Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'histoire des procès des collaborateurs en Grèce (1944-1949)

 | 
Dimitris Kousouris

Troisième partie : rideaux de fer, frontières transparentes (1946-1949)

Frontières transparentes

Transparent Borders

Διαφανή σύνορα

Résumé

La punition des collaborateurs se termine en 1947 et fut directement influencée par l’effort des services états-uniens pour « démocratiser », au moins en apparence, les structures du régime. Les tribunaux spéciaux devaient faire bonne figure devant l’opinion américaine, ils achevèrent leur mission comme gardiens de l’autre frontière, mondiale, qui séparait les blocs de la guerre froide.

Η τιμωρία των δωσιλόγων βρήκε τέλος το 1947, υπό την άμεση επιρροή των ΗΠΑ που ήθελαν να δώσουν στο ελληνικό καθεστώς τουλάχιστο μία βιτρίνα δημοκρατισμού. Τα ειδικά δικαστήρια έπρεπε να φαίνονται αξιοσέβαστα μπροστά στην αμερικανική γνώμη. Έτσι τελείωσαν τη δουλειά τους σαν φύλακες των άλλων συνόρων, των συνόρων του Ψυχρού Πολέμου.

The punishment of the wartime collaborators end in 1947 and was directly influenced by the efforts of the United States services to "democratize" the regime' structures, at least in appearance. The special Courts had to look good in front of the American opinion, they completed their mission as guardians of the Other border, the world border which separated the Cold War blocks.

Texte intégral

  • 1  Albert Camus, 1950, Actuelles. Chroniques 1944‑1948, Paris : Gallimard, p. 60.

Nous savons aujourd’hui qu’il n’y a plus d’îles et que toutes les frontières sont vaines. Nous savons que dans un monde en accélération constante, où l’Atlantique se traverse en moins d’une journée, où Moscou parle à Washington en quelques heures, nous sommes forcés à la solidarité ou à la complicité, suivant les cas.
Albert Camus1

  • 2  Dan Diner, 2001, Raccontare il novecento, Una storia politica, Milan : Garzanti, p. 207 ; (...)

1La « question grecque » fut internationalisée officiellement en deux temps. D’abord ce fut l’Union soviétique qui, avec deux démarches de protestation auprès du Conseil de sécurité de l’ONU à la veille des élections et du référendum, mit en question, d’une part, la violation des libertés politiques et les tendances ultranationalistes du régime grec et, d’autre part, l’occupation britannique. En soutenant qu’il s’agissait d’un problème provoqué par l’intervention des voisins à la frontière nord, la diplomatie anglo-américaine défendait un « point faible » par où la Russie cherchait un accès à la Méditerranée depuis des siècles. En incitant le gouvernement grec à poser lui-même la question en ces termes auprès du Conseil de sécurité, fin 1946, les Alliés firent de la Grèce un déclencheur de la « politique d’endiguement2».

  • 3  Peter Stavrakis, 1995, “Soviet Policy in Areas of Limited Control: the Case of Greece, 194 (...)

2Un Comité d’enquête mixte de l’ONU fut créé, à la suite de cette initiative grecque, afin d’enquêter in situ sur les « incidents de frontière » dans les Balkans. Pourtant aucun bilan commun ne put être établi après six mois d’investigation. Ensuite, l’URSS et la Pologne refusèrent de participer au « Comité spécial de l’ONU sur les Balkans » qui succéda au premier et corrobora la version occidentale de la situation3.

  • 4  “To rebuild and strengthen the traditional friendship between the peoples of Greec (...)

3Les effets de la guerre civile grecque furent aussi sensibles dans d’autres pays du bloc occidental, où l’opposition au régime autoritaire et le soutien à la guérilla soumirent leurs gouvernements à une certaine pression politique. Fondée en octobre 1945 à Londres, la League for Democracy in Greece fut ce pivot des campagnes internationales menées pendant la guerre civile. En continuité du Greek United Committee, censuré par Churchill en 1944, cette organisation, sous la présidence de l’écrivain écossais sir Compton Mackenzie, fonctionna avec la participation de députés travaillistes. Constituée désormais en groupe de pression, elle tentait de sensibiliser l’opinion internationale, notamment dans les pays du Commonwealth, et par là d’influencer les décisions parlementaires et gouvernementales par le biais de manifestations et de nombreuses éditions (de brochures, d’études et d’un bulletin périodique)4.

Les TSC face à l’opinion américaine

  • 5  Archives S-0643-1-8, lettre de la délégation grecque (probablement de l’EAM) datée du 3  (...)
  • 6  Et exclu un an auparavant des réunions des chefs politiques.
  • 7  L’ancien Premier ministre est mort le 26 octobre d’un cancer. Pour les funérailles et le (...)

4Entre-temps, dans le pays, les collaborateurs étaient déjà en voie de réhabilitation. Le général Gonatás*, patriarche de la zone grise et instigateur des BdS, fut ministre, dans des cabinets successifs jusqu’en août 1947. Sans compter les chefs de la police déjà acquittés en 1945, des chefs de bandes collaborationnistes de Macédoine furent élus députés tandis que, dès le milieu de l’année 1946, 1 300 anciens officiers des BdS servaient déjà dans la nouvelle armée nationale5. Tourkovassílis, directeur de la Banque de Grèce sous l’Occupation, fut lui aussi élu député et devint chef d’un petit groupe parlementaire et porte-parole officiel des collaborateurs dans la vie publique du pays6. À l’occasion de la mort et des funérailles de Ioánnis Rállis en octobre 1946, il inaugura cette fonction, à la tête d’un groupe de parlementaires de la majorité, en prononçant une oraison funèbre qui lui valut les applaudissements de l’assistance7.

  • 8  Protestation yougoslave à l’ONU au sujet des criminels de guerre protégés par le (...)
  • 9 Éleuthéria, To Víma, 27 et 28 août 1946 ; peu après par ailleurs, à l’instar de Doanídis (...)

5Ces faits provoquèrent la protestation officielle du gouvernement britannique : déjà critiqué sur le plan diplomatique pour avoir soutenu un État qui accordait refuge à toutes sortes de collaborateurs et de criminels de guerre internationaux, celui-ci voulait éviter à tout prix de telles manifestations ostentatoires qui auraient pu ternir l’image antifasciste du régime8. C’est pourquoi la question des grands collaborateurs fut, pour l’essentiel, traitée dans la discrétion. Hector Tsironíkos*, ministre polyvalent des gouvernements de collaboration et Premier ministre d’un « gouvernement exilé » fantoche à Vienne, arrêté par l’armée américaine en juin 1945, ne fut livré aux autorités grecques qu’en août 1946. Le silence était de mise quant à son sort et à celui des autres ministres collaborateurs qui avaient fui à l’étranger9.

  • 10  Voir Seféris, qui, dans son journal des années 1945‑1951, où il ne mentionnait pas les n (...)

6Dans la vie quotidienne, on ne disait rien de la permanence du personnel politique et administratif de la collaboration. Le soupçon que les condamnés, bien que peu nombreux, ne purgeaient leurs peines que virtuellement, était nourri par les apparitions occasionnelles des accusés dans la vie civile, par la pratique fréquente d’attributions de grâce et de remises de peine, par l’ambiguïté quant à la détention des accusés et par les conditions de vie luxueuses dont jouissaient les anciens ministres collaborateurs10. Pour le nouveau régime, la question des collaborateurs était plutôt un problème de relations internationales. La division intérieure entre « nation résistante » et « miasmes extrémistes » se substitua à celle opposant résistants et collaborateurs. Début 1947, cette conception officielle se concrétisa et fut présentée devant la « commission d’enquête » onusienne comme suit :

La question des collaborateurs mérite elle aussi qu’on lui consacre quelques mots.

  • 11  UNA, S-0649-7-7, “Hearings before the commission – Greece”, p. 3‑4. C’est un e (...)

Une épuration étendue et des torrents de sang n’étaient pas nécessaires en Grèce où la résistance à l’ennemi a été vraiment unanime. Les massacres généraux de cette nature n’ont dû être effectués que chez les nations satellites qui, pendant des années, avaient collaboré avec l’ennemi, collectivement et sans réserve, et avaient besoin de recourir à ce moyen pour essayer de faire croire qu’elles s’étaient ainsi rachetées.
La poignée de méprisables individus qui, mus par une attitude d’esprit défaitiste ou de bas intérêts pécuniaires, ont préféré collaborer avec l’ennemi pendant l’Occupation a été si insignifiante, et par la qualité et par le nombre, qu’elle ne saurait entacher le tableau général. Ce qui entache ce tableau d’une beauté parfaite par ailleurs, ce sont les miasmes de l’extrémisme grec, les seuls adversaires vraiment dangereux de la Résistance unanime contre l’ennemi11.

« En désaccord avec les idéaux de notre démocratie »

  • 12  Journaux du 24 octobre au 5 novembre sur la rafle dans le quartier populaire de Périster (...)
  • 13  TSCA/VA/1/1947, procès nos 113 à 146. Sur la conclusion, voir aussi les journa (...)
  • 14  7 condamnations à la peine de mort, 3 condamnations à la réclusion à perpétuité, 5 peine (...)

7Non contents d’avoir entériné cette narration, les TSC ne cessèrent pas de la consolider. L’année 1946 fut celle de leur activité la plus fiévreuse. Le rythme de leur activité témoigne également de la volonté d’en finir avec ce sujet fâcheux : en l’espace d’un an fut conclue la moitié des procès. Pourtant, leur travail passa définitivement au second plan à l’exception d’une série de procès publics qui débutèrent à l’automne : on devait y juger encore plusieurs dizaines d’agents de la Sûreté spéciale ainsi que quelques chefs des BdS ayant dirigé les rafles de quartier effectuées conjointement avec les Allemands. La presse a saisi l’occasion pour rappeler les crimes commis sous l’Occupation. Pourtant ce qui fit la une des journaux fut l’ambiance tendue du procès : celui-ci commença par une attaque des partisans des accusés contre les parents de victimes comparaissant au titre de la partie civile. Cependant, même en cette circonstance, la cour sut encore échapper à la publicité en répartissant l’affaire des bloka sur 25 procès distincts. Ces procédures ne se termineront que quatre mois plus tard12. En définitive, compte tenu du verdict, ces procès fonctionnèrent plutôt comme une Truth Commission : sur 97 accusés, en majorité des officiers de l’armée ou de la gendarmerie en fonction, 82 furent acquittés (parmi eux les chefs des BdS d’Athènes)13, et 7 des 15 condamnés l’avaient déjà été auparavant14.

  • 15 UNA, S-046-7-6 (Requests for hearings before the commission, NGO‑Greece), Mémorandum de (...)

8Nonobstant la gravité des crimes jugés, ces procès passèrent généralement inaperçus à l’intérieur du pays, la lutte contre les « rebelles » occupant le devant la scène. Par ailleurs, il n’y avait plus d’enjeu politique véritable : les deux conceptions de la justice, comme les deux conceptions antifascistes de la nation, étaient définitivement séparées. Tandis qu’à l’intérieur du pays, la justice devenait l’instrument principal de la guerre civile, la Fédération panhellénique des ligues démocratiques dénonçait à l’ONU « l’État fasciste […], où la justice échange son rôle hautement moral avec celui de la servante du gendarme, obligée nécessairement de couvrir de sophismes non seulement la brutalité de l’action légale du gendarme mais, bien souvent, aussi ses crimes15 ».

  • 16  954 sur 1 447 accusés (65,9 %) furent acquittés en 1946‑1947, à comparer avec (...)
  • 17  Respectivement 33 % et 52 %, voir Annexe II. Nous avons estimé le « rythme normal » à pa (...)

9Ce ton était clairement hostile, mais non sans raisons. Tandis que, durant la seconde moitié de l’année 1946, les cours martiales extraordinaires se multipliaient à travers le pays, le taux d’acquittement dans les TSC passait de un sur deux à deux sur trois, preuve flagrante de cette volonté de clore le sujet une fois pour toutes16. De même avec le rythme des ajournements : en 1945, un procès sur trois fut reporté – ce qui correspondait à un rythme régulier pour des cours pénales ; en 1946, les procès reportés représentaient plus de la moitié de l’ensemble des affaires17.

  • 18  Pour donner un signe de « reconnaissance mutuelle », pendant l’audience, les accusés lis (...)
  • 19 To Víma, 23 août 1946, voir l’histoire du procureur Délaportas qui reçut les « directives (...)

10Les accusés, spécialement les plus haut placés, bénéficiaient de la faveur des juges ; sous prétexte de « maladies » bizarres, ils gagnaient souvent du temps pour acheter des témoins ou obtenir une composition favorable de la cour. Au sein de la magistrature, sous la houlette de celui qui avait été le président de la Cour de cassation sous l’Occupation, une Ligue secrète d’extrême droite tirait les ficelles, en exerçant des pressions même sur les royalistes modérés18. La haute magistrature entretenait aussi des liens avec les puissants de la vie économique : si les nombreux ajournements des procès des collaborateurs économiques avaient éveillé le soupçon qu’ils jouissaient d’un « traitement spécial », les rumeurs ne tardèrent pas à se trouver confirmées de manière patente par le commissaire général des TSC du pays en personne, l’emblématique procureur Tsiabassis. Destitué provisoirement de son poste par le gouvernement centriste avant les élections, il avait été reconduit dans ses fonctions aussitôt après les résultats du scrutin, par le premier gouvernement royaliste. Or, quatre mois plus tard, pris en flagrant délit au moment où l’épouse d’un prévenu pour collaboration économique le « remerciait » pour ses services, il fut de nouveau écarté de son poste19.

  • 20  Le taux des condamnations à mort et à perpétuité, 10 % en 1945, époque de « fe (...)

11Cependant, même si les nouveaux tenants du pouvoir, pour préserver les apparences d’un « État de droit », durent « brûler » quelques « cartes », dont Tsiabassis, cela ne changea pas le cours des choses. L’image statistique des sentences prononcées par les TSC en 1946‑1947 indique que, non seulement la ligne de conduite déjà tracée fut maintenue, mais aussi que la clémence l’emporta. Pourtant, alors que les acquittements étaient de plus en plus nombreux et que les feux de l’actualité se détournaient de plus en plus des TSC, le nombre des peines capitales et des condamnations à perpétuité augmenta brusquement vers le milieu de l’année 1947. Par ailleurs, même en suivant la tendance « clémente » des tribunaux, les procès peu nombreux qui eurent lieu en 1948 connurent un accroissement spectaculaire des lourdes peines de réclusion criminelle20.

  • 21  Voir les procès nos 237, 671, et 861 de 1947 (TSCA/VA/2, 4 et 5/1947). Dans le dernier d (...)
  • 22  Konstantínos Tsibas, mentionné aussi par Voltérakis, fut condamné le 27 septembre 1947 à (...)

12Cette dernière réserve de condamnés21 à de lourdes peines, fin 1947 – début 1948, comportait des « collaborationnistes » ; c’étaient des compagnons de route de la cause nazie par conviction : adhérents des organisations nazies (dont deux chefs du Bund allemand), membres de la Sûreté spéciale ou des BdS affiliés à l’activité de ces groupements, ou des citoyens grecs (dont quelques Allemands naturalisés) qui avaient été enrôlés directement dans les SS ou dans la Wehrmacht22.

  • 23  Pour cette série de procès expéditifs, voir : à la fin de 1947 les procès nos 799, 1390, (...)

13Le déroulement de ces procès suivit la règle établie. Cette page obscure de l’Occupation fut traitée dans la discrétion et de manière expéditive, comme une « affaire de famille ». Les acteurs de la Résistance furent complètement absents : l’accusation se fonda principalement sur les dépositions des accusés eux-mêmes qui attribuaient les actes incriminés aux absents. Environ la moitié des accusés fut acquittée. À quelques exceptions près, ce furent les accusés présents qui jouirent de l’indulgence de la cour : la peine capitale et la prison à vie furent infligées surtout aux accusés jugés par contumace, en fuite à l’étranger et recherchés par les autorités du pays. On a affaire ici à l’exploitation des témoignages de « repentis » qui, après être restés en détention provisoire pendant plusieurs mois, rachetaient ainsi leur mise en liberté23.

14Cette évolution révèle sans doute un processus de restructuration des services de renseignements du pays. Par ailleurs, le choix de punir, fût-ce tardivement et très partiellement, le noyau dur de la collaboration attestait une volonté de clore définitivement ce chapitre. Comme cela avait été le cas dès le début, quelques condamnations limitées, qu’elles aient été symboliques ou prononcées seulement pour en grossir les chiffres, légitimaient la violence anticommuniste, et ce d’autant plus qu’on était sur le point de lancer une vague de répression sans précédent sur tous les fronts contre les forces de l’EAM.

15Or, comment expliquer qu’on n’ait pas donné à ces procès plus de publicité que celle qui leur était réservée, au mieux, dans les « dépêches » des quotidiens ? La raison en est d’abord que ni le nombre ni les qualités des accusés n’étaient conformes à la version officielle qui voulait que la Grèce « n’ait pas donné un seul soldat » à la machine de guerre nazie. Enfin, le « huis clos » de ces procès et le nombre des acquittés n’auraient pas changé les opinions défavorables quant au travail de la justice. Comme l’on a vu, pour l’opinion grecque, les jeux étaient faits depuis 1946.

  • 24  “This is the fate of the various Michailovichs. They attempt to swim against the current (...)

16S’il y avait eu une opinion à influencer, il aurait fallu aller la chercher bien au-delà des limites géographiques du pays, sur l’autre rive de l’Atlantique. Comme cela avait déjà été le cas pour la Grande‑Bretagne tant qu’elle avait pu tenir le pays sous sa tutelle, ce fut au tour du gouvernement des États‑Unis de subir les fortes pressions de son opinion démocratique à propos du soutien fourni au régime grec. L’épisode le plus célèbre à cet égard, survenu dans les premiers mois de l’intervention américaine en Grèce, fut une controverse sur le sort du général Zérvas*, ancien chef de la guérilla de l’EDES. Celui-ci occupait depuis janvier 1947 le poste de ministre de l’Ordre public, un des nouveaux ministères clés qui soustrayait à l’autorité du ministère de l’Intérieur les dossiers concernant les forces de l’ordre. Dans le cadre des audiences organisées par le Sénat américain sur les propositions de la doctrine Truman, un agent américain d’origine grecque – ancien agent de l’OSS dans la Grèce occupée – fit une déposition sous serment qui remettait fortement en cause les lauriers de résistant du ministre. Alors qu’il soumettait au Sénat un document allemand témoignant d’une entente cordiale entre les troupes nazies et l’EDES de Zérvas, Kóstas Kouvarás rapporta que ce dernier « commença en démocrate et finit royaliste. Il commença avec des convictions patriotiques et finit en collaborateur des Allemands24 ».

  • 25  John T. Malakasses, 1982, “Zervas ousting fron the governement in 1947 by the Americans (...)
  • 26  Rapport de l’ambassadeur MacVeagh, 2 septembre 1947 : John T. Malakasses, 1982, “Zervas (...)

17L’ancien agent soutint que Zérvas avait d’abord collaboré accidentellement, mais qu’ensuite, « pour sauver sa peau et son organisation, il conclut systématiquement des accords avec les Allemands ». Quel qu’en ait été le motif, soutenir un gouvernement dont le personnage clé, chargé de mener la répression contre l’EAM, se révélait être un présumé collaborateur, posait des problèmes au gouvernement américain. Ainsi commença-t-on à exercer des pressions pour écarter Zérvas. L’establishment politique grec résista quelques mois à ces pressions et l’intéressé lui-même dut faire nombre de démarches auprès des représentants américains qui redoutaient les « articles diffamatoires d’un certain M. Kouvarás » dirigés contre lui25. Toutefois, la publicité croissante que connut l’affaire aux États‑Unis ne laissait pas une grande marge de manœuvre au gouvernement américain. Le dernier mot de l’ambassadeur américain fut que « le général Zérvas devrait comprendre qu’il n’y a rien de personnel dans l’affaire. Cependant […] le fait est que, à la fois la presse et le public aux États‑Unis sont, à tort ou à raison, largement de l’avis qu’il a des tendances dictatoriales et fascistesen désaccord avec les idéaux de notre démocratie. De ce fait, dit-on, il n’inspire pas confiance comme membre de tout gouvernement se proposant de collaborer étroitement avec les États‑Unis26 ».

  • 27  Procès où l’on mettait en doute l’interprétation établie par les précédents. Voir juin 1 (...)

18Le cabinet auquel participait Zérvas démissionna fin août 1947 et sa carrière politique s’en trouva désormais compromise. La fin de cet épisode coïncide avec le début de la dernière série de condamnations émises par le TSC d’Athènes. Cette dernière phase de punition des collaborateurs fut donc directement influencée par l’effort des services états-uniens pour « démocratiser », au moins en apparence, les structures du régime27. Les tribunaux spéciaux se trouvèrent ainsi redevables à l’opinion américaine. S’ils avaient été conçus afin de déterminer les limites de la « nation antifasciste », les TSC achevaient leur mission en devenant gardiens de l’autre frontière, mondiale, qui séparait les blocs de la guerre froide. Cet aspect devient d’autant plus évident quand on s’éloigne un peu d’Athènes pour observer ce qui se passe sur cette nouvelle frontière.

Notes

1  Albert Camus, 1950, Actuelles. Chroniques 1944‑1948, Paris : Gallimard, p. 60.

2  Dan Diner, 2001, Raccontare il novecento, Una storia politica, Milan : Garzanti, p. 207 ; Wilfred Byford‑Jones, 1945, The Greek Trilogy (Resistance-Liberation-Revolution), London : Hutchinson and Co, p. 30. Voir aussi Robert Frazier, 1991, Anglo-American Relations with Greece: The Coming of the Cold War, 1942‑1947, New York : St. Martin’s Press.

3  Peter Stavrakis, 1995, “Soviet Policy in Areas of Limited Control: the Case of Greece, 1944‑1949” in John Iatrides et Laura Wrigley (ed.), Greece at the Crossrads, The Civil War and its Legacy, University Park : The Pennsylvania State University Press, p. 227‑257.

4  “To rebuild and strengthen the traditional friendship between the peoples of Greece and Britain on the basis of the establishment and development of democracy in Greece; to enlighten the British public about the situation in Greece and to promote cultural relations between the two countries; to provide relief to Greeks who suffered for their democractic beliefs and activities, their dependants, and the dependants of Greeks who died fighting for democracy; and to work for a general amnesty for Greek democrats imprisoned for political reasons, the restoration of trade unions and civil liberties, and the suppression of armed terrorism and the trial and punishment of collaborators during the occupation (the latter deleted as obsolete in the late 1960s)” : KCL/MGA/PM/1/1.

5  Archives S-0643-1-8, lettre de la délégation grecque (probablement de l’EAM) datée du 3 novembre 1946, offrant une liste exhaustive de 1 306 noms avec leur rang et les numéros des JO qui mentionnaient leur promotion sous l’Occupation ; pour les chefs des milices en Macédoine, voir Marantzídis Níkos et Dordanás Strátos, 2008, «Αντικομμουνιστές της Μακεδονίας στα έδρανα της Βουλής, πολιτικά και κοινωνικά χαρακτηριστικά» [Anticommunistes de Macédoine sur les banc de l’Assemblée, caractéristiques politiques et sociales] in Grigóris Psallídas (dir.), Οι εκλογές του 1946, Σταθμός στην πολιτική ιστορία της σύχρονης Ελλάδας [Les élections de 1946, une étape dans l’histoire politique de la Grèce contemporaine], Athènes : Patakis, p. 216‑236.

6  Et exclu un an auparavant des réunions des chefs politiques.

7  L’ancien Premier ministre est mort le 26 octobre d’un cancer. Pour les funérailles et les réactions, voir les journaux Éleuthéria et To Víma du 29 octobre 1946.

8  Protestation yougoslave à l’ONU au sujet des criminels de guerre protégés par le régime grec, confirmée par un exposé de l’EAM au Pirée concernant la « protection » de 300 détenus – présumés criminels de guerre bulgares : “Hearings before the commission”, UNA, S-0649-7-5.

9 Éleuthéria, To Víma, 27 et 28 août 1946 ; peu après par ailleurs, à l’instar de Doanídis un an auparavant, la rumeur voulait qu’il ait été envoyé à la conférence de Paris pour « expliquer la situation économique sous l’Occupation », To Víma, 27 septembre 1946. Tavoularis se faisait porter mort, victime de la tuberculose ; Passadakis était malade en Autriche ; enfin Gotzamánis fut porté disparu jusqu’à ce que, après avoir bénéficié d’une grâce, il revienne au pays après la fin de la guerre civile pour briguer la mairie de Thessalonique. Il avait été « en exil à Rome » selon l’essai de réhabilitation de Iákovos Michaïlidis, 2001, Σωτήριος Γκοτζαμάνης, ο άνθρωπος, ο πολιτικός, ο μύθος [Sotírios Gotzamánis, l’homme, le politique, le mythe], Thessalonique : Vanias, p. 86). Seul Logothetópoulos avait été livré aux autorités grecques assez rapidement, en février 1946.

10  Voir Seféris, qui, dans son journal des années 1945‑1951, où il ne mentionnait pas les noms des personnes sur qui il écrivait, relate dans une insertion de juillet 1945 : « Réunion d’hier. […] Une demoiselle bronzée lit une allocution : héroïsmes, grandeur de la résistance, etc. Réponse de M. S. : héroïsmes, sacrifices, construction d’un monde nouveau. Émotion dans l’assistance. Alors qu’ils applaudissent, quelqu’un chuchote à mon oreille : – Sais-tu qui est la demoiselle qui a parlé ? La secrétaire particulière – sous plusieurs aspects – de Tsironíkos […] », Georges Seféris, 1975, Μέρες [Jours], Athènes : Ikaros, chap. V, p. 17‑18. Voir KCL/MGA/CLR/1 document no 1/59, p. 2 relatant les conditions insalubres de l’entassement de 18 000 détenus dans des prisons prévues pour 8 000 en y ajoutant : “That the one prison in respect of which no exception could be taken to the conditions was the Zeliotis prison in Athens for quislings, who enjoy considerable personal confort, and such amenities as wireless sets and electric heaters”, p. 2, Fédération panhellénique des associations démocratique, « Dans la Grèce enchaînée, le peuple réclame la liberté », in UNA, S-0663-3-9.

11  UNA, S-0649-7-7, “Hearings before the commission – Greece”, p. 3‑4. C’est un extrait du discours de Kyrou, qui comparaît comme “liaison officer” du gouvernement grec. Il fut lui-même l’un des principaux témoins à avoir formulé le récit « nationalement-pensant » de la nation résistante dans le procès des gouvernements.

12  Journaux du 24 octobre au 5 novembre sur la rafle dans le quartier populaire de Péristeri : Rizospástis, To Víma, Éleuthéria. Voir aussi Nikos Kalkanis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], disponible en pdf sur http://istorika-ntokoumenta.blogspot.fr/2013/09/blog-post_9484.html, consulté le 4 avril 2016, p. 285‑341.

13  TSCA/VA/1/1947, procès nos 113 à 146. Sur la conclusion, voir aussi les journaux des 5 et 6 mars 1947.

14  7 condamnations à la peine de mort, 3 condamnations à la réclusion à perpétuité, 5 peines de réclusion criminelle, dont Lambou condamné à mort, et Kourebanas, Partheniou, Madas, déjà condamnés au procès d’octobre – novembre 1945.

15 UNA, S-046-7-6 (Requests for hearings before the commission, NGO‑Greece), Mémorandum de la FPLD sur la justice grecque, spéc. pp. 8‑9.

16  954 sur 1 447 accusés (65,9 %) furent acquittés en 1946‑1947, à comparer avec 53 % en 1945 ; dans ce sens, une fois de plus, les procès de la Sûreté indiquaient la tendance générale du travail des TSC, au moins pour Athènes. Sur les rythmes des procès, voir Annexe II.

17  Respectivement 33 % et 52 %, voir Annexe II. Nous avons estimé le « rythme normal » à partir des éléments disponibles pour l’avant-guerre concernant le rythme du travail des tribunaux, in ESYE, 1939, Statistique de la justice civile et commerciale 1937‑1938, Athènes : Imprimerie nationale.

18  Pour donner un signe de « reconnaissance mutuelle », pendant l’audience, les accusés lisaient souvent ostensiblement la presse royaliste, voir Nikos Kalkanis, 1983, Οι δωσίλογοι της κατοχής, Δίκες-Παρωδία [Les collaborateurs de l’Occupation, procès-parodie], disponible en pdf sur http://istorika-ntokoumenta.blogspot.fr/2013/09/blog-post_9484.html, consulté le 4 avril 2016, p. 133‑134, Mémorandum de la Fédération panhellénique des ligues démocratiques, p. 6‑7 ; mais même les juges « de droite » protestaient déjà en juin 1946, voir Éleuthéria, 6 juin 1946. Pour les mutations administratives des juges de conviction républicaine, voir aussi sur le procureur-commissaire de Kavala Níkos Karayannakídis, 2006, «Δωσιλογισμός και συλλογική μνήμη, το παράδειγμα της Καβάλας» [Collaboration et mémoire collective : l’exemple de Kavala], EET, p. 333.

19 To Víma, 23 août 1946, voir l’histoire du procureur Délaportas qui reçut les « directives » de son supérieur à propos d’un collaborateur de Zante qui prétendait être dans le coma à Patras : Pávlos Délaportas, 1978,Το σημειωματάριο ενός Πιλάτου [Le carnet d’un Pilate], Athènes : Themelio, p. 82‑83.

20  Le taux des condamnations à mort et à perpétuité, 10 % en 1945, époque de « fermeté » de la justice, diminue à 7 % en 1946, atteint 16,5 % en 1947 et retombe à 3,1 % en 1948. Ce rebond est inversement proportionnel aux lourdes peines de prison (10‑20 ans) qui, de 9‑10 % dans les deux premières années, s’efface presque en 1947 (1,1 %). Quand, en 1948, les condamnations à la peine capitale et à perpétuité se réduisent drastiquement, les condamnations à de lourdes peines de réclusion criminelle augmentent jusqu’à 29 %. Voir Annexe II.

21  Voir les procès nos 237, 671, et 861 de 1947 (TSCA/VA/2, 4 et 5/1947). Dans le dernier de ces trois procès, l’affaire concernait la délation et le meurtre d’Iró Konstantopoúlou, adolescente (dont l’action a été revendiquée par l’EAM et la Résistance anticommuniste) qui avait été arrêtée et torturée à mort par la Sûreté spéciale et les autorités d’occupation.

22  Konstantínos Tsibas, mentionné aussi par Voltérakis, fut condamné le 27 septembre 1947 à la prison à vie, peine qui fut commuée en 18 ans de prison. TSCA/VP/10/1947, procès no 1199.

23  Pour cette série de procès expéditifs, voir : à la fin de 1947 les procès nos 799, 1390, 1446, 1462, 1464, 1488, 1577, 1808, 1809, ainsi que l’affaire no 1820, où le TSC jugea par contumace et condamna un groupe d’ingénieurs de nationalité allemande (TSCA/VA/4,7 et 9/1947). Pour 1948, voir procès nos 222, 243, 334, 438 (TSCA/VA/2 et 3/1948).

24  “This is the fate of the various Michailovichs. They attempt to swim against the current and the current moves them to another direction than the one threat they wished.” Voir Kóstas Kouvarás, 1976, ΟΣΣ με την Κεντρική του ΕΑΜ [L’OSS et le Comité central de l’EAM], Athènes : Thémelio, p. 211‑213. Kouvarás a évoqué pendant sa déposition la trêve entre l’EDES et les troupes allemandes, ainsi que leurs attaques combinées contre l’ELAS. Sur tout cela, voir l’article de John T. Malakasses qui fait un compte rendu détaillé de l’épisode à partir des archives du State Department : John T. Malakasses, 1982, “Zervas ousting fron the governement in 1947 by the Americans because of his alleged collaboration with the Germans”, Epistimoniki Epetitris Filosofikis Scholis Panepistimiou Ioanninon [Bulletin annuel scientifique de l’université de Ioannina], p. 365‑387. Les documents de Kouvarás se trouvent dans les Hoover Institution Archives, Stanford University, California.

25  John T. Malakasses, 1982, “Zervas ousting fron the governement in 1947 by the Americans because of his alleged collaboration with the Germans”, p. 369‑372, la citation anti-impérialiste de Zérvas par une lettre adressée au président Truman, p. 371. Le mécontentement des royalistes à propos des interventions américaines à l’intérieur du pays fut utilisé à ce moment même par l’EAM pour affirmer sa ligne anti-impérialiste, voir UNA, S-0648-2-10.

26  Rapport de l’ambassadeur MacVeagh, 2 septembre 1947 : John T. Malakasses, 1982, “Zervas ousting fron the governement in 1947 by the Americans because of his alleged collaboration with the Germans”, Epistimoniki Epetitris Filosofikis Scholis Panepistimiou Ioanninon [Bulletin annuel scientifique de l’université de Ioannina], p. 374.

27  Procès où l’on mettait en doute l’interprétation établie par les précédents. Voir juin 1947 comme date de départ de l’intervention directe.

Acheter