Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le piège de l'orgueil

 | 
Satenig Batwagan Toufanian

Le piège de l'orgueil, étude

Chapitre VII. L’écho et la postérité de l’Exhortation et du Piège

Chapter VII. Resonance and Posterity of the Exhortation and the Trap

« Յորդորակ »իեւ« Որոգայթ »իարձագանքնուժառանկութիւնը

Résumé

Le Piège de l’orgueil et d’autres ouvrages du cercle de Madras ont exercé une action et une certaine fascination jusqu’à notre époque ; toutefois, compte tenu du fractionnement du monde arménien, leur rayonnement n’a pas été aussi important qu’il l’aurait été dans un contexte plus unifié et, si la renommée de Chahamirian est attestée jusque dans des encyclopédies occidentales du xixe siècle, à la même époque, les auteurs de la Constitution pour les Arméniens de l’Empire ottoman ne semblent pas en avoir reçu les échos. La présente étude cherche justement, par la traduction et l’appareil critique, à rendre ce texte plus accessible, malgré les difficultés qui lui sont inhérentes.

The Trap of Glory and the other books of the Madras circle exerted a significant influence and even a fascination up to now; however, due to the split of the Armenian world, this influence has been limited. On one hand, Shahamirian’s reputation is certified even in the Western encyclopaedias in the 19th century; but on the other hand, in the same time, the authors of the Armenian constitution in the Ottoman Empire did not seem to know about it.
The purpose of this study is precisely to make the text accessible, through its translation (despite the difficulty) and a scholarly apparatus.

Texte intégral

La réception par les contemporains

  • 1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astéris (...)
  • 2 Gyut Aghaniants, 1908. Assadour Mnatsakanyan, 1962, p. 131‑142.

1Au moment de sa parution en 1772, l’Exhortation déclenche la colère, au moins affichée, du catholicos Siméon qui prononce l’excommunication de Baghramian*1, ordonne la destruction par le feu de tous les exemplaires du livre et la fermeture de l’imprimerie fondée par les Chahamirian*2.

  • 3 Karin est le nom arménien d’Erzeroum (aujourd’hui Erzurum en Turquie).
  • 4 Sur l’ensemble des manuscrits, voir, au chapitre III : « L’histoire du “Piège” jusqu’à sa publicat (...)

2Par comparaison avec l’Exhortation, le Piège sera accueilli plus sereinement à Etchmiadzine : le nouveau catholicos, Ghoukas de Karin3 (Karnétsi), et le primat des Arméniens de Russie, Arghoutian*, proches du cercle de Madras n’y font pas obstacle ; au contraire, Arghoutian va favoriser la diffusion du Piège en commanditant, en 1789, une première version manuscrite (et corrigée) copiée sur l’édition originale (manuscrit 3101 du Maténadaran), laquelle donnera ensuite lieu à d’autres reproductions (manuscrits 3012 et 7886). En 1805, l’archevêque Yeprem, successeur d’Arghoutian dans la fonction de primat de Russie, commanditera encore une copie (manuscrit 1477) regroupant les deux parties du Piège ainsi que le Guide4.

Les premières citations

3Est-ce le résultat de l’anathème du catholicos Siméon ? L’Exhortation est au début plus connue et plus fréquemment citée que le Piège, y compris bien au-delà de l’espace culturel arménien : dès la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, la notoriété de « Chamir » en Europe est surprenante.

  • 5 1763‑1824. Orientaliste, créateur de l’École spéciale des langues orientales près la Bibliothèque (...)
  • 6 Parmi d’autres : Chaudon & Delandine (d’après), 1810 et 1812, Dictionnaire universel, historique, (...)

4Louis-Mathieu Langlès5 possède personnellement un exemplaire de l’Exhortation, et des dizaines d’articles sont consacrés à « Chamir » ou « Schamir » dans des dictionnaires biographiques de personnages illustres, des encyclopédies des sciences et des arts, et autres manuels du libraire et de l’amateur de livres édités et réédités en France et en Allemagne6. Dans ces ouvrages, qui s’empruntent une partie de leurs articles, le nom cité est en général celui d’Éléazar ou Éghiazar (Yéghiazar*) Chamir, auquel sont attribués des éléments biographiques de son frère Hakob* et même de son père Chahamir*. La vie et l’œuvre du père et de deux de ses fils sont présentées comme celles d’un seul et même homme.

5Dans ces sources, seules sont citées l’Exhortation et la Carte géographique de l’Arménie commanditée par Chahamirian à la Congrégation mekhitariste de Venise en 1778, l’existence du Piège n’est pas mentionnée.

  • 7 On peut le voir d’après la transcription de l’arménien vers le français, qui se réfère à la pronon (...)
  • 8 Chahan De Cirbied, 1812, p. 67 : « Telle est l’analyse de l’ouvrage écrit par Mesrob Eretz. Cette (...)
  • 9 L’École des langues orientales vivantes dépend alors de la Bibliothèque impériale. Cirbied entre c (...)
  • 10 D’après Chaudon & Delandine, 1810 et 1812, p. 246‑247 : « Chamir (Eghiazar), né à Julfa, près d’Is (...)

6Une telle célébrité, dans des aires culturelles sans lien apparent avec le cercle de Madras, est inattendue, mais la lecture des informations présentées dans les différents articles non signés et la transcription utilisée évoquent d’emblée un auteur pratiquant la langue arménienne occidentale7. En effet, dans sa Notice de deux manuscrits arméniens8, Cirbied9 dit être l’auteur de l’article « Schamir » de la neuvième édition du « Dictionnaire historique », (vraisemblablement le Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique10). « Chamir » (le nom est orthographié ainsi dans ce dictionnaire) y est mentionné, au même rang que les grands classiques « Chiragatsy Anania » ou « Mikitar Coch ».

  • 11 Bibliothèque impériale (sous Napoléon Ier), royale (durant la Restauration), puis nationale (en 18 (...)
  • 12 Raymond H. Kévorkian, 1989, Les Imprimés arméniens, 1701‑1850, Paris : Bibliothèque nationale, col (...)

7Il est difficile de connaître les critères qui ont pu orienter vers « Chamir » le choix de Cirbied. Certes, la présence, à la Bibliothèque impériale11, à Paris, de deux manuscrits de l’Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens de Mesrop Eretz (Yerets ou Yeretz), que Chamir avait fait imprimer, a pu attirer l’attention de Cirbied, qui aurait cherché à mettre en valeur les pièces conservées par la bibliothèque dans laquelle il a lui-même travaillé ; mais cette explication circonstancielle est insuffisante car, si la bibliothèque possède bien, en plus de ces deux manuscrits, la version imprimée à Madras12, il ne semble pas que Cirbied ait découvert l’imprimé par ce biais. L’exemplaire de l’actuelle Bibliothèque nationale de France porte en effet le cachet de la Bibliothèque royale, ce qui signifie qu’il n’aurait été acquis qu’après 1814, puisque c’est à l’époque de la Restauration que la bibliothèque prend alors le qualificatif de « royale » (sous l’Ancien Régime, elle se nommait bibliothèque du Roi). Or, les premières mentions de Chamir et de la version imprimée à Madras remontent à 1810. L’imprimé du manuscrit de Mesrop Eretz ne figure pas non plus dans le Catalogue des livres de la bibliothèque personnelle de Langlès. On peut donc supposer que c’est en tant que membre de la Congrégation mekhitariste que Cirbied a pu prendre connaissance des activités de Chamir, ce qui est d’autant plus probable que les mekhitaristes étaient des érudits auxquels peu de publications échappaient et que, plus précisément, Chahamirian avait des liens avec les mekhitaristes de Venise, auxquels il avait commandité l’impression d’une carte d’Arménie en 1778. L’importance de Chamir n’était-elle reconnue que par des érudits arméniens qui ne pouvaient envisager un dictionnaire sans la mention de son nom ou bien est-ce parce que Chamir jouissait déjà d’une certaine audience qu’un auteur d’articles pour un dictionnaire devait le mentionner ? Quoi qu’il en soit, que l’importance et la célébrité soient la cause ou l’effet de la mention de Chamir, il est à noter qu’il est considéré comme un personnage digne non seulement de figurer dans un dictionnaire arménien, mais aussi dans un dictionnaire en français, à l’usage d’un public européen.

  • 13 Catalogue des livres, imprimés et manuscrits composant la bibliothèque de feu M. Louis-Mathieu Lan (...)

8Toutefois, la célébrité de « Chamir » n’est pas telle que Cirbied connaisse exactement la vie et l’œuvre des Chahamirian à l’époque de la rédaction de ses articles pour les dictionnaires : Cirbied signale bien la carte d’Arménie imprimée pour Ch. Chahamirian par les mekhitaristes, l’Exhortation, et la publication du manuscrit de Mesrop Eretz, mais omet des publications, comme le Guide et surtout le Piège, ce qui, certes, ne signifie pas absolument qu’il en ignore l’existence, mais qui confirme l’hypothèse d’une certaine méconnaissance puisque Cirbied se trompe aussi sur le prénom de l’auteur de l’Exhortation et confond les biographies de Chahamir et de ses fils. Par la suite, dans le catalogue des livres de Langlès, l’Exhortation sera référencée avec le prénom correct et bénéficiera d’une note explicative rédigée par … Cirbied lui-même13. L’acquisition de Langlès serait donc ultérieure à 1810, située entre cette date et celle de son décès en 1824.

9Après l’impulsion de Cirbied et grâce aux multiples rééditions de ces dictionnaires et encyclopédies, les articles mentionnant Chamir vont être renouvelés tout au long du xixe siècle, au moins en France et en Allemagne.

  • 14 En russe, « règlement ».
  • 15 Labrousse, 1995, p. 120.
  • 16 George Bayan, 1930, p 81‑204. Claire Mouradian, ouvrage à paraître.

10En 1826, Cirbied est « appelé à Tiflis par l’archevêque Nersès » et sera « l’un des artisans du texte du Pologenia14 qui régira, après l’annexion en 1828-1829 de l’Arménie orientale par la Russie, le fonctionnement de la société arménienne dans l’Empire russe15 ». Rien ne prouve, toutefois, que Cirbied ait pu ou voulu réintroduire des idées empruntées au cercle de Madras, son sujet ne s’y prêtait guère car ce statut n’était appelé, en réalité, qu’à régler « le gouvernement des affaires de l’Église grégorienne en Russie16 ».

  • 17 Raffi, 2010.
  • 18 Chouchi 1860 - Erevan 1932.
  • 19 Léo [Arakél Babakhanyan], 1973, Երկերի ժողովածու (Œuvres complètes), t. III, Erevan : Hayastan.

11À la fin du xixe siècle (1882), à Tiflis encore, la capitale du Caucase, l’écrivain Raffi mentionne les conceptions politiques du cercle de Madras dans son récit sur les cinq « mélikats » du Karabagh17 et, au tout début du xxe siècle, toujours à Tiflis, l’historien Léo18 (1901) mentionne les activités du cercle de Madras dans sa publication sur l’imprimerie arménienne. Il considère ces activités comme l’un des éléments constitutifs des mouvements pour la libération de l’Arménie qui se sont développés à partir de la fin du xviie siècle19.

  • 20 Aylin Beşiryan, 2007, Hopes of Secularization in the Ottoman Empire : the Armenian National Consti (...)

12En revanche, on ne trouve pas mention de la pensée du cercle de Madras là où, peut-être, on l’attendrait le plus : chez les rédacteurs de la Constitution arménienne de l’Empire ottoman. Au xixe siècle en effet, lors de la réorganisation (Tanzimat) et de la réforme de l’empire lancées par la charte de Gülkhané (1839), la Sublime Porte ratifie, en 1863, la « Constitution arménienne », règlement régissant le millet arménien apostolique, chaque minorité religieuse ayant son propre règlement. Cependant, rien ne montre que les artisans de ce deuxième mouvement constitutionnaliste aient eu connaissance du premier. Ayant accompli, comme Nahabed Roussinian, leurs études supérieures à Paris, ils furent surtout influencés par l’exemple français et particulièrement les journées révolutionnaires de 184820.

  • 21 Vahe Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, pp. 168‑169 : “This draft of constitution [le Guide] p (...)

13Même si Oshagan21 affirme que le Guide de Chahamirian « présage » la future Constitution arménienne de l’Empire ottoman, rien ne le confirme. D’une part, il faudrait admettre un sens de l’histoire et une mystérieuse préfiguration de l’avenir ; d’autre part, il faudrait méconnaître le corollaire de l’absence d’État : le fractionnement, voire la discontinuité de la société arménienne, et donc de sa culture.

Les rééditions et premières traductions

  • 22 Robert H. Hewsen, 1984, p. 40. L’extrait traduit reprend les chapitres v et vi de l’Exhortation et (...)

14Un extrait de l’Exhortation avait été diffusé grâce à une traduction en russe réalisée à Saint-Pétersbourg22 et imprimée en 1786 aux presses Chahamirian par Yéghiazar, mais l’ouvrage ne semble pas avoir été réédité en arménien entre 1772 et 1991.

  • 23 Nous n’avons pu trouver d’éléments biographiques significatifs sur cet homme.

15Quant au Piège, il connaît sa première réédition (en arménien) en 1913, à Tiflis encore, à l’imprimerie Ghoukassiants, avec la dédicace suivante : « À la mémoire immortelle d’Avétik Balayan Ghoukassiants23, de Chouchi. » L’ouvrage est la neuvième publication de cette maison d’édition, les huit premières étant des œuvres historiques (de Yéghiché, Ghazar Parpétsi, Stépan Orbélian, etc.). On ne peut établir de lien avéré entre l’œuvre éditoriale de Balayan et la création, à Tiflis, en 1912, du Bureau national arménien, création qui profite des reculs de l’Empire ottoman dans la première guerre balkanique (1912) et reçoit l’autorisation du vice-roi du Caucase afin de relancer la question arménienne. On peut tout de même penser que la réédition de 1913 s’inscrit dans une séquence de réveil national et politique.

16La réédition de 1913 redonne également une visibilité au Piège. L’ouvrage est publié sans aucune explication ni préface, mais une grande partie des fautes de l’édition originale est corrigée, ce qui en facilite considérablement la lecture. Jusqu’alors, le Piège avait été peu mentionné par rapport à l’Exhortation. À partir de la réédition de Tiflis, au contraire, c’est le Piège qui fait davantage figure de texte fondateur.

  • 24 H. Chahamiryan, 1991 ; H. Chahamiryan, 2002.

17Dès les premières années de la deuxième indépendance de l’Arménie (1990), l’Exhortation et le Piège vont être réédités : le premier ouvrage, en 1991 et le second, en 2002. Tous deux seront traduits en arménien moderne oriental par le philologue Poghos Khatchatryan24 et publiés dans des éditions accessibles au grand public. Ces rééditions ont, de plus, l’aval des institutions, puisque l’Exhortation paraît aux éditions de l’université d’État d’Erevan (avec un tirage affiché de 10 000 exemplaires) et le Piège, publié aux éditions Hayastan, est une commande d’État (tirage affiché de 500 exemplaires) dont la préface est signée Gaguik Haruthyunyan, président du Conseil du Centre de droit constitutionnel de la République d’Arménie depuis 1996. Ces deux ouvrages font partie des rares livres édités à cette époque où la République d’Arménie rencontrait d’importants problèmes politiques, économiques, militaires et humanitaires.

  • 25 Raphaël Hambardzoumian, 1999, exergue. On note que l’auteur orthographie son nom Hambardzoumian et (...)

18La traduction partielle du Piège en arménien moderne, par l’historien Raphaël Hambardzoumian, en 1999, aux éditions Njar à Erevan entre également dans ce contexte de réappropriation de la culture nationale et de réflexion sur la construction de l’État de droit25. Ce travail a été réalisé en 1998 à l’occasion du 225e anniversaire de la parution officielle du Piège et présenté à la Cour constitutionnelle, à l’Académie des sciences et à l’occasion de colloques coorganisés par le Centre de droit constitutionnel.

  • 26  Voir H. Chahamiryan, 2002, p. 247. Les indications étant tronquées, il est difficile de trouver l (...)
  • 27 Rouben Avakyan, 2000.

19C’est à cette époque également qu’eurent lieu les premières traductions (partielles) du Piège en langue étrangère, en russe. Poghos Khatchatryan en mentionne une due à A. Khatchatryan, Moscou, 199926 ; celle de Rouben Avakyan27 paraît à Erevan en 2000 et est publiée dans le cadre du 1 700e anniversaire de l’adoption du christianisme comme religion d’État par l’Arménie, montrant que le pays renoue avec la chronologie traditionnelle de l’historiographie arménienne.

Une impossible traduction

En parcourant avec une crédulité enthousiaste la traduction anglaise d’un certain philosophe chinois, je tombai sur ce passage mémorable : « Peu importe au condamné à mort d’être au bord du précipice puisqu’il a renoncé à la vie. » À cet endroit, le traducteur a placé un astérisque pour me prévenir que son interprétation était meilleure que celle d’un sinologue rival qui traduisait de cette manière : « Les serviteurs détruisent les œuvres d’art pour ne pas avoir à juger leurs beautés, leurs défauts. » À cet instant, tels Paolo et Francesca, je cessai ma lecture. Un étrange scepticisme s’était insinué dans mon âme.
Jorge Luis Borges : « Una version inglesa de los cantares más antiguos del mundo », in Textos cautivos, Paris : éd. Tusquets, p. 278‑279, extrait cité par Pablo de Santis, 2004, La Traduction, Paris : éd. Métailié, trad. René Solis.

20Traduire est toujours, à proprement parler, impossible.

21À tous les obstacles habituels, le Piège ajoute ses problèmes spécifiques : syntaxe et orthographe fautives (parfois phonétique), recours à la langue orale ou dialectale et à des termes étrangers, rareté de la ponctuation, fréquence des coquilles. À ces difficultés liées à la forme s’ajoute un décalage entre les concepts que l’auteur tente de mettre en œuvre et la terminologie dont il dispose – ou plutôt dont il ne dispose pas – dans la langue de son époque.

  • 28 Piège, p. [91][92]. Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Pièg (...)
  • 29 Pourtant, le vocabulaire du Piège est beaucoup plus « arménien », moins marqué par le persan, l’ar (...)
  • 30 Piège, par exemple, p. [84] et [96].

22La langue du Piège comporte des traits de la langue classique (grabar), langue des clercs et de la liturgie, mais aussi de l’arménien civil, langue « moderne » utilisée hors de l’Église et du savoir (par exemple, par les marchands dans leurs contrats) et qui, au xviiie siècle, n’est pas encore fixée ; de la langue vernaculaire et même dialectale. L’auteur fait lui-même état, dans la première partie surtout28, de ses lacunes et cet aveu ne relève pas seulement, ici, d’une humilité convenue. Il déplore aussi plus généralement une « altération » de la langue arménienne à son époque29, sauf chez les clercs, qu’il accuse par ailleurs de faillir à leur mission éducative et de ne lui avoir apporté aucune aide30.

  • 31 Ibid., p. [15][16]. Littéralement : « Mais, maintenant, je vous montre les éléments de la souverai (...)
  • 32 Ibid., art. 189. « Un [deux mots inexistants] d’une valeur de dix drachmes de bronze. » Դաստի առակ(...)

23On trouve ainsi, dans le Piège, de nombreux passages rigoureusement intraduisibles parce que incorrects comme : « Այլ արդ ցուցանեմ ձեզ մասունքն հասարակօրէն թագաւորութեան31 » ; « դաստի առակ մի արժանոյ տասն դրամ պղկծոյ32. »

  • 33 Ibid., p. [337].

24Des changements de temps ou de personne interviennent au cours d’une même phrase. Ainsi, l’épilogue33 commence par « Որպէս Շարադրող գրքիս » (vorpes charadrogh grkis, « en tant qu’auteur de ce livre »), on attend donc ensuite la première personne, mais le texte se poursuit par « ոչ կարաց » (votch karats, « n’a pu ») à la troisième personne.

  • 34 Ibid., art. 255.

25Et même lorsqu’il n’est pas incorrect, le style est « embarrassé » et l’expression, redondante : « ի վերայ ամենայն կտեր [pour կտուր] ՛ի վերայ շուրջ պարզպին շարեսցի պարիզպ […]34 » (« sur chaque toit, sur autour de la muraille, on alignera une muraille »).

26L’auteur reconnaît également, dans une note précédant son préambule, ses incertitudes concernant l’orthographe. Sa connaissance de l’arménien est surtout orale. Il écrit, par exemple, գիրճ au lieu de գրիչ (gritch, « écrivain »), հրաշկ au lieu de հրաշք (hratchk, « miracle »), etc., ce qui n’est pas même phonétiquement toujours semblable pour un locuteur oriental. Ces fautes ne sont pas forcément systématiques, mais fréquentes sur le même mot, ce qui rend les recherches dans un dictionnaire difficiles, surtout lorsque l’orthographe varie en début de mot.

27La rareté des points finaux, généralement distants de plusieurs pages dans la première partie, ne facilite pas non plus l’intelligence du propos et l’on hésite parfois à rapporter une expression au passage précédent ou au passage suivant.

  • 35 Ibid., art. 405.
  • 36 Le dialecte de la Nouvelle-Djoulfa comporte des mots dérivés de plusieurs langues étrangères. Hrat (...)
  • 37 Piège, art. 66, 80, 248 et passim. Dans le périodique Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, ré (...)

28Le recours à des expressions familières ou dialectales կարմունջ35 (karmoundj) pour կամուրջ (kamourdj, « pont »), ou à des termes étrangers, le plus souvent persans ou turcs36, demande aussi des recherches d’autant plus longues que l’auteur fait aussi varier leur orthographe en début de mot (րռսիտ, ըռսիտ, ռսիդ, rrsit, rsit, rsid : « reçu », du persan rècid)37.

  • 38 Piège, p. [339].

29Les pages contiennent de multiples coquilles, souvent des inversions de caractères ou des substitutions de caractères présentant parfois des analogies (comme տիեզեսս38 au lieu de տիեզերս, tiézérs, « univers »).

30Bien que deux auteurs au moins aient travaillé à la rédaction du Piège – Hakob et Chahamir Chahamirian –, l’édition princeps ne fait pas apparaître de différence nette de style ou de langue ; c’est donc l’ensemble de l’ouvrage qui pâtit de ces imperfections formelles et, avant même de rencontrer les obstacles inhérents à la traduction, il faut tenter de surmonter ceux que pose l’obscurité du texte.

  • 39 Voir Toumanoff, 1990, p. 23, 25, 29 et passim. Garsoïan, 1999, p. 629, p. 17 : Nakwadar, mot d’ori (...)
  • 40 Marie-Félicité Brosset, 1857, Histoire de la Géorgie, depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle, Sai (...)
  • 41 Jean-Pierre Mahé, in Gérard Dédéyan, 2007, p. 194 sqq.
  • 42  Ibid., p. 192.
  • 43 Piège, art. 14 et 19.

31Par ailleurs, l’auteur, quel qu’il soit, est lui-même confronté à la difficulté de nommer des institutions et fonctions politiques sans véritable précédent dans une langue qui ne s’est pas encore dotée des catégories adéquates. Ainsi, les fonctions politiques électives sont précisément définies, mais les termes employés pour les désigner, comme nakharar, ichkhan ou tanouter ne pouvaient être traduits selon leur sens attesté par les dictionnaires et la littérature, sous peine de dénaturer le propos de l’auteur ; ni trop modernisés, sous peine de gommer la tension inhérente au texte entre des fonctions politiques redéfinies et une terminologie qui renvoie encore aux institutions antiques et médiévales en usage dans la société arménienne. Le mot nakharar, par exemple, ne pouvait être traduit ici comme il l’est, classiquement, par « prince primat » ou « dynaste »39 puisque, dans le Piège, tout homme peut devenir nakharar, en principe pour trois ans, s’il est tiré au sort parmi les représentants élus (art. 49 et 51). Dans la langue contemporaine, le mot nakharar a pris le sens de ministre, mais la modernisation excessive du vocabulaire aurait été un autre écueil et aurait trahi une langue dans laquelle le sens moderne n’est pas arrivé tout armé. Le terme est ici rendu par « Premier Magistrat ». Ensuite, le mot tanouter, littéralement « maître de maison », donc « patriarche », correspond aussi à une fonction politique. Brosset40 le traduit par « ancien », « staroste » ou « maire », Mahé41 le prend comme synonyme arménien du persan marzban, et lui donne le sens plus précis de « gouverneur de la Persarménie », province arménienne de la Perse sassanide, aux ve et vie siècles, en précisant que le titre de tanouter « (“maître de la maison” d’Arménie), fut attribué au départ à Sembat Bagratouni, […] de façon à créer une autorité légitime opposée à la tyrannie étrangère du marzban perse42 ». Dans le Piège, au contraire, le tanouter est un gouvernant élu. Plus précisément, une moitié des représentants élus se verra confier, par tirage au sort, un pouvoir de tanouter, que l’on a rendu ici par « dirigeant », et l’autre moitié aura les fonctions… d’ichkhan. Le mot ichkhan pose justement le même problème que les précédents. Classiquement, il signifie « prince » (littéralement, ichkhel : « exercer le pouvoir »), mais dans le Piège, il est, lui aussi, un élu, désigné par le sort pour exercer des fonctions administratives (par exemple, de validation des actes officiels). Il a un rang égal aux représentants qui votent les lois mais ne siège pas à la Chambre43. D’après ces données, le mot est ici rendu par « représentant de l’autorité ».

32En raison de toutes ces difficultés, la tentation était très grande de conserver les termes originaux, mais cet expédient aurait signifié le non-sens d’une version française et l’abandon du projet, car la difficulté touche presque tous les termes, à commencer par le titre, d’une part, parce que la construction (l’emploi du génitif) crée une ambiguïté (l’orgueil est-il un piège ou doit-il être piégée ?), d’autre part, parce que le mot փառք (park), qui signifie le plus souvent « gloire », n’a pas ici son sens habituel mais désigne la prétention à s’attribuer une supériorité injustifiée sur les autres et à se conduire selon son bon vouloir en échappant à la règle commune.

  • 44 Voir l’annexe 2.

33La méthode a donc consisté à partir du sens que l’auteur attribue lui-même à ses termes, lorsqu’il les définit clairement, pour chercher un équivalent français qui ne fasse pas appel à un vocabulaire politique trop marqué par l’usage moderne, en conservant, si possible, l’aspect quelque peu tâtonnant du texte et en y adjoignant un lexique final44.

34Toutes ces difficultés cumulées conduisaient à renoncer à une traduction littérale assurément impossible et qui, d’ailleurs, n’aurait pas rendu justice au texte original. Les imperfections de la prose de l’auteur n’ont été conservées que dans une certaine mesure, de façon à ne pas trop polir le texte, sans toutefois en gêner la compréhension. Il était impossible de se dérober à une démarche interprétative, malgré les dangers d’une telle entreprise. Le postulat a été de considérer que l’obscurité et la confusion étaient dans les mots plus que dans la pensée de l’auteur. Chaque phrase a nécessité des choix qui, même justifiables, sont discutables, et trop nombreux pour être signalés en note. Les critères de choix ont été prioritairement cherchés dans le texte lui-même ainsi que dans la logique : l’ensemble des occurrences d’un mot, le fil conducteur du propos ont souvent permis d’éclairer certains passages ambigus ou obscurs.

35Désormais, le texte original du Piège peut être lu en ligne depuis le site de la Bibliothèque nationale d’Arménie45.

Notes

1 Les noms des personnes faisant l’objet d’une notice (voir l’annexe 7) sont signalés par un astérisque à leur première occurrence en début de chapitre.

2 Gyut Aghaniants, 1908. Assadour Mnatsakanyan, 1962, p. 131‑142.

3 Karin est le nom arménien d’Erzeroum (aujourd’hui Erzurum en Turquie).

4 Sur l’ensemble des manuscrits, voir, au chapitre III : « L’histoire du “Piège” jusqu’à sa publication. »

5 1763‑1824. Orientaliste, créateur de l’École spéciale des langues orientales près la Bibliothèque nationale (le futur Inalco), où il enseigne le persan et qu’il dirige de 1795 à sa mort. Il exerce également à la Bibliothèque nationale où il était entré en 1792 comme sous-garde des manuscrits. Pierre Labrousse, 1995, p. 7478 et 119‑121. Voir également le Catalogue des livres, imprimés et manuscrits composant la bibliothèque de feu M. Louis-Mathieu Langlès, 1825, Paris : Merlin, p. 372 : https://lc.cx/dx9h [consulté le 20 février 2017].

6 Parmi d’autres : Chaudon & Delandine (d’après), 1810 et 1812, Dictionnaire universel, historique, critique et bibliographique…, par une société de savants français et étrangers, Paris : Mame Frères, 1810 ; Paris : Prudhomme fils, 1812. L. G. (Gabriel) Peignot, 1813, Dictionnaire biographique et bibliographique portatif des personnages illustres, célèbres ou fameux, Paris : M. Hacquart, t. I. Johann Samuel Ersch & Johann Gottfried Gruber, 1834, Allgemeine Encyclopädie des Wissenschaften und Künste, Leipzig : F. A. Brockhaus. Supplément au dictionnaire historique de l’abbé F. X. de Feller, 1819, Paris/Lyon : Méquignon Fils Aîné/ Guyot Frères, t. X. M. Courtin et une société de gens de lettres, 1828, Encyclopédie moderne ou dictionnaire abrégé des hommes et des choses, des sciences, des lettres et des arts, Bruxelles : Th. Lejeune, t. V. Abbé Glaire & vicomte Walsh (dir.), 1843, Encyclopédie catholique, Paris : Parent-Desbarres. François-Xavier Feller, 1856, Bibliographie universelle : continuée jusqu’en 1835 sous la direction de R.A. Henrion, Paris : Houdaille. Jean Graesse, 1865, Trésor de livres rares et précieux ou nouveau dictionnaire bibliographique, Dresde/Genève/Londres/ Paris : Rudolph Kunste/H. Georg/Dulau et Cie/Reinwald (orthographe : Schamir.) https://lc.cx/P2HN [consulté le 17 mai 2017]. Jean-Charles Brunet, 1881, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris : Durand (orthographe : Schamir).

7 On peut le voir d’après la transcription de l’arménien vers le français, qui se réfère à la prononciation de l’arménien occidental, par exemple, pour l’Exhortation : Hortorag, alors que, dans la langue orientale, la prononciation est Hordorak.

8 Chahan De Cirbied, 1812, p. 67 : « Telle est l’analyse de l’ouvrage écrit par Mesrob Eretz. Cette histoire contient, dans le manuscrit nº 99 [de la Bibliothèque impériale], 68 feuillets et demi, ou 137 pages, chacune de deux colonnes. Un négociant Arménien nommé Schamir en donna une édition à Madras en 1775 avec l’histoire abrégée de la Géorgie et de l’Arménie écrite par un évêque appelé Étienne Orbélien, qui vivoit vers la fin du treizième siècle. Ces deux ouvrages imprimés ensemble, forment un petit volume in4o de 148 pages intitulé Le restant de l’histoire de l’Arménie et de la Géorgie […]. Outre ce titre général, chacun des ouvrages compris dans ce volume a son titre particulier et celui de Mesrob Eretz y porte le même titre que dans notre manuscrit sauf le changement de deux mots équivalens qu’on y a fait. L’histoire de la Géorgie qui contient quelques événemens arrivés dans ce pays depuis l’an 1040 jusqu’à 1290, n’occupe que les cinquante-trois premières pages, et celle de l’Arménie remplit tout le reste du volume. Cette édition, la seule qui ait été faite de cet ouvrage, est surchargée de fautes de langue et de typographie ; elles proviennent de la négligence de l’éditeur dont j’ai dit un mot dans la neuvième édition du dictionnaire historique sous l’article Schamir. » L’ouvrage évoqué par Cirbied est intégré à la bibliographie de la présente étude sous le nom orthographié Mesrop Yerets et sous le titre Histoire de ce qui reste d’Arméniens et d’Ibériens (1775). Mesrop Yerets, 1775 : http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/mnacordac1775_index.html [consulté le 6 janvier 2017].

9 L’École des langues orientales vivantes dépend alors de la Bibliothèque impériale. Cirbied entre conjointement dans les deux institutions en 1798. Labrousse, 1995, p. 120.

10 D’après Chaudon & Delandine, 1810 et 1812, p. 246‑247 : « Chamir (Eghiazar), né à Julfa, près d’Ispahan, vers l’an 1720, s’appliqua au commerce et à l’étude de l’histoire dès sa plus tendre jeunesse avec une ardeur extraordinaire. Du temps de l’anarchie qui eut lieu en Perse après la mort de Nadir-Chah, Chamir se retira dans les Indes orientales et s’établit à Madras. Ses connaissances, ses vertus et ses richesses lui gagnèrent bientôt l’estime des habitans et la protection des Anglais. Au bout de quelques années, il devint un des particuliers les plus opulens dans cette contrée et indépendamment de son commerce, il ne cessa jamais de cultiver les lettres et d’être utile à sa nation, quoiqu’il en fût bien éloigné. Il établit à Madras une imprimerie arménienne, une école, un hospice et un hôpital pour ses compatriotes qui se trouvoient dans ce pays étranger. Chamir, après avoir rempli une carrière honorable et vertueuse, mourut vers la fin du 18e siècle, et laissa les ouvrages suivans :
I. Hortorag, c’est-à-dire Avertissement, 1 vol. in8o, à Madras, 1772. C’est un abrégé de l’histoire, de la géographie et de la statistique d’Arménie.
II. Le restant de l’histoire de l’Arménie et de la Géorgie, 1 vol. in8o, Madras, 1775. Ce livre contient deux ouvrages écrits par deux auteurs différens. Le premier est une histoire d’Arménie depuis 360 jusqu’à З98. La bibliothèque impériale a deux exemplaires de cet ouvrage en manuscrit aux nºs 95 et 99. La seconde partie de ce livre est une histoire de la Géorgie depuis 958 jusqu’à 1290 par un auteur anonyme que l’on croit être Étienne d’Ourbel.
III : Une grande Carte d’Arménie publiée à Venise en 1778. »

11 Bibliothèque impériale (sous Napoléon Ier), royale (durant la Restauration), puis nationale (en 1848).

12 Raymond H. Kévorkian, 1989, Les Imprimés arméniens, 1701‑1850, Paris : Bibliothèque nationale, coll. « Études, guides et inventaires » nº 11.

13 Catalogue des livres, imprimés et manuscrits composant la bibliothèque de feu M. Louis-Mathieu Langlès, op. cit., p. 372.

14 En russe, « règlement ».

15 Labrousse, 1995, p. 120.

16 George Bayan, 1930, p 81‑204. Claire Mouradian, ouvrage à paraître.

17 Raffi, 2010.

18 Chouchi 1860 - Erevan 1932.

19 Léo [Arakél Babakhanyan], 1973, Երկերի ժողովածու (Œuvres complètes), t. III, Erevan : Hayastan.

20 Aylin Beşiryan, 2007, Hopes of Secularization in the Ottoman Empire : the Armenian National Constitution and the Armenian Newspaper, Masis, 1856‑1863, Istanbul : Boğaziçi University, thèse inédite de Master of arts, p. 57.

21 Vahe Oshagan, in Hovannisian & Myers, 1999, pp. 168‑169 : “This draft of constitution [le Guide] presages many of the principles of the National Constitution (Sahmanadrutiun) that was granted to the Armenian millet in the Ottoman Empire in 1863.” Le « Guide », ici, renvoie au titre de la seconde partie du Piège et non à l’ouvrage de 1783 intitulé Guide.

22 Robert H. Hewsen, 1984, p. 40. L’extrait traduit reprend les chapitres v et vi de l’Exhortation et un exemplaire de cette traduction aurait été offert au prince Potemkine : Poghos Khatchatryan, in Hakob Chahamiryan, 1991, p. 188.

23 Nous n’avons pu trouver d’éléments biographiques significatifs sur cet homme.

24 H. Chahamiryan, 1991 ; H. Chahamiryan, 2002.

25 Raphaël Hambardzoumian, 1999, exergue. On note que l’auteur orthographie son nom Hambardzoumian et non plus Hambardzoumyan, signe d’une volonté de se démarquer de l’orthographe en vigueur à l’époque soviétique et de retour à l’orthographe historique. Un extrait de cette traduction en arménien moderne de Hambardzoumian est retraduit en anglais par Aris Sevag et intégré à Hacikyan, Basmajian, Franchuk et al., 2005, pp. 147‑155 et 160‑173 (p. 161‑167).

26  Voir H. Chahamiryan, 2002, p. 247. Les indications étant tronquées, il est difficile de trouver l’ouvrage signalé.

27 Rouben Avakyan, 2000.

28 Piège, p. [91][92]. Les chiffres entre crochets renvoient aux pages de l’édition originale du Piège, signalées dans la version française présentée au chapitre IX.

29 Pourtant, le vocabulaire du Piège est beaucoup plus « arménien », moins marqué par le persan, l’arabe et le turc que la langue d’un autre marchand de Djoulfa (Hovhannés Ter Davthian, fin du xviie s.), dont on possède encore le livre de comptes. Lévon Khachikyan & Hakob Papazyan, 1984, Հովհաննէս Տեր-Դավթյան ջուղայեցու հաշվետոմարը (Le livre de comptes de Hovhannés Ter Davthian de la Nouvelle-Djoulfa), Erevan : Éditions de l’Académie des sciences de la RSS d’Arménie.

30 Piège, par exemple, p. [84] et [96].

31 Ibid., p. [15][16]. Littéralement : « Mais, maintenant, je vous montre les éléments de la souveraineté communément. » (L’auteur utilise l’adverbe « communément » au lieu de l’adjectif « commun », qui pourtant existe en arménien.)

32 Ibid., art. 189. « Un [deux mots inexistants] d’une valeur de dix drachmes de bronze. » Դաստի առակ (dasti arak), en deux mots, n’existe pas. On songe alors à Դաստիարակ (dastiarak, « précepteur, éducateur, mentor ») qui s’écrit en un mot et n’a pas tout à fait la même orthographe, mais cette solution ne peut être retenue car l’article serait dénué de sens. L’historien Hratch Bartikyan a suggéré de lire դաստառակ (dastarak, « mouchoir, serviette »), seule solution rationnelle pour comprendre le mot et son contexte.

33 Ibid., p. [337].

34 Ibid., art. 255.

35 Ibid., art. 405.

36 Le dialecte de la Nouvelle-Djoulfa comporte des mots dérivés de plusieurs langues étrangères. Hratchya Atcharyan, 1940, Քննութիւն Նոր-Ջուղայի բարբառի (Examen du dialecte de la Nouvelle-Djoulfa), Erevan (sans nom d’éditeur), p. 301‑312.

37 Piège, art. 66, 80, 248 et passim. Dans le périodique Azdarar (Le moniteur), Madras, 1794‑1796, rééd. 1970, Lisbonne : Fondation Calouste Gulbenkian, préf. de Margarit Mkhitarian, p. 47 : http://tert.nla.am/mamul/Azdarar_1/Table.html [consulté le 23 décembre 2016], on trouve ըռսիտ (rsit) et ռէսիդ (resid) (Ibid., p. 491). Transcription du mot persan en caractères latins [rècid] de Jean-Baptiste Nicolas, 1885‑1887, Dictionnaire français-persan, Paris : Maisonneuve et Leclerc, t. I, 1885, t. II, 1887, p. 465.

38 Piège, p. [339].

39 Voir Toumanoff, 1990, p. 23, 25, 29 et passim. Garsoïan, 1999, p. 629, p. 17 : Nakwadar, mot d’origine parthe, « qui détient la primauté ».

40 Marie-Félicité Brosset, 1857, Histoire de la Géorgie, depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle, Saint-Pétersbourg : Imprimerie de l’Académie royale des sciences, IIe partie, p. 393.

41 Jean-Pierre Mahé, in Gérard Dédéyan, 2007, p. 194 sqq.

42  Ibid., p. 192.

43 Piège, art. 14 et 19.

44 Voir l’annexe 2.

45 http://greenstone.flib.sci.am/gsdl/collect/armenian/Books/vorogayt_parac_index.html [consulté le 27 avril 2017].