le champ de compétence de la cour. L’ajout dans la définition du crime d’un alinéa qui introduisait un critère purement économique, incriminant tous ceux qui « [avaient] tiré un profit quelconque par leur collaboration avec l’ennemi », confondait sous la même étiquette toutes les variantes et tous les degrés de collaboration1. Au monde patronal, qui avait été principalement visé au début (grandes sociétés immobilières, agences de construction, commerçants ou industriels ayant travaillé pour l’occupant), pouvaient désormais s’ajouter des salariés, des petits commerçants, des importateurs, des hommes d’affaires, quiconque avait pu gagner quoi que ce soit grâce au commerce avec l’occupant. Autrement dit, ce nouvel alinéa permettait de redistribuer les cartes.

  • 2  AC no 107, JO no 77, 2 mars 1946, p. 404.

3La loi élargissait du même coup la marge d’interprétation dont disposait le parquet : déterminer le nombre et le caractère des cas concernés relèverait désormais entièrement de son pouvoir discrétionnaire. Le judiciaire prenait de ce fait le relais de l’exécutif pour la définition de la collaboration économique. Quand, au bout des treize mois entre la mise en vigueur de la loi et les élections de mars 1946, le législateur a pris la relève, c’était pour offrir un cas unique de retour à la législation du gouvernement d’Union nationale : une nouvelle modification remit en vigueur les clauses de l’AC no 12, plus restrictives en matière de collaboration économique. Quel travail avait accompli entre-temps la jurisprudence des TSC pour rendre possible, sur un plan législatif, cette remise à zéro ?

Une « auto-épuration » morale : les connivences des élites économiques

  • 3  AC no 6, article 14, p. 28‑29.
  • 4  Ordonnance du 16 octobre 1944 sur l’épuration dans les entreprises, article 1 qui défini (...)

4En réaction à l’imprécision, voire à l’opacité, qui caractérisait les définitions du crime, la loi fixait de manière détaillée les modalités à suivre pour réprimer les faits de collaboration économique. À défaut donc d’une législation spécifique relative à l’épuration des entreprises (qui n’a jamais vu le jour en Grèce), on énumérait minutieusement les cas susceptibles d’être soumis à enquête et on fixait méticuleusement les procédures et les délais impératifs concernant leur déroulement3. Sur ce point, il serait éclairant de comparer les dispositions principales de la loi en question et la législation française en la matière qu’on trouve citée presque à la lettre dans la définition générale du crime4. À l’aune d’une telle comparaison, on pourrait distinguer les particularités de l’épuration hellénique.

  • 5  Composition du CNEP et des CREP selon l’ordonnance du 16 octobre 1944, in Marc-Olivier B (...)

5D’un côté, la distance entre les activités qui firent l’objet de l’enquête judiciaire et les définitions vagues du crime lui-même, associée à l’absence totale de sanctions intermédiaires (de type disciplinaire ou administratif) entre la réclusion pénale et l’impunité totale, créait un vide important, champ libre abandonné à l’arbitraire du parquet. De l’autre, la tentative pour combler ce vide par le recours à la société civile portait la marque de l’exclusion préalable de la Résistance du corps social : à l’opposé du cas français, la loi ne prévoyait pas la participation aux procédures d’une quelconque instance de la Résistance ni d’aucun de ses partenaires sociaux (tels que les syndicats de travailleurs)5.

  • 6  « Les autorités compétentes des ministères des Finances, de l’Économie nationa (...)
  • 7  Trois semaines après la fin des batailles d’Athènes, les services publics reprenaient à (...)

6Ainsi considérée, l’épuration fut abordée comme une affaire « interne » aux instances représentantes des élites économiques et étatiques6. Les faits à examiner comprenaient la quasi-totalité des formes de commerce avec l’ennemi – à des fins militaires ou non : les travaux publics, la concession d’actions des sociétés (de la part de l’État ou des citoyens grecs) à des instances publiques ou privées des pays occupants, les importations en provenance des pays de l’Axe, les bateaux utilisés par l’ennemi, le commerce des vivres, l’industrie productrice pour le compte des occupants, les ingénieurs ayant mis leur savoir-faire au service de ceux-ci. Les dossiers devaient être constitués « sous dix jours au plus tard à partir de la mise en vigueur de la présente loi » : délai impératif a priori inapplicable, alors que la crise politico-militaire était à son comble7.

  • 8  Voir Éleuthéria, 22 octobre 1944.
  • 9  Conformément à la règle des vides archivistiques sur le sujet dans les organismes public (...)
  • 10  Le document du commissaire spécial fut reçu le 9 février 1945. Voir ELIA, ArchPoul, réun (...)

7Dès les premiers jours de la Libération, une liste des « collaborateurs » était parvenue au ministère de la Justice. Les traces du travail accompli par les services publics et les banques sont pour la plupart effacées ou inaccessibles à la recherche8. Quant aux instances de la société civile, ce fut la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) d’Athènes qui se chargea de l’essentiel du travail : un « comité sur les collaborateurs » (Epitropi Dosilogon) créé en son sein regroupait à la fois la Ligue des industries grecques et la CCI du Pirée9. Les premières requêtes officielles du commissaire à la CCI concernant les « noms des particuliers qui travaillèrent pour le compte des autorités de l’occupation », marquant la mise en route dudit comité, ne furent émises qu’à partir de la fin février 194510.

  • 11  Ils seraient considérés comme complices et devraient être poursuivis selon la loi (...)

8Or, malgré la prompte réponse de la chambre, qui mit en place ledit comité dès la mi-février, les résultats ne furent pas spectaculaires. Dans leurs interventions, les représentants des instances convoquées manifestèrent d’emblée leur malaise, révélant qu’ils ne se conformaient à la loi qu’à contrecœur, puisqu’ils étaient menacés de sanctions s’ils ne s’y soumettaient pas11. De nombreuses difficultés quant à la faisabilité de leur mission furent mises en évidence dès la première réunion. D’abord parce que, étrangement, personne n’y connaissait rien : aucune chambre ni aucune organisation patronale ne disposait d’éléments concernant les activités de leurs membres sous l’Occupation. Le président de la CCI d’Athènes expliquait que :

  • 12  ELIA, ArchPoul, réunion du 15 février, p. 4.

Au lieu d’observer si certains commerçants ou industriels [avaient collaboré] avec l’ennemi et de noter leurs noms comme d’autres l’ont peut-être fait, nous préférâmes dès le début inciter et recommander vivement à tous et en toute occasion d’éviter autant que possible la collaboration avec l’ennemi. Par ailleurs, c’est ce qu’ont fait également les Ligues des industries et du commerce12.

  • 13 ELIA, ArchPoul, intervention de D. Golémis, conseiller de la CCIA, séance du 23 (...)

9Selon les représentants du patronat, c’est donc cette éthique paternaliste qui aurait dicté « tant la condamnation sous l’Occupation de tous les efforts de [ceux] qui, indifférents au fléau national, ont aspiré à la création de richesses que la déclaration du principe selon lequel dans la mesure où le capital national se consume, le capital industriel et commercial ne peut rester intact mais se consumera pareillement pour la préservation et la survie des personnels13 ».

  • 14 ELIA, ArchPoul, séance du 15 février, passim, et du 1er mars 1945, p. 3‑5.
  • 15  Voir ELIA, ArchPoul, surtout les interventions de plusieurs participants à la (...)

10Qui plus est, dans les principes, personne ne niait a priori l’urgence d’une épuration morale du monde des entreprises14. Demeurait la question du comment. En l’absence de pièces concrètes, les dirigeants de la CCI d’Athènes optèrent pour une procédure longue qui, suivant les consignes de la loi, solliciterait les ministères à vocation économique et les banques centrales pour établir des listes de suspects à soumettre au commissaire spécial. Sur ce point surgit une deuxième série d’objections : le comité se substituerait ainsi au travail de la justice en se transformant peu ou prou en bureau du juge d’instruction ; sans le concours concret d’un membre du parquet pour diriger le travail et présider les réunions du comité, celui-ci ne serait pas capable de mener à bien sa mission ; enfin, quoi qu’il en soit, ces démarches longues et pénibles ne mèneraient par définition nulle part15.

  • 16  ELIA, ArchPoul, séance du 6 mars, p. 2.
  • 17  Cette proposition avait déjà été mentionnée dans la séance du 26 février, ELIA, ArchPoul(...)

11Pendant quatre semaines, les réunions du comité sur les collaborateurs furent entièrement consacrées aux questions de procédure. Progressivement, aux réticences relatives face au mode de fonctionnement proposé, s’ajouta la recherche de solutions alternatives, dont deux trouvèrent un écho considérable. L’une portait sur le besoin de « préserver la confidentialité des travaux du comité » en réduisant au minimum le nombre des participants16. L’autre, plus ambitieuse et insolite, visait à altérer la base même sur laquelle travaillait le comité en lui substituant un dispositif du type « parole contre parole » : selon cette proposition, les membres des syndicats professionnels seraient appelés à faire, relativement à leurs rapports avec l’occupant, des « déclarations sur l’honneur » dont le comité aurait ensuite à vérifier la véracité17.

  • 18 ELIA, ArchPoul, séance du 15 mars, p. 4.
  • 19 ELIA, ArchPoul, séance du 26 février 1945, p. 4.
  • 20 ELIA, ArchPoul, p. 7.

12La participation au comité fut effectivement très vite réduite de manière drastique : à partir de la mi-mars et jusqu’à la mi-juin 1945, le comité se transforma en un conclave restreint de cinq membres délibérant secrètement sur les dossiers individuels. La deuxième proposition, en revanche, ne fut pas retenue18. Toutefois, le fait qu’elle eut beaucoup de partisans laisse facilement deviner l’état d’esprit dominant parmi ces représentants de la bourgeoisie traditionnelle : il s’agissait d’obtenir la marge de manœuvre la plus large possible pour, qu’à eux seuls, ils parviennent à se débarrasser de la boue de la collaboration. Bien entendu, il n’était pas question de nettoyer les écuries d’Augias, mais plutôt d’améliorer la situation en veillant à des intérêts corporatistes. « Nous ne voulons pas faire tomber les têtes des collaborateurs économiques, mais juste épurer les classes du commerce et de l’industrie », précisait le directeur de la CCI d’Athènes19. Par ailleurs, afin de calmer les inquiétudes de ses collègues, le représentant des sociétés anonymes, Rinopoulos, fut encore plus explicite, résumant ainsi la profession de foi du comité : « Nous ne sommes pas tant censés appliquer l’Acte constitutionnel que sauver les industriels et les commerçants honnêtes de la diffamation20. »

  • 21 ELIA, ArchPoul, p. 8.

13Progressivement, il s’avéra que le principal apport de ce comité fut de créer une solidarité professionnelle parmi les bourgeois athéniens traditionnels. Le choix même de le faire fonctionner en faisant appel à des représentants officiels des principaux syndicats patronaux, et non pas en recourant à des enquêtes effectuées directement par des experts ad hoc, renforça cette tendance. Les difficultés initiales pour trouver une ligne de conduite commune furent donc surmontées surtout parce que la tension sociale obligeait ce comité à effectuer ce travail « avant qu’il ne soit fait par d’autres21 ».

  • 22  Cette classification qui fut admise par tous revient à Gyftópoulos, conseiller du CCI d’ (...)

14Cela dit, l’effort principal visa à temporiser, tout en orientant les recherches vers les activités des catégories les plus atypiques, notamment vers les « nouveaux riches ». Comme on pouvait s’y attendre, les procès-verbaux des « séances confidentielles » du comité qui traitèrent individuellement les cas des suspects sont absents des archives. La ligne directrice des enquêtes apparaît cependant très nettement. On peut la résumer brièvement comme suit. D’un côté, pour les entreprises déjà en activité avant la guerre, le fait d’avoir continué à travailler sous l’Occupation n’avait en principe rien de condamnable puisqu’elles étaient en accord avec les principes évoqués ci-dessus. Parmi les nombreux cas énumérés dans le texte législatif, seuls ceux des importateurs auraient eu une certaine importance. Mais même ainsi « 95 % des commerçants traditionnels sont blancs. Parce que ceux qui étaient déjà importateurs ne sont pas concernés par la loi ; ceux qui le sont devenus pour la première fois pendant l’Occupation, tout en étant complètement inconnus auparavant sont possiblement incriminables ; seuls ceux qui ont mené leurs activités afin de soutenir l’effort militaire de l’ennemi tombent sous le coup de la loi22 ».

  • 23 ELIA, ArchPoul, intervention de Varvayannis, séance du 26 février, p. 6.
  • 24 ELIA, ArchPoul, selon le bilan tiré à la séance du 20 juin 1945, p. 4‑5.

15Bien entendu, cette sorte de « tri » pour arriver aux « vrais coupables » de collaboration représente une évolution tout à fait raisonnable, compte tenu des investigations beaucoup trop larges lancées par la loi. Le choix de confier la réalisation de ce tri aux organes traditionnels de la bourgeoisie d’avant-guerre était d’ailleurs dans l’air du temps, puisque se voyaient ainsi assurés en même temps leur prestige social et la présence de leurs entreprises sur le marché national ou international ; ils pouvaient de ce fait revendiquer publiquement leur « innocence totale » dans les temps sombres de l’Occupation23. Ainsi, une fois reçue l’aide du ministre de la Justice, le comité délibéra pendant trois mois sous la tutelle d’un juge d’instruction : sur 158 individus déférés auprès de la chambre du TSC – la majorité d’entre eux n’étant pas auparavant membres des associations patronales – la plupart furent acquittés dès l’enquête préliminaire24. Tout compte fait, ce fut un choix proprement politique que d’ouvrir le champ du juridique à la méfiance généralisée autour des activités économiques des élites sous l’Occupation et d’en confier la gestion à ces mêmes élites : plutôt que séparer le bon grain de l’ivraie, ce choix visait à restaurer l’honneur perdu des élites économiques. On eut beau faire appel à plusieurs reprises à des « citoyens honnêtes » pour piloter ou assister le travail du comité sur les collaborateurs, les membres mêmes du groupe restreint qui le composèrent restaient les responsables (au moins formellement) de leurs actes.

  • 25 ELIA, ArchPoul, séance du 26 février et du 1er mars où Katsambas soulève toujou (...)
  • 26  Un document prouvant l’offre volontaire aux forces allemandes de marchandises stockées d (...)

16Depuis le début, Christos Katsambas, industriel du textile, ne cessait d’entraver le fonctionnement du comité tandis que, à la Ligue des industriels dont il était président, il s’exprimait ouvertement contre l’épuration : il figurait parmi les industriels formellement dénoncés par le directeur du ministère du Ravitaillement pour avoir réalisé des profits exorbitants sous l’Occupation grâce à des activités suspectes25. Par ailleurs, le comité cessa ses activités fin juin 1945, au moment où, malgré un effort tenace pour « couvrir » le scandale, des suspicions graves ont pesé même contre son président Aris Makris, industriel spécialisé dans la production d’huile d’olive26.

  • 27  Makris appartient au nombre infime d’industriels qui furent effectivement jugés. Voir TS (...)
  • 28  Ce fut aussi le cas de Peiraiki‑Patraiki, l’industrie de textile de Katsambas, voir Synd (...)
  • 29  Les grandes entreprises de l’industrie grecque ne comptaient pas plus d’un demi-siècle d (...)

17Ayant auparavant soutenu activement l’épuration comme une nécessité, ce dernier ne voulut pas empêcher l’ouverture d’une enquête contre lui, ce qui lui valut un court séjour en prison – même s’il fut vite acquitté, fin 194627. Il était accusé d’avoir ouvert de son propre gré l’accès de ses dépôts aux autorités, ce qui, selon la version officielle des industriels grecs, avait été une pratique commune, une concession nécessaire pour éviter la réquisition de leurs usines par les forces d’Occupation28. L’argument du « moindre mal » ne servit qu’à justifier la conduite de ces industriels pour la plupart « self-made men bourgeois d’une (ou au plus de deux) génération, entrepreneurs chevronnés », habitués à l’exploitation des conjonctures de crise et à l’entrelacement de l’État avec le milieu des finances29. Une telle justification avait été élaborée et formulée déjà juste après la Libération par les membres d’une grande bourgeoisie dont l’histoire des affaires remontait beaucoup plus loin dans le temps, et dont le réseau des relations internationales était très étendu et celui des liens noués avec les hautes fonctions étatiques depuis toujours, très intime.

  • 30  Compte rendu de Diomídis, procès-verbal cité par Zavitsiános, ELIA, archive Za (...)
  • 31  Bilan plus mitigé chez le spécialiste de l’histoire de la DB, Harold James, 2004, The Na (...)

18L’exemple le plus emblématique est celui fourni par la Banque nationale, le plus ancien et plus puissant organisme de finances dans le pays. Sous la direction provisoire de Konstantinos Triantafyllópoulos, professeur de droit civil, ex-ministre de la Justice, membre de l’Académie et intellectuel libéral fortement engagé dans la vie politique du pays depuis les années 1910, son Conseil général légitime, rétabli à la Libération, tint une réunion solennelle afin d’établir un compte rendu des activités de l’établissement sous l’Occupation. Parmi les autres membres de ce conseil, on comptait des représentants de vieilles dynasties bourgeoises, des hommes d’affaires, des directeurs de banque, des professeurs, des anciens ministres et Premiers ministres, dont plusieurs allaient bientôt assumer la direction politique du pays. Dans leur compte rendu, ils divisèrent l’Occupation en une « bonne » et une « mauvaise » période : la première, jusqu’à janvier 1943, était celle pendant laquelle la banque était encore dirigée par un conseil d’administration « légitime », sans intervention directe du gouvernement ou des autorités d’Occupation ; la seconde, après la nomination forcée de Geógios Merkoúris au poste du directeur général, qui entraîna la démission quasi totale de l’ancien conseil, se caractérisait par la mainmise sur le fonctionnement de la banque. Au lendemain des premiers jours de l’Occupation, quand les Allemands saisirent des actions possédées par la Banque nationale, celle-ci décida de collaborer avec la Deutsche Bank, un de ses anciens partenaires, afin d’éviter « les visées prédatrices » de la Wehrmacht et de se protéger des Italiens30. Par ailleurs, pendant cette même période, la Banque se lança dans la spéculation, réalisant des transactions de biens immobiliers, afin de compenser les pertes que lui avait causées l’invasion de trois armées étrangères, italienne, bulgare et allemande. Les bilans, dressés comme des expertises comptables, c’est-à-dire en faisant presque totalement abstraction des conditions et des conséquences sociales de la vie économique, font l’éloge du patriotisme de la Banque. La réticence à investir dans certaines des nouvelles industries, créées en accord avec les forces d’occupation, fut qualifiée de « modèle de comportement patriotique ». On en vint à considérer la plus grande banque commerciale allemande comme un agent économique indépendant du Troisième Reich et les achats immobiliers au moment des « liquidations généralisées » comme le moyen de préserver des biens qui, autrement, seraient tombés dans les mains ennemies31.

  • 32  Voir Chrístos Hatziiossif, 2007, dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και (...)
  • 33  À la suite de notre demande, nous avons été informé qu’un permis spécial est n (...)

19Ce récit, développant le point de vue du capital banquier, traduit une réalité puisqu’en effet ce fut au cours des deux dernières années de l’Occupation que l’économie grecque s’impliqua le plus étroitement dans l’organisation du Troisième Reich32. Bien sûr, le bilan du conseil comportait quelques imprécisions quant à l’ordre chronologique des événements ainsi que plusieurs « trous » concernant la seconde période, censée faire l’objet d’une « enquête en profondeur ». Aucun employé de la Banque nationale ne figura parmi les prévenus pour collaboration tandis que ce qu’il subsiste des documents de l’enquête interne n’est toujours pas accessible à la recherche33.

  • 34  Dans sa reddition des comptes pour son mandat à la direction de la banque.

20Déjà formulée au lendemain du départ allemand, cette version dut attendre l’après-décembre 1944 et le discrédit de l’EAM. Au printemps 1945, pour les entrepreneurs qui adoptèrent cette ligne – dont plusieurs étaient déjà liés aux affaires de la Banque –, il ne s’agissait pas seulement de responsabilité pénale ou de réputation ; la relance de l’activité économique passait alors par la distribution des fournitures publiques provenant de l’aide extérieure alliée, elle aussi gérée par la CCI d’Athènes. C’est au nom de cette même conception qu’on affirma l’« excellence patriotique » de Zavitsiános comme directeur de la Banque nationale en 1941‑1942, et qu’il lui fut permis ensuite de peser directement sur la gestion proprement pénale des affaires34.

Le traitement pénal des affaires

  • 35  Les métiers des inculpés ne sont pas toujours mentionnés, mais on peut – à titre indicat (...)
  • 36  Dans le cas de l’Allemand Fr. Hoh, le tribunal réfuta l’objection que le cas ne (...)

21Le TSC d’Athènes traita la collaboration économique selon cet état d’esprit pendant ses six premiers mois de fonctionnement. En dépouillant les dossiers des inculpés au motif des alinéas XI et XII de l’AC no 6, nous découvrons que, au moins jusqu’au mois d’août 1945, ils concernaient presque exclusivement des petits chiffres d’affaires, des acteurs de l’économie criminelle ou des salariés des autorités d’occupation ayant tiré des profits économiques de leur situation : bûcherons travaillant pour le compte des occupants, petits commerçants ayant vendu leur marchandise à la Wehrmacht, proxénètes, gestionnaires de maisons closes ou de salles de jeu35. À quelques exceptions près, la plupart furent soit acquittés soit condamnés à des peines légères (entre 6 mois et 2 ans d’emprisonnement). Des peines plus lourdes furent prononcées contre un citoyen allemand qui avait ouvert un atelier de charcuterie, un neveu du Premier ministre Logothetópoulos qui travaillait comme interprète au quartier général de la Wehrmacht, ou quelques ingénieurs catholiques d’origine italienne qui avaient fait des travaux de réparation sur les bâtiments où logeaient les forces du Regio Esercito (l’armée du royaume d’Italie jusqu’en 1946)36. Cependant les quelques affaires qui concernaient certaines des activités économiques majeures de la période de l’Occupation ne furent traitées qu’à partir de l’automne 1945.

Travaux publics, entreprises de construction : l’affaire du « groupe Averof »

  • 37  Pour l’ampleur des travaux publics, voir Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέ (...)
  • 38  Famille d’Épire d’origine valaque, dont les membres devinrent de riches commerçants de l (...)
  • 39  Il s’agit encore du nouveau commissaire spécial, Tsiabassis, qui, après la clôture de l’ (...)

22La question la plus épineuse en matière de collaboration économique fut celle des ingénieurs et des travaux publics, et cela pour deux raisons : primo, parce que les travaux publics furent une des activités principales de l’Occupation et impliquèrent, à ce titre, tant les autorités que plusieurs entrepreneurs de renom ; secundo, parce qu’une liste des présumés coupables avait été rendue publique par la Chambre des ingénieurs, aussitôt après l’Occupation 37. La plus célèbre affaire fut celle « du groupe Averof », qui tirait son nom d’un descendant de cette famille célèbre38, dirigeant d’une des grandes entreprises de construction impliquées. Bien entendu, l’affaire reçut un traitement particulier tant de la part de la presse que de l’appareil judiciaire. L’importance de son rôle apparut dès le début du mois de juillet 1945, quand le juge d’instruction chargé de l’enquête démissionna en protestant contre les interventions irrégulières du nouveau commissaire spécial39.

  • 40  Voir, à ce propos, le réquisitoire ainsi que les dépositions de K. R., An. K., N. E., in (...)

23Les huit accusés de l’affaire étaient les représentants de trois grandes entreprises de construction, tous connus sur le marché immobilier et appartenant à la haute bourgeoisie athénienne depuis l’avant-guerre. En 1942, ils avaient formé un consortium auquel les autorités allemandes avaient concédé la réparation des ponts routiers de l’autoroute Athènes‑Thessalonique détruits pendant les opérations militaires de l’année précédente. Chacune des entreprises avait alors été chargée par les autorités d’Occupation d’entreprendre un vaste ensemble de travaux à caractère civil ou militaire : cela comprenait la construction des autoroutes nationales, d’aéroports, de casernes, de camps d’internement, ainsi que la construction expérimentale de bateaux en ciment pour le compte de la marine allemande40.

  • 41  Voir Rizospástis du 17 juin 1945 au sujet du premier ajournement, puis Éleuthéria du 8 s (...)
  • 42  Procès nos 607, 608, 638, TSCA/VA/4/1945.

24Ces faits furent suffisants pour que ces entrepreneurs soient considérés comme d’importants collaborateurs par une grande partie de l’opinion et dénoncés parmi les premiers par la Chambre des ingénieurs. Le procès, programmé d’abord en juin, fut ajourné et s’ouvrit finalement début septembre 1945. La raison du premier ajournement était que Petros Doanídis devait se rendre aux États‑Unis dans le cadre d’une « mission gouvernementale confidentielle » ; il y était encore au moment du procès41. Parmi les vingt-cinq témoins de l’accusation, plusieurs collègues ou employés des accusés dépeignirent leurs activités sous des couleurs sombres : fréquentation assidue d’officiers italiens ou allemands, mais aussi réquisition de matériaux des dépôts de l’État avec des ordres émis directement par les occupants, vente au marché noir des rations alimentaires fournies par les occupants et sous-paiement des journées des ouvriers42.

  • 43  Xanthópoulos travaillait surtout avec les forces italiennes hors de tout contr (...)
  • 44  Voir les témoignages de C. N.‑K. et S. Liv. ingénieurs : TSCA/VA/4/1945.

25De toute évidence, l’expansion de l’activité du consortium a bénéficié de l’aide, fin 1942, du Premier ministre Logothetópoulos. Les accords avec les Allemands, représentés par un lieutenant chargé de l’affaire, furent conclus dans le cabinet de Doanídis : le lieutenant allemand, installé officiellement dans les bureaux du ministère des Transports, signait directement les contrats de cession43. Signes de la concurrence et du malaise régnant dans ce milieu professionnel, il y eut aussi les témoignages de plusieurs entrepreneurs qui, ayant eux-mêmes, par patriotisme ou par la force des choses, renoncé à certains travaux, avaient vu ces bourgeois éminents s’enrichir toujours davantage44.

26Toutefois, plusieurs représentants de la grande bourgeoisie athénienne se transformèrent en témoins de la défense une fois dans la salle du tribunal. La déposition de l’ancien directeur de la Banque nationale, Zavitsiános, fut à ce titre la plus significative. Il rapporta que, avant même d’entreprendre ces travaux, Averof avait demandé l’avis favorable et le « soutien moral [sic] de la Banque nationale » et qu’elle le lui avait accordé.

  • 45  TSCA/VA/4/1945,, témoignage de K. Z. ancien directeur de la BNG.

Ce qui semble donc de prime abord comme une mise au service de l’ennemi fut en fait un acte d’espionnage et une activité pour le bien du peuple grec. La destruction des routes fut la cause principale de la famine de 1941 ; ce furent par ailleurs le roi et le gouvernement légal qui, en quittant le pays, avaient demandé au peuple grec de prendre soin des travaux de reconstruction et du ravitaillement45.

  • 46  TSCA/VA/4/1945, témoignages de T. Z., colonel de l’état-major, A. L., lieutenant de l’ar (...)
  • 47  Rizospástis, 8 septembre 1945.

27Cet étrange syllogisme, qui situe le début de la reconstruction du pays déjà sous l’Occupation, est l’équivalent, en termes de collaboration économique, de l’argumentation qui, considérant l’Occupation étrangère comme un événement secondaire, acquittait les magistrats et les chefs de la police au motif qu’ils n’avaient fait qu’« appliquer les lois en vigueur ». Cela fut particulièrement explicite avec les officiers supérieurs de l’armée qui comparurent en tant que témoins de l’accusation ; ce qui, dans l’opinion, provoquait l’indignation, à savoir que les accusés appartenaient aux élites, prouvait précisément leur innocence aux yeux de ces témoins : si les accusés étaient déjà riches, alors leurs actes n’avaient pas été motivés par le besoin de gagner davantage46. Ainsi, alors que le mouvement de grève paralysant la vie économique de la capitale était en plein essor, deux idées, deux conceptions de la justice sociale s’affrontèrent. Tandis que la presse de gauche soutenait les grévistes et demandait la tête des « ingénieurs requins », et que le gouvernement qualifiait ces mobilisations d’« antinationales » et menaçait de les déclarer illégales, dans la salle d’audience, les avocats de la défense dénonçaient ouvertement la « plèbe de la banlieue de nationalité indéfinie, qui sème le désordre et demande la punition des soi-disant collabos47 ». Certes, cet argument était en accord avec l’état d’esprit dominant parmi les juges ; demeurait néanmoins posée une question fort dérangeante : celle de leur participation active à l’effort militaire de l’ennemi.

  • 48  Doanídis passa en Égypte en février ou mars 1944. Voir les témoignages de Rot. B., (...)
  • 49  Zavitsiános témoigna qu’Averof avait empêché la Banque nationale d’accorder un prêt à Di (...)

28À ce propos, Zavitsiános maintint qu’ils s’y impliquèrent afin de ne pas perdre le reste des travaux qui, eux, étaient faits au profit du pays ; d’autres développèrent la ligne tracée par Zavitsiános en révélant qu’Averof faisait partie du réseau d’information pro-allié « Kodros ». Cependant, l’officier britannique, tant attendu, témoigna seulement de manière laconique que « les accusés avaient appartenu au petit nombre d’individus qui s’étaient livrés d’abord sans scrupules à la collaboration avec l’ennemi, avant, plus tard, de se mettre au service du combat allié ». Autrement dit, les membres de ce consortium avaient été assez prévoyants pour jouer double jeu à partir du moment où la balance de la guerre mondiale pencha du côté allié : leur activité « patriotique » ne commença probablement qu’en 1943, peu avant que Doanídis ne passe au Moyen‑Orient pour délivrer quelques maquettes aux services alliés et n’intègre la flotte militaire grecque en tant qu’officier de réserve48. Aux témoins de l’accusation convertis s’ajoutèrent encore les quinze de la défense : des officiers supérieurs de l’armée qui attestèrent des actes de résistance – notamment pour Averof – des ingénieurs ou encore un cadre de la Banque nationale qui affirma que, si ces entreprises avaient collaboré, elles l’avaient fait à contrecœur et à perte49.

  • 50  Voir la plaidoirie du commissaire : « J’ose dire qu’Averof ne fut pas un traître mais un (...)

29Dans sa plaidoirie, le commissaire du gouvernement demanda pourtant la condamnation pour collaboration économique de tous les accusés à l’exception d’Averof en lequel il reconnut « un des plus grands patriotes de ce pays ». La décision de la cour écarta toute charge d’espionnage ou d’intelligence avec l’ennemi et condamna pour collaboration économique seulement les deux accusés absents, à des peines de prison relativement courtes ; Averof, à l’instar des non-lieux émis à la même période50, fut célébré pour son patriotisme par le considérant du jugement.

Les industriels : l’affaire d’une usine chimique

  • 51  TSCA/VP/10/1945, procès no 1237.

30Le premier jugement portant sur les responsabilités d’industriels sous l’Occupation ne fut rendu que deux mois et demi plus tard. Ce furent cinq responsables d’une usine chimique qui comparurent sur le banc des accusés de la deuxième section du TSC d’Athènes entre le 24 et le 26 novembre 1945. Fondée à peine quelques mois avant la guerre de 1940, l’entreprise fut le fournisseur principal de la Wehrmacht en acide sulfurique. En moyenne 700 kilogrammes de ce composé chimique aux nombreuses applications – tant militaires que civiles – étaient produits quotidiennement pour le compte de l’occupant, une quantité largement suffisante pour faire citer les prévenus à comparaître pour aide active à l’effort militaire de l’ennemi nazi et complicité de crimes de guerre51.

  • 52 TSCA/VP/10/1945, témoignages de G. Anagn. et S. Hor., professeurs de l’École polytechniqu (...)

31Par ailleurs, le P‑DG ne s’était pas fait très discret : fréquentant les milieux de la marine allemande, il hébergea chez lui un amiral. Mais surtout, et afin de se procurer les matières premières, il n’hésita pas à se présenter accompagné d’officiers allemands à l’École polytechnique d’Athènes et, dans les laboratoires et les dépôts de l’institution, à s’emparer par la force des matières premières nécessaires à la fabrication de ses produits. Ce cas décrit par ailleurs la formation du périmètre social de la zone grise de l’anticommunisme athénien en 1943‑1944 : soutenu par la Banque nationale que dirigeait Merkoúris, il organisait régulièrement des soupes populaires et subventionnait un des groupes anticommunistes « dynamiques » de la capitale52.

  • 53  N. Zop., avocat, témoigna qu’il avait fondé une entreprise de transports en 1942 qui col (...)

32À l’opposé de l’affaire des ingénieurs, il n’y a pas eu, dans ce procès, de témoins de l’accusation « convertis » ; cependant, à l’exception du président de la Chambre des ingénieurs – un « suspect habituel » dans cette série de procès – aucun représentant (direct ou indirect) du monde industriel ne figurait parmi eux. En revanche, du côté des témoins de la défense, on en comptait plusieurs, outre les professeurs de l’université d’Athènes qui avaient comparu pour contredire leurs collègues de l’École polytechnique au sujet des qualités morales et professionnelles de l’accusé. Il y avait parmi eux un conseiller juridique de la Ligue des industriels et un cadre de la Banque nationale confirmant que des rapports commerciaux avec les sociétés allemandes préexistaient à la guerre. Enfin, un entrepreneur des transports, incontestablement collaborateur lui-même, insista sur la magnanimité du P‑DG qui l’avait intégré au conseil d’administration de son entreprise53. Après une plaidoirie tiède du commissaire qui demanda la condamnation des accusés tout en leur reconnaissant de nombreuses circonstances atténuantes, les accusés bénéficièrent du doute raisonnable et furent acquittés en bloc.

  • 54  Voir, sur le cas français, Henri Rousso, 2001, « Les élites économiques dans l (...)
  • 55  Konstantínos Anghelópoulos, 1945, Φως εις το ζήτημα των «οικονομικών δωσιλόγων», [Lumièr (...)

33Premiers d’une série de procès qui devaient juger des cas similaires, ces deux jugements rendus pendant la période socialement troublée de l’automne 1945 acquirent valeur de précédents judiciaires et devaient, à ce titre, guider par la suite la gestion des affaires. Il n’est point surprenant ni exceptionnel, au regard des autres pays européens, que l’épuration économique annoncée, soumise qu’elle était au souci de préserver l’essentiel du potentiel productif du pays, ne prononce des condamnations qu’avec beaucoup de précautions54. Toutefois, quelques condamnations d’entrepreneurs furent effectivement prononcées dans les mois qui suivirent, et elles eurent une fonction doublement légitimante, car leur objectif n’était pas seulement de rétablir la confiance dans les élites économiques mais aussi de légitimer le cadre institutionnel de ces procédures qui se trouvait désormais mis en cause de part et d’autre. Aux partisans de l’épuration, qui contestaient le manque d’empressement et la clémence dans la gestion des affaires, s’ajoutaient dorénavant les porte-parole des élites économiques qui trouvaient les sanctions arbitraires et revendiquaient ouvertement l’annulation des clauses relatives à la collaboration économique55.

  • 56  Il s’agit d’une condamnation annoncée par avance, car Xanthópoulos avait été le seul col (...)
  • 57  Il acquit un appartement dans le quartier chic du centre-ville où il s’installa (...)

34Ainsi, la première condamnation émise pour un cas majeur de collaboration économique – et la seule qui infligea une lourde peine – répondait à ces deux critiques à la fois. Ce jugement constituait un complément à celui du « groupe Averof » : l’accusé principal était Giorgos Xanthópoulos, un opportuniste qui avait presque monopolisé les travaux publics pendant les deux premières années de l’Occupation et dont l’ascension devenue quasi incontrôlable fut freinée par les opérations du groupe Averof. Il s’agissait de toute évidence d’un arriviste sans scrupules : ingénieur salarié de la mairie du Pirée, il avait exploité ses rapports avec le chef du quartier général local de la Wehrmacht pour fonder l’entreprise de construction Phoenix qui développa une activité polyvalente et lui rapporta des profits énormes56. Sa promotion rapide suscitant l’hostilité des élites traditionnelles, Xanthópoulos s’était retrouvé isolé et, finalement, avait été obligé de suivre les troupes allemandes pendant leur retraite57. La cour condamna Xanthópoulos par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité, son adjoint principal à dix ans de prison, et elle acquitta deux de ses employés.

  • 58  Voir TSCA/VA/6/1945, procès no 1225 ; voir journalTo Víma du 23 novembre 1945 sur le (...)
  • 59  Il n’est pas question ici de prendre le rôle du procureur, mais d’indiquer seulement la (...)

35La deuxième condamnation d’ingénieurs, qui eut lieu un mois plus tard, visait un cas similaire. Sur le banc des accusés se trouvaient trois frères : ingénieurs salariés avant la guerre, ils avaient fondé une entreprise familiale sous l’Occupation et, se livrant à des activités semblables à celles incriminées dans les cas précédemment cités, ils firent des gains qu’ils dépensèrent de manière ostentatoire58. Deux d’entre eux furent condamnés à six ans de réclusion. Ces deux condamnations participent d’une logique semblable à celle qui dicta l’acquittement d’Averof, à la différence près qu’elles en révèlent le revers de la médaille. La gradation même des peines pour actes de collaboration fortement similaires illustre un état de fait : la justice répondit à l’exigence de punir la collaboration économique dans la mesure et dans la mesure seulement où une telle exigence s’accordait avec sa préoccupation majeure, la réhabilitation des élites d’avant-guerre59.

  • 60  Voir les mémoires du poète Giórgios Vafópoulos, 1990, Σελίδες αυτοβιογραφίας [Pages auto (...)
  • 61  Le procureur Tsiabassis s’en était déjà occupé personnellement : cette affaire (...)

36Dans ce dernier procès, le TSC jugea aussi le chef du Comité de fournitures des autorités d’Occupation (EPAK), service spécial du ministère des Finances chargé de la gestion des travaux à effectuer. Accusé d’avoir systématiquement facilité le travail des occupants et d’en avoir tiré profit, Nikolaos Kalyvas aurait dû normalement être jugé séparément pour l’ensemble des activités de cet organisme – appelé le « pilleur de la patrie60 ». Sa comparution à ce procès fut probablement le résultat d’une sorte de « feinte » du commissaire spécial61 : le choix du moment est symptomatique. En acquittant discrètement l’instance de l’État de collaboration qui avait organisé une grande partie de l’activité économique, on innocentait les entrepreneurs qui avaient eu recours à cette instance, et on donnait en même temps le coup d’envoi pour accélérer le traitement de nombreuses affaires similaires restées encore en suspens.

  • 62  Durant les six mois qui s’écoulèrent entre novembre 1945 et avril 1946 furent examinées (...)
  • 63  Cela concerna notamment les cas de petits travaux entrepris pour le compte de (...)
  • 64  Procès nos 1033 et 1133/1945, 133 et 809/1946. Voir aussi TSCA/VP/13/1946, procès no 140 (...)
  • 65  Pour la plupart des industries textiles ou de biens alimentaires, face à l’acc (...)
  • 66  Pour ces cas de figure, voir les procès nos 1082, 1198, 1298 de 1945 et 543, 6 (...)

37Jusqu’en novembre 1945, le TSC progressa à pas lents et prudents, mais, une fois cette logique bien affirmée, le rythme s’accéléra62. Cet accroissement suscita une marée d’acquittements. C’est à partir de la fin novembre que furent émis les premiers non-lieux concernant de présumés collaborateurs économiques, notamment ingénieurs et industriels dont les usines avaient été réquisitionnées par les forces d’Occupation63. L’implication de l’EPAK dans la concession de la plupart des travaux techniques suffisait pour absoudre totalement les ingénieurs dont on instruisait le procès ; seuls, à quelques exceptions près, un nombre minime d’anciens élèves des universités allemandes, notamment ceux d’entre eux qui avaient surveillé les travaux pour le compte des forces d’Occupation, furent condamnés à des peines de prison ferme64. À la suite du « tri » effectué préalablement par la CCI d’Athènes, seul un petit nombre d’industriels eut donc vraiment à vivre un procès. Ils furent eux aussi presque tous acquittés au bénéfice du doute. Néanmoins, quelques cas isolés, trop ostensiblement pronazis, furent condamnés à la peine symbolique de l’« indignité nationale65 ». La majorité des collaborateurs économiques jugés pendant cette période furent des commerçants – notamment dans le secteur du textile, des biens alimentaires et des matières premières. En faisant valoir le caractère contraignant du commerce avec les occupants et le faible niveau des taux de profit, ils furent, eux aussi, majoritairement acquittés ; la peine de l’« indignité nationale » fut infligée seulement à une petite partie d’entre eux pour être allés trop loin en « exportant » pour les forces de la Wehrmacht hors de la Grèce, ou en dénonçant leurs concurrents afin de tirer des profits excessifs66.

  • 67  AC no 107, JO no 65, 1er mars 1946.

38Résumons d’abord les faits sur le plan légal. Dans cette première phase du traitement de la collaboration économique par la justice, le TSC retient pratiquement deux cas de preuves suffisantes : premier cas, la recherche intentionnelle de profits excessifs par le commerce avec les occupants et second cas, la participation à l’effort militaire des forces de l’Axe. En ce sens, pour revenir à la question posée au début de ce sous-chapitre, quand, en mars 1946, le législateur remet en vigueur la définition du crime selon l’AC no 1 et rétablit comme élément constitutif du crime de collaboration l’intention d’enrichissement « entraînant des dommages pour le peuple grec ou favorisant l’effort militaire ennemi », il ne fait qu’entériner la délimitation de la collaboration économique faite par l’appareil judiciaire67.

  • 68  Cela fut d’ailleurs un argument couramment utilisé devant le tribunal, voir le (...)
  • 69  Voir, à titre indicatif, le cas de l’industrie des munitions militaires Bodosákis, l’ent (...)

39On a affaire ici, de nouveau, à une illustration explicite de la fonction de l’antifascisme comme signifiant flottant au sortir de la guerre. En automne 1944, cette formule, l’intention d’enrichissement, qui entérinait une conception de classe marquée par la vision de l’EAM, visait à sanctionner les spéculateurs et à discréditer les élites parvenues à s’enrichir en période de famine. L’éthique de restauration mise en place par le parquet reprend cette logique de classe pour la renverser. Selon cette éthique, le fait d’être membre des élites économiques suffit pour prouver qu’on n’a a priori pas envie de s’enrichir davantage puisqu’il va (irait) de soi que si l’on est riche, on n’a pas besoin de s’enrichir68 ! La sanction de l’intention d’obtenir des richesses, et non pas de leur obtention, absolvait d’emblée les classes propriétaires d’avant-guerre et permettait de limiter le champ des personnes justiciables aux seuls nouveaux riches de l’Occupation ; punir un enrichissement trop ostentatoire ou une collaboration trop ouverte avec l’occupant servait à réduire à l’extrême le champ des activités répréhensibles, et à amoindrir les sanctions imposées. C’est ainsi que les cas de collaboration des grands industriels du tabac ou de l’armement, des spéculateurs sur l’or à la Bourse, ou des riches commerçants ne firent jamais l’objet d’enquêtes judiciaires et restèrent à jamais dans les tiroirs69.

  • 70  Voir, sur le cas français, Hervé Joly, 2003, « L’épuration économique a bien (provisoire (...)

40En tout état de cause, d’un point de vue européen, il n’y a rien d’exceptionnel ni dans cette opération de restauration de la confiance dans les élites, ni dans la conscience diffuse que l’avidité de diverses parties de ces élites et leur complicité avec les régimes d’Occupation demeuraient impunies70. Est-ce pourtant le signe d’un échec total ? Du moins si l’on observe l’écart entre l’attente dans une grande partie de l’opinion et la justice effectivement rendue, probablement oui. Mais il n’en va pas de même du point de vue de la « vérité » établie par ces procédures, « vérité » qui institua l’opposition entre, d’un côté, les élites d’avant-guerre, censées être « saines » et « productives » et, de l’autre, les excroissances morbides des « escrocs ». Or, bien que ce schéma réducteur domine désormais largement toute approche de la réalité de la période, les études des conditions économiques de cette période, autant que le reflet que nous en livre le judiciaire nous offrent une image beaucoup plus mitigée qui vaut la peine d’être prise en considération ici.

  • 71  Ce fut une vision partagée tant par l’EAM que par les libéraux et les Anglais (voir (...)
  • 72  Karl Marx, 2004, le Capital, Paris : Gallimard, tome 3, chapitre XXXII, p. 207.

41Cette vision schématique se fondait sur l’effet le plus visible – et le plus incontestable – de l’économie de l’Occupation : l’ampleur sociale et la diversité de la collaboration économique. À partir de cette constatation, les forces politiques de la Libération qui, partant de points de vue idéologiques différents, aspiraient à remettre sur pied l’économie ravagée par une alliance entre classes propriétaires et masses travailleuses, créèrent la fiction d’une frange criminelle et parasite du marché noir qui aurait su exploiter la misère extrême pour s’enrichir71. Si la grille judiciaire apparaît comme le meilleur moyen pour corroborer une telle vision, elle permet aussi d’en discerner le caractère fictif. En prenant en compte un si vaste ensemble d’activités d’accumulation de capitaux sous l’Occupation, le travail de la justice met en valeur une évidence de l’économie politique, à savoir qu’« au lieu d’être une chose, le capital est un rapport social entre les personnes72 ».

  • 73  Stavros Thomadakis, 1995, “Stabilization, Development and Government Economic Authority (...)

42Certes, l’omniprésence de liens intimes entre toutes sortes d’activités productives d’un côté, et, de l’autre, les commerçants et les sociétés de transport qui assuraient la circulation des biens et des capitaux, ne laisse entrevoir que des aspects partiels de cette réalité. Mais en l’occurrence, elle corrobore les analyses plus récentes des historiens économiques qui mettent en doute le schéma traditionnel : selon eux, beaucoup plus qu’une « accumulation primitive » de capitaux, les activités spéculatives de l’Occupation furent un moyen de revaloriser des capitaux préexistants ; le marché noir ne fut qu’un aspect visible « interconnecté avec des marchands et des industriels préétablis73 ».

  • 74  Exposé de motifs du décret-loi no 182 sur la « taxation extraordinaire des per (...)
  • 75  Stavros Thomadakis, 1995, “Stabilization, Development and Government Economic Authority (...)
  • 76  Pour une analyse d’ensemble de la question, voir Athanassios Lykogiannis, 2001, “Why Did (...)

43La dimension particulièrement grecque de l’épuration économique tient justement au fait qu’elle dissimula le triomphe du bloc social qui bénéficia de cette évolution. Les échéances mêmes selon lesquelles se déroula le travail de la justice sont à cet égard révélatrices. Quand, au printemps 1945, l’appareil judiciaire se mit en marche, jouant le rôle de médiateur entre les classes propriétaires et les structures encore rudimentaires du nouveau pouvoir étatique, s’ouvrait alors la perspective d’un redémarrage de l’économie nationale sur le principe d’une loi éthique, stipulant qu’« il n’est permis à personne de s’enrichir et de vivre luxueusement tant que la société entière souffre et meurt de faim74 ». L’ouverture des procès des présumés collaborateurs économiques coïncide avec la faillite de ce principe, que marque la démission de Varvaréssos en septembre 1945. Dans les six mois qui suivirent, la politique de stabilisation du gouvernement eut beau « arriver, davantage que n’importe quel gouvernement de l’après-décembre 1944, au plus près possible de son objectif75 », elle échoua. L’effort pour freiner l’inflation afin de stabiliser la monnaie, la taxation extraordinaire des profits acquis sous l’Occupation ainsi que la tentative de contrôle de la production industrielle ébranlèrent l’alliance précaire entre le gouvernement et les détenteurs de capitaux. Les mesures fiscales qui visaient à taxer même les profits moyens faits sous l’Occupation suscitèrent le mécontentement des petits commerçants ; le stockage des marchandises (notamment des biens alimentaires) et/ou la réactivation rapide des réseaux du marché noir qui en découlèrent firent exploser l’inflation et court-circuitèrent le programme de stabilisation76.

44Les principales composantes du bloc social qui s’était formé sous l’Occupation grâce à sa capacité à créer des marchés sans l’intermédiaire des mécanismes de l’État établissaient ainsi une nouvelle alliance dans l’opposition aux politiques fiscales du gouvernement. Publiée alors par un représentant de la bourgeoisie traditionnelle, la brochure qui prétendait analyser la question des collaborateurs économiques proposait en fait une apologie de cette alliance sociale et exigeait l’abrogation immédiate des lois relatives à la répression de cette collaboration et celle de l’impôt spécial sur les profits. Son auteur tenait l’intervention de l’État pour responsable de tous les maux, lui imputant notamment le fait que « l’initiative individuelle, qui dans le passé avait produit des miracles, avait complètement disparu ».

  • 77  Konstantínos Anghelópoulos, 1945, Φως εις το ζήτημα των «οικονομικών δωσιλόγων» [Lumière (...)

C’est la peur qui unit tout le monde, car l’épée de Damoclès de la « collaboration » [dosilogia] est suspendue au-dessus de leurs têtes. Les banques ne travaillent pas. La bonne foi a disparu des relations commerciales. La plupart des industries sont arrêtées – à l’exception de celles qui doivent maintenant travailler pour l’État. On cache les capitaux ; on cache aussi les marchandises. Nulle transaction de biens immobiliers. Les entreprises de ces milliers de persécutés et de prisonniers sont tombées en faillite, ou sont en train de le faire. On a licencié ou on licencie leur personnel77.

  • 78  Grâce à son alliance avec la moyenne et petite bourgeoisie des professions libérales et (...)

45Entre Charybde et Scylla, entre les mobilisations des travailleurs qui paralysaient la vie économique des villes d’un côté et la réaction du capital marchand et industriel de l’autre, les détenteurs du pouvoir étatique n’avaient pas vraiment le choix. Tant que les circuits économiques de la Résistance, qui avaient formé la principale opposition au bloc de la collaboration, disparaîtraient sous les coups répétés de la répression légale et de la Terreur blanche toujours incontrôlable, la seule voie pour sortir de l’impasse serait l’alignement total du personnel politique et de la bureaucratie étatique sur les appétits de la bourgeoisie marchande et industrielle78.

46Pourtant, ni l’imposition spéciale ni la loi ne furent abrogées. Simplement cette alliance, de fait, rendit caduc l’impôt sur les revenus de l’Occupation ; elle provoqua une nouvelle vague d’hyperinflation, qui neutralisa la portée effective des persécutions pénales, tout en assistant le travail de la justice. Que cette dernière ait commencé son travail au moment où triomphait cette alliance produisit un état de fait symbolique et significatif : la punition de l’extrême permissivité des activités capitalistes sous l’Occupation s’effectua au nom de ces mêmes valeurs libérales (concurrence saine, initiative individuelle) qui garantissaient cette permissivité. En ne sanctionnant qu’un nombre minime de personnes trop ostentatoires ou trop avides choisies parmi les moins puissantes, la justice atteignait un triple objectif. Primo, elle blanchissait la grande bourgeoisie. Secundo, elle dissimulait l’opposition de classe entre masses travailleuses et classes propriétaires en lui substituant une éthique bourgeoise qui reconnaissait seulement l’existence de « bons » et de « mauvais » joueurs sur le marché libéral. Tertio, en consacrant officiellement la réalité des réseaux économiques et des modes d’accumulation de l’Occupation, restés depuis semi-clandestins, les TSC ouvraient la voie à leur domination.

  • 79  Emblématique à cet égard est l’immunité dont jouissait le personnel chargé de l’aide ven (...)

47Dans ce monde en transition, peuplé de riches industriels, de petits et de gros commerçants, de prestataires de services, on a pu entrevoir à travers la grille judiciaire à quel degré le capital marchand, fort de sa capacité à franchir les obstacles pendant l’Occupation et la guerre civile, fut et demeura le cordon ombilical de ce bloc social : il reliait les différentes sphères d’activité économique à l’État et aux secteurs qui, en faisant circuler marchandises et capitaux79, créaient des marchés. Entre-temps, le bras qui ouvrait et préservait ces marchés demeurait armé.

Notes

1  AC no 6, article 1, alinéas 12 et 13.

2  AC no 107, JO no 77, 2 mars 1946, p. 404.

3  AC no 6, article 14, p. 28‑29.

4  Ordonnance du 16 octobre 1944 sur l’épuration dans les entreprises, article 1 qui définit les faits de collaboration à sanctionner. Voir Marc-Olivier Baruch, 2003, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Deuxième Guerre mondiale, Paris : Fayard, annexes générales, p. 570‑571. Voir l’étude de Hervé Joly, 2003, « L’épuration économique a bien (provisoirement) existé : l’exemple de la région Rhône‑Alpes », in Marc-Olivier Baruch, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Deuxième Guerre mondiale, op. cit., p. 301‑335. Voir aussi Henri Rousso, 2001, Vichy, l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris : Gallimard, p. 30‑37.

5  Composition du CNEP et des CREP selon l’ordonnance du 16 octobre 1944, in Marc-Olivier Baruch, 2003, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Deuxième Guerre mondiale,op. cit., articles 3‑11.

6  « Les autorités compétentes des ministères des Finances, de l’Économie nationale, des Transports, de la Marine marchande, de l’Alimentation, les directeurs des banques nationale, agricole, et de la Banque de Grèce, les représentants des chambres de commerce, d’industrie et des ingénieurs » furent « contraints, à titre personnel, de transmettre au commissaire spécial compétent des éléments détaillés et vérifiés dans la mesure du possible », AC no 6, article 14, alinéa 2.

7  Trois semaines après la fin des batailles d’Athènes, les services publics reprenaient à peine leur activité. Voir Éleuthéria, 29 janvier 1945.

8  Voir Éleuthéria, 22 octobre 1944.

9  Conformément à la règle des vides archivistiques sur le sujet dans les organismes publics de l’époque, nous avons retrouvé les procès-verbaux de ce comité dans l’archive privée de l’industriel Apóstolos Poulópoulos, alors président de la chambre : ELIA, archive d’Ilias et Apóstolos Poulópoulos, dossier EVEA (Εμπορικό και βιομηχανικό Επιμελητήριο Αθηνών – Chambre du commerce et de l’industrie d’Athènes) – Επιτροπή Δωσιλόγων (Commission de collaborateurs ; désormais ELIA, ArchPoul). À la première réunion du comité, qui fut la plus importante de toutes, participèrent aussi des représentants des sociétés anonymes, de la Ligue du commerce d’Athènes et des représentants commerciaux de la capitale, réunion du 15 février 1945.

10  Le document du commissaire spécial fut reçu le 9 février 1945. Voir ELIA, ArchPoul, réunion du 6 mars 1944, p. 3‑4.

11  Ils seraient considérés comme complices et devraient être poursuivis selon la loi pénale : AC no 6, article 14, alinéa 2, § 5.

12  ELIA, ArchPoul, réunion du 15 février, p. 4.

13 ELIA, ArchPoul, intervention de D. Golémis, conseiller de la CCIA, séance du 23 février 1945, p. 3 ; voir séance du 20 juin 1945, p. 1.

14 ELIA, ArchPoul, séance du 15 février, passim, et du 1er mars 1945, p. 3‑5.

15  Voir ELIA, ArchPoul, surtout les interventions de plusieurs participants à la séance du 1er mars 1945, p. 2.

16  ELIA, ArchPoul, séance du 6 mars, p. 2.

17  Cette proposition avait déjà été mentionnée dans la séance du 26 février, ELIA, ArchPoul, p. 1‑2.

18 ELIA, ArchPoul, séance du 15 mars, p. 4.

19 ELIA, ArchPoul, séance du 26 février 1945, p. 4.

20 ELIA, ArchPoul, p. 7.

21 ELIA, ArchPoul, p. 8.

22  Cette classification qui fut admise par tous revient à Gyftópoulos, conseiller du CCI d’Athènes, ELIA, ArchPoul, séance du 6 mars 1945, p. 3.

23 ELIA, ArchPoul, intervention de Varvayannis, séance du 26 février, p. 6.

24 ELIA, ArchPoul, selon le bilan tiré à la séance du 20 juin 1945, p. 4‑5.

25 ELIA, ArchPoul, séance du 26 février et du 1er mars où Katsambas soulève toujours des problèmes et des objections et est finalement dénoncé par Makris pour avoir ouvertement essayé de bloquer la participation de la Ligue des industriels. On retrouve le document en question parmi les sources éparpillées qui virent le jour plusieurs décennies plus tard, in Pávlos Petrídis, 1998, Στην δίνη του Εμφύλιου πολέμου, Σπάνια Ντοκουμέντα [Dans la tourmente de la guerre civile, documents rares], Athènes : Proskinio, p. 348.

26  Un document prouvant l’offre volontaire aux forces allemandes de marchandises stockées dans les dépôts de sa compagnie fut révélé à la fin juin 1945. Après une directive du procureur chargé de surveiller les travaux du comité, ce document fut « tenu secret » dans un premier temps : peu après, il fut introduit dans la documentation officielle du comité, ce qui donna lieu à la poursuite pénale de Makris. ELIA, ArchPoul, séance du 20 juin 1945, p. 1‑3.

27  Makris appartient au nombre infime d’industriels qui furent effectivement jugés. Voir TSCA/VP/18 et 21/1946, procès no 1889 du 17 septembre 1946 et no 2261 du 19 décembre de la même année, le deuxième révisant la condamnation à 15 mois de prison émise dans le premier, et acquittant l’accusé. Pour une version des faits qui réhabilite Makris, en passant sous silence ces « implications » et en faisant part d’un sabotage volontaire de la direction de l’entreprise afin d’éviter la mainmise des occupants, voir Níkos Mélios, Evangelía Bafoúni, 2009, Ελαϊς AE (1920‑1997), Όψεις της οικονομικής ιστορίας [ELAÏS, vues sur l’histoire économique], Le Pirée : I.M.T.I.I.E.

28  Ce fut aussi le cas de Peiraiki‑Patraiki, l’industrie de textile de Katsambas, voir Syndesmos Ellínon Viomichanón, 1945, Η ελληνική βιομηχανία και οι επικρίται της [L’industrialisation de la Grèce et ses critiques], Athènes : s. éd., p. 93‑94.

29  Les grandes entreprises de l’industrie grecque ne comptaient pas plus d’un demi-siècle de vie. Voir Christína Agriantóni, 1986, Οι απαρχές της εκβιομηχανοποίησης στην Ελλάδα το 19ο αιώνα [Les débuts de la mécanisation en Grèce au xixe siècle], Athènes : MIET.

30  Compte rendu de Diomídis, procès-verbal cité par Zavitsiános, ELIA, archive Zavitsiános, boîte 3, dossier 4, « Divers documents ».

31  Bilan plus mitigé chez le spécialiste de l’histoire de la DB, Harold James, 2004, The Nazi Dictatorship and the Deutsche Bank, Cambridge/New York : Cambridge University Press, p. 190, 224‑229. Pour la tendance de « liquidations généralisées », phrase qui appartient au secrétaire du Reich, H. Goering, voir Chrístos Hatziiossif, 2007, dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de combat et de résistance], in IEEA, t. C2, p. 194.

32  Voir Chrístos Hatziiossif, 2007, dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de combat et de résistance], in IEEA, t. C2 sur les jeunes cadres de la DB et l’hypothèse sur l’or des Juifs grecs.

33  À la suite de notre demande, nous avons été informé qu’un permis spécial est nécessaire pour y avoir accès.

34  Dans sa reddition des comptes pour son mandat à la direction de la banque.

35  Les métiers des inculpés ne sont pas toujours mentionnés, mais on peut – à titre indicatif – en recenser quelques-uns : un électricien travaillant sur les bateaux des Allemands au Pirée, procès no 42 ; un poissonnier, procès no 201 ; des bûcherons qui coupaient du bois avec des ordres allemands, procès nos 405 et 414 ; un cordonnier, procès no 702 ; des marchands de pièces pour automobiles, procès no 631. Pour citer d’autres affaires : des emprunteurs à taux élevés, procès nos 516, 553 ; des affaires de maisons closes, procès no 650 : TSCA/VA/3 et 4/1945.

36  Dans le cas de l’Allemand Fr. Hoh, le tribunal réfuta l’objection que le cas ne relevait pas de sa juridiction, et il le condamna à 12 ans de prison : TSCA/VA/3/1945, procès no 536. Pour le cas des ingénieurs, ayant restauré, entre autres, le  et l’hôpital militaire utilisé par l’armée italienne, procès no 511. Le neveu de Logothetópoulos, ayant exercé plusieurs chantages dans le service des automobiles, ne fut pourtant pas condamné pour collaboration mais, selon l’alinéa IV, pour avoir agi pour le compte des autorités allemandes : TSCA/VA/4/1945, procès no 615.

37  Pour l’ampleur des travaux publics, voir Giórgos Margarítis, 1993, Από την ήττα στην εξέγερση [De la défaite à l’insurrection], Athènes : Politis ; pour la liste des ingénieurs collaborateurs, voir Éleuthéria, 20 octobre 1944.

38  Famille d’Épire d’origine valaque, dont les membres devinrent de riches commerçants de la diaspora grecque en Égypte pendant la seconde moitié du xixe siècle, ils ont financé la fondation de plusieurs institutions et travaux publics, et ont été reconnus comme « bienfaiteurs majeurs de la nation ».

39  Il s’agit encore du nouveau commissaire spécial, Tsiabassis, qui, après la clôture de l’enquête et son renvoi à l’audience, la réitéra et remplaça le juge d’instruction. Le prétexte officiel était la déposition d’un officier anglais qui devait s’ajouter dans le dossier. Voir Rizospástis, 5 juillet 1945, p. 2.

40  Voir, à ce propos, le réquisitoire ainsi que les dépositions de K. R., An. K., N. E., ingénieurs et représentants de la Chambre des ingénieurs : TSCA/VA/4/1945, procès nos 607, 608, 638.

41  Voir Rizospástis du 17 juin 1945 au sujet du premier ajournement, puis Éleuthéria du 8 septembre 1945.

42  Procès nos 607, 608, 638, TSCA/VA/4/1945.

43  Xanthópoulos travaillait surtout avec les forces italiennes hors de tout contrôle. Les inculpés Averof et Doanídis avaient été importateurs de matériaux de construction allemands. Procès nos 607, 608, 638, TSCA/VA/4/1945.

44  Voir les témoignages de C. N.‑K. et S. Liv. ingénieurs : TSCA/VA/4/1945.

45  TSCA/VA/4/1945,, témoignage de K. Z. ancien directeur de la BNG.

46  TSCA/VA/4/1945, témoignages de T. Z., colonel de l’état-major, A. L., lieutenant de l’armée de terre.

47  Rizospástis, 8 septembre 1945.

48  Doanídis passa en Égypte en février ou mars 1944. Voir les témoignages de Rot. B., officier britannique, T. P., entrepreneur de travaux publics, et K. Theof., capitaine de corvette de la marine militaire, procès nos 607, 608, 638, TSCA/VA/4/1945.

49  Zavitsiános témoigna qu’Averof avait empêché la Banque nationale d’accorder un prêt à Diamantis, chef de la « 5e Légion romaine » (un groupe armé pro-italien) en Thessalie ; Th. Vas., officier de l’aviation et témoin de la défense, soutint que l’accusé avait même aidé Saráfis, chef militaire de l’ELAS, procès nos 607, 608, 638, TSCA/VA/4/1945. 

50  Voir la plaidoirie du commissaire : « J’ose dire qu’Averof ne fut pas un traître mais un des plus grands patriotes de ce pays, un fils qui a honoré sa terre paternelle », TSCA/VA/4/1945.

51  TSCA/VP/10/1945, procès no 1237.

52 TSCA/VP/10/1945, témoignages de G. Anagn. et S. Hor., professeurs de l’École polytechnique. Aussi pour leurs soutiens aux anticommunistes, voir les témoignages de la défense N. Zor., avocat, N. Katr., directeur de la police et G. Math., professeur de mathématiques à l’université d’Athènes.

53  N. Zop., avocat, témoigna qu’il avait fondé une entreprise de transports en 1942 qui collabora d’abord avec les Italiens puis, après leur départ, avec la société allemande Schenker. Pour les autres témoins, voir témoignages de G. Métax., St. Kost., L. Zer., G. Math. Fait remarquable, parmi ces témoins de la défense, figura, afin de soutenir le « patriotisme » de l’inculpé, un ancien directeur de la police, N. Katr, inculpé de collaboration, et acquitté par l’enquête préalable un mois plus tard (TSCA/VV/2/1945, ordonnance no 285).

54  Voir, sur le cas français, Henri Rousso, 2001, « Les élites économiques dans les années 1940, épuration et transition », in Vichy, l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris : Gallimard, p. 553‑593, spéc. p. 562‑563.

55  Konstantínos Anghelópoulos, 1945, Φως εις το ζήτημα των «οικονομικών δωσιλόγων», [Lumières sur la question des « collaborateurs économiques »], Athènes : s. éd., p. 15.

56  Il s’agit d’une condamnation annoncée par avance, car Xanthópoulos avait été le seul collaborateur économique parmi les 35 dénoncés par Anthony Volterákis, 1946, Στην υπηρεσία της Γκεσταπό [Au service de la Gestapo], Athènes : s. éd., p. 87. Son activité inclut la construction de routes et de casernes, mais elle s’étendit aussi à la construction expérimentale de bateaux de ciment et au bûcheronnage pour le compte des troupes d’occupation. Voir TSCA/VP/6/1945, procès no 976, témoignages de K. Lou., Ach. Kar., N. Kal., K. Stavr., tous ingénieurs ou fonctionnaires de la mairie du Pirée.

57  Il acquit un appartement dans le quartier chic du centre-ville où il s’installa avec sa famille et recevait les Allemands, voir TSCA/VP/6/1945, témoignage de K. Kon. et V. Pit.

58  Voir TSCA/VA/6/1945, procès no 1225 ; voir journalTo Víma du 23 novembre 1945 sur le « mausolée luxueux » bâti par les frères Alvanópoulos pour leur mère défunte.

59  Il n’est pas question ici de prendre le rôle du procureur, mais d’indiquer seulement la correspondance entre la gradation des peines et la position sociale des inculpés : dans les procès étudiés ici, un membre d’une vieille famille bourgeoise fut acquitté, de petits entrepreneurs furent condamnés à six mois de prison alors qu’un parvenu fut condamné à la perpétuité.

60  Voir les mémoires du poète Giórgios Vafópoulos, 1990, Σελίδες αυτοβιογραφίας [Pages autobiographiques], t. 2, Thessalonique : Paratiritis. Il y a un manque d’enquêtes sur l’activité de l’EPAK qui coordonnait tous les travaux publics sous l’Occupation.

61  Le procureur Tsiabassis s’en était déjà occupé personnellement : cette affaire faisait partie des raisons de la démission du juge d’instruction, selon Rizospástis, 5 juillet 1945 ; il avait été relaxé le 20 septembre 1945.

62  Durant les six mois qui s’écoulèrent entre novembre 1945 et avril 1946 furent examinées des affaires impliquant environ 1 000 personnes, soit le double de la période précédente : voir Annexe II.

63  Cela concerna notamment les cas de petits travaux entrepris pour le compte de l’occupant par des entreprises créées sous l’Occupation, et dont la plupart furent réglées par des ordonnances de l’enquête préliminaire et une petite partie fut renvoyée à l’audience : voir à titre indicatif le cas de l’entreprise de construction Tekton : TSCA/VP/1/1946, procès no 100.

64  Procès nos 1033 et 1133/1945, 133 et 809/1946. Voir aussi TSCA/VP/13/1946, procès no 1407 concernant une entreprise qui travaille pour le compte des Italiens, puis pour celui des Allemands.

65  Pour la plupart des industries textiles ou de biens alimentaires, face à l’accusation d’avoir mis leur production au service des forces d’Occupation, leur ligne de défense coïncide avec celle du procès de l’usine chimique examiné ci-dessus (procès no 1237/1945). Voir procès no 630/1946 lors duquel les accusés furent condamnés à l’indignité nationale.

66  Pour ces cas de figure, voir les procès nos 1082, 1198, 1298 de 1945 et 543, 641, 1563 de 1946 (TSCA/VA/6 et 7/1945, 6, 7 et 14/1946).

67  AC no 107, JO no 65, 1er mars 1946.

68  Cela fut d’ailleurs un argument couramment utilisé devant le tribunal, voir les procès des entrepreneurs des travaux publics et de l’industrie chimique examinés ci-dessus.

69  Voir, à titre indicatif, le cas de l’industrie des munitions militaires Bodosákis, l’entreprise de commerce général Minion (ELIA, ArchPoul, séance du 26 février 1945, p. 3) ou les cas des industriels du tabac Papastrátos et Matsagos (voir Chrístos Hatziiossif, 2007, dans son chapitre «Η ελληνική οικονομία πεδίο μάχης και αντίστασης» [L’économie grecque, champ de combat et de résistance], in IEEA, t. C2.

70  Voir, sur le cas français, Hervé Joly, 2003, « L’épuration économique a bien (provisoirement) existé : l’exemple de la région Rhône‑Alpes », in Marc-Olivier Baruch, Une poignée de misérables, l’épuration de la société française après la Deuxième Guerre mondiale, op. cit., p. 301‑335, et « Épuration et propriété privée », dans le même ouvrage, p. 417‑432. Voir aussi : Annie Lacroix-Riz, 1986, « Les grandes banques françaises de la collaboration à l’épuration : la non-épuration bancaire, 1944‑1950 », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale et des conflits contemporains, no 142, p. 81‑101.

71  Ce fut une vision partagée tant par l’EAM que par les libéraux et les Anglais (voir Michális Lymbératos , 2006, Στα πρόθυρα του Εμφύλιου Πολέμου, Κοινωνική Πόλωση, Αριστερά και αστικός κόσμος στη μεταπολεμική Ελλάδα, Από τη Βάρκιζα στον Εμφύλιο [Au seuil de la guerre civile, polarisation sociale, la gauche et le monde bourgeois dans la Grèce d’après-guerre, de Varkiza à la guerre civile], Athènes : Vivliorama, p. 207‑214, ainsi que Kóstas Kostís, in Kyriakós Varvaréssos, 2002, Έκθεσις επί του οικονομικού προβλήματος της Ελλάδος [Exposé sur le problème économique de la Grèce], Athènes : Savvalas, p. 55‑58). L’historiographie de la période répéta souvent ce schéma, voir Kostas Vergopoulos, 1981, “The Emergence of the New Bourgeoisie, 1944–1952”, in John Iatrides (ed.), Greece in the 1940s: A Nation in Crisis, Hanovre/New Hampshire : New England University Press, p. 310‑314.

72  Karl Marx, 2004, le Capital, Paris : Gallimard, tome 3, chapitre XXXII, p. 207.

73  Stavros Thomadakis, 1995, “Stabilization, Development and Government Economic Authority in the 1940s” in John Iatrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, p. 173‑226, spéc. University Park : The Pennsylvania State University Press, p. 185.

74  Exposé de motifs du décret-loi no 182 sur la « taxation extraordinaire des personnes enrichies pendant la période de guerre », JO no 56, 12 mars 1945.

75  Stavros Thomadakis, 1995, “Stabilization, Development and Government Economic Authority in the 1940s” in John Iatrides et Laura  Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, “Stabilization, Development and Government Economic Authority in the 1940s”, op. cit., p. 215.

76  Pour une analyse d’ensemble de la question, voir Athanassios Lykogiannis, 2001, “Why Did the ʻVarvaressos Experimentʼ Fail?”, Journal of Modern Greek Studies, vol. 19, no. 1, p. 117‑142. Kóstas Kostís, in Kyriakós Varvaréssos, 2002, Έκθεσις επί του οικονομικού προβλήματος της Ελλάδος [Exposé sur le problem économique de la Grèce], op. cit., p. 54‑55.

77  Konstantínos Anghelópoulos, 1945, Φως εις το ζήτημα των «οικονομικών δωσιλόγων» [Lumières sur la question des « collaborateurs économiques »], Athènes : s. éd, p. 12‑13.

78  Grâce à son alliance avec la moyenne et petite bourgeoisie des professions libérales et du commerce de détail, une alliance qui représentait autour du septième de la population et contrôlait environ 80 % des revenus monétaires dans les villes, les éléments de la Banque de Grèce pour 1945 (Geórgios Stathákis, 2003, «Οικονομία και Θεσμοί, από την προπολεμική βιωσιμότητα στην μεταπολεμική εκβιομηχανηποίηση» [Économie et Institutions du viable d’avant-guerre à l’industrialisation d’après-guerre] in Hagen Fleischer, 2003, Η Ελλάδα 36-39, από την δικτατορία στον Εμφύλιο, τομές και συνέχειες [La Grèce 1936-1939, De la dictature à la guerre civile, Ruptures et continuités], Athènes : Kastaniotis, p. 351‑369, spéc. p. 356). Ces chiffres sont en concordance avec l’estimation d’Anghelópoulos (1945), Φως εις το ζήτημα των «οικονομικών δωσιλόγων», [Lumières sur la question des « collaborateurs économiques], op. cit., p. 17) qui comptait de 600 000 à 800 000 le nombre de personnes ayant eu une relation commerciale directe ou indirecte avec les occupants.

79  Emblématique à cet égard est l’immunité dont jouissait le personnel chargé de l’aide venue de l’étranger, ainsi que sa continuité après l’Occupation. Le jugement de Kl. Oik., fonctionnaire de la Croix-Rouge sous l’Occupation et de l’UNRRA, eut lieu juste après. Elle fut accusée d’avoir dénoncé de nombreux patriotes, mais forte du soutien de puissants entrepreneurs, elle fut acquittée par le TSC en juillet 1945, TSCA/VP/3/1945, procès no 224.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search