Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre VIII. Conclusion

Chapter VIII. Conclusion

Եզրակացութիւն

Résumé

Le Piège de l’orgueil vise, de façon explicite, l’élaboration d’un dispositif législatif rendant les abus de pouvoir impossibles dans le futur gouvernement de l’Arménie. L’ouvrage, à défaut d’avoir atteint ce but, révèle une synthèse originale de sources orientales et occidentales, par laquelle l’auteur, qui n’est pas un penseur en tant que tel, parvient à élaborer, dans son espace culturel, un modèle d’État républicain. L’ouvrage ne consiste pas seulement dans la présentation de ce modèle, il a été destiné à jouer un rôle politique, à s’inscrire dans l’action en faveur de la création de ce type d’État. Il témoigne également de la vie de la société arménienne de son époque, fournissant des informations sur les conflits, grands ou petits, qui pouvaient y survenir.

The target of the Trap of Glory is to develop a legislative project which could prevent any abuse of power in the governance of the future Armenia. This goal was not reached, but the book shows an original synthesis from Eastern and Western sources. Despite the author was not a thinker, he has been successful in developping, in his cultural field, the concept of a Republican State. The book is not only the presentation of this concept, it had also played a role in its achievement. It also describes the Armenian society at that time and provides information about the major or minor conflicts within itself.

Texte intégral

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)
  • 2 Piège, sous-titre.
  • 3 Ibid., sous-titre de la seconde partie intitulée « Guide ».

1Les auteurs du Piège, Hakob*1 et Chahamir* Chahamirian, ont poursuivi, à travers la rédaction de cet ouvrage, un but avoué, explicitement formulé : mettre au point un dispositif rendant impossible tout acte contraire aux lois2 dans le gouvernement de l’Arménie3. Si leur système n’a pas permis, à leur époque, la libération de l’Arménie et sa constitution en État de droit, ils ont néanmoins laissé un document permettant d’éclairer plusieurs thématiques dépassant leur cadre initial et que l’on peut ramener au nombre de trois.

2Tout d’abord, comment la notion d’État de droit s’est-elle élaborée d’un point de vue théorique chez des nations durablement réduites au statut de minorité de second ordre dans des empires où la liberté politique est exotique, voire inconcevable ? Quels ont été les rôles respectifs des transferts culturels et des ressources locales dans cette démarche ?

3Ensuite, comment ces idées se sont-elles transformées en programme politique ? Comment une nation sans État, sans armée et sans diplomatie a-t-elle pu développer une stratégie et tenter de se constituer comme un enjeu dans le concert des puissances ?

4Enfin, en voulant soumettre tous les aspects de la vie sociale à la loi, le Piège est aussi un document d’histoire sociale.

5Dans la mesure où la « Constitution » exposée dans le Piège est précédée d’une partie qui s’efforce de justifier la démarche et de fonder le dispositif, l’ouvrage dresse un tableau intellectuel de son époque et l’ensemble du texte, ainsi que l’ensemble des œuvres publiées à l’imprimerie fondée par Chahamirian attestent d’un travail d’élaboration remarquable. L’étude des sources du Piège montre que les auteurs sont moins ignorants qu’ils ne le prétendent à plusieurs reprises dans l’ouvrage. Bien que les références ne soient presque jamais mentionnées explicitement, on reconnaît tout de même une réelle culture biblique, une connaissance précise de l’histoire et de la géographie de l’Arménie, ainsi qu’une certaine connaissance des codes arméniens du passé. Cette culture apparaît d’autant plus maîtrisée que les références en sont habilement sélectionnées et exposées. Les auteurs, en effet, suivent constamment une stratégie argumentative : ils usent des références culturelles comme de cautions destinées à convaincre le lecteur, briser ses résistances, l’inciter à l’audace. Dans cette recherche d’adhésion du lecteur, il fallait aussi présenter des cas, des situations historiques ou contemporaines montrant la possibilité et la viabilité de ce régime inimaginable : la république. Pour montrer que la liberté politique a existé et peut encore exister, les Chahamirian vont puiser à des sources diverses. L’ensemble du Piège montre comment ses auteurs ont créé un alliage particulier de sources arméniennes et de sources occidentales, comment ils les ont intégrées et subordonnées à leurs propres objectifs. Cette synthèse originale a sans doute été facilitée par la situation excentrée et donc plus libre des Chahamirian (Arméniens de Perse vivant à Madras, loin des autorités politiques – gouvernement de la Perse – et religieuses – catholicossat d’Etchmiadzine) et leur familiarité avec la diversité cosmopolite que leur offrait Madras à la fin du xviiie siècle.

6Le travail d’élaboration a dû être d’autant plus difficile que les auteurs ne maîtrisent qu’imparfaitement la langue écrite et que, de plus, les concepts politiques qu’ils tentent de mettre au point n’ont pas encore, à cette époque, de désignation en arménien, la langue étant encore marquée par un ancien vocabulaire souvent d’origine persane et en lien avec les institutions de la société médiévale.

7Tous ces efforts pour concevoir un système de gouvernement républicain, puis de le réaliser dans l’histoire ont-ils abouti ?

8La législation du Piège n’a jamais pu être mise en pratique. L’éventualité d’une restauration de la souveraineté en Arménie, plausible surtout à partir du traité de Guéorguievsk, en 1783, s’évanouit avec son annexion par la Russie de 1813 à 1829. Mais l’efficience de cet ouvrage se situe ailleurs. Il contribue à transmettre et à faire vivre l’idée d’un État national, permettant de maintenir malgré tout une existence nationale tout au long de ces siècles (de la fin du royaume de Cilicie aux républiques du xxe siècle) en l’absence d’État et d’institutions autonomes. Au-delà, il marque le début d’une pensée constitutionnaliste et des revendications qui en découlent. L’histoire des Arméniens à l’époque moderne dans les différents États dont ils ont été les sujets est en effet traversée par cette ligne de force : l’action en faveur de l’établissement d’un État de droit, seul moyen de prémunir contre l’arbitraire les minorités dénuées de force.

9Cette ligne supposait une action orientée dans deux directions : agir sur le public arménien et agir sur les empires.

  • 4 Littéralement « protégé ». Cet euphémisme signifiait l’appartenance à un statut d’inférieur dans l (...)

10Sur le premier point, un important travail pédagogique a été fourni, non seulement dans le Piège, mais encore dans toutes les autres publications de l’imprimerie Chahamirian et même au-delà, par d’autres institutions qui ont visé à tout le moins un réveil national au sens culturel du terme, comme la Congrégation mekhitariste. Se réapproprier son histoire, sa langue, sa culture, s’affranchir de l’état d’esprit de dhimmi4, si profondément ancré depuis des siècles, sont les conditions subjectives permettant de rompre avec la docilité et la servilité.

  • 5 Voir au chapitre VII : « L’écho et la postérité du Piège. »

11Sur le second point, bien qu’il soit difficile d’établir une réelle filiation entre tous les textes législatifs ou réglementaires auxquels des Arméniens ont participé et qui ont vu le jour ces deux derniers siècles dans différents empires, on peut néanmoins parler d’un fil conducteur en fonction duquel de nombreux jalons ont été posés, traduisant toujours le besoin d’une authentique force du droit, et ce même s’il faut admettre que, en raison du fractionnement de la société arménienne et de sa culture, les auteurs des principaux textes législatifs ne semblent pas toujours connaître tous les textes précédents, tels Chahan de Cirbied, coauteur du Pologenia, capable de citer le nom Chahamirian et quelques-unes de ses œuvres mais ne mentionnant jamais les textes législatifs ou réglementaires comme le Piège et le Guide ou encore les auteurs de la Constitution arménienne de l’Empire ottoman, formés à Constantinople et en Europe, et qui ne semblent pas connaître le cercle de Madras5.

  • 6 George Bayan, 1930, p. 181‑204.

12On peut ajouter que, certes, la législation du Piège, contrairement aux deux autres textes cités, n’a pas été mise en application, mais c’est aussi la seule qui n’a pas été conçue sur commande impériale et où, de ce fait, les auteurs ont pu pousser la réflexion de la façon la plus avancée et la plus radicale. Le Pologenia, en effet, n’est qu’un règlement « pour le gouvernement des affaires de l’Église grégorienne en Russie6 » et n’a pas vocation à administrer la société, encore moins un État, ce que la Russie ne saurait concéder. Quant aux auteurs de la « Constitution arménienne », ils travaillent également dans les limites imposées par un empire autoritaire et doivent, entre autres, se restreindre à la conception ottomane de la « nation » comme simple communauté religieuse.

  • 7 « Le premier et le plus grand intérêt public est toujours la justice. Tous veulent que les conditi (...)

13Rousseau estimait que le droit était un besoin des peuples, non des grands7. Cette affirmation peut s’appliquer aussi bien aux relations des individus dans l’État qu’aux relations de l’État avec la société civile et aux relations des États entre eux. Le plus fort n’a pas besoin du droit, l’application de celui-ci, au contraire, est vitale pour le faible.

14Dans le cas arménien, en l’absence d’État, la principale menace venait des États voisins dominants. Les Empires persan et ottoman, ensuite l’Empire russe, se sont heurtés au sud du Caucase et se sont disputé les territoires. Aucune des petites nations locales, pas plus les Géorgiens que les Arméniens, ne pouvait espérer rivaliser par la force avec ses grands voisins. Il restait à agir dans le sens de la réforme, de la libéralisation de ces empires et de l’affermissement du droit pour être protégé, le cas échéant, par le bouclier de la loi.

  • 8 Piège, art. 199.
  • 9 Ibid., art. 182.
  • 10 Ibid., par exemple, art. 315.

15Enfin, sur un dernier plan, le Piège a aujourd’hui valeur de document d’histoire sociale. En effet, il n’est pas une Constitution au sens moderne du terme, selon lequel, en fonction d’une hiérarchie des normes, un petit nombre de règles (fondatrices) détermineraient la légitimité de toutes les autres. Au contraire, les Chahamirian se sont exprimés sur tous les aspects de la vie sociale, politique ou non. Comme leur projet est de prévenir l’arbitraire, et que celui-ci peut se nicher partout où il y a des relations humaines, ils s’efforcent de prévoir tous les cas d’abus, jusque dans les relations de voisinage, les rapports avec les employés, la vie domestique et même conjugale, etc. Quel doit-être l’âge légal du mariage8 ? Les femmes doivent-elles se couvrir la tête pour sortir9 ? Comment les prisonniers de guerre doivent-ils être traités10 ? C’est un tableau détaillé de la société arménienne au xviiie siècle qui est brossé par les Chahamirian, car certaines règles énoncées dans le Piège sont des reflets de pratiques existantes ; mais d’autres, qui envisagent visiblement de corriger les usages, indiquent aussi, en creux, les mœurs de cette société.

  • 11 Niccolò Machiavel, 1952, Le Prince, in Œuvres complètes, Paris : Gallimard, coll. « NRF La Pléiade (...)

16Le Piège se révèle ainsi un ouvrage foisonnant qui, malgré son unité problématique et son expression souvent embarrassée, constitue un document important pour comprendre, à travers le cas arménien, comment les petites nations, même malmenées par l’histoire, saisissent à la première occasion les moyens de vaincre leur propre fatalisme et s’efforcent de recouvrer la liberté politique à laquelle elles ont droit tout autant que les peuples vainqueurs, qui prospèrent au détriment des précédentes. Tant il est vrai, selon la leçon de Machiavel11, que le goût de la liberté ne s’oublie jamais.

17Le Piège est un ouvrage presque inconnu en dehors du monde arménien, tandis qu’au sein de celui-ci, il est souvent surinvesti, mais généralement méconnu. Il méritait donc une traduction et une étude dont l’intention a été de lui rendre justice.

Notes

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

2 Piège, sous-titre.

3 Ibid., sous-titre de la seconde partie intitulée « Guide ».

4 Littéralement « protégé ». Cet euphémisme signifiait l’appartenance à un statut d’inférieur dans les sociétés musulmanes, en particulier dans l’Empire ottoman.

5 Voir au chapitre VII : « L’écho et la postérité du Piège. »

6 George Bayan, 1930, p. 181‑204.

7 « Le premier et le plus grand intérêt public est toujours la justice. Tous veulent que les conditions soient égales pour tous, et la justice n’est que cette égalité. Le Citoyen ne veut que les Lois et que l’observation des Lois. Chaque particulier dans le peuple sait bien que s’il y a des exceptions, elles ne seront pas en sa faveur. Ainsi tous craignent les exceptions, et qui craint les exceptions aime la Loi. Chez les chefs, c’est tout autre chose : leur état même est un état de préférence et ils cherchent des préférences partout », Jean-Jacques Rousseau, 1964, Neuvième lettre écrite de la montagne, p. 891.

8 Piège, art. 199.

9 Ibid., art. 182.

10 Ibid., par exemple, art. 315.

11 Niccolò Machiavel, 1952, Le Prince, in Œuvres complètes, Paris : Gallimard, coll. « NRF La Pléiade », 1re éd., 1513, chap. V, p. 302‑303.